Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

S. Weil... Loin d'une religion « consolatrice »…

Publié le par Perceval

icone-marie-madeleine-jesus-tombeauComment avec le Christ, est-on passé d'une religion au service des besoins de l'homme ( consolatrice ), à une religion qui élève l'homme, autrement dit qui humanise l'homme...

 

Une religion exigeante, et - à l'école de Simone Weil - c'est en revenant sur notre attitude devant le mal, que nous découvrons le Chemin sur lequel nous conduit le Christ ...Bien sûr, après avoir évoqué cela, il faudrait en même temps comprendre ce que signifie " la joie ", indissociable de " la croix " ... croix de taizéLire Bernanos ...!

 

 


 

-          Le mal est comme nécessaire, en ce qu’il nous convoque à notre « carence d’être »…  Du mal, nous implorons Dieu ( nous sommes réduits à notre impuissance )...

Nous expérimentons que nous ne sommes pas Dieu, ( nous exprimons éventuellement notre colère)

 

Simone Weil 3« L’absence de Dieu est le mode de présence divine qui correspond au mal – l’absence ressentie. »


Le christ-Jésus, lui-même, a crié sur la croix que Dieu l’avait abandonné …

 

« L’amour n’est pas consolation, il est lumière. » …S. Weil rejette « les croyances combleuses de vide, adoucisseuses des amertumes » ! « Si l’on désire un amour qui protège l’âme contre les blessures, il faut aimer autre chose que Dieu. »

Dieu n’apaise pas… Dieu donne un sens. Pour ce qui est de l’apaisement, nous avons, nos proches ( attention cependant à les préserver …), l’amitié, bien sûr les biens relatifs et culturels ( foyer, patrie, traditions, valeurs …) qui constituent les moyens ( ne sont que des moyens ) de l’humain et surtout l’Art …

 

-          S’agit-il de « Salut » ? Notre espérance se situe t’elle dans une récompense, une survie de l’âme, ou dans la réalité divine … ?

 

« L’extrême difficulté que j’éprouve souvent à exécuter la moindre action est une faveur qui m’est faite. Car ainsi, avec des actions ordinaires je peux couper des racines de l’arbre » .. « il faut se déraciner. Couper l’arbre et en faire une croix, et ensuite la porter tous les jours ! »

Commenter cet article

Hél 06/09/2011 20:51


Bonjour, j'ai découvert Simone Weil il y a peu et j'ai voulu commencer à lire ses textes. J'ai commencé par "La pesanteur et la grâce", mais malheureusement, je l'ai trouvé bien difficile à lire
(pour moi). Dans sa forme, je pense finalement que ce n'est pas le bon livre pour commencer à entrevoir la pensée de Simone Weil. Pourriez vous me conseiller pour bien (re)commencer? Merci
d'avance.


Perceval 09/09/2011 15:58



Bonjour, et désolé de n'avoir pu vous répondre plus tôt ( Rentrée scolaire oblige ..! ).


Oui, " la pesanteur et la grâce " ne se lit pas comme un roman... De plus, je crois qu'il s'agit d'un choix de textes classé par Gustave Thibon... il en est donc le co-hauteur ... Peut-être
est-il plus aisé de feuilleter ( lettres et textes divers ) " Attente de Dieu "... De toute façon, je crois qu'il n'est possible que de tourner autour d'elle, pour la rencontrer de mieux en
mieux... et petit à petit.


Tenez ..! Commencez donc par lire: " Le ravissement de la raison " Simone Weil, textes présentés par S. Barsacq dans Points Sagesses ( 5€ ). Et, goûtez ...