Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #1900 tag

Anna de Noailles, l'Aéroplane, Péguy et Bergson

Publié le par Perceval

Avant la cataclysme de 1914, suivons Anne-Laure à la rencontre de quelques personnalités qui ont compté...

Observons cet article qui cite les invités au mariage de Fernand Gregh et Harlette Hayem en 1903... On y croise, avec la comtesse de Sallembier : Mme Louise Halévy, Mme Jean-Paul Laurens (Madeleine Villemsens épouse du sculpteur et peintre, ami de Gide), Mme Jules Lefebvre ( peintre ), la Comtesse Colonna, Mme René Brice ( le politique) fille de l'auteur et cadémicien Camille Doucet, la Comtesse Mathieu de Noailles, Mme Taine ( l'historien), Mme de Porte-Riche, Mme de Saint-Victor... Ludovic Halévy, Louis Ganderax ( journaliste et critique) sont témoins, Henry de Régnier, José-Maria de Heredia, Abel Hermant, Henry Roujon, l'historien Henry Houssaye...etc

Harlette Hayem, est femme de lettres, elle collabore au Figaro, aux Lettres, à L'Illustration, à La Revue de Paris, etc. Elle est jurée du prix Fémina. Son père était homme de lettres, homme politique, disciple de Proudhon , et ami de Barbey d’Aurevilly...

Barbey d'Aurevilly, son parrain, avait choisi le prénom d'Harlette en souvenir de la mère de Guillaume le Conquérant qu'avait aimée Robert le Diable.

Comtesse Mathieu de Noailles par Ignacio Zuloaga

Un personnage comme Anna de Noailles est incontournable dans la vie mondaine de cette époque... Anne-Laure de Sallembier a souvent l'occasion de la rencontrer ; et semble cependant s'en écarter... Bien de ses talents pourraient l'attirer - poétesse de génie - ses mots d'esprit courent dans Paris ; mais sa personnalité effraie; elle s'impose, étouffe qui s'en approche...

Un détail : Anne-Laure en est persuadée, Anna de Noailles préfère s’ennuyer à attendre deux heures et arriver en retard aux réceptions où elle est espérée, désirée... Ainsi, elle surgit, étourdissante... Et, elle parle, d'un débit saccadé : les mots sont justes et se pressent... Tous sont à ses pieds, beaucoup lui vouent un culte... Proust la vénère. Lucie Delarue en est tombée amoureuse...

Marthe Bibesco, sa cousine, confie qu'Anna voudrait être aimée de « tous les hommes qui aiment d'autres femmes qu'elle »

Charles Demange, le neveu de Barrès, après un flirt avec Anna qui veut se venger de l'oncle, se suicide en août 1909...

Elle se console, avec Henri Franck, mais il mourra à 24ans, tuberculeux...

Seul Barrès réussira à se faire désirer...

Anne-Laure aime la liberté d'Anna : elle étonne son milieu, mais n'est pas si paradoxale que cela, Anna de Noailles est aristocrate et dreyfusarde, nationaliste et admiratrice de la culture allemande, Heine en particulier.. Elle assiste à un cours de Bergson, et s'écrie « Mais je sais tout cela depuis que je suis née ! »

Anna de Noailles se passionne, comme J.B. pour l'aventure aérienne (Anne-Laure s'en inquiète...) La comtesse de Noailles, fascinée, suit les exploits des frères Wright, le 31 décembre 1908 Wilbur Wright bat le record de distance parcourue avec un avion : 124,7 km, pendant 2 heures, 20 minutes et 23 secondes... Elle admire nos aviateurs Esnauly-Pelterie, Farman, Blériot qui vient de traverser la manche ce 19 juillet 1909

« En vain, l’intelligence, agile et sans limite,
Avide d’infini, vous repousse et vous quitte ;
En vain, dans les cieux clairs, de beaux oiseaux pensants
Peuplent l’azur soumis d’héroïques passants,
Ils seront ramenés et liés à vos rives,
Par le poids du désir, par les moissons actives,
Par l’odeur des étés, par la chaleur des mains...
» ( A de Noailles - Le Ciel bleu du milieu du jour, 1913)

1908, Henri Farman (à droite) et Paul Painlevé

J.B. avec le mathématicien Paul Painlevé (1863-1933) affirme sa confiance dans le raisonnement et les calculs pour prévoir un grand avenir au ''plus lourd que l'air'' selon l'expression de l'époque... Beaucoup de grands esprits restent sceptiques... Ainsi Lord Kelvin (1824 -1907), physicien britannique d'origine irlandaise reconnu pour ses travaux en thermodynamique aurait affirmé : « La réalisation d’une machine volante plus lourde que l’air est impossible ». Et en 1905, le physicien en balistique et militaire Emmanuel Vallier (1849-1921) termine une longue série de travaux théoriques en réaffirmant l'impossibilité pratique du vol des appareils plus lourds que l'air....

Cependant, c'est avec émotion, et enthousiasme que Paul Painlevé, le samedi 10 octobre 1908, s’élève dans les airs à bord de l’aéroplane piloté par Wilbur Wright. La balade aérienne de plus de 70 kms dure 1 heure, 9 minutes. Il est le premier passager des frères Wright...

En 1910, Painlevé publie un ouvrage intitulé L'Aviation, en collaboration avec le mathématicien Emile Borel. L'objectif du livre est de mettre à la portée du plus grand nombre possible d'esprits cultivés les lignes essentielles de l'histoire du ''plus lourd que l'air''.

Précisément, le scientifique Painlevé deviendra ministre de la Guerre, alors que le général Nivelle lance son offensive désastreuse le 16 avril 1917; il attire l’attention de Nivelle sur l’indispensable soutien de l’aviation pour repérer les positions ennemies, si le temps est clément. Painlevé défend une nouvelle stratégie aérienne: l’emploi des aéroplanes pour le repérage, la chasse, le bombardement et le transport de troupes. 

Anna de Noailles, aime fréquenter les hommes politiques, elle admire et s'accapare Briand, recherche l'avis des ministres ; elle a la gloire, et eux ont la puissance, dit-elle...

Painlevé devant l'enthousiasme d'Anna de Noailles, et son désir de monter dans un aéroplane, lui répond : « Si je disposais d'un aéroplane, il serait en permanence devant votre porte, trop orgueilleux de prêter ses ailes de toile à votre rêve... »

 

Il serait temps de dire quelques mots sur J.B. ( Jean-Baptiste de Vassy ), complice, ami et amant d'Anne-Laure; disciple du mathématicien Henri Poincaré, et admirateur d'Henri Bergson...

J.B. fait partie de ces jeunes hommes, critiques de cette République qui à présent s'impose à tous, et qui aurait perdu '' le panache, l'héroïsme, le sens du sacrifice...''; la France s'est affaiblie de son anticléricalisme... J.B. Pense comme Péguy, que la guerre peut être nécessaire pour défendre les valeurs de la France, parmi lesquelles il compterait la liberté, l'humanisme, la religion... La guerre est admise comme un choc de civilisation...

Anne-Laure ne partage pas certaines de ses convictions... J.B. défend la liberté et la raison contre l'irrationnel ; idée qui la met mal à l'aise... Anne-Laure redoute la guerre, J.B. la déclare vitale, si elle est juste...

Anne-Laure de Sallembier, est de cette aristocratie qui s'est émancipée dans la vie mondaine parisienne; proche d’Élisabeth de Gramont, elle n'hésite pas à exprimer sa sympathie au clan dreyfusard ; ni éventuellement à soutenir des artistes socialisants, ou anti-cléricaux comme Anatole France (1844-1924) tout en affichant son attachement – par liens familiaux interposés – à l'orléanisme..

Cependant, comme J.B. et la plupart de leurs amis, elle pratique ( hélas!) un antisémitisme de principe, qui placent les juifs à côté de la nation ; et ceci dit-elle : « sans aucune animosité » !

N'oublions pas que ces aristocrates, se considèrent eux-mêmes d'une autre ''race'', que témoignent leur nom, la considération qu'ils se portent mutuellement, et le respect intimidé que leur témoignent les grands bourgeois, les artistes désireux d'être admis dans leurs hôtels...

Cependant, J.B. défend Bergson, contre les antisémites et les fanatiques... Il n'aime pas Maurras... Bergson- dit-il - nous fait considérer le réel pur, et réconcilie la philosophie avec la théologie …

24 janvier 1914 : Henri Bergson entre à l’Académie française, il est alors l'objet d’attaques antisémites ordurières de Léon Daudet dans l’Action Française.

De plus... Le 1er juin 1914, Rome met à l'Index les ouvrages de Bergson !

Voir les commentaires

Voyage en Ecosse -6- Abbotsford – W. Scott

Publié le par Perceval

Située juste à l'ouest de la ville de Melrose, Abbotsford, à 35 miles d'Edinburgh, la demeure de Walter Scott, continue d'être occupée par les descendants de l'écrivain...

Walter Scott

Anne-Laure a le privilège de rencontrer Mary Monica Maxwell-Scott ( 1852 – 1920) l'arrière petite fille, écrivaine elle-même. À la mort de son père en 1873, elle a hérité d'Abbotsford House. À Londres en 1874, elle épouse l'honorable Joseph Constable-Maxwell, troisième fils de William, Lord Herries , après quoi le couple adopte le nom de famille Maxwell-Scott. Comme son arrière-grand-père, elle est devenue écrivain de livres historiques. Elle a également écrit un certain nombre de livres sur son célèbre ancêtre, y compris un guide faisant autorité sur la collection de ''reliques'' et possessions personnelles de Sir Walter Scott...

En 1855, la petite fille de Walter Scott, Charlotte, et son mari James Hope Scott, ajoutent à la maison, une chapelle. Ceux-ci étaient Catholiques, alors que Sir Walter Scott était Presbytérien. Le Cardinal Newman, ami proche de la famille y a célébré la Messe en de maintes occasions.

Sur le manteau de la cheminée on peut lire la devise de la famille Hope : « At spes non fracta » (Mais mon espoir n’est pas brisé). L'intérieur de la maison est une légende. Les murs en bois finement sculptés du hall d'entrée sont ornés d'une armure, de glaives, d'un blason peint, de cornes d'animaux divers et de tout l'attirail que l'on pourrait attendre d'un collectionneur tel que Sir Walter Scott. Certains panneaux de chêne sur les murs ont été récupérés dans l'abbaye de Dunfermline et d'autres sites historiques. Scott avait l'œil pour le décor et donner au hall une apparence ancienne.

Le bureau de Scott, une pièce remplie de livres, était un lieu très privé ; ici il écrivit ses derniers romans, il pouvait y accéder par une porte cachée directement à partir de sa chambre. La bibliothèque adjacente est une immense salle qui récapitule tous les centres d'intérêt de Scoot ; des livres qu'il gardait de son enfance à tous les manuels de référence qu'il avait utilisés à des présents d'auteurs célèbres du monde entier tels que les Frères Grimm ou Washington Irving...

Anne-Laure est surprise de découvrir des manuscrits sur la sorcellerie et la démonologie, et elle apprend que Scott possédait des manuscrits rosicruciens regorgeant de connaissances alchimiques ...

Rob Roy`s Sporran and Skene Dhu

Elle traverse le salon chinois avec son papier peint turquoise et floral pour découvrir un véritable arsenal : d'innombrables dagues, épées, pistolets, fusils et autres armes sont suspendus aux murs pour un spectacle glorieux. Parmi les trésors, il y a le pistolet, l'épée, le Skene Dhu (couteau écossais) et le sporran de Rob Roy ( le ''Robin des Bois écossais ''), l'épée du marquis de Montrose, donnée par Charles , et exécuté à Edinburgh en 1650.

 

Avec ces lieux que lui désignait son grand-père, par ses notes ; Anne-Laure conduite par ses amis a admiré les paysages d'Ecosse...

Il lui est arrivé de loger dans des châteaux comme celui de Shandon house à Helensburgh, sur les rives de la Clyde. La demeure impressionne en ce qu’elle ressemble un peu à un musée avec ses pièces remplies de faïences et d’objets précieux (dont un flacon ayant appartenu à Marie Stuart et une clef forgée par le roi Louis XVI en personne), ses salles de curiosités, ses galeries de tableaux de Murillo, Tégniers, Van Dyck, etc., sa superbe serre remplie des plantes rares. Comment ne pas apprécier le parc avec ses fleurs et son gazon descendant jusqu’au bord de l’eau ?

A Inverness, elle voit la cathédrale et le château, elle assiste aux jeux nationaux (concours de « pipers », danses et jeux divers.). Une soirée au bal, lui permet d'admirer les jolies toilettes des dames et les costumes écossais des Messieurs parmi lesquels, quelques chefs de clans comme Macpherson, Mac-Intosh. Elle et J.B. s'essaient à danser le « reel », une des danses traditionnelles...

Après Aberdeen, et une promenade en mer, ils partent en voiture, en direction de la petite station très fréquentée de Pitlochry, un agréable lieu de villégiature. Ils l’atteignent à travers les monts Grampians et découvrent des châteaux et des sites comme Queen’s view... Etc...

Loch_Tummel, Queen's_View, Scotland

 

Voir les commentaires

Voyage en Ecosse -2- Arthur's Seat - Holyrood

Publié le par Perceval

Edinburgh - Holyrood Palace and Arthur's Seat

C'était une bonne idée, de passer par Cambridge, pour se rendre ensuite en Ecosse... En effet, Anne-Laure s'était constitué un carnet d'adresses qui allait lui faciliter sa grande curiosité autour de sujets précis...

Son premier contact est une femme, Elizabeth Haldane (1862-1937) auteur et philosophe. Sa rencontre fut délicieuse, les deux femmes se sont beaucoup plu, et ont partagé leur goût de la philosophie allemande et française. Elizabeth parle de Descartes avec passion, et a d'ailleurs publié un livre, sur les presses de Cambridge...

Anne-Laure, l'entretient de ses recherches sur le Graal, sur les templiers et fait état de renseignements collectés par ses ancêtres, sur un ''trésor'', sans-doute des reliques…. Par chance, Elizabeth connaît un homme qui pourra répondre à ses nombreuses questions ; un grand ami de son frère: Peter Hume Brown (1849 – 1918), historien et professeur à l'université d'Edinburgh... Lui-même est passionné de littérature française ( Montaigne ...) et allemande ( Goethe...). Il a étudié la théologie, et il est le spécialiste de l'histoire de l'Ecosse...

Photo shows Miss Elizabeth Haldane (wearing hat with white plume)
Edinburgh

Par le train, Anne-Laure de Sallembier et , sont arrivés à Edimburgh et ont rejoint tout à côté, le North British Hotel, un bâtiment récent et imposant, devenu incontournable avec sa tour-horloge, qui indique l'heure avec deux minutes d'avance, pour aider le voyageur pressé à ne pas rater son train...

Edinburgh, The North British Station Hotel

 

A peine arrivée, les voyageurs ne peuvent pas manquer ''Arthur's Seat'' ( le siège d’Arthur)  ; cet ancien volcan, littéralement en pleine ville, offre – parait-il - des vues incroyables sur la capitale écossaise, le port de Leith, le Firth of Forth... Mais pourquoi '' Arthur '' ....? 

On raconte que le château de Camelot se serait trouvé ici... Pas du tout...!

La belle ville d'Édimbourg est en fait identifiée au château des Maidens dans plusieurs contes arthuriens différents. L'un de ses noms médiévaux: le Castellum Puellarum (château des femmes) témoigne de ce fait... Dans la légende arthurienne et de nombreux contes, Edimburgh est une ville où des femmes séduisantes tentent de séduire les chevaliers de passage. Dans au moins une version de l'histoire, la sœur du roi Arthur, enchanteresse et sorcière, Morgane la Fée, est la maîtresse de la ville.

Anne-Laure apprécie cette entrée en matière... Avec sa nouvelle amie, Elizabeth, elle va découvrir la ville, et en connaître grâce à de nombreuses rencontres

Des collines permettent de beaux panoramas sur la ville... On peut admirer le palais d'Holyrood.

Anne-Laure souhaite voir, et cela est possible, l'appartement de la reine Marie Stuart, là même où fut tué son secrétaire et amant (dit-on) David Rizzio, par les hommes de son mari Lord Darnley ( dit-on...); c'était le 9 mars 1566 ; et on y montre encore les taches de sang... !

Holyrood Palace - Garden party en cours

C'est George V, roi de 1910 à 1936, dont le couronnement a eu lieu ce 22 juin 1911 en l'Abbaye de Westminster qui va transformer Holyrood en un palais du XXe siècle. Le chauffage central et l'éclairage électrique ont été installés avant sa première visite en 1911...

Le roi George V et la reine Mary ont organisé la première garden-party dans le parc de Holyrood et la tradition s'est maintenue jusqu'à nos jours. 

Anne-Laure visite le château d'Edinburgh, et le musée des antiquités...

Edinburgh Maison John Knox sur le Royal Mile

La vieille ville, lui paraît lugubre ; à l'atmosphère sombre et enfumée, avec ses maisons noires et surtout la misère de ses habitants. Elle passe, devant la maison qui fut habitée ( dit-on...) par le réformateur Knox, à la même époque que Marie Stuart.

 

Anne-Laure de Sallembier a recopié la plupart des notes de son grand-père, Charles-Louis de Chateauneuf, sur deux monuments qu'elle tient à visiter, alors que lui espérait le faire... Il s'agit de la chapelle de Rosslyn ( tout près d'Edinburgh, au sud) et la demeure Abbotsford de Walter Scott, encore bien plus bas......

Holyrood - Bedroom of Mary, Queen of Scots

Anne-Laure s'était déjà intéressée à un personnage qu'a connu son grand-père, et Camille Flammarion : Lady Caithness ; elle avait épousé James Sinclair, le 14ème comte de Caithness, le 6 mars 1872.

Une nuit, alors qu'elle dormait dans un château de Caithness (le château de Thurso) , elle eut un songe qui lui enjoignait de se rendre immédiatement à la chapelle du château royal de Holyrood... Ce qu'elle fit... Elle vécut cette nuit là, une expérience médiumnique avec Mary Stuart... Expériences qui se reproduiront... Lady Caithness décède à Paris le 2 novembre 1895. Elle est inhumée à Holyrood...

Les papiers de Charles-Louis de Chateauneuf, font état d'un lien entre l'abbaye de Holyrood et la chapelle de Rosslyn...

The Ruins of Holyrood Chapel.

 

Voir les commentaires

Voyage en Angleterre -8- La Fabian Society

Publié le par Perceval

Pour en revenir à la Fabian Society... Ce qui la caractérise : c'est la promotion d'une méthode de changement en douceur mais implacable, pour une société sans classe devant conduire à la synthèse du socialisme (l’Etat providence) et du capitalisme (les lois du marché), le tout devant aboutir à la mise en forme d’une économie monopolistique dans un cadre étatique mondial.

A noter également que parmi les membres illustres de la Société figurent - en plus de ceux déjà cités - Cecil Rhodes, Graham Walls, Sydney Olivier, l'occultiste Annie Besant (membre de la Theosophical Society), John Maynard Keynes, la fille aînée de Karl Marx, Eleanor, ainsi que Lord Milner et Sir Halford John Mackinder pour n'en nommer que quelques-uns.

La société s'est solidement établie en créant et en finançant la London School of Economics. Elle fait partie des groupes socialistes qui ont formé le UK Labour Party en 1900.

Au départ, le ''fabianisme'' semble proposer un étatisme socialiste, impérialiste et mondial...

Déjà transparaît l'idée d'un Etat mondial... qui va être l'une des idées fortes de la '' Round Table ''...

 

H.G. Wells défend cet ''Etat-Monde'' comme une société qui favoriserait les sciences, mettrait fin aux nationalismes et permettrait aux citoyens de progresser en fonction de leurs mérites et non plus en fonction de leur naissance. Il craint que le citoyen moyen ne soit jamais suffisamment éduqué ou éclairé pour traiter des problèmes majeurs du monde. C'est la raison pour laquelle il pense devoir limiter le droit de vote aux scientifiques, ingénieurs et autres gens de mérite. Mais il défend en même temps l'idée que les citoyens doivent jouir du maximum de liberté possible, tant que celle-ci ne restreint pas celle d'autrui. ( wiki)

 

 

1884, Fabian Society fondation. ANNIE BESANT (1847-1933) Anglaise militante des droits de la femme avec les membres de la London match filles comité de grève en 1888

H. G. Wells qui est numéro quatre sur la liste des dirigeants de la société fabienne, après Webb, Pease, et Shaw ; souhaite faire des fabiens, « les jésuites du socialisme ».. Il propose une utopie moderne, transformer la société conduite par des dirigeants organisée en un ordre du type, des samouraïs, ou des chevaliers de la Table Ronde... Les fabiens sont invités à rechercher la compagnie et la collaboration des riches et des puissants... Beatrice Webb, dans ''Our Partnership'' utilise des expressions comme « attraper des millionnaires », « tirer les ficelles », « mettre en jeu toutes les forces sur lesquelles nous exerçons un contrôle », tout en prenant soin dans le même temps « d’apparaître désintéressés » et de prétendre être « des gens humbles que personne ne soupçonnerait d’être puissants »

Béatrice – épouse de Sydney Webb – est la fille de Richard Potter, un riche financier avec des connexions dans le monde entier qui fut le président des compagnies ferroviaires Great Western Railway et Grand Trunk Railway en Angleterre et au Canada. Beatrice est aussi une amie proche de l’associé de Rothschild et Premier ministre Arthur Balfour. Rothschild et Balfour sont membres fondateurs de la ''Round Table''...

L'artiste,

Caroline Townshend,

elle-même une Fabienne

Vitrail symbolique Fabian,

dans la Shaw Library à la London School of Economics.

La plupart des ''Round Table'' vont finalement œuvrer pour l'extension de la domination britannique à travers le monde... Cecil Rhodes écrivait « La colonisation par des sujets britanniques de toutes les terres où les moyens de subsistance sont accessibles par l'énergie, le travail et les entreprises et en particulier l'occupation par les colons britanniques de tout le continent africain, de la Terre Sainte, de la vallée de l'Euphrate, des îles de Chypre et Candia, toute l'Amérique du Sud, les îles du Pacifique que la Grande-Bretagne n'avait pas jusque-là, l'ensemble de l'archipel malais, celles-ci à bord de la Chine et du Japon, [et] le rétablissement ultime des États-Unis d'Amérique en tant que partie intégrante partie de l'Empire britannique. »

Voir les commentaires

Voyage en Angleterre -7- la Société des Apôtres

Publié le par Perceval

Trinity College 

Statue de Lord Alfred Tennyson, Apostle

Sir James George Frazer (1854-1941), anthropologue, et agnostique, se passionne pour l'étude des mythologies et des religions... C'est une personnalité de l'université de Cambridge... Il va permettre à Anne-Laure de comprendre une particularité de l'Université : la société des Apôtres ( Apostles), presque centenaire... La plupart d'entre eux ( exclusivement masculins ) viennent des collèges de St John's, Trinity et King's. Le candidat «potentiel» ne sait pas qu'il a été proposé avant d'être accepté. Lors de son initiation, il est informé de l'histoire et des traditions de la Société, il signe « Le Livre » , prête serment, et fait vœu de garder le secret... Les membres actifs sont appelés ''apôtres'', et les anciens ( diplômés...) sont appelés les anges. Cette société est influente, car elle est composée d'hommes parmi les plus influents de la vie publique britannique:

Bloomsbury_group - Apostles

Ainsi du groupe Bloomsbury, en font partie : John Maynard Keynes, Leonard Woolf, Lytton Strachey et son frère James, GE Moore et Rupert Brooke, Roger Fry et Duncan Grant, sont tous des apôtres.... Et aussi : Lord Tennyson, Bertrand Russell, Ludwig Wittgenstein, John Maynard Keynes, Lord "Victor" Rothschild - ainsi que Anthony Blunt et Guy Burgess...

Au fond, la société est un groupe de discussion qui se réunit pour discuter et débattre de sujets tels que la vérité, Dieu et l'éthique. Ils peuvent, par exemple se réunir le samedi soir ; leur sont servi, du café, des toasts ( et ce qu'ils appellent des ''baleines'', c'est à dire des sardines sur toast...). L'orateur planche sur un sujet, à l'issue duquel la question est ouverte au débat, le plus souvent, les membres votent un avis... Immédiatement après le vote, un tirage au sort est effectué pour sélectionner le sujet et l'orateur pour la séance suivante. Les membres qui ne présentent la planche promise sont condamnés à une amende.

Isaac Newton University Lodge

«The Book», date de la fondation du groupe en 1820. Cet ensemble de livres comprend des notes manuscrites relatives aux sujets abordés lors des réunions hebdomadaires. Le livre établit une liste de règles strictes quant à l'assiduité et la discipline de réunion.

Cependant, à cette époque, les Apôtres sont accusés d'avoir favorisé le malaise spirituel, la «pourriture humide» du doute, du nihilisme et du pacifisme, qui a érodé l'establishment anglais de l'intérieur et finalement, a coûté à la Grande-Bretagne, son empire....

Freemasons Hall, Cambridge - anciennement Chesunt College

Anne-Laure profite de cette présentation, pour espérer en savoir un peu plus sur d'éventuels '' Round Table groups'' ; mais, commence par évoquer la franc-maçonnerie... Tout le monde connaît ici, la loge ''Isaac Newton'' de l'University de Cambridge... Elle a le privilège d'initier des membres diplômés de l'université quel que soit leur âge ( sans la limitation des 21ans). 

Et, rien n'est plus simple ici, de rencontrer des francs-maçons ou de visiter la loge... Par contre parler de '' Round Table '' nécessite d'être avec des personnes de confiance dans un lieu discret...

Nous sommes en 1911, et précisément Lord Rothschild vient de créer une society de ce nom... elle va d'ailleurs essaimé dans tous les dominions de l’Empire britannique, et aussi aux Etats-Unis... Mais, attention prévient Sir Frazer, il y a beaucoup d'avis très tranchés sur ce qui se passe en ce moment … Vous devez savoir qu'à l'origine de des sociétés, se trouve la '' Fabian society '' : cet institut a vu le jour à Londres en 1884 sous l’impulsion de politique anglais comme Sydney Webb (1859-1947) et de son épouse, Béatrice Webb, ou encore de l’écrivain irlandais George Bernard Shaw (1856-1950).

 

Sir Frazer insiste alors pour qu'Anne-Laure rencontre absolument une jeune femme qui a alimenté il y a trois ans la chronique mondaine, mais qui n'est pas si frivole que cela … Vous allez vous en rendre compte...

Amber Reeves

Il s'agit de Amber Reeves (1887-1981). Elle a fait ses études au Newnham College de Cambridge ; et précisément, est membre fondatrice de la Cambridge Fabian Society ; c'était en 1906... C'est la première société de Cambridge à recruter aussi des femmes. Jeunes femmes et jeunes hommes se rencontrent régulièrement sur un pied d'égalité et discutent de tout, des croyances religieuses aux problèmes sociaux en passant par la sexualité, ce qui est impossible dans le milieu conventionnel du foyer ou de la famille...

Ici son nom évoque sa scandaleuse liaison avec HG Wells (1866-1946), un ami de ses parents, marié...

HG Wells, est alors socialiste, et donc membre de la Fabian Society, il définit ses premiers romans, comme ''scientifiques''.

Amber Reeves, après la naissance de l'enfant de Wells, Anna-Jane, et son mariage de complaisance précipité avec l'avocat Rivers Blanco White ; s'est retirée pour l'instant dans sa vie privée...

Elle n'en reste pas moins active en politique, et de plus vient de publier son premier roman, The Reward of Virtue (1911), ce livre traite de l'éducation conventionnelle inadaptée des femmes, et insiste particulièrement sur l'ignorance de sa naïve héroïne à propos de l'argent, sur son habitude, alors qu'elle n'est pas heureuse en ménage, d'aller faire du shopping avec de grosses factures, parce qu'elle n'a rien de mieux à faire...

--> Amber Reeves, avec la fille de HG Wells , Anna-Jane. Photographie prise en 1910 --->

Amber, est une jeune femme énergique, forte d'esprit, très intelligente et très attirante, avec un mépris pour la convenance. Dès 1909, elle milite pour le vote des femmes ; elle ne tient pas à sombrer dans une respectabilité silencieuse et inactive...

Voir les commentaires

Voyage en Ecosse -1- Le Graal avec Jessie Weston

Publié le par Perceval

Château de Bamburgh

Au cours d'une soirée ( party) à Cambridge, Anne-Laure parle de son désir d'aller en Ecosse, d'y visiter d'étranges châteaux, et – pourquoi pas – rencontrer l'esprit des mythes médiévaux, comme ceux de la légende arthurienne; un jeune homme, étudiant, se présente : William John Montagu, fils du baron Armstrong qui, dit-il, est le propriétaire du château de Bamburgh, dit de la Joyeuse Garde, réputé pour avoir été le château du chevalier Lancelot... Anne-Laure se montre enthousiasmée, d'autant que son fils de 11ans s'appelle Lancelot ( mais, hélas n'est pas du voyage...).

C'est Thomas Malory, qui a identifié la ''Joyous Gard'' avec le château de Bamburgh, un château côtier dans le Northumberland...

De plus, n'oubliez pas que c'est dans les forêts du Northumberland que Merlin se montre au roi Uter Pendragon, sous l'apparence d'un gardien de bêtes puis d'un homme de bien; Merlin partant régulièrement se réfugier en Northumberland pour y rencontrer Blaise.

Château de Bamburgh - Intérieur

La ''Joyous Gard'' tire son nom du jeune Lancelot lorsqu'il s'installe au château après l'avoir capturé et mis fin à un enchantement maléfique, à la suite d'une aventure pendant laquelle il devait prouver sa chevalerie au roi Arthur . Puis, du fait de l'adultère, et donc la trahison, de Lancelot avec la reine Guenièvre; Lancelot sauve la reine, condamnée à mort, et l'amène à Joyous Gard. Arthur assiège alors sans succès Joyous Gard. Le château reprend alors son ancien nom, ''Dolorous Gard''. Plus tard, Lancelot abandonne son château pour retourner en France avant de devenir ermite à Glastonbury, où il passe le reste de ses jours. Son corps est ensuite emmené à Joyous Gard pour y être enterré. Dans les histoires en prose de Tristan et Iseult , ils vivent dans le château avec la permission de Lancelot, pour échapper au roi Mark, époux d'Iseult .

Très vite le sujet du Roi Arthur, semble captiver, ici, chacun... Des opinions diverses, fusent, ce qui étonne beaucoup Anne-Laure, sachant qu'en France, le sujet n'est partagé que par des spécialistes...

Dans les pays de langue anglaise, c'est la version de Sir Thomas Malory, qui est réécrite pour adultes ou pour enfants...

Un étudiant camarade de William, soutient que - selon le prieur de Northampton Nicholas Cantelupe (décédé en 1441) - l’université de Cambridge, dont il a écrit l'histoire après y avoir été étudiant, a reçu sa charte d'Arthur ; et ce devait être vers 530 … !

Quelqu'un ajoute qu'une obscure tradition locale a même déclaré que Cambridge était le site de la dernière bataille d'Arthur de Camlann... Objet de controverse, réplique quelqu'un ; en effet, cela semble provenir d'une fausse étymologie, et on pourrait dire que tout nom de lieu contenant ''Cam '' pourrait être habilité à en être le site...

Pendant la discussion, Anne-Laure note que l'on parle de Jessie Laidlay Weston (1850-1928), une universitaire , médiéviste et folkloriste anglaise, qui travaille principalement sur des textes arthuriens médiévaux.

Elle vit dans le Dorset ( 65 Lansdowne Road, à Bournemouth, ) et pense que les origines de la légende du Graal sont antérieures aux sources chrétiennes, et sont celtiques... Un tout jeune étudiant du Trinity collège , du nom de Frank Laurence Lucas, critique son interprétation mystique et liée à la réalisation de soi , en la qualifiant de ''théosophiste''... De sorte que, finalement, Anne Laure retient, avec grand intérêt, le nom de l'universitaire...

Anne-Laure apprendra que Jessie Weston, a été l'élève à Paris de Gaston Paris, et qu'elle connaît bien le professeur von Schroeder, pour l'avoir connu au Festival de Bayreuth...

Jessie voit dans l'histoire du Graal, une continuité entre les cultes anciens d'Attis-Adonis, et de Mithra et le christianisme ; entre l'ancienne foi et la nouvelle … Le Christianisme, en devenant dominant a cherché à se distancier des croyances passées en déclarant que toutes les similitudes étaient les moqueries et les pièges du diable. Cependant, Weston considère que les romans médiévaux du Graal, furent écrits par des gens ignorants de leur signification profonde. Des thèmes de contes traditionnels se mêlent aux survivances de rituels anciens... Pour Chrétien de Troyes (décédée en 1185), par exemple, dit-elle, l'histoire était romantique, pure et simple ; mais il n'avait aucune idée de la véritable signification et de l'origine des aventures. 

L'histoire-origine du Graal, pour Weston, raconte l'aventure d'un chevalier errant, qui visite l'un de ces temples cachés ; il y réussit le test du premier grade d'initiation à la vie, et échoue lorsque qu'il s'approche du plus haut degré...

Le Graal est une force vivante – ajoute t-elle, il ne disparaîtra jamais... On peut ne plus le voir, pendant des siècles, disparaître du champ de la littérature, mais il remonte à la surface de nos préoccupations, et redevient un thème d'inspiration vital … Ainsi, après un sommeil depuis Malory, il s'est enfin réveillé pour une nouvelle vie, grâce aux génies de Tennyson et de Wagner, par exemple...

Jessie Weston semble bien en avance sur son temps ; elle reconnaît dans le mythe arthurien, des cultures anciennes qui pratiquaient des '' rituels de végétation '' pour participer activement au renouvellement de la fertilité de la terre, pour réparer les dommages que nous avons causés à la capacité de la Terre à soutenir la vie ; et peut-être, que le Graal est plus que jamais nécessaire aujourd'hui.

La fertilité, recherchée à travers ces "rituels de végétation", s'étend non seulement à la fertilité du sol mais à la fertilité humaine et, plus tard, à une sorte de fertilité spirituelle en union avec '' la source spirituelle de la vie ''. Au cœur de la Quête du Graal se trouve l'idée d'un roi et d'une terre en difficulté. Le roi et sa terre ne font qu'un. Si l'un est malade, l'autre aussi; et guérir l'un, c'est guérir l'autre. Et comment ne pas songer au Grand Rite qui, par l’union de l’Epée et de la Coupe, symbolise l’union du Dieu et de la Déesse ? Les contes du Graal, qui font partie de la littérature courtoise, mettent en scène de nombreuses jeunes filles et femmes dont le rôle initiatique a dû fortement déplaire aux moines du Moyen-Age, qui se sont empressés de transformer ce Graal (féminin et très sexuel) en « Saint Graal » contenant le sang du Christ et la Grâce Divine.

Voilà, l'une parmi les leçons passionnantes, que Jessie Weston, put apporter à Anne-Laure...

Voir les commentaires

Voyage en Angleterre -6- Russell - Bergson

Publié le par Perceval

Tout le monde est resté sonné par le réquisitoire de Russell, et il est bien difficile d'apporter dans cet environnement si fraternel la contradiction...

Cependant Jean-Baptiste tente avec beaucoup de finesse - c'est Anne-Laure qui le remarque - de présenter une philosophie moins analytique...

  • N'y aurait-il pas en l'humain, un point d'insertion entre l'esprit et la matière... ?

  • Qu'entendez-vous par esprit... ? Pourquoi, l'esprit ne serait-il pas un phénomène physique... ?

  • Restons dans le doute... La perception ne pourrait-elle pas être une sorte de matérialisation causée par l'esprit... ?

  • Vous pensez donc que la réalité n'est pas ''une''... ?

L'évolution-creatrice-Bergson - Fabienne Verdier, l’expérience du langage

On pourrait aussi débattre de la liberté de l'esprit et du déterminisme de la matière.... Russell considère que cette opposition est artificielle … De même entre intelligence et intuition ; entre instinct et subconscient....

Russell reconnaît la valeur de l'argumentation, mais elle est ''littéraire'', esthétique... Quant à Bergson, il a effectivement lu '' L’Évolution créatrice '' publié en  1907, et ses autres ouvrages.... Il « n’est pas meilleur que les précédents » car il n’y a pas « depuis le commencement jusqu’à la fin, un seul raisonnement (…) il ne contient qu’une peinture poétique qui fait appel à l’imagination » !

Pour Bergson on atteint la vérité par l’intuition et non par l’intelligence: elle n’est donc pas matière à raisonnement...

Russell s'en prend ensuite à la notion de ''durée'' telle qu'elle est proposée par Bergson... « de la littérature...!'' - (les deux s'y connaissent... Il seront tous deux prix Nobel de littérature..!!)

Jean-Baptiste de Vassy, qu'Anne-Laure nomme J.B., est un érudit fortuné - je le rappelle – passionné de mathématiques, il a souvent accompagné Henri Poincaré, qu'il vénère, dans des congrès, et même dans son travail... JB, va donc tenté ici, d'expliquer ce que ''durée'' pourrait signifier aussi bien en philosophie qu'en sciences...

Naturellement, nous étendons la durée, qui n'est qu'une donnée immédiate de la conscience, au monde matériel... L'Univers nous parait former un tout... La ''durée pure'' est qualité, changement, mobilité... Elle n'est pas une quantité, même si quand on essaie de la mesurer, on le signifie par de l'espace, comme une longueur sur la ligne du temps...

Henri Poincaré, a noté que le temps est relatif, qu'il dépend du point de vue sous lequel on le mesure.

Dans son ouvrage, publié en 1902 '' La science et l'hypothèse '' Poincaré affirme qu'il n'y a pas d'espace absolu, ni de temps absolu... Non seulement nous n'avons pas l'intuition directe de l'égalité de deux durées, mais nous n'avons même pas celle de la simultanéité de deux événements se produisant sur des théâtres différents.

En 1907, Minkowski reprend les travaux de Hendrik Lorentz et Einstein, réunit l'espace et le temps, que nous avons l'habitude de dissocier, pour finalement les réunir en un « continuum espace-temps » à 4 dimensions... Cela rejoint d'ailleurs l'intuition qu'en a Poincaré...

Vraiment, la ''raison physicienne'' - et peut-être, bien plus que la ''raison mathématicienne'' - est pleine de paradoxes...! Ne trouvez-vous pas...?

 

Ottoline et Anne-Laure s'interrogent sur la raison et l'amour...

Russell admet qu'il y a des cas où non seulement la raison n’est pas utile mais où elle peut même devenir nuisible.. Ces cas adviennent lors de la relation avec les autres...

Dame Ottoline Morrell 1909

L'amour a des formes multiples... Dans le sens courant, il est la relation que deux êtres qui se sont librement choisis vont nouer dans des liens à la fois ''spirituels'' et charnels. « La peur de l’amour (…) n’est que la peur de la vie. Et ceux qui craignent la vie sont déjà aux trois quarts morts »

  • Philosopher ne permet-il pas ''d'appendre à mourir''..?

  • Tout au plus, à vivre mieux...

Russell énumère trois causes au malheur des hommes: - le mal byronien, sorte de mélancolie où l'amour d'une femme et la misanthropie se rejoignent ; - le sentiment de culpabilité ; et – l'esprit de compétition imposé par la société... Aussi, en résultent de l'ennui et de l'envie, la peur de l'opinion d'autrui, de l'agitation et de la fatigue... qui sont autant d’entraves au bonheur.

  • Et donc, pour être heureux...?

  • Et bien, selon notre personnalité, nous serons plus disposé à chercher une forme raffinée à notre bonheur, comme l'art, la création ; ou plus intellectuelle comme la recherche scientifique, ou plus simple comme le jardinage … ou plus émotionnelle ou plus instinctive...

Et de grands éclats de rire closent la question...

Voir les commentaires

Voyage en Angleterre -5- B. Russell

Publié le par Perceval

B. Russell - Bertie

Bertrand Russell est né dans une famille riche de l'aristocratie britannique... Ses parents sont morts quand Russell était très jeune et il a été en grande partie élevé par sa grand-mère résolument victorienne (bien que très progressiste). Son adolescence a été très solitaire et il a souffert de crises de dépression... « Adolescent, j’ai haï la vie et j’étais continuellement sur le point de me suicider, ce dont j’étais empêché par mon désir de me perfectionner en mathématiques »

  • Les mathématiques sont la seule chose que nous connaissons qui soit capable de perfection .

« J'aime les mathématiques en grande partie parce qu'elles ne sont pas humaines et n'ont rien à voir avec cette planète ou avec tout l'univers... L'Univers, comme le Dieu de Spinoza, ne nous aime pas en retour de quelque action.» 

  • Oui, peut-être, mais vous... Vous ne désirez pas être aimé en retour...?

Russell est tenté de décrire son enthousiasme quasi-mystique pour les mathématiques et la logique comme s'ils pouvaient être la base d'une nouvelle religion laïque.

De plus, Russell se propose de reconstruire toutes les mathématiques sur des bases purement logiques...

Plus généralement, Russell explique que l'un des buts de sa vie pourrait être de découvrir si l’homme est capable d’affirmer quelque chose de vraiment irréfutable: « Existe-t-il au monde, une connaissance dont la certitude soit telle qu’aucun homme raisonnable ne puisse la mettre en doute ? »

En 1900, il avait vingt huit ans, il souhaitait reprendre à son compte le projet que le philosophe et mathématicien allemand Leibniz avait entrepris dès le XVII° siècle : créer une langue logique universelle qui permettrait de réduire tous les raisonnements à des calculs afin que l’erreur disparaisse. Ne plus se tromper en rationalisant tout...!

Aujourd'hui, Russell tempère déjà cet absolu.... En effet – et cela fit bien rire Anne-Laure - « Leibniz, dans sa vieillesse, écrivit à un de ses correspondants qu’une seule fois dans sa vie il a demandé à une femme de l’épouser, et alors il était âgé de cinquante ans. “Heureusement, ajouta-t-il, la dame demanda du temps pour réfléchir. Cela me donna également du temps pour réfléchir moi-même, et je retirai ma demande”. Il n’y a pas de doute que sa conduite n’ait été rationnelle, mais je ne dirai pas que je l’admire »

Bertrand Russell expliqua en quoi, et pourquoi, il est athée: ce qui le révolte au plus haut point, ce furent les crimes commis, surtout contre les femmes, au nom de la religion et des textes bibliques. Par exemple ce texte : « Tu ne laisseras point vivre la magicienne » (Exode XXII, 18)... Conséquence: le pape Innocent VIII publie, en 1494, une bulle contre la sorcellerie et nomme deux inquisiteurs chargés de la réprimer. Ces derniers font paraître, la même année, un livre intitulé : « Malheus Maleficarum » ou, en français : « Le Marteau des Malfaitrices », dans lequel ils soutiennent que la sorcellerie est plus naturelle aux femmes, en raison de la méchanceté foncière de leur coeur. Entre 1450 et 1550, on estime à plus de cent mille le nombre de femmes qui sont brûlées vives sur le bûcher, en Allemagne seulement !

« La religion chrétienne a été et est encore le plus grand ennemi du progrès moral dans le monde »

Russell assure appuyer son athéisme, sur les bases de la raison et non sur la passion...

Sur le plan intellectuel, il remarque: la foi en quelque chose est codifiée et impérative... Elle s’accompagne donc toujours de dogmes doctrinaux qui ne résistent pas à un examen rationnel, même si la philosophie, d’inspiration théologique, a tenté de les rationaliser. La théologie tente de transformer la foi en savoir... Et, comme il y a plusieurs religions, et tentent chacune d'imposer son ministère; elles se font la guerre...!

Russell dénonce et démonte quelques unes des pseudo-preuves de l’existence de Dieu – comme celle qui veut que le principe de causalité nous contraigne à poser une cause suprême (et sans cause !) ou encore celle qui affirme qu’il y aurait un plan de la providence assignant à l’univers une fin bonne et qui expliquerait sa perfection.

La religion qui entend, selon une étymologie, relier les hommes entre eux et donc prôner l’amour du prochain, ne relie qu’en interne : elles s’opposent entre elles en externe, elles se combattent et se sont combattues sous les pires formes et elles constituent donc un  ferment de haine entre les hommes – point qui est régulièrement et scandaleusement occulté par l’histoire officielle des religions que l’Ecole nous enseigne, alors que le spectacle du monde contemporain nous en offre encore de terribles exemples.

  • Mais, tout cela n'advient-il pas, du fait d'une mauvaise interprétation des textes fondateurs... ?

Les membres du Moral Science Club, Cambridge, 1913

Russell va plus loin... Et en vient aux textes... Ainsi de la dualité de l’âme et du corps. Il pointe le mépris du corps, au profit du spirituel et la conséquence sur la vie sociale de moindre importance par rapport à la vie future, jusqu'à accepter de souffrir pour gagner le ''salut''... Paradoxalement, la croyance en la survie de l'âme aboutit à un individualisme, centré sur son propre salut... !

Bien sûr, Russell évoque la morale religieuse, avec en particulier tous les interdits visant le corps et la sexualité. On oublie trop facilement tout le mal causé aux femmes, aux enfants et cette culpabilité aidée par cette croyance absurde dans le pêché originel... Cela ne sert qu'à rendre les hommes plus violents, malades...

Bref, la religion est pour Bertrand Russell le règne de l’obscurantisme : par ses dogmes et ses pratiques constitutives, mais aussi par son refus constant des découvertes scientifiques, de Galilée à Darwin...etc

Tout le monde reste sonné par ce réquisitoire, et il est bien difficile d'apporter dans cet environnement si fraternel la contradiction...

Voir les commentaires

Voyage en Angleterre -4- B. Russell

Publié le par Perceval

Hotel Bartlett, Cambridge

Cambridge est au nord de Londres à 60 miles. Anne-Laure et J.B. occupent chacun une chambre à l'hôtel Bartlett...

Pendant la semaine de leur séjour ; il vont avoir le privilège de rencontrer Bertrand Russell ( 1872-1970), dans une ambiance décontractée, et bénéficier de l'accompagnement d'Ottoline Morrell, qui par son originalité et sa générosité va les enchanter...

Bertrand Russell

Russell a fait des études de mathématiques au Trinity College de Cambridge. Entre 1893 et 1897, le jeune étudiant va se passionner par les questions philosophiques que suscitent les nouvelles géométries, aussi bien vis-à-vis du statut de la vérité en mathématiques que du point de vue des fondements de la connaissance.

- Les mathématiques correspondent-elles à une activité de l'esprit, ou représentent-elles une lecture des lois de la nature ?

Les mathématiques y apparaissent avant tout comme le langage de la raison. Elles constituent le paradigme même de la science abstraite, « indépendante de toute création et de tout système naturel, exception faite de la mémoire, de la pensée et du raisonnement »

Les algébristes anglais, s'appuyant sur la philosophie de Locke, tirent les mathématiques du côté des sciences de l'esprit en affirmant que c'est cette seule puissance du rationnel qui permet d'articuler logiquement l'expérience empirique...

En 1903, Russell publie The Principles of Mathematics, un ouvrage sur les fondements des mathématiques. Cet ouvrage avance la thèse selon laquelle les mathématiques et la logique sont une seule et même science.

Alys Whitall, Bertrand Russell 1907

En 1908, il est élu à la Royal Society. En 1910, paraît le premier volume de son œuvre maîtresse du point de vue de la logique, les Principia Mathematica, écrits en collaboration avec Alfred North Whitehead. Suivront deux autres volumes, en 1912 et 1913.

 

Bertrand Russell, rencontre à 17 ans, une Quaker de cinq ans plus âgée: Alys Pearsall Smith, puritaine et ''high-minded '', qu'il épouse le 13 décembre 1894.

Dans son Autobiography, il écrit : « I went out bicycling one afternoon, and suddenly, as I was riding along a country road, I realised that I no longer loved Alys. » Leur mariage commence donc à s'effondrer en 1901 quand il prend conscience, alors qu'il faisait du vélo, qu'il ne l'aimait plus.

Lady Ottoline Morrell 1912

A l'époque où Anne-Laure et J.B. rencontrent Bertrand Russell, il est l'amant de Lady Ottoline Morrell.

Ottoline Morrell restera gravée dans la mémoire de nos visiteurs. Si Virginia et Vanessa Stephen sont les reines de Bloomsbury ''images souveraines de Guenièvre''; Ottoline se rattache à l'image de Morgane, la muse et rebelle de cette société britannique aux valeurs étroites. Excentrique, elle s'entoure de nombreux illustres amis tels: Bertrand Russell, WB Yeats, DH Lawrence, TS Eliot , Virginia Woolf, Aldous Huxley, EM Forster ...

Ottoline raconte sa première véritable rencontre avec le brillant et passionné Bertrand Russell, que ses amis nomment Bertie. C'était un dimanche, le 19 mars 1911; elle donnait un petit dîner ( en petit comité) au ''44 Bedford Square'' où elle recevait à Blomsbury...

Ottoline était inquiète de sa capacité à converser avec un homme de son intellect qu'elle ne connaissait pas bien. Pourtant, après le départ des invités, Ottoline et Bertrand Russel vont parler pendant des heures... Elle se rendait compte qu'il était ''troublé'', et elle l'a encouragé à se confier... Il a alors, exprimé qu'il n'aimait plus sa femme Alys ( .. elle n'aimait pas lire Nietzsche...); mais, qu'il avait besoin d'amour et était fatigué de son "mode de vie puritain et aspirait à la beauté et à la passion". En quelques heures, il étaient tombé '' en affair '' ....

D.Brett, L. Strachey, Ottoline et B.Russell

 

Ottoline insiste pour que les invités français vienne la voir dans son cottage Peppard, près de Henley on Thames, modeste et qu'elle pense vendre pour acheter une plus belle demeure: Garsington Manor, près d'Oxford où elle recevra beaucoup. Bertie y aura sa chambre. Et quand il y avait foule à Garsington, ils se retrouvaient dans un hôtel londonien...

 

AN Whitehead (1861-1947) était devenu le tuteur de Russell au Trinity College de Cambridge dans les années 1890, l'année du mariage entre Whitehead et Evelyn Wade, une Irlandaise élevée en France...

À l'âge de 29 ans, en février 1901, alors qu'il est installé chez son ancien professeur, pour favoriser le travail sur un ouvrage commun ''Principia Mathematica.'', Russell reçoit - ce qu'il appelle - une « sorte d'illumination mystique », après avoir été témoin de la l'énorme souffrance de la femme de Whitehead - pour qui il éprouve un amour secret et impossible - lors d'une attaque d'angine de poitrine. « Je me suis retrouvé rempli de sentiments quasi-mystiques sur la beauté [...] et avec un désir presque aussi profond que celui du Bouddha de trouver une philosophie qui devrait rendre la vie humaine supportable » (...) « Au bout de ces cinq minutes, j'étais devenu une personne complètement différente..

Russell va en effet parler de la compassion, « Compatir, c’est souffrir de la souffrance de l’autre, la partager d’autant plus douloureusement qu’on ne peut l’en soulager. » (..) « dans les relations humaines, c’est au cœur même de la solitude, en chaque être, qu’il importe d’atteindre et de parler »...

  • Mais le langage logique et mathématique n’en a pas le pouvoir.?

  • Oui, mais sans renier, la pensée analytique... On peut développer un autre langage, celui de la philosophie pratique...
Lady Ottoline Morrell

Russell, beaucoup plus tard écrira: « Trois passions, simples mais irrésistiblement ancrées en moi, ont gouverné ma vie : le besoin d'amour, la soif de connaissance et une douloureuse communion - avec tous ceux qui souffrent. Trois passions, comme des grands vents, qui m'ont balayé de-ci de-là, dans une course capricieuse, sur un profond océan d'angoisse, . jusqu'à atteindre les bords mêmes du désespoir.» .

Les femmes - et Russell ne s'en cache pas - ont eu une énorme importance dans sa vie. Il s'est d'ailleurs marié quatre fois.

  • «Ceux qui n'ont jamais connu l'intimité profonde et l'intense compagnie de l'amour mutuel ont raté la meilleure chose que la vie ait à offrir.»

« Le mariage doit être essentiellement la pratique de ce respect mutuel de la personnalité, allié à une profonde intimité physique, intellectuelle et spirituelle qui fait de l’amour entre la femme et l’homme la plus féconde des expériences de la vie »

Voir les commentaires

Voyage en Angleterre -3- Bloomsbury group

Publié le par Perceval

Virginia Woolf

Anne-Laure de Sallembier rencontre Virginia Stephen (Woolf) - elle a 29 ans - , sans se rendre compte à qui elle a affaire... En 1905, Virginia Woolf a commencé à écrire pour le Times Literary Supplement; et son premier roman, ''The Voyage Out'' (La Traversée des apparences, traduit aussi Croisière), sera publié en 1915 à l'âge de 33 ans.

Virginia explique l'importance pour elle d'être à Londres : une ville qui attire, stimule, et inspire une histoire ou un poème, il suffit de se promener dans la rue... Du fait de cette abondante population, tout y est constamment nouveau et surprenant : les bateaux qui montent et descendent la Tamise, le métro , les bus rouges à deux étages..., pour Virginia tout y est une source inépuisable d'étonnement; « Londres est un rêve »... Quand Virginia se promène dans la rue, elle est très excitée, comme si elle venait d'un autre monde... Avec un chapeau de paille à larges bords sur la tête qui ombrage son visage jusqu'à sa bouche, elle porte une veste beige sur une chemise à pois et une jupe en tweed.

Neopagans 1911_Noël Olivier ; Maitland Radford; Virginia Stephen; Rupert Brooke camping sur Dartmoor août 1911

Virginia vient de rencontre le jeune poète Rupert Brooke ; ils s'amusent de raconter aux autres – en particulier à leurs invités français, choqués et amusés - qu'ils se sont baignés ensemble et nus, cet été sur la rivière Cam... Ils ont campé ensemble avec Katherine Cox, Maynard Keyes et d'autres près de Clifford Bridge...

Virginia Woolf et Ka Cox at Asheham

Plusieurs, du groupe de Bloomsbury, semblent désapprouver les relations récentes de Virginia avec ces '' Neo-Pagans '' entraînée par Ka Cox et Brooke... Ces personnes pratiquent un style de vie alternatif mêlant socialisme, végétarisme, l'exercice en plein air et nudité... Les femmes portent des sandales, des chaussettes, des chemises à col ouvert et des foulards, comme Virginia le fait ici. Ce bucolisme contraste avec l'intellectualisme sceptique de Bloomsbury, au point où Adrian, son frère, la surnomme ''la chèvre''... Finalement, c'est Brooke, qui va se détourner du groupe et de Brunswick Square à la fin de 1911, la qualifiant de "maison de débauche"; et l'amitié entre Virginia et Ka, va cesser...

Virginia et Vanessa à Firle Park en 1911

Anne-Laure et J.B. ont durant leur séjour, eu la chance d'être accompagnés de Vanessa ( la soeur de Virginia) et Clive Bell; qui vont les conduire jusqu'à Cambridge à la rencontre de Bertrand Russell, leur objectif de voyage... Vanessa déjà avait commencé « une affair » ( une liaison) avec le peintre Roger Fry; ensuite elle vivra avec Duncan Grant, dont elle tombe profondément amoureuse, et réussira à le séduire en un soir; Vanessa voudra absolument un enfant de Grant, Angelica  va naître à Noël, 1918; puis ils continueront à vivre ensemble pendant plus de 40 ans. Angelica a grandi en croyant que le mari de Vanessa, Clive Bell, était son père biologique...

Lady Ottoline Morrell - Garsington visitors, 1916 - Clive Bell, Dorothy Brett, Aldous Huxley, Bertrand Russell, and Lytton Strachey (Garsington Manor, Oxfordshire)

Vanessa pratiquait la peinture, et la reliure.. Sa première exposition en solo, aura lieu en 1916, à l'Omega Workshop à Londres,

Manet_and_the_Post-Impressionists

Clive Bell a fait ses études au Marlborough College et au Trinity College de Cambridge... En 1902, il obtient une bourse pour étudier à Paris, et devient critique d'art... C'est lui qui fait découvrir au public britannique, l'art contemporain, de Cézanne à Picasso. Le groupe de Bloomsbury le tourmentent quelque peu sur ses manières mondaines, et peut-être françaises... Clive est extrêmement social ; il va contribuer à maintenir un lien entre ''le monde extérieur'' et un Bloomsbury qui tend à se renfermer sur lui-même. À Londres, Bell poursuit son étude des arts visuels, des galeries et musées de la capitale aux églises italiennes, en menant parallèlement une carrière de critique littéraire. Son enthousiasme pour la France perdure ...

Il est associé par Roger Fry à l’organisation des deux expositions postimpressionnistes des Grafton Galleries (1910 et 1912) qui provoquent un grand retentissement sur la scène artistique britannique. On y voit des œuvres de Cézanne, Van Gogh, Gauguin et de leurs successeurs jusqu'au fauvisme inclus,  Matisse, Picasso, André Lhote, Georges Braque.. ; ce qui introduit une rupture profonde dans le langage des arts plastiques en Angleterre.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>