Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #moyen-age tag

Le Chevalier à l'épée – 2/ -

Publié le par Perceval

Résumé: Gauvain, s'est donc perdu à la chasse, et il est hébergé par un chevalier qui – aux dires de bergers qu'il a rencontrés - a la singulière coutume de faire tuer tout étranger qui le contredit en quoi que ce soit...

Le château du chevalier, se présente sur une montagne.... Il est vrai qu'en cette époque, un temps où les armes à feu et l'artillerie n’existaient pas encore, c’était la situation la plus favorable: on ne pouvait guère prendre ces forteresses que par la famine. Le même principe a fait bâtir sur des hauteurs la plupart des villes anciennes.

 

Ces avis, donnés avec l'air et le ton de la vérité, étaient faits pour effrayer, et Gauvain hésita quelque temps s'il ne retournerait point sur ses pas. Mais le peu de foi dû à de pareils propos , tenus malicieusement peut-être pour tenter son courage ; la crainte surtout qu'on ne pût lui reprocher un jour d'avoir manqué à sa parole et tremblé une fois dans sa vie, lui fermèrent les yeux sur le danger, et il résolut de tenter l'aventure.

On l’attendait au château. Dès qu'il parut, tout ce qui l’habitait, et le seigneur lui-même, accoururent au-devant de lui avec les apparences du plaisir et de la joie. On prit son cheval, on le désarma lui-même, et le chevalier le conduisit par la main dans une salle richement ornée, où il le fit asseoir en attendant qu'on servit; « Beau sire, lui dit-il, soyez ici à votre aise, et si quelque chose y déplaît à vos yeux, dites le en maître; car vous l'êtes dès ce moment, et tout y est à vous». Gauvain n’avait pas oublié l'avis des bergers, il trouva tout bien. Un moment après, le châtelain rentra avec une demoiselle d'une beauté éblouissante . C’était sa fille. Il lui ordonna d'obéir en tout aux volontés de Gauvain, et, pour que celui-ci ne s'ennuyât pas, il la laissa seule avec lui.

Dans les texte original , est le portrait de la demoiselle … L'auteur a grand soin de répéter que son héroïne était blonde. C’était le genre de beauté qu'on estimait le plus.

Ce préjugé en faveur des blondes était si général, qu'on avait imaginé diverses recettes pour donner aux cheveux et aux sourcils cette couleur, quand ils ne l'avoient pas naturellement. Arnaud de Villeneuve, médecin, mort au commencement du quatorzième siècle , enseigne ce secret dans son traité de Ornatu mulierum...

 

Ce discours,cette conduite,cette belle fille surtout, avoient tellement troublé le prince, qu'il fut quelque temps sans parler. Revenu un peu à lui, sa situation ne lui parut pas médiocrement embarrassante : il se voyait enfermé avec la fille de son hôte, et craignait de lui faire trop ou trop peu de politesses. Il se hasarda pourtant à lui offrir l'hommage de sa valeur, et la pria de permettre qu'il fût son chevalier. A travers tout cet embarras et cette circonspection, la jeune beauté lut sans peine dans les yeux de Gauvain l'impression qu'elle avait faite sur lui. Elle se sentait de son côté quelque penchant pour lui, et avait été frappée de sa bonne mine. Néanmoins la crainte combattait dans son âme l'intérêt que lui inspirait l'aimable étranger, et elle n’osait l'en instruire.

L'amour l'emportant enfin, après avoir fait jurer à Gauvain un secret inviolable, elle l'avertit, comme avoient fait les bergers, de ne jamais contredire son père, et lui recommanda sur toutes choses de la respecter. « Vous l'avez entendu, dit-elle, m'ordonner de vous obéir en tout. Mon doux ami, gardons-nous en bien; vous ne seriez déjà plus, si vous eussiez rien exigé. »

Le chevalier rentra pour conduire son hôte à table. « Quand j'ai un convive chez moi, dit-il en s'asseyant, s'il est curieux de ne pas me déplaire, je veux qu'il y ordonne, qu'il se fasse servir, et se plaigne enfin comme s'il était chez lui ». D'après cette déclaration, il offre de tout à Gauvain, le fait boire largement et le questionne sur chaque plat. Celui-ci boit et mange sans réplique, et vous vous doutez bien qu'il trouve tout excellent. On va même jusqu'à lui proposer la pucelle pour mie: il ne fait pas la moindre objection, accepte et remercie.

Après le repas, le châtelain qui voulait aller au bois à son ordinaire pour chercher aventure, se fit seller un cheval; mais, avant de partir, il commanda expressément à son hôte de l'attendre , et lui défendit, sous peine de la vie, de quitter le château sans sa permission. Il lui laissa cependant sa fille pour l'amuser; car il voulait surtout qu'il s'amusât. Gauvain interdit ne savait que penser de ce mélange incroyable de caresses et de brutalité. Néanmoins, comme de son naturel il était franc et loyal, il cherchait à tout cela des excuses et ne pouvait croire qu'un homme qui, de son plein gré , l’avait invité à venir chez lui, et qui l'y traitait si bien, pût songer à le trahir.

La demoiselle dont la tendresse commençait déjà sérieusement à s'alarmer pour lui, était plus inquiète encore. Elle eût voulu connaître tous les pièges qui le menaçaient, afin de l'en instruire et de lui apprendre à les éviter. Elle lui répétait au moins de se bien tenir sur ses gardes et lui recommandait surtout d'acquiescer sans résistance à tout ce qu'on lui demanderait.

A suivre ... ( après la suite de notre ballade en Limousin, sur la Route Richard...) 

Voir les commentaires

Le Chevalier à l'épée – 1/ -

Publié le par Perceval

Je me propose de lire et commenter un texte court que l'on inclut dans la Légende Arthurienne : ''Le Chevalier à l'épée '' date de la fin du XIIe siècle, début du XIIIe siècle. Il s'agit d'un texte consacré à Gauvain.

'' ‎Le chevalier à l’épée '', aurait pour auteur, celui du fabliau :''La Demoiselle à la mule '' œuvres parodiques qui veulent bousculer le roman médiéval réaliste du moment : '' Le Conte du Graal ''. Ces textes parodiques veulent remettre en question les conventions courtoises et chevaleresques ; et le personnage qui correspond le mieux à cette image glorieuse est le chevalier Gauvain. En même temps que ces valeurs chevaleresques, c'est le surnaturel qui va être dévalorisé...

Sachons également, que cette période médiévale permet de lire de la poésie courtoise, mais aussi des fabliaux beaucoup plus crus ...

L'auteur, et il fallait l'inventer... ! Se nomme Païen ( à l'inverse de Chrétien), et non pas de la glorieuse ville de Troyes , mais de Maisières ( donc de nulle part …!) : Païen de Maisières se plaît à décrire la déchéance, et l'incompétence amoureuse de Gauvain …

Si on ne sait rien de la biographie de cet auteur ; on peut dater son texte de 1200-1210, et ses nombreuses références aux romans de Chrétien de Troyes ont conduit certains spécialistes à confondre Chrétien et Païen ...

Il n'est pas inintéressant de s'engager dans la lecture de ce texte, avec cet avertissement …

Je rappelle avant de commencer que Gauvain, est qualifié de ''soleil de la chevalerie''... Il est mondain, aimable, courtois, joyeux et plaît aux dames …

Dans aucun texte il ne rencontre de jeune fille qui lui inspire un amour assez profond pour l’épouser ou se consacrer à elle, mais ne reste pas insensible au charme de certaines demoiselles qui croisent son chemin. Beau et séduisant, il plaît et n’hésite pas à échanger des propos charmants avec les jeunes filles et à proposer d’être leur champion. C’est ainsi qu’il offre à Lunete, la suivante de Laudine, de la servir :

« Ma demoiselle, je vous fais don, en ma personne d’un chevalier dont vous pourrez disposer à loisir… Je suis vôtre ; quant à vous, soyez, dorénavant, ma demoiselle. » (Le Chevalier au Lion, vv. 2435-41). A l'inverse de Lancelot, ou de Perceval, Gauvain est un chevalier disponible : Dans le Conte du Graal, il parle d’amour avec la sœur du roi d’Escavalon qui répond à ses avances.

Dans les romans arthuriens du XIIIe siècle, sa réputation de séducteur demeure et ses aventures amoureuses se multiplient : cf la Demoiselle du Lis ( dans la première continuation de Perceval).

Gauvain, trop humain, plus attaché aux valeurs terrestres qu'à Dieu, va passer du chevalier glorieux à celui plus futile et mondain, puis plus inquiétant à celui de meurtrier et de traître...

Incipit:

Et conmance do Chevalier a l'espee.
Cil qui aimme desduit et joie
viegne avant, si entende et oie
une aventure qui avint
au bon chevalier qui maintint...

 

 

 

Quelqu'un aime-t-il joie et déduit? Qu'il vienne à moi et qu'il écoute l'aventure de ce bon chevalier qui fut l'ennemi des traîtres et des lâches, et qui maintint toute sa vie honneur, prouesse et loyauté : c'est monseigneur Gauvain.

L'auteur fait un reproche à Chrestien de Troyes - dont la plume a célébré tant de chevaliers de la Table-Ronde - d'avoir oublié celui-ci. Il veut réparer, dit-il, l'injure faite à la gloire de ce héros. Il chantera au moins quelques-unes de ses actions, puisqu'il est impossible de les raconter toutes; et sans un plus long préambule, il entre en matière.

Le Roi Arthur ( Artus) habitait Carduel avec la reine , son épouse ; Gauvain , son neveu , et un certain nombre de chevaliers. On entrait dans le printemps: le jour était extrêmement beau. Gauvain , dans le dessein d'en profiter, demanda son cheval; et, après avoir chaussé ses éperons d'or , sans autres armes que son épée, sa lance et son écu, prit le chemin de la forêt. La beauté du ciel, le chant des oiseaux, la fraîcheur de la verdure naissante le plongèrent insensiblement dans une douce rêverie : il s'y abandonna quelque temps, et n'en sortit que pour s'apercevoir qu'il s’était égaré. La nuit qui allait le surprendre dans le bois l’inquiétait beaucoup. Il retourna donc sur ses pas, suivit, quitta, reprit diverses routes, et ne fit que s'égarer encore plus.

Les éperons d'or ou dorés étaient le signe distinctif des chevaliers: les écuyers ne pouvaient en porter que d'argent. Quand quelqu'un recevait la chevalerie,la première pièce de l'armure qu'il commençait à prendre était les éperons d'or; et ordinairement le roi ou le prince qui lui conférait cette dignité les lui chaussait de sa propre main.

Gauvain était dans cet embarras , quand ses yeux entrevirent au loin à travers les arbres la lueur d'un grand feu. Arrivé plus près, il vit un cheval attaché à une branche, et près du feu un chevalier assis. Il l'aborda aussitôt pour le supplier de vouloir bien lui enseigner la route de Carduel. Le chevalier s'offrit à le conduire lui-même au château , dès que le jour le leur permettrait; et, en attendant, il le pria d'agréer qu'il lui fît compagnie. Gauvain descendit donc de cheval: il s'enveloppa dans son manteau, et, prenant place auprès de l'inconnu , se mit à causer avec lui. Naturellement droit et loyal, il déploya dans cet entretien sa franchise ordinaire: l'autre, au contraire, ne cherchait qu'à le tromper, et vous en verrez bientôt la raison. Enfin, après quelque temps de conversation , le sommeil les gagna, et ils s'assoupirent jusqu'à ce que le jour vint les réveiller.

«Nous sommes assez loin de Carduel, dit alors le chevalier, et vous n'avez point soupé;mon château est à quelques pas d'ici, acceptez sans façon un repas sans apprêt et offert avec amitié ». Gauvain ne se fit pas prier; l'on partit. Mais, à peine furent-ils sortis de la forêt, que l'inconnu demanda la permission de prendre les devants: « Je n'ai personne, dit-il, qui puisse aller annoncer votre arrivée ; souffrez que je vous quitte un instant pour m'acquitter de ce devoir. Vous voyez mon manoir sur la croupe de cette montagne au bout du vallon: c'est là que je vous attends. »

En disant cela, il partit au galop; et Gauvain, qui n’avait pas sur cette offre si généreuse le moindre soupçon, le suivit tranquillement au pas.

Il était d'usage lorsqu'on voulait recevoir avec distinction quelqu'un que l'on considérait, de venir vers lui... Non-seulement tous les domestiques, mais la maîtresse même du château et ses filles , venaient au-devant du chevalier. Elles lui tenaient l'étrier pour l'aider à descendre, le désarmaient elles-mêmes, et lui donnaient de ces habits commodes que l'on tenait en réserve pour ces occasions. Comme dans la plupart des histoires, le château du chevalier, se présente sur une montagne.

A quelque distance, Gauvain rencontra quatre bergers qu'il salua. L'air noble du héros, cette prévenance de sa part les intéressa en sa faveur: « Beau sire s'écria l'un d'eux, vous ne méritez pas d'aller à la mort ».

Le prince ne fit point d'abord attention à ce discours, et il continua sa route: mais tout-à-coup il s'arrêta par réflexion et revint sur ses pas pour demander aux pasteurs l'explication des paroles sinistres qu'il venait d'entendre. Ils répondirent naïvement que , s'ils l'avaient plaint , c'est qu'ils voyaient souvent de braves chevaliers se rendre , comme lui, au château, et que jamais ils n'en avoient vu revenir aucun. Gauvain étonné fit sur cela diverses questions auxquelles ils ne purent satisfaire; car, comme personne n’avait pu dire ce qui lui était arrivé, on ne pouvait guère en parler que d'après des bruits et des soupçons. Ils lui apprirent seulement, et d'après ces bruits, que le chevalier ne voulait être contredit en rien, que sa coutume était de lasser par les épreuves les plus dures ceux qu'il pouvait attirer chez lui, et qu'à la moindre résistance de leur part, il les faisait égorger.

Voir les commentaires

Sur la route Richard Coeur de Lion : Châlucet, - 8/ -

Publié le par Perceval

Passionnés du Moyen-âge ; il faut aller se promener autour et dans la forteresse de Châlucet... ! Beaucoup de choses ont été écrites, et pour étudier en détail son histoire et son architecture, il faut consulter le site : http://www.limousin-medieval.com/chateau-de-chalucet

A la fin du XIIIe siècle, grâce à Géraud de Maulmont, Châlucet, est le plus grand château fortifié du Limousin...

Le site est actuellement très bien aménagé, et c'est l'occasion d'une belle promenade.

Un lieu riche d'histoires...

Même aujourd'hui il inspire encore : je pense à Laurent Bourdelas, qui dans son livre Le mystère de Chalûcet, mêle nos deux époques : l'une historique et véridique, à travers l'épopée des brigands qui se sont emparés de Châlucet au XIV e siècle. L'autre, contemporaine et romancée, au fil d'une enquête policière menée par un officier de police limougeaud (qui partage d'ailleurs quelques points communs avec l'auteur).

 

Et encore, par exemple, la Tour Jeannette, s'appelle ainsi ( au moins depuis le XIXe s.) , parce qu' on raconte qu'un jour, les brigands qui occupaient à ce moment-là la forteresse dévalisèrent des marchands sur le chemin qui mène de Solignac à St-Yrieix. Une des victimes, Jeannette, pour se venger, se déguisa en bergère et se fit accepter comme fille de peine auprès du seigneur de Châlucet, facilitant la prise du château par les gens de Limoges. Retrouvée par les brigands, elle fût jetée au cachot. On dit que son cadavre aurait été retrouvé pendant la Révolution par une famille réfugiée dans la tour. Ainsi se raconte la légende de la tour Jeannette. (source Pays du Limousin n°34)

 

Bien sûr, il ne faut pas croire tout ce que l'on dit : Dans « La Revue limousine.» Limoges, 1929.

On lit que « Le train qui s’essouffle vers Pierre-Buffière a dépassé la station Solignac-Le Vigen. Dans un compartiment de seconde classe, une dame « comme il faut » (maquillage, gants, mallette en cuir fauve), distribue des exhortations à deux bambins remuants comme des crabes.

Soudain, les ruines altières de Châlucet se dressent sur leur colline. Alors, la dame :

- " Venez vite voir, mes chéris ! C’est ici qu’est mort le roi d’Angleterre, Richard-Cœur-de-Lion. Il était très méchant et très grand, encore plus grand que l’oncle Jules. Il voulait piller la France. Mais un Limousin, tout petit comme vous, le guettait du haut de cette tour. Avec sa fronde, il a lancé un caillou à la tête du vilain Anglais qui est mort sous cet arbre que vous voyez là-bas. "

 

Nous, qui parcourons la Route Richard Coeur de Lion, nous avons corrigé ….

La Chronique de Saint-Martial, tirée des archives de l'abbaye de Solignac, nous renseigne sur l'

Pendant la guerre opposant le comte de Poitiers à l'évêque Eustorge de Limoges, ce dernier fonde le bas castrum vers 1130. Il reçoit dans sa lutte le soutien inconditionnel d'Adémar III, vicomte de Limoges, et l'aide de deux chevaliers de la famille des Bernard de Jaunhac.

La nouvelle agglomération fortifiée, qui peut accueillir une quinzaine de familles de chevaliers, est dirigée par une communauté de co-seigneurs : Pierre et Géraud de Frachet, Bernard de Jaunhac, Gui de Périgord, Gui Jourdain, Bernard de Royère. Noms cités dans un texte de 1196.

Toujours vers 1130, le vicomte de Limoges, parvenant à usurper à l'abbé de Solignac certains droits suzerains sur le castrum, fonde le second château : le Haut-Châlucet. Puis vers 1270-1280 : c'est la construction du palais fortifié par Géraud de Maulmont. Et, en 1305 : Châlucet devient une forteresse royale.

Le Château est un repaire de brigands, pendant la guerre de cent ans. Et, il est démantelé à la fin du XVIe siècle...

Voir les commentaires

Sur la route Richard Coeur de Lion : St Jean de Ligoure, Château-Chervix, - 7/ -

Publié le par Perceval

Saint-Jean-Ligoure est un petit village centré autour de l'Eglise et d'un château construit au XVIIIe (et non pas au XIIe s).

C'est à Châlucet - qui dépend de cette commune -que l'on trouve une construction médiévale, dont on reparlera bien-sûr...

Quelques personnalités sont liées à la commune de Saint-Jean de Ligoure (Sent Jan Ligora en occitan) et Châlucet, en particulier :

* Géraud de Maulmont (1222, 1299), cadet d'une lignée limousine '' les Maulmont'', clerc, puis conseiller de la vicomtesse de Limoges, ministre de Philippe le Bel, chapelain particulier du pape. Il a reconstruit entièrement le château haut de Châlucet pour en faire la plus grande forteresse limousine sous la forme d'un palais richement équipé.

Ainsi, à partir de 1272, il devient seigneur de Châlus, de Châlucet, de Courbefy, de Bré, de Bourdeilles, de Saint-Pardoux-la-Rivière et de Montfort en Bourgogne. Il possédait également des biens à Limoges, un manoir à côté du castrum d’Aixe, un hôtel particulier proche du Louvre à Paris

    Géraud de Maulmont meurt en 1299 à Châlus. Son héritage sera repris par la couronne de France.

    * La famille des Cognac ( ou Coignac) sont seigneurs de Saint-Jean-Ligoure. Ancienne chevalerie connue dès 1350, puis éteinte à la fin du XVIe siècle après avoir donné quelques personnages très romanesques.

    On connaît un François de Coignac dit '' le furieux'',seigneur de Saint-Jean-Ligoure, et de Château-Chervix...

    Fait divers :

    Le 6 octobre 1553, Château-Chervix est le théâtre d'un drame de la folie : François de Coignac, est hanté, comme tant d'autres, par l'idée de fabriquer de l'or ou du changement de tout métal en or grâce au mercure solidifié.

    Pour ce faire, il s'adjoint un certain Bernardiera, prêtre de réputation douteuse. Il installe un laboratoire dans une tour isolée du château. Le beau-père de François de Coignac, intéressé par l'alchimie, est lui, accusé de falsification de monnaie et conduit au Châtelet d'Angoulême. Son gendre, fort ému, va plaider sa cause et obtient « que bonne justice serait faite ».

    À son retour, il raconte l'histoire à Bernardiera. Redoutant que la justice vienne s'intéresser à leur activité, il le convainc qu'il doit périr avec sa famille en même temps que la destruction du bâtiment. Coignac ne voulant pas participer à cette tuerie va se réfugier au Puy-de-Bar, laissant le champ libre au prêtre et à un complice.

    Usant de subterfuges, Bernardiera attire Dame Coignac dans le laboratoire où il la tue d'un coup de dague, puis c'est le tour des enfants, pendant que son complice s'occupe des domestiques les uns après les autres, sauf un petit berger qui, remontant de la cave entend crier et s'y réfugie de nouveau. Les dépouilles des malheureux sont entassées dans le laboratoire où il est mis le feu. Celui-ci embrase le reste du château, en n'épargnant que le donjon actuel.

    Après 2 jours, le petit berger sort de sa cachette et raconte la terrible histoire. Ce récit vient aux oreilles des juges du Présidial qui font chercher les coupables. Bernardiera confesse son crime, il est tenaillé, roué, écartelé et décapité à Limoges, quant à Coignac, réfugié en Suisse, il sera condamné à avoir la tête tranchée.

    La tour de Château-Chervix est l’ancien donjon d'un château-fort construit par les vicomtes de Limoges au XIIe siècle. Ils y envoyaient leurs principaux prisonniers comme dans les châteaux d’Aixe, de Nontron et d’Excideuil.

    Le donjon de Château-Chervix a été édifié par le vicomte de Limoges sur les terres de l'abbaye de Saint-Martial. Une mention, dont l'authenticité n'est pas établie, prétend qu'il existait un château dès le milieu du Xe siècle. A la fin du XIe siècle, la paroisse " Saint-Silvain du château " est attestée dans le patrimoine de l'abbaye (première mention authentique). Près de cent cinquante ans plus tard, une bulle pontificale d'Innocent IV désigne Saint-Silvain comme église de Château-Chervix.

    Le château apparaît dans les comptes-rendus de divers hommages prêtés par les vicomtes de Limoges aux abbés de Saint Martial, suzerains des lieux :

    Dans le dernier quart du XIIe siècle (v. 1174 ?) : Adémar V à l'abbé Isembert pour la tour maîtresse. En 1287 : Arthur de Bretagne pour la tour, ou fort et motte. En 1307 : Jean à l'abbé Gaillard pour le château. En 1363 : Charles de Bretagne pour le château.

    Durant la guerre de Cent Ans, la place est prise par les Anglais en 1356. Ils l'enlèvent de nouveau en 1380 et s'y installent une année durant.

    A la fin des hostilités, Château-Chervix passe entre différentes mains : au capitaine de la place en 1452 ; aux Coignac (ou Cognac) de Saint-Jean-Ligoure en 1487 ; à Jean Hugon (juge) en 1541 ; à François de Pérusse -comte des Cars- en 1598 ; à la famille Joussineau de Tourdonnet en 1660.

    Voir les commentaires

    La route Richard Coeur de Lion, en Limousin

    Publié le par Perceval

     

    Le Roi ArthurLe Roi Richard Coeur de Lion, et Robin des bois

    Limousin : La route du Roi Richard.

    La légende du Roi Arthur, et l'histoire de Richard Coeur de Lion nous renvoient au Moyen-âge et au mythe, qui nous paraissent, une dizaine de siècles plus tard, indissociable l'un de l'autre...

    Il est aisé, pour un conteur, de passer du Roi Arthur au Roi Richard Cœur de Lion... Le décor est le même : les mœurs, les conditions de vie, les passions se retrouvent...

    En ce début de printemps, et de vacances d'été ; je prévoie toute une série d'articles qui vont mêler Histoire et Tourisme... Je suis résident à Limoges, et je vous propose de visiter les châteaux et les Églises de la Route Richard cœur de Lion.

    La route Richard-Cœur-de-Lion est un circuit touristique qui relie Chassenon (Charente) à Arnac-Ponpadour (Corrèze). Elle se situe dans quatre départements : Charente, Haute-Vienne, Dordogne et Corrèze. Elle passe par Châlus ( 35km de Limoges) , où est mort Richard Cœur de Lion en 1199, d’où le nom donné à cet itinéraire.

    Au moyen-âge, la vicomté de Limoges était bordée au sud-ouest par des châteaux, églises et cités fortifiés formant une ligne de défense aux limites du grand duché d'Aquitaine, possession des Plantagenêt et de Richard Coeur-de-Lion en particulier, par sa mère Aliénor d'Aquitaine : héritière du duché d'Aquitaine.

    Le Limousin, tout comme la Dordogne, possède de nombreux vestiges et témoignages de l'époque médiévale.

    Au Moyen Âge, le Limousin fut le terrain de luttes incessantes entre les rois d'Angleterre et rois de France. Notamment au XIIe siècle, avec Henri II Plantagenêt adversaire de Louis VII ( et qui fut le premier mari d'Aliénor) et Richard Coeur de Lion qui s'opposera à Philippe-Auguste. 

    Le but de ces conflits était bien évidemment la prise de possession de nouveaux territoires. La vicomté de Limoges se trouvait alors dans une position géographique stratégique. 

    En 1199, suite à une multitude de conflits divers, Richard Coeur de Lion se rend au château de Châlus-Chabrol pour l'assiéger... Durant le troisième jour de siège, Richard est touché par un carreau d'arbalète et meurt de sa blessure mal soignée. 

    Ci-dessous, donc, les articles déjà parus, sur cette route Richard Coeur de Lion, fil rouge d'une promenade médiévale en Limousin... Bonne Route!

    Le Limousin au Moyen-âge. -1/2-

    Cet été, nous serons sur la route de Richard cœur de Lion en Limousin

    Le Limousin au Moyen-âge. -2/2-

    Nous en avons déjà parlé : Henri II, et Richard cœur de Lion , gardiens de l'Aquitaine ...

    Sur la route Richard Coeur de Lion : Limoges – 1/3 - - La Légende du ...

    - La Maison de Limoges est une famille féodale du Limousin qui possédait la Vicomté de Limoges. Elle commence avec Foucher ou Foulques ...

    Sur la route Richard Coeur de Lion : Limoges – 2/3 - - La Légende du ...

    - BD de Pascal Jourde '' La mort du Lion '' Limoges, dès la fin du IXème siècle, le vicomte représente le comte de Poitiers ; il s'est installé à ...

    Sur la route Richard Coeur de Lion : Limoges – 3/3 - - La Légende du ...

    - En 1171 (?), d'après Geoffroy de Vigeois, le jeune Richard Cœur de Lion, nouveau duc d'Aquitaine, après une entrée processionnelle devant ...

    Sur la route Richard Coeur de Lion : Le Vigeois et Pompadour– 1 ...

    - Notre parcours commence à la sortie 45 de l'autoroute A20, à 70km de Limoges... Geoffroy le Vigeois , chroniqueur, est reçu moine à ...

    Sur la route Richard Coeur de Lion : Ségur et Coussac-Bonneval– 2 ...

    - La vicomté de Ségur naquit au IXe siècle, lors de l'éparpillement féodal du Limousin. En effet, le Limousin est partagé entre plusieurs grandes …

    Sur la route Richard Coeur de Lion : Saint-Yrieix et Jumilhac – 3/ - - La ...

    - Saint Arède d'Atane ( Arédius) naquit entre 510 et 516, à Limoges. Il fonde un monastère à proximité de la villa de sa mère, au lieu-dit Atane, ...

    Sur la route Richard Coeur de Lion : Le Chalard -4/.- - La Légende du ...

    - Le village du Chalard est né d'un prieuré fondé par Saint Geoffroy à la fin du XIe s. La Vita Beati Gaufredi, reprend la vie de Geoffroy du ...

    Sur la route Richard Coeur de Lion : Lastours, – 5/ - - La Légende du ...

    - La famille des Lastours à travers le Moyen-age. La lignée des Lastours trouve son origine, d'après les chroniques de Geoffroy de Vigeois ...

    Voir les commentaires

    Le roi Arthur et les géants. -2/2-

    Publié le par Perceval

    Les romans arthuriens perpétuent le temps mythique d’une terre de Petite et Grande Bretagne couverte d’épaisses et sombres forêts où rôdent fauves, dragons et géants un monde sauvage, terrifiant, qu’il faut traverse
    Les romans arthuriens perpétuent le temps mythique d’une terre de Petite et Grande Bretagne couverte d’épaisses et sombres forêts où rôdent fauves, dragons et géants  un monde sauvage, terrifiant, qu’il faut traverser...

    Le roi Arthur est forcé de vaincre des géants à plusieurs reprises : il doit terrasser Dinabuc, le géant du Mont-Saint-Michel, Rhitta, voleur de couronnes et coupeur de barbes, et même le Chapalu, chat géant du Lac de Lausanne… Plusieurs mythologies assurent que les premières races à peupler la terre étaient des races de géants…

    * Dans Le conte du Graal, un autre géant, le roi des Isles, mène ses troupes à l'assaut du roi de Carmélide dans l'espoir d'enlever et posséder Guenièvre. Une variante de ce motif se trouve dans le roman de Tristan : le héros défie et tue le Morholt, géant qui exige un tribut annuel de jeunes gens à la cour du roi Marc. Les romans arthuriens gardent le souvenir de ces êtres monstrueux qui imposent leur volonté aux humains : Yvain dans Le Chevalier au Lion affronte Harpin de la Montagne, abominable créature, qui a pris les six fils d'un chevalier et veut s'emparer de sa fille pour en faire son plaisir. Il combat aussi les deux fils de netuns, géants proches de l'animalité. D'autres personnages sont des avatars de ces êtres menaçants : Méléagant qui règne sur le royaume de Gorre dans Le Chevalier de la Charrette ou Esclados le Roux qui garde la fontaine magique dans Le Chevalier au Lion.

    Chevalier dragon dame
    Le chevalier terrasse le Dragon, et libère la Dame.

    Les êtres surnaturels ou les merveilles se manifestent le plus souvent lorsque le chevalier s'est éloigné de la cour. Aux confins du royaume s'étendent des régions non civilisées, forêts ou landes, d'où surgissent des personnages qui semblent appartenir à un autre monde : des nains comme celui qui conduit la charrette d'infamie sur laquelle monte Lancelot et qui semble en relation avec le monde des morts ou bien comme le nain d'Yder qui insulte une suivante de la reine et Erec lui-même.

    Sources : Bnf

    ** Dans l’Histoire des rois de Grande-Bretagne de Geoffrey de Monmouth (12ème s.), on trouve aussi l'histoire de Stonehenge, construit par des géants, et qui implique Merlin. stonehenge-7Après avoir vaincu les Saxons, le Roi britannique, Aurelius Ambrosius ( nous sommes autour de 460 ) décide d’ériger un monument en l’honneur des quatre cent soixante nobles britanniques qui ont été massacrés traîtreusement par les Saxons à l’Abbaye d’Amesbury. Il fait appel à Merlin qui demande qu’on aille « Chercher le Ballet des Géants ». C’est un anneau de pierres dont on disait qu’elles avaient été transportées d’Afrique en Irlande par les géants. Le frère du Roi, Uther Pendragon, partit pour l’Irlande avec quinze mille hommes. Ils atteignent le Mont Kilaraus, où le Ballet des Géants se tinet mais malgré tous leurs efforts, il ne peuvent démonter les pierres. Merlin voit ceci et rit, il se sert de ses pouvoirs magiques pour démanteler les pierres lui-même et les amener ici. Puis il les érigent exactement de la même façon dont elles se tenaient en Irlande. Il est dit que le roi Aurelius et Uther Pendragon ont tous deux été enterrés ici à Stonehenge. Uther Pendragon est le père Roi Arthur...

    *** Gargantua ( gawr en breton, signifie géant) est emprunté par Rabelais (1483-1553), à des contes de la tradition. GargantuaOn raconte que Merlin, créa Gargamelle, la mère de Gargantua, avec du sang de Lancelot et quelques livres de rognures d’ongles de Guenièvre. Ainsi, Hok-Bras qui avait reçu de sa marraine fée le pouvoir de grandir à volonté, fait partie des montres les plus connus. Il creusa le trou du diable au Huelgoat, il attrapa la lune entre ses dents et créa la rade de Brest…

    Dans le Finistère encore, l’horrifique géant Goulaffre a laissé quelques contes qui finissent bien mal pour lui. L’origine des gorges du Gorong ? Le géant Boudédé aurait jeté dans un ruisseau situé près de la forêt de Duault des cailloux qui encombraient son soulier.

    La légende veut que Gargantua, bon géant célébré par Rabelais, se soit offusqué de la pauvre bouillie, maigre repas que lui avaient offert les habitants de Huelgoat (la «haute forêt», Uhel Koad en breton). Depuis la côte du Léon (nord du Finistère), il se vengea en lançant sur eux d'énormes galets polis par la mer.

    Voir les commentaires

    Le roi Arthur et les géants. -1/2-

    Publié le par Perceval

    la fôret

    La forêt est un monde sans loi, peuplé d'êtres malfaisants : si les monstres, dragons ou géants sont des adversaires sans équivoque, parfois ce sont des fées qui, sous les traits de demoiselles en détresse, éprouvent les chevaliers. Car entrer dans la forêt, c'est pénétrer dans un monde où les forces du mal sont à l'action : le chevalier y fait dans la solitude l'épreuve de sa propre valeur. Une fois qu'il aura triomphé, il pourra revenir dans le monde des hommes et prendre place dans la société courtoise dont il aura contribué par sa prouesse à affirmer la dignité.

    Le rôle d'un prince, et d'un héros, est de débarrasser son pays des créatures souvent surnaturelles qui le menacent.

    Les géants sont dans cette perspective l'ennemi désigné du Roi Arthur dès son avènement.

    Avant lui, Brutus dut massacrer les géants qui peuplaient le pays pour s'installer sur la terre d'Albion... Le royaume arthurien est souvent ainsi désigné par le nom de Logres "qui fut jadis la terre aux ogres".

    Arthur est souvent présenté comme le vainqueur d'un géant outrecuidant qui ose le défier et remettre en question son droit au trône. La forme la plus classique de cet adversaire récurrent est celle du « géant aux barbes », qui porte un manteau composé des barbes arrachées aux rois qu'il a vaincus.

    Arthur relève le défi du géant, et se bat contre lui en combat singulier. Il remporte une éclatante victoire qui confirme son droit à régner.bomarzo

    Un géant se présente également sous les traits du roi Rion des îles, dont le nom signale l'étrangeté radicale et qui mène ses troupes de géants à l'assaut du roi de Carmélide, dans l'intention plus ou moins nette d'épouser Guenièvre.

    Le géant avec l'outrecuidance se caractérise par la luxure. Il symbolise la brutalité des instincts animaux qui s'efforcent de renverser la « civilisation », et son comportement vis à vis des femmes va à l'encontre du système « courtois » dont Arthur et ses chevaliers sont les agents. Le plus bel exemple de cette transgression est l'aventure du « Géant du Mont Saint-Michel ».

    sanglier_parc 2Ce sont dans les récits anciens ( archaïques) qui insistent le plus de la dimension de tueur de monstres, comme le montrent par exemple, les Mabinogion ( Contes gallois), de Kulwch et Olwen, dans lequel Arthur est le seul capable de venir à bout du sanglier magique Twrch Twryth, mais aussi de mettre un terme à la carrière de l'une des sorcières-guerrières qui abondent dans les textes celtiques.

    Sources : La légende du roi Arthur de Anne Berthelot.

     

    Voir les commentaires

    Les neuf Preuses, ou chevaleresses -2/2-

    Publié le par Perceval

    Les neuf Preuses, ou chevaleresses -2/2-

    Le succès des « neuf Preux et Preuses » correspond à un imaginaire masculin, même s'il est populaire auprès des femmes de l'aristocratie. Ils apparaissent dans un contexte guerrier catastrophique qui remet en cause la place de la chevalerie dans la société.

    les-neuf-preuses
    du manuscrit: Le Chevalier errant, par THOMAS DE SALUCES. (1394)

    La chevalerie ne correspond plus à la réalité militaire de l'époque, aussi s'évade t-il dans l'imaginaire... La chevalerie, déchue de son rôle militaire, demeure pourtant un idéal de vie masculin, un idéal remis en question, plus fragile, auquel les femmes sont désormais invitées à participer. De nouveaux ordres se créent qui acceptent les femmes dans leurs rangs : comme l’Ordre de la Jarretière, l’Ordre de la Passion, l’Ordre du Porc espic. La chevalerie se fait courtoise, art de vie, elle se féminise. C’est alors qu’apparaissent les premières représentations de guerrières, Preuses et Amazones, armées de pied en cap.

    Vision allégorique 'Cité_des_Dames'
    vision allégorique: " La cité des dames "

    Il est intéressant de noter qu'au XVIe siècle, il ne serait venu à l'idée de personne de laisser les mots célibataires et tous les noms quels qu'ils soient et quelle que soit la fonction qui s'y associait, avaient leur féminin : l'abbé, l'abbesse, le bailli, la baillive, le maire, la mairesse, le connétable, la connétable, la peintresse, la poétesse, la chevaleresse, etc...

    « Les femmes à cheval et en armure n’ont pas manqué durant les croisades. Un chroniqueur musulman, Imad al-Din, rapporte : « Les femmes elles-mêmes s’expatrient pour combattre ; elles arrivent en Syrie par terre et par mer tout équipées (…). Plusieurs femmes de Francs ont échangé le voile pour le casque, elles affrontent la mort armées de boucliers et de lances. »
    On trouve des femmes dans les ordres militaires, ibériques, français et germaniques, dans une position il est vrai subalterne. Il en est de même au sein de la chevalerie où elles ne font pas qu’ « arbitrer » les tournois mais règlent la vie des hommes.
     » S. C-B

     

    Sources : articles de Sophie Cassagnes-Brouquet, professeure d’histoire médiévale à l’Université de Limoges  

    Les neuf Preuses, ou chevaleresses -2/2-

    Voir les commentaires

    Les neuf Preuses, ou chevaleresses -1/2-

    Publié le par Perceval

    Dans le premier livre de La morte d'Arthur de sir Thomas Malory, le roi fait prêter un serment solennel le jour de la Pentecôte à ses chevaliers de la Table Ronde.

    Gauvain vole au secours de la demoiselle à la ceinture d'or Manuscrit en quatre volumes réalisés pour Jacques d'Armagnac, duc de Nemours. Atelier d'Evrard d'Espinques. Centre de la France (Ahun), vers 1475
    Gauvain vole au secours de la demoiselle à la ceinture d'or Manuscrit en quatre volumes réalisés pour Jacques d'Armagnac, duc de Nemours. Atelier d'Evrard d'Espinques. Centre de la France (Ahun), vers 1475

    Ce serment, qui entend résumer toute l'éthique chevaleresque, comprend la ladies clause: chaque chevalier s'engage à porter secours aux gentes dames, demoiselles et veuves et à défendre leurs droits et à ne jamais les violenter sous peine de mort. La communauté chevaleresque dépeinte par Malory, se construit donc sur une nette distinction des sexes. Pour devenir un homme, le chevalier a littéralement besoin d'une femme en détresse.

     

    Les neuf Preux - Cologne - 

    Le thème littéraire des « neuf Preux » connut pendant les XIVe s. et XVe siècles, un grand succès. Le Preux, - incarnant les valeurs chevaleresques, comme la prouesse et l'honneur - est une idée qui remonte au XIe siècle .

     Elle trouve une forme quasi définitive au début du XIVe siècle, sous la plume d'un poète lorrain, Jacques de Longuyon, dans les Vœux du Paon vers 1310-1312. La notoriété du roi Arthur, lui vaut d'être compté parmi les Neuf Preux aux côtés de Josué, David, Judas,Macchabée, Hector, Jules César, Alexandre, Charlemagne et Godefroy de Bouillon. C'est dire surtout, l’extraordinaire diffusion et faveur dont jouissent les textes relatifs à la matière de Bretagne tout au long du Moyen Âge …

    les-neuf-preuses 2 mini
    Les neuf Preuses au château de Pierrefonds

    C'est à la fin du XIV° siècle, sous la plume du procureur au parlement de Paris, Jean Le Fèvre, qu'apparaissent les Neuf Preuses, dans son ouvrage "Le Livre de Lëesce" (1385) , véritable défense et illustration des femmes, modèles de vertu, de vaillance et de courage. Toutes sont issues de la mythologie de l'Antiquité païenne. Elles sont reines.

    Penthésilée, reine des Amazones, et Preuse

    Penthésilée, reine des Amazones,

     et Preuse

     

    Sémiranis, reine de Babylone. Sinope, Hippolyte sa sœur ; Ménalippe, Lampeto et Penthésilée souveraines des Amazones. Tomirys, qui a vaincu l’empereur perse Cyrus. Teuca reine d’Illyrie. Déiphyle, femme de Tydée roi d’Argos, qui a vaincu Thèbes. Dans les pays germaniques, on substitue aux Amazones et reines de l’Antiquité une triade juive avec Esther, Judith et Yael, une triade païenne avec Lucrèce, Veturia et Virginie, et une triade chrétienne avec Sainte Hélène, Sainte Brigitte, et Sainte Elisabeth.

    Portrait de Jeanne d'Arc, selon une miniature du XV° siècle, musée de Rouen

    Portrait de Jeanne d'Arc, selon une miniature du XV° siècle, musée de Rouen

    Au début du XVème siècle, Christine de Pizan évoque les Preuses dans son Livre de la Cité des Dames.

    La facilité étonnante de l’accueil fait à la pucelle de Donrémy à la cour de France avait été préparée par les décennies de succès du thème des Preuses et la mode de la ' egregia bellarix ' . De son vivant, Jeanne d’Arc est qualifiée de "dixième Preuse".    

     

    Sources : articles de Sophie Cassagnes-Brouquet, professeure d’histoire médiévale à l’Université de Limoges  

    Voir aussi: LE ROI ARTHUR, L'UN DES NEUF PREUX.

    Voir les commentaires

    La belle dame, avec Chrétien de Troyes

    Publié le par Perceval

    La Beauté dans la légende Arthurienne: La beauté de la femme.

    Au Moyen-âge, l'idée est que le corps féminin est semblable à celui des hommes, mais les organes sexuels inversés. On perçoit ainsi que la structure de la femme se tient de l’intérieur alors que celle de l’homme vers l’extérieur . En plus du corps des femmes qui est mal compris, leurs images le sont aussi. La beauté féminine au Moyen Âge est prise entre l'image d’Ève ( tentatrice, péché ) et la vision de Marie ( rédemption : beauté sacrée ).

    bb2

    Heures à l'usage de Rome de Marguerite de Coëtivy. Femme de François de Pons, comte de Montfort. Bethsabée au bain 1490-1500

    Sont valorisés : - La chevelure qui doit être blonde. Un large front : les femmes se tireront abusivement les cheveux par en arrière pour répondre à cette norme de beauté. Le front dégarnit, ce sont les sourcils, préférablement bruns qui embellissent la région du haut du visage. Les auteurs qui décrivent les yeux mettent l’accent sur l’éclat et l’intensité qu’ils doivent projetés. Le nez ne doit être ni trop gros, ni trop petit, comme il est décrit par François Villon « beau nez droit grand ni petit». Les seins doivent être durs et placés haut, suivi de bras longs et d’une taille mince. Un autre critère est aussi très important et c’est la couleur de la peau. Effectivement, les femmes doivent avoir une peau blanche, on dit même que « tout ce qui n’est pas recouvert par les vêtements frappe par sa blancheur». La seule partie du corps qui peut se permettre de la couleur, c’est la bouche qui doit être douche, fraîche et rosée ( voire rouge). Les auteurs du Moyen Âge mettent aussi l’emphase sur la jeunesse du corps. Effectivement, après l’âge de 25 ans, les femmes entreraient dans une période de «désert de l’amour» et ensuite elles deviendraient vieilles.

    Yseult détail

    Détail: Yseult par Edmund Blair Leighton (1902)

    L’héroïne, de Chrétien de Troyes, pourrait répondre aux critères suivants : Le poète décrit d'abord les cheveux "de fin or [d'or fin], sor [brillant] et luisant" ; le front "clerc, haut, blanc et plain [lisse]" ; les sourcils "bien fais et large entrueil [bien dessinés et espacés comme il convient]" ; les yeux "vair [brillant, vif], riant, cler et fendu [bien dessiné]" ; le nez "droit et estendu [fin]"...

    La figure d'Iseult la blonde peut représenter le personnage féminin à sublimer :  « En vérité, je vous assure que la chevelure, si dorée et si fine d'Iseut la blonde ne fut rien en comparaison de la sienne (celle d'Enide). » Erec et Enide, (v.424-426) L'évocation du corps vient parachever ce tableau qui donne à voir la disposition harmonieuse des traits :  Il l'admire de haut en bas jusqu'aux hanches : son menton, sa gorge blanche, ses flans et côtés, ses bras et ses mains. (Erec et Enide, v. 1483-1485)

    medieval

    L'évocation du corps est savamment dosée : Elle ne possédait aucune autre robe et sa tunique était si vieille qu'elle était percée aux coudes Si ses vêtements étaient bien pauvres par contre son corps en dessous était très beau Erec et Enide, (v. 406-410) Car le portrait de la gente dame doit s'attarder sur son visage, il doit en effet débuter par la "lumineuse" chevelure pour décrire minutieusement, trait par trait, le front, les yeux, le nez, la bouche et le menton.

    15e s.

    Toutes les héroïnes obéissent à ce stéréotype : Nicolette (blonde elle aussi) ressemble à Enide, double magnifié d'Iseult.  Or se chante. (C'est par cette formule que commencent tous les couplets en vers de la Chante-fable) Que la lune trait a soi. Nicolete est avuec toi, Ma petite amie aux cheveux blonds Je cuit Dieus la vout avoir Pour que la lumière du soir par elle soit plus belle Aucassin et Nicolete

    A l'inverse, le portrait de la fée, personnage merveilleux par excellence, débute par le corps afin d'en révéler toute la sensualité :  " La dame était vêtue d'une chemise blanche et d'une tunique à manches (portée selon la coutume par dessus la chemise) lacées des deux côtés pour laisser apparaître ses flancs son corps était harmonieux, ses hanches bien dessinées son cou plus blanc que la neige sur la branche ; ses yeux brillaient dans son visage clair où se détachaient sa belle bouche, son nez parfait, ses sourcils bruns, son beau front, ses cheveux bouclés et très blonds : un fil d'or a moins d'éclat que ses cheveux à la lumière du jour."   Marie de France, Lai de Lanval, (565-576).

    Galahad Leaving Blanchefleur by Edwin Austin Abbey
    Blanchefleur,  by Edwin Austin Abbey

    Dans l'extrait qui suit, où il est question de Blanchefleur, si le poète s'écarte quelque peu de la rhétorique, il n'en demeure pas moins un exemple dans lequel on trouve toutes les composantes d'une beauté canonique :  " ses cheveux étaient tels, chose incroyable Qu'on aurait dit qu'ils étaient faits d'or fin, Tant leur blondeur était éclatante. Elle avait le front haut, blanc et lisse comme s'il avait été poli à la main, exécuté par la main même d'un sculpteur dans la pierre, l'ivoire ou le bois. ses sourcils étaient bien fournis et espacés comme il convient, son visage était illuminé par des yeux brillants, pétillants, clairs et bien dessinés son nez formait une ligne bien droite, Et sur son visage contrastait bien mieux la couleur vermeille avec le blanc que le rouge sur l'argent."  Chrétien de Troyes, Le Roman de Perceval ou Le Conte du Graal, (v.1811 à 1825).

    deJeanBourdichon Bethsabeaubain

     “Bethsabée au bain” de Jean Bourdichon, feuillet détaché des feuillets des Heures de Louis XII. Première peinture représentant une femme nue, “Bethsabée” sous l’oeil du roi David à gauche

    La jeune fille (Fénice) arriva en hâte au palais tête et visage découverts l'éclat de sa beauté dispensait dans tout le palais une clarté plus vive que n'auraient pu produire quatre escarboucles. (Cligès, vers 2728-2733.) La "blanchor" du teint doit trancher avec la couleur "vermeille" des joues et des lèvres (charnues et rouges comme des cerises).   Les adjectifs : sor, luisan, cler, blan, riant, vair, anluminee et clarté se regroupent dans un même champ sémantique, celui de la lumière. Ces jeux de lumières, qui complètent le portrait, soulignent que l'héroïne doit avoir un visage radieux, signe même de sa beauté et de son noble lignage.

    En effet au Moyen Age, et jusqu'au début du XXè siècle, le visage hâlé est un signe de vilainie. Une femme de qualité se doit de ne pas exposer son visage aux rayons du soleil. Dans les romans arthuriens, la beauté physique - signe extérieur de perfection humaine - est la toute première des qualités de l'héroïsme courtois et merveilleux. C'est elle qui conditionne toutes les autres qualités - morales, cette fois-ci - : honneur, sagesse, prouesse, courtoisie ou encore noblesse. Ce n'est donc pas un hasard si Chrétien affirme dans la bouche d'Enide que :  "Li meillor sont li plus sor [blonds]" (v.968).

    Sources : en particulier Elisabeth Féghali ( site : Citadelle )

     

    Voir les commentaires

    1 2 3 4 5 6 > >>