Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Bouddhiste et Chrétien...?

Publié le par Perceval

Crois..!  Aime...!
C’est là une des difficultés du christianisme, qui par le commandement, n’accompagne pas le ‘ chercheur de vérité ‘ sur la voie… Il le rebute, l’exclut …

Pour ne pas m’enliser dans une culpabilité, qui loin de m’apporter le bonheur cherché, me retiendra dans le malheur.

La démarche bouddhiste m’aide à sortir d’une morale

 

Le Bouddhisme, m’aide régulièrement à comprendre et à revenir vers ma spiritualité…

Siddhârta Gautama, cet homme qui atteint l’éveil ( Bouddha) , enseigne qu’après avoir constaté, reçu, admis la ‘ souffrance’ ; il faut se mettre en marche et expérimenter l’impermanence, l’insatisfaction ( désirs …), l’illusion pour découvrir la ‘ réalité ultime ‘.

Pas d’acte de foi ! Juste l’expérience …

Nous constatons notre façon de nous identifier à nos pensées et à nos  émotions. Elles nous empêchent de vivre dans le présent et dans la clarté.

Il nous reste à expérimenter par la méditation,  (Elle consiste à s'asseoir, à fermer les yeux et à rester attentif au mouvement de la respiration et à observer le mental, ce processus de pensées et d'émotions qui ne s'arrêtent jamais. Cette technique amène détachement, sérénité et bien-être intérieur. )

 

Avant d’être une doctrine, le bouddhisme s’appuie sur l’insatisfaction de toute femme, de tout homme, face à ses désirs. Ce premier point et sa réponse : la méditation : ne reposent que sur l’expérience et surtout pas sur une morale, ou sur la croyance d’être ‘mauvais’…

 

L’esprit apaisé ( Je raccourcis et je simplifie…. ), je reviens à la rencontre fondatrice de ma foi, celle de Jésus, et je re-découvre son enseignement…

Par exemple : Le Bouddha ( VI ème siècle .A.J.C. : enseigne et console indirectement : une mère vient, en larmes, lui présenter son enfant mort pour qu'il le ressuscite. Le Bouddha accepte à condition qu'elle trouve dans la ville une maison où un malheur semblable n'est pas arrivé. Elle parcourt la ville et n'en trouve pas bien entendu. Mais quand elle revient son chagrin a commencé à s'apaiser. Elle n'était pas seule dans son malheur, et d'autres mères malheureuses ont su trouver les mots qui l'ont calmée.

 

Quand Jésus ressuscite, il le fait pour donner un ‘ signe ‘. Pas celui – d’une médecine capable de soigner tous nos petits et grands maux, et qu’ainsi s’écoule paisiblement cette vie …etc..)
Jésus souvent s’agace d’ailleurs de devoir passer par ces miracles, pour faire comprendre qu’il EST La Vie … une autre vie…. A l’image de l’eau vive qui désaltère à jamais …
Alors si ma prière consiste à demander ma guérison ( ou une bouteille d’eau minérale ), peut-être devrais-je lire les enseignements de Bouddha...
Puis, au-delà du malentendu, revenir aux Evangiles et je comprendrai que Jésus, même s'il ne guérit pas, m’offre La Vie ( l’Eau vive … )

 

Bouddha est pragmatique, il expérimente et s’appuie sur le potentiel de l’Homme. Jésus aussi, mais la pédagogie de l’Eglise au cours des siècles a élaboré un ‘ matérialisme spirituel ‘ plus proche de l’idéologie et du pouvoir que de la spiritualité …. En revenant à l’Evangile, à la tradition ( avec discernement : que d’auteurs… !) nous avons accès à la Voie, à la rencontre de La Parole et(ou) de La Présence… Bref de ‘ Jésus Vivant ‘…

 

L’esprit souffle dans tous les cœurs humains ; aussi toutes les religions expriment une partie de la ‘ Réalité Ultime ‘ : même si Jean nous dit , « Dieu personne ne l’a vu… » Jo I,18. Voir aussi : Jo VI, 46.

 

Le Bouddha, en compagnie de quelques disciples, reçoit des visiteurs. Un croyant vient lui expliquer que Dieu existe. Le Bouddha l'écoute et lui dit : « Vous avez raison. » Le croyant sort satisfait. Un incroyant vient lui expliquer que Dieu n'existe pas. Le Bouddha l'écoute et lui dit : « Vous avez raison. » L'incroyant sort satisfait. Par contre, les disciples ne le sont pas et le disent bruyamment. Et le Bouddha leur dit : « Vous aussi, vous avez raison. »

Que celui qui a des oreilles entende …. !

 

A la suite de Maître Eckhart, Jean-Yves Leloup écrit : « Dieu n’est pas quelque chose à voir, il est ce qui rend toute chose visible (Deus,dies : la claire lumière). Dieu n’existe pas, Il est. »

Voir les commentaires

Aime...! ?

Publié le par Perceval

J'agis, comme je suis et non pas comme je voudrais être… ou pas longtemps !

Je caricature : Ma Foi me ‘commande’ d’Aimer… ! Je suis sincèrement convaincu qu’il est bon et raisonnable pour moi d’Aimer…. Mais, voilà, je n’agis pas ainsi…. Mon prochain peut  - plus ou moins - le constater…

Qui me juge ?... Moi-même…

Mais que faire ?

« Il suffit d’aimer ! »

Bien … Je me tais … Et reviens, seul, vers mon inaptitude à aimer… Voire, ma culpabilité ; à moins, - et c’est plus actuel ( heureusement .. !) de chercher ailleurs une piste pour être heureux, sans m’entendre conseiller ce que manifestement je ne peux faire… !

Un commandement d’Amour.. ! C’est paradoxal !

Voir les commentaires

Mon enfant, pour me faire plaisir ...

Publié le par Perceval

Contradictions :

 

Mon enfant, pour me faire plaisir… Sois le meilleur !

Je veux dire :
Pour le plaisir de mon égo, mon âme se perpétuera avec toi…
Je te transmets la rivalité…

Mon enfant tire le meilleur de toi-même :

 

Je veux dire : Habitues-toi au combat, et apprends à haïr…

Mon enfant tu dois aimer ton prochain
.

 

Je veux dire : Acceptes d’être jugé et de juger, défie toi de ton rival.

Jugé, tu haïras ton adversaire et toi-même, car tu ne prendras plus en compte tes besoins et tes limites…

Mon enfant, tu dois anticiper le progrès…

Je veux dire : faire ce qu’ils attendent, être admiré…

Mon enfant, tu me fais beaucoup de soucis… Tu dis:

« Le seul progrès qui existe est le progrès vers l’amour. …
Le seul changement qui vaille la peine est un changement du cœur.  »

 

 

Mon enfant, ce n’est pas ainsi que tu réussiras !

 

Voir les commentaires

Un chrétien agit-il en chrétien ?

Publié le par Perceval

Est-ce que j’agis comme chrétien ?

Non…

 

Ce que je suis agis ; et « je suis » n’est pas encore chrétien, il n’est pas évangélisé ; « je suis » est tourné vers ce que ‘je pense’ et qui me donne un sens;

« je suis » est un « égo », « je suis » n’est pas dépouillé de lui-même. « je suis » pense à lui !

Je pense chrétien mais pas toujours ….

Le «je suis » de Jésus est divin ; Le « je suis » de Jésus est tout au ‘ Père ‘…

Le « je suis » de Perceval est en quête, celle de La Rencontre – Rencontre d’une Parole, à laquelle il faudra répondre, ne pas se taire… !

 

Je suis depuis de longues années ‘encarté’ chez les Verts ; j’ai participé au bureau, j’ai manifesté, soutenu et soutient quelques causes qui me semblent justes… J’avais commencé à m’engager ( et bien plus activement qu’aujourd’hui ) avant - de revenir vers ma foi chrétienne. J’ai milité avec des personnes dont la majorité s’opposent à la pensée chrétienne ; j’y ai rencontré parmi eux des gens qui continuent de témoigner du souci du prochain, bien mieux que je ne le fais … !

Non, je n’agis pas en chrétien, mais en humain…

D’ailleurs cet engagement athée, que je trouve exemplaire, me questionne… Sur ce point, je reconnais - ce qu’ils estimeraient comme une faiblesse- que j’ai besoin – vraiment, besoin – de me nourrir de la présence de Jésus-vivant, de faire place à l’Esprit pour donner du sens à ce que j’arrive à faire, même si peu, de ma vie …

 

Je voudrais être chrétien , mais je ne fais pas le chrétien. Je n’agis pas, en raison de ma foi. Aussi, mes actes peuvent porter un contre témoignage de la foi que j’exprime ; c’est très regrettable ; mais ce sont ces actes qui sont condamnables… Moi et ma foi, sont en eux-mêmes à ‘ juger ‘ autrement que ces actes…. ( si ‘ juger ‘ semble nécessaire … !)

Etre chrétien c’est choisir une méthode

Etre chrétien c’est choisir un but

Etre chrétien c’est choisir d’être disciple

Etre chrétien c’est choisir Jésus comme Chemin

Etre chrétien c’est être en devenir…
Au présent, je suis autant croyant que chacun d’entre nous, juste croyant pour être en vie, et pour espérer que le ciel ne me tombera pas sur la tête…

La pratique du Chemin, ne me rend pas forcément meilleur, mais elle m’aide à progresser, à m’accepter, à tenter d’être heureux ….

Voir les commentaires

Peut-on moraliser le capitalisme ?

Publié le par Perceval

La crise du capitalisme est un permanente : c’est une donnée de son fonctionnement.
Les fondements du capitalisme, sont: la propriété privée des moyens de production et d'échange; la liberté du marché.
Les qualités censées être attachées au libéralisme :la responsabilité, la juste rémunération du risque et du travail, l'épargne, l'honnêteté et le mérite. (Max Weber).
Si c’est la régulation qui est au coeur du problème. Alors les responsables de la crise sont plutôt les Etats, qui sont censés les réguler que les banques.
Mais, …La droite défend le capitalisme, en menant une politique de droite donc libérale.

 Aujourd’hui le salarié crée des richesses dont il ne connaît pas la destination. Elles paraissent se dissoudre dans les pertes boursières et les gains des plus grands patrons qui ferment les usines et licencient, comme au Monopoly !

Le bon jeu ( ou théorie libérale) serait, de faire en sorte que l’Etat limite son influence, et laisse faire le marché.
L’immoralité devrait être attachée au joueur (la personne), plutôt qu’au jeu ( le capitalisme)….
L’être ( humain ) - le seul sensé moraliser- n’est qu’une variable d’ajustement ! 

A.Conte-Sponville montre « le caractère amoral (plutôt qu'immoral) du capitalisme. Celui-ci, ne fonctionne pas à la vertu ou au désintéressement mais, tout au contraire, à l'intérêt personnel ou familial. Il fonctionne à l'égoïsme; c'est pourquoi il fonctionne si fort, mais c'est pourquoi aussi il ne saurait suffire. L'égoïsme n'a jamais suffi à faire une civilisation, ni même une société qui soit humainement acceptable. »

Voir les commentaires

l'Esprit souffle ...

Publié le par Perceval

Je mets beaucoup d’espoir dans l’œcuménisme et surtout l’acceptation réciproque de doctrines qui hier nous divisaient : ainsi la primauté de la grâce (don ), mais aussi la responsabilité de l’homme ( le personnalisme )… Aujourd’hui, les ‘indulgences’ choquent la quasi-totalité des chrétiens… Je compte beaucoup sur le protestantisme et la très grande qualité de nombreuses femmes pasteures, pour que disparaisse ce décalage sociétal de structures institutionnelles catholiques sexistes … !

 

Aujourd’hui, les sensibilités protestantes, orthodoxes ( je visite les uns et les autres ), nous enrichissent au point qu’il ne serait pas ‘ juste ‘ que chacune des trois sensibilités chrétiennes disparaissent au profit d’un syncrétisme… Nous avons plus à gagner à ce que chacun cultive et échange sa différence…

Et je transposerais ceci également à l’interreligieux… Au point de poser la question théologique fondamentale du ‘ Pluralisme religieux ‘…

 

La réaction des catholiques aux propos rétrogrades de la curie romaine est je crois une des choses parmi les plus salutaires de notre temps. Le propos ‘langue de bois’, gênés, tortueux des évêques m’attristent et indiquent qu’il existe « un mur de Berlin » ( de type idéologique ) entre ces prélats et la ‘ vie spirituelle ‘ de la plupart des catholiques français… Mon attachement à l’Evangile est de type spirituel ( « pas de ce monde » ) et non pas idéologique ( matérialisme spirituel…)

Voir les commentaires

La liberté du catholique

Publié le par Perceval

Un article sur le net titre « A tous ceux qui veulent que le Pape ne soit plus catholique » et développe l’idée : « Que Benoît XVI soit catholique n’est pas une nouveauté, ni un scandale. Et qu’il soit contre le préservatif parce qu’il est catholique n’est ni nouveau, ni scandaleux. Ce serait même le contraire qui le serait. Mais personne n’est obligé de croire ce que raconte le Pape ! » Puis l'idée est développée de mettre pape et cathos dans un même panier...!

Calligraphie «  Liberté » de Karim Jaafar

L’amalgame entre le pape et ceux qui suivent ‘ un chemin spirituel sur la voie catholique ‘, me gène. Je n’aime pas que l’on caricature ce qui pour moi est au cœur du ‘ sens de la vie ‘ : la Foi. L’Eglise n’est pas une secte, qu’elle soit mystique ou institutionnelle… La primauté de l’évêque de Rome est déjà discutable, elle facilite la visibilité (enfin,… devrait !) et l’efficacité et puis, il y le poids de l’histoire… Par contre, moi –en 2009, qui tente de m’appuyer sur ma raison, mon expérience et la tradition ; je pense être assez ‘ homme ‘ pour discerner sur ce qui fonde mon espérance et ma foi…

Ecrire que les catholiques ne devraient être que de moutons, donne une piètre idée de ce que ceux-là pensent de la foi et de la spiritualité… !


Je lis dans les commentaires à cet article : « Du fait de la croyance à une Révélation, il est dans la nature des principes religieux d’être considérés comme immuables. Il y a là un des principaux arguments contre les religions, qui ignorent le progrès des connaissances. »

La foi catholique ne repose pas que sur les ‘ Ecritures ‘ ; mais aussi sur la ‘ tradition ‘ élaborée au cours des siècles avec le pire et le meilleur … ! De plus le statut même de la Bible (à la différence, peut-être, du coran) a évolué ; au point que l’on puisse dire que le christianisme n’est pas une religion du livre ; mais une religion centrée sur l’Homme ( Jésus Homme et Dieu, étant la figuration divine de l’homme en devenir…. ( voir M. Zundel : prêtre catholique ).


Quelqu’un ajoute : « Soit l’on est catholique sans être hypocrite et l’on est pratiquant de ses dogmes, soit on change de prêt à penser, voire on devient athée »

Catholique, je n’ai pas de «  prêt à penser » ! Il suffit de lire les Evangiles pour se rendre compte que Jésus lui-même n’en avait pas et témoigne de la véritable liberté à laquelle il appelle …


Et pour en revenir à Benoît… Pour ces raisons, je me désolidarise...!
Cependant, Il est, je crois (ambiguïté du verbe ‘croire’.( voir note(1). !) de son rôle de faire réfléchir - celui qui emprunte cette ‘voie’- sur l’implication de notre foi dans la vie actuelle, de poser les bonnes questions, d’appeler à évangéliser notre pratique quotidienne…etc. Jésus, - et au mieux chacun d’entre nous, ne condamne personne, ne juge personne. Il condamne des pratiques, et appelle à la conversion.


«  Aime, et fais ce que tu veux » dit St Augustin… En d’autres termes : du moment que tu aimes, ce que tu fais est bien … ! Saint-Paul ajoute (de mémoire), je traduis : «  Tu est libre de tout faire, mais tout n’est pas bon pour toi … » Etre catholique c’est être libre et responsable.

Note (1):  Je crois que je sais et je sais que je crois...!

Voir les commentaires

La violence dans l'Education

Publié le par Perceval

 

Après avoir regardé, sur arte, "la journée de la jupe" (sortie cinéma dans q.q. jours ...)
Un professeur me dit:
" Voilà un film qui remet les pendules à l'heure, il
montre que la langue articulée est non seulement  "castratrice mais de plus féminine d'où la haine d'une certaine langue, celle porteuse de la différence et du savoir" (Lacadée). Il faut faire violence aux élèves pour qu'ils consentent à apprendre. Qu'est-ce qu'on peut faire... face à ces gosses aussi violents verbalement, qui font un lien particuler entre le corps et la langue (toutes les insultes envers les filles, les viols organisés en "tournantes")...
"Ne pas renoncer, bien sûr, mais comment épauler les profs qui se coltinent à cette dure réalité, pour ensemble éduquer au respect véritable de l'autre, un autre qui n'est qu'un simple humain, fort et faible, pas un superman footballeur ou rappeur... richissime, ayant trouvé sa place enviée dans la société, sans avoir rien fichu comme travail scolaire mais certainement beaucoup souffert (voir pennac et les souffrances des cancres)...?"

Effectivement; j'ai vu vendredi soir, ce film: .... Début difficile: je n'aime pas voir ces comportements d'élèves.... Je sais que cela existe; je sais que c'est potentiel dans un groupe très hétérogène...

Est-il , seulement  possible de donner un quelconque conseil dans cette situation...? Comment ne pas renoncer ...? Je sais de moins en moins..!

Une question:  il y aurait peut-être, dans la 'solution', - de la violence à mobiliser pour faire face.
Mais alors... Sous quelle forme? Comment faire pour qu'elle ne se retourne pas contre soi..?
Cette conséquence n'est elle pas inhérente à l'utilisation de toute violence..?
Peut-on être violent avec un ' coeur pur ' ...?
Peut-on se dissocier de cette violence, au point de n'en pas faire corps ( les jeunes, eux, ne dissocient pas, ) et se présenter l'esprit en paix et le corps en guerre .... !!!

Douloureux....

Voir les commentaires

2 * La " Quête " du Graal ...

Publié le par Perceval

Perceval, devant le fameux cortège, est incapable de poser la question libératrice. c'est plus tard sa cousine, puis son oncle l'ermite, qui lui donnent l'explication de son manquement : Perceval a tué sa mère en partant...

La malédiction se prolonge d'ailleurs avec Perceval lui-même : en lui offrant une épée qui se brise quand on veut s'en servir, symbole évident d'impuissance sexuelle, le Roi Pêcheur lui transmet sa stérilité . La faute concerne le lignage ......


Le " silence " de Perceval est une des clés de compréhension ...

La quête du Graal est celle de la Parole perdue, un trésor que révèle Jésus...


Ce graal , que l'on porte en soi, et qui nous est obscur, est l'objet d'une quête qui , loin d'être une tranquille balade, est une chevauchée fantastique sur la Voie du dépassement de soi, pour y découvrir le Soi, ou pour « naitre à nouveau », selon les mots de Jésus...

Quête aux multiples épreuves, au travers de la "forêt périlleuse" que le chevalier doit traverser pour arriver au château (l'esprit).

La coupe passe comme une tempête, nous dépouille du vieil homme que nous étions , et file vers l'être que nous n'aurions jamais du cesser d'être...

Le chevalier est en recherche de gloire : Gloire au sens étymologique de doxa : conscience de la présence.

Voir les commentaires

1 * L'histoire de Perceval

Publié le par Perceval

C'était un autre temps, enfin....
Il y a longtemps, je ne sais plus bien .
Un temps béni, avec sa mère...Un jour... Perceval  joue au javelot dans la forêt, il est jeune, il rencontre cinq chevaliers aux armures si étincelantes... Il les prend pour des anges.
Il veut devenir chevalier, et se rend à la cour du roi Arthur ...
Après une série d'épreuves, une série d'erreurs...
 Perceval se révèle comme un excellent combattant. Il est adoubé et invité à se joindre aux « chevaliers de la table ronde ».


 Au cours de son initiation, après des années d'épreuves, Perceval découvre Corbenic, le château du Graal (on le nomme aussi Eden, Château de la Joie ou Château des Ames, car l'âme de ceux qui y meurent va au paradis), résidence du roi Pêcheur.

Ce dernier, le roi Mehaignié (« impotent »), mutilé d'un coup de javelot dans les hanches qui l'a privé de l'usage de ses jambes, est le gardien du Saint Graal et de la lance qui transperça le Christ sur sa croix.

Dans le château, Perceval est le témoin d'une étrange procession : il voit passer un valet tenant une lance blanche d'où tombe une goutte de sang, puis deux autres valets munis chacun d'un lustre d'or, suivis par deux vierges, l'une portant le Saint Graal d'or pur, serti de pierres précieuses, et l'autre un tailloir (sorte de plat sur lequel on découpait la viande) en argent. Le cortège disparaît dans une chambre.

Etonné, Perceval est resté muet. Il a échoué.


Par le silence (dû au péché qu'il a commis en causant la mort de sa mère) qui l'empêche de poser les bonnes questions devant la procession dont il est le témoin, Perceval laisse passer l'occasion de guérir le roi et son royaume. Il ignore qu'il lui aurait suffi de demander à quoi servait le Graal et qui l'on servait pour que le bon roi guérisse de son infirmité. Après avoir erré pendant 5 ans, le jour du vendredi saint, Perceval apprend par un ermite que le Graal est servi à son oncle depuis 15 ans et que « d'une seule hostie qu'on lui porte dans le Graal ce saint homme soutient sa vie. »

Si vous n'avez pas tout compris .... Si vous ne craignez pas de vous engager dans la Quête du Graal... Vous saurez Tout sur Perceval, la légende Arthurienne ICI:

Cliquez sur la bannière ci-dessous et bonne quête dans l'Univers de la légende arthurienne..!

Voir les commentaires

1 2 > >>