Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #amour courtois tag

L'Extase amoureuse de Lancelot

Publié le par Perceval

pont de l'épée Lancelot passant le pont de l'Épée, enluminure d'un manuscrit, vers 1475

 

Dans le texte de Chrétien de Troyes ( Le Chevalier de la Charrette, vers 710 à 771) ; Lancelot est victime d'un coup de foudre, d'une « cristallisation » au sens stendhalien de l’amour fou.

C'est Guenièvre, qui donne à Lancelot des ailes, allant jusqu’à lui faire subir des épreuves terrifiantes comme le passage du pont de l’épée.

Résumé : Lancelot et Guenièvre


Lancelot prenant la Douloureuse Garde (3) Lancelot prenant la Douloureuse Garde

 

Le jour de l'Ascension, un chevalier, Méléagant, annonce à Arthur qu'il détient en ses terres (le royaume de Gorre) un grand nombre de ses sujets. Il les libérera si un chevalier d'Arthur le vainc en combat singulier. Le sénéchal Keu relève le défi, mais il est grièvement blessé par Méléagant, qui enlève alors la reine Guenièvre, l'épouse d'Arthur.

Gauvain part immédiatement sur leurs traces. Il rencontre en route un mystérieux chevalier qui, pour avoir des nouvelles de la reine, accepte de se déshonorer en montant sur une charrette d'infamie. L'amour fou que le chevalier sans nom voue à Guenièvre éclate peu après : il manque de se laisser tomber d'une haute fenêtre pour ne pas perdre la reine du regard, et tombe en extase devant un peigne lui ayant appartenu. Le chevalier parvient à soulever la dalle d'une tombe, aventure qui le désigne comme le libérateur des sujets d'Arthur, puis réussit peu après à passer en Gorre en traversant le pont de l'Epée, au prix d'un effort surhumain.

Ce n'est qu'alors qu'on apprend (de la bouche de Guenièvre) le nom du chevalier : il s'agit de Lancelot du Lac. La reine réserve d'abord un accueil glacial à Lancelot : on apprendra plus tard qu'elle veut ainsi le punir pour avoir hésité, l'espace d'un pas, à monter sur la charrette d'infamie. Après avoir chacun craint la mort de l'autre, Lancelot et Guenièvre finissent par se retrouver, et passent la nuit ensemble.

Tous — y compris Gauvain, qui a échoué à passer en Gorre — regagnent alors la cour d'Arthur, sauf Lancelot, retenu prisonnier par Méléagant. Le récit est alors pris en charge par Godefroy de Lagny, qui déclare poursuivre l'œuvre inachevée de Chrétien de Troyes. Aidé par la sœur de Méléagant, Lancelot parvient à temps à la cour d'Arthur pour vaincre Méléagant, auquel il tranche la tête.

John Maler Collier (27 janvier 1850 à Londres – 11 avril 1934) était un écrivain et artiste-peintre britannique préraphaélite John Maler Collier (27 janvier 1850 à Londres – 11 avril 1934) était un écrivain et artiste-peintre britannique préraphaélite

***La défense de Guenièvre, William Morris, Emma Florence Harrison

La défense de Guenièvre, William Morris, Emma Florence Harrison

Dans ce texte, nous retrouvons la fin'amor, amour parfait ou courtois, célébré dans les poésies des troubadours. Les thèmes de l'abdication totale de la volonté de l'amant devant le désir de la femme aimée, de l'extase amoureuse allant jusqu'à l'oubli de soi, du don réciproque — mais toujours révocable — des corps et des cœurs, sont au centre de l'œuvre.

Rigaut de Barbezieux compare l’extase religieuse à l’extase amoureuse :

« Tout comme Perceval en son temps si ahuri de les voir, qu’il en oublie de demander à quoi servent Lance et Graal, moi j’en suis là, Dame sublime devant votre corps précieux, car alors, j’oublie tout quand je vous regarde. je crois prier ; je suis en fait anéanti » (J.-C. Marol, op. cit., p.67-68).

Lancelot, en tant que parfait amant, ne se plaint pas. Il subit avec patience tout caprice de celle qui aime... Pour lui la reine est sublimée. Il prend la place du fidèle qui adore un être suprême. À la seule vue de la reine, il tombe en extase : « Il ne cesse un instant de la suivre des yeux, dans la contemplation et dans l'extase, aussi longtemps qu'il peut. Quand elle eut disparu, il voulut se laisser basculer dans le vide » (Le Chevalier de la charrette, p. 39). La reine Guenièvre 3

Guenièvre hante tout son être. À sa pensée, tout le reste du monde s'efface. Le chevalier perd tout contact avec la réalité qui l'entoure. Voilà l'exemple le plus caractéristique d'extase amoureuse dans Le Chevalier de la charrette :

« Le chevalier de la charrette est abîmé dans sa méditation comme un sujet livré sans force et sans défense à la souveraineté d'Amour. Sous l'empire de son penser son moi s'anéantit. Il ne sait s'il existe ou s'il n'existe pas. De son nom il n'a plus souvenance. Est-il armé ? Ne l'est-il pas ? Il n'en sait rien. Il ne sait où il va, il ne sait d'où il vient. De son esprit chaque être est effacé, hormis un seul, pour lequel il oublie tout le reste du monde. À cet unique objet s'attachent ses pensées. C'est pourquoi il n'entend, ne voit, ne comprend rien » (Le Chevalier de la charrette, p. 43).

La Dame de Shalott - Guenièvre et autres poèmes d'Alfred Lord Tennyson, 1912Puisque donc il tombe en extase lorsqu'il voit ou pense à sa dame, il n'est pas difficile à deviner sa réaction lorsqu'il prend entre ses mains un peigne qui lui appartient... En effet, Lancelot trouve près d’une fontaine, lieu traditionnel de la rencontre des fées, un peigne avec les blonds cheveux de Guenièvre, comparables à ceux d’Iseut déposés par une hirondelle sur l’appui de la fenêtre du Roi Marc et, ces cheveux pressés contre son cœur lui font plus d’effet que tous les électuaires, les catholicons et les prières conjuguées....

« Il prend soin d'en retirer les cheveux avec des doigts si doux qu'il n'en rompt pas un seul. On ne verra jamais à rien accorder tant d'honneur. L'adoration commence : à ses yeux, à sa bouche, à son front, à tout son visage, il les porte et cent et mille fois. Il n'est point de joie qu'il n'en fasse : en eux son bonheur, en eux sa richesse ! Il les enferme dans son sein, près du cœur, entre sa chemise et sa chair. [...] Tant il a foi en ces cheveux » (Le Chevalier de la charrette).Lancelot Bears Off Guenevere by HJ Ford

Les cheveux blonds de Guenièvre sont comparés à des reliques que le fidèle conserve avec une ferveur religieuse. C'est la même ferveur qu'il montre quand il entre dans sa chambre et « devant elle il s'incline et lui rend une adoration, car il ne croit autant aux reliques des saints » . En plus, le matin suivant, « se tournant vers la chambre avant de s'en aller, il fléchit les genoux, comme s'il se trouvait en face d'un autel » (Le Chevalier de la charrette).

On peut penser que Chrétien de Troyes, ne partage pas toutes les idées de Marie de Champagne sur la Fin'Amor... En effet, il ironise sur les débordements de l’amour courtois et le ridicule des situations qui abaisse l’aura du chevalier, tantôt vautré dans l’eau d’un gué (V. 762-763) la tête et le corps à moitié sortis et coincés dans une fenêtre du château de Baudemagu roi de Gorre (V. 568)... Cependant, ces situations ne font que reconnaître le côté humain de Lancelot … Et, l'humour n'empêche pas le réalisme des blessures du héros abîmé par le tranchant du Pont de l’Epée et plus tard les stigmates et blessures, doigts coupés sur les barreaux de fer etc.."]Eleanor of Aquitaine

Alienor d'Aquitaine

Et, peut-être finalement, nous entendons l'auteur... Chrétien de Troyes - chevalier-poète au service de sa Domina - aurait connu secrètement un amour fou pour Aliénor d’Aquitaine ou pour Marie de Champagne, qu’il aurait maquillé par un masque littéraire de pure rhétorique ..

Chrétien de Troyes ne serait autre que Lancelot: un amoureux transi, impétrant et sémillant qu’une femme accomplie a su transformer et subjuguer. Cet amour impossible ne serait-il pas en fait celui de l’auteur distancié par sa fonction de serviteur de la Domina, que traduit l’écart géographique entre Lancelot et Guenièvre après son enlèvement par Méléagant. C’est dans cette séparation provisoire que le creuset de l’amour fou prend sa place, Marie de Champagne, Aliénor sa mère ne se fondent-t-elles pas dans la même emblématique féminine ? Ce texte inachevé aurait-il été terminé par Godefroi de Leigni où Lancelot devenu un homme épousera la sœur du chevalier félon Méléagant. Ainsi se trouvent réunis les royaumes de Gorre et de Logres.

Voir les commentaires

Ballade contée au Moyen-âge -6/.-

Publié le par Perceval

Guillaume connaît bien le Château de Hauterive, écuyer il y a fait ses armes, y a été adoubé chevalier. Le seigneur Guy, connaît la situation du jeune homme, et le reçoit parmi ses proches comme s'il résidait toujours au château.
Guillaume, se joint à tous ceux qui fréquente assidûment la cour que Dame Emma anime depuis son mariage avec Guy de Hauterive.

La Dame de Hauterive, lorsqu'elle se fait voir magnifiquement vêtue et parée, surpasse pour la grâce et le brillant, l'épervier qui s'élance dans les airs. Sa robe est de pourpre et son manteau, bien ajusté, constellé d'or, et sa fourrure d'hermine n'est point pelée ni le riche sebelin qui entourdit son cou.
Quand la Dame laissait s'épancher ses cheveux, ils semblent entièrement d'or fin, tant ils sont luisants et blonds. Elle a le front poli et plein, et, sous les sourcils bruns, les yeux clairs et riants, bien fendus et d'un bleu verdâtre. Elle a le nez droit et en proportion avec son visage où le vermeil et le blanc se marient, entre le menton et l'oreille, mieux que ne le font le sinople et l'argent.

Et c'est merveille de sa bouche qui est comme une passe-rose ; et quant à sa gorge, elle a l'éclat de la glace ou du cristal, et deux mamellettes y viennent poindre, semblables à deux petites pommes.
Enfin, que vous dirais-je de la beauté de cette Dame ? Nature qui l'a faite pour ravir aux hommes le coeur et le sens, y a mis toute son application.

Un jour le Châtelain, dans l'espoir de faire apprécier sa valeur, se résout de repartir et de fréquenter les champs de bataille. Il mène avec lui un grand nombre de chevaliers et de sergents, qui tous, en chemin, vont se montrer dignes de louange, car le plus couard devient hardi sous un tel chef. Guillaume n'a point suivi son maître. Il ne songe pas au gain ni à la gloire, mais seulement à la Dame qu'il convoite.

La beauté d'Emma, et la fin Amour l'échauffe et le presse. Guillaume vient devant la salle où la Dame se tient d'ordinaire. Doucement, il pousse l'huis.

Par aventure, la Dame se trouve seule dans la salle ; toutes les suivantes se sont rendues autre part, dans une chambre, pour travailler. Elles mènent grande joie, en cousant un lionceau ou un léopard sur un drap de soie qui doit servir d'enseigne au seigneur, leur maître.

La Dame est assise sur un lit : un homme qui de mère soit né ne vit oncques plus belle Dame.
Après un moment d'hésitation, Guillaume s'avance vers la Dame et la salue fort courtoisement. Elle, sans se troubler d'aucune façon, la salue à son tour, tout en riant.
- Guillaume, dit-elle, approchez.
- Dame, très volontiers, répond Guillaume en soupirant.
- Asseyez-vous ici, bel ami cher, fait-elle.
Guillaume s'assied auprès de la Dame au clair visage et tous deux devisent joyeusement. Ils parlent de mainte chose, et, tout-à-coup, Guillaume pousse un grand soupir.
- Dame, fait-il, écoutez-moi. Je vous supplie de me conseiller sur ce que je vais vous dire.
- Dites, je vous le promets, fait la Dame.
Et Guillaume reprend :
- Dame, écoutez-moi : supposez un clerc ou un chevalier, un bourgeois, un écuyer ou qui que ce soit, épris d'une dame ou d'une damoiselle, d'une reine, d'une comtesse ou de n'importe quelle autre femme, qu'elle soit de haut lieu ou bas endroit ; il aime depuis sept ans entiers et il n'ose faire connaître sa passion. Il aurait pu cependant, plus d'une fois, parler à son aise et découvrir son coeur à celle qui cause son martyre. Or, dites-moi ce que vous en pensez : est-ce folie, est-ce raison que de tant celer son amour ?
- Guillaume, dit la Dame, je vous répondrai franchement. Je ne tiens pas, quant à moi, pour sage, l'homme qui se tait si longtemps ; puisqu'il avait le loisir de parler, il convenait de le faire : on aurait pitié de lui, apparemment. Et si l'on ne voulait pas l'aimer, il fallait chercher des consolations. Enfin dans tous les cas, Amour demande hardiesse.
Guillaume soupire profondément.

- Dame, fait-il, voyez-le devant vous celui qui a tant souffert pour votre amour. Oh ! Dame, je frémis de ma témérité... J'ose enfin vous découvrir la douleur et le martyre que j'ai si longtemps endurés. Ma douce Dame, je me rends à vous, je suis en votre pouvoir, guérissez la plaie que j'ai si grande dans le coeur ; vous le pouvez seule, et il n'y a point de remède pour me porter secours. Je suis tout vôtre, je le fus, je le serai. Personne ne vivra jamais d'une manière plus douloureuse que celle où j'ai vécu sans vous. Dame, je vous prie et je vous requiers de ma pardonner et de m'accorder votre amour par qui je suis dans ce trouble et dans ce tourment.
La Dame écoute la plainte de Guillaume, mais elle ne l'estime pas un denier vaillant.
Elle répond sans tarder :
- Guillaume, vous raillez !... Assez de pareils propos, ou, par ma foi, je vous ferai honte. Quoi ! vous aimer ?... Beau sire, fuyez d'ici, allez dehors ; et prenez garde de paraître là où je me trouve. Certes, mon seigneur sera fort satisfait d'apprendre vos façons. Certes, lorsqu'il reviendra, je lui dirai bien de quoi vous m'avez requise. Vous n'êtes qu'un étourdi, un vrai musard... Beau sire, allez par là !...
En entendant ce langage, Guillaume se sent tout ébahi, et il commence à se repentir d'avoir entrepris cette quête. Cependant, beau désir qui lui commande, l'exhorte à parler encore.
Dame, dit-il, cela me pèse de n'obtenir de vous que de mauvaises paroles. C'est un grand péché et vous ne pouvez pas souhaiter de faire plus mal. Vous m'avez pris et lié, tuez-moi, si vous voulez. Ah ! puisque vous me repoussez si durement, je jure de ne jamais manger jusqu'à l'heure où j'aurai obtenu le don de votre amour.
- Par Saint-Omer, dit la Dame, vous jeûnerez longtemps, si vous ne devez point manger avant d'avoir mon amour.
Guillaume sort de la chambre sans mot dire. Il se fait préparer un lit. Il se couche, mais il ne trouve point de repos.
Trois jours pleins, il gît dans son lit, sans manger, ni boire. De cette manière le quatrième jour arrive, et la Dame n'a point l'air de s'en inquiéter. Toutefois, Guillaume jeûne toujours et ne mange d'aucune chose. Sa fierté l'assaut sans trêve et le pauvre garçon a perdu totalement la couleur. Ce n'est pas merveille s'il maigrit ; il ne mange rien et veille continuellement. Parfois, dans son délire, Guillaume se figure que la Dame, cause de sa perte, est dans son lit ; qu'il la tient entre ses bras et en fait tout son contentement. Tant que cela dure, Guillaume est heureux, car il accole et baise ce qu'il aime ; et quand la vision disparaît, il recommence ses soupirs et ses plaintes. Il étend ses bras et il ne rencontre que le vide, hélas ! Il est transi de froid et de désir.

 

Un écuyer, qui devance le seigneur de Hauterive, arrive pour annoncer à sa Dame que son mari revient de bataille et de tournoi, suivi de quinze prisonniers qui tous sont des Chevaliers riches et puissants. Le reste du gain est aussi fort considérable. Cette nouvelle remplit de joie la Dame et la rend plus belle encore. Elle fait faire des préparatifs pour le souper dans la grande salle, et alors, seulement, elle songe à Guillaume. La voici qui monte aussitôt dans sa chambre pour lui apprendre le retour de son seigneur.

Elle demeure assez longtemps devant le lit, mais Guillaume ne la voit point. Elle l'appele par son nom, mais il ne répond pas, tellement il rêve. Alors la dame le pousse de son doigt et lui crie plus haut. Et quand Guillaume l'entend, il tressaille de tout son corps ; et, quand il la sent auprès de lui, il tremble des pieds à la tête ; et quand il l'aperçoit, il la salue :
- Dame, fait-il, venez-vous à mon aide ? Ah ! Dame, pour Dieu, je vous prie d'avoir pitié de moi.
Aussitôt la Dame lui répond :
- Par ma foi, Guillaume, je n'aurai jamais pitié de vous, de la façon que vous l'entendez... C'est mal payer les bienfaits de votre seigneur que d'adresser à sa femme telle requête ! Vous aimer d'amour ? N'espérez point ce don de moi. Mais vous êtes insensé de vous priver ainsi de nourriture. Ne vous tuez pas, malheureux ; il y va de votre salut éternel ! Levez-vous, et laissez vos folies ; mon seigneur et le vôtre revient de bataille. Je jure qu'il saura tout si vous vous obstinez à vous laisser mourir de faim.
- Dame, dit Guillaume, c'est inutile ! On peut me trancher tous les membres, mais je ne mangerai pas. Ah ! Dame, je le vois bien ; rien ne saura me défendre contre votre inimitié, ni le jeûne, ni la mort.
La Dame quitte Guillaume sans se laisser toucher par son désespoir. Elle revient dans la salle qui est déjà ornée fort richement. On y a dressé les tables et les blanches nappes y sont mises dessus ; et l'on commence à apporter les mets : pain et vin et toutes sortes de viandes rôties.

Bientôt arrive le Châtelain avec tous les chevaliers, et ils s'assoient à table où ils sont servis magnifiquement. Et la Dame mange aussi, à côté de son mari.
Le Châtelain regarde dans la salle pour voir si Guillaume et il s'étonne de son absence.
- Dame, dit-il, ne sauriez-vous dire, vraiment, pourquoi Guillaume ne se trouve point parmi nos amis ?
- Je vous le dirai, fait la Dame, sans mentir. Il est devenu trop délicat. Il souffre d'un mal dont il n'aura point remède, d'aucune façon, comme je crois. - Dame, par Saint-Denis, c'est bien dommage que cela soit, fait le Châtelain, qui aime bien Guillaume.
Il ne se doute point du véritable motif de la maladie du jeune chevalier, ni pourquoi il a perdu la tête.
Après avoir soupé, les Chevaliers se lèvent de table et quittent la salle. Alors, la Dame prend son mari par un pan de son manteau. - Mon mari, fait-elle, je m'étonne que vous n'alliez point voir Guillaume. Vous devriez savoir quel est son mal. Qui sait s'il ne feint point ?
Ils vont et trouvent Guillaume triste et pensif.
Le Châtelain s'assied au pied du lit, et commence à parler à Guillaume, doucement :
- Bel ami, dites-moi, comment vous sentez-vous ?
- Seigneur, fait Guillaume, fort mal.
- De quoi souffrez-vous ?
- D'une grande douleur au coeur et à la tête. Jamais je n'en relèverai...
La Dame ne se tient plus ; elle s'adresse à son mari:
- Seigneur, fait-elle, pour Dieu, laissons cela... Guillaume dit ce qu'il veut, mais je connais la vérité. Certes, il souffre d'un mal qui donne de la sueur et du tremblement.

Puis se tournant vers Guillaume :

- Si vous tardez encore à manger, dit-elle, le terme approche où vous ne mangerez plus jamais.
- Dame, fait celui-ci, que voulez-vous ! Dites ce qu'il vous plaira, vous êtes ma Dame et il est mon seigneur. Mais quant à manger, je ne le ferais point.
Et la Dame de s'écrier :
- Or, voyez sire, la fausseté de Guillaume. Lorsque vous fûtes au tournoi, lui qui, maintenant, gît ici malade, vint en ma chambre...
- Et pourquoi y vint-il, Madame ? Et qu'avait-il à vous demander ?
La Dame répond :
- Je vous le dirai, Monsieur. Mais, auparavant, ne mangerez-vous pas, Guillaume ? Sinon, je devrai tout raconter à notre seigneur.
- Non, je ne mangerai jamais plus, fait Guillaume.
- Vous me prenez pour fol ou pour homme de rien, dit le Châtelain à la Dame. Je ne sais ce qui me retient de vous donner du bâton sur les côtes.
- C'est inutile, fait-elle ; je parlerai. Mais Guillaume, avant que je parle, mangerez-vous !
Guillaume soupire et répond tristement :
- A aucun prix je ne mangerai, si le mal de mon coeur n'est pas soulagé.

La Dame en a alors pitié, et touchée de son amour d'elle, elle dit à son seigneur :
- Sire Guillaume que vous voyez là, m'a demandé mon oiseau, mon faucon... Et moi j'ai refusé de le lui donner. Il est mien, mais il est aussi à vous ...

La dame au faucon  par jane.merelle

- J'eusse mieux aimé, dit le Châtelain, que tous nos oiseaux, faucons, éperviers, autours, fussent morts plutôt que de voir souffrir Guillaume.
Cette réponse émeut agréablement la Dame.
- Puisque c'est votre vouloir, Monsieur, donnons-le lui, dit-elle.
Puis, se tournant vers Guillaume, elle ajoute :
- Messire le veut ; je ne lui ferai point cette injure que par ma faute, vous ne l'ayez point.
Guillaume en entendant ces mots se lève, plus joyeux qu'il ne peut exprimer. Il n'a plus ni maux, ni soucis. Sitôt vêtu, il s'en vient à la salle.
En le voyant la Dame soupire. Elle change de couleur, comme surprise par le trait rapide de l'Amour : elle est, tour à tour, pâle et rougissante.
-Je n'en sais pas de plus fous, dit le Châtelain à Guillaume, que ceux qui se laissent, ainsi que vous, prendre le coeur par la possession d'un ''fau-con''. Allez chercher cet oiseau, commande-t-il à un page.
C'est ainsi deux bonheurs qui échouent à Guillaume. Car il a le faucon et l'amour de la Dame.

Plus tard, c'est Guillaume, lui-même, qui viendra dans l'intimité, chercher l'oiseau de sa dame.

Histoire tiré d'un fabliau : '' Guillaume au faucon ''

Voir les commentaires

Ballade contée au Moyen-âge -3/.-

Publié le par Perceval

Gui de Hauterive, est un fidèle d'Aliénor.. Il l'a rencontrée pendant la 2ème croisade, alors qu'elle accompagnait son mari , Louis VII, le roi de France...
Gui de Hauterive est revenu vivant, donc couvert de gloire... !
Quelque temps après son retour, dans son pays limousin, Aliénor se remarie avec le futur roi d'Angleterre, Henri II Plantagenêt...
Et, Gui de Hauterive affirme sa loyauté au Roi d'Angleterre ; et comme il doit assurer sa lignée, il souhaite se marier... Il demande à ses suzerains, de lui proposer une épouse... Comme son lointain cousin Adémar V, Vicomte de Limoges vient de le faire... En effet, Henri II, lui fait épouser Sarah, sa propre cousine, fille de Renaud, Comte de Cornouailles.
 
Gui de Hauterive, en présence d'Aliénor, épouse à Poitiers, Emma de Crèvecœur ( Seigneurie de Leeds dans le Kent). La jeune femme ( elle a bien vingt ans de moins que lui...), est très belle … A cette époque, être belle : c'est être blonde, le teint clair, diaphane et avoir un long cou ...
Elle a grandi dans l'environnement d'Aliénor... Elle aime danser, écouter de la musique …
Aussitôt installée dans son château, elle organise une vie bien différente de celle qui régnait jusqu'à présent …

 

Gui de Hauterive est un guerrier aguerri, qui n’apprécie vraiment que la bataille et la chasse... Sa maison est commandée par un capitaine des gardes, son ancien écuyer, celui-là même qui l'accompagnait pendant la croisade … Et le soldat n'apprécie guère le changement d'ambiance …

 

 
Dame Emma, invite les troubadours, reçoit les hommages de jeunes chevaliers en quête d'aventure, tel notre Guillaume. Elle fait organiser des tournois... Tous se disputent, pour porter ses couleurs …
Et, grande nouveauté : Dame Emma préside une cour d'amour... Comme Aliénor, comme Marie de France...
On y discute poésie, mais surtout on soumet à ces réunions des questions de morale chevaleresque, puis des questions de personnes ; ainsi la Dame de Hauterive a traduit l'une de ses voisines dont l'ami de cœur était parti, voilà deux ans, en croisade et songeait à le remplacer … La cour statua '' qu'une amante ne doit jamais abandonner son amant pour cause d’absence prolongée "… Un seigneur, était fort jaloux et empêchait son épouse de remettre sa manche à un chevalier afin qu'il se batte pour elle... Et bien, belles dames, jongleurs et troubadours de la région ont boycotté les fêtes données par ce seigneur, jusqu'à ce qu'il cède …
 
Dame Emma voyage.. Par exemple, elle se déplace jusqu'à Limoges pour visiter sa compatriote Sarah de Cornouailles... Elle se déplace protégée par des chevaliers... Les valises d'aujourd'hui sont remplacés par un coffre ; meuble indispensable dans la chambre d'une dame ….
Guy de Hauterive a du mal à suivre et à apprécier les désirs de sa jeune femme … Il ne manque pas de lui exprimer sa mauvaise humeurs quand des jeunes chevaliers attirent son attention …
Son seigneur est jaloux, mais la dame n'en a que faire … !
 
Et bien ce jour là, alors que la belle Emma est de retour de Limoges... Le capitaine des gardes, le fidèle compagnon de Gui de Hauterive, lui demande dans l'urgence de pouvoir l’entretenir, en privé .. !
- Il soupçonne sa femme, la dame de son seigneur, d'avoir caché dans le coffre, son amant... !
 
Gui de Hauterive est sonné... Puis, la colère monte... Il veut en avoir le cœur net ; et se rend dans la chambre de sa femme.
Elle y est seule, surprise par cette entrée fracassante … Le coffre est là...
Emma n'a pas de peine à se rendre compte que son mari est rempli de colère... Une colère de jaloux … , qu'elle finit par bien connaître!
« Dame Emma, ouvrez ce coffre... »
 
Emma, retire la clef qu'elle porte autour de son cou …
« Mon ami, votre colère vous fait imaginer qu'un homme est caché dans ce coffre … N'est-ce pas... ? … J'imagine, que la parole de votre dame, ne vous suffit pas … ?
 
« Alors, Mon Seigneur, puisque tel est votre volonté... Prenez la clef et ouvrez ce coffre ….
Mais, avant réfléchissez bien … »
 
« - Si ce coffre contient un homme, vous serez blessé dans votre amour-propre, vous devrez le punir, peut-être le tuer ; et moi, vous me perdrez à jamais... Et peut-être aussi, votre alliance avec les Plantagenêt...
 
- Si ce coffre est vide d'homme, vous aurez blessé mon amour-propre, tué mon amour pour vous, et bafoué la parole de votre dame ; vos chevaliers - même vous le reprocheront...
 
Le seigneur hésite...
Peut-être aime t-il sa belle et jeune femme.. ? Peut-être pense t-il à la puissance de son suzerain... ?
Il ne prend pas la clef...
Il regarde le coffre... Il sourit à sa femme
« Vous avez raison ... »
 
Le seigneur sort de la chambre ; et donne des ordres pour que l'on en surveille portes et fenêtres …
Il réfléchit, puis il donne l'ordre
« Que l'on prenne le coffre de la chambre de ma femme, et qu'on l'enterre dans le fond de ma propriété. »
Ce que l'on exécute dans l’instant …
« Ma bien aimée femme, je trouve que ce coffre ne vous méritait pas … Je vais à l’instant vous l'échanger par un bien plus précieux ... »
 
De ce jour, chacun semble en avoir tiré la leçon. Le seigneur Guy à décidé de prendre en avantage les hommages des chevaliers à sa femme. Et Dame Emma, reste discrète et dévouée au service de la gloire de son époux...


Guillaume décide lui de relever le défi lancé par son ami troubadour...

A suivre ....

Voir les commentaires

La dame, le chevalier et l'amour courtois. -2/2-

Publié le par Perceval

 
Le Moyen-âge favorise un mode de vie plus raffiné, plus élégant, où la place de la femme noble permet des attitudes nouvelles que l'on désigne par « courtoisie », et chantées par les troubadours et trouvères. Aliénor d'Aquitaine va apporter avec elle ces idéaux et habitudes courtois ; ainsi que ces deux filles, Aelis de Blois et Marie de Champagne (protectrice de Chrétien de Troyes).

Les principes de la courtoisie :

Dans la relation amoureuse, c'est la dame qui est en position de maîtrise et c'est l'amant qui, entièrement soumis, la supplie de lui accorder ses faveurs. La mysogynie du temps, saura jouer de cette règle...

Il est admis que si le véritable amour doit rester platonique, une relation de ce genre peut comporter un certains nombre de faveurs sexuelles …

Les troubadours chantaient l’échelle progressive des faveurs de la dame, du regard au « don de merci », en passant par le baiser et, juste avant le stade ultime, l'asag ( ou essai) , au cours duquel l'ami devait passer une nuit avec sa dame, « nu à nue », sans pour autant aller plus loin, afin de manifester sa maîtrise sur son désir …

Bien sûr, seules peuvent être objet d'amour, des dames également nobles ; celles qui ne méritent pas ce sentiment, peuvent être moins bien traitées.
 
Avant qu'on en arrive à un code plus raffiné, selon lequel toute jeune fille ou toute femme doit recevoir de tout chevalier aide et protection, les chevaliers errants ont tendance à se dédommager des épreuves que leur infligent leurs dames courtoises implacables, en troussant sans le moindre scrupule les pastoures qu'ils rencontrent sur leur chemin.... Et, évidemment aucune dame digne de ce nom, n'accorderait ses faveurs à un vilain.
 
L'amour courtois, ne concerne pas l'amour conjugal. 
Le secret est nécessaire, il est renforcé par la menace des individus « non courtois ». 
De plus ce rapport illégitime est condamné par l'Eglise, et une partie de la société. La loi donne au mari trompé, le droit de répudier sa femme, voire de la tuer ainsi que son amant. ( voir la triste histoire du troubadour Guillaume de Cabestaing).
 
Sources : « Le roman courtois » d'Anne Berthelot.
 

La cour imaginaire du roi Arthur dans les romans de la Table Ronde devient le modèle idéal des cours réelles : non seulement le chevalier est brave, mais il a en plus le désir de plaire ; parce que les femmes sont présentes, le chevalier doit avoir des attitudes élégantes, des propos délicats. Dans le service d’amour, pour plaire à sa dame, le chevalier essaie de porter à leur perfection les qualités chevaleresques et courtoises : il doit maîtriser ses désirs, mériter à travers une dure discipline l’amour de sa dame. Cet idéal est bien celui des gens de cour.

 

Voir les commentaires

Ballade contée au Moyen-âge -1/.-

Publié le par Perceval

Nous allons commencer cette série, plus exactement cette ballade contée, en passant sous la Poterne, une ancienne porte fortifiée du château médiéval du seigneur de Lasnours,
Quand nous l'aurons passé, nous serons loin … Nous serons il y a plus de huit cent ans ...
Mais, soyons attentifs … Cette porte, discrète, que nous voyons encore aujourd'hui, était en cette époque éloignée du grand passage, et un lieu de rendez-vous des amoureux ...
 
* On aime raconter que Janeton, une jeune bergère, pressée de rencontrer le prince charmant pria la ''Bonne Mère'' d'exaucer sa prière, mais la vierge ne répondît pas. Rouge de colère, Janeton lança des cailloux vers la statue, le cinquième resta coincé, la Madone s'anima et réprimanda Janeton :
« Tu as envoyé 5 cailloux contre moi, tu attendras 5 ans pour te marier ».
 
Aujourd'hui les amoureux du pays qui désirent connaître le nombre d'années qui les séparent du mariage tentent d'y loger des pierres. Chaque coup manqué représente une année d'attente avant le mariage.
 
Ma ballade commence gentiment, mais je préfère vous prévenir : les gens d'ici, les médiévaux, ne sont pas si 'convenables' que vous pourriez le pensez …
 
De l'autre côté de cette porte, nous sommes dans le château de Lasnours. Observez bien à présent cette paterne, elle semble condamnée, close d'une forte porte de bois, fermée à clé... ! 
 

Voilà mon histoire :

Non loin de là, sur un fief qui ne vaut pas plus de deux cents livres, vit un brave chevalier nommé messire Guillaume, riche en bonnes qualités, mais donc pauvre d’avoir. Obligé de subsister par sa valeur, qu'il a grande, courage, honneur, probité ; il coure les tournois ; mais contraint à l'humilité il ne s’amuse pas à faire aux dames de beaux saluts ou des signes de galanterie ; il s’élance, tête baissée, à l’endroit où la foule est la plus forte, et ne se retire que quand il a terrassé ou vaincu ses adversaires. Aussi, malgré tout devient-il connu et considéré.

Voisin, de Guillaume notre chevalier, demeure un très riche seigneur, veuf et père d’une fille belle comme le jour, nommée Ermengarde . Son château , qui n'est autre que celui de Lasnours à la belle poterne..., ainsi que celui du chevalier, situés dans les bois du pays limousin, ne sont distants l’un de l’autre que d’une grosse lieue.

Mais le château du vieux seigneur de Lasnours est bâti sur un monticule fort escarpé ; il se trouve en outre défendu par un fossé profond et par de fortes haies d’épines, de sorte qu’on ne peut y aborder que par le pont-levis. C’est là que s’est retiré le prud’homme ; il y vit tranquillement avec sa fille, faisant valoir sa terre qui lui rapporte annuellement mille bonnes livres de rente.
Avec une pareille fortune, vous jugez bien que la demoiselle, si bien gardée, mais si belle et aimable comme elle l’est, ne doit pas manquer de soupirants.
De ce nombre Guillaume a le projet de s'y associer et réfléchit aux soins de se faire remarquer et tenter de lui plaire...

Y arrivera t-il ?
A suivre ...

Voir les commentaires

La dame, le chevalier et l'amour courtois.-1/2-

Publié le par Perceval

Avant toute incursion dans le Roman, la féerie, l'amour courtois...

- Il faut reconnaître la place de la femme dans la société féodale.

Aux alentours du XIe s. la femme occupe une place inférieure. Elle est une éternelle mineure, et passe de la tutelle de son père à celle de son mari, ou même en cas de veuvage à celle de son fils, de son frère ….

La seule manière pour elle d'échapper à ce sort est de se faire nonne dans un couvent, mais, même si les abbesses ( bien dotées …) disposent d'une certaine indépendance, elles sont sous l'étroit contrôle d'ordres masculins.

La femme n'a à peu près aucun droit sur le plan juridique, mais on la considère comme une créature dangereuse, qu'il faut surveiller de près pour l'empêcher de succomber à la tentation, ou d'induire des hommes innocents en tentation …




Les femmes de la noblesse aspirent à plus de liberté, elles l'expriment ou le font exprimer au travers des romans courtois.
Dans les fabliaux, les farces ; la femme y apparaît plus négativement ( la vilain de Bailleul de Jean Bodel, ou la farce nouvelle de Garin …), avec la crainte d'une revendication féministe …
On y décrit aussi une vie « ménagère » moins réjouissante … On pourrait également évoquer le thème de la mal-mariée ...


- D'autre part, la société est fondée sur des qualités guerrières ( et donc la force …) et la féodalité sur sur une pyramide, avec au sommet le roi. Le seigneur protège les populations qui dépendent de lui, et sert son « suzerain ». La condition économique de simple chevalier est parfois difficile.


Un seul fils hérite de son père, et pour éviter qu'un fief soit partagé, seuls le fils aîné est autorisé à se marier. 

Beaucoup de chevaliers sont entretenus par le seigneur, et n'ont que peu d'espoir d'acquérir un jour un fief et une épouse … !


- Tout naturellement, ces chevaliers rêvent de la seule femme noble qui se trouve dans leur entourage, la « dame » de la cour, à laquelle ils doivent respect et obéissance … Avec la dame , le rapport féodal s'exprime à travers le code amoureux, et vice versa, : l'amour que l'on dit courtois reprend les formes et le vocabulaire de la féodalité.


Si servantes et vilaines ( paysannes) sont des proies faciles ; dames et demoiselles sont inaccessibles : objets de l'adoration la plus fervente, mais intouchables.... 


Eglise et suzerains, veillent aux principes de la religion ; l'éventuelle naissance de bâtards renforcent l'interdit ...
Le chevalier « non fieffé », célibataire, est donc soumis à une tension qu'il va sublimer dans la notion de fin'amor, selon laquelle la degré le plus extrême de raffinement de l'amour est le contrôle du désir et le report constant de la satisfaction...


Sources : « Le roman courtois » d'Anne Berthelot.

 

Voir les commentaires

Le Lai du Chèvrefeuille - Marie de France

Publié le par Perceval

Marie de France, au XIIe siècle, est considérée comme la première femme écrivain française. Liée à la cour d'Henri II, elle aurait vécu à la Cour d'Angleterre.

Contemporaine de Chrétien de Troyes et des troubadours occitans, Marie a fait de ses Lais ( de 1160 à 1175) des hymnes à l’amour ; à l’amour courtois : celui qui était en usage à la cour du roi Arthur.

Les histoires que raconte Marie sont puisées dans la « Matière de Bretagne » et les anciennes légendes galloises qui lui ont été transmises oralement. Le merveilleux y est omniprésent car ce sont bien des contes dont on retrouvera la trame dans des légendes ou des histoires racontées par des auteurs plus récents.

 

Dans les Lais de Marie de France, on y rencontre des fées qui parfois aiment des mortels, d’autres fois se métamorphosent en divers animaux . On y suggère même que certains héros de légendes auraient eux-mêmes raconté les histoires.

Ainsi ce serait Tristan, le Tristan aimé d’Yseult, qui parce qu’il était barde, aurait composé ce délicieux « Lai du Chévrefeuille » :

Tristan, chassé de la cour du roi Marc, apprend que Guenièvre voyage avec celui-ci . Connaissant le chemin du cortège royal, il décide de profiter de l'opportunité pour graver un message sur une baguette de noisetier. Guenièvre l'aperçoit, et les deux amants passent un moment ensemble.

 

(...)

Le jour où le roi se mit en route,
Tristan revint au bois.
Sur le chemin où il savait
Que devait passer le cortège,
Il trancha une branche de coudrier par le milieu,
Et le fendit de manière à lui donner une forme carrée.
Quand il eut préparé le bâton,
Avec son couteau il écrivit son nom.
Si la reine le remarque,
Qui y prenait bien garde -
Elle connaîtra bien le bâton
De son ami en le voyant.
Telle fut la teneur de l’écrit
Qu’il lui avait dit et fait savoir :
 

Comme du chèvrefeuille
Qui s’attachait au coudrier
Une fois qu’il s’y est attaché et enlacé,
Et qu’il s’est enroulé tout autour du tro
nc,
 

« Belle amie, ainsi est-il de nous :
Ni vous sans moi, ni moi sans vous. »

 

 

"Le Lai du Chèvrefeuille" raconté par Edith Mac Leod - enregistrement CLiO

Voir les commentaires

L'amour courtois, le mots et l'érotique médiévale – 1/ -

Publié le par Perceval

Ici, on va parler des mots de l'amour, de l'amour courtois ( amor cortes) . Ce mot est un mot occitan et Amor est un mot féminin.

Les troubadours en chantant cet amour courtois, ont contribué largement au raffinement d'une société féodale, avant tout misogyne ...

 

Raimon de Miraval (1165-1229) a résumé la profession de foi des troubadours :

« D'Amor es tot mos cossiriers

Perq'ieu no cossir mas d'Amor.

De l'Amour proviennent tous mes soucis, Car je ne me soucie que de l'Amour. »

 

Raimon de Miraval, avait répudié sa femme , Gaudairenca, parce qu'elle composait aussi, et que c'était trop de deux poètes à la maison... Raimon de Miraval a chanté huit dames avec passion : à chacune il s'offre tout entier, lui et son château, en gage d'amitié et d'amour... Mais, il n'en obtient pas souvent la reconnaissance espérée : "totas l'enganeren, (toutes le trompèrent" !)...

La "Mais d'Amic, ( Plus qu'Amie) " : est la plus exigeante, elle lui impose un service amoureux de trois ans au terme desquels Raimon obtient tout ce qu'il veut. Cette dame, belle, renommée et courtisée par tous, c'est Na Loba, Dame Louve ( nous en reparlerons...)

 

Bernart de Ventadorn ( 1125-1200) écrit :

« Per la bocha'm feretz al cor

D'un doutz baizar de fin'amor coral. »

Frappez moi au cœur en me donnant sur la bouche un doux baiser d'amour parfait venu du cœur.

 

Bernart de Ventadour ( enfant illégitime de?) , compose ses premiers chants pour l’épouse du fils d’Elbes II - la Vicomtesse de Ventadour, Marguerite de Turenne - qu’il parvient à connaître charnellement avant d’être chassé de Ventadour. Il suit alors la Cour d’Aliénor d’Aquitaine – dont il devient amoureux - jusqu’en Angleterre, puis passe au service de Raymond V de Toulouse avant de finir sa vie à l’abbaye de Dalon.

 

Anecdote :

Ce fin'amor, pouvait aller jusqu'à se faire prendre par l'amor de lonh, cet amour lointain, représenté par Jaufré Rudel (v. 1113 à Blaye - v. 1170), prince de Blaye, qui s'éprit de la comtesse de Tripoli sans la voir... Au cours de la deuxième croisade, il serait mort dans ses bras :

«  Il fit à son sujet de nombreux "vers", avec de bonnes mélodies, [mais] de pauvres mots. Et par volonté de la voir, il se croisa et se mit en mer. Il tomba malade dans la nef et fut conduit à Tripoli, en une auberge, comme mort. On le fit savoir à la comtesse ; et elle vint à lui, jusqu'à son lit, et le prit entre ses bras. Il sut que c'était la comtesse et sur-le-champ il recouvra l'ouïe et l'odorat ; et il loua Dieu de lui avoir maintenu la vie jusqu'à ce qu'il l'eût vue. Et c'est ainsi qu'il mourut entre ses bras. Elle le fit ensevelir dans la maison du Temple, à grand honneur. Puis elle se fit nonne ce jour même, pour la douleur qu'elle eut de sa mort. »

 

Sources : En particulier le dictionnaire de l'érotique occitane, des troubadours à nos jours de Didier Alibeu.

Voir les commentaires

Guenièvre, la femme convoitée, - 3/3 -

Publié le par Perceval

Guinevere Rescued by La Cote Male Taile, by Arthur RackhamLes chevaliers sont censés assurer aux dames, aux veuves et aux orphelins, leur « protection », non sans ambivalence … En effet, les femmes convoitées ne peuvent pas se garder de ceux qu'elles ne désirent pas, sauf si un homme ailleurs les désire... mais, pendant combien de temps ?

La jeune-fille que vous emmenez n’est pas à vous, vous l’avez enlevée; il est donc tout à fait légitime qu’elle ne partage pas votre couche. Il y a dehors un chevalier qui vous suit pour reconquérir cette jeune-fille; il affirme son intention de vous livrer bataille, et de soutenir que vous vous en êtes saisi sans aucun droit. S’il a une possibilité de le prouver, il serait bien injuste que vous profitiez d’elle. C’est à grand tort que vous obtiendriez d’elle joie et plaisir de son amie, s’il peut ainsi défendre ses prétentions sur elle.” Tiré de L'Âtre périlleux : roman anonyme en vers, du XIIIe s., ayant Gauvain ( neveu du roi Arthur) pour héros.

Leighton-God

Arrangez donc un tournoi avec mon père, si vous voulez avoir mon amour car je veux savoir en toute certitude si mon amour serait bien placé une fois que je l’aurais mis en vous.” Ch. de Troyes 1180, Le conte du Graal p. 247

Même si l'homme qui la sollicite lui plaît ( noble, riche, beau, vigoureux ..), la « noble » femme féodale se doit d’exiger des épreuves de l’homme qui la requiert d’amour. Si elle n'écoutait que son cœur, et pire son corps, elle déchoirait ainsi de ne répondre que selon son désir... ! Son prétendant pourrait ensuite la mépriser...

Les dames ne dédaignaient pas d’accorder leur amour aux chevaliers à condition que ceux-ci eussent fait leurs preuves par trois fois au combat.” G. de Monmouth ,1138, Histoire des rois de Bretagne p. 287

amour-courtoisSi les premières déclarations d'amour ont la forme du rapt et du viol ; L'Amour courtois va formaliser une manière douce d'arriver à ses fins.

Le mariage, en subsistant malgré le désaveux notoire des “cours d’amour” présidées par Aliénor d’Aquitaine et ses compagnes, continue d’être imposé, aux hommes comme aux femmes.

L’Amour Courtois crée entre le soupirant et la dame une hiérarchie inverse de celle du mariage : la dame domine; elle reçoit l’hommage, écoute la demande et répond à son gré.

Chaque jour je deviens homme meilleur et plus pur, car je sers la plus noble dame du monde, et je l’adore et je vous le dis sans me cacher.” Arnaut Daniel (v.1150-v.1200), troubadour.

Voir les commentaires

Guenièvre, la femme convoitée - 2/3 -

Publié le par Perceval

Lancelot and Guinevere By H J FordElle est la femme convoitée : par Méléagant, Lancelot et, dans une moindre mesure par Gauvain...

La reine fait l’objet de toutes les attentions. Guenièvre est belle et intelligente : c’est la dame de l’amour courtois, pour qui les chevaliers accomplissent toutes les prouesses...

Elle représente même, véritablement, pour Lancelot son Graal ... A l'heure de l'amour courtois, les trouvères chantent un amour qui ne peut s'épanouir que dans le secret, et l'adultère ( le plus souvent...). Le chevalier dans la littérature courtoise est au service de sa dame tel un vassal obéissant à son suzerain Guenièvre est à l'image de la dame autoritaire et exigeante en face d’un chevalier soumis, elle pourra s'apparenter à "l’Orgueilleuse d’amour" ou à la "Belle Dame sans merci".

C’est dans cet esprit que Chrétien de Troyes raconte l’aventure de Guenièvre et de Lancelot, n’hésitant pas à faire sourire des excès et des maladresses de Lancelot tout à sa passion pour la reine.

La-reine-Guenièvre-interroge-Lancelot-sur-son-amour-pour-elle

 La reine prend le chevalier par la main, tandis qu’il est à genoux, l’assied devant elle, lui fait un très bon visage et lui dit en riant : Seigneur, nous vous avons tellement désiré que, par la grâce de Dieu et de Galehaut ici présent, nous vous voyons enfin. Cependant je ne sais pas encore si vous êtes le chevalier que je recherche. Galehaut me l’a dit ; mais je voudrais bien encore entendre de votre bouche qui vous êtes,   Guenièvre et Lancelot 3 Suit l’interrogatoire de la reine, qui lui permet d’identifier son chevalier comme étant Lancelot du Lac.

Celui-ci lui confesse timidement son amour.

Galehaut vient à la rescousse pour suggérer à Guenièvre d’embrasser Lancelot. «  Alors ils s’éloignent tous les trois et font semblant de converser. La reine voit que le chevalier n’ose en faire plus. Elle le prend par le menton et, devant Galehaut, l’embrasse très longuement, de telle sorte que la dame de Malehaut comprit qu’elle l’embrassait. Puis elle commence à parler, comme la très sage et vaillante dame qu’elle était : Beau doux ami, dit-elle au chevalier, vous avez tant fait que je suis à vous, et j’en ai beaucoup de joie. mais prenez garde que la chose demeure secrète, comme il se doit. » (Lancelot du lac, Livre de Poche, « Lettres gothiques », éd. F. Mozès, pp. 877sq.) 

Voir les commentaires