Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

De la philo à la spiritualité :

Publié le par Perceval

(Pour les universitaires dédaigneux :… Je parle de la philo. « type terminale »… Je le précise, tant pis ! ).


« A l’école des stoïciens et des épicuriens, j’essaie de mieux habiter le présent. A la suite de Spinoza, je tente de convertir mes désirs passifs, inadéquats, pour m’orienter vers la joie, souverain bien de l’existence. En somme, la philosophie est une discipline de soi qui m’aide à me rendre plus vivant et à assumer toujours mieux le métier d’homme pour aller vers l’autre, répandre la joie. » Alexandre Julien.


instant-passe-present-avenir-bonheurDéclin des religions, suspicion envers les idéologies politiques… Au delà d’une tendance individualiste, nous cherchons tous ( jeunes et moins jeunes ) un sens à cette existence !


«  C’est comme vivre aux côtés de Platon, d’Aristote, d’Epicure, de Montaigne, de Spinoza, de Kant, de Nietzsche, d’Alain, de Simone Weil, de Wittgenstein … J’ai les amis les plus intelligents du monde, et qui appliquent leur intelligence à ce qu’il y a de plus intéressant : la vie humaine… le but ? Une vie plus lucide, plus heureuse… » A. Comte-Sponville.


Comment au travers d’une réflexion raisonnante et pas seulement affective, je peux témoigner d’une expérience de quelque chose qui se fait ‘ en moi ‘ ?… Cela s’apparente également au ‘ développement personnel ‘, au moins dans sa partie théorique …

Catholique, je ne crains pas l’aventure… Au contraire, je la conseille… par lucidité avec soi-même. La philo. a la faculté de passer du singulier ( moi ) à l’universel. Pas de ‘ prêt à penser ‘, pas de ‘ vérité ‘, mais de la confrontation, de la pratique ‘ existentialiste ‘ !Coran et Bible

Cette confrontation des idées, des théories, des doctrines religieuses… m'amène 'heureusement' à m’interroger sur le ‘statut’ de La Vérité.

Jésus est le chemin ( le mien ), Jésus ‘le Christ’ est La Vérité ( la nôtre )… Il n’est pas le seul chemin, la seule icône de Dieu… Chaque visage humain, est en lui-même une icône divine. Ceci ne me pose aucun problème existentiel… Par contre, fixer Une Vérité, m’est incompréhensible… Affirmer qu’une religion puisse, seule, incarner La Vérité, me choque ! ( Jésus et la samaritaine… ! ).. Je veux bien chercher ( encore … ) à comprendre .

Voir les commentaires

L'humain ... en creux

Publié le par Perceval

EDWARD HOPPER ( 1882 - 1967 )edward-hopper self-portrait

 



Découvrez Rétrospective Hopper à la Fondation de l'Hermitage sur Culturebox !

 

Mélancolie, solituhopper Automatde dans la ville . ... – Amérique statique et géométrique, peuplée d’êtres sans attaches –, Edward Hopper affirmait : « Je crois que l’humain m’est étranger (…) Ce que j’ai vraiment cherché à  peindre, c’est la lumière du soleil sur la façade d’une maison. ».

J'ai le vertige à contempler ces images... Peur d'y voir le monde, sans humanité.

 

Vision du poids énorme de la solitude, de l'absence...  " passants anonymes accoudés au zinc pendant les heures pâles de la nuit. "

 

 

" Dans ce mélange de « voyeurisme et de discrétion », comme le notera un critique, il peint des couples désunis, des femmes délaissées comme l’ouvreuse hopper ouvreusedu théâtre, en retrait, élégante, élancée dans son uniforme noir, talons hauts, chevelure blon de  dont l’éclat perce l’obscurité. Il saisit la subtilité des corps dans l’espace, figés face à un horizon invisible que vient éclairer la lueur du soleil, dans la découpe des croisées. "

 

 

 

 

 

 

Chaque tableau me parait-être une séquence-invitation à imaginer une histoire... Pas étonnant que de nombreux cinéastes se soit inspirés de certains cadres ...

 

Voir les commentaires

La 'quête' nourrit l'action.

Publié le par Perceval

Nous avons l’idée, évolutionniste, que les hommes primitifs se sont peu à peu civilisés. Et chez nous, que le progrès constant a besoin de notre soutien …

Nos anciens pensaient que le présent amorce un éloignement de l’idéal originel de la perfection … ( la ‘ Parole perdue ‘ ..etc ).

 

Vision du GraalLa quête du Graal incarne, elle, une recherche d’un état de perfection, latent, qu’il convient de révéler. Cette autre dimension, qu’est le Royaume n’est pas un ‘ autre monde ‘, il est à portée d’un travail sur soi, un chemin vers le centre de notre propre être. Cette renaissance, n’est pas sans effet sur les terres d’ici… Le Roi guérit, c’est tout le royaume d’ici bas qui retrouve la prospérité. La franc-maçonnerie, relève de cette mystique de l’action : transcender l’intérêt individuel au service d’une société plus juste…

«  Toute âme qui s’élève, élève le monde »yvain secourant la damoiselle

 

La spiritualité n'exprime en rien, le refus du monde... Elle est le désir d'expérimenter le coeur du monde, l'Esprit.

L'instant présent qui seul 'existe', à l'abri de nos émotions, de nos regrets, nous permet d'exprimenter le réel.

Se voir, tel que je suis ( non tel que je voudrais être ). Se voir pour s'accepter. Eprouver de la compassion pour soi... est nécessaire, pour naturellement, 'aimer son prochain' .... et agir.

 


Voir les commentaires

La voie: la vision juste, l'action juste ...

Publié le par Perceval

    "Qu'est-ce que la vérité. Faites que je voie les choses telles qu'elles sont, que rien ne me jette de poudre aux yeux" Thérèse d'Avilaoptical illusion shadows

 

Je reconnais facilement, que mes émotions influencent ( trop ) ma façon d'agir. A ce moment, je me 'laisse emporté', c'est à dire que j'ai perdu l'avantage de pouvoir m'observer... Mes émotions colorent le réel. Je ne suis plus conscient et présent... Je n'ai plus l'attention nécessaire ...

- Revenir à moi-même

- Reconnaître ( accepter ) le réalité comme elle est (là !)

 

Dans le christianisme: être libre, c'est être habité par l'Esprit. A.D. utilise l'image de l'acteur qui, habité par un rôle, en même temps détaché de l'action-réaction du personnage, est librement lui-même ... Il ne s'agit pas d'une possession, dans laquelle, je perdrai ma personnalité...

" Je vis, mais ce n'est plus moi qui vis, c'est le Christ qui vit en moi." ( Saint-Paul )- Alors, quelle liberté !

 

Cette liberté se resent, ainsi, en attitude d'accueil... Par exemple devant un paysage: je contemple et mon mental n'intervient pas. Je suis présent, dans l'attention pure ...

 

MasquesLe maître insiste:" il n'y a que des situations: c'est le mental qui en fait des problèmes ..." AD

Je 'crois' que quand tout ira bien: je serais en paix. Et quand les difficultés reviendront, je serais à nouveau perturbé. Selon les prochains évènements, je serai frustré,  je souffrirai, puis je serai comblé ...Les évènements changent... Et la réalité?

 

Est-ce que je vois la réalité, telle que ' Dieu ' la voit ?

Qu'en est-il de - La vision pure ...? La perception pure ...?

 

 

"Une des tâches les plus difficiles donnée à l'homme est de renoncer à lui-même, au désir de se mettre en avant, à vouloir que le monde corresponde à l'idée qu'il s'en fait" Karlfried Graf Dürckheim

 

" La connaissance de ce qui est résulte de la purification de l'opinion qui porte sur ce qui n'est pas. C'est, à mon avis, la définition de la vérité d'être une certaine saisie de l'être; l'erreur, elle, est une illusion qui se produit dans l'esprit et qui donne l'apparence d'exister à ce qui n'est pas; la vérité au contraire est la ferme appréhension de ce qui est vraiment.oraison main Or il faut de longues périodes de temps passées dans le recueillement à méditer ces hautes questions, pour parvenir à saisir péniblement ce qu'est vraiment l'être qui possède l'existence par nature et ce qu'est le non-être qui a seulement l'apparence d'exister, mais qui n'a pas de lui-même aucune réalité." Grégoire de Nysse ( IV siècle ap. J.C.) dans " Vie de Moïse"...

 

  Accepter ce qui "est", et agir sur ce qui sera... est le paradoxe ( parmi d'autres) qui habite le coeur de la spiritualité, et qui s'exprime, je pense au mieux, par l'assise en zen, ou l'oraison en Christ...

Voir les commentaires

Le paradis n'est pas au ciel...

Publié le par Perceval

Avec Fabrice Hadjadj..

  ange enfer

Que sait-on du paradis ? Autant, nous comprenons ce que peut-être - de vivre l’enfer, comme si nous comprenions mieux le mal.. ! Autant, le paradis nous semble puéril ...

Comment puis-je tendre vers ce que je ne conçois pas ? L’imagination doit tendre vers ce que nous espérons  … Certes, si la ‘ vraie vie est ailleurs ; il ne nous reste , peut-être, qu’à mépriser celle-ci ! Vision nihiliste, combattue par les matérialistes !

Le « royaume », n’est pas dans un autre monde, il est au milieu de nous. L’au-delà est un au-dedans. Il s’agit d’une vie déjà commencée. Une vie qui vient s’aboucher à sa source : elle se déploie ici-bas jusqu’à donner sa fleur là-bas, mais c’est la même sève qui circule et que les écritures appellent la grâce. . L’essence de la grâce, c’est l’accueil de l’autre. A l’inverse, l’enfer n’est qu’un repli sur soi,  le désir d’un paradis à son étroite mesure.

 

« L’enfer, c’est de se croire au paradis par erreur » Simone Weil

 

" Dans le christianisme, le paradis est paradoxe. En effet, ce mot évoque deux réalités différentes : le paradis terrestre, qui est irrémédiablement perdu ; et le paradis céleste, qui est plutôt à gagner. Le premier est désormais barré par un ange à l’épée de feu : c’est un paradis régressif qu’il ne faut plus désirer. Le second est marqué par la Croix de l’amour : c’est un paradis exigeant qu’il s’agit d’accueillir. Il est refus de s’enfermer dans la nostalgie d’un monde originel, sans drame, sans péché." FH

 

" C’est précisément contre cela que se dresse l’appel du paradis céleste. Il nous demande d’assumer pleinement la réalité humaine, et de trouver une lumière au cœur même de la tragédie."FH

 

" Ce qui sauve, ce n’est pas la douleur, c’est l’amour reçu et donné. La douleur peut en augmenter le mérite mais, sans cet amour, elle ne vaut rien. Or, cet amour est sur la terre comme au ciel. La différence, c’est que, sur la terre il se vit dans laEnsemble souffrance et la contradiction. Il provoque des résistances, suscite même une violence à notre propre endroit, car notre orgueil ne veut pas l’admettre… À dire vrai, le paradis ne se gagne pas, il se reçoit. Avec Dieu, il ne s’agit pas de travailler plus pour gagner plus, mais d’ouvrir notre être pour recevoir en abondance. Notre société de consommation (la publicité nous le rappelle tous les jours) peut nous permettre de jouir des petits plaisirs de l’existence. Mais elle ne nous donnera jamais la joie, la joie profonde et vraie. Car celle-ci ne s’achète pas. "FH

 

« Quand l’homme essaie d’imaginer le paradis sur terre, ça fait tout de suite un enfer très convenable », Paul Claudel

Voir les commentaires

« Personne n’a jamais vu Dieu » Jean( 1, 18)

Publié le par Perceval

Ce Dieu possible, et inconnaissable, n’est pas un objet de connaissance comme les autres… Magritte PipeAussi, des philosophes chrétiens, comme J.L. Marion, préfèrent L’aborder par la phénoménologie. Cette méthode s’applique à décrire la manière dont les choses – ou les gens – se donnent à nous, se manifestent à nous, avant même que nous nous mettions à les considérer comme des objets dans une optique de connaissance.


La Révélation n’apporte pas une réponse à la question de l’existence de Dieu ; elle vient modifier les questions en faisant naître une toute nouvelle logique. La révélation produit sa propre ratmasque-rationalitéionalité, que les hommes peuvent reconnaître, bien qu’elle ne soit pas le produit de leur p ropre intelligence. La révélation chrétienne a produit le développement de la peinture et de la musique, elle a imposé à la philosophie des questions qu’elle ne s’était jamais posées aupara vant ; elle a réclamé l’indépendance de la raison et la laïcité…

 

Il y a différents niveaux de rationalité. Les questions logiques, mathématiques, physiques, techniques, abstraites n’exigent pas une rationalité complexe, car on peut en principe maîtriser tous leurs paramètres.

L’art, la politique , la foi et l’amour, et tous les phénomènes de ce type, sont plus difficile à savoir, donc de décider, et l’on est davantage susceptible de se tromper. Ce qui ne veut pas dire que ces phénomènes ne peuvent pas donner lieu à des décisions rationnelles. Ils ont leur vérité propre.

Voir les commentaires

Ecœurement ...

Publié le par Perceval

Un sentiment écœuré d’injustice…

partage richessesDe quelle espèce raisonnante, faut-il être pour ne pas se rendre compte que ce type de comportement généralisé chez ceux qui nous gouvernent, n’entrainent chez nous tous, gens du commun ( et je ne parle pas seulement des ‘ pauvres ‘.. ! ), qu’écœurement… L’information quotidienne juxtapose, baisse du pouvoir d’achat au nom de la cause nationale …, et salaires exorbitants, bénéfices des multinationales, ( demain ?, quoi encore… ? ) - aujourd'hui:


  • "Le groupe LVMH  dirigé par Bernard Arnaud, grand ami de notre président, accueille deux  petites nouvelles au sein de son conseil d'administration :

-  Mme Bernadette Chirac , jeune espoir de la finance française, grande spécialiste du luxe à travers le monde (!), est nommée au conseil  d'administration de LVMH.
- Mme Florence Woerth , femme du ministre du  budget est nommée au conseil de surveillance de la société Hermès,  filiale de LVMH.respect hommes
Gageons que ces nominations assureront à leurs maris  une partie de leur retraite et ne les obligeront pas à travailler  jusqu'à 63 ans.
Mme Woerth était déjà en charge de la gestion du  patrimoine de Liliane Bettancourt, 1ère fortune de France !!!
Petit  détail : la participation au conseil d'administration d'une entreprise  donne droit à des "jetons de présence" venant rémunérer ce pénible  travail !!!
Ainsi, Mme Chirac recevra 650 000 Euros par an en juste  retour de son dévouement à la cause du luxe français et Mme Woerth 400  000 Euros !
Calmez-vous ! Tout est en règle, tout est légal.  C'est simplement la vie normale de gens qui "se lèvent tôt" et qui  "travaillent plus pour gagner plus"
Et puis, c'est rassurant de voir  que l'on s'occupe de l'emploi des seniors !!!  "

Sources :
Libération :
http://www.liberation.fr/economie/0101640031-florence-woerth-entre-au-conseil-de-surveillance-d-hermes
http://www.liberation.fr/economie/0101630425-bernadette-chirac-rejoint-lvmh
Magazine  économique Challenges :
http://www.challenges.fr/magazine/tetesaffiche/0209.030413/lvamour envolemh_avec_chirac_herms_avec_woerth_le_luxe_se_fminise.html
Le  Monde :
http://www.lemonde.fr/economie/article/2010/06/08/chez-hermes-les-traditions-se-perdent-au-grand-dam-des-petits-porteurs_1369477_3234.html

 

La spiritualité place au sommet des valeurs, tout ce qui contribue à à faire croitre l’humain, et au travers de lui, sa part spirituelle. Elle nous place chacun au cœur d’un réseau que l’Esprit anime. Aussi, sommes nous appelés à considérer l’autre avec le regard avide d’une plus grande humanité…. ( pour le dire de façon chrétienne : regarder l’autre avec le regard que Dieu pose sur lui ...

Aussi, comment accepter ce cynisme des ‘puissants’ ?

-           Vous voyez bien qu'il faut travailler jusqu'à 67 ans, il n'y a plus d'argent, c'est la crise. Ce n’est pas ‘sérieux’ d’appeler à mieux répartir les richesses, le travail…!!  L'économie sociale et solidaire, les associations sans but lucratif, les coopératives, ne doivent - elles - n'être que des prétextes à faire du mauvais esprit ...!

Voir les commentaires

John Henry Newman

Publié le par Perceval

« Les saints ne sont pas des intellectuels, ils n’aiment pas les auteurs classiques, ils n’écrivent pas des romans » : John Henry Newma.

 

« Guide-moi douce Lumière, dans l’obscurité qui m’entoure… » JHN

 

Aveugle, je ne souhaite que poser ma main sur l’épaule d’un maître à qui je peux faire confiance. JH Newman, m’interroge… N’a t-il pas craint d’affronter la perte de ses amis, de ses repères ? Rejeté de sa propre famille, il a du renoncer aux honneurs, aux revenus de son poste prestigieux d’enseignant-chercheur, à Oxford, où il a passé vingt-huit ans.John Henry Newman

 

Il ne s’est pas ‘converti, il est simplement « rentré au port, après une violente tempête. ». Sa conversion eut lieu à 16 ans… Ensuite, il ne fut fidèle qu’à sa recherche de vérité, et qu’à lui-même…

Si « l’idée » du christianisme change, c’est « afin de rester fidèle à elle-même » JHN.

 

"Nous définissons, à tort, le chrétien en termes intellectuels (celui qui croit à) ou moraux (celui qui vit selon certaines valeurs) en oubliant ce qui fait le chrétien : la dimension proprement spirituelle, celle de la vie de Dieu en nous.

Au-delà de cette conscience de soi, surgit aussi la conscience d’un Autre. Newman décrit ce double mouvement : l’homme est invité à descendre au plus profond de lui-même, il y découvre la présence d’un Autre ; cette découverte le renvoie vers le monde extérieur, à la recherche des traces de cet Autre dans le monde et dans la relation à autrui." Cf le quotidien "La Croix"

 

« Guide-moi douce Lumière, dans l’obscurité qui m’entoure… »

Voir les commentaires

TESTAMENT DE DOM CHRISTIAN DE CHERGÉ

Publié le par Perceval

Christian de chergé 3TESTAMENT DE DOM CHRISTIAN DE CHERGÉ

ouvert le dimanche de Pentecôte 1996

Quand un A-DIEU s'envisage...


S'il m'arrivait un jour - et ça pourrait être aujourd'hui -
d'être victime du terrorisme qui semble vouloir englober maintenant
tous les étrangers vivant en Algérie,
j'aimerais que ma communauté, mon Église, ma famille,
se souviennent que ma vie était DONNÉE à Dieu et à ce pays.
Qu'ils acceptent que le Maître Unique de toute vie
ne saurait être étranger à ce départ brutal.
Qu'ils prient pour moi :
comment serais-je trouvé digne d'une telle offrande ?
Qu'ils sachent associer cette mort à tant d'autres aussi violentes
laissées dans l'indifférence de l'anonymat.
Ma vie n'a pas plus de prix qu'une autre.
Elle n'en a pas moins non plus.
En tout cas, elle n'a pas l'innocence de l'enfance.
J'ai suffisamment vécu pour me savoir complice du mal
qui semble, hélas, prévaloir dans le monde,
et même de celui-là qui me frapperait aveuglément.
J'aimerais, le moment venu, avoir ce laps de lucidité
qui me permettrait de solliciter le pardon de Dieu
et celui de mes frères en humanité,
en même temps que de pardonner de tout coeur à qui m'aurait atteint.
Je ne saurais souhaiter une telle mort.
Il me paraît important de le professer.
Je ne vois pas, en effet, comment je pourrais me réjouir
que ce peuple que j'aime soit indistinctement accusé de mon meurtre.
C'est trop cher payé ce qu'on appellera, peut-être, la "grâce du martyre"
que de la devoir à un Algérien, quel qu'il soit,
surtout s'il dit agir en fidélité à ce qu'il croit être l'Islam. Je sais le mépris dont on a pu entourer les Algériens pris globalement.
Je sais aussi les caricatures de l'Islam qu'encourage un certain idéalisme.
Il est trop facile de se donner bonne conscience
en identifiant cette voie religieuse avec les intégrismes de ses extrémistes.
L'Algérie et l'Islam, pour moi, c'est autre chose, c'est un corps et une âme.
Je l'ai assez proclamé, je crois, au vu et au su de ce que j'en ai reçu,
y retrouvant si souvent ce droit fil conducteur de l'Évangile
appris aux genoux de ma mère, ma toute première Église,
précisément en Algérie, et déjà, dans le respect des croyants musulmans.
Ma mort, évidemment, paraîtra donner raison
à ceux qui m'ont rapidement traité de naïf, ou d'idéaliste :
"qu'Il dise maintenant ce qu'Il en pense !".
Mais ceux-là doivent savoir que sera enfin libérée ma plus lancinante curiosité.
Voici que je pourrai, s'il plaît à Dieu,
plonger mon regard dans celui du Père
pour contempler avec lui Ses enfants de l'Islam
tels qu'ils les voient, tout illuminés de la gloire du Christ,
fruit de Sa Passion, investis par le Don de l'Esprit
dont la joie secrète sera toujours d'établir la communion
et de rétablir la ressemblance, en jouant avec les différences.
Cette vie perdue, totalement mienne, et totalement leur,
je rends grâce à Dieu qui semble l'avoir voulue tout entière
pour cette JOIE-là, envers et malgré tout.
Dans ce MERCI où tout est dit, désormais, de ma vie,
je vous inclus bien sûr, amis d'hier et d'aujourd'hui,
et vous, ô amis d'ici,
aux côtés de ma mère et de mon père, de mes soeurs et de mes frères et des leurs,
centuple accordé comme il était promis !
Et toi aussi, l'ami de la dernière minute, qui n'aura pas su ce que tu faisais.
Oui, pour toi aussi je le veux ce MERCI, et cet "A-DIEU" en-visagé de toi. Christian de chergé 2
Et qu'il nous soit donné de nous retrouver, larrons heureux,  
en paradis, s'il plaît à Dieu, notre Père à tous deux. AMEN !  
Insha 'Allah !


Alger, 1er décembre 1993

Tibhirine, 1er janvier 1994

Christian

Voir les commentaires

Des Hommes et des Dieux

Publié le par Perceval

C'est dans la nuit du 26 au 27 mars 1996 qu'un groupe d'hommes arrive au village d'Aïn Elrais, à quelques kilomètres de la trappe de Tibéhirine et que sept moines, sur neuf présents, sont enlevés. Moines de Tibrhine 2Quelle route ont-ils ensuite empruntée? On aurait retrouvé des traces de leur passage à Guerraou, un lieu-dit que l'on n'atteint pas sans traverser l'axe principal Blida-Médéa. A flanc de montagne, un équipage de mulets attendait le cortège. Après, on ne sait plus rien. ...  jusqu'à l'annonce de leur exécution le 23 mai.

 

Des hommes et des dieux – titre inspiré du psaume 82,  Et plus particulièrement de ces versets : « Je le déclare, vous êtes des dieux, vous êtes tous des fils du Très Haut, pourtant vous mourrez comme des hommes, vous tomberez comme les princes. »

 

 

Un film Magnifique !


des-hommes-et-des-dieux film 4Je retiendrai : - la détermination et la difficulté de Christian de décider ‘ juste ‘, - La colère, les doutes, - l’angoisse de l’un des frères et enfin, la joie d’être en paix, et en accord avec lui-même et les autres, - la leçon de liberté ‘ humaine ‘ …etc

Quel est le lien entre ce cinéma et la religion ? A mon avis, ce qui est remarquablement montré dans ce film , c’est la Rencontre… Rencontre avec une culture, une religion différente. Rencontre avec la violence, rencontre communautaire, rencontre avec l’Homme, avec Dieu… Il serait ici, même possible de parler de la mystique de la Rencontre. Beauvois ne fait pas du cinéma militant ou idéologique, mais de la ‘matière à penser’ …


« Une mystique ? Si on veut, mais une mystique concrète, matérielle, qui passe par des choix et des actes quotidiens, à la fois réfléchis et profondément éprouvés – ceux des moines, ceux du cinéastes et de ses compagnons de travail. Dans Des hommes et des dieux, Beauvois ne trouve pas tout de suite comment faire, il a affaire ades-hommes-et-des-dieux filmvec le fait divers tragique, l’histoire immédiate, la sociologie et la psychologie, une masse d’informations et un amas de possibilités narratives. Peu à peu, grâce en particulier aux mots et aux gestes du rituel, il trouve comment se défaire de l’anecdote et du superficiel, il construit sa place, on comprend qu’en se focalisant sur les pratiques réelles de ses moines il en trouve le chemin. » Henri TINCQ


« Comment montrer la grâce, donc ? La force du film est d'y répondre d'abord par des moyens purement cinématographiques : Des hommes et des dieux est d'une beauté plastique à couper le souffle. La grâce, c'est peut-être avant tout une question de lumière, celle qui tombe sur Saint-Matthieu dans la Vocation… du Caravage). Le film accumule d'ailleurs les références à la peinture religieuse italienne : on aperçoit ici une reproduction de la Vierge de l'Annonciation d'Antonello da Messina, là un Christ à la colonne de Caravage ; certains plans citent directement les tableaux de maître, tel ce soldat islamiste blessé traité comme le Christ de Mantegna.des-hommes-et-des-dieux film 3
Mais l'histoire de la peinture montre bien que le sacré peut se nicher aussi dans des sujets profanes : pour filmer les visages des moines, la chef-opératrice Caroline Champetier dit s'être inspirée des autoportraits de Rembrandt. L'idée est magnifique : ces visages anguleux (Lambert Wilson), ronds (Michael Lonsdale) ou burinés (Jacques Herlin), sont autant de facettes d'une seule et même humanité, chacun porte en lui "la forme entière de l'humaine condition". C'est dans ces scènes frontales, d'une absolue simplicité, qui voit les moines discuter de la conduite à tenir, et peu à peu se rallier à la décision commune, que le film émeut peut-être le plus.
A mesure que l'on s'approche du dénouement fatal, Des hommes et des dieux prend un tour MoinesTibehirine filmplus lyrique : quand il filme les moines chantant un cantique pour faire pièce au vrombissement menaçant d'un hélicoptère de l'armée ; ou quand il montre leur communion au cours de ce qui s'avèrera être leur dernier repas.
Certains auront été bouleversés par cette (s)cène, véritable acmé émotionnelle du film ; nous avouerons y être restés à la surface des choses (des hommes se souriant et pleurant en écoutant Le Lac des Cygnes). Comme si en cherchant à l'objectiver de manière littérale, Xavier Beauvois laissait finalement échapper cette grâce qu'il avait tutoyé pendant tout son film. Question de sensibilité toute personnelle, sans doute : certains sont amateurs des éclairages violents du Caravage ; d'autres de la lumière délicate de Giotto. » sur le site ‘ Zéro de conduite.net ‘


 « Ce film était à hauts risques. Il aurait pu par exemple heurter les esprits agnostiques ou les anti-religieux en raison , dirait-on aujourd’hui, de la « vision positive » de la foi qu’il présente. Certes, il y aura toujours des spectateurs dogmatiques. Mais il n’échappera pas aux autres que ce que le film raconte avant tout, c’est la manière dont ces moines puisent dans leur foi la résistance morale et le courage dont ils font preuve face au danger de mort. Et le message de paix qu’ils en tirent est non seulement universel, mais aussi, et surtout, universaliste (incluant les islamistes, et en rien prosélyte). Les villageois ne perçoivent pas le discours et l’attitude des moines autrement. C’est pourquoi ils leur semblent constituer, dans ces temps dangereux qui les effraient, leur meilleure protection. » Sur le site POLITIS. Fr


« Le nœud du film tient en une question : faut-il rester ou partir ? La grande Des Hommes et des dieux film Délibérationrichesse de cette œuvre magnifique est de laisser lentement se déployer la réponse jusqu’à une forme d’évidence individuelle et collective. Une évidence du cœur, pleine de cette densité venue des profondeurs, nourrie d’un ébranlement intérieur et d’un cheminement douloureux qui en font toute la valeur. » sur le site ‘ La Croix ‘

Voir les commentaires