Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ignace de Loyola -4-

Publié le par Perceval

Saint-Ignace-de-Loyola-portrait-statue.jpgBarcelone, Alcala, Salamanque, enfin (et surtout) Paris jalonnent brillamment la formation intellectuelle de cet étudiant atypique et illustrent ses contacts avec quelques penseurs célèbres, enseignés à cette époque : Albert le Grand, P. Lombard, Érasme… Parallèlement son mode de vie ascétique s'accentue et déjà surgissent les premiers démêlés avec les services de l'Inquisition, simples escarmouches, au cours desquelles Inigo sait se montrer, à la fois, énergique et déférent. Après les études de grammaire au collège Montaigu, c'est à Sainte-Barbe, sous la houlette de Juan de la Peña, qu'il passe, avec succès, sa maîtrise de philosophie; il a quarante ans, il ne lui reste que vingt ans à vivre.

Maître Inigo veut toujours sauver les âmes. Des pratiques ascétiques, de plus en plus rigoureuses, s'avouent comme autant de symptômes de conflits intérieurs mal réglés : agression camouflée en geste de compassion (épisode du voleur de Reims), autopunition corporelle (baisement de sa main qu'il croit atteinte de la peste). C'est aussi l'époque du changement de prénom : celui d'Ignace l'assimilant plus étroitement au martyr d'Antioche.

Ignace-et-ses-compagnons.jpgA Montmartre où, dans une humble chapelle, saint Ignace de Loyola et ses premiers compagnons prononcent leurs vœux : Le 15 août 1534, c’est en somme la fondation des jésuites : Ignace de Loyola est accompagnés de Pierre Favre et François Xavier, Jacques Lainez et Alphonse Salmeron, Bobadilla et Simon Rodriguez qui sont tous savants, décidés, enthousiastes et passionnés par le Christ et son évangile. Il n’ont qu’un seul but, suivre le Christ, et ils formeront la Compagnie de Jésus.

Ils ne savent même pas qu'ils viennent de fonder l'un des plus grands ordres religieux de l'histoire. Ce qu'ils savent, c'est que jamais ils ne seront des moines. Ils ne songent même pas à vivre ensemble. Ils n'ont en tête que de servir. Comment? Ils iront demander au Pape. Pour eux, c'est là la meilleure solution...Après un bref retour à Loyola, puis un projet avorté de nouveau pèlerinage à Jérusalem et malgré quelques épreuves, incompréhensions, controverses, il fonde, avec l'appui du pape Paul III, la Compagnie de Jésus (27 septembre 1540), dont il rédige lui-même les Constitutions.

crois en Dieu
comme si tout le cours des choses dépendait de toi,
en rien de Dieu.

Cependant mets tout en oeuvre en elles,
comme si rien ne devait être fait par toi,
et tout de Dieu seul.

Ihs-logo.svg.png 
Propos qu'on attribua à Ignace de Loyola lui-même, mais que l'on doit en fait à Gábor Hevenesi ( Vásárosmiske/Hongrie 1656 - Vienne 1715), jésuite hongrois.  


Suivre le chemin du Christ, à l'école d'Ignace de Loyola ; c'est «  Chercher la présence de Dieu en toutes choses ... » ; cela inclut une relecture du vécu qui permet de prendre en compte sa propre expérience et d'en tirer profit. Reconnaître ses dons, les développer, et accepter ses limites... Ignace est un homme de notre temps : un homme de désir, qui met en avant le destin du « sujet ».

Ignace va mettre par écrit la manière de marcher, de rechercher la volonté de Dieu : ce sont les Exercices Spirituels. Il balise ce sentier de grande randonnée, indique les étapes, les passages et les conditions pour que " ça passe ".

Son originalité a été de dire : l'homme ne trouve pas Dieu seulement dans la prière. Il le trouve aussi dans l'action, dans le service des hommes. Autrement dit, une action peut valoir une prière et exiger la même abnégation. Comme à son époque, nous vivons de grands changements culturels, et cela requiert des outils pour un discernement.

1_Ignatius_990.jpg

" Quand nous sacrifions nos intérêt au service de Dieu, Il avance plus nos affaires que nous aurions fait nous-mêmes si nous avions préféré nos intérêts à son service."
Maxime de saint Ignace de Loyola.

Voir les commentaires

De Noël, au Royaume à construire

Publié le par Perceval

natimur.jpg  

Noël, c'est parfois, pour quelques instants ou quelques jours, la trêve des égoïsmes habituels.

On se prend ainsi à rêver d'un monde où, grâce à la mobilisation générale des bonnes volontés, régnerait enfin la paix.

Un rêve? Non, mais - selon le témoignage de Jésus - le dessein très concret conçu par Dieu dès le commencement - et dont, infatigablement, il poursuit la réalisation malgré les refus et les incompréhensions des hommes. Tout au long des siècles, il les a patiemment formés dans l'espérance d'un Messie, un Sauveur, qui libérerait les hommes et le monde de tout esclavage et de toute violence...
Le règne de Dieu peut commencer ...!
 

*****

Noël, la naissance de Jésus... N'est-ce que, du passé ?

« D’une certaine façon, l’humanité attend Dieu, elle attend qu’il se fasse proche. Mais quand arrive le moment, il n’y a pas de place pour lui. Elle est si occupée d’elle-même, elle a besoin de tout l’espace et de tout le temps de manière si exigeante pour ses propres affaires qu’il ne reste rien pour l’autre... » Benoît XVI ( en 2007 à la messe de minuit)

- Si Jésus naissait aujourd'hui, s'il arrivait ici, maintenant, comment réagirait-il aux autres religions .. ? Comment celles-ci l'accueillerait-il ?

  • « S'il naissait au Brésil, il redonnerait la parole aux pauvres » (Mario Lund, 55 ans Port Alègre) «  Les pauvres se tournent vers les religions évangéliques et les riches se détournent de la religion, trop occupé à gagner plus ... »

  • «je pense que si Jésus naissait aujourd’hui en Inde, il le ferait sous les traits d’une fillette. » (P. Noël Sheth, jésuite, enseignant de philosophie des religions à l’Institut pontifical Jnana-Deepa Vidyapeeth, de Pune) : Joseph ... it's a girl« Il ne ferait aucune différence entre les castes »

  • « Je ne suis pas croyant mais, si Jésus naissait aujourd’hui, cela serait bien que ce fût à Moscou. » Alexeï ovtchAreNko, 53 ANS, professeur d’université à Moscou. « Peut-être qu’en voyant ce nouveau Jésus, les gens se mettront à penser pourquoi et comment ils vivent. Si Jésus nous donne une nouvelle chance, merci à lui. Mais à nous d’être assez responsables pour décider de notre destin ! »
  • Si Jésus naissait…« Il viendrait apporter la paix », … en République Démocratique Du Congo sœur annie DzaMa, 40 ans
  • « Jésus pourrait naître ici. En effet, dans toute cette région du monde, nous vivons aujourd’hui l’une des crises politiques et morales les plus graves de notre histoire, un peu comme c’était le cas en Palestine il y a deux mille ans. », au Liban Maha DiMachki alaMuDDin , sociologue à Beyrouth, « nos valeurs, tant chrétiennes que musulmanes, ont cédé devant les multinationales américaines qui ont mis nos responsables politiques à genoux. »

    Extraits de la Croix du 24 Décembre 2012

Voir les commentaires

Aragon: le "mentir" vrai ...

Publié le par Perceval

Il y a trente ans ... Le 24 décembre 1982, Louis Aragon s'éteint à son domicile de la rive gauche.

«  éternel orphelin symbolique en quête de qui voudrait l'adopter, l'accueillir », résume Philippe Forest.

Né le 3 octobre 1897, « de père et de mère non dénommés ».Autour de lui, les adultes jouent une comédie sociale dans un vertige d'identités masquées. Le père se fait passer pour son « parrain », sa mère pour sa sœur, ses grands-parents pour ses parents adoptifs. Son géniteur n'est autre que Louis Andrieux, préfet de police de Paris, député, ambassadeur, haute figure de la IIIe République, et sa mère, Marguerite Toucas-Massillon, une grisette du Bon Marché. On truque donc son identité, au profit d'un être de fiction…

 En 1914-1918, poilu et jeune médecin, enseveli sous les décombres d'un bombardement, il est laissé pour mort.

En 1939-1945, il entre dans la clandestinité et sert la Résistance.

Il aura été de toutes les aventures intellectuelles et politiques de son époque : dadaïsme, surréalisme, réalisme socialiste, communisme, « moscoutaire » aligné et zélé, romancier, poète, journaliste, chantre de l'amour fou auprès d'Elsa et inverti fastueux après la mort de l'amante.

ARAGON-Louis-et-TRIOLET-Elsa-Au-2e-congres-des-ecrivains-.jpg Les-yeux-d-Elsa-Louis-Aragon-1897-1982.jpg
ARAGON Louis et TRIOLET Elsa,  Au 2e congrès des écrivains de l’U.R.S.S en 1960  

 

Pierre Juquin « En 1937, Aragon approuve les procès de Moscou ! Or parmi les victimes, il y a le général Primakov qui est son beau-frère. C’est le compagnon, l’amant de la soeur d’Elsa Triolet, Lili Brick. Staline le fait assassiner comme beaucoup de généraux, de maréchaux, d’officiers soviétiques. Aragon prend la défense de l’Union soviétique pour deux raisons. La première : il considère que la révolution bolchevique à la fin des années 1920 est un événement qui compte pour l’avenir de l’espèce humaine. Quels que soient les horreurs, les crimes, les fautes qui aient pu être commis là-bas, il s’est passé quelque chose. Et il croyait que c’était définitif. On était d’ailleurs beaucoup à le croire ! Il approuve aussi les procès car il a peur de Hitler et’il voit dans l’URSS un rempart militaire et politique contre le fascisme. La France et la Russie lui apparaissent comme la bonne et belle alliance pour prendre en tenaille l’Allemagne hitlérienne. Mais au même moment, Aragon applaudit au congrès d’Arles au cours duquel Maurice Thorez affirme que la révolution a deux leaders : non seulement l’Union soviétique, mais aussi la France avec sa Révolution française, sa Commune, son mouvement ouvrier et le front des Français. Je ne suis pas sûr que ça ait beaucoup plu à Staline ! Au fond, si Aragon soutient les procès, c’est qu’il n’a pas encore compris le stalinisme.

Aragon se montre tantôt avec un masque blanc, tantôt avec un masque rouge. Il aimait le spectacle et sans doute souffrait-il du vieillissement. Le fait est qu’il ne voulait pas montrer son visage. Et cet homme double disait : « Je ne suis pas celui que vous croyez. »

 

« Chez Aragon, tout est vertige. » Pour Philippe Forest , (Vertige d’Aragon, de Philippe Forest, Éditions Cécile Defaut):   Aragon relève de cette figure du vertige, et à plus d’un titre. « Fils de personne, (…) découvrant le monde alors que celui-ci s’écroule », il se donne deux points fixes, le communisme et Elsa. Mais c’est aussi de la littérature qu’il attend cet hors-limites. »

« On insiste sur ce que ces métamorphoses successives supposent de soumissions répétées à des jougs contradictoires, mais jamais on ne dit le courage, la colère, l'insouciance feinte, l'indifférence vraie qui rendirent possible aussi ces arrachements dont chacun fut à sa manière un périlleux saut dans le vide », plaide Philippe Forest.

 

DANIEL BOUGNOUX, universitaire, co-responsable de l'édition des Oeuvres romanesques d'Aragon à La Pléiade :  « ce couple n’avait rien d’idyllique. Dans les romans, les descriptions de violence, de passion dévorante, de jalousie omniprésente, de crises d’identité liée à la présence de l’autre ou de sa possible absence font de ce couple un enfer.

Elsa n’en pouvait plus de ses poèmes dithyrambiques qu’il préférait à la vie réelle. Il s’isolait pour les écrire et repoussait Elsa quand elle entrait dans son bureau, prétextant qu’il lui écrivait un poème d’amour. Paradoxe et narcissisme de l’auteur qui se replie sur l’amour de son amour. Les blessures de ce couple nous touchent et peuvent croiser le roman de chacun d’entre nous. Le « nous » de ce couple est très conflictuel. Aragon en parle souvent (« Il n’y a pas d’amour heureux »), mais le « nous » du Parti ou de la Nation est encore plus sujet à désespérance et à crise. Le « nous » communiste est encore moins assuré que le « nous » conjugal. Il y a, chez Aragon, un drame du « nous » et néanmoins une exigence tenace de ne pas être enfermé dans le « je » . Toute sa vie, il a combattu « le monstre ébouriffé de l’individualisme », cet « analphabétisme social ». »


Voir les commentaires

Manifeste pour une Église dans le monde de ce temps

Publié le par Perceval

Ce manifeste émane des membres du Réseau des Forums André-Naud (RFAN) - (théologien québécois André Naud) -, ils cherchent à promouvoir la liberté de pensée et d’expression dans l’Église, notre Institution. Lors de leur dernière assemblée générale tenue le 24 octobre 2012, après un an de travail en commun, ils ont décidé d’adopter leur Manifeste pour une Église dans le monde de ce temps, inspiré par celui des 300 prêtres autrichiens. Ce Manifeste contient quatre souhaits, sept engagements et un grand désir.

bandeau-forum-andre-Naud.jpg

Mise en contexte

Il y a de quoi se décourager et pourtant nous ne le sommes pas. Présentement la douleur du Monde est grande et ses leaders officiels sont capables de s’enfoncer creux dans le mensonge pour ne pas apercevoir sa détresse. Nous ne sommes pas découragés parce qu’ici et là des femmes et des hommes, beaucoup de jeunes, refusent de devenir des morts vivants, des robots « qui font la job. » Un vent de Pentecôte s’est levé, une mouvance se dessine sur tous les continents, un cri surgit du cœur de la Terre : « Sors de ce tombeau! » Les différentes Églises, dont la nôtre, n’y échappent pas : Autriche, France, Etats-Unis, Irlande,… Avec les ans et le « succès », notre Institution a dérapé, elle a quitté le Monde, elle s’est accaparé l’Évangile pour en faire son affaire à elle alors que l’Évangile appartient au Monde. Par le Prophète de Nazareth et cet Évangile, Dieu nous a exprimé ce qu’il veut : une humanité réconciliée.

Texte du Manifeste

Pour nous, membres du Réseau des Forums André-Naud, « les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes (et des femmes) de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux (et celles) qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ, et il n’est rien de vraiment humain qui ne trouve écho » dans notre cœur. Ce texte extrait du document conciliaire L’Église dans le monde de ce temps (paragraphe 1) et l’esprit des autres documents de Vatican II, la Parole de Dieu et l’écoute du Peuple de Dieu qu’on appelle le  sensus fidelium nous poussent à une quête de vérité.

 Nous demandons aux premiers responsables de l’Église catholique, dont nous sommes aussi membres par notre baptême, de s’atteler à une urgente et nécessaire reforme ecclésiale qui permettrait aux disciples du Christ de collaborer à l’instauration d’une fraternité universelle dont l’Homme de Nazareth avait fait sa grande préoccupation. Lors de son dernier repas avec les siens, quel message il nous a laissé avec le tablier, le pain et le vin! Par fidélité au Christ, à l’Évangile et à l’institution qui tente de le manifester AUJOURD’HUI, nous nous sentons obligéEs de déclarer à nouveau nos options et nos choix. : n’est-ce pas une loi de la vie que de recommencer?

Nous souhaitons que dans l’Église l’autonomie de l’être humain et l’importance de saconscience soient au centre de nos orientations et de nos décisions d’agir, une conscience de disciple « qui repousse vigoureusement tout juridisme étroit et mesquin qui perdrait de vue le primat de l’amour généreux sur les règles concrètes d’action.[1]» Le Christ ne donne pas un long code de conduite, mais beaucoup d’exemples d’humanité.

Nous souhaitons que l’égalité femme/homme reconnue dans la société civile le soit autant dans notre Institution ecclésiale.

Nous souhaitons que la décentralisation de l’Institution ecclésiale (avec les siècles devenue romaine et gérée par la Curie) se traduise progressivement par une prise en charge de chaque communauté chrétienne par ses membres, selon leurs talents et leur disponibilité.

Nous souhaitons que nos évêques prennent une plus grande liberté face au gouvernement central de notre Institution et une plus grande implication, associés aux laïques, dans les enjeux de notre société québécoise. « Dans l’état actuel des choses et de la législation de l’Église, le pape et les évêques ont le devoir d’être prêts à reconsidérer les règles qui concernent la « juste » liberté  de pensée et d’expression dans l’Église.[2] »

Conséquemment nous nous engageons à réaliser ce qui suit.

1.   Promouvoir partout et en tout temps l’importance de la conscience éclairée de disciple, de l’égalité femme/homme, de la décentralisation dans notre Institution ecclésiale, et de la liberté de pensée et d’expression dans notre Église.

2.   Intervenir sur le terrain pour favoriser l’existence de communautés chrétiennes à taille humaine capables, dans un climat de coresponsabilité, de répondre à leurs propres besoins même dans un contexte de fusion de paroisses (distribution des tâches pastorales, reconnaissance de ministères propres à une communauté, consultation pour le choix du pasteur, célébration de la Parole avec communion, célébration conjugale,…). La liberté d’action évangélisatrice des communautés chrétiennes repose sur la connaissance des personnes, de leurs besoins, de leurs aspirations, de leurs joies et de leurs peines.

3.   Accueillir ouvertement dans leurs différentes situations de couples les personnes séparées réengagées, les personnes homosexuelles, les personnes vivant en union de fait,… qui cheminent dans la communion au Christ à la table eucharistique.

4.   Promouvoir la célébration du pardon de Dieu avec absolution collective.

5.   Inviter des laïques formés de nos communautés à prononcer une homélie.

6.   Promouvoir la réinsertion dans l’exercice du ministère presbytéral des prêtres qui ont quitté le ministère et qui pourraient aujourd’hui être mariés.

7.   Nous exprimer en faveur de l’ordination diaconale des femmes, ainsi que de l’ordination presbytérale de femmes mariées ou célibataires et d’hommes mariés.

Nous désirons poursuivre ce dialogue déjà amorcé avec l’ensemble du Peuple de Dieu et nous invitons nos évêques à se joindre à cette démarche.

 

1. NAUD, André, Le magistère incertain, Fides 1987, p. 250.
2. NAUD, André, Pour une éthique de la parole épiscopale, Fides 2002, p. 24.

Voir les commentaires

Je ne comprends pas ! tout ...

Publié le par Perceval

*

Extrait du quotidien " La Croix ": 19 Décembre 2012: " PHILIPPINES L'Église décidée à se battre contre la loi sur la contraception

Alors que la loi sur la santé de la reproduction a été approuvée par les députés philippins lundi soir et n'attend plus que la signature du président Benigno Aquino pour entrer en application, l'Église catholique a indiqué hier qu'elle allait en appeler à la Cour suprême pour obtenir l'annulation de ces mesures. « Nous dirons aux catholiques : même si vous recevez des contraceptifs gratuitement, ne les utilisez pas », a ainsi déclaré Mgr ­Gabriel Reyes, président de la Commission épiscopale pour la vie et la famille. "

**

Indulgence pour l'année de la Foi: Au XXIème siècle...! ?

"S'agissant avant tout de développer au plus haut niveau la sainteté de vie en atteignant la pureté de l'âme, l'indulgence sera du plus grand profit. En vertu du pouvoir conféré par le Christ, elle en offre le bénéfice à tous ceux qui se plieront aux prescriptions particulières. Durant la durée de cette Année, ces fidèles pourront acquérir l'indulgence plénière des peines attachées à leurs péchés, en suffrage des défunts comme aux repentis vivants qui prieront aux intentions du Saint-Père ... "

***

jesus-et-la-pecheresse.jpg

Pierre Paul RUBENS 1577-1640: Fête dans la maison de Simon le Pharisien vers 1618 huile sur toile, Musée de l'Ermitage, Saint Petersbourg


Par contre, je comprends mieux Benoit XVI, quand il parle du Dialogue entre les religions (vendredi 21 décembre 2012: VOEUX DE BENOIT XVI A LA CURIE ROMAINE )

Dans la situation actuelle de l’humanité, le dialogue des religions est une condition nécessaire pour la paix dans le monde, et il est par conséquent un devoir pour les chrétiens comme aussi pour les autres communautés religieuses.  ( ...)

" ces efforts peuvent aussi avoir le sens de pas communs vers l’unique vérité, sans que les choix fondamentaux soient changés. Si les deux parties partent d’une herméneutique de justice et de paix, la différence de fond ne disparaîtra pas, mais, entre elles grandira plutôt une proximité plus profonde. Pour l’essence du dialogue inter-religieux, deux règles sont aujourd’hui généralement considérées comme fondamentales: D'abord le dialogue ne vise pas la conversion, mais bien la compréhension. En cela, il se distingue de l’évangélisation, de la mission. Ensuite, conformément à cela, dans ce dialogue, les deux parties restent consciemment dans leur identité, qu’elles ne mettent pas en question dans le dialogue ni pour elles-mêmes ni pour les autres. Ces règles sont justes" quoique "formulées trop superficiellement. Oui, le dialogue ne vise pas la conversion, mais une meilleure compréhension réciproque. Cependant, la recherche de connaissance et de compréhension veut toujours être aussi un rapprochement de la vérité. Ainsi, les deux parties, en s’approchant pas à pas de la vérité, avancent et sont en marche vers un plus grand partage, fondé sur l’unité de la vérité... A ce sujet, je dirais que le chrétien a la grande confiance fondamentale, ou mieux, la grande certitude fondamentale de pouvoir tranquillement prendre le large dans la vaste mer de la vérité, sans avoir à craindre pour son identité de chrétien. Certes, ce n’est pas nous qui possédons la vérité, mais c’est elle qui nous possède: le Christ qui est la Vérité nous a pris par la main, et sur le chemin de notre recherche passionnée de connaissance, nous savons que sa main nous tient fermement."

Voir les commentaires

En Birmanie bouddhiste, les Rohingyas sont persécutés !

Publié le par Perceval

Depuis juin, les affrontements entre la minorité musulmane des Rohingyas et des bouddhistes ont fait au moins 180 morts.

Une des minorités les plus persécutées au monde

Les Rohingyas sont considérés par l'ONU comme l’une des minorités les plus persécutées de la planète. Quelque 800 000 d’entre eux vivent confinés dans le nord de l’Etat d'Arakan. Ils ne font pas partie des groupes ethniques reconnus par le régime de Naypyidaw, ni par beaucoup de Birmans qui les considèrent le plus souvent comme des immigrés bangladais illégaux. Ainsi depuis 30 ans, ils sont apatrides dans leur propre pays où ils font l'objet de préjugés considérables au sein de la société birmane, y compris de la part de personnes ayant toujours lutté pour la démocratie, et de minorités ethniques elles-mêmes longtemps opprimées par l’Etat birman. En Birmanie, nul ne cache son hostilité à l’égard de ces « kalar », les illégaux à la peau noire.

Leur « faute » ? Celle d’avoir soutenu les Britanniques dans leur conquête de la Birmanie au XIXe siècle. Depuis, ils sont donc considérés comme des traîtres. Tyrannisés, violentés, discriminés, torturés par leurs concitoyens, des centaines de milliers d’entre eux ont fui au Bangladesh.

En-juin-dernier--les-premiers-affrontements-avaient-fait-pl.jpg

Amnesty International, Action contre la Faim, Médecins sans frontière, tous ont tenté d’alerter les pouvoirs internationaux. Le blogueur birman NayPhone Latt, qui avait combattu la junte militaire birmane avec succès, s’est vu fortement reproché sa dénonciation du massacre. Même la chef de l'opposition Aung San Suu Kyi n'a pas véritablement pris la défense de ceux que l'ONU considère comme l'une des minorités les plus persécutées de la planète.

Qualifiée par l’ONU de Palestine d’Asie, la communauté Rohingyas a besoin d’un soutien pour tenter de contrer la purification ethnique dont elle fait l’objet. Subissant viols, agressions et meurtres, la population tente, en vain, de partir de Birmanie. Selon, Amnesty International c’est entre 50 000 et 90 000 individus qui tentent de se refugier au Pakistan, pays limitrophe, alors que celui ci vient de déclarer qu’il fermait ses frontières, ne pouvant plus accueillir cette population migrante.

 

Extrait, Interview: Grande spécialiste française de la Birmanie, la journaliste Sophie Ansel a co-écrit un livre avec Habiburahman, membre de l'ethnie des Rohingyas, actuellement réfugié en Australie. 

rohingyas.jpg

Des dizaines de milliers de rohingyas persécutés ont été déplacés vers des camps de réfugiés entre juin et octobre 2012 © Paula Bronstein / Getty Images / AFP

 Apôtres de la non violence, les bouddhistes se renieraient-ils en Birmanie ? Des moines et pratiquants du monde entier le pensent et appellent en conséquence à la fin des agressions visant les musulmans rohingyas. Dix sept personnalités ont ainsi rappelé à l’ordre leurs « frères et sœurs bouddhistes » de Birmanie, comme Le moine vietnamien Thich Nhat Hanh ou le réformateur thaïlandais Phra Phaisan Visalo. Selon l’Agence de presse Églises d’Asie, les signataires ont reçu le soutien du dalaï-lama, le leader tibétain ayant exprimé publiquement sa préoccupation à de nombreuses reprises.

- Le Bouddhisme n'est-il pas une religion qui se dit " non-violente " ?

" Le bouddhisme est effectivement une religion qui prêche la non violence, la tolérance et l’amour. En revanche, l'habit ne fait pas le moine. Ce n'est pas parce que l'on nait bouddhiste que l'on est destiné à la non violence. Le bouddhisme en Birmanie est aussi -de fait- une religion d'Etat depuis des décennies. La construction des milliers de pagodes en Birmanie a eu son lot de travaux forcés. Tout ceux qui pratiquent le bouddhisme n'applique pas la philosophie bouddhiste. Les dictateurs du pays en sont l'un des exemples les plus évidents. Ce sont eux qui ont fait construire la plupart des grandes pagodes. Ils ont aussi tous plus ou moins fait un passage au temple où ils ont été eux même moines quelques temps. En parallèle de moines tolérants, comme pour d’autres religions dans d’autres pays, le fondamentalisme bouddhiste est une réalité en Birmanie, même si l'idée va à contre courant de notre idée en occident. Associé à l'ignorance et la propagande dans lesquels la junte a plongé le pays pendant des décennies, la religion devient aussi une arme pour tenir le peuple et tenir à l'écart les minorités religieuses."

 

aung-san-suu-kyi.jpg

«Elle refuse, lit-on sur le journal La Croix, de s'engager de peur de prendre parti, dit-elle.
Mi-novembre, elle a évoqué des «passages illégaux» à la frontière du Bangladesh. Une expression immédiatement considérée par U Kyaw Min comme favorable aux Arakanais, qui se plaignent de la pression migratoire musulmane. «Elle veut faire plaisir aux électeurs arakanais, juge amèrement cet ancien prisonnier politique rohingya. Pour le moment, elle ne s'intéresse pas aux droits de l'homme, mais au fauteuil de la présidence de la Birmanie.» Tout est dit. Il ne faut pas compromettre les chances d'être présidente.

http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/Monde/Birmanie-l-impossible-reconciliation-entre-bouddhistes-et-musulmans-_EG_-2012-12-05-884058

 

 

 

- Quelle est la réaction de Aung San Suu Kyi ?

"Lorsque les violences ont éclaté, Aung San Suu Kyi s'est faite remarquer d'abord par son silence, puis par sa ténacité à marteler la nécessité de la construction d'un état de droit. Elle n'a jamais évoqué le sort des Rohingyas. Les injustices, l’état d’Apartheid dans lequel ils vivent, les abus depuis toujours et qui n’ont jamais cessé, la ségrégation et le racisme, les crimes arbitraires et les viols en masse à leur encontre." ( ...) Elle a eu de nombreuses occasions de s'exprimer sur la situation des Rohingyas, elle ne l'a pas fait. C’était très flagrant lors de son voyage en Europe puis aux Etats Unis. C’était pourtant là qu’elle aurait pu bouleverser la situation pour les Rohingyas."  !!!

 

Voir les commentaires

La femme est l'avenir de l'Eglise ...

Publié le par Perceval

front-2-Gods-call.jpg

Le 18 avril 2012, le cardinal américain William Levada, alors préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, demande, à la suite d’un rapport de Mgr Leonard Blair, évêque de Toledo (Ohio), CTA-LCWR.JPGune refonte complète de la Leadership Conference of Women Religious (LCWR), la plus importante organisation de religieuses américaines, regroupant 57 000 religieuses : celle-ci ferait face à une crise pastorale et doctrinale « grave », beaucoup de religieuses américaines s’étant éloignées du « centre christologique fondamental et de l’attachement à leur consécration religieuse »

 

Une fois de plus, elles font parler d’elles. Les Sœurs de la Miséricorde, l’une des congrégations religieuses les plus importantes aux États-Unis, bien connues pour leurs positions progressistes, ont manifesté publiquement leur soutien à Roy Bourgeois, un prêtre que le Saint-Siège vient d’excommunier et de réduire à l’état laïc pour avoir participé à l’ordination d’une femme prêtre. « Son engagement en faveur du rôle des femmes dans l’Église reflète le nôtre », ont même précisé les religieuses, au risque de jeter de l’huile sur le feu, au moment où Rome a demandé explicitement à leur organisation représentative, la Conférence des supérieures des religieuses (LCWR), de revoir ses positions doctrinales « erronées » (lire La Croix du 19/04 et 18/12/2012)

Sister-Maryanne-O-Neill-interviews-a-family-applying-for-.jpg
Sister Maryanne O’Neill interviews a family applying for help at the Brother Andre Outreach Center


 « Nous avons pris Vatican II très au sérieux », assure Sœur Maureen Fiedler, qui anime chaque semaine un programme de radio interreligieux. Elle-même est entrée dans la congrégation de Lorette un mois avant l’ouverture du Concile. « Nous avons mis à jour nos vies en intégrant le message de justice et de paix du Concile. Nous avons puisé aussi à la source des intuitions de nos fondatrices pour répondre aux signes des temps et aux besoins des personnes à la marge dans notre société. »

« Dans nos communautés, explique Sœur Simone Campbell, présidente du réseau de promotion de la justice sociale Network, à Washington, nous sommes passées d’un mode de vie hiérarchisé à un gouvernement fondé sur le dialogue et la concertation. Nous avons appris à écouter profondément les mouvements de l’Esprit Saint pour parvenir à une décision. Notre obéissance religieuse n’est pas militaire ! Nous vivons dans une démocratie alors que Rome fonctionne comme une monarchie. »Jesus-with-the-Nuns.png

Elles dénoncent plus ou moins ouvertement la « domination des mâles »,la « patriarchie ». « Beaucoup d’entre nous se sont engagées dans la société pour défendre l’égalité des sexes, ce qui nous a conduites à revendiquer les mêmes droits dans l’Église, plaide Sœur Maureen Fiedler. Certes, certaines femmes ont de hautes responsabilités dans les diocèses. Mais elles n’ont pas leur mot à dire sur les décisions doctrinales ! »

« La vie est bien plus compliquée que les étiquettes “pro life” ou “pro choice”. Quand on est au plus près des gens, on partage leurs conflits intérieurs, et on ne peut s’enfermer dans une position doctrinale », argumente Sœur Pam, assistante sociale à Southbend dans l’Indiana. « Nous travaillons aux marges, et les situations que nous rencontrons ne sont pas écrites dans les livres. Nous cherchons à écouter l’Esprit Saint pour prendre la meilleure décision », résume Sœur Mary Tiernan.

 

Sisters-of-the-Holy-Cross.jpg


Source: " La Croix " du 18 décembre 2012, et sites des religieuses LCWR

Voir les commentaires

Quelle place, dans la foi, tient aujourd'hui la virginité de Marie ?

Publié le par Perceval

La virginité perpétuelle de Marie, est une « Vérité » qui reposerait sur la réplique de Marie à l'ange Gabriel venu lui annoncer son enfantement divin: "Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d'homme?" (Luc, I, 34).annonciation.jpg

Polémiquer sur la rupture ou non de l'hymen de la mère de Jésus, ne relève t-il pas d'une lecture matérialiste des Evangiles ? Cette lecture amène à nous interroger sur le fait que Marie ait pu concevoir le Christ en son sein sans avoir eu de relation avec un homme, mais aussi qu'elle lui a donné naissance ... sans que son hymen soit rompu. Ce qui implique que Jésus soit né miraculeusement, en sortant de son ventre … comme Jésus ressuscité rentrait dans les maisons: sans passer par la porte !

 

Marie «  est restée Vierge en concevant son Fils, Vierge en l'enfantant, Vierge en le portant, Vierge en le nourrissant de son sein, Vierge toujours. [...] Il se créa donc une Mère tout en demeurant dans le sein de son Père ; et naissant d'elle, il ne cessa de demeurer en Lui. Et comment aurait-il cessé d'être Dieu en se faisant homme puisqu'il accordait à sa Mère de ne pas cesser d'être Vierge, tout en l'enfantant ? Aussi en se faisant chair le Verbe n'a point péri, il ne s'est point transformé en chair ; c'est la chair qui s'est unie au Verbe pour ne point périr. » Saint-Augustin dans un de ses sermons.

 

Peut-on croire à la fois en la conception virginale et en l'Incarnation ? Si Jésus est Dieu et homme, n'est-il pas à la même enseigne que tous les humains... ? Pourquoi «  désincarner » Marie ?

jan-gossaert-dit-mabusedanae-1527-union-de-Danae-a-Zeus-s.jpg Fra_Angelico_0951.jpg

Jan Gossaert dit Mabuse (1458-1541) est un peintre flamand. Si on excepte la nudité de la poitrine, sa Danaé est traitée comme la vierge Marie, une attitude modeste et soumise, le regard reconnaissant, on peut y ajouter le bleu du vêtement bien qu’à cette époque la relation ne soit pas encore aussi forte entre Marie et la couleur bleue.

Fra Angelico

René Laurentin (1) dans son Court traité sur la Vierge Marie, défend ce « dogme » ; en expliquant que l'âme est souvent ( et malheureusement ) présentée « comme un double et un au-delà du corps, alors qu'elle en est la forme substantielle et constitutive. Le corps est fâcheusement conçu comme un vêtement, voire une "guenille" ou "une prison de l'âme", alors qu'il en est l'organe vivant et transparent, le signe connaturel. Nos contemporains pensent facilement que ce qui advient au corps n'a pas d'importance pour l'"âme". Quoi d'étonnant que le mystère corporel et spirituel de la virginité en général et de la virginité dans l'enfantement en particulier, paraisse dépourvu de signification religieuse et qu'on bute également sur la transfiguration du Christ chère à l'orient, et, plus généralement sur tous les mystères qui impliquent un rayonnement des réalités spirituelles au niveau du corps?, Laurentin, pp. 177-178.

nativity-scene.jpg« Selon la Tradition, en effet, elle est parfaitement "Mère" en même temps que parfaitement vierge. La virginité ne diminue pas plus la maternité comme telle, que la divinité du Christ ne diminue son humanité. Il ne faut donc pas hésiter à dire: Marie, intégralement Mère, a mis au monde par ses forces naturelles, avec ce sentiment de don de soi, de maîtrise de soi, et de liberté qui convient à une authentique maternité [...], Laurentin, p. 178

Comment les Pères de l'Eglise ont-ils pu concevoir une « chose » aussi exceptionnelle et non-naturelle ? Laurentin répond qu'ils « Ils s'expriment à ce sujet dans une langue religieuse et poétique, non en termes cliniques. Nous imiterons cette discrétion qui tient à ce qu'ils expriment le droit fil du mystère, et entendent nourrir la foi, non la curiosité. »

 

Pourquoi affirmer un tel « mystère » ?

Parce qu'il serait lié à la «  naissance du Verbe »... Les pères chercheraient à affranchir la naissance de Jésus, des servitudes et déterminismes de la chair. Le fils de Marie, selon l'humanité est ainsi bien le fils de Dieu de toute éternité.
Comment exprimer que Jésus, est homme mortel, et divin dans sa perfection universelle et éternelle ?
De plus, la vierge Marie voudrait représenter «  l'icône parfaite de la foi qui est l'âme de la virginité. » parce que «  elle réalise corporellement ce que l'Eglise réalise spirituellement dans sa foi, c'est-à-dire la virginité dans la fécondité, elle qui a conçu Dieu en son coeur avant qu'en son corps (Augustin) »

15583886-jesus-christ-et-le-couronnement-de-la-vierge-marie.jpgJésus-Christ et le couronnement de la Vierge- Marie: la-peinture-de-sienne-eglise-sata-maria

 
Pas sûr, qu'aujourd'hui nous comprenions très bien ce rapprochement entre Marie, l’Église et la foi … !
Marie serait la « nouvelle Eve », donc un nouveau point de départ de la création …
Alors, si j'apprécie le symbolisme du corps, comme partie intégrante de l'homme, qui est sauvé par le Christ... Il m’apparaît, qu'aujourd'hui, nous ne pouvons comprendre que la non-virginité soit l'image de la chute...
Ainsi, Justin philosophe chrétien du IIème siècle, oppose Ève et Marie. Il explique qu'Eve était "vierge et non souillée" avant d'écouter le serpent. Pour réparer la faute d'Eve, Marie doit forcément être vierge. Ces conséquences théologiques, aujourd'hui, deviennent incompréhensibles … !

(1) René Laurentin est né le 19 octobre 1917 à Tours (France). Prêtre, théologien, exégète, historien, spécialiste notamment des apparitions mariales. Ancien expert au Concile Vatican II, Membre de l’Académie théologique pontificale « Pontificia Academia Mariana Internationalis » de Rome...


Voir les commentaires

La "conversion" d'Ignace de Loyola -3-

Publié le par Perceval

« Inigo », de François Sureau ( 2010 ) est le récit d'une conversion, d'une aventure intérieure qui a lieu de 1521 à 1523, d’une tourmente spirituelle à une époque charnière où l’ère chrétienne, médiévale et féodale, bascule dans la Renaissance, autrement dit dans la modernité.

C'est dans sa chambre de convalescent qu'« Un matin, il s’aperçut que le Roi d’Espagne ne lui suffisait plus. Ni le roi ni sa cour, ni ses généraux ni ses prêtres : ils n’étaient que des hommes arrêtés à mi-chemin et qui se satisfaisaient de peu de chose. Ils portaient de l’or et de la pourpre, mais vivaient d’arrangements, comme le moindre des fermiers du Guipúzcoa. Il passa tout le jour à chasser cette pensée, qui revenait sans cesse. » (p. 74)

Jacopo-TINTORET--1518-1594-conversion-saint-paul.jpg

Jacopo TINTORET  1518-1594   Conversion Saint-Paul

Quel est l'objet de sa conversion, sachant qu'Ignace n'était pas un païen, mais un chrétien du passé, d'une foi reçue mais non choisie … Sa « conversion » n'est que l'amorce d'un long et douloureux cheminement où vont alterner illuminations, visions, pleurs, doute, désespoir, lassitude..etc

« Une nuit qu’il ne pouvait plus prier en silence tant sa confusion était grande, il se mit à hurler en appelant Dieu au secours. Il lui disait n’avoir trouvé aucun remède chez les hommes ou en lui-même. Il suppliait que Dieu lui montrât ce qu’il devait faire pour être délivré. Il se dressait éperdu devant le Créateur, et d’une voix inhumaine lui promettait de suivre même un chien, si c’était ce qu’il devait faire. Réveillés par le bruit, deux frères dominicains, alarmés, vinrent frapper à sa porte. Il ne leur ouvrit pas. Il était au-delà de la charité des autres. Il n’avait plus confiance que dans ce Dieu invisible qui s’était pourtant retiré de sa vie. » (p. 130)

« L'appel de Dieu n'a pas contredit cette nature, mais l'a poussée, en la purifiant, à son point d'aboutissement »

A.-Tintoretto-T.-Crucifixion-D.-1550.jpg
Jacopo Robusti, dit Tintoretto, en français Le Tintoret, (1518 - 1594) 

«Dieu vient chercher les hommes là où ils sont nés et tels qu’ils sont» (p. 15). Il prendra Inigo avec sa violence, son désir de gloire et des femmes, son goût du bonheur aussi. Nul saint n’a choisi de devenir saint. Inigo cherche la joie, «avec le pressentiment d’une vie plus grande cachée sous l’autre» (p. 63)

« Il comparait ce qu’il avait lu et ce qu’il avait vécu », indique François Sureau, soulignant par là l’originalité de ce qui deviendra la méthode ignacienne : un regard libre sur une expérience éprouvée. Il lit saint Augustin et saint Benoît. « Il ne s’agissait pas de se conformer aux traditions pour trouver sa place dans un monde qui n’était chrétien qu’en apparence »

Ignace devient pauvre avant de devenir saint, Inigo vit d’errances et de mortifications. « D’où tenait-il que Dieu lui avait demandé de pareils sacrifices ?» se demande l’auteur. L’orgueil prévaut dans les macérations. Et la prière,  Inigo l’apprend : « On se tait en présence du roi. Il voulait se taire en présence de Dieu. La plupart des mots que prononçaient les hommes étaient inutiles, et les autres étaient impurs.»

Tintoretto.-Last-Supper.-Venice--Italy.-1594.jpg
Le Tintoret, La Cène (Ultima cena), 1594, Basilique San Giorgio Maggiore de Venise 


Plus qu'une conversion, Inigo vit une libération de ce qu'il croit être, à la lumière de l'expérience … La liberté est indissociable de l'appel de Dieu. Il s'agirait, dans l'idéal, de confirmer le projet que Dieu a sur nous. Se libérer de ce qui n'est pas moi, pour que j'existe enfin !

Ce qu’a appris Inigo, on le retrouve dans l’œuvre de Simone Weil : on ne se rend pas libre par un effort de volonté mais au contraire par la passivité, l’abandon à l’amour de Dieu.

******

François Sureau est un écrivain français né en 1957 à Paris, avocat, énarque, anciennement maître des requêtes au Conseil d'État. Il est également le cofondateur et codirecteur de la Revue française d'économie. il est également président fondateur de l'association Pierre Claver, aidant les personnes déplacées par force de leur pays d'origine et trouvant refuge en France.

L’auteur qui avoue en fin de livre « Les mitres et les chasubles ne m’ont jamais plu et tout cet appareil processionnaire où l’orgueil des hommes se complaît, dans lequel ils me paraissent prostituer Dieu à leur désir de gloire, et par lequel ils maintiennent les peuples dans une crainte révérencielle qui justifie à mes yeux l’athéisme le plus incommode ».

 

J'ai retrouvé [chez Ignace] un écho du Rimbaud de l'errance, qui était mû, écrit Bonnefoy, par le « double désir d'un corps et d'une âme, d'un salut et d'une liberté dans le salut ». C'est par là, je crois, qu'Ignace m'a touché d'abord, avant même que je le connaisse mieux. Que l'humiliation fût un moyen d'y parvenir, cette idée si étrangère à nos contemporains ne m'a pas rebuté. Quiconque a tenté de garder les yeux ouverts après la trentaine sait sur quoi se fonde l'estime de soi et l'estime des autres et ce qu'elles valent. Que l'on pût vouloir s'en priver, comme Ignace l'avait fait, ne m'a pas étonné. La conversion, entendue au sens non seulement d'une illumination mais aussi d'un exercice, lui avait rendu visible cette espèce de fluide du mal, qui s'insinue partout, et dont nous pouvons freiner, ou au contraire accélérer, la circulation. Il avait compris qu'il dépend de chacun que l'empire du mal s'étende ou se réduise; je parle ici du mal concret autant que du mal moral, de la guerre comme du mensonge, de la faute secrète et des spectacles auxquels j'ai assisté en Bosnie ou en Afghanistan et qui m'ont rendu Ignace très proche, parce qu'il donnait du mal, non pas une explication - ce serait, dit Augustin, voir les ténèbres ou écouter le silence - mais une description utile et réaliste. Et cette description était encourageante. Que l'homme se montre oublieux de sa filiation divine, qu'il laisse le désordre des illusions l'emporter, alors il cesse d'être libre et créateur, et le mal conquiert de nouveaux espaces, de nouvelles âmes.C'est la victoire de la mort, une sorte de dé-création. Qu'il se souvienne, se discipline et réponde à l'appel qui lui est adressé, il devient - fût-ce au prix d'une rude ascèse - celui en qui Dieu lui-même peut se reconnaître, parce qu'il collabore aux mille aventures d'une Création qui préfigure le Royaume. Serviteur inutile, sans doute, mais serviteur conquérant et, d'une certaine manière, joyeux.

p. 146-147   François Sureau, Inigo

inigo.jpg 

Voir les commentaires

L'attente de Qui ?

Publié le par Perceval

 « L'Avent » : nous attendons le Seigneur... Dans quelques jours, nous n'attendrons plus : il sera là … ! Il y de la logique, du bon sens … et quelque chose qui me gène pour avancer... ? J'attendrais Dieu ? Non.. ! Il est là, présent …

Il s'agit en fait d'une erreur de perspective...

Un message posté sur le blog d'Orfée45 , trouve les mots...

Bien sûr ! L'attente de Dieu : c'est Dieu qui attend !

" L’attente de notre venue à nous,

vers Lui.

Mouvement qu’il attend, en retour,

qu’il attend tellement,

aussi patient dans l’attente qu’il est lent à la colère.

 

Et si le Temps n’était que

 l’Attente de Dieu ?

 L'une de ses expressions... "


Icone-filsprodigue.jpg


  *****

L'avent, c'est peut-être aussi, une pédagogie divine : Dieu qui se fait attendre, pour en éprouver le « manque »...

Il y a aussi l'attente – façon Simone Weil - «  elle y voyait la vigilance du serviteur tendu vers le retour du maître. Ce titre exprime aussi le caractère inachevé qui, à cause même des nouvelles découvertes spirituelles qu'elle fit alors, tourmentait Simone. » ( cf Préface de JM Perrin )

 

Voir les commentaires