Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Jacques ELLUL : Foi et croyance, à l’opposé… 4/4

Publié le par Perceval

Foi et doute :


L’acte de croire est si incertain, si fragile, si évanescent que, s’il a été peut-être à un moment vrai, il est tellement risqué de s’y fier qu’il faut lui substituer tout le reste. C’est à dire que tout ce « reste » devient d’autant plus monumental, exigeant, que le centre est plus creux, plus fragile, plus incertain. Le croyant a si peu de réalité intérieure qu’il ne peut vivre et l’exprimer que par et dans un ensemble conventionnel et institué. (…)psychedelic

 

Le communiel remplace le vide existentiel. ( …)  il ne doit pas y avoir d’incertitude, car cela serait radicalement destructeur. Et par conséquent on ne peut pas tolérer la diversité. La diversité est toujours source d’un autre questionnement, d’une autocritique, donc d’un doute possible. ( …) Ce qui exclut le doute, en même temps que la diversité, c’est la croyance.


Tout au contraire la foi est toute entière sous le signe de la parole centrale : « Je crois, Jésus RembrandtSeigneur, viens au secours de mon incrédulité ». la foi est certes comparée à un roc, mais la première démarche de la foi est de prendre conscience de la distance qui existe entre la foi de Jésus-Christ et ce qui, au cœur de moi-même, palpite et demeure la foi. ( … ) la foi est un décapant terrible. Un acide radical. Elle conduit à passer à l’épreuve tout ce qui constitue ma vie et ma société. Elle conduit inéluctablement à s’interroger sur toutes les certitudes, toutes le morales, toutes les croyances, toutes les politiques. Elle interdit d’attacher croyance et sérieux dernier à toute expression de l’activité humaine. Elle nous détache, nous délie de l’argent et de la famille, du métier et de la connaissance… ( …)


L’homme qui vit dans la croyance se sent à l’abri, Dieu lui est un protecteur et un garant. La foi au contraire nous place constamment sur le fil du rasoir. Parce qu’elle ne minimise pas la Hokusai 1760-1849 Ocean wavespuissance de Dieu tout en sachant qu’il est le Père, elle saisit l’homme de « crainte » …


«  qui donc est celui-là qui commande même aux vents et à la mer ? » C’est çà la question de foi. Pour la croyance, les choses sont simples. Dieu est tout-puissant, donc c’est normal qu’il fasse cela. Mais sitôt que l’on normalise Dieu, la relation est fausse. Sitôt que la puissance de Dieu nous paraît habituelle, c’est la croyance qui nous trompe. La foi sait mesurer l’incommensurable distance donc le caractère terrible et indicible du Dieu vivant. ( … ). Cependant, en même temps, c’est la foi qui permet de crier « Abba » «  Père » … Les deux ne sont pas contradictoires, amis constituent la trame et la chaîne du tissu vivant de la foi. Ainsi le doute et la crainte font partie intégrante de la foi.

Voir les commentaires

Jacques ELLUL : Foi et croyance, à l’opposé… 3/4

Publié le par Perceval

La croyance … La foi, à l’inverse :


La croyance parle, parle, s’abreuve de paroles, elle interpelle les dieux, elle prend des initiatives. La croyance agit. Elle entre au cœur de l’action. Et ne peut alors jamais rencontrer autre chose qu’elle même.enfant prodigue

 

La foi se situe exactement à l’inverse. Elle attend, elle reste vigilante, recueille les signes, interprète les plus frêles paraboles, elle patente à l’écoute du silence, jusqu’à ce que ce silence soit rempli de ce qui lui devient indiscutablement parole de Dieu. Après , à partir de l’écoute, peuvent venir : réponses, message, morale, action et engagement. Mais tout cela épuise la foi, et celle-ci renait et ne se ressource qu’au retour de l’écoute et à la veille en silence.
( …)

 

Mais si la foi me conduit à écouter la question de l’autre, voici une autre différence de la croyance et de la foi. La croyance rassemble. La foi isole. ( … ) Nous nous retrouvons dans un même courant, dans une même institution, tous orientés vers le même objet, l’objet de notre croyance, (…) La croyance est bien utile pour faire fonctionner le corps social, elle est bien nécessaire pour me renforcer dans ma faiblesse. ( … ) et me plonge avec une satisfaction sans nom dans une communion qui me libère de ma propre conscience et de ma perplexité ( donc de mes questions..)  (…)Lakewood church

 

Nous serions disposés à croire que la foi est du même ordre. La foi en Jésus-Christ ne contient-elle pas le commandement d’aimer son prochain, et la foi n’a-t-elle pas en définitive produit l’Eglise, et bien plus, à la limite, la chrétienté, la société chrétienne, la culture chrétienne ? ( …) La croyance religieuse donne des centres de rassemblement et institue des armatures pour ce rassemblement. Elle est donc bien utile … pas grand chose d’autre !

 

La foi joue exactement en sens inverse. La foi individualise. Elle est toujours une affaire exclusivement personnelle, et puisque je parle de la foi au Dieu d’Abraham et de Jésus-Christ, non pas du tout en un Dieu abstrait, général, et semblable dans toutes les religions, je dirai qu’elle est la relation personnelle à un Dieu qui lui-même se révèle en tant que personne. (…) la foi isole et rend unique. Et c’est l’expérience centrale de Kierkegaard … (…)

 

JÉSUS-vu-par-REMBRANDTAinsi la foi ( qui isole ) au Dieu d’amour fonde l’Eglise. Là où quelques individus vivent cette foi, il est inévitable qu’ils se rencontrent et partagent leur pain et leur vin.


Une troisième opposition radicale est relative au doute. ..(…) La foi suppose le doute, alors que la croyance l’exclut…. Et Pierre ? ( marcher sur l’eau …, et Thomas … ? ) ( …) L’homme de la croyance exécute parfaitement la loi et les commandements. Il est tout d’une pièce dans ses convictions. Il ne tolère aucun écart, aucune déviation …( …) Il délimite avec exactitude les frontières entre la croyance et l’incroyance. ( ..) Le croyant est une personne efficace.

Voir les commentaires

Il y a cent ans: ... Jacques ELLUL

Publié le par Perceval

Jacques Ellul (1912-1994)
Historien du droit, sociologue, penseur de la société technicienne et de la modernité, théologien de l’espérance et de la liberté jacques-ellul


Jacques Ellul naît à Bordeaux le 6 janvier 1912, d'un père orthodoxe et d'une mère protestante. Après des études brillantes au lycée Montaigne (aujourd'hui Montesquieu), il commence son droit à la faculté de Bordeaux, et c'est pendant ses études qu'il se convertit au christianisme … C'est aussi à ce moment-là qu'il se lie avec Bernard Charbonneau (1910-1996), universitaire bordelais lui aussi. Dès cette époque, les deux amis créent ensemble des « clubs de presse » et des groupes de discussion pour réfléchir aux changements qu'entraîne le progrès scientifique : mouvement que l'on peut qualifier de « pré-écologique » et font ensemble le constat de l'impuissance politique face à la technologie .
Révoqué par le gouvernement de Vichy en 1940 comme fils d'étranger (son père était né à Malte), il s'improvise agriculteur et participe activement à la Résistance sans toutefois prendre les armes. Il renseigne le maquis, cache des prisonniers évadés et des juifs pourchassés, leur procure de faux papiers pour les aider à passer en zone libre.
En 1943, il passe son agrégation de droit romain et d'histoire du droit ; il est alors nommé Professeur à la faculté de droit de Bordeaux où il enseignera jusqu'à sa retraite en 1980.
Comme toute sa génération, Ellul est marqué par l'échec du Front Populaire, par le nazisme et par la guerre et souhaite s'engager en politique. Il prend une part active à la préparation des élections législatives d'octobre 1945. Inscrit au parti de l'Union Démocratique et Socialiste de la Résistance (U.D.S.R.), sa liste n'atteindra pas 5 % des suffrages en Gironde et n'aura aucun élu.


babylone babelUniversitaire, professeur de droit romain, auteur d'une Histoire des institutions en cinq volumes qui surprit ses pairs mais servit de référence à plusieurs générations d'étudiants en droit, enseignant aussi à l'Institut d'études politiques de Bordeaux, sociologue, Jacques Ellul se situait hors du champ de la spéculation philosophique et ne s'appliquait guère à lui-même la qualité de théologien. Hors les travaux consacrés à la spécialité austère qu'il avait choisi d'enseigner, Jacques Ellul a produit une œuvre considérable — quarante-huit livres, plusieurs centaines d'articles, plus d'un millier peut-être — et, quant au fond, abordé en profondeur les sujets et les domaines les plus divers autour de quelques idées-forces et peut-être même d'une seule ligne directrice qui traverse toute l'œuvre, de La Technique, ou l'Enjeu du siècle en 1954 au Bluff technologique de 1988, de Présence au monde moderne en 1948 à Combats de la liberté paru en 1983. Mais, avant l'œuvre écrite et aux origines de celle-ci, il y eut la rencontre d'un homme, Bernard Charbonneau, un engagement commun dans la mouvance personnaliste, et, pour Jacques Ellul lui-même, la naissance de la foi dont il est permis de penser qu'elle constitue la clé de son œuvre.
adultère Jésus
Ellul soumet à la même analyse rigoureuse de nombreux aspects du fonctionnement de la société moderne, la place — excessive — de la politique (L'Illusion politique, 1965), la mode des idées et les idées à la mode (Exégèse des nouveaux lieux communs, 1966), l'idéologie de l'exaltation de la technique (Métamorphoses du bourgeois, 1969), la communication (Propagandes, 1962 ; La Parole humiliée, 1980), les impostures de l'art contemporain (L'Empire du non-sens, 1980). Il consacre trois livres au phénomène de la révolution, à l'étude duquel il apporte sa connaissance profonde de l'histoire, de la pensée de Marx et des différentes écoles marxistes. En 1969 paraît Autopsie de la révolution, que suit en 1972 De la révolution aux révoltes, puis en 1982 Changer de révolution.
Autre pôle de l'œuvre, l'exégèse biblique depuis Le Livre de Jonas (1952) jusqu'à La Raison d'être, méditation sur l'Ecclésiaste (1987) en passant par Sans feu ni lieu (1975), sous-titré Théologie de la ville, celle-ci étant vue comme le lieu par excellence d'où l'homme cherche à se dresser en opposition à Dieu, L'Espérance oubliée (1977). Cependant, dans l'ordre de la réflexion théologique, les œuvres capitales, en prolongement de Présence au monde moderne, autre texte fondamental publié en 1948, quelques années avant La Technique, sont constituées d'un ensemble qui est une véritable somme, Le Vouloir et le Faire (Introduction à l'éthique chrétienne) en 1964, suivi, en 1973, en 1975 et en 1983 sous le titre Les Combats de la liberté, des trois volumes de L'Éthique de la liberté.
Jacques Ellul livrera également des réflexions plus personnelles dans La Foi au prix du doute (1980), À temps et à contretemps, paru en 1981...


Sources diverses: dont Encyclpédie Universalis ...

Voir les commentaires

Jacques ELLUL : Foi et croyance, à l’opposé… 2/4

Publié le par Perceval

Les questions de Dieu :


Et la foi consiste, à l’inverse des croyances, à écouter les questions de Dieu, et à s’aventurer dans les réponses que nous avons à donner. Les Questions ; elle parcourent tout le champ biblique, avec trois sommets ; l’une est double, c’est la première question posée à l’hommeTempête christ-asleep-in-his-boat-jules-joseph-meynier : «  Adam, où es-tu ? » - «  Caïn qu’as –tu fait de ton frère ? » ( …)


La seconde question, au centre de notre histoire, est celle que Jésus pose aux disciples : «  Et vous, qui dites-vous que je suis. ». Il ne se proclame pas lui-même … (…)
Et la troisième : à la fin des temps, avec la Résurrection de Jésus-Christ : » Qui cherches-tu ? », et puis : » Si je veux… que t’importe ? » Questions sur la réalité de notre quête, qui cherchons-nous en effet. Que cherchons-nous ? (…). Qu’est-ce qui nous importe vraiment, avec nos petites prétentions … ( …)

Job-sur-son-fumier.jpg


Par exemple Job : - dit par Philippe Némo : Job et l’excès du mal 1978 - : «  Ce qui est révélé, c’est la question. A la question «  en vue de quoi ?» adressée d’une âme à une âme, il reste à répondre par un engagement… » (… ) « Dieu c’est la question du Bien ou du mal indistincts dans une unique question »


Il n’y a pas de réponse toute faite dans la Bible. Et, nous avons à apprendre que nos questions ( elles  ) sont englobées dans «  que t’importe ! » Nos questions sont immédiatement minimisées, réduites par celles posées par Dieu, qui sont déterminantes. Mais, perceptibles pour la foi seulement, et auxquelles seule la foi se sent tenue de répondre.

Voir les commentaires

Jacques ELLUL : Foi et croyance, à l’opposé… 1/4

Publié le par Perceval

Je lis, en ce moment, «  La foi au prix du doute » de Jacques ELLUL ( 1980)la foi au prix du doute. C’est extraordinaire de lire - sur le fond et la forme - bien mieux que ce que je pourrais écrire, alors que c’est l’expression même de ce dont j’ai la conviction … Aussi, je recopie ci-dessous, les passages qui me semblent les plus décisifs.  ( Ce sera une série de 4 articles ).

Après cela, comment entendre encore les critiques anti-religieuses du type «  Onfray » ? Comment justifier les « credo » intégristes… ?


Non pas « mes » questions, mais La question de Dieu :


Jacques-Ellul 2« La croyance apporte des réponses aux questions de l’homme alors que la foi jamais ». L’homme ne se mesure qu’à ses propres questions ( le mal, la souffrance, l’origine, la mort …) Il se fabrique des réponses ( croyances, mythes, légendes, vision artistique …)( je résume …) … «  L’homme ne se passionne que pour se répondre lui-même. Et voici que la foi ( biblique…) est exactement inverse. La révélation n’est en rien là pour nous donner des explications sur tel point intéressant, mais pour nous poser des questions sur l’homme et sur chacun de nous, pour nous amener à entendre des questions, ou UNE question. » ( … )
«  Tout au long, nous nous trouvons au contraire en présence du refus de Dieu de répondre. »
 

 

« Quand on veut le saisir, il déclare «  Je suis qui je suis ».

Quand on veut le contraindre par des sacrifices, il déclare qu’il les déteste.

Quand on attend le Roi souverain Messie, il envoie un pauvre homme sans pouvoirs.censorship-ben-heine

Et quand on veut le consulter sur sa volonté, il renvoie à une sorte de jeu de hasard ( Urim et Thummin )…

 

Non, Dieu n’explique pas et ne répond pas aux curiosités ou aux inquiétudes de l’homme. Et tout particulièrement, il faut rejeter avec la plus grande fermeté ces méchantes habitudes qui consistent à consulter la Bible pour y trouver une réponse aux banales questions de mon existence, et plus encore à l’ouvrir au hasard pour tomber sur un verset providentiel . … » , « et prier indéfiniment en espérant que Dieu va me donner une réponse tonnante pour me sortir de mes difficultés financières ou familiales, pour me faciliter la recherche d’un travail, pour résoudre mes problèmes …  Dieu peut aussi le «  faire «  bien sûr, parce qu’il est Amour … mais ce faisant, nous avons manqué le centre de la Révélation biblique quand elle parle ( et non pas nos bavardages …) à notre foi en posant ses questions. Dieu ne nous apprendra ni l’histoire, ni la physique de nos origines, ni la génétique, ni la cosmologie. Il pose une question. Une série de questions, c’est à dire qu’il rend l’homme responsable ( obligé de répondre ) et le renvoie à sa liberté.

 

Jacques Ellul (1912 - 1994) est un professeur d'histoire du droit, théologien protestant et sociologue français.

Né à Bordeaux, docteur en droit en 1936, puis chargé de cours dans diverses universités françaises, il fut révoqué par le gouvernement de Vichy. Il devint alors agriculteur pour nourrir sa famille. Il participa à la Résistance. A la libération, Ellul est nommé adjoint au maire de Bordeaux et devient professeur à la facuté de Droit de cette ville.

Jacques Ellul a d'abord été attiré par les thèses marxistes avant de devenir l'un des acteurs et des penseurs du christianisme. Ces nombreux écrits (plus d'une quarantaine de titres) ont eu un grand retentissement, principalement aux Etats-Unis. Dans son ouvrage le plus important, Le système technicien, il a démontré que la technique constitue un système. Voilà pourquoi, aux États-Unis notamment, où il est mieux connu que dans son propre pays, la France, Ellul est au centre du débat et de la réflexion sur la technique.

Voir les commentaires

Il y a 100 ans: 1912 ...

Publié le par Perceval

* La « République de Chine » est proclamée le 1er janvier 1912, elle est l'appellation du régime qui a mis fin à l'Empire Chinois (-221 - 1912) en succédant à la Dynastie Qing (1644 - 1912) . Ce nouveau régime, fut le gouvernement légitime de la Chine de 1912 à 1949.

  emeute-paris

** Dans l’asile de nuit, le 1er janvier 1912 a lieu une intoxication alimentaire. Rosa Luxembourg :

« Juste avant que le carillon des cloches n’annonçât le commencement de l’an nouveau, cent cinquante sans-abri se tordaient dans les affres de la mort, soixante-dix avaient quitté ce monde. »

 « Et pas un ouvrier qui soit assuré contre l’asile, le hareng et l’alcool frelatés. Aujourd’hui il est solide encore, considéré, travailleur ; qu’adviendra-t-il de lui, si demain il est renvoyé parce qu’il aura atteint le seuil fatal des quarante ans, au-delà duquel le patron le déclare " inutilisable " ? Ou s’il est victime demain d’un accident qui fasse de lui un infirme, un mendiant pensionné ? »

« Chaque jour des sans-abri s’écroulent, terrassés par la faim et le froid. Personne ne s’en émeut, seul les mentionne le rapport de police. Ce qui a fait sensation cette fois à Berlin, c’est le caractère massif du phénomène. Le prolétaire ne peut attirer sur lui l’attention de la société qu’en tant que masse qui porte à bout de bras le poids de sa misère. »

 

*** 1912-04-20-France Son Premier Depart Pour NewYork

 

 

Le Paquebot "France" de la Compagnie Generale Transatlantique a son premier départ pour New York (20 avril 1912).

 

 

 

 

 

 

 

**** LIMOGESgare Oradour tramway pour Limoges 1912

L’arrivée du tramway en 1912 à Oradour transforme la vie du village. Il y a beaucoup plus d’échanges avec les grandes villes. On n’est plus qu’à 1h15 de Limoges.

 

****

L'Union: Inaugurée le 26 août 1911 au 14 de la rue de la Fonderie (actuellement 20 rue des Coopérateurs), la salle accueille, entre autres divertissements, dès ses débuts des projections cinématographiques Pathé.

Union Coopérative Limoges 3 1912

 

 

 

Madame Jové (épouse du photographe ) au jardin d'Orsay ( Lgs ) en 1912

 

Mme Jové au Jardin d'Orsay. Jean Jové vers 1912.

 

 

 

 

 

 

Et ...

 


Paris, janvier 1912. Adèle assiste au réveil d'un homme préhistorique Adèle Blansec Tardiretrouvé congelé dans la tourbe sibérienne et ramené à la vie par des savants. C'est le début d'aventures mouvementées pour Adèle et pour le Pithécantropus...

publicite-ancienne-juin-1912-pour-la-marque-de-porcelaine-f

 


Voir les commentaires

Les Bonnes nouvelles de 2011 … en désordre …

Publié le par Perceval

  • 2011 c'est finiDeux journalistes français libérés après 18 mois de captivité … Stéphane Taponier (G) et Hervé Ghesquière ont été retenus en otage en Afghanistan pendant 18 mois. Libérés le 29 juin, Le 14 novembre ce sont trois nouveaux otages qui sont libérés au Yémen.
  • La générosité des Français en hausse malgré la crise  En 2011, les dons aux associations caritatives ont encore augmenté, confirmant la générosité accrue des Français en temps de crise.
  • Le Français Jules Hoffmann a reçu, lundi 3 octobre, le Nobel de Médecine pour ses travaux sur le système immunitaire.
  • Le « printemps arabe » … La liberté et la démocratie gagnent du terrain. La Tunisie a voté il y a quelques semaines, des élections devraient (théoriquement) avoir bientôt lieu en Egypte, et la Lybie s’est enfin débarrassée de la famille Kadhafi.
  • De Madrid à Paris en passant par Rome et Francfort mais aussi aux Etats-Unis et en Amérique du sud, le mouvement des indignés s'est répandu dans des centaines de villes à travers le monde. Influencés par le livre de Stéphane Hessel, auteur du best-seller Indignez-vous !Changer de vie
  • Le 11 mars, un séisme de magnitude 9 suivi d'un gigantesque tsunami s'abattent sur le Japon. La centrale nucléaire de Fukushima, située à 220 km au nord-est de Tokyo, est gravement endommagée. Les réacteurs en fusion qui menacent d'exploser doivent être rapidement refroidis afin de contenir les rejets radioactifs.  N'écoutant que leur courage, des centaines de volontaires luttent contre les incendies et tentent de refroidir les combustibles nucléaires en fusion, au péril de leur vie.
  • La Côte d'Ivoire, premier producteur de la fève du chocolat avec près de 40 % de la récolte mondiale, a battu son record de production de cacao pour la saison 2010-2011.
  • 50 000 jeunes pèlerins français se sont rendus à Madrid pour participer aux 26e  Journées mondiales de la Jeunesse.
  • La loi Zimmermann-Copé prévoit ainsi la féminisation des conseils d'administration, qui restent pour l'essentiel des bastions masculins. Dès 2012, 2 500 grandes entreprises devront composer avec au moins 20% de femmes dans leur CA.
  • En France comme aux Etats-Unis: le nombre des végétariens progresse.
  • Nous n’avons jamais été en meilleure santé. Selon les chiffres de la Banque mondiale, les progrès de la médecine vont sauver environ deux millions d’enfants nés cette année:
  • Grâce à la science, nous vivons mieux, et plus longtemps.
  • DSK 2011Nous sommes de plus en plus intelligents. Aux Etats-Unis et dans plusieurs pays développés, les secteurs technologique et scientifique progressent à une vitesse incroyable. Les trouvailles de cette année en sont la preuve: Google a inventé un robot pouvant assister à votre place aux réunions barbantes, et nous avons découvert une vingtaine d'exoplanètes, corps célestes en orbite autour de lointaines étoiles. Autre découverte majeure de l’année, le Cern (l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire) a réussi à « cerner » le boson de Higgs.
  • Nous sommes de plus en plus pacifiques. Joshua Goldstein l'écrivait récemment dans Foreign Policy: ces dix dernières années ont vu moins de morts provoquées par la guerre qu'aucune décennie du XXe siècle.
  • Les réseaux sociaux nous rapprochent encore davantage. Le Printemps arabe aurait sans doute été possible sans Twitter, mais l’outil a grandement facilité son organisation; grâce aux tweets, les manifestants ont pu tenir le reste du monde informé des événements (sans Youtube, la violence des forces de sécurité syriennes ne serait encore qu'une série de rumeurs non confirmées). 
  • Le football féminin au top. Cette année le sport français s’est offert une belle bouffée d’oxygène avec le football féminin.
  • la terre abrite désormais plus de familles – et plus d’amis potentiels – que jamais. En 2011, la barre des sept milliards d’êtres humains a été franchie. Soit sept milliards de convives à inviter autour d’une table, et quatorze milliards d’épaules pour pleurer lorsque la vie devient insupportable.
  • La peine de mort a reculé dans le monde. Le 9 octobre 2011, la France a fêté les 30 ans de l’abolition de la peine de mort. Notre pays fait partie des 139 pays à avoir aboli la peine de mort dans le monde. Sur les dix dernières années, 31 pays ont aboli la peine de mort. Selon un rapport d’Amnesty International, 527 prisonniers ont été exécutés dans le monde en 2010, un chiffre en baisse par rapport à 2009, avec 714 exécutions.
  • Les musées français font le plein ! À l’instar des salles de cinéma, les musées français ont fait le plein cette année. Ils attendent une hausse de la fréquentation de plus de 5 % en 2011, soit quelque 27 millions de visiteurs.
  • Le cinéma français ne connaît pas la crise. Selon les comptes du Centre national du cinéma (CNC) les salles de cinéma ont attiré environ 210 millions de téléspectateurs en 2011. Du jamais vu depuis… 1967 !
  • 1er de la planète… 77 000 tonnes, c'est la quantité de lin de qualité que la France produit en moyenne, chaque année. L'Hexagone est ainsi leader mondial, loin devant la Chine (20 000) tonnes... qui importe du lin français!!

Voir les commentaires

L'attention à Dieu

Publié le par Perceval

Lorenzo Lotto (1480 – 1556) est un peintre italien ...

« Les dernières années de sa vie lui procurèrent bonheur et tranquillité d’âme, et qui plus est, lui apportèrent la vie éternelle. Ce qui ne lui serait peut-être pas arrivé s’il avait été impliqué autrement dans les choses de ce monde, lesquelles trop pesantes à qui place en elles sa fin dernière, ne laissent jamais l’esprit s’élever vers les biens véritables de la vie, que sont la béatitude et la félicité. » Lorenzo Lotto le jeune malade- Giorgio Vasari, Vie des plus excellents peintres, sculpteurs et architectes, 1568.

 

" plutôt que de fixer le personnage tel qu’il est objectivement, Lotto préfère le montrer à l’instant où il se qualifie, où il s’adresse à un autre, et se prépare à un rapport humain sincère. Il ne dit pas : « admire-moi, je suis le roi, le pape, le doge, je suis le centre du monde » ; il dit plutôt : « voilà comment je suis fait à l’intérieur, voilà quels sont les raisons de ma mélancolie ou les fondements de ma foi, voilà quelles sont mes sympathies ». ( Wiki..)

 

 

Rainer Maria Rilke Livre d’heures


Pasternak-rilke

 

 

Un jour, si tout faisait enfin silence,
si l'à-peu-près et si le contingent
Se taisaient, et comme eux le rire du prochain ;
Si la rumeur que font mes sens
Essaient de m’entraver à mon réveil.

 

Alors, et sous les mille aspects de la pensée,
Je pourrais Te penser jusqu’au bord de Toi-même,
Te posséder ( l’espace d’un sourire )
Pour t’épancher à travers toute vie
En un remerciement.

 

 

 

 

 

Par l’attention la psyché ( l'âme ) aborde la spiritualité ( le "pays" de la vérité ... ); par la réflexion elle progresse; par la méditation elle pénètre dans les profondeurs.

«L’attention de l’esprit n’est que son retour et sa conversion vers Dieu» Malebranche

 

 

« Le regard vers l'intérieur ne nous isole pas du monde […], les-mains-d-un-moine-en-priereil nous fait rejoindre le vaste univers, si bien qu'on peut parler d'une vision, d'une ouïe, d'un tact qui vont de l'intérieur à l'extérieur, d'un enracinement dans le monde, dans la réalité, la vraie, par la vertu même du recueillement. "Fermez les yeux et vous verrez." » L'attention à Dieu, aux autres « n'est pas crispation mais présence et détente, calme et accueil, présence avec amour. L'attention s'apprend » "Le chemin du vrai bonheur" par ' Un chartreux ' .

 

 

" Mon Dieu, si vous êtes partout comment se fait-il que je sois si souvent ailleurs ?" Madeleine Delbrel

 


Voir les commentaires

En Soi: la rencontre du Ciel et de la terre

Publié le par Perceval

Les congés permettent ( avec délectation...) de grapiller sur mes étagères, au hasard d'un ou deux livres, quelques mots qui résonnent ensemble..:

  mikhai10

  - Ainsi, Rilke: ...   telle une prière ( dans les poèmes du "livre des heures" ) qui commence dans le bonheur d'une proximité obscure et qui semble divine... quelque chose comme Dieu, qui se devine; attendant d'être découvert, et si l'on peut dire , recréé ...

 

Je retiens comme une définition de la Foi, ce mouvement de chaque instant, qui consiste à re-découvrir, et recréer l'image que je me fais de Dieu...

Aucune image ne pouvant être reconnue comme absolue. C'est le génie du ' judéo-christianisme ' qui des prophètes jusqu'à Jésus, insiste sur le caractère "personnel" du divin... Aussi, le seul lieu de connaissance du divin ( l'âme : la psyché ) , passe par l'intimité de la rencontre ... Et son fruit ( la spiritualité ) ne peut-être ' dogmatisé ' ...

C'est à dire, encore,  - ce qui relève de l'âme ( terre ) du psychique ( rapport entre foi et raison ) convient d'être " disputé ", et " dogmatisé " ( catéchisé, débattu, et reconnu ) ... - ce qui relève de l'esprit ( le ciel ...  en contact avec l'Esprit ) relève de l'intimité de la rencontre ...

Bishoy

 

- Apaise-toi toi-même

et le ciel et la terre te combleront de paix. 

Efforce-toi d'entrer dans le trésor de ton coeur ( âme )

et tu verras le trésor du ciel,

car l'un et l'autre sont le même.

Entrant dans l'un, tu contemples les deux.

l'échelle de ce royaume est en toi,

cachée dans ton âme.

 

Parole des pères du désert , cité par Jean-Yves  Leloup ( Paroles d'ermites )

Voir les commentaires

La "question" vue par Marc-Alain Ouaknin

Publié le par Perceval

Marc-Alain-Ouaknin 0Ce que tente d’expliquer M. A. Ouaknin (1), rejoint ce que je tente d’exprimer au travers de ce que je nomme «  la quête du Graal » ; quête dont le sommet « terrestre » en est l’entrée dans le « château » ( ce qui n’est pas donné à tous … ! ), et l’impossibilité humaine ( pour Perceval ) de poser la bonne question. Ouakin, tente avec beaucoup de subtilité de proposer  « sa réponse » sachant, bien sûr, qu’il s’agit de la sienne, mais - qui me permet et là avec délectation - d’affiner ma propre question …


Je reprends ce que j’ai compris de son intervention ( ci-dessous) :

La religion ne peut être une réponse à un besoin ( puisqu’on ne peut pas posséder «  la réponse » , pour s’en satisfaire .. ! )…

La religion permet de poser la « bonne question » et de l’approfondir – dans une certaine tradition – . Le Zohar, qui utilise la valeur numérique de certains mots pour les comparer : Ciel-univers-2.jpgrapproche Dieu et Adam : même valeur que « Quoi ? ». Ouakinn ajoute que « Dieu est une hypothèse … ». Je rajouterai pour ce qui me concerne : Après avoir fait la démarche d’admettre la possibilité d’un Dieu personnel, mon expression de Dieu est une hypothèse …

 

Cette expression ( catholique ) s’exprime  au travers de ce que nous appelons «  la révélation ». Pourquoi ce mot «  révélation » ? Parce qu’elle est portée ( révélée) dans un livre : La Bible, et dans un homme : Jésus. Et c’est précisément, en contemplant l’un et l’autre, que nous sommes invités : non pas à trouver La réponse, mais – notre question… ! La « croyance » n’est pas une bonne réponse, la réponse : c’est la question .. Et l’ensemble de  - l’hypothèse + la question – est ce que je nomme  " Foi "… Au delà de la question de l’être et du non-être, la tradition religieuse pose la question du « peut-être » …

 

galahad_grail.jpg

Pour avancer sur le chemin de la Quête, je dois passer d’une question à une autre… Par exemple : «  Pour vous, qui suis-je ? », et c’est en répondant ( dans l’intimité de la prière …) «  Tu est le chemin, la Vérité, la vie  …» que je peux passer à une autre question… Ces questions sont personnelles et collectives… Mes outils sont la Tradition et le symbolisme portés par l’Eglise ( prostituée … ! ) qui en a fait l’objet – non pas d’un ésotérisme – mais d’un exotérisme … Une « connaissance » ouverte à tous, aux cœurs purs …etc

 

(1) “Docteur en philosophie, Professeur associé de l’université de Bar-Ilan, Marc-Alain Ouaknin travaille depuis plus de 20 ans à commenter et à approfondir la pensée d’Emmanuel Lévinas en la mettant en dialogue avec les textes de la pensée juive et en particulier, les textes de la Kabbale et du Hassidisme, ainsi qu’avec la psychanalyse et la phénoménologie.” Source

 

Voir les commentaires