Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Catholique, c’est à dire Universel.

Publié le par Perceval

Je suis « catholique », parce que je crois qu’il est possible de construire une théologie de l’Universel. Il ne sera bientôt plus possible de penser le Divin, sans être en communion avec ceux qui en vivent.catholic pope kissing koran

 

Si ma religion est universelle, elle est audible par tous et elle aspire à être comprise et à partager ce qu’elle a encore à vivre avec tous.

 

Dès à présent, je connais déjà par le Christ que le plan divin du salut est ouvert à tous. Ouvert, à chacun, grâce à ce qu’il est, et non pas malgré ce qu’il est … !

Le « Royaume de Dieu » est bien plus vaste que tous les concepts humains. Aussi mon identité catholique aspire à recevoir, à la lumière des Evangiles, plus encore que ce que ma abraham universeltradition m’a révélé… Il m’est impossible, aujourd’hui de vouloir mieux connaître le Christ sans recevoir des autres traditions leur lumière spirituelle.

Puisque la vocation catholique est par définition un appel à l’universel, cela m’aide à vivre plus concrètement ce que nous appelons la communion de l’Eglise.

 

Le dogme du Christ se révèle dans la kénose, et le silence… Si la Parole s’est faite à ce point humble afin que chacun – qui il soit – puisse la recevoir, c’est sans doute qu’elle touche plus profondément dans son effacement.

Si c’est se faire humble que de se plonger dans d’autres traditions, aujourd’hui cela me paraît être une disposition fondamentalement chrétienne. Notre monde pluraliste  a d’ailleurs conscience de l’urgente nécessité de s’ouvrir aux autres cultures.

Voir les commentaires

Mes racines spirituelles ( et européennes )

Publié le par Perceval

C’est au moyen-âge, que nos racines spirituelles s’organisent… Et, cela se construit grâce à la traduction en latin des ouvrages arabes ayant trait à la pensée d’Aristote et à celle de ses commentateurs comme Avicenne, Averroès ou Maïmonide.


L’harmonisation de la pensée des Pères de l’Eglise avec cette nouvelle méthode de pensée, appelée dialectique, va alimenter la réflexion de l’Eglise jusqu’au Concile de Trente ( XVIème s. )°

Aristote droite et Platon

 

Auparavant : Le plus haut degré de réel est pour Platon : ce que nous pensons grâce à notre raison ; et pour Aristote, ce que nous percevons. Pour Aristote, Platon reste prisonnier d'une vision mythique où l'homme projette ses représentations et les substitue au monde réel.

Ensuite, Les Néoplatoniciens, avec Plotin (205-270) propose une théorie du salut concurrente de celle de la chrétienté : il y a deux pôles. La lumière divine (où se trouve l’âme) et l’obscurité totale (où se trouve la matière). Mais cette dernière n’a pas d’existence, il s’agit juste d’une absence de lumière. Au plus loin de la lumière divine se trouvent la pierre, l’eau et la terre.

 

La confrontation entre religions révélées et tradition philosophique grecque remonte à Philon d'Alexandrie et aux Pères de l'Eglise et s'intensifia en climat islamique à partir du IXème siècle après J.-C.

 

En 380, le christianisme devient la religion officielle de l’empire romain

En 395, l’empire se scinde entre Rome, la capitale de l’occident romain inspirée par le néoplatonisme (du moins jusqu'à ce que Saint Thomas d'Aquin réintroduise Aristote), Constantinople, la capitale de l’orient qui parle grec (début du moyen âge byzantin) et le Moyen Orient et le Maghreb qui annexent Alexandrie où se développera par la suite l’Islam et qui est inspiré par Aristote (les sciences naturelles…).

 

Averroes 2C'est Averroes, 1126-1198, le musulman, qui, en approfondissant le rationalisme d'Aristote dans ses commentaires très denses, a créé les nouvelles conditions intellectuelles dont Maimonide pour les juifs, saint Thomas d'Aquin pour les catholiques, ont tiré profit pour élaborer des systèmes théologiques qui ne sont pas entièrement périmés de nos jours.

 

Maimonide-2Maïmonide, 1135-1204, le juif se réclame expressément du philosophe musulman al-Fârâbi (878-950) et, s'il émet certaines réserves sur Ibn Sina (Avicenne, 980-1037), il le respecte. Il reconnaît sa dette envers Averroès qui, récapitulant quatre siècles de recherche menée par les Arabo-musulmans, porte la philosophie aristotélicienne à l'expression la plus fidèle qui soit au XIIème siècle.

 

1149 fut une année charnière dans l’Histoire du judaïsme, de l’islam et de la chrétienté, c’est la fin d’une époque où les trois monothéismes ont vécu ensemble. En 1149, l’islam a chassé définitivement les Juifs et les Chrétiens. Cette année décisive fut aussi le premier signe du grand déclin qu’allait amorcer l’islam. 

 

Thomas d'aquin

 

 

 

Saint Thomas d’Aquin (1225-1274) a « christianisé » Aristote dans sa relecture. L’influence aristotélicienne grandit par l’influence des arabes. On s’intéresse de nouveau aux sciences naturelles. Il reprend Aristote partout où il n’est pas en contradiction avec la religion. Il existe deux chemins : la foi, la révélation (chemin le plus sûr) et la raison. Il n’existe qu’une seule vérité même s’il peut y avoir plusieurs représentations.  (Aristote : il existe une cause première).

Voir les commentaires

L’Art est révélation de l’Infini

Publié le par Perceval

Icone saint-lucRechercher le Beau, est sans doute une caractéristique humaine…

 

L’Art est une création pour faire percevoir le Beau…

- Si créer est de faire passer du non-être à de l’être, ce pouvoir est divin !

- Si créer est de travailler sur la forme, l’homme participe ainsi au pouvoir créateur.

L’art va bien au-delà de l’imitation de la nature, il ne s’agit pas seulement d’une « production ». L’Art mobilise la volonté, l’intelligence et l’amour…

 

Picasso : "Je peins les choses comme je les pense et non comme je les vois".

 

Dans sa Quête de l’Absolu, l’Art nous dit quelque chose de la vocation de l’Humain. Cet appel vers la Beauté, n’est pas forcément nommé et reconnu comme un appel vers le Divin.rembrandt les-pelerins-d-emmaus

 

L’Art ouvre les portes de l’âme ( la psyché ), vers ce qui la dépasse : l’Esprit.

 

Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez (Luc 10-23)

 

 

L’artiste continue la révélation accomplie en Jésus pour tenter de rendre visible le mystère de Dieu.

 

 

Autre exemple:

Les Psaumes sont des œuvres belles à lire, à entendre et qui éveillent à la prière.

Voir les commentaires

Le goût de l'absolu

Publié le par Perceval

"Il y a une passion si dévorante qu’elle ne peut se décrire. Elle mange qui la contemple. Tous ceux qui s’en sont pris à elle s’y sont pris. On ne peut l’essayer, et se reprendre. On frémit de la nommer : c’est le goût de l’absolu. (....)


Soir AntiqueQui a le goût de l’absolu renonce par là même à tout bonheur. Quel bonheur résisterait à ce vertige, à cette exigence toujours renouvelée ? Cette machine critique des sentiments, cette vis a tergo du doute, attaque tout ce qui rend l’existence tolérable, tout ce qui fait le climat du cœur. Il faudrait donner des exemples pour être compris, et les choisir justement dans les formes basses, vulgaires de cette passion pour que par analogie on pût s’élever à la connaissance des malheurs héroïques qu’elle produit.


[…] Ce sera aussi, sans qu’on la reconnaisse, la maladie de ceux qui n’aiment rien, qui à toute beauté, toute folie opposent le non inhumain, qui vient de même du goût de l’absolu. […] Ils sont ceux pour qui rien n’est jamais assez quelque chose.


Le goût de l’absolu… Les formes cliniques de ce mal sont innombrables, ou trop nombreuses pour qu’on se jette à les dénombrer. […]James-Robertson-On-The-Run

Pourtant si divers que soient les déguisements du mal, il peut se dépister à un symptôme commun à toutes les formes, fût-ce aux plus alternantes. Ce symptôme est une incapacité totale pour le sujet d’être heureux. Celui qui a le goût de l’absolu peut le savoir ou l’ignorer, être porté par lui à la tête des peuples, au front des armées, ou en être paralysé dans la vie ordinaire, et réduit à un négativisme de quartier ; celui qui a le goût de l’absolu peut être un innocent, un fou, un ambitieux ou un pédant, mais il ne peut pas être heureux. De ce qui ferait son bonheur, il exige toujours davantage. Il détruit par une rage tournée sur elle-même ce qui serait son contentement. Il est dépourvu de la plus légère aptitude au bonheur. J’ajouterai qu’il se complaît dans ce qui le consume. Qu’il confond sa disgrâce avec je ne sais quelle idée de la dignité, de la grandeur, de la morale, suivant le Alex Amann 2009tour de son esprit, son éducation, les mœurs de son milieu. Que le goût de l’absolu en un mot ne va pas sans le vertige de l’absolu. Qu’il s’accompagne d’une certaine exaltation, à quoi on  le reconnaîtra d’abord, et qui s’exerçant toujours au point vif, au centre de la destruction, risque de faire prendre à des yeux non prévenus le goût de l’absolu pour le goût du malheur. C’est qu ’ils coïncident, mais le goût du malheur n’est ici qu’une conséquence. Il n’est que le goût d’un certain malheur. Tandis que l’absolu, même dans les petites choses, garde son caractère d’absolu."

Louis Aragon
Aurélien, extrait du chapitre XXXVI

Voir les commentaires

La douloureuse quête d’une beauté insaisissable

Publié le par Perceval

Comment la Quête de l’Absolu, après s’être désacralisée, a pu après Dieu, passer aux grandes utopies du XXème siècle… caspar-friedrich-sublime.jpgCependant, il est intéressant qu’un ouvrage de Tzvetan Todorov, regroupe trois personnalités sur « une quête de l’absolu plus personnelle, désidéologisée et porteuse d’interrogations profondes : Que signifie et comment être soi-même ? Comment révéler de la façon la plus éclatante les mille possibilités de l’être ? Comment, malgré notre condition d’être fini et matériel, atteindre l’infini et le sublime ? » C’est un article d’Amélie Neuve-Eglise, ( spécialiste de l’islam mystique ) qui écrit les mots ci-dessous, et qui me touchent ...

 

Oscar Wilde, nouvel apôtre d’une religion de la beauté :

Dans cette recherche de perfection esthétique et pour atteindre la réalité de son être, l’homme ne peut trouver de ressources qu’en lui-même et non au sein d’une société qui étoufferait le vrai moi. (…) Oscar-Wilde-portrait-wikipedia-Oscar-Wilde-a-New-York-1882-.jpgL’individualisme extrême impliqué par cette conception où le soi et son épanouissement sont érigés en valeurs centrales nie toute la dimension sociale de l’homme et ne mesure la valeur de l’autre qu’à l’aune de son apparence physique. Dès lors, certaines interrogations fondamentales surgissent : le beau est-il supérieur au bien ? …L’autre est instrumentalisé : support de l’art ou incarnation d’une certaine forme de beauté. Atomisé, dépourvu de véritable relation avec les autres, l’esthète de Wilde ne peut donc que constater l’inutilité de toute conscience ou morale.

 

La création artistique comme fin ultime de l’existence : Rainer Maria Rilke

rilke et LouRainer Maria Rilke ( ) , poète allemand de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, érige quant à lui la création artistique en but ultime et unique de l’existence.

Selon Rilke, "tout ce qui est infini réside à l’intérieur de l’homme isolé : là se produisent les miracles, les accomplissements, là se surmontent les épreuves". Rompant avec une conception commune, il va jusqu’à affirmer que même l’amour ne peut se développer et atteindre son sens le plus profond que dans la solitude, car tout amour est appelé à dépasser son attachement particulier envers l’être aimé pour s’ouvrir à la beauté du monde en général afin de la saisir dans son universalité : "Dans un poème qui me réussit il y a beaucoup plus de réalité que dans toute relation ou inclination que je vis ; où je créé je suis vrai, et je voudrais trouver la force de fonder ma vie intégralement sur cette vérité"

Rilke n’a cependant pas trouvé la joie et l’épanouissement escompté dans son art. Il éprouva ainsi à plusieurs reprises des déchirements profonds entre l’amour d’êtres particuliers et son désir ultime d’atteindre l’universel : si une personne en aime une autre, alors une partie d’elle-même lui échappe, une partie de son amour a été mobilisée sur un autre être, alors que son existence - ou du moins celle du poète telle qu’elle est envisagée par Rilke - doit être exclusivement et dans son intégralité consacrée à saisir toute l’intensité et la profondeur du réel au-delà de la diversité des apparences. L’amour de l’écriture n’aura donc pas suffit à calmer l’angoisse existentielle de ce perpétuel "exilé à l’intérieur de lui-même" qui, au prix de bien des souffrances, sacrifia son existence et ses sentiments personnels sur l’autel de l’art et du sublime.

 

Marina Tsvetaeva : l’art par et pour le monde

Marina Tsvetaeva 1L’œuvre de Marina Tsvetaeva, poétesse russe du XXe siècle qui, comme l’affirme Todorov, "Tout en aspirant à atteindre l’absolu […], refuse de privilégier l’existence au détriment de la création, comme le faisant Wilde, ou l’art au détriment de l’existence, comme Rilke, mais voudrait que les deux voies soient mesurées à la même aune" 

Ainsi, contrairement à Rilke, elle refuse d’opposer existence et création et n’érige pas cette dernière en absolu. Pour Tsvetaeva, l’art n’est que l’enfant du spirituel et du matériel, et l’artiste doit vivre dans et avec le monde pour chercher, au travers de la création artistique, à en révéler l’intensité et les dimensions invisibles. Il existe donc une symbiose profonde entre art et existence concrète. Aux antipodes de Rilke, elle puise donc dans sa vie quotidienne même les ressources d’une création poétique foisonnante : "Je ne vis pas pour écrire des vers, j’écris des vers pour vivre". Son état d’esprit rejoint donc en quelque sorte celui des humanistes contemporains, qui préfèrent les individus et êtres concrets aux abstractions et schémas de l’esprit. Ainsi, la poétesse russe cherchera à atteindre "son" absolu au travers de ses relations avec les autres, en faisant l’expérience de sentiments purs et extrêmes et d’amours fous bientôt suivis de profondes déceptions.

 

 

Todorov nous présente en filigrane l’une des facettes de l’évolution des sociétés occidentales qui, de façon croissante, se sont faits les hérauts d’une certaine "humanisation" de la transcendance en la situant non pas dans un au-delà incertain, mais en l’ancrant au sein de l’existence même. Dans ce contexte, il appartient à l’artiste de la révéler dans les détails les plus infimes de la vie.

Albert-Joseph-A-Summer-Night--1890.jpgSource des élans les plus vifs et des crises existentielles les plus profondes, la quête de l’absolu ne doit donc pas être vécue de façon manichéenne en opposition avec l’existence terrestre, mais doit être recherchée en son propre sein sans en négliger aucun aspect, la beauté se trouvant parfois là où l’on pourrait s’y attendre le moins. Loin d’être en opposition avec la trivialité de la vie, la quête du beau lui est intimement liée, et, comme Baudelaire l’a magnifiquement exprimé, il appartient au poète d’en révéler les mille facettes insoupçonnées : Goya-Christ-croix.jpg

 

Ô vous ! Soyez témoins que j’ai fait mon devoir

Comme un parfait chimiste et comme une âme sainte.

Car j’ai de chaque chose extrait la quintessence,


Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or 

 

Baudelaire )

 

Situé à la frontière entre spiritualisme pur et matérialisme excessif, l’art demeure donc une des matrices essentielles de cette quête du beau en tant que moyen permettant de, pour reprendre une expression de Schelling, "représenter l’infini de façon finie". Au-delà de cela, l’ouvrage de Todorov nous invite à une réflexion sur l’être humain et son constant déchirement entre ciel et terre, entre vie concrète et perpétuel désir d’évasion au-delà de lamatérialité de l’existence.

Voir les commentaires

En quête de l'Absolu ...

Publié le par Perceval

En quête du Graal ou de l’Absolu, l’aventurier se bat contre l’Absurde...

androgyne.jpg

 

Rencontrer le sublime, au travers de la Beauté, l’Art ou même ( à une certaine époque …) la Révolution , peut remplir une vie. Et pourtant, étrangement, la Joie ( profonde, intérieure…)  semble absente… Le Bonheur illusoire … !

 

 

 

Marthe-jesus-marie.jpg

 

 

A mon avis, Jésus, le Christ, est l’un parmi nos maîtres de vie, à proposer conjointement le sublime et la paix, la beauté et la joie, la quête et le repos, le masculin et le féminin … La rencontre de l’autre et du Tout-autre.

Voir les commentaires

Quête obstinée d'espérance

Publié le par Perceval

" Le tout c'est d'existerderain-femme pelucche
sans négliger autrui
savoir être égoïste
ne serait-ce qu'un peu


Le tout c'est de trembler
de tendresse ou de joie
de passion passionnée
ne serait-ce qu'un peu


Et peut être avoir la foi
en soi et dans les autres
peut être même en Dieu
ne serait-ce qu'un peu


Le fin du fin c'est toi
si tu bois à la source
qui te sourd au dedans
fût-ce me seule gorgée
tu existes "

 

Poème de Jean René Rouzé, tiré du livre " L'intériorité " de l'Association des Amis de Jean Sulivan

Voir les commentaires

La quête, comme une traversée du quotidien...

Publié le par Perceval

Le présent, c’est le quotidien. Vivre, c’est être au présent du quotidien.

  Bosch-Epreuves-de-Job.jpgJob face aux calamtés

 

Aspirer au confort. Positiver. Enrayer la maladie. Tenir la forme et Ignorer la mort. Faire le vide - autour de soi-  de ce qui est éprouvant …

Les ténèbres de l’ignorance, du mal, de l’angoisse… sont à éviter dans un présent qui se voudrait épanouissant, zen …

 

Aujourd'hui, c’est ainsi, qu’il est si difficile d’assumer son «  éternel masculin ».

La quête chevaleresque n’est pas tendance .. !


Cette quête n’a pas pour objet de délivrer l’actualité - de la guerre, la souffrance et la mort ! Cette « recherche » n'atteint le soi que pour l'assumer, et faire œuvre pour le monde ( le Soi ). Le malentendu serait de se tromper d’objet : servir le soi ( égo )… alors qu’il s’agit de s’oublier pour apprendre à « connaître » le «  Soi divin » … Ici, la connaissance, n’a rien d’un « savoir » qui ne sert que soi.

 

La-legende-de-Thesee-et-le-Minotaure---Maitre-des-Casso.jpg«  Traverser l’épais, l’opaque permet de devenir subtil »… Traverser ce labeur, le héros, se l’impose lui-même : ( laborare et orare ). Le labeur, s’oppose au travail dans le sens où celui-ci est une obligation morale ( les honneurs ), sociale ( l’argent ).


« Avoir des problèmes », nous entraine à tout faire pour les résoudre. Le héros, n’a pas de problèmes : - Il traverse des épreuves … «  L’épreuve offre une occasion de grandir, de se découvrir, de se transformer .. (…) le danger, le combat, la solitude, la maladie, le deuil, n’apparaissent au héros ni comme des problèmes, ni comme des échecs, ni même comme des obstacles à la poursuite du voyage ; ils font intégralement partie du voyage, ce sont des portes à traverser…» Jacqueline Kelendaumal 6

 

Je reconnais, dans la " Recherche " de Marcel Proust, un tel voyage héroïque... Seul, malade, dans sa chambre, il ( et le poète en général ) refait héroïquement, sa quête artistique, en retraversant par l'écriture - une vie qui apparut, dans ce quotidien bourgeois, sans intérêt ...

 

René DAUMAL

Voir les commentaires

6 juin 2011 : cinquantenaire de la mort de C.G Jung

Publié le par Perceval

Nous sommes le 6 juin 2011, cette journée marque la disparition de Jung, il y a 50 ans jour pour jour. C'est pour nous le moment de marquer ce temps fort en donnant un aperçu de la diffusion de l'oeuvre de Jung dans le monde d'aujourd'hui.  ( extrait du site: http://www.cgjung.net/index.htm )

 

Un chercheur en avance sur son temps, l'homme du XXIe siècle


Jung-mavie_3.jpgTout au long de sa vie, C.G. Jung n'a cessé d'explorer de nouveaux territoires. Alors que la plupart de ses contemporains focalisaient leurs recherches autour de la matière, se tournaient vers l'extérieur, Jung examinait l'autre face de la réalité : le psychisme humain auquel il a consacré sa vie de chercheur.

 Le rayonnement de son oeuvre dépasse très largement le cadre de la psychologie et a des impacts forts dans de multiples directions : anthropologie, philosophie, physique,  sociologie ... L'état de notre planète était une préoccupation majeure de Jung. Malheureusement, 50 ans après sa mort, la vie sur terre devient de plus en plus critique. Jung ne disait-il pas que le plus grand danger pour l'homme est l'homme lui même ! D'où l'intérêt de mieux connaître les mécanismes qui agissent dans les coulisses de nos esprits.

 

Fils de pasteur, Carl Gustav Jung est né le 26 juillet 1875 à Kesswil, au bord du lac de Constance en Suisse. Ses années au collège de Bâle l’ont conduit à s’intéresser aux sciences naturelles, à la philosophie, à la religion...

En 1900, il devient assistant à la clinique psychiatrique de l’université de Zurich (le Burghölzli).

La première rencontre entre Freud et Jung a lieu en février 1907. Très vite des divergences apparaissent, elles se confirment en 1909, date à laquelle ils firent un voyage commun aux Etats-Unis, invités par la Clark University (Worcester, Mass.). Au début des années dix, les deux hommes se séparent. Jung traverse alors un période de profonde solitude, confronté à son propre inconscient. Il sort de cette crise en 1918 et alors commence pour lui toute une série d’études et de publications, autant de jalons pour baliser les territoires inconnus qu’il vient de découvrir.

Ses découvertes l’obligent à s’intéresser à nos racines occidentales, à tous les courants de pensée. Il réhabilite le monde chrétien, l’alchimie, il étudie de très près le monde oriental. Sa culture est immense. Il entreprend toute une série de voyages, il découvre des hommes peu touchés par la civilisation, vivant entre deux mondes (Inde, Afrique du Nord, tribus du Kenya, Indiens en Arizona, au nouveau Mexique).

Il écrit jusqu’à la fin de sa vie, témoin de l’homme, des difficultés de son temps. Il meurt le 6 juin 1961 à Kusnacht.

 

La pensée de Jung est en pleine expansion

 Les concepts de Jung sont présents partout. Certains termes sont passés dans le langage courant : complexes, introversion, extraversion, inconscient collectif, archétypes, individuation ...

Voir les commentaires

L’éternel féminin et l’éternel masculin, dans la Quête.

Publié le par Perceval

Il est une chance d’être homme. Je précise, de genre masculin… De la quête, à la flânerie… plaisirs de voir. La «  recherche » non pas seulement d’un temps perdu, mais de l’  « l’éternel »… Il est un chemin d’art et de beauté, que de contempler « la feminité » : un tout autre genre - éternellement inaccessible -Galahad et la demoiselle


« La modernité, c’est le transitoire, le fugitif, le contingent, la moitié de l’art, dont l’autre moitié est l’éternel et l’immuable. » Baudelaire : l’écrivain continue ainsi :

« Ainsi il va, il court, il cherche. Que cherche-t-il ? À coup sûr, cet homme, tel que je l’ai dépeint, ce solitaire doué d’une imagination active ( …) a un but plus élevé que celui d’un pur flâneur, un but plus général, autre que le plaisir fugitif de la circonstance.

Cet élément transitoire, fugitif, dont les métamorphoses sont si fréquentes, vous n’avez pas le droit de le mépriser ou de vous en passer. En le supprimant, vous tombez forcément dans le vide d’une beauté abstraite et indéfinissable, comme celle de l’unique femme avant le premier péché. »


Botticeli HommeCet élan vers le « beau », m’autorise à voir, au travers même du « plaisir fugitif de la circonstance » et sans le mépriser, le « contingent » comme partie intime de « l’éternel »… Un peu comme, si – alors - nous méprisions le corps pour n’espérer que les grâces de l’esprit.. !Dandrane et le graal


L’éternel masculin, se reconnaît dans la vigueur héroïque nécessaire à la quête. L’homme au cœur aventureux, Perceval, rencontre un «  roi pêcheur » qui lui, est blessé dans sa virilité, dans son corps.. 


La Femme est éveilleuse, initiatrice et aussi fatale - elle doit faire partie du destin du héros, pour qu’il s’accomplisse .


«  La plus grande idéalité qu’une femme puisse éveiller chez un homme, c’est au fond la conscience de l’immortalité. » Kierkegaard

 

Avertissement: Attention, je ne réduis pas la femme d'aujourd'hui au " Féminin "...

Je parle " symbole " ... et l'évocation que j'en fais est parcellaire. L'Humain est complexe, et ses traces sociales, psychologiques, spirituelles ... ne sont que parcelles de la Vérité ...

Voir les commentaires