Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Bible , le Credo , ne sont pas « La Vérité »

Publié le par Perceval

Ces paroles ne sont pas les miennes, mais celles du père Matthieu Villemot, ICI, lors des conférences du Collège des Bernardins

Cette affirmation, que je ne cesse de reprendre dans ce blog, est à mon avis, le fondement même d'une théologie du pluralisme religieux, et qui place la recherche de la Vérité hors du « Relativisme » : système qui se met lui-même hors d'un chemin vers la Vérité... et cette conférence le montre avec évidence …

Jesus-la-vigne.jpg

 La Bible affirme être vraie, mais elle déclare en toutes lettres ne pas être la Vérité intégrale

Jésus déclare : «  J'aurais encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous n'avez pas la force de les porter, quand il viendra lui l'Esprit de Vérité, il vous guidera vers la Vérité toute entière... »

et surtout la finale de St-Jean, deux fois répétée par lui :diamant.jpg

«  C'est ce même disciple qui rend témoignage de ces choses et qui les a écrites; et nous savons que son témoignage est vrai. Jésus a fait encore beaucoup d'autres choses; si on les rapportait en détail, je ne pense pas que le monde entier puisse contenir les livres que l'on écrirait ainsi» J 21, 24

 La Bible dit d'elle même qu'elle ne comporte pas toute la Vérité... Elle est elle-même un immense dialogue avec les autres systèmes ( à l'époque de Jésus : la philosophie grecque, le judaïsme …)

La Vérité n'est pas un discours, pas même la Bible … Le logos ne s'est pas fait discours, il s'est fait chair...

Voir les commentaires

Le mariage ... la filiation, et la nature ...

Publié le par Perceval

Cette histoire de « mariage ... », - qui fera date (*)- me permet de réfléchir sur la filiation et sur la venue d'un petit-d'homme (ou femme). ( articles La Croix du 11/02 )logo-famille.jpg

(*), je ne pense pas que la décision du « mariage pour tous », sera tenue pour être un réel changement ( encore moins de société.. ! ), par contre, elle fera date pour être le moment où nous prenons conscience de la légitime existence de situations familiales différentes du couple symbolique  ( un homme et une femme : et, pour la vie )....

Devenir parents sollicitent, aujourd'hui et demain encore: -la volonté de parents et, -la nature... De tous temps la filiation est naturelle par la mère, et beaucoup moins par le père ; ensuite les coutumes et la loi font le reste. Aujourd'hui, la biologie permet sans doute d'aller un peu plus loin dans les arrangements « curieux », et la Bible, comme l'histoire en sont déjà pleins !

homme-en-chair.jpgDire qu'aujourd'hui ( et seulement aujourd'hui..?) : « on en revient finalement à une conception dualiste de l’homme opposant un principe spirituel noble (la volonté) et le corps confondu avec du matériel génétique à disposition. » Damien Le Guay, philosophe dans La Croix du 11/02, ne me paraît pas être une caractéristique du « mariage pour tous », mais une facheuse tendance qu'a l'humain de se prendre et se rêver pour son propre créateur ( et donc sa propre origine ...)

Gn02-Dieu_creant-l-humain-homme-et-femme.jpgAvec cette loi : l'enfant sera t-il davantage perçu comme un dû, alors qu'il est un don ? Non ! Rien à voir : cette faculté de considérer l'humain comme don est propre à une manière de considérer la vie, et ne tient pas à la considération d'un texte juridique … !

« La logique irrésistible de l’égalité refuse toutes les formes d’assignations, à résidence, à corps ou à identité...(...)  Le droit doit les corriger, les réparer. » Le droit devra t-il forcer la nature ?

Sérieusement … Le droit pourrait-il, par exemple, me désigner ( hors ma volonté) comme « Femme » ? ! Idiot... non ? Par contre le « droit canon » pourrait permettre à une femme ( qui le désirerait ) d'être ordonnée … non ?

Cette argumentation basée sur l'exigence absurde d'une égalité 'impossible', ne me semble avoir aucun sens … Personne ne souhaiterait supprimer cette magnifique dualité homme - femme !!!

Stephan_Sinding_-_Un_homme_et_une_femme.jpgLa féminité et la masculinité, sont Essentiels à l'épanouissement de l'humain non seulement au travers de sa sexualité, mais dans toutes les composantes de notre vivre ensemble ( et l'Eglise en est encore un très mauvais exemple ..!)

 

Le christianisme relativise les liens familiaux.. Luc 2,49, et la situation même de Jésus …

- D'autre part, malgré certaines tendances fâcheuses passées ( et qui laisse encore des traces aujourd'hui ..), le christianisme ne dissocie pas « corps et âme ».. ! Elle valorise l'incarnation... Dieu s'est fait « chair »... cerveau-homme-femme.jpg« Croire que Dieu s’est fait chair,développe Sœur Véronique Margron, c’est affirmer qu’on ne peut, par des arguties de vocabulaire ou des procédures techniques, faire fi du corps, ou simplement le réduire à un objet neutre. Le corps, pétri de chair, d’histoire, de mémoire, de sentiments, nous résiste. Et en même temps, croire à l’Incarnation, c’est croire que la Parole s’est faite chair, c’est affirmer le poids de la parole. Le corps n’a de sens humain que par la parole de reconnaissance qui est aussi reconnaissance de la filiation. »

- Ensuite : pour moi chrétien, la vie est un don, et je ne suis pas ma propre origine … Il nous faut « accepter » nos limites, là et ailleurs …

Cette anthropologie chrétienne et sans-doute humaniste, pour moi n'est en rien contradictoire avec le fait de reconnaître par la loi, que la famille peut aujourd'hui présenter plusieurs visages …

 

Voir les commentaires

Benoît XVI, l'Eglise et l'Esprit Saint

Publié le par Perceval

Ce matin, mercredi 13 février, l'édito politique de Thomas Legrand sur France-Inter à 7h45, parle de l'Esprit-Saint … miracle de l'actualité à l'occasion de la « renonciation » du Pape. Intéressant.

Saint-Gregoire-le-Grand-inspire-par-lEsprit-Saint-Registr.jpgSaint-Grégoire le Grand inspiré par l'Esprit, Saint-Registrum-Gregorii

Le journaliste s'interroge sur le fait qu'au moment où Jean-Paul II estimait devoir remplir sa charge, - donnée par l'Esprit Saint - jusqu'au bout; le monde catholique trouvait cela formidable et courageux. Et, aujourd'hui, dans une situation semblable, le pape renonce : et, l'on trouve cela formidable et courageux...

Que s'est t-il passé... ?

vatican-pope-conclave-ratzinger.jpgLe chroniqueur s'interroge : Soit cette décision est humaine, et l'Esprit Saint n'y est pour rien ; soit l'Esprit saint se contredit d'un pape à l'autre …

Cette question, semble t-il, est importante, puisque la réforme de l'Eglise en dépend :

Soit comme le pense Olivier Bobineau prof à Sc. Po. Le catholicisme romain ne peut pas se régénérer, restant ( jusqu'à quand …?) - au cœur d'un occident qui s'est démocratisé, et socialement libéralisé -  une institution anachronique avec sa structure pyramidale et son magister masculin...

Soit, s'il est admis que la décision humaine a pris le pas, alors l'Eglise pourrait se donner les moyens d'emprunter la voie de la réforme...

 

Pour O. Bobineau, «  l'institution Eglise veut encadrer le sentiment des individus depuis son centre romain », ell ne peut accepter que « la modernité vienne briser les chaînons de tout contrôle centralisé pour faire de l'individu un être libre et souverain... qui deviendrait alors son propre centre. »Benoit-XVI.jpg

Soit le successeur de Benoît XVI « ajuste l'Eglise - plus que ne l'a fait Vatican II - à la modernité en modifiant son mode "moralisant" de contrôle des sentiments, mais peut-il le faire au point de défigurer ce qui a constitué le catholicisme? », soit « il confirme le repli identitaire au sein de "foyers catholiques de résistance" dans les sociétés modernes et déploie son pouvoir dans les autres sociétés, où les institutions sont encore légitimes à encadrer les consciences. » O. B.

 

L'idée qu'il fallait que le Pape aille « jusqu'au bout » était une conception monarchique. Avec cette 'démission', « Benoît XVI introduit l'idée que le titulaire de la charge a la possibilité de dire "j'arrête". La fonction de pape devient une aussi fonction comme une autre... Benoît XVI a agi en conscience... A cet égard, on peut dire qu'il est « moderne », alors qu'il est anti-moderne sur tant d'autres points. » Étienne Fouilloux, professeur émérite d'histoire contemporaine à l'Université-Lyon 2, chercheur associé de l'équipe RESEA du LARHRA. Il est spécialiste d'histoire religieuse du XXe siècle ...

« Le pape avait certes été élu par des hommes, mais avec l'intervention de l'Esprit saint ! Dieu devait donc donner au pape la force d'assumer cette charge, quelles que soient ses faiblesses humaines. D'un point de vue théologique, cela change la conception de la papauté, même si cela ne veut pas dire que Benoît XVI n'a plus confiance en un soutien divin... Mais il prend en compte des considérations terrestres. » Étienne Fouilloux

 

Sources : France Inter, L'Express et Le Monde du 12/02.

Voir les commentaires

Berthe Morisot en Limousin

Publié le par Perceval

bandeau-berthe-morisot.jpg

 

Berthe-morisot-1.jpg

 

Téléfilm:     Berthe Morisot
samedi 16 février à 20h45 sur FR3

Berthe Morisot : peintre impressionnistes et égérie d'Edouard Manet est née en 1841 à Bourges. Elle vit quelques années à Limoges, à partir de 1848. Sa famille s'installe en Limousin après la mutation de son père qui devient préfet de Haute-Vienne.

C'est à Paris qu'elle développe son art. Berthe Morisot est une « rebelle ». Elles tourne très vite le dos à l'enseignement académique du peintre lyonnais Chocarne et fonde avec des peintres comme Claude Monet ou Auguste Renoir un groupe d'avant-garde les « Artistes Anonymes Associés  » qui devient la "Société anonyme des artistes peintres, sculpteurs et graveurs" regroupant des impressionnistes.

Berthe Morisot par Edouard Manet (1870), huile sur toile ex Edouard-Manet---Portrait-de-Berthe-Morisot-etendue--1873.jpg
Berthe Morisot par Edouard Manet (1870), huile sur toile exposée au Musée d'Orsay, Paris

Le Portrait de Berthe Morisot étendue est l’unique tableau peint par Manet que la jeune femme possédait. Celui-ci est considéré comme la plus belle et plus fidèle représentation de l’artiste qui avait 32 ans au moment de sa réalisation. Agacé par une erreur de perspective, Manet aurait raboté le tableau qui devait être plus grand à l’origine. Berthe Morisot conserva ce portrait toute sa vie. En 1890, elle le représente dans La Psychée ou Le Miroir, puis, en 1893, au second plan d’un portrait de Julie au violon.

 

Le téléfilm "L'indomptable Berthe" retrace la vie de la peintre impressionniste. Cette oeuvre originale réalisée par Caroline Champetier a été tourné principalement à Ambazac ou à Limoges. C'est dans la capitale régionale limousine qu'ont été reconstituées les rues de Paris. Un Paris à feu et à sang, en 1870.

Le téléfilm débute en 1865, Berthe Morisot ( Marine Delterme) n'a que 25 ans, et des idées bien arrêtées sur son avenir. Elle ne souhaite nullement suivre la volonté de ses parents, qui ne pensent qu'à lui forger un destin convenable.

Au Salon des exposants de 1865, Berthe Morisot, jeune peintre, accompagnée de sa sœur Edma, découvre l'Olympia de Manet, portrait sulfureux d’une femme assumant son corps et sa sexualité. Ce choc artistique est rapidement suivi d’une rencontre avec Edouard Manet. Charmeur, amoureux des femmes, il se prend d’intérêt pour cette apprentie artiste dont le visage l’inspire. Aussi lui propose-t-il de venir poser pour lui…

Berthe-Morisot-Telefilm-marie-Delterme-2.jpg Berthe-Morisot-Telefilm-marie-Delterme-5.jpg

Marie Delterme joue Berthe Morisot dans un téléfilm de Caroline Champetier

 

Berthe expose ses premières œuvres, des paysages, des tableaux d’intérieur et des portraits au Salon de 1864 et de nouveau à celui de 1865, année où son père fait construire un atelier dans le jardin de la propriété, elle y travaillera toujours accompagnée de sa sœur Edma

En 1866 elle peint lors d’un séjour à Pont Aven accompagnée de Mary Cassatt et Eva Gonzalès, dès pionnières qui se feront accepter des impressionnistes grâce à leur talent, elles ont d’autant plus de mérite qu’à cette époque  la société est dominée par la gente masculine,  l’Ecole des Beaux Arts n’acceptant que les hommes. Les femmes y seront admises qu’à partir de 1897.

Sa rencontre avec Edouard Manet en 1868 sera décisive.

Cette année là, elle fait la connaissance de Manet au Louvre lieu où, comme beaucoup de jeunes artistes elle s’exerce en copiant des chefs d’œuvre. Elle subira d’ailleurs l’influence du chef de file des impressionnistes et deviendra son modèle, Manet peindra 9 portraits de Berthe. Elle y fera également la connaissance de Fantin-Latour et Degas.

Elle épouse le frère d’Edouard, Eugène Manet peintre amateur qui fréquente également le milieu littéraire, elle donne naissance à une petite fille Julie, son grand bonheur et un sujet de passion qu’elle prendra souvent pour modèle dans son travail

Berthe Morisot voyage beaucoup et peint de nombreuses toiles lors de ses séjours à Pont-Aven, Madrid, Argenteuil (Chez Claude Monet), en Angleterre à l’Ile de Wight en 1875, en Italie, en Hollande, à Fontainebleau, à Nice ou en Belgique.

berthe-morisot-la-psychc3a9-ou-le-miroir-1876.jpg Berthe-Morisot-Julie-au-Violon.jpg

La Psyché ou Le Miroir (1876) est un tableau intime sur le thème de la toilette. Il représente une jeune fille en train de s’habiller et dont le modèle, Isabelle Lambert, mourra à l’âge de 15 ans. Le miroir est celui de Berthe que l’on peut voir au début de l’exposition. La palette est plus claire et se compose de blancs, d’argentés, de roses, de bleus… Les talents de coloriste de Morisot furent appréciés tout au long de sa carrière. 

Julie adolescente, jouant du violon dans l’appartement de la rue de Weber où elle s’installe avec sa mère en 1892 ou, dans un autre tableau, en compagnie de Laërte, le lévrier que lui avait offert Mallarmé qui deviendra bientôt son tuteur.
Julie a reçu une éducation musicale de qualité qui englobait la mandoline, le piano, le violon… Sur ce tableau ( 1893) , sa mère la représente à quinze ans dans le confort de la maison familiale. Il s’agit d’une peinture intéressante quant à la représentation précise de l’intérieur du peintre. Vous pouvez y reconnaitre le guéridon Empire, le portrait de Berthe par Manet ainsi que le portrait d’Eugène par Degas offert à l’occasion de leur mariage.

 

En 1892 mort d’Eugène Manet, il rejoint son frère Edouard qui repose au cimetière de Passy depuis 1883.

 De santé fragile depuis le conflit franco-prussien de 1870, ayant engendré du bruit, de la fureur et des privations, Berthe Morisot s’éteint à Paris en 1895 des suites d’une grippe sans jamais avoir cessé de travailler et parfaire son art.

La Grande Dame de l’impressionnisme est inhumée dans le caveau de la famille  Manet au cimetière de Passy.

berthe-morisot-jour-1879.jpg berthe-morisot-la-fable-1883.jpg

Les scènes de canotage sont très prisées des Impressionnistes. Celle-ci fut peinte durant l’été 1879, lorsque Berthe Morisot demeurait à proximité du lac du bois de Boulogne. Il est clair que la peintre a pris place dans la barque auprès de ses modèles. Les personnages sont exempts de psychologie, le travail est axé sur les effets de lumière, le scintillement de l’eau. La tonalité est claire et chatoyante. Contrairement aux idées reçues, cette toile n’a pas été réalisée sur place, Berthe réalisait des dessins ou des aquarelles préparatoires avant de réaliser l’oeuvre finale dans le confort de sa maison. 

Une quinzaine de peintures et de pastels représentant l’enfant, exécutés entre 1882 et 1888, sont regroupés au cœur de l’exposition. Julie est représentée en compagnie de son père, de sa cousine ou de sa nourrice Pasie. Souvent, il s’agit de scènes de la vie quotidienne pour lesquelles il n’est pas besoin de faire poser sa fille. Cette toile fut retrouvée roulée au fond d’une armoire à la mort de l’artiste. C’est Mallarmé qui lui donna son nom, La Fable

Berthe Morisot est l’arrière petite-nièce de Fragonard, la tante de Paul Valéry par sa nièce et Stéphane Mallarmé deviendra le tuteur de sa fille Julie après la mort de son mari en 1892.

Berthe-morisot-11.jpg

Sources: Aurore Mosnier au sujet de l'exposition du musée Marmottan

Voir les commentaires

Quel est le sens de cette "histoire" ?

Publié le par Perceval

Je parcours ici l'histoire des jésuites, entre autres, et soudain … une question menace mon intérêt pour de telles choses..! emoticones-face-a-la-question.jpgQuel sens - autre qu'une curiosité intellectuelle - peut avoir une telle plongée dans le passé ? Là, je réponds facilement : l'intérêt de comprendre la construction d'un « système » – ici la pensée ignatienne – y voir une cohérence dans la suite des événements... Mais, plus généralement : l'Histoire a t-elle un sens .. ?

 

Au cœur de cette question : la liberté de l'humain. C'est la lecture et l'engagement de l’humain dans les faits historiques ou actuels qui donnent du sens . Mais, au final, y voit-on un sens ?

Deux textes de la Bible, permettent d'enrichir cette interrogation.

l-histoire-de-Joseph.jpg

Tout commence par une grave crise autour de Joseph, fils favori de son père et haï par ses frères, crise qui se complexifie à mesure que les protagonistes lui cherchent une issue…

Alors que Joseph est jeté dans la citerne dépouillé de sa tunique, ses frères le donnent pour mort à leur père. Mais lorsque la famine amène les dix fils de Jacob en Égypte devant Joseph, le lecteur se rend compte que ce qui s’est passé vingt ans avant va connaître de nouveaux rebondissements. La tension monte dès lors d’un seul coup, d’autant que Joseph n’est pas reconnu par ses frères....

Les douze fils de Jacob deviennent les ancêtres des douze tribus d’Israël.

Il est intéressante de s'y référer, puisque la Bible est une Parole, une interprétation de l'Histoire, et elle fournit quelques clés, au propre sens de sa lecture ...

- Joseph est jeté dans une citerne par ses frères ( chap 37 ), et laissé pour mort : quel sens cela a t-il pour lui ? S'arrêtera t-il au constat de la méchanceté de ses frères... ? Des années plus-tard ( chap 50),ce geste aura pris une autre signification : Joseph parle et s'adresse à eux«  ne craignez point. Suis-je en effet à la place de Dieu ? Vous avez voulu me faire du mal, Dieu a voulu en faire du bien : conserver la vie à un peuple nombreux comme cela se réalise aujourd'hui. » Gen 50, 20

Le sens de l 'événement s'est enrichi parce que les protagonistes ont enrichi – eux-mêmes – cette histoire… Tant que l'histoire n'est pas achevée le sens des événements n'est jamais clos …


Saint-Paul-prechant.-Joseph-Benoit-Suvee.-XVIII-copie-1.jpg
Saint Paul prêchant. Joseph-Benoît Suvée. XVIIIe

- Saint Paul réfléchit à ce mystère que, la grande majorité de ses frères juifs ne se sont pas convertis … Quel sens cela peut-il avoir ? Paul relit cette actualité : Épître aux Romains, chap 11 : Dieu corrige ou bénit les païens par les juifs et vive versa … Il les sauve les uns par les autres … Ce refus de croire au Christ n'est pas le dernier mot du dessein de Dieu … Il ne faut pas juger l'incroyance des juifs... etc...

- Et aujourd'hui ? Notre actualité a invité les catholiques à réagir sur le «  Mariage pour tous »...

Quel est, à nos yeux chrétiens, le sens de cet événement …

 

Au-delà du texte politique, cette proposition de loi peut nous entraîner à une « conversion » sur notre façon de vivre et faire de la politique .

  • Nous devons faire de la politique « autrement », nous écarter des manœuvres politiques et témoigner de notre recherche de la « vérité ». Refuser la violence, le mensonge, la manipulation des esprits...des-enfants-manifestent-contre-le-mariage.jpg

  • Nous devons changer notre regard sur les partisans et sur les opposants à une telle loi : ils ne sont pas nos ennemis … Nous n'avons pas d'ennemis …

  • Nous devons nous convertir à ceux qui sont concernés, et parfois blessés : les homosexuels qui ont l'occasion de nous parler : écoutons-les, soyons attentifs. Comment leur accorder une place … ?

Cet événement, nous pousse à la conversion … nous pousse à la prière … parce que les libertés humaines ne sont pas les seules à faire l'histoire ; la liberté de Dieu y est engagée depuis toujours et nous le prions de nous libérer de tout mal, à commencer par nous libérer du mal qui nous habite …

Le sens de l'Histoire ne devrait-il pas – pour un chrétien – correspondre à cette volonté divine que tous soient sauvés... ?

Voir les commentaires

Un art jésuite ?

Publié le par Perceval

L'art dit « baroque » ne m'est pas esthétiquement et même spirituellement … proche … !

nadal-la-multiplication-des-pains.gif

La multiplication des pains >>

Le recueil suit l’ordre des contemplations données par Ignace dans son livret des Exercices. Il en devient ainsi un complément. Il aide le retraitant à se plonger entièrement dans la scène qu’il contemple. Il s’y rend présent comme s’il y était.

C'est ma raison, qui me questionne; et mon intérêt pour la spiritualité ignatienne, dont sa méthode de contemplation des Evangiles, qui fait appel aux sens.

 Déjà, un jésuite compagnon d’Ignace, Jérôme Nadal (1507-1580) , publie ( après sa mort) à Anvers en 1593 (Evangelicae historiae imagines) un ouvrage qui illustre les Evangiles et propose des interactions entre texte et images ; cet ouvrage servit de modèle aux peintres et sculpteurs du monde entier.

 

Dès la fin du 16ème, « l’art figuratif jésuite obéit aux 6 principes suivants, qui annoncent, par certains côtés, l’esthétique moderne :

  • réduction du nombre de personnages pour créer un art didactique ;

  • appel aux émotions du spectateur ;

  • utilisation du clair-obscur pour renforcer le caractère dramatique de la scène ;

  • effets naturalistes de la lumière ;

  • goût pour la couleur ;

  • effets visionnaires, en vue de créer un état sublime, supraterrestre.

    Cette esthétique ira en s’enrichissant à l’extrême, jusqu’à aboutir - sommet de l’art illusionniste et baroque - à l’immense fresque en trompe l’oeil du plafond de la nouvelle église jésuite de Saint-Ignace à Rome, œuvre de Andrea Pozzo (1685-1702).

 Jacopo_Tintoretto.jpg

Tintoret a suivi les Exercices spirituels pour peindre son cycle de la Scuola Grande di San Rocco.

Les expériences des Exercices, mettent l'accent sur la "composition visuelle du lieu" dans la contemplation des Evangiles,

La pédagogie qu'utilisent les collèges jésuites, à partir de l'image pour une éducation humaniste et progressiste met en avant l’implication de l’élève dans l’apprentissage du savoir … ( théâtre …)

L'élan missionnaire exceptionnel : Amérique du Sud, Asie … L’image rend possible la rencontre avec l’autre dans sa culture propre, sa différence, sa mentalité.

 Nous sommes aux sources d’une inculturation, qui signifie que chacun abandonne un peu de ce qu’il est pour rejoindre l’autre dans sa vérité ; chacun donne et reçoit.

Luis-de-Morales.-Pieta.-1565.jpg Petrus-Rubens-Le-Christ-triomphant-de-la-mort-et-du-peche.jpg

Luis de Morales. Pietà. 1565

Luis de Morales, illustra des scènes qu’on peut rattacher directement à la pratique des Exercices. Ainsi, le cadrage resserré dans la Pietà donne à la vision peinte un caractère d’intimité, une immédiateté qui permet au spectateur de participer pleinement à celle-ci. 

Petrus Rubens:  Le Christ triomphant de la mort et du péché

Outre cette proximité de la scène figurée, directement issue de la vision due à la pratique des Exercices, la peinture jésuite, ou plutôt d’influence jésuite, se caractérise par les sujets représentés. Face à la tradition janséniste du Dieu caché, les peintres affirment la présence de celui-ci, triomphant, comme dans le tableau de Rubens Le Christ triomphant du péché et de la mort où celui-ci apparaît comme un soldat, un conquérant de la foi.

Plus tard, les libres penseurs condamneront cet art moralisant ( narration pseudo-réaliste, illustration du catéchisme, trompe-l'œil, etc ...), les romantiques valoriseront la « cathédrale gothique » et la piété qui les ont produites … 

Philippe-de-Champaigne--1602-1674--Saint-Jerome-1635.jpg ex-voto.jpg

Philippe de Champaigne (1602-1674)

Saint-Jérôme 1635

Dans un pays profondément marqué par les jansénistes qui proposent, au même titre que les Jésuites, mais dans une direction opposée, un “projet pour la peinture” la rhétorique de la pose (d’inspiration janséniste) s’oppose à la rhétorique du flux (d’inspiration jésuite).

 

Il devient membre de l’Académie royale de Peinture en 1648. C’est dans ces année-là qu’il subit l’influence janséniste. Après que sa fille soit miraculeusement guérie d’une paralysie, il peint son œuvre la plus célèbre, Ex-Voto (1662), conservée au Louvre. Elle représente sa propre fille en compagnie de la mère supérieure.

 La plupart des peintures de Champaigne sont religieuses, influencées par Rubens, mais devenant de plus en plus austères au fil du temps

Le-Christ-mort-de-Philippe-de-Champaigne-1654.jpgLe Christ mort de Philippe de Champaigne: 1654

Voir les commentaires

La meilleure voie spirituelle ?

Publié le par Perceval

1015_dalai-lama.jpg« Quelle est la meilleure voie spirituelle ? », a-t-on un jour demandé au Dalaï-lama. Réponse du leader tibétain : « Celle qui vous rend meilleur. »


Il conseille également de continuer la voie de sa tradition. C'est à mon avis un argument qu'une véritable théologie du pluralisme religieux doit intégrer.

 

Voir les commentaires

Jésuites et Jansénistes

Publié le par Perceval

L'homme n'est ni ange ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l'ange fait la bête », estimait le philosophe Pascal, partisans des jansénistes. « Qui veut détruire les passions au lieu de les régler veut faire l'ange », lui répondait ironiquement Voltaire…

*****

« Descartes, qui a des amis chez les jésuites, est nettoyé d'un trait de plume par Pascal ( « inutile et incertain » ), amis des jansénistes. Descartes, Pascal : deux géants, deux apôtres d'un radicalisme, celui de la raison, celui de la foi. Ou plutôt : la raison au secours de la foi contre la foi avant toute raison. » Denis Tillinac Dictionnaire amoureux du catholicisme. 


Ignace-de-Loyola-8.jpg

Quelques idées-force de saint Ignace qui inspirent l’action des jésuites

CONFIANCE DANS L’HOMME
DIEU est présent dans l’homme par l’intelligence qui est don de DIEU.

ÉDUCATION DE LA LIBERTÉ
Comment choisir ? Se libérer des  » affections désordonnées « .

RESPECT DES MÉDIATIONS
« Les choses de la terre doivent aider l’homme dans la poursuite de la fin pour laquelle il est créé » (Exercices Spirituels).

PRISE AU SÉRIEUX DU MONDE COMME LIEU DE LA PRÉSENCE DE DIEU
« Chercher en toutes choses DIEU notre Seigneur » (Constitutions de la compagnie de Jésus ).

« En toutes choses, il contemplait la présence de DIEU… si bien qu’il était contemplatif dans l’action même… » (Jérôme Nadal à propos de saint Ignace).

Gesu.jpg

L'art baroque est un art qui met en scène la gloire de Dieu et le goût instinctif de la vie, en complète rupture avec l'austérité calviniste

Cet art exprime l'exubérance de la vie, la joie d'exister, la lumière, la fantaisie. 

*****

 

L'opposition entre les jansénistes et les jésuites, relayée par le pouvoir, me donne l'occasion d'observer les points forts qui caractérisent l'influence ignatienne dans la spiritualité chrétienne...

Mère Marie Angélique peinte par Philipippe de Champaigne
Mère Marie Angélique peinte par Philipippe de Champaigne en 1654

Le débat entre les deux courants n'est pas nouveau ; L’un plutôt pessimiste, met en avant la nature pécheresse de l’homme, insiste davantage sur la grâce qui, seule, est efficace. L’autre, plus optimiste sur la nature humaine, tente de donner toute sa place à la liberté de l’homme. Rappelons que Saint Augustin et Pélage se sont déjà affrontés : Pélage magnifie la liberté humaine, tandis qu'Augustin insiste sur la grâce divine sans laquelle l’homme, indigne, ne peut rien faire de bien.

 

A la Renaissance, l’humanisme exalte les capacités humaines de l’individu. Jacques Lainez, successeur de saint Ignace comme Supérieur Général de la Compagnie de Jésus, rédige alors des instructions où il laisse entendre la nécessité d’accommoder la théologie aux idées nouvelles. Il importe, selon lui, de sortir d’une vision trop pessimiste de l’humanité alors prépondérante dans l’Église Catholique. A trop forcer les choses, les théologiens catholiques risquent, en effet, de fournir des arguments favorables à Luther et à Calvin !

 

Francois-Paris-Janseniste.jpg
François de Paris: janséniste

En 1640, toujours à Louvain, paraît un ouvrage de l’évêque d’Ypres, Jansénius, décédé deux ans plus tôt. Connu sous le nom d’Augustinius, ce livre reprend des textes d’Augustin et expose de nouveau que seule la grâce efficace, donnée gratuitement par Dieu, peut sauver l’homme corrompu depuis le péché originel. La volonté humaine est impuissante. Les jésuites renouvellent leurs accusations. L’ouvrage de Jansénius est condamné par Rome en 1642. En revanche, en France, l’Augustinius est bien accueilli. Dominicains, Oratoriens, quelques docteurs de La Sorbonne, et surtout les proches de l’abbaye de Port-Royal, approuvent l’ouvrage. Les Jésuites, soutenus par Richelieu, le contestent.

Les jésuites, rejettent ce qu'ils considèrent comme deux erreurs : une prédestination exclusive qui risque d'entraîner la passivité de l'être humain et l'illusion humaniste sur les capacités de la seule raison humaine à choisir le Bien.Louise-Madeleine-Cochin--1686-1767---Plan-de-l-abbaye-de-Po.jpg

La dimension de ce débat devient politique, quand en vallée de Chevreuse, le jansénisme a trouvé un foyer d'influence avec le monastère de Port-Royal et la mère Angélique Arnauld dont la famille compte des relais de poids chez les parlementaires en butte au despotisme royal. Entamée par le cardinal de Richelieu, la persécution de ce foyer janséniste s'aggrave avec l'affirmation du pouvoir absolu de Louis XIV.

 Sources, le site : jesuites.com

«  Quoi qu'on pense du pessimisme noir des jansénistes, on se doit d'admirer la force d'âme d'Angélique Arnault ( Saint-Cyran était son directeur de conscience), de son frère, de sa fille, de Sacy, de cette bourgeoisie austère et rebelle, à peine moins radicale que Calvin... (…) Même si on a le droit de préférer le don de soi plus humble de saint Jean-François Régis (1597-1640) jésuite, qui évangélisa les paysans des Cévennes, en deuil d'un catharisme résiduel. » Denis Tillinac Dictionnaire amoureux du catholicisme. 

Rubens--1577-1640-.jpgRubens (1577-1640)

 

Résumé d'une chronologie entre 1540 et 1640 :

Approuvé par Paul III en 1540 : l'ordre des Jésuites, -vers 1640 - gérait plus de 500 collèges en Europe, ( plus de 650, un siècle plus tard ).

Le 13 décembre 1545, c'est l'ouverture du Concile de Trente : Les jésuites Diego Laynez et Alonso Salmerón sont envoyés comme théologiens du Pape et Claude LeJay comme théologien du Cardinal Otho Truchses.

22 février 1564 : A Paris malgré une forte opposition un collège est ouvert. Sous le nom de Collège Louis-le-Grand, démarre l'histoire d'un des plus grands collèges de l'histoire de la Compagnie de Jésus. Il est devenu aujourd'hui le Lycée public Louis-Le-Grand, du nom de son protecteur qui ne fut autre que le Roi Louis XIV.

3 juillet 1580 : La Reine Elisabeth I publie une loi interdisant aux Jésuites toute entrée en Angleterre.

5 octobre 1582 : La Calendrier grégorien est mis en oeuvre. C'est le jésuite Christopher Clavius SJ qui a contribué à cette modification.

20 avril 1586 : Le premier Ratio Studiorum est édité sous le généralat du Père Claudio Aquaviva. Le document qui définit les fondements du système éducatif jésuite, dont le titre complet est Ratio atque Institutio Studiorum Societatis Iesu, est l'œuvre d'un groupe de pédagogues réunis au Collège Romain qui était à l'époque le collège jésuite de Rome.

27 juillet 1609 : Paul IV béatifie Ignace de Loyola, et le 3 décembre 1622 : Canonisation d'Ignace de Loyola et de François Xavier par le pape Grégoire XV.

26 décembre 1637 : Le cardinal Richelieu, le Premier ministre français, a banni le Jésuite Nicolas Caussin, le confesseur de Louis XIII, qui avait encouru sa colère de ministre omnipotent pour avoir donné au roi des scrupules vis-à-vis du traitement cruel et de l'isolement de la reine mère, le traitement de sa femme et une taxation excessive.

23 janvier 1656 : Blaise Pascal a publié sa première Lettre Provinciales contre la Compagnie de Jésus. D'autres lettres ont suivi par intervalles. Bien que condamnées à Rome et publiquement brûlées selon l'ordre du Roi français, elles ont influé par le fait qu'elles donnaient des Jésuites une description très défavorable.

14 juin 1670 : Mort du Père François Annat, confesseur du roi Louis XIV durant seize années.

 

Voir les commentaires

Calendrier des religions 2013

Publié le par Perceval

La Ville de Strasbourg, en lien avec les différentes communautés religieuses édite cette année un calendrier des religions.

Calendrier-des-religions.jpg

Fruit d'une collaboration étroite entre les communautés bouddhiste, catholique, juive, musulmane, orthodoxe et protestante, ce calendrier présente les principaux évènements et fêtes de chaque religion avec un petit texte explicatif. Les illustrations ont été réalisées par le plasticien Benoît de Carpentier.

Ce nouveau support permettra de mieux connaître ces différentes confessions et contribuera à favoriser le respect mutuel.
> Télécharger le calendrier au format PDF

 

 

Voir les commentaires

Méthode de prière ignatienne -1-

Publié le par Perceval

Désirer :

coeur-sacre-jesus.jpg« Dans le cas où quelqu'un, en raison de notre faiblesse humaine et de notre misère, ne ressentirait pas en lui de tels désirs si enflammés dans le Seigneur, on lui demandera s'il ressent en lui le désir de ressentir de tels désirs » Constitutions 102

En début de toute prière, demander : « E48 .. ce que je veux et ce que je désire.... » Exercices

« Que veux-tu que je fasse pour toi » Lc 18,41

 

Se disposer à recevoir :

«E18 Il faut adapter les exercices spirituels à la disposition des personnes qui veulent les faire ... »

Un certain nombre de moyens sont proposés au candidat à la vie spirituelle pour faciliter ses dispositions... ( exemples )Christ_Pantocrator_Sinai_2.jpg

  • la posture du corps dans la prière : E252 « à genoux ou assis, selon la disposition du corps et l'attrait de l'âme, les yeux fermés ou fixés en un même endroit, sans les laisser errer de côté et d'autre, on dira la première parole du Notre Père, et on s'arrêtera sur cette parole autant de temps que l'on trouvera de significations, de comparaisons, de goût et de consolation intérieure dans la considération du titre de Père... »

  • la sobriété, E213 : «  Pourvu que l'on ne s'expose pas au danger de tomber dans quelque infirmité, plus on retranchera de ce qu'on pourrait convenablement prendre, plus on parviendra promptement à connaître le juste  milieu ... »

  • le retrait, E20 : «  Mais, si quelqu'un est plus libre d'affaires, et désire retirer des exercices spirituels tout le fruit qu'il peut en recueillir, ( …) il en retirera d'autant plus de profit qu'il sera plus séparé de ses amis, de ses proches et de toute sollicitude terrestre, quittant, par exemple, son habitation ordinaire et choisissant une autre maison ou une autre chambre pour y habiter le plus à l'écart qu'il pourra..."

Se représenter la foule subjuguée par la parole de Jésus : « Nul n'a jamais parlé comme cet homme ! »

 

Chercher Dieu :Jesus-et-son-ami.jpg

La recherche est une exigence, la communion à Dieu est un don.

E189 «  .. il faut que chacun sache qu'il avancera dans les choses spirituelles à proportion qu'il se dépouillera de son amour-propre, de sa volonté propre, et de son propre intérêt. »

C'est « en toutes choses » qu'il faut chercher et trouver la présence de Dieu.

« Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes et donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux ; puis viens, suis-moi. » Mat 19,16-23.



Apprendre à prier :

E54 Le dialogue dans la prière consiste à « parler, comme un ami parle avec son ami, ou d'un serviteur avec son seigneur. Tantôt il lui demande quelque grâce, tantôt il s'accuse d'une mauvaise action; il lui communique ses propres affaires, il lui demande conseil. Réciter en finissant: Notre Père, etc. »

  • L-agonie.jpgla mise en présence : E75 : « Avant de commencer, je me tiendrai debout le temps de réciter le Notre Père, à un ou deux pas de l'endroit où je dois méditer, l'esprit élevé vers le ciel, et considérant comment Dieu, notre Seigneur, me regarde; puis je me prosternerai ... »

  • E252 :  «  à genoux ou assis, selon la disposition du corps et l'attrait de l'âme, les yeux fermés ou fixés en un même endroit, sans les laisser errer de côté et d'autre ... »... Prier n'est pas uniquement de l'ordre de la raison, mais de l'ordre du cœur : E2 «  mais de sentir et de goûter les choses du dedans. »

  • Ignace mobilise toutes les facultés humaines pour l'activité de la prière, y compris les facultés corporelles : E47 Voir Jésus au travers de la « composition de lieu », cela consiste à « à voir avec la vue de l'imagination le lieu matériel où se trouve la chose que je veux contempler »

«  Parle, Yahvé, car ton serviteur écoute... » - « Yahvé vint et se tint présent » ( 1er Livre de Samuel 3, 1-14)

 

Relecture :ICONE-L-ENTREE-DE-JESUS-A-JERUSALEM.jpg

E77 : « L'exercice terminé, assis ou en me promenant, j'examinerai pendant un quart d'heure quel en a été le succès: s'il n'a pas été heureux, je regarderai la cause d'où cela provient, afin de me corriger dans la suite; s'il a été heureux, j'en rendrai grâces à Dieu, notre Seigneur, et me conduirai une autre fois de la même manière. »

Si Ignace de Loyola, accepte que les hommes d'action ne s'adonnent pas à de longues oraisons, il insiste pour que tous demeurent fidèles à la relecture de la vie quotidienne, qui devient une pièce maîtresse de sa spiritualité...

Plan d'une relecture de sa vie selon le schéma des E.S. d’Ignace, au N° 43.

1° « Sors vers toi » : entrée en prière
2° « Rendre grâce à Dieu Notre Seigneur pour tous les bienfaits reçus » : 1er point d’Ignace.
3° Demander l’Esprit pour ouvrir notre vie, spécialement le plus difficile, à l’amour et à la 
miséricorde de Dieu. 2e, 3e et 4e points d’ Ignace
4° Discerner comment repartir. 5e point d’Ignace.

«  Mon âme exalte le Seigneur... Il a fait pour moi de grandes choses. » Luc 1, 46

- Le signe Exx, avec un numéro, fait référence aux éditions des Exercices.

- Sources: Prier 15 jours avec Ignace de Loyola par François Bécheau s.j.

Les Exercices spirituels d'Ignace de Loyola:

Ce livre a une particularité : il ne s’agit pas d’un livre qu’il suffirait de lire pour en saisir le contenu ! La Préface rédigée pour la première publication en 1548 précise : ” ce n’est pas pour ceux qui doivent seulement lire les exercices, mais pour ceux qui doivent les faire, ou plutôt, qui doivent les donner à d’autres, qu’une telle peine et un tel soin ont été dépensés. ” Les Exercices spirituels sont donc un livre d’expérience et de pratique, un livre destiné à un maître d’exercices. Ce livre ne peut donc en aucune façon se comprendre en dehors de la relation singulière qui s’établit entre celui qui donne les exercices et celui qui les reçoit.

 

Voir les commentaires