Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Hongrie : un état Chrétien ?

Publié le par Perceval

La nouvelle constitution de la Hongrie, aux accents très nationalistes, a été élaborée par ( et pour ? ) le premier ministre hongrois Viktor Orban. Elle fait une référence explicite à Dieu, et son long préambule rattache le pays à ses racines et à son identité chrétienne :
« Dieu bénisse les Hongrois » dit-elle

Elle  affirme solennellement l’humanité de l’embryon dès la conception et , que « La dignité humaine est inviolable… » Elle réserve également le mariage à « un homme et une femme », elle protège la famille, la propriété, l’héritage, soutient la natalité. Et tout en affirmant l’indépendance des Églises, elle précise : « L’État coopérera avec les Églises dans la poursuite d’objectifs au bénéfice de la communauté. »orban-et-Benoit-XVI.jpg

En décembre 2010, Benoît XVI avait reçu ViKtor Orban au Vatican: Extrait de son discours:
«  On n'attend certes pas de l'Etat qu'il impose une religion particulière, mais plutôt qu'il garantisse la liberté de professer et de pratiquer sa foi. Toutefois, la foi chrétienne et la politique se rejoignent. Certes, la foi a sa nature spécifique en tant que rencontre avec le Dieu vivant, qui nous ouvre de nouveaux horizons au-delà de la sphère de la raison. Mais c'est aussi une force purificatrice pour la raison elle-même, lui permettant de mieux accomplir sa tâche, et de mieux voir ce qui est juste. Il ne s'agit pas d'imposer des règles ou des modes de comportement à ceux qui ne partagent pas la foi. Il s'agit simplement de la purification de la raison, qui veut aider à faire en sorte que ce qui est bon et juste puisse, ici et maintenant, être reconnu et ensuite aussi réalisé (cf. Encyclique Deus Caritas Est , 28 ).

Le Saint-Siège prend note avec intérêt des efforts déployés par les autorités politiques pour élaborer une modification de la Constitution. Il s'est exprimé l'intention de vouloir, dans son préambule, faire référence à l'héritage du christianisme. Il est également souhaitable que la nouvelle Constitution soit inspirée par les valeurs chrétiennes, en particulier en ce qui concerne la position du mariage et de la famille dans la société et la protection de la vie. »

Alors … ? La Hongrie, un exemple d’état chrétien ?... jesus_bafoue_2.jpg
Pourtant, le pouvoir hongrois semble s’enfoncer ces derniers mois dans une voie inquiétante et s’attaque sans vergogne à des éléments essentiels de la démocratie, comme la liberté de la presse et l’indépendance de la justice. En effet, Viktor Orban a mis au pas les médias publics, avec des licenciements massifs ou la mise en préretraite de journalistes indociles, en dépit d'une grève de la faim de plusieurs d'entre eux, aussitôt licenciés. Et Klubradio, seule radio d'opposition, a perdu sa fréquence.
La presse a fait état de camps de travail obligatoires pour les chômeurs et les Roms…
Aussi, les catholiques européens plutôt proches d’une philosophie personnaliste et de la doctrine sociale de l’Eglise ne peuvent pas reconnaître « les Evangiles » dans les intentions du régime autoritaire hongrois… !

Des formations très éloignées de la dont se réclament les formations sociales-chrétiennes européennes, très éloignées aussi d’ailleurs de la modération et de la passion européenne des démocrates chrétiens Alcide de Gasperi et Robert Schuman, qui furent, dans les années 1950, parmi les forgeurs de l’idée de l’intégration du Vieux continent.

Bien sûr, notre vision française, doit corriger certains ‘a-priori’ : Après tout «  Dieu bénisse les hongrois » sont les premiers mots de l’hymne national ( le nôtre , n’est pas mal non plus .. ! ). Les «  racines chrétiennes » sont attachées à des raisons historiques, et les lois qui accompagnent cette constitution ( loi votée sur les Eglises ) sont l’émanation d’un gouvernement conservateur démocratiquement élu …
Cependant, les démocratie européennes s’inquiètent légitimement des discours d’Orban, quand ils sont europhobes, nationalistes…et – d’un renforcement du contrôle de l’état – avec les lois récentes sur le justice, sur l’enseignement public, et sur les banques…

 

* "L’Eglise qui, en raison de sa charge et de sa compétence, ne se confond d’aucune manière avec la communauté politique et n’est liée à aucun système politique, est à la fois le signe et la sauvegarde du caractère transcendant de la personne humaine. Sur le terrain qui leur est propre, la communauté politique et l’Eglise sont indépendantes l’une de l’autre et autonomes"  [Concile Vatican II, "Gaudium et Spes" (1965).].

 

** "le pouvoir spirituel se tient éloigné des embûches du monde et, combattant pour Dieu, ne s’immisce pas dans les affaires du siècle, tandis qu’à son tour, le pouvoir séculier se garde de prendre la direction des affaires divines"  [Saint Gélase, pape au Vème siècle, "De anathematis Vinculo" .].

 

«  moraliser ou christianiser les actions du monde, élaborer des institutions chrétiennes, construire un état chrétien, mener une politique chrétienne, ce serait badigeonner le diable en doré pour qu’il devienne un ange. » La véritable révolution consisterait à transformer radicalement le style de vie des chrétiens… Jacques Ellul

Commenter cet article

Galhié 16/10/2013 15:49

Je suis en Hongrie depuis un mois je travaille sur la loi fondamentale hongroise depuis 1 an, j'ai eu l'occasion d'entendre et de lire en anglais Viktor Orban et je vous rassure il n'est ni raciste ni europhobe ni anti démocrate bien au contraire ! Pour vous donner un exemple il a inscrit dans la loi fondamentale l'importance des minorité ethnique non maggyares en Hongrie pour leur contribution à la construction de cet état. De plus son parti le Fidesz est au côté de l'UMP au parlement européen et non dans le parti euro sceptique. Il n'a jamais fait voter de loi anti- avortement ou anti homo !! Il a spécifié dans la loi fondamentale (tout comme l'Espagne) que le mariage devait être entre un homme et une femme, quand à l'avortement la loi fondamentale précise que la dignité de l'être humain doit être garanti de sa conception à sa mort. Les lois anti-démocrate hongrois s'explique en partie par son histoire mais aussi souvent par une mauvaise interprétation (et une mauvaise foi ?) d'une partie des dirigeant de l'Union Européenne mais aussi par la très mauvaise publicité que lui fait le parti libéral au parlement européen (Cohn Bendit est le numéro deux du parti). Certes on peut critiquer sur un certain nombres de points Viktor Orban mais l'accuser dêtre raciste ou homophobes est tout simplement un non sens et une aberration. Pour en savoir plus je vous encourage à lire la loi fondamentale hongroise : http://www.kormany.hu/download/3/ab/30000/Alapt%C3%B6rv%C3%A9ny_franciaja.pdf.

Cordialement

Rémi Galhié

Régis V. 01/11/2013 09:47

Merci de votre commentaire. La vérité est toujours complexe ...

Nouvelles du silence 19/01/2012 06:01

Je vous trouve bien mou dans votre critique de la Hongrie actuelle. Suffit-il aux chrétiens de lois anti avortement et anti homo pour être satisfaits? Où est la compassion? Où la spiritualité?

Perceval 20/01/2012 18:31



Ah bon ..? Peut-être, est-ce parce que reste interrogatif..? En effet, je ne connais pas la Hongrie, et je ne sais pas ce qu'en pense le citoyen moyen... Cependant, je crains que le racisme de
certains hongrois, par exemple, soit une tendance forte non plus seulement d'une minorité, mais aussi de ce gouvernement ... Est-ce vrai ? Par contre je peux me méfier de la critique anti-catho
systématique de certains français... Mais je n'en connais pas assez... Toute loi "anti homo" est effrayante ...!