Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’univers féminin dans « le Conte du Graal »

Publié le par Perceval

Amour courtoisLa quête du Graal est portée symboliquement par des hommes, mais la place du féminin est essentielle. On compte pas moins d’une quarantaine de personnages féminins dans le roman de Chrétien  de Troyes.Chevalier dame

Elles sont des jeunes filles qui portent assistance ou incitent le héros à l’action, d’autres inspirent des sentiments amoureux, les mères suscitent affection et respect.

Elles sont le féminin agressé, la beauté incarnée ( Blanchefleur ) ou la laideur repoussante ( la demoiselle à la mule fauve ).

Ce sont des femmes qui côtoient le sacré ( Graal) ou une société de dames qui occupe le château des Reines …

 

Galahad et la demoiselleCes personnages sont rarement désignées par leur nom propre : la veuve dame ( la mère de Perceval), l’amie de l’orgueilleux, la jeune fille de la tente, la cousine de Perceval qui porte dans ses bras la tête décapitée de son amie, la jeune fille que Keu a giflée et désignée comme la demoiselle qui a ri.

La courtoisie met le chevalier au service des dames, elles incarnent la faiblesse, la beauté, l’amour …

La chevalerie contribue au malheur des dames, et le chevalier est incité à se détourner du combat inutile et à évoluer … Perceval, lui-même, devient peu à peu courtois. La compassion peut conduire à l’amour : les pleurs de Blanchefleur émeuvent Perceval qui eut pour la première fois un mouvement de courtoisie. Devant les taches rouges de sang, Perceval pense à distance à son amie : c’est le propre de la fin’amor : soumission à l’image de sa dame.

chevaliers lancelot et dameLes femmes chez Chrétien de Troyes, sont détentrices d’un savoir que n’ont pas les hommes.

La mère de Perceval lui enseigne ses origines, et les bonnes manières.

La cousine de Perceval connaît l’existence du Roi Pêcheur, elle sait quelles questions il fallait poser et quelles auraient été les conséquences. Elle connaît aussi le « péché » de son cousin. C’est aussi en sa présence que Perceval découvre son propre nom… !

La demoiselle à la mule fauve, sortie d’on ne sait où, vient à la cour pour donner des informations : tristan iseultelle condamne Perceval au nom de ce qu’elle sait et prophétise les conséquences ; c’est elle enfin qui renseigne les chevaliers de la Table ronde sur les différentes épreuves dans lesquelles ils pourraient s’illustrer.

Les Reines se révèleront aussi détentrices de connaissances qui échappent aux mortels.

Dans l’univers de Chrétien, les femmes assurent toute la part irrationnelle de la connaissance.

Sources: Grands modèles littéraires de Catherine Durvye ( ellipses )

Commenter cet article

Phène 18/06/2012 13:15

Que de symboles dans les symboles eux-mêmes !... Amitiés

Perceval 19/06/2012 16:43



Effectivement, c'est la grande force du symbolisme. Chaque symbole ouvre une "histoire" qui se découvre par une série d'autres symboles ... Etc... Le principe de complexité ...