Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ballade contée au Moyen-âge -7/.-

Publié le par Perceval

Guillaume a obtenu de Dame Emma, ce qu'il voulait.

A vouloir goûté un bien si précieux, il en garde nostalgie, dès sa séparation... Et, le jeune chevalier en désire encore... Mais l'épouse de son seigneur, lui fait comprendre, qu'elle n'acceptera plus de répondre à aucun marché venant de lui.

Cependant, le jeune chevalier souhaite à présent le soutien de sa dame, dans son projet matrimonial – je le rappelle, il avait imaginé avec son ami Bertran, de s'attacher la Dame de son seigneur ; pour obtenir d'elle son soutien à son projet de mariage avec Ermengarde, qui, l'espère t-il, l'attend avec plus de fidélité qu'il ne le fait lui-même...- Mais, depuis sa victoire … Dame Emma, l'évite...
Guillaume se dit, comme si ce nouveau défi l'accaparait à nouveau : que cette fois-ci, il saura utiliser la nouvelle conquête de la dame de son seigneur...

La dame même, après en avoir goûté, s'ennuie de ses empressements ; et Guillaume la prie, alors, de le soumettre, lui, à un défi, qu'il s'engage à mener à bien, pour son amour d'elle. Et, elle imagine de s’en défaire en lui faisant quelque proposition bizarre et dont l’exécution est impossible.

- Il faut me construise ici près, hors de la ville, au mois de janvier, un jardin, rempli de verdure, de fleurs, d’arbres couverts de feuilles, comme au mois de mai 
Dame Emma déclare que si Guillaume ne satisfait pas son désir, qu’il ne la revoit plus jamais... !
- Et s'il m’importune encore, elle découvrira à son mari, à ses parents, tout ce qu'elle leur a caché jusqu’à présent...
Elle pense ainsi se débarrasser du chevalier de la bonne façon.

Mais … L’offre de sa maîtresse parait séduisante à Guillaume ! … Il est même si curieux de savoir ce qu’il en résulterait, qu’il se résout à chercher les moyens de la satisfaire à quelque prix que ce soit. Il fait chercher, dans toutes les parties de la vicomté, quelqu’un qui puisse l’aider et le conseiller. Enfin, il trouve un homme qui s’offre de lui faire, par magie, le jardin demandé. Il conclut marché avec lui, moyennant une fort grosse somme d’argent, et attend le mois de janvier avec l’impatience de l’amour.

Il arrive enfin, ce mois si désiré, et la nuit après les fêtes de Noël, lorsque toute la campagne est couverte de neige et de glace, le magicien fait tant, avec le secours de son art, qu’il apparaît dans un pré voisin de la ville un des plus beaux jardins qu’on ait jamais vus, réunissant les fleurs et la verdure du printemps aux fruits de l’automne.

Dès que messire Guillaume voit ce prodige, Dieu sait s’il est comblé de joie. Il fait aussitôt cueillir les plus beaux fruits et les plus belles fleurs, et les envoie secrètement à la dame de Hauterive, en l’invitant de venir voir le jardin qu’elle a demandé, pour être convaincue de l’amour dont il brûle pour elle.

Quand la dame voit les fleurs et les fruits que son amant lui a envoyés,... elle commence à se repentir de sa promesse.

Cependant la curiosité de voir des choses si nouvelles la fait glisser légèrement sur le repentir, et elle va, avec plusieurs damoiselles, voir ce jardin miraculeux. Après l’avoir examiné, loué et admiré, elle s’en retourne chez elle le cœur très-affligé, songeant à quoi ce jardin l’oblige. Son trouble est si violent, qu’il ne lui est pas possible de le déguiser, si bien que son mari s’en aperçoit. Il lui en demande la raison. La 'situation' lui fait renfermer pendant quelque temps son secret au dedans d’elle-même ; mais enfin, pressée d’une manière à ne pouvoir s’en défendre, et résolue de sortir de situation, elle lui conte la dernière partie de cette aventure.
D’abord le mari se fâche, se met en colère, sans trop faire du bruit ; ensuite, considérant l’honnêteté de sa femme, il se calme sagement.


« Dame Emma , il ne convient pas à ma femme, lui dit-il, de prêter l’oreille aux discours des amants, et encore moins de faire un marché déshonnête, quel qu’en soit le prix ; car c’est par l’oreille qu’on arrive jusqu’au cœur, et il n’est rien de difficile dont l’amour ne puisse venir à bout. Tu as donc commis deux fautes, la première d’écouter les discours d’un homme amoureux, l’autre de prendre des engagements. Mais, pour la tranquillité, je veux bien te mettre à portée de remplir ta promesse, en t’accordant ce qu’un autre refuserait sans doute ; d’ailleurs, il est à craindre que si Guillaume n’est pas satisfait, ce ''magicien'', qui le sert si bien, ne nous jouera quelque mauvais tour. Va donc trouver le chevalier, et fais tous tes efforts pour sauver à la fois ton honneur et ta parole ; si cela n’est pas possible, que le corps cède, mais que la volonté résiste. »

La dame feint de pleurer, et dit qu’elle ne veut pas de la permission qu’il lui donne ; mais le mari use d’autorité, et il faut obéir.

 Le lendemain, dès la pointe du jour, Dame Emma, travestie, accompagnée d’une servante, se rend au logis de messire Guillaume. Quel n'est pas son étonnement quand on lui annonce une pareille visite ! Il se lève et appelle le jardinier-magicien :

« Viens voir, lui dit-il, viens voir de quel trésor ton art me rend possesseur. » Il va au devant de la belle, et après l’avoir saluée avec toutes les démonstrations de la joie, il la fait entrer dans une belle chambre. Quand elle y est assise :
« Madame, lui dit-il, si l’amour que je vous ai voué, et que je vous conserverai toute ma vie, peut mériter quelque récompense, dites-moi, je vous prie, quelle heureuse occasion vous appelle chez moi à cette heure... ?
– Ce n’est point l’amour qui m’amène ici, lui répond-elle , le rouge aux joues ; ce n’est point non plus la promesse que je vous ai jurée, c’est … C'est uniquement pour obéir à mon mari, qui, plus sensible à votre amour criminel qu’à son honneur et au mien, m’a lui-même ordonné de venir vous trouver. Me voilà donc chez vous, par son ordre, et prête à faire tout ce qu’il vous plaira. »
 Si la visite inopinée de la femme de son seigneur étonne messire Guillaume, son discours l’étonne bien davantage. Touché de la générosité de Guy de Hauterive, l'amour pour sa dame, se change en admiration.

« À Dieu ne plaise, ma dame, que je sois assez peu loyal et assez ingrat pour souiller l’honneur d’un homme qui a daigné s’attendrir sur mes maux ! Vous pouvez donc demeurer ici, si bon vous semble, tant que vous le jugerez à propos, avec l’assurance d’y être respectée comme ma sœur. Vous en sortirez quand il vous plaira, à condition cependant que vous voudrez bien témoigner à seigneur Guy, dans les termes que vous jugerez convenables, la juste reconnaissance dont je suis pénétré pour son généreux procédé, et que vous l’assurerez que je suis pour la vie son vassal chevalier et son serviteur. »
 À ces mots, Dame Emma cache un peu sa déception, et assure être rassurée...
« J’avais de la peine à me persuader, lui dit-elle, que vous fussiez assez peu délicat pour profiter de ma situation...Ma reconnaissance, égale votre sacrifice, et je ne doute point que mon mari ne la partage. »
Guillaume ensuite, s'empresse de la soutenir pour que Guy de Hauterive consent – en suzerain – à son mariage avec Ermengarde la fille du seigneur de Laron... Et Guillaume raconte à sa dame de cœur, le refus du père de la jeune fille à la lui accorder...
Après ces mots, dame Emma prend congé, et court raconter à son mari tout ce qui s’est passé...

Inspiré d'un conte : Le jardin enchanté du Décameron

 

 

 

Commenter cet article