Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Qui est Jésus ?

Publié le par Perceval

Question bien différente que celle qui est posée par Jésus lui-même …

« Il leur dit : Et vous, qui dites-vous que je suis ? » Marc 8,29


JésusEn effet, cette question sous-tend, que Jésus se serait, par exemple, lui-même défini ainsi : « je suis Dieu », ou « je suis l’égal de Dieu » : ce qui eut été, à mon avis, contraire à la pédagogie même de Jésus ! Et de plus ... je pense que Jésus  a eu la divine intuition de ne rien en dire ....!

Aucune trace de tels propos dans les synoptiques… L’Evangile de Jean, ( rédigé entre 80 et 100) est déjà une réflexion théologique sur ce qui s’est passé... Ensuite, affirmer « être Dieu » ne conduit-il pas naturellement vers l’hôpital psychiatrique !


Chez Paul, Jésus est « l’image du Dieu invisible »( Col 1,15). Il est le Christ, le Seigneur, le fils de Dieu … Paul et les apôtres, premiers théologiens, tentent de traduire en langage théologique la réalité de l’expérience vécue ( et qu’ils continuent de vivre …). C’est ainsi, que l’Evangile de Jean, me semble comme un extraordinaire témoignage de la Présence de Dieu et de sa Révélation. Samaritaine icone


Répondre à cette question : « Pour vous qui suis-je » est une invitation à se construire soi-même une réponse.

Je serais, éternellement, redevable que cette réponse, puisse s’élaborer au sein d’une Tradition - riche de plusieurs siècles de débats théologiques, de prières et de témoignages – qui n’a pas craint de relever dans l’extrême humanité de Jésus, la totalité du Divin … Quel génie d’avoir ainsi fait descendre la toute puissance du dieu jupitérien, dans ce galiléen mort dans l’infamie du supplice de la croix !!!


« Au cœur de la foi chrétienne, il y a cette conviction que le Christ est le visage de Dieu. A travers lui, nous sommes en communion avec Dieu » Bernard Sesboüé.


Et à ce propos, je lis un billet de Rémi Brague dans « le Monde des religions N° 45», qui cite un une petite tragédie de Pouchkine : Mozart et Salieri. Ce qui amènera Salieri à tuer Mozart s’explique par cette scène où Mozart laisse massacrer un air des Noces de Figaro par un violoneux rencontré dans la rue … Alors que Mozart s’esclaffe et donne un pourboire au mendiant, Salieri est indigné par ce qu’il considère comme un sacrilège : « Mozart, tu n’est pas digne de toi-même ! ». Puis, « Mozart, tu es un dieu, et toi-même tu ne la sais pas ; moi, je le sais, moi. » (…)
- Savoir mieux que Dieu lui-même ce que Dieu devrait être !
La mort de Dieu, ou Dieu mis à mort … Cette fable de Pouchkine, illustre bien, à mon avis, les anathèmes contre ceux qui ne disent pas précisément la définition, que l’on a donnée de Dieu…

Commenter cet article