Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le mariage pour tous.

Publié le par Perceval

Je regrette que des questions de société ne soient pas différemment mises en débat, réfléchies et argumentées... ; aussi bien d'ailleurs ( même si ce n'est du même niveau ) au sein de notre république , qu'à « l'intérieur » de notre Eglise.. !Couples.jpg

Le référendum, eut été pour notre pays l'occasion d'être un peuple responsable ; et la confiscation de la parole des catholiques par la « conférence des évêques », ou par les manifestants..., augurent mal d'une nouvelle évangélisation que mériterait la France le XXIème siècle … !

 L'actualité, semble réduire l'église catholique au rôle d'opposant politique... Ce n'est bien sûr pas sa mission... Une parole évangélique peut s'exprimer mais différemment sur les relations sexuées entre personnes humaines, sur leur fécondité et leur prise en compte par la société … L'Eglise n'est pas un lobby parmi d'autres , qui doit peser sur nos choix politiques et sociétaux.

 A mon avis : cette question du « mariage pour tous » répond à une requête légitime de certains couples gays ou lesbiens qui souhaitent à la fois fonder une famille (ce que beaucoup ont déjà fait, qu'on le veuille ou non) et protéger leurs enfants. 

  •  « Fort heureusement, il y a bien longtemps que nous ne sommes plus en Chrétienté. Et il y a bien longtemps aussi que le mariage civil n'a plus le même sens que le mariage chrétien (auquel je crois de toutes mes forces). Depuis les lois sur le divorce qui, là encore, assurent la supériorité de l'individu et de son épanouissement sur celui du couple ou de la communauté, le mariage républicain n'est déjà plus qu'un ersatz du mariage religieux. Il s'en inspire, mais en a perdu le sens profond. » Laurent Grzybowski, journaliste société à La Vie.


  •  A noter l'avis de René Poujol ancien rédacteur en chef de Pèlerin magazine et qui analyse la prise de position de la Conférence des évêques de France :

 "Ce n‘est donc pas 'au nom de la foi en Jésus Christ', commune à tous les chrétiens, que les évêques se prononcent contre ce projet, mais pour des raisons de nature anthropologique, même si cette anthropologie trouve logiquement sa source, pour eux, dans le récit Biblique. Il se trouve que je souscris personnellement et à cette analyse, et à leur prise de position concernant le mariage pour tous." Mais … C'est, peut-être, parce que l'argument n'est pas d'ordre religieux que les chrétiens peuvent être d'avis divergents. poursuit René Poujol... "Je tire de leur propos (ceux des évêques) la conclusion, moins habituelle, que l’on peut donc être frères dans la foi… et diverger sur la question du mariage pour tous, dès lors qu’on ne fait pas tous la même analyse de ses conséquences sociétales possibles." 

caricature naquetEt, se souvenir....:


La 
loi autorisant le divorce en France fut adoptée le 20 septembre 1792 par l'Assemblée nationale et modifiée par des décrets de 1793 et 1794. Le divorce fut conservé par les rédacteurs du Code civil, puis abrogé sous la Restaurationpar la loi du 8 mai 1816. Il ne fut rétabli que sous la Troisième République, avec la loi du 27 juillet 1884.

Mgr_Freppel_3.jpg

 M. Freppel, évêque d'Angers déclare le 19 juillet 1884, au Sénat :  « Qui vous a demandé le divorce ? Quelques femmes écervelées, quelques romanciers qui se font un jeu des mœurs et des lois... et dans cette campagne antifrançaise, anticatholique, sur qui se sont-ils appuyés ? ... »

Le fait capital, aux yeux de l'Eglise, c'était qu'un mariage pût être rompu sans elle, malgré elle. Qu'elle le voulût ou qu'elle ne le voulût pas, la société civile et la famille rompaient ainsi en droit un des liens les plus forts dont elle les eût jamais enserrés....


Commenter cet article

Lire plus 15/08/2013 16:45

Merci!

Gilbert 03/12/2012 08:29

Ce qui sépare divise, si nous prions pour que le règne de Dieu vienne, je ne crois pas que l’on peut plébisciter la laïcité. (encore faut il s'entendre sur le sens de ce mot)

Perceval 03/12/2012 10:15



Pour faire court: la " laïcité " nous protège du "fondamentalisme "; l'histoire et l'actualité nous montrent les dérives ...



Gilbert 01/12/2012 19:00

Croyez-vous que l’enseignement de Jésus-Christ est une vision subjective de l’amour ? Personnellement je crois que non, et je crois que la subjectivité procède du tentateur qui arrive à subjuguer
au point de damné tout homme qui cède à la tentation. C’est de cela que Christ est venu nous délivrer, il donne à notre libre arbitre la lumière qui éclaire tout homme, et pour ce faire il a été
jusqu'à mourir et ressusciter pour nous.

De Dieu ne vient que ce qui est bien et vrai c’est cela le vrai discernement.

Si le mariage pour tous ne vient pas du Ciel (de Dieu) d’où vient-il ? de l’homme ? non, il vient de sa subjectivité.

Perceval 02/12/2012 10:21



Tout ce qui vient de l'homme, n'est pas "absolu"... La laïcité, c'est également de ne pas reconnaître d'absolu dans l'oeuvre humaine. Toute activité d'une société est le fruit d'une collaboration
humaine.


J'ai peur d'une société qui instituerait un "absolu" social; le principe de la " Laïcité " devrait nous en garder ...



Gilbert 29/11/2012 10:59

Le but n’est pas que nous soyons d’accord ou non, mais plutôt de partager notre vision des choses. Seul Dieu sait, de qui, vous ou moi, à raison.

" depuis, l’Esprit (toujours nouveau…) souffle… " Pour moi le Seigneur est-le même hier, aujourd’hui, et demain. Le vent nul ne sait d’où il vient et où il va, ainsi en est-il de l’Esprit.

Perceval 01/12/2012 09:06



"Le Seigneur est le même .." Certes ... mais, la vision qu'en a l'homme; elle, change et évolue... vers plus de discernement, j'espère ...


Effectivement cette "vision " toute subjective ( bien souvent ) s'enrichit du dialogue .



Gilbert 28/11/2012 18:08

Il est du devoir de l’église de ramener sa fille ainée à la raison, de même il est du devoir de tous chrétiens de porter la bonne parole. Prévariquer à ses obligations c’est banaliser le péché.

"Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme. C’est une abomination. " Lévitique 18 : 22

Je ne considère pas le mariage gay comme une revendication légitime, la reconnaissance d’un état de perdition n’est pas un argument de liberté et d'égalité.

Perceval 29/11/2012 09:42



Désolé... Ce langage " fille ainée ..."; ... et, considérer les homosexuels comme des "pècheurs" n'est pas à mon avis, la manière adéquate et évangélique propre au XXIème siècle... Cela ne
correspond pas - à mon avis - aux signes des temps... C'est une vision attachée à un passé... depuis, l'Esprit ( toujours nouveau ...) souffle ...