Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le « principe organisateur », Dennis Gira

Publié le par Perceval

Ce principe touche au parcours de chacun, à l'identité, à l'appartenance...

dialogue-2.pngCe principe  est fondamental, pour qui se sent attiré par d'autres traditions... Agiter la promesse de l'égarement du « syncrétisme », pour dissuader le « chercheur de Vérité », n'est pas approprié, pour le moins !

Le principe organisateur, lui, permet d'aider à progresser sur son itinéraire spirituel ; et bien sûr, il s'applique au dialogue interreligieux, mais aussi au dialogue philosophique , ou politique …

Pour comprendre sa définition ; dennis Gira se propose de commencer à répondre à ce type de question : «  peut-on être bouddhiste et chrétien, à la fois ? »

Question complexe !... Car enfin, «  qui est ce « on » ? » ne faut-il pas connaître la personne concernée par cette question, sa trajectoire spirituelle, culturelle et intellectuelle ? S'agit-il derrière la question, d’adhérer à un groupe donné, ou d'un engagement total au sein d'une tradition religieuse qui donne sens à sa vie ? …. Quelques exemples :

  • Un ami vietnamien, converti au christianisme, peut se considérer bouddhiste et chrétien.. Il se dit chrétien, quand il approfondit sa connaissance de la foi chrétienne et participe à la vie de l’Église ; et il se dit bouddhiste quand il affirme ses racines culturelles et ses liens familiaux … Cet ami n'est pas impliqué également sur des trajectoires parallèles …

  • Cet ami français, a été baptisé bébé, et n'a jamais été « catéchisé » … Il a cherché ailleurs la source qui étancherait sa soif de vérité ; cette recherche l'a conduit au bouddhisme... Son principe organisateur est fortement bouddhiste... Quand il s'affirme également catholique; il parle du baptême, du mariage et de son milieu familial …

Eykouna.JPGLe principe organisateur de chacun part dans leur trajectoire spirituelle de leur expérience la plus intime...

Pour un chrétien, la Foi en la personne de Jésus-Christ constitue le pivot de son expérience...
En s'adressant à un bouddhiste, il sera difficile d'interpréter les différents aspects du bouddhisme à la lumière de ce principe... Et, inversement …

Par contre, c'est différent, s'il s'agit d'un chrétien à qui l'on s'adresse et que l'on tente d'interpréter ces mêmes aspects du bouddhisme à la lumière de ce même principe …

 
Ce qu'il faut retenir : c'est qu'il est difficile d'imaginer un dialogue interreligieux entre deux personnes dont l'une a un seul principe organisateur et l'autre pense en avoir deux, dont celui de son interlocuteur – ce qui semble le cas de quelqu’un qui pourrait penser être à la fois bouddhiste et chrétien .

 

  • Il peut encore se présenter les cas d'une personne, qui suite à la rencontre d'une autre voie spirituelle, souhaite en intégrer une pratique à leur cheminement intérieur. Par exemple, pour un chrétien, pratiquer le zazen... Finalement, le zazen est authentiquement bouddhique uniquement pour un bouddhiste, c'est à dire pour quelqu’un dont le principe organisateur est indissociable de la cohérence interne du bouddhisme zen. Le chrétien le situe dans une nouvelle cohérence, et il est inapproprié de penser qu'il est bouddhiste et chrétien à la fois . Et, il ne s'agit pas là de « syncrétisme » … !

Miryam.jpgLe principe organisateur, est un antidote naturel à toute forme de syncrétisme, et à toute peur de l'autre... Son propre, est d'organiser ou plutôt de réorganiser la pensée quand elle s'interroge ou s'enrichit des idées des autres … Ce principe aide également chaque fois qu'une personne veut dire aux autres sa foi la plus profonde car elle sait, ou devrait savoir, que ce qu'elle va dire alors doit être compréhensible pour ses interlocuteurs... Il lui faut donc prendre en considération leur sensibilité, leur vocabulaire, la cohérence de leur tradition ..etc Finalement elle pensera sa foi autrement et laissera de côté, ou mettra entre parenthèses, certaines formules chères aux chrétiens si elle les juge inaudibles...

Bien sûr, c'est une gageure de résumer ce que Dennis GiraGira_Dialogue-pour-tous.jpg tente de nous faire comprendre avec beaucoup de pédagogie et d'exemples concrets, ce point fondamental du «  principe organisateur » ... Il serait plus raisonnable de lire le texte complet …

Je comprends également, que l'évangélisation, ne peut se faire in-extenso ; elle répond aux mêmes règles que le dialogue interreligieux, et doit répondre à la cohérence de chacun …

 

Commenter cet article

Gilbert 29/09/2012 08:11

Cet article suscite bien des réflexions. Entre autre je peux revendiquer mon appartenance au christianisme et gérer rationnellement une discipline tel que le bouddhisme à condition que mon principe
organisateur garde ses repaires : à savoir ce qui me sert de moyen pour l’usage et ce d’après quoi procède ces moyens. Si je veux être plus explicite il faudrait dire : la vie de la charité qui
procède de la foi en Christ peut se donner la liberté de puiser dans des préceptes bouddhistes pour une finalité de service. Je reconnais que ce christianisme là, doit se dépouiller des dogmes
traditionnelles de l’église, et considérer l’amour comme rayonnement universel, sans pour autant se faire l’apôtre du syncrétisme.

Je ne sais si j’ai réussi un tant soit peu à me faire comprendre, mais au moins j’aurais essayé.

Perceval 29/09/2012 09:31



Oui, dans la pratique c'est cela ... Respect et amour de l'autre, suffisent pour engager un vrai dialogue ...