Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

moyen-age

Roger de Laron : sa Foi en cette fin du XIIIe s.

Publié le par Perceval

Roger de Laron, le sait...Et, nous l'avons déjà évoqué... : (Roger de Laron : les Templiers et le Saint-Suaire.)
- Les Templiers ont possédé, et possèdent encore le linge qui a enveloppé le cadavre de Jésus ; cette relique est protégée parmi le Trésor disséminé après l'arrestation des chevaliers. ( Cf, le prochain article)
Ceux qui l'ont vu, en particulier les grands Maîtres de l'ordre, évoquent ce linge en décrivant un visage qu'il garderait inscrit dans le tissage, avec les marques du supplice... Certains chevaliers adorent la relique, et d'autres les accusent d'adorer une idole...

Roger de Laron, reste prudent sur ces accusations... Lui même, quand il fut interrogé par l’évêque, a récusé toutes les abominations prêtées au chevaliers pauvres du Christ... Ce dont il peut témoigner, c'est un rituel d'obéissance établi par les Templiers qui met à l'épreuve les recrues, et qui reprend des gestes de leurs ennemis pour les édifier, et peut-être les préparer... En effet, les sarrasins obligent les prisonniers chrétiens, sous peine de mort, à renier Jésus-Christ et à cracher sur la croix...
Bien sûr, Roger de Laron croit en un seul Dieu, qui se manifeste en une Trinité. Il croit au Père, créateur de toutes choses.
La création est parfaite, à l'image du créateur... Au travers de ses voyages et de ses rencontres, le seigneur de Laron a très vite été intrigué par les questions sur l'origine des dieux, du ciel et de la terre que les différents peuples se posent délicatement exprimés dans des contes, des histoires ( des mythes)... Ainsi, a t-il entendu parler au sein du Chaos, des noces entre la terre et le ciel. C'est Chronos, qui sépare l'étreinte en coupant le sexe de son père... Certains évoquent un œuf, concentration de vie... La grande question débattue parmi les sages, est de savoir si le monde est fini ou infini... ?
 
La conviction de beaucoup de lettrés est que Dieu étant infini, il ne peut avoir créé un monde fini : ce serait chose indigne de sa puissance créatrice... Pourtant, Roger sait qu'il ne faut pas trop le dire... Les clercs proches des puissants de l’Église abhorrent l'idée d'un univers infini : l'ordre et l'harmonie du monde ne peuvent exister dans un espace infini.
Si la Terre est au centre du monde... Manifestement, pour les hommes du XIIIe siècle, le monde est un lieu différencié, hiérarchisé, organisé et cohérent ; il est le fruit de la réflexion de la plus haute intelligence... Ce sont les séparations qui ont permis aux jours, nuits, mers, terres, sexes de se créer... L'homme lui-même est séparé de Dieu ...
 
Ce qui édifie Roger de Laron, également, c'est la religion des sarrasins. L'islam, avec la croyance en un Dieu unique, transcendant, source unique de la doctrine, professe l'unité des êtres humains entre eux et avec le cosmos.
La nature vivante, n'est pas une matière inerte, elle est habitée par le souffle de Dieu, sa destinée est interdépendante de la notre.
Le chevalier templier garde, tel un trésor, la traduction d'un texte arabe d'Huseyn Mansûr Hallâj ( mort en 922 à Bagdad)
Ce texte est éminemment alchimique, il décrit les différentes opérations de transformation de soi, par l'anéantissement de l'égo et par l'advenue de Dieu en soi...
 
« C'est le recueillement, puis le silence ;
puis l'aphasie et la connaissance ;
puis le découverte ; puis la mise à nu.

Et c'est l'argile puis le feu ; puis la clarté et le froid ;
puis l'ombre ; puis le soleil. (…)

Et c'est l'ivresse puis le dégrisement ;
puis le désir, et l'approche ;
puis la jonction ; puis la joie.

Et c'est l'étreinte puis la détente ;
puis la disparition et la séparation ;
puis l'union ; puis la calcination. »
 
C'est à Chypre, que Roger de Laron a entendu parler de la première fois de la science du ''Grand Oeuvre'' ; un savant sarrasin enseignait que l'or représentait l'équilibre parfait entre les deux principes opposés et complémentaires le Soufre et le Mercure...

Ces quelques mots étaient le départ semblait-il d'une théorie qui englobait le visible et l'invisible … C'était assez tentant … Mais c'est avec Raymond Lulle (1235-1315) que Roger a compris la description opérative du monde dans lequel il vivait..

Pour résumer : le monde visible est décrit selon une structure ternaire ; et qui prend son origine dans la matière primordiale ( crée par Dieu) : elle est représentée par le ''Vif Argent'' ou Mercure. De cette matière initiale se sont extraits les corps angéliques, les corps célestes ( les astres ..) et les corps terrestres. Des corps terrestres nous connaissons ( Aristote) - les Quatre éléments : l'eau, la Terre, l'Air et le Feu.
Les alchimistes ont découvert, également : la Quinte essence... Raymond Lulle la décrit comme un esprit subtil répandu dans l'ensemble de la nature et qui vient s'ajouter aux quatre éléments.
Cette essence s'appelle un alcool...
 
A son retour en Aquitaine, Roger de Laron, s'est vite aperçu, qu'en ce XIIIe siècle, les moines pratiquaient dans leurs monastères cette alchimie ; sous les deux formes, matérielle et spirituelle.
 
Parmi eux, Roger Bacon (1214-1294), franciscain après avoir été marié, a atteint une certaine notoriété...

Voir les commentaires

Roger de Laron : les Templiers et le Saint-Suaire.

Publié le par Perceval

L'histoire du ''Suaire de Turin '' comprend un blanc historique entre 1204 ( Sac de Constantinople par la 4ème croisade) et 1357 quand Jeanne de Vergy organise les première ostensions du Linceul du Christ dans la collégiale de Lirey.
Comment cette relique est arrivée dans les mains de Jeanne de Vergy ( veuve de Geoffroy de Charny et sans enfant) ? Une partie de la réponse nous est donnée par Roger de Laron.
 
Je voudrais vous raconter cette histoire :
 
- Pourquoi la Collégiale de Lirey ?
Geoffroy de Charny est cité par Froissard, comme l'un des vaillants chevaliers qui libèrent la ville de Cambrai, pendant la guerre de Cent ans. En Octobre 1341, lors d’une bataille, près de Morlaix, Geoffroy, est fait prisonnier. Il est emmené en Angleterre. Rançon payée, il participe à la croisade, puis encore d'autres batailles … 1347 : en secondes noces, il épouse Jeanne de Vergy. Il commence alors une carrière diplomatique, devient conseiller royal, reprend les armes, il est refait prisonnier et conduit à la Tour de Londres... Reprend les armes, et écrit un livre important sur la Chevalerie. Il meurt en défendant son Roi ...
Dès juin 1343, Philippe VI ( Valois, et Roi de France) , en tant que "participanz es messes, oreisons et bienfaiz qui seront faiz en ladicte chapellenie", accorde des privilèges financiers à Geoffroy de Charny pour la chapelle qu’il entend fonder à Lirey (20 km au sud de Troyes), "pour le salut de son âme". Geoffroy y consacre des ressources impressionnantes pour un seigneur aux revenus modestes. En 1353, cette chapelle, dite de l’Annonciation, est érigée en collégiale par le pape Clément VI (suite à une demande de 1349). Le pape Innocent VI accorde des indulgences, en 1354, à ceux qui visiteront la chapelle à certains jours de fête. Et, le 28 mai 1356, l’évêque de Troyes (Henri de Poitiers) approuve la fondation en termes chaleureux.

Et , brusquement – sans autorisation de l'évêque - Jeanne de Vergy (après la mort de son mari.) présente au public la Relique !

Enseigne-du pèlerinage de-Lirey-du-XIVe-ou-XVe


- Qui est Jeanne de Vergy ?
Jeanne de Vergy ( décédée en 1410) , descend de Otton de la Roche, premier duc d'Athènes. Othon est originaire du château de La Roche à Rigney, dans le Comté de Bourgogne. Othon participe à la quatrième croisade, lancée en 1202 et détournée en 1204 contre l'empire byzantin.

Jean III et Jeanne de Vergy


Isabelle de Ray (+1278) est née Isabelle de la Roche, elle est la fille d'Othon V de la Roche. Elle porte le même prénom que sa grand-mère épouse d'Othon de la Roche quatrième du nom et duc d'Athènes.

Isabelle épouse Henri de Vergy, de qui elle eut Jean Ier de Vergy (+1310) Seigneur de Mirebeau ; sénéchal de Bourgogne, marié à  Marguerite de NOYERS, née en 1245, lequel eut pour fils Guillaume de Vergy ( +1360) marié à Isabeau de Choiseul qui eut pour fils Jean de Vergy ( +1370 et marié à Isabeau de Joinville , qui eut pour fils Guillaume de VERGY, seigneur de Mirebeau †1374 marié à Agnès de Jonvelle de CHAUVIREY †1407 et qui eut pour fille Jeanne de Vergy (+1410) , laquelle épouse Geoffroy 1er de Charny, Seigneur de Lirey.


- Quel est le rôle des Templiers ?
Le 15 avril 1204, c’est la fameuse prise de Constantinople. La ville est littéralement saccagée, pillée et dépouillée de ses trésors et reliques comme en témoignent les chroniqueurs tels Geoffroy de Villehardouin ou Robert de Clary. Le saint Suaire se trouvait alors dans l’église de Sainte-Marie-des-Blachernes. Parmi les chevaliers, on note la présence de Guillaume de Champlitte et celle d’Othon de la Roche. Après la prise de Constantinople, Othon devient le premier duc du duché d’Athènes en soumettant ses possessions au roi de Thessalonique.

 

Donc, Othon 1er de La Roche,obtient le Linceul en 1204. ensuite il l’a très vraisemblablement emmené à Athènes ; une lettre de Théodore Ange Commène au pape Innocent III, datée de 1205, situe le Linceul à Athènes.
Othon fait de l’acropole une forteresse et construit devant les Propylées une tour « la tour d’Othon » qui resta debout durant 650 ans. Puis, après avoir confié son fief à son frère : Guy de la Roche, Othon retourne en Franche-Comté pour finir ses jours au château de son épouse Isabelle de Ray.


À la suite de la quatrième croisade, les templiers s'installent en Grèce. Au XIIIe siècle, le maître de la province est désigné par le titre de commandeur d'Achaïe.

Guy II de La Roche (1279-1308) est duc d'Athènes de 1287 à sa mort. Bien qu'il soit mort jeune, il est respecté et renommé pour son comportement chevaleresque. Il succède à son père Guillaume Ier de La Roche à un moment où le duché d'Athènes devient plus puissant, plus important et plus riche que la principauté d'Achaïe, dont il est le vassal.

C'est là que su situerait l'action de Roger de Laron, et des Templiers afin de récupérer la relique du Saint-Suaire et la ramener dans le Royaume de Jérusalem, à Saint-Jean d'Acre...
 
Alors que Guillaume de Beaujeau est grand-Maître (1273-1291), le Saint-Suaire est déjà exposé au cours d'un Chapitre Templier. Après la défaite d'Acre (1291), les biens, archives, et reliques sont transférées dans l'île de Chypre ; puis en partie à Montpellier où Hugues de Paireaud dit l'avoir vu et touché au cours du Chapitre Général qui s'est tenu dans cette ville à l'automne 1293. Enfin, il semble qu'il se soit trouvé au Temple de Paris en 1295 et 1296, durant les chapitres généraux de l'Ordre.( Sources A. Lombatti, Milan).

Au chapitre du 24 juillet 1307, devant le danger pressant et tangible, on décide de transférer le Saint-Suaire en Champagne, où l'on pouvait compter sur une réseau serré de parenté et sur des rapports favorables avec la noblesse et les administrateurs de la Région.
Roger de Laron intervient à nouveau, pour remettre entre les mains des descendants d'Othon 1er, le coffre qui contient la Sainte relique …

C'est ainsi que la famille ''de Vergy'' aurait transmis le Saint Suaire alors gardé dans le château de Ray-sur-Saône à son arrière-petite-fille Jeanne de Vergy.

Voir les commentaires

Roger de Laron et les Templiers – Secrets et Légendes -2/.

Publié le par Perceval

La Fin des Templiers :
 
En 1307, peu de monde défend les templiers... Le désenchantement de la Noblesse et du Peuple envers ceux qui étaient censés défendre la Croix contre les infidèles ; la transformation des moines guerriers en propriétaires terriens, en banquiers ; des cérémonies d’admission et d’initiation des moines considérées comme secrètes et incompréhensibles, voire hérétiques … Tout ceci a pour effet de rendre tout à fait plausible les incroyables allégations qui sont faites par les sbires du Philippe IV, contre les templiers ....

Philippe le Bel, monarque toujours en manque de ressources, se met à penser à l’utilité du Trésor des Templiers. S’il ne sert plus à financer les expéditions chrétiennes en territoire musulman à qui pourrait il profiter ?
De plus cette constellation de châteaux, forteresses et couvents dans les mains des guerriers du Christ, forment un empire hors de contrôle du souverain : l’Ordre des Templiers se positionne comme un état au sein d’un état.

Philippe IV commence par lancer une campagne de calomnie contre les Templiers, accusant ces derniers d'être des sodomites, ainsi que de participer à des rituels sataniques...

Avant d'abattre le Temple, Philippe IV doit renverser celui qui en possède l'autorité : le Pape. Par l’entremise de son fidèle Guillaume de Nogaret (1260-1313), il profite de la confusion qui s’abat sur Rome, accuse Boniface VIII d’hérétique, et lui arrache le pouvoir, le bannissant de la cité.
Auparavant, en 1296, Philippe le Bel soumet le clergé français à impôt sans l'aval du pape Boniface VIII ; celui-ci le menace d'excommunication … Le roi lance une campagne de pamphlets, dénonce l'hérésie, le parjure, le mépris des sacrements et même les pratiques sexuelles douteuses de Boniface VIII. C'est Nogaret, qui se rend à Anagni, et au beau milieu d'une insurrection menée par les frères Colonna, deux cardinaux que le pape a spoliés de leurs biens, il signifie au pape qu'une assemblée réunie au Louvre a décidé de déposer et de faire juger le pape Boniface VIII... Pendant deux jours, sous la pression des Français, Boniface est prisonnier en son palais d’Anagni (septembre 1303). Libéré par ses partisans, Boniface VIII, humilié, meurt quelques semaines plus tard.

Ensuite en juin 1305, Philippe le Bel fomente l’investiture d’un de ses sujets Bertrand de Goth, l’archevêque de Bordeaux pour être nommé pape : Clément V (1264-1314) annule tous les actes de Boniface VIII contre Philippe le Bel.
Le 14 septembre 1307, le Roi signe en l'abbaye de Maubuisson, l’ordre d'arrestation de tous les Templiers établis sur son royaume. Des ordres cachetés sont envoyés à tous les baillis et sénéchaux du royaume. Ils ont instruction formelle de ne les ouvrir que le 12 octobre au soir.... On connaît la suite ...

Arrestation des Templiers eu octobre 1307
Clément V s'émeut du procédé royal ... En accord avec les souverains étrangers, il tente de réagir. Deux conciles réunis à Trèves et à Mayence déclarent les templiers innocents. Mais il est trop tard.
 
Les templiers pressentant l’imminence de l’intervention de Philippe le Bel, ont débarrassé les commanderies de tous les documents, comptes, archives diverses en leur possession.
Que sont devenus ces documents ?
A ce trésor de documents s’ajoute le trésor constitué par les importantes sommes d’argent déposées dans leurs coffres.
 
Lors du procès, un frère templier, Jean de Châlons ( qui est sergent) ; prétend avoir cherché à s'opposer à la fuite de frère Gérard de Villers à la tête de 50 chevaux ; 40 chevaliers et 10 chevaux portant les coffres du Trésor Général. Ils auraient pris la mer avec dix-huit galères. A moins que ceci, ne soit qu'un stratagème pour détourner l'attention des officiers du roi de France...
 
Le ''trésor'' aurait été dispersé...
 
Plusieurs lieux ont été cités, bien connus et d'autres moins... Par exemple, les souterrains du château de Juillé ( secret confié par Hubert de Faudoas, qui fut le page de Guillaume de Beaujeu, un grand Maître de l'Ordre du Temple tué à Saint Jean d'Acre en 1291 ) ; vers la forêt d'Orient ( dans les étangs entre Troyes, Payns, Clairvaux ) ; cette région même qui sert de source d'imagination à Chrétien de Troyes, pour décrire les territoires du Roman de Perceval,; la ''piste'' d'Aquitaine, et La Rochelle ( pour un départ maritime …), à Barbezières, au Mont Dore ( Auvergne), en Ecosse, au Portugal, voire en Amérique … !
 
Et si pour pour certains le véritable trésor du Temple est autre, et s'est maintenu jusqu'à aujourd'hui ... Roger de Laron, dirait que le véritable trésor est de l'ordre d'une ''science''.
Si encore le trésor est de l'argent, des reliques, des objets liturgiques, des textes antiques... Tous se rejoignent dans un vocabulaire compris d'eux-mêmes : l'Or, l'or alchimique, les pommes d'or, la Toison d'or, l'Arche, les Tables, l'Oeil d'Horus, la Coupe Sainte... Etc... Bref : Le Graal...
Il n'y a pas de définition possible du Graal... Le Graal apportait à ceux qui pouvaient le contempler, toute nourriture et toute joie. Pour cela il est nécessaire d'ouvrir son esprit à lire directement dans la nature même des choses …

A suivre ...

 

Voir les commentaires

Roger de Laron, les Lusignan et les Templiers -1/.-

Publié le par Perceval

Lors de la lecture de l'histoire '' Dame Margot - leberou et la forêt de Laron '' ICI , vous avez sans doute fait le rapprochement avec La Fée Mélusine ; en particulier au cours de ce passage ...
« Par une lucarne donnant sur sa chambre, Roger voit sa dame, toujours aussi belle, malgré sa douleur, se mirer dans une glace, la poitrine nue jusqu'à la taille. Mais il s'aperçoit avec horreur que son corps s’achève en forme de loup-garou... »
 
Le rapprochement est bon à faire ; d'autant, si l'on sait que : 1) Mélusine est une fée qui engendre dix fils, et avec Raymondin du Forez, originaire du Poitou, fonde la lignée des ''Lusignan''
et 2) des rapports qu'entretenaient Roger de Laron avec la Maison des Lusignan, en particulier la lignée de Terre Sainte …
 
Roger de Laron, avait rencontré Amaury de Lusignan (1272-1310) seigneur de Tyr, avec les Templiers, il fait partie du complot d'Amaury - en 1306 - contre son frère Henri II de Lusignan (1271-1324), roi de Chypre... Il lui permit ainsi de devenir régent de Chypre, avant qu'il soit assassiné.

 

Alors que Roger était déjà revenu en France, en cette funeste année 1307 durant laquelle Philippe IV le Bel fait arrêter et emprisonner tous les templiers ce 13 octobre... Roger de Laron est interrogé à Clermont-Ferrand en 1309, et finalement relâché, fin 1312, ayant ''choisi'' de dire tout ce que la commission voulait, plutôt que de s'exposer à une ''question non modérée''. Il abjure son apostasie et ses erreurs... Puis, il reçoit l'absolution, et la liberté...

 

Son activité ''Templière'', pourtant, continue...
 
1313 : Roger de Laron, après un séjour dans son château limousin, repart, rencontrer les banquiers de la ''Compagnia dei Bardi'', à Florence, qui gèrent une partie ''cachée'' des biens financiers des Templiers ; puis revient dans le Comté de la Marche, avant de partir en Angleterre …
Il reviendra l'année suivante accompagnée d'une femme ; que les légendes locales – peut-être du fait de sa beauté et de son ''étrangeté'', préféreront voir venir du monde féerique... ( Voir les histoires concernant Marguerite de Laron)
 
 
En Angleterre, Roger entre en relation avec une autre dame qui se réclamait de la Maison de Lusignan... Elle aussi, demande le soutien des Templiers, c'est ainsi que l'on retrouve le chevalier Roger apportant, une fois de plus, un soutien à la maison des Lusignan, en la personne de Jeanne de Geneville (1286-1356) , petite-fille du dernier comte de Lusignan (Hugues XII), et dont la mère Jeanne de Lusignan dite «de la Marche»- a été cohéritière du Comté de la Marche... Elle dut s'en dessaisir au profit de Philippe le Bel. Jeanne est l'épouse de l'anglais Roger V Mortimer (1287 – 1330), comte de March …
 
Roger de Laron, porteur de documents importants, (et ''d'objets'' appartenant au trésor des Templiers), rencontre Roger Mortimer qui prend contact avec les chevaliers du Temple, pour avoir leur soutien, contre les favoris du roi Edouard II... Roger de Laron, négocie aussi, le passage d'un nombre important de chevaliers français en Angleterre où pour l'instant, la répression n'est que de façade ...

( à suivre …) 

Voir les commentaires

Dame Margot – Leberou - et la forêt de Laron.

Publié le par Perceval

Voici un autre récit, de la mort de Marguerite de Laron : le point commun est la nature diabolique de cette femme. Nous verrons cependant, qu'il existe des histoires, ou Dame Magot partage la nature bienveillante des fées ...
 

On dit la châtelaine et épouse du seigneur de Laron, très belle et son époux très amoureux d'elle. Mais Dame Margot, sous ses abords avenants, est - dit-on – une créature femelle d'une essence diabolique. C'est elle qui commande au château, mène les domestiques, dirige les gens d'armes. Le seigneur de Laron, rongé sans-doute par quelque culpabilité et par les souvenirs d'un passé templier dont il vaut mieux – en ces années - ne pas se vanter ; partage avec cette femme qui le fascine, une relation tempétueuse ; et leurs disputes puis leur retrouvailles sont tonitruantes...

Roger de Laron, a remarqué, que chaque dimanche, la belle disparaît avant la messe, se rend invisible à tous, sans donner d'explication à quiconque, même à lui. Chaque fois qu'il essaie de lui demander raison de sa curieuse absence dominicale, elle se met à l'accuser de ne pas l'aimer, de se méfier d'elle …

Roger de Laron, avec les richesses qui ne lui manquent pas, fait fructifier  – pour son salut et celui de sa lignée - un prieuré avec quelques frères et un chapelain installé près de la fontaine Saint-Laurent, au bas de ce qu'on appelle aujourd'hui le Mont-Larron. Geoffroy , le jeune et saint prieur entend régulièrement, les plaintes des villageois, écoute leurs récits où il n'est question que d'exactions, de bêtes égorgées, de loups-garous et d'autres diableries.
Dame Margot, n'apprécie pas ce saint voisinage. Malgré les remontrances de son époux, elle refuse toute aide aux moines. On dit qu'elle se livre, dans la tour magne du château, à des manigances secrètes. L'on murmure bientôt que la dame de Laron y concocte philtres et sortilèges. Mais on dit tant de choses...
On a dit que les religieux perdent leur ferveur.. Peu à peu, malgré la pieuse présence du prieur... L'esprit maléfique de la forêt reprend le dessus. Étrangement... Les religieux – malgré les sévères semonces du prieur - perdent leur ferveur, délaissent leur règle très stricte et succombent aux multiples tentations que leur envoie Dame Margot. Les nuits de pleine lune, on en aurait vu forniquer avec de belles sorcières. Ils s'enivrent du vin qui coule dit-on subitement à la fontaine du monastère à la place de son eau pure. Certains moines, s'étant mêlés sans pudeur au sabbat d'enfer que de jolies succubes mènent dans les clairières les plus retirées de la forêt. Il paraît que de nouveaux démons seraient nés de ces étreintes ; ainsi, des ''manjasang'' et des esprits malfaisants se seraient multipliés et repeupleraient la forêt, alors que les moines les en avaient sanctifiée et purgée.
 
Pour conjurer le mauvais sort et ces pratiques sataniques, le prieur Geoffroy souhaite construire une chapelle, au cœur de la forêt de Laron... Mais les matériaux manquent. Les bois appartiennent au seigneur, mais Dame Margot s'oppose à ce que l'on donne le bois nécessaire à la construction de l'édifice …

Roger de Laron refusant donc de donner à Geoffroy le bois nécessaire à la construction de son édifice ; le moine décide de le convaincre de l'aider.
Un jour que Roger de Laron doit chasser en forêt, Geoffroy se rend sur un chantier d'abattage, où des bûcherons s'activent. Geoffroy leur demande l'hospitalité et, en échange, les prie de lui prêter une cognée afin de les seconder dans leur rude travail. La meute du seigneur surgit, poursuivant un magnifique cerf, et passe fièrement devant les bûcherons émerveillés.
Roger de Laron reconnaît parmi eux le moine. Mécontent de le trouver ici, il stoppe le cortège et vient l'accuser de dévaster ses bois et de venir troubler la chasse. Devant l'assemblée des chasseurs et des bûcherons, Geoffroy ne perd pas son calme. Il reproche au seigneur, sa dureté envers ses sujets, ses ''dérèglements'' passés, et sa passion coupable pour une ''sorcière''... !
Le saint moine ose même le menacer de la vengeance du ciel s'il ne se confesse pas de tous ses péchés. Furieux de cette diatribe, Roger de Laron fait rappeler sa meute et ses piqueurs, bien décidé à effrayer et s'amuser de ce clerc insolent...
Mais, les chiens viennent entourer et se coucher aux pieds de Robert... Puis, le cerf lui-même, surgit pour la seconde fois dans la clairière, il arrête sa course et vient également s'agenouiller aux pieds du ''saint prieur''.... Le plus profond silence s'établit...
Stupéfait par cette scène miraculeuse, Roger de Laron se prosterne à son tour devant le saint moine, et lui demande humblement comment il peut racheter ses fautes.
Geoffroy bénit le chevalier et lui dit:
- Messire! Dieu ne veut pas la mort du pécheur. Il vous prie simplement de nous aider de vos deniers à bâtir une chapelle consacrée à Marie, mère de Jésus. Et, pour votre pénitence, vous viendrez chaque année faire jeune et retraite durant trois jours en ce lieu...
Pour marquer à tout jamais ce lieu d'une protection divine, il frappa le sol et une fontaine se forma et coule toujours...
Les deux photos représentent le lieu des fermes du moyen âge, Saint Julien aux Bois ( Corrèze) 
 

 


Enragée par la construction de la chapelle qu'elle réprouvait, Dame Margot décide de faire un exemple dans la contrée.
Elle réunit ses hommes d'armes, et chevauchant à leur tête, elle exécute une opération punitive contre ses sujets. Elle saccage quelques hameaux des alentours et bat à mort ceux des manants qui tentent de résister.
Rentrée au château, ses proches terrifiés la félicitent de sa vaillance et de son courage... Pourtant, l'une de ses jeunes demoiselles de compagnie, lui reproche sa férocité.

 

Margot se met en colère ; outrée que ce soit sa favorite qui la morigène ainsi, elle se met fort en colère, bat sa jolie suivante et la jette dans le puits du château... ! Mais... Elle regrette aussitôt ce mouvement d'humeur. Comme elle aime beaucoup sa jeune suivante, elle veut la sauver et ordonne qu'on la tire de là. Hélas, on ne lui remonte qu'un cadavre.

Inconsolable, Dame Margot s'enferme trois jours durant dans son appartement de la tour magne, sans accepter de nourriture, ni ouvrir la porte à quiconque.
Dimanche arrive sans que la dame du seigneur de Laron ne réapparaisse ou donne signe de vie. Fort inquiet, son époux décide d'aller rejoindre sa femme par une voie détournée. Il se fait hisser jusqu'au sommet de la tour et, pénètre secrètement par les greniers, dans le refuge de son épouse.

 

Par une lucarne donnant sur sa chambre, Roger voit sa dame, toujours aussi belle, malgré sa douleur, se mirer dans une glace, la poitrine nue jusqu'à la taille. Mais il s'aperçoit avec horreur que son corps s’achève en forme de loup-garou...

 

Trahie, son terrible secret découvert, elle court se réfugier dans la forêt... Roger n'a qu'à la suivre ; Lui et la ''louve'' se dirigent vers l'endroit même où ils se sont rencontrés … A l'endroit, où se trouve à présent la chapelle de Dom Geoffroy.
Roger va traquer ''la bête'', jusqu'à sa mort...Étrangement, c'est le corps d'une femme, que l'on va retrouver entouré de la meute ; et c'est le corps de Dame Margot qui sera veillé dans cette chapelle... Nous retrouvons ainsi dans cette version de la mort de Dame Margot, les même éléments que la fin d'une histoire précédente

Bien sûr, on raconte aussi que depuis, âme damnée et inconsolable, Dame Margot erre autour de son ancien château, apparaissant parfois au voyageur attardé sous l'aspect d'une belle femme nue perchée sur les branches d'un arbre … La nuit, elle se transforme en loup-garou...

Je vous raconterai, plus tard, l'histoire de Robin, bossu et musicien, qui s'était endormi en plein bois près du château de Laron.. Et, qui a eu le privilège de confondre '' Dame Margot '' dans une autre nature, plus bienveillante …

A suivre …

Voir les commentaires

Le Diable dans la Légende Arthurienne, XIIe et XIIIe s. -2/2-

Publié le par Perceval

Le roman de Perceval laissé inachevé par Chrétien de Troyes a fait l'objet, entre la fin du XIIe et le premier quart du XIIIе siècle, de quatre continuations. La Continuation de Gerbert de Montreuil est la quatrième après la Continuation de Manessier.

Delacroix

L’œuvre d’origine picarde, est datée du premier tiers du XIIIe siècle. Elle se situe au moment ou Perceval arrivé au château du Roi Pêcheur a réussi à ressouder les morceaux de l'épée brisée en laissant cependant apparaître un petit défaut à la soudure. Alors que dans le récit de Manessier le Roi Pêcheur livre à ce moment à Perceval le secret du Graal, pour Gerbert de Montreuil, Perceval n'est pas encore digne d'entendre le secret et devra se lancer dans de nouvelles aventures avant de l'apprendre de la bouche du Roi Pêcheur. Entre autres aventures « felenesses et dures » : un mariage avec Blanchefleur, de chaleureuses retrouvailles avec Tristan, Gauvain, le vieux Roi Ermite qui veille sur le tombeau de sa mère et même avec Gornumant de Grohaut, son maître ès armes.

L'aventure du Chevalier au Dragon, assortie d'un sermon, porte un sens. L'auteur s'adresse aux chevaliers pour les décider à renoncer à leur vie de péché, car il n'est pas de faute irrémissible. L'épisode, tel un livre d'images, montre le diable redoutable, en apparence invincible, mais bientôt vaincu par le Chevalier du Christ. Il prouve que des plus mauvais chemins, il est possible de revenir.

Le Chevalier au Dragon assiège la Demoiselle de Montesclaire .. Ce méchant chevalier s'est donné au Diable, en échange de quoi il a reçu un écu à tête de dragon qui jette des flammes et brûle ceux qui osent l'affronter. Perceval n'hésite pas à tenter l'aventure. Son bouclier le protège du feu mortel et met le démon en fuite ; mais, sur l'invitation de son adversaire, il renonce bientôt à sa protection surnaturelle. Il finit quand même par triompher, de toutes les façons, puisqu'il obtient que le vaincu se confesse et meure en chrétien.

Lamia - John William Waterhouse

Dans les dernières continuations de Perceval, L'Estoire del Saint Graal, le diable endosse le corps de « la plus belle jamais vue », on nous parle de sa grâce, de son maintien, de son palefroi noir ( un signe ..) ; elle accouche de deux filles qui ne présentent aucun signe disgracieux... mais, elle connaît le passé, et manifestement si elle se rend à l'église pour y entendre la messe, elle en sort systématiquement avant l’élévation ( ce qui fait scandale …) ( le livre de Baudoyn, conte de Frandre) … La succube ne peut être démasquée que par un ermite, qui se signe et l'exorcise … Elle disparaît, et ses filles affirmeront ensuite leur caractère maléfique …

 

Dans la '' Queste del saint Graal'' ( récit chrétien qui appartient au cycle du Lancelot-Graal (1230) ) le diable est désigné par '' enemi''. La notion de diable est abstraite.

« Le diable tente Perceval sous la forme d'une femme. Ayant échoué une première fois il recourt au procédé de l'intimidation et oppose ses conseils à ceux de l'ermite. Le récit que la jeune fille fait de ses prétendus malheurs pour attendrir le jeune homme est, en fait, l'écho de ceux qui sont arrivés à Lucifer et aux anges révoltés. Le dénouement de l'épisode est soigneusement préparé. La damoisele fait apprêter un magnifique lit : tout, dans la description, vise à insister sur la surprise dont use le diable pour faire de Perceval sa victime. C'est la vue de l'épée et le signe de croix qui sauvent Perceval. Le fantastique accompagne la défaite du diable : « …et maintenant vit le paveillon verser, et une fumee et une nublece fut entor lui, si grant que il ne pooit veoir goute ; et il senti si grant puor de totes parz qu'il li fu avis que il fust en enfer. »

Arthur, Lancelot et Guenièvre ...

 

Ce qui va perdre Lancelot, ce n'est pas Satan, mais Guenièvre. La christianisme va faire de ''l'amour courtois'' la tentation suprême, que l'on n'ose pas ouvertement, sauf une fois, présenter comme un piège du malin... Les chevaliers vont périr parce qu'ils faillissent à leur vocation spirituelle... Ce qui perd le royaume arthurien, c'est l'imprudence des amants, la rancœur du roi, la guerre qui oppose à Lancelot tout le lignage de Gauvain... Point de sortilège, mais plutôt la notion antique de Destin. ( La Roue de Fortune …). Le XIIIe siècle lettré, va tenter de ne pas croire au Démon, mais au Destin... La Merveille appartient aux créatures de la mythologie qui habite encore les campagnes... Et le Diable, lui, va prendre de l'importance dans les exempla, les vies de saints, les miracles de la Vierge.

 

Au début du XIVe siècle, le Diable devient une figure ressentie comme une menace pour les chrétiens … '' L'Autre Monde '' est devenu suspect...

Les fées se dépouillent de leur lumière : et Morgane ( ou Morgue) deviendra lubrique, jalouse et méchante, et Viviane perfide …

L'oiseau ''faé '' d'Yonec ( un des lais de Marie de France, XIIe s) - lorsqu'il se transforme en beau chevalier - provoque chez la mal mariée un mouvement de doute et de recul, l'angoisse de la dame est vite dissipée, quand elle voit son futur amant recevoir le ''corpus Dei''. , la dame n'accepte l'amour du chevalier qu'à condition qu'il croie en Dieu : c'est pourquoi il récite son Credo et communie ensuite, après avoir revêtu l'apparence de sa future amie (qui se cache) pour que nul ne soupçonne sa venue.

Dans le lai de Désiré, Graelent et Mélion ; Désiré se repent d'avoir soupçonné son amie la fée d'être un être diabolique lorsqu'elle communie à ses côtés pour lui prouver son innocence. L'autre monde ne redevient maléfique, à l'occasion, que plus tard, au XIIIe siècle.

Sources: Le diable au Moyen Âge : Doctrine, problèmes moraux, représentations [en ligne]. Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 1979 (généré le 29 septembre 2017). Disponible sur Internet

Voir les commentaires

Le Diable dans la Légende Arthurienne, XIIe et XIIIe s. -1/2-

Publié le par Perceval

Le Diable dans la Légende Arthurienne, XIIe et XIIIe s. -1/2-

Nous sommes au XIIe et XIIIe siècle, et le diable n'est pas encore dotée d'une identité propre ; la figure du Diable recouvre le plus souvent d'anciennes divinités païennes combattues par le christianisme. Aujourd'hui, le Diable correspond à une expression ou réalité théologique... Au Moyen-âge, le diable est du niveau de l'humain il est présent dans le quotidien ; c'est une réalité que nous nommons aujourd’hui de ''folklorique'' ( sens étymologique)

Par exemple, le Diable peut prendre le masque chevalin … c'est l'épisode du cheval tout harnaché qui s'offre de lui-même. Il emporte ensuite à un rythme effréné le chevalier démuni, et tente de le noyer... Le diable trouve ses images dans la tradition populaire comme la ''Chasse infernale'' ( ou Mesnie Hellequin)...

Pour ce qui est du Merlin de Robert de Boron, les plans infernaux sont mis définitivement en échec : la vierge - de confession chrétienne - qui enfantera Merlin est trop sainte et trop sage pour que son fils hérite d'une nature mauvaise.

Conception de Merlin

La figure de Merlin permet de faire le lien entre le paganisme qui s'éteint et la foi chrétienne ; ensuite il ne sera plus question d'intervention diabolique ...

 

Chez Chrétien de Troyes, le diable n'intervient pas ( ou appartient au ''merveilleux'' )... L'accent est mis sur la liberté individuelle.( cf Abélard ou Hugues de Saint Victor) . Pour Saint-Anselme le Mal est un ''non-être'' ; il ne se définit que négativement. Après la chute ( effective ) d'Adam et Eve, il faut réparer l'offense à Dieu. Les anges déchus n'ont pas le plein pouvoir sur l'homme, pour se racheter il bénéficie de '' la grâce''

 

Le Diable n'est pas responsable du Mal dans la société car c'est toujours l'homme qui porte en lui une vulnérabilité et une faiblesse coupables.

Dans le Chevalier au Lion, Yvain doit affronter des ''netuns'' ( lutins ) pour libérer les captives du Château de Pesme Aventure, ces ''démons'' sont d'origine païenne ; ils ne participent du Diable qu'à demi, parce qu'ils sont les fils d'une mortelle et d'un incube.

Dans Perceval, quand Gauvain s'entretient avec Grinomalant de la ''male pucelle'' dont il dit qu'elle est ''plainne de deable''(v.8837) ; ''deable'' symbolise la perfidie.

The Temptation of Sir Percival by Arthur Hacker

Dans le Conte du Graal, ce n'est pas au terme d'une tentation que Perceval oublie Dieu, mais seulement parce qu'il s'est dispersé dans ces activités mondaines que sont les tournois et plus généralement la quête de la vaine gloire.

 

Dans les récits arthuriens, le diable n'est pas tout-puissant ; il reste généralement sous contrôle de héros : exemple : l'épisode de la ''Main Noire'', dont Perceval vient à bout à l'aide d'un simple signe de croix.

 

-'' La Main Noire ''-

Dans la Troisième continuation de Manessier, l'auteur revient sur la fameuse scène du repas chez le Roi Pêcheur : le Graal et la Lance repassent … Le Roi parle : la Lance est celle de Longin, le Graal a été rapporté par Joseph d'Arimathie …etc, et l'épée brisée était celle qui par un Coup Félon et Douloureux avait frappé Goon du Désert... Goon sera vengé quand l'Epée sera ressoudée et Perceval devra pour achever la guérison du Coup Douloureux, tuer Partinal sire de la Rouge Cour...

Perceval devra encore combattre '' La Main Noire'', pour ôter d'une chapelle ''souillée'' le corps d'une reine devenue nonne et décapitée par son propre fils... Exorciser l'autel, le corps et la chapelle ; et en particulier une fenêtre dans laquelle est lové le Diable …

Perceval combat cette mystérieuse Main Noire dans une tempête de feu, de foudre et d'éclairs ; le diable perd son lieu d'attache - avec l'aide de Dieu et du signe de croix …

En Irlande, Lug porte le le nom de '' à la main longue'' : il possède un long bras, ou une main avec lequel il accomplit des exploits ...

Voir les commentaires

Le Diable au Moyen-âge -2/2-

Publié le par Perceval

Bien évidemment, quand Satan se présente devant des mortels, il prend grand soin de masquer sa véritable identité, dissimulant autant que possible sa démoniaque nature ( pieds fourchus …) sous des vêtements.

 

Le Diable peut également, au gré de ses caprices, prendre l'apparence de divers animaux : chats, lèvres, corbeaux..

Le Malin connaît toutes les ruses du déguisement et du masque et quand il veut séduire, il emprunte ( dit-on) à la femme tous ses artifices. Ainsi paré, il tente fréquemment d'inciter au péché prêtres et moines, qui sont pour lui des proies de choix.

 

Au Moyen-âge, Satan, toujours à l'affût d'une âme à pervertir, apparaît dès qu'il entend son nom aussi prend-on garde à ne jamais le nommer véritablement. Pour éviter une visite indésirable, on le surnomme de diverses manières: Le Malin, l'Ennemi, le grand Bouc, le Cornu, le Vilain, etc..

Le Diable aime à transgresser les règles établies et courir les fêtes. Parfois, quand les réjouissances se terminent après minuit, Satan s'invite et, sous la forme d'un bel homme, il charme les jeunes filles. Fort heureusement, les hommes, qui se méfient inévitablement d'un étranger aussi séduisant, remarquent vite ses pieds fourchus et préviennent ces demoiselles. Sitôt démasqué, Satan disparait dans un nuage de fumée, laissant derrière lui une odeur de souffre ou, s'il refuse de partir, il peut se faire exorciser.

 

Les personnes qui aiment les plaisirs faciles et y cèdent sans vergogne ont également ses faveurs car leurs âmes se trouvent tout naturellement propices à écouter ses paroles doucereuses. Au XIIIe siècle, Ranulphe de la Houblonnière dresse la liste des péchés réputés attirer le démon: l'orgueil, la colère, l'envie, l'avarice, la luxure et la gourmandise.

 

A la demande de ses sujets, Satan peut les transformer en loups-garous, déchaîner des orages, exciter des tempêtes ou faire tomber la grêle et la foudre. Il est également capable de causer un sommeil profond, plonger en extase, révéler des événements lointains ou à venir, rendre un homme invulnérable, lui donner la capacité de se rendre invisible, le transporter dans les airs, faire disparaître des objets, soit en condensant d'épaisses vapeurs, soit en les enlevant subtilement, rendre malade, tantôt en altérant l'organisme, tantôt en transportant des miasmes contagieux, et même guérir, ce qu'il fait très rarement, le bien n'étant pas son fort, sauf pour parvenir à ses fins ...

 

Le moyen le plus courant pour empêcher Satan de pénétrer dans une maison est de placer une croix de paille sur la porte d'entrée.. Brûler des branches de genévrier au nouvel an est également supposé la protéger.

Pour obliger le Diable à quitter un corps qu'il possède, il existe diverses méthodes dont certaines ne nécessitent pas l'intervention de l’Église.

L'une d'entre elles consiste à rouer de coups le possédé ou à lui infliger divers sévices cruels afin d'inciter le démon à partir. Les amulettes peuvent également constituer de véritables moyens d'exorcisme, agissant d'elles-mêmes par la seule vertu de leur consécration ou des formules qui s'y trouvent inscrites....

 

Voir les commentaires

Le Diable au Moyen-âge -1/2-

Publié le par Perceval

Il est temps de s'interroger sur ce que peut représenter '' Le Diable '' au Moyen-âge … ?

Le temps des premiers chrétiens – celui du Salut triomphant - est loin...

A notre époque médiévale, la notion de ''Salut'' individuel, prend de l'importance, et hante l'esprit de chacun..

La représentation du Diable ( chez les chrétiens) a évolué; il n'est plus un simple ennemi 'extérieur', condamné à être vaincu par les propagation d'une foi militante, jusqu'au jour où il sera enfin écrasé pour l'éternité...etc

 

Au cours du Moyen-âge, nous sommes autant chrétiens que païens ; et les démons sont une communauté d'êtres puissants et menaçants... Ils ne se contentent plus de provoquer des sécheresses, de mauvaises récoltes ou des épidémies.. Ils en sont venus à représenter des désirs que chaque ''chrétien'' peut nourrir au fond de son cœur... Et parfois, l'humain peut se sentir victime de forces qu'il est totalement incapable de maîtriser, et cela même parmi les plus religieux …

Le Diable gagne en autonomie... Par exemple, les Templiers sont accusés d'adorer une idole. Il s'avère que ceci est faux mais que dans le contexte des interrogatoires et des procès, il est nécessaire qu'il y en ait une , en tant qu'incarnation de la puissance satanique.

Un vrai croyant, ne peut abriter en soi le Mal, il est logique de rechercher la source du Mal au dehors de soi, parmi des êtres qui occupent les limites de la communauté, ils deviennent alors des proies faciles pour la projection ( telle ( en fin du moyen-âge seulement): la sorcière …).

Le Diable, dont l'existence est une vérité indiscutée au Moyen-âge, n'attend plus les égarés dans les Enfers. Il parcourt la Terre en compagnie de sa cohorte de démons et intervient activement dans les affaires des hommes.

 

Pour représenter le Démon, on utilise les images des dieux païens en cours et toujours honorés dans les campagnes reculées … Ainsi l'image du dieu Pan, avec ses pattes et ses cornes de bouc, le dieu paysan ( paysan en latin, va donner païen ) va être diabolisé au point de devenir l'image même de Satan...

le diable du Pont Valentré de Cahors

Ainsi, le Diable est représenté comme une immonde créature aux pattes poilues, aux sabots fourchus et aux griffes acérées. Sa queue et ses oreilles sont pointues, son nez crochu, son crâne s'orne de deux petites cornes et quelquefois, il possède des ailes noires, vague souvenir de ses origines angéliques. Sa voix est rauque et sauvage et il est connu pour dégager une odeur pestilentielle.

 

Raoul Glaber, moine et chroniqueur dans les années 1000, rapporta l'avoir rencontré à trois reprises et il en donne une curieuse description: « Je vis paraitre devant moi un petit monstre hideux qui avait à peine figure humaine. Il me semblait avoir, autant que je pus m’en assurer, une taille médiocre, un cou grêle, une figure maigre, les yeux très-noirs, le front étroit et ridé, le nez plat, la bouche grande, les lèvres gonflées, le menton court et effilé, une barbe de bouc, les oreilles droites et pointues, les cheveux sales et raides, les dents d’un chien, l’occiput aigu, la poitrine protubérante, une bosse sur le dos, les fesses pendantes, les vêtements malpropres; enfin tout son corps paraissait d’une activité convulsive et précipitée. »

Voir les commentaires

Histoire et Légendes en Limousin : La démone Brundemor - 6/.-

Publié le par Perceval

De par chez nous, on ne nomme pas trop le Diable... On s'en sort en le nommant : L'Autre... ou le Chose. Les prêtres le nomment clairement comme le Maufait, le Mauvais, le Malin … Mais en ce temps là, il s'agit non pas du Diable, mais d'un démon...

Le démon ici nommé et qui s'en prend à Roger de Laron, se nomme Brundemor. Ce démon est bien connu, sa notoriété connue jusqu'en Normandie, a pris naissance en Espagne.

Voici comment :

Au Moyen-âge, parmi les histoires édifiantes, que l'on aime raconter par nos régions, il y a celle de saint Jean Guérin, un ermite, dont on conserve - au trésor de Montserrat - les reliques.

Le comte de Barcelone avait une fille d'une beauté si merveilleuse, qu'on ne pouvait la voir sans en devenir amoureux. Richilde était dans tout l'éclat de ses charmes, lorsqu’elle se trouva possédée par un démon, du nom de Brundemor.

La jeune fille annonce qu'à son âge elle doit jouir d'elle-même et que c'est duperie de mortifier ses sens et la luxure s'allume dans ses veines...

Les exorcistes ordinaires ne pouvant la libérer, son père la conduisit à un ermite, nommé Jean Guérin, et surnommé le ''saint homme de Montserrat'', qui avait déjà chassé plusieurs démons avec le plus grand bonheur... Et, c'est précisément ce que le diable avait calculé...

On amène Richilde à Jean, qui réussit en effet à chasser Brundemor du corps de la possédée. Mais le démon, en sortant avec un cri affreux, annonce qu'il reviendra bientôt et que la fin de l'aventure tournera mal pour certaines personnes...

Afin de mettre Richilde à l'abri du retour offensif de Brundemor, son père supplie Jean de la garder avec lui pendant une huitaine de jours. D'abord Jean refuse ; mais ensuite il se laisse fléchir et consent à recevoir la jeune fille dans sa grotte.

Après que la suite du comte se soit retirée, Jean est assailli par une tentation invincible, et, malgré les objurgations de celle qu'on lui a confiée, il fait violence à Richilde. 

Mais cette fureur bestiale ne dure qu'un instant, et dès que le crime est commis, le coupable, saisi de remords, court s'en confesser à un faux ermite dont le diable avait pris la figure et l'habit. Le perfide confesseur feint une extrême sévérité, exagère encore l'énormité de la faute, représente à son pénitent sous un aspect terrible les funestes conséquences qui en résulteront, tant pour Jean lui-même que pour tous les ermites; finalement, il lui conseille de tuer Richilde et d'enterrer le cadavre : de cette façon, toute preuve du forfait disparaîtra, et Jean pourra affirmer au comte Vifroy, sans crainte d'être démenti, qu'il lui a renvoyé sa fille guérie, mais que sans doute un malheur est arrivé à la voyageuse pendant qu'elle retournait chez elle. Jean suit ce conseil diabolique, tue Richilde et l'enterre au fond de sa grotte.

Mais bientôt de nouveaux remords le tourmentent. Il comprend trop tard qu'un tel confesseur ne pouvait être que le diable en personne. Il va trouver l'évêque et lui avoue son double crime. L'évêque lui impose pour pénitence de retourner au Montserrat, de renoncer à la parole, de marcher désormais à quatre pattes comme les bêtes et de se nourrir en broutant l'herbe, jusqu'à ce que Dieu lui fasse connaître par un signe que le pardon lui est accordé.

Pendant sept ans, Jean exécute rigoureusement les ordres de l'évêque. Après ce temps écoulé, il advient que le comte de Barcelone et son fils, venus au Montserrat pour chasser, rencontrent cet homme aux allures de bête, qu'ils prennent pour un animal étrange et d'une espèce inconnue. Ils s'emparent de lui, le chargent de liens, l'emmènent à Barcelone pour le montrer au roi Ferdinand et à sa cour.

Tandis que le roi et les courtisans considèrent cet homme-bête avec curiosité, voici que, tout à coup, un enfant en bas-âge appelle Jean Guérin par son nom, lui annonce, de la part de Dieu, que son grand péché lui a été remis et qu'il peut reprendre la forme humaine. Jean se redresse, tombe à genoux devant le comte ( le père de Richilde) , lui fait le récit véridique de tout ce qui s'est passé, et s'offre à subir en expiation les plus cruels supplices. Mais le comte, étonné de cette histoire prodigieuse, commande seulement à Jean de le conduire à l'endroit où a été enterrée sa fille.

Des ouvriers creusent le sol de la grotte, et ce qu'ils mettent à jour, ce n'est pas le squelette, c'est le corps vivant de la jeune fille. Richilde, miraculeusement revenue à la lumière, explique qu'au moment où frère Jean Guérin lui donnait la mort, elle a invoqué sainte Engrâce. C'est donc à la protection de cette sainte qu'elle doit d'être sortie vivante du tombeau ; et elle demande à son père et à son frère d'élever sur le lieu du miracle une église et un couvent, où elle se propose de passer dans une pieuse retraite le reste de ses jours.

Voici, donc, racontés - aux travers de cette légende populaire - les méfaits du démon Brundemor. Ce même démon qui s'en prend à présent à un seigneur limousin... !

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>