Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

maurras

Lancelot à Paris : 1920 – L'Action Française

Publié le par Régis Vétillard

La date d'incorporation du service militaire de Lancelot est fixé à Octobre 1920, pour une durée de deux ans...

Pendant l'absence de son fils, la Comtesse de Sallembier a été très efficace. Après quatre années de ''désert'', la mère de Lancelot a su renouer avec ses plus influentes relations.

En 1920, la poétesse Anna de Noailles entourée du physicien Albert Einstein et des mathématiciens Emile Borel et Paul Painlevé.

En particulier Paul Painlevé, mathématicien et ministre de la guerre (1917), et qui le redeviendra en 1925... Théoricien d'aéronautique, il avait appuyé les démarches de J.B. pour passer des ''dragons'' à l'aviation... Lui-même veuf depuis 1902, il semble s'appliquer à garder le contact avec Anne-Laure de Sallembier et s'empresse à prendre Lancelot sous sa protection. Le jeune homme d'ailleurs ne manque pas de lui exprimer son intérêt pour les mathématiques, et l'aéronautique...

Lancelot bénéficie, dans les ministères d'un besoin de jeunes gens dans les postes clé, et d'une ambiance ''après-guerre'' favorable à la détente... Aussi, Lancelot est affecté dans un service auxiliaire au Ministère des Armées, à Paris... Il s'engage à se présenter au concours de rédacteur dans le ministère et obtient l'habilitation de poursuivre des études. Après un examen exceptionnel qu'il réussit, Lancelot est admis en 1921 à suivre les cours de l'Université de droit.

Réunion au Ministère

La comtesse reprend pour une courte période sa vie à Paris ; jusqu'à ce que, finalement, elle rejoigne Fléchigné, après avoir engagé et formé une gouvernante pour s'occuper de l'appartement et des nécessités domestiques de son fils....

 

Lancelot, malgré les réserves exprimées par sa mère, rejoint La Fédération des étudiants d’Action française. Le mouvement gagne en notoriété, et s'affiche en opposition aux valeurs bourgeoises et conservatrices de la république, et en proposition d'une monarchie garante des valeurs chrétiennes et chevaleresques ...etc. L'Action Française est alors environnée de prestige – un prestige culturel et littéraire – c'est ''le parti de l'intelligence''. Il y a Maurras (1868-1952); mais sa mère a insisté pour qu'il rencontre d'abord Jacques Bainville (1879-1936)... L'historien est marié avec une normande de Marigny, où le couple passe l'été...

Charles Maurras dans son bureau

L'outrance qu'entretient la communication du mouvement, le slogan ''politique d'abord'' prenant le dessus sur ''catholique d'abord'' vont inciter, finalement, Lancelot à s'éloigner de cet engagement politique, au bénéfice d'une participation plus culturelle....

Comment ne pas être gêné par l'argument développé par Jacques Rivière,  le jeune directeur de La NRF, quand il il dénonce l’annexion de la religion par un mouvement politique que dirige un athée... !

Enfin, vers 1925, Louis Latzarus, proche de l'A.F. publie La France veut-elle un roi ?: Le retour du roi semble une chimère. Le duc d’Orléans, inconnu des Français, n’a rien de remarquable : « voilà trop longtemps que, sous sa casquette marine, le prétendant regarde fièrement un horizon vide»

Parmi les comportements de ses camarades de l'A.F. s'exerce un antimaçonnisme qui gène Lancelot... Dans sa famille, ses proches, nombreux ont partagé cet engagement, sans d'ailleurs que leurs convictions correspondent à ce que les détracteurs en disent... De plus, la maçonnerie anglaise, qui a pignon sur rue, a laissé sur le jeune homme, une impression positive. Nulle par ailleurs, en France, il n'a encore rencontré un accueil aussi favorable à son intérêt pour la chevalerie et la quête du Graal...

Jacques Bainville

 

Jacques Bainville est une personne avenante, chaleureuse, les cheveux plaqués et séparés par une raie, la moustache effilée, il parait jeune... Sa préoccupation, malgré la victoire, semble être la force de l’Allemagne... Il s'empresse – connaissant le goût de sa mère pour la culture allemande – de préciser à Lancelot, qu'il a fait de nombreux séjours dans ce pays. Il aime lire Heinrich Heine, mal aimé des autorités allemandes nationalistes, démocrate et partisan d'une monarchie constitutionnelle... Mais, il redoute que l'Allemagne retrouve toute sa puissance.

- Savez-vous, à votre âge j'étais fasciné par Louis II de Bavière, il m'a d'ailleurs fourni le sujet de mon premier livre...

La monarchie, oui... Mais, à l'étonnement du jeune homme, Bainville s'annonce sceptique sur le plan religieux, et se présente plutôt voltairien.

 

Le grand sujet de discussion parmi nos jeunes de l'Action Française, c'est le rapport entre Révolution française et Monarchie, Révolution française et République … '' L'anarchie démocratique et parlementaire, est fille de la Révolution''...

Bainville se distingue parce qu'il fait une analyse du passé, à partir du présent... Par exemple, dans l'hérésie albigeoise : « On y reconnaît ce qui apparaîtra dans le protestantisme : une manifestation de l'esprit révolutionnaire ». Pour Bainville, l'ordre nécessite le recours au roi ( ou homme providentiel), et au développement des « classes moyennes » … A l'extérieur l'Allemagne a reproduit de siècle en siècle la situation de 1914... L'Histoire : un éternel recommencement.... ?

 

Lancelot s'aperçoit qu'il est difficile de se faire une opinion tranchée sur la tragédie que vient de vivre l'Europe... Quand Anne-Laure de Sallembier, ou le père Degoué, nomment l'Europe, ils signifient la civilisation européenne ; sa mère parle même de ''guerre civile ''… Ils regrettent que le nationalisme, au lieu de développer et d'exprimer une identité de l'intérieur, s'exprime essentiellement par une opposition entre nations... Cette Guerre pourrait avoir avoir détruit l'idée même de communauté culturelle, exprimée par Romain Rolland...

1920 - Canonisation de Jeanne d'Arc

A la suite de cette réflexion, le père Degoué, dit s'être interrogé sur la position de Maurras, mais avait repris espoir avec un manifeste, en réponse à la critique de Romain Rolland, paru dans Le Figaro du 19 juillet 1919, intitulé ''Pour un parti de intelligence''... et qui affirme notamment : « Croyants, nous jugeons que l'Eglise est la seule puissance morale légitime et qu'il n'appartient qu'à elle de former les mœurs incroyants, mais préoccupés du sort de la civilisation, l'alliance catholique nous apparaît indispensable. » (…) Notre salut est d'ordre spirituel. A cette heure d'indicible confusion où l'avenir de la civilisation est en jeu, notre salut est d'ordre spirituel. » (…) « nous prétendons organiser la défense de l'intelligence française, c'est que nous avons en vue l'avenir spirituel de la civilisation tout entière. » (…)

A cette occasion Lancelot, entend parler de Jacques Maritain, signataire, du manifeste.

A suivre...

Voir les commentaires

Anne-Laure de Sallembier, légitimiste en 1920.

Publié le par Régis Vétillard

Sur ce que contient l'idée de monarchie orléaniste chez Anne-Laure de Sallembier, après la Grande Guerre, et qui va sans-doute motiver l'engagement de son fils Lancelot dans l'Action-Française, du moins pour un temps...

Pour Anne-Laure, la révolution française ayant détruit l'édifice ancien, il ne s'agit pas de revenir en arrière... Après les échecs de Louis XVIII et Charles X, explicables par une malheureuse nostalgie d'un ordre ancien et périmé ; le royalisme semblait être devenu une cause perdue...

De plus, l'affaire Dreyfus, semblait avoir perdu le ''Parti du Roi'', dans le marasme réactionnaire des anti-dreyfusards ; tandis que les républicains consolidaient le régime en place...

Révolution_Valmy-Vive-la-nation

 

La République conduit à la guerre...

L'Etat-nation est né de la révolution française, le nationalisme en est son exaltation. Le citoyen est subordonné « aux intérêts exclusifs de la nation, de l'Etat-nation, à sa force, à sa puissance, à sa grandeur. » ( Winock).

Les révolutionnaires de la première république de 1792, s'opposaient à l’Europe des dynasties ; et rêvaient d'exporter la révolution pour construire – disaient-il, l'Europe des nations …

La République française ( et même l'empire des deux napoléons) devient hégémonique : « Cette tradition, c'est celle qui fait de l'histoire de France celle de l 'humanité. » Michelet

La commune de Paris, jusqu’au-boutiste – lors de la guerre avec la Prusse - reproche au gouvernement « d'avoir failli à sa mission de défense nationale » ( Winock).

L'esprit de revanche sur l'Allemagne, va participer à fonder la IIIème République

 

Ce nationalisme républicain, est pour la comtesse de Sallembier, une des causes des guerres de 1870, puis de 1914...

Mais, elle va regretter le syncrétisme de Maurice Barrès qui va intégrer sa vision nationale de la Révolution, au monarchisme sectaire de Maurras... !

Beaucoup de monarchistes, et en particulier dans la noblesse ancienne, ne vont jamais adhérer aux idées de Maurras...

Pour Maurras, les intérêts de la personne sont subordonnés à la nation, y compris la monarchie et L’Église... Pour cette raison, les amis de la comtesse- qui ne reconnaissent pas la Nation - se disent ''légitimistes'' pour se désolidariser des monarchistes maurassiens.

La dynastie royale se voue au royaume, et ce sont ses devoirs qui la rende légitime. Elle se doit humble, et reçoit sa vocation de Dieu. L'Eglise se porte garante ; de fait, elle ne peut être nationale ( gallicane).

Anne-Laure, condamne le colonialisme, conséquence de l’universalisme républicain...

L'individualisme relève des idées que portent la république, et qu'elle souhaite universelles...

 

La comtesse de Sallembier n'aime pas le mot ''aristocratie'' qui se prête aux ''privilégiés'' du régime en place, et qui possède la richesse... Il y a bien sûr, aussi, une aristocratie de la République …

Elle préfère le mot de '' noblesse '' qui évoque le devoir et l'honneur... La noblesse s'acquiert par la famille, et le mérite....

 

Pour les légitimistes, la Grande-Guerre est une guerre civile.

L'Europe des peuples existe. Elle s'est construite au travers de grands faits culturels qui ont traversé cette entité : les pierres levées ; les grands textes fondateurs grecs, germains, celtes qui ont nourri tout l'espace carolingien ; les grandes légendes de la Table Ronde ou des Nibelungen, le monachisme chrétien, la révolution gothique, la Renaissance, etc...

Le XXe siècle, commence avec l'emprise de cette idée ''nationaliste', et l'effondrement de trois empires. Se préparent alors l'avènement de régimes nouveaux, et l'éminence d'une nouvelle guerre que Bainville prévoit...

Chaque personne s'inscrit dans une lignée, une langue, une religion. La Tradition porte cette identité avec ses coutumes, son histoire ; elle s'inscrit dans un temps et un espace particuliers. La Tradition définit un peuple. Chaque peuple est singulier, aucun n'est supérieur à un autre...

 

Pour tout dire, Anne-Laure de Sallembier, regrette l'engagement de son fils dans l'Action Française...

«Mieux qu’à restaurer la Monarchie, l’Action Française cherchait en fait à instaurer sa propre monarchie... » Colette Capitain, historienne - L’idéologie de l’Action Française.

Voir les commentaires