Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

mauriac

1939 – Elaine – Tchécoslovaquie -

Publié le par Régis Vétillard

Cette maladie qui la maintenait de plus en plus fiévreuse, et qu'elle tenait comme passagère à ses proches, sauf à Lancelot, finit par emporter Elaine, ce mardi 21 février 1939.

Gustav-Klimt-1915-TodLeben

Lancelot, dira t-il, a ressenti ce même vertige que le héros du roman de Drieu, Gilles, alors que Pauline se meurt, et qui se voit entraîner dans une apocalypse...

Sauf que, cet amour doit avoir un sens jusque dans la mort, et selon la volonté d'Elaine : sa mort se transfigure en ''sacrifice d'amour'', voie d’accès à la contemplation de Dieu, disait-elle.

Lancelot est sonné de nombreuses semaines ; et c'est le soutien et la patience de sa mère qui le maintiennent, à la surface du cours des choses … Cependant, l'incertitude des jours prochains rend insaisissable le début d'une solution pacifique ; et Lancelot vit dès à présent les prémices de la catastrophe.

 

L'accord Bonnet-Ribbentrop ( décembre 1938) défendu par Luchaire, est dénoncé par certains de ses anciens amis comme Brossolette ; de plus, ceux-ci dénoncent le rôle d'Abetz et le réseau d'espionnage nazi...

Luchaire ne croit pas qu'Hitler souhaite étendre l'Allemagne à l'ouest : - « L'Allemagne hitlérienne ne veut pas la guerre. Elle ne l'envisage même pas pour réaliser ses revendications coloniales. » ( Luchaire dans Notre Temps, n°1000, 05/02/1939.)

 

Notre ambassadeur à Moscou, puis à Berlin ( oct 1938), Robert Coulondre, prévient Paris de la volonté d'expansion à l'Est, du 3e Reich. Il prévoit l'anéantissement de la Tchécoslovaquie, et le futur partage de la Pologne entre l'URSS et l'Allemagne...

 

** Le 15 mars 1939, les allemands pénètrent en Tchécoslovaquie. A quand le tour de la Pologne ?

Le lendemain Coulondre écrit à son ministre de tutelle une analyse lucide de la méthode hitlérienne qui marie « cynisme et perfidie dans la conception, secret dans la préparation et brutalité dans l’exécution ».

* 17 mars, depuis Londres, Chamberlain se déclare profondément affecté par cette trahison.

L'ambassadeur soviétique Souritz propose à Bonnet de travailler sur une Conférence à Bucarest pour que la Pologne, la Roumanie, La France, l'Angleterre et la Yougoslavie se protègent et fasse bloc... Bonnet plaisante sur l'ardeur des russes qu'il faut contenir ; et leur volonté de bolcheviser l'Europe.

 

A la suite de l'invasion de la Tchécoslovaquie par l'armée allemande, les membres français du '' Comité France-Allemagne'' suspendent leurs activités.

Malgré cela, Otto Abetz s'emploie à réanimer le CFA, Drieu l'en décourage... Pour lui, si son pays a manifestement choisi la guerre, il se doit d'être français et discipliné.

La ''générosité'' d'Abetz qui dépense sans compter des fonds hitlériens, touche des personnalités haut placés. Nos services, souhaitant mettre fin aux manœuvres de ce nazi, ''ami des français'', convainquent Daladier d'expulser Abetz (30 juin 1939). Il reste cependant quelques-uns de ses ''amis français'' à surveiller comme Fernand de Brinon, Melchior de Polignac, ou Abel Bonnard...

Jean Luchaire proteste de cette interdiction de séjour dans ''Notre Temps''.

Le rôle de l'espion allemand Hans-Günther von Dincklage en France est officiellement repéré, et sa nouvelle maîtresse - la baronne Hélène Dessoffy - blessée d'avoir été manipulée, le quitte.

 

Lancelot se souvient d'une conversation avec Drieu la Rochelle, alors que son ouvrage ''Socialisme fasciste'' était publié, c'était en 1933 ou 34. Il décrivait une sorte de théocratie où fusionnaient spirituel et temporel... Devant la crainte exprimée d'une extrême violence qui n'était déjà plus imaginaire ; Drieu se montrait préoccupé par la pente guerrière engagée ; mais la jeunesse française se devait d'être plus sage, se « façonner à une tension plus saine et peut-être pus durable » disait-il ; il pensait au sport. Le fascisme à la française, ce serait la rénovation, en sauvegardant la paix.

Aujourd'hui, la situation s'est aggravée ; cette littérature - qui de Drieu jusqu'à Céline, se complaît à pointer le Mal et à s'en repaître - renvoie le trouble de Lancelot à ce qu'en disait Maritain alors qu'il conversait avec Mauriac : '' décrire le Mal, oui, mais sans connivence ''.

C'est également ce que soutient Anne-Laure, sa mère : dans les livres de Bernanos, et même ceux de Mauriac, on y sent présente, la Grâce. « Elle peut y être méprisée, en apparence refoulée », et pourtant tout nous y conduit... D'une force mystérieuse... Celle qui appartient aux saints, dirait Bernanos... Le Mal n'en est pas légitime pour autant.

Mauriac soutient être fidèle à ce qu'est l'homme, la Grâce sait se frayer un chemin dans une œuvre, comme dans une vie, trouble bien sûr...

« Vous vous croyez innocent ?» demanderait Mauriac... « Osez donc faire l'appel des êtres qui ont traversé profondément votre vie, évoquez les morts et les vivants ; cherchez votre trace dans chacune de ces destinées. N'avez-vous volé le bonheur de personne ? La foi, l'espérance, la pureté de personne ? » ( Journal I). Quel exercice difficile, se demande Lancelot ; alors qu'il ne peut plus rien ajouter à la destinée de sa rencontre avec Elaine..

 

Voir les commentaires

1936 – la Guerre d'Espagne.

Publié le par Régis Vétillard

Interview - Hitler - Titayna 1936

L’entretien de Titaÿna - ( cette jeune femme reporter croisée lors de cette même soirée durant laquelle Lancelot a rencontré Elaine...) - qu'elle eut avec Hitler, est paru le 26 janvier 1936 en première page de Paris-Soir-Dimanche dont la formule, bien qu’il fût en noir et blanc, s’inspirait des magazines. L’article décrit « ce conducteur d’hommes », au « visage plein d’intelligence ». Sans la moindre réserve la journaliste le laisse présenter l’image qu’il entend donner de sa politique européenne, une politique de dialogue et de bonne volonté.

Un mois plus tard, Bertrand de Jouvenel, récidive et présente Hitler d’une manière flatteuse, donnant de lui l’image d’un « homme simple [qui] s’est fixé des tâches gigantesques : changer la mentalité du peuple allemand [et] mettre fin à la vieille haine franco-allemande ». Un portrait propre à encourager les partisans en France d’un rapprochement avec le régime hitlérien.

Face à une Allemagne qui se remobilise ; le 11 juin 1936, Bertrand de Jouvenel, décrit une France de deux millions de grévistes, qui attend dans une ambiance joviale de « pique-nique prolongé ».

Luchaire constate que si la France est coupée en deux : blancs et rouges ; il s'agit de prendre « position, avant tout chose, contre les fameuses deux cent familles qui manient sans contrôle la quasi totalité de la fortune française ». Le Front Populaire même s'il n'est qu'un assemblage de « vieilleries » l'intéresse ; mais il rejette l'alliance avec les communistes.

 

Pierre Laval, qui de par sa politique de déflation a facilité la victoire du Front Populaire, entre résolument dans l'opposition, face à Blum, Chautemps et Daladier.

Le Pélerin

L'Eté 1936, est marqué par la Guerre d'Espagne.

Lorsque Simone Weil rencontre Lancelot, elle se le représente comme un acteur politique dans le ministère de Daladier à la Défense nationale et de la Guerre au sein du gouvernement Léon Blum... Elle doute que le Front Populaire puisse changer la condition ouvrière ; et se plaint de la politique coloniale. Juillet 1936, elle est scandalisée du soulèvement militaire contre la jeune république espagnole et son gouvernement de « Frente Popular ».

La politique de non-intervention en Espagne, par crainte d'un embrasement guerrier, aboutit à un accord signé par 26 pays dont la France, l'Allemagne, l'Italie...

Simone Weil souhaite aller sur place, partager, voir, en s'engageant auprès des républicains.

Guernica - Picasso

Pendant la nuit du 14 au 15 août, jour de l'Assomption, a lieu le massacre de Badajoz commis par les troupes franquistes avec la complicité ( si ce n'est même au nom) de l'Eglise !

Lancelot et Elaine se félicitent des nouvelles positions de François Mauriac envers la politique étrangère ; il avait protesté contre l'agression de Mussolini envers l'Ethiopie,et désapprouve à présent les nationalistes de Franco, dans le Figaro puis dans Sept.

Déjà, ils avaient lu et apprécié son succès de librairie '' Le nœud de vipères'' sorti en 1932 : il s'agit d'une prise de conscience d'un certain pharisaïsme bourgeois qui subordonne avant toute morale, avant l'Evangile même, la transmission et la valorisation du patrimoine...

Mauriac n'a pas été enthousiaste de la victoire du Front populaire, mais au nom de l’humanisme chrétien il accompagne Jacques Maritain, Henri Guillemin ou Stanislas Fumet. Il attend ( lui aussi...) l'homme providentiel. André Tardieu - qui proposait une véritable réforme de l'Etat - aurait pu l'être, pense t-il.

Simone Weil revient assez déçue de son expérience espagnole ; qu'elle ne regrette pas, parce qu'elle contribue à penser le réel : ainsi, son idée de la révolution qui évolue vers même son impossible réalisation.

- Bien sûr, on prend conscience que la guerre c'est tuer ; mais pire, c'est de se rendre compte que ceux qu'on tue ne sont que ''choses-à-tuer ''.

Voir les commentaires