Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

legende arthurienne

La littérature arthurienne au XIXe et XXe s. -2/3-

Publié le par Perceval

Amiens - La galerie des Rois «restaurée» par Viollet-le-Duc entre 1849 et 1861

Amiens - La galerie des Rois «restaurée» par Viollet-le-Duc entre 1849 et 1861

Edition de 1927 de Tristan et Iseult par Joseph Bedier

Joseph Bédier, à travers une édition du Roman de Tristan et Iseut destinée au grand public en 1900, fait timidement entrer l’héritage arthurien au sein de la littérature française… Ce fut le début d’un grand moment bédiériste de la traduction de l’ancien français… Aussi, sont proposés au grand public : la Légende de Guillaume d’Orange, et les Lais de Marie de France, transposés par aul Tuffrau.

Une nouvelle rédaction des Romans de la Table Ronde, par Jacques Boulenger qui a su conserver toute la saveur d’autrefois, avec des paragraphes plus courts, des phrases plus nerveuses, une allure plus vivante …

 

Albert Béguin propose une traduction de la Queste del Saint Graal, admirable de pudeur et de justesse, complétée dans le même esprit vingt ans plus tard par Yves Bonnefoy.

De très nombreux auteurs, de Péguy à Cocteau en passant par Aragon, Benoit ou Barrès ( Un jardin de l’Oronte) ont placé leurs écrits sous le signe du Moyen Âge, que ce soit d’un point de vue esthétique ou politique, marquant ainsi une nette rupture avec la méfiance, voire l’hostilité, qui caractérisait souvent les relations avec cette période depuis les Lumières ...

En 1918 paraissait: ''Très plaisante et recreative hystoire de Perceval le Galloys jadis chevallier de la Table Ronde lequel acheva les adventures de Sainct Graal, au temps du noble Roy Arthus '' publié par Guillaume Apollinaire (1880-1918). Tiré de la ''Tres plaisante et recreative hystoire de Perceval le Galloys (éd. De 1530) ''

La couverture reprend la gravure de Perceval à cheval de Galliot du Pré.

Signé par Guillaume Apollinaire, ce remaniement est en réalité du à Blaise Cendrars. C’est un habile montage des aventures de Perceval, à l’exclusion de tout ce qui concerne Gauvain, Caradoc et les autres personnages secondaires du texte original.

Élodie Bouédec - pour L'Enchanteur de Barjavel

René Barjavel a donné sa propre version romancée des amours de Viviane et Merlin dans son roman L’Enchanteur en 1984.

On y retrouve de nombreux personnages tels que le roi Arthur et son épouse Guenièvre, Lancelot du Lac, Galaad et Perceval…

 

Cocteau-chevaliers-

Livre Édition Gallimard – 1941

Jean Marais, en chevalier

Notre époque ne craint pas de faire subir au mythe du Graal une sorte d’ « inversion maligne », pour reprendre un terme cher à Michel Tournier. Ainsi, dans la pièce de Cocteau Les Chevaliers de la Table ronde, le Graal devient maléfique, c’est lui qui rend « gaste » le pays. Julien Gracq lui aussi inverse le sens du mythe, faisant couler dans le vase sacré le sang impur d’Amfortas. On pourrait citer aussi le cas d’Italo Calvino qui, dans Le Château des destins croisés, se sert des tarots comme d’une simple « machine narrative combinatoire » pour engendrer une fiction littéraire et où le mythe du Graal est utilisé pour ruiner l’ésotérisme de la légende.

Les chevaliers de la Table Ronde ( 1953 ) de Richard Thorpe 
La littérature arthurienne au XIXe et XXe s. -2/3-

Voir les commentaires

La littérature arthurienne au XIXe et XXe s. -1/3-

Publié le par Perceval

Quittons le XVIIIe siècle, pour retrouver la Légende Arthurienne ....
 
Walter Scott ( 1771-1832)

 

Ivanhoe - Sir-Walter-Scott et Arthur-Sullivan - Opera

Ce retour littéraire commence au XIXe s. avec George Ellis qui publie des versions modernes des romans de Merlin et la Morte d’Arthur (1811) . Au même moment, Walter Scott (1771-1832) , célèbre pour ses romans historiques, obtient un réel succès avec Ivanhoé paru en décembre 1819.

Lord Alfred Tennyson (1809-1892)

Alfred Tennyson ressuscite les légendes arthuriennes, après plusieurs siècles d’abandon littéraire, et remémore le personnage d’Arthur à l’imaginaire de l’époque victorienne.

Ce grand projet se réalise en 1832 avec La Dame de Shalott. D’autres poèmes suivent : Sir Lancelot et la reine Guenièvre, sa propre Morte d’Arthur , et Sir Galahad, première apparition en version imprimée en 1842. Enfin, son travail s’achève avec Idylles du roi, commencé en 1855, et publié en 1859. La reine Victoria, elle-même, est enthousiaste. On dit souvent que Tennyson s’est inspiré, pour sa vision d’Arthur, d’une image idéalisée du Prince consort Albert… En 1847, il a été décidé que la Queen Victoria’s Robing Room de Westminster serait décorée de fresques arthuriennes par William Dyce.

Royal_Robing_Room, Palace_of_Westminster

Suivant l’exemple de Tennyson, de nombreuses autres oeuvres inspirées par la légende arthurienne suivent.

Entre 1837 et 1849, Lady Charlotte Guest traduit et produit en sept éditions une traduction du Mabinogion de l’ancien gallois.

Lady Charlotte-Guest

1910

Le Mabinogion comprend quatre récits médiévaux, écrits en moyen gallois (gallois du XIIe siècle au XVIe siècle), qui font référence à la mythologie celtique de l'Antiquité.

Dans le Mabinogion,  au premier conte, Pwyll aperçoit sur la colline de sa résidence royale de Narberth, une cavalière inconnue....

 

Rhiannon: avatar d’une divinité celtique féminine

Lord Lytton compose une histoire presque burlesque d’Arthur et de ses chevaliers, explorateurs en Suisse, puis dans l’Arctique, appelé simplement Roi Arthur (en 1848).

William Morris écrit un poème romantique La défense de Guenièvre , et Algernon Charles Swinburne compose un poème Tristram de Lyonesse .

Matthew Arnold publie en 1852 :Tristram et Iseult.

Quand le 19ème siècle a pris fin, les légendes arthuriennes étaient partout, et elles avaient touché – de par son passé – le cœur de la nation anglaise…

Au cours de la première guerre mondiale, le poète anglais Wilfred Owen voit les chevaliers d’Arthur tomber autour de lui sur les champs de bataille du front occidental.

John William Waterhouse, The Lady of Shalott 1888

Les peintres préraphaélites, notamment Dante Gabriel Rossetti, Edward Burne-Jones, William Holman Hunt, John Everett Millais ou William Morris, réalisent à la fin du XIXe siècle des œuvres dont l’intensité, l’émotion et la grâce accompagnent admirablement les scènes intimes et épiques des romans de Chrétien de Troyes et de ses successeurs .

Voir les commentaires

Le XVIIIe siècle, et quelques lectures médiévales...

Publié le par Perceval

Je ne vais pas manquer, de regarder un peu plus près, certains de ces ouvrages lus au XVIIIe siècle, et en particulier par J.-L. De la Bermondie.

L'Amadis de Gaule, est un roman de chevalerie espagnol, publié en 1508 ( et en 1540 en français) . On ne connaît pas bien, l'origine et l'attribution de cette histoire.

Amadis est dit le le « Chevalier de la Verte Épée ». Il est le fils de Périon, roi fabuleux de France, et d'Élisène de Bretagne (c'est-à-dire d'Angleterre). Ses parents l'abandonnent à la naissance en le plaçant dans une barque avec une bague et une épée comme objets de reconnaissance. Les flots poussent la nacelle jusqu'en Angleterre. Le bébé est recueilli par le chevalier Gandales, qui l'appelle le Damoysel de la Mer, l'amène en Écosse et l'élève avec amour. L'enfant est en butte aux méfaits du sorcier Arcalaus, mais la magicienne Urgande veille sur lui.

A la cour du Roi d'Ecosse, il fait la connaissance de la princesse Oriane, fille de Lisvart : les deux gens tombent instantanément amoureux l'un de l'autre et se jurent une fidélité éternelle. Amadis est armé chevalier et part aussitôt à l'aventure.

Amadís_de_Gaula_(Zaragoza)

Amadis est le type de l'amant constant et respectueux aussi bien que du chevalier errant. Accompagné de son frère Galaor et protégé par l'enchanteur Alquif et la fée Urgande, il doit affronter des épreuves innombrables afin de conquérir la belle Oriane.

Ce texte est l'un des plus populaires roman de chevalerie, en Espagne... Il fut l'un des romans favoris de Charles-Quint, et d' Ignace de Loyola...


 

« Si elles n’avaient jamais vu de chevaliers, elles en entendaient parler à leurs nourrices, et ce sujet intarissable de conversation n’était pas celui qui leur plaisait le moins. Souvent même elles le provoquaient par leurs questions. De tout temps les nourrices ont aimé à raconter. Élise et Marie avaient l’esprit très orné d’histoires de chevalerie, seule littérature qu’on connût de leurs jours, et elles ne se faisaient pas presser pour en amuser leurs élèves, à défaut d’autres plaisirs. Les chevaliers de la Table Ronde avaient tour à tour fait la conquête des belles captives. La douce Aloyse se passionnait pour Amadis ; la vive Berthe pour Galaor. Lancelot était si brave, Tristan si tendre, Esplandian si beau, qu’on s’intéressait vivement à leur sort ; mais à présent, ils avaient tous cédé le pas au chevalier de la romance. » Extrait des '' Châteaux suisses '' d'Isabelle, baronne de Montolieu (1751-1832 ) auteure de romans de chevalerie

Les romans de la Table Ronde sont bien toujours lus... D'ailleurs … Au XVIIIe siècle, on découvre une œuvre médiévale : ''Aucassin et Nicolette'' - roman d'amour et de chevalerie provençal-picard – qui semble être de la fin du XII e siècle.

Cette œuvre a été imitée dés la fin du XIII e siècle et a inspiré des compositions dramatiques du XVIII e … C'est Jean Baptiste de Lacurne de Saint-Palaye (1697-1781), qui l'exhume, ainsi que bien d'autres manuscrits, des poussières où il gisait depuis quatre siècles. Il en propose deux traductions, encore qu'incomplètes, en 1752 et 1756.

Le petit livre a dû connaître un certain succès puisque Sedaine l'adapte pour le théâtre et André-Ernest-Modeste Grétry (1741 -1813 ) compose la musique ; la pièce est présentée à la cour en 1779 . C'est probablement cette année-là que Marie-Antoinette en chante des extraits avec Élisabeth Vigée-Lebrun Duette...

Lacurne de Sainte-Palaye écrit Ses Mémoires sur l'ancienne chevalerie, ce qui lui ouvrent les portes de l’Académie française en 1758.

 

L’Histoire du Chevalier du Soleil (1749) ou - '' L'Admirable Histoire du chevalier du Soleil ou sont racontées les immortelles proüesses de cest invincible Guerrier, & de son frère, Rosiclair, enfans du grand Empereur de Constantinople. Avec les exploicts genereux, & les adventures Amoureuses de la belle & vaillante Princesse Glaridiane, & autres grands Seigneurs. ''- est la version française de ce roman de chevalerie espagnol composé par Diego Ortunez de Calahorra en 1562 et qui fut augmenté d'interminables suites...

Antoine-René de Voyer de Paulmy

Le Marquis de Paulmy, bibliophile et médiéviste de l'époque, affirme que le cycle des Amadis est une suite du chevalier du soleil...

Antoine-René de Voyer d’Argenson, marquis de Paulmy (1722-1787), est bibliophile – avec une collection qui, en 1785, comprenait 52 000 volumes - et franc-maçon... Il se passionne pour la littérature médiévale. La fille unique du marquis de Paulmy épouse en 1771 le duc de Luxembourg, qui va devenir la même année administrateur du Grand Orient.

Quand J. L. de La Bermondie rencontre le Marquis de Paulmy ( ils sont du même atelier maçonnique ; l'Etoile Polaire ), le Marquis de Paulmy s'est retiré de la vie publique. Il n'a accepté l'office de chancelier de la Reine Marie-Antoinette en mai 1764, que pour des raisons financières ( traitement annuel de 7000 livres ..). On le dit avoir un esprit assez acerbe, caustique, ayant peu d'amis et aigri par se mauvaise santé. Pourtant, on peut le trouvé assez enjoué, quand il fréquente le salon de Madame Du Deffand dont il est l'un des familiers ; ou quand un lui parle de romans médiévaux, tel Perceval le Gallois...

Antoine René se lancera dans une entreprise commerciale la '' Bibliothèque Universelle des Romans'' qui veut répondre à l'engouement du public pour les fictions ; mais cette publication n'en souffre pas moins dans un certain milieu d'un préjugé défavorable de légèreté et de facilité... Aussi, le marquis de Paulmy se doit de trouver un prête-nom qui sera Bastide, La B.U.R. paraîtra chez Lacombe ( libraire du Mercure de France, ami de Voltaire...) )

Outre un appareil critique très intéressant (introductions, commentaire et analyses), la bibliothèque s'organise dans chaque volume selon un plan établi définissant les différents types de romans, en 8 classes : Traduction des romans grecs et latins, les romans de chevalerie, le roman historique, romans d'amour, romans de spiritualités, romans satiriques et comiques, Nouvelles historiques et contes, romans merveilleux. Le premier volume réunit l'âne d'or d'Appulée, Le roman de Merlin, Le triomphe des neuf preux, l'Astrée, Les aventures étranges de Lycidas et de Cléorithe de Basire, Le Satyricon, Le roman de Mélusine de Jean d'Arras, Le Dauphin par d'Aulnoy, La bonne femme par Mademoiselle de la Force... On y trouve donc des romans rares et les plus connus comme Don Quichotte.

Par la suite : Le prince Erastus, les contes de Perraut, Perceval le Gallois, la Cyropédie, Histoire de Zarine par Nicolas de Damas, Perceforest, roi de Grande-Bretagne, Romans de M. Camus, L'Utopie de More, Théagène et Chariclée, Histoire du chevalier Tristan, Argénis et Polliarque, Histoire de Jean Fauste, et nombre de contes et nouvelles historiques oubliés... On notera que les romans médiévaux sont bien représentés. Il ne se trouve que des extraits des longs romans, la bibliothèque universelle les intégrant dans la collection dont la vocation est d'être encyclopédique sur son sujet, elle tend donc chronologiquement à intégrer tous les romans écrits depuis l'origine jusqu'à l'époque contemporaine.

Cependant J. L. de La Bermondie, après lecture de cette publication, reprochera au Marquis de Paulmy de censurer les passages qui accentueraient trop ce que l'on nomme '' la merveille '' et de faire disparaître ce que l'époque nomme '' toute superstition rattachée au merveilleux médiéval'', certes au profit de la dimension courtoise, mais au détriment du mystère, et conformément à ce que nous dit la raison et la philosophie ..

Armes de Gauvain - Pentangle


Je reviens au '' Chevalier du Soleil '' qui pour les amateurs de La Légende Arthurienne, n'est autre que le Chevalier Gauvain

Petit-fils d’Uther, fils du roi Loth d’Orcanie, sa mère – Morgause - est la demi-sœur d’Arthur. Neveu d'Arthur, il lui restera fidèle … jusqu'à s'opposer à son ami, Lancelot...

Sa force croit et décroît avec le soleil comme le souligne Chrétien de Troyes :  «  le seigneur des chevaliers mérite bien d’être appelé soleil et c’est monseigneur Gauvain que j’appelle ainsi. Il illumine la chevalerie tout comme le soleil qui dispense ses premiers rayons du matin… ».

Le matin Gauvain a la force d’un homme, et plus le soleil monte dans le ciel, et plus il devient fort, jusqu’à ce que le soleil atteigne son zénith, puis sa force diminue jusqu’au soir où il redevient normal. Il est l'un des chevaliers le plus redouté de La Table Ronde … Galant et séduisant, Gauvain est paré de toutes les vertus de courtoises.

L'Aurora Consurgens de Thomas d'Equin

 Il tombe amoureux de la suivante de la Fée Laudine, Luned, qui montre un étrange savoir et une indépendance troublante. Luned séduit Gauvain par sa valeur et sa beauté, et le « Soleil de la chevalerie » s’unit à celle dont le nom célèbre l’astre de la nuit.

 Les travaux débutent lorsqu’il est minuit pour les profanes, alors que le soleil est au zénith pour les Chevaliers....

Dans la Franc-Maçonnerie du XVIIIe siècle, on retrouve au 18e degré, le grade de Chevalier du Soleil... Le Rite Ecossais Ancien et Accepté l'assimile en 1786, pour en faire le 28° degré du système ; considérant le Chevalier du Soleil comme suprême degré de philosophie du Rite, non pas comme une invention moderne, mais comme la survivance de degré supérieur des initiations anciennes.

Voir les commentaires

Le Diable dans la Légende Arthurienne, XIIe et XIIIe s. -2/2-

Publié le par Perceval

Le roman de Perceval laissé inachevé par Chrétien de Troyes a fait l'objet, entre la fin du XIIe et le premier quart du XIIIе siècle, de quatre continuations. La Continuation de Gerbert de Montreuil est la quatrième après la Continuation de Manessier.

Delacroix

L’œuvre d’origine picarde, est datée du premier tiers du XIIIe siècle. Elle se situe au moment ou Perceval arrivé au château du Roi Pêcheur a réussi à ressouder les morceaux de l'épée brisée en laissant cependant apparaître un petit défaut à la soudure. Alors que dans le récit de Manessier le Roi Pêcheur livre à ce moment à Perceval le secret du Graal, pour Gerbert de Montreuil, Perceval n'est pas encore digne d'entendre le secret et devra se lancer dans de nouvelles aventures avant de l'apprendre de la bouche du Roi Pêcheur. Entre autres aventures « felenesses et dures » : un mariage avec Blanchefleur, de chaleureuses retrouvailles avec Tristan, Gauvain, le vieux Roi Ermite qui veille sur le tombeau de sa mère et même avec Gornumant de Grohaut, son maître ès armes.

L'aventure du Chevalier au Dragon, assortie d'un sermon, porte un sens. L'auteur s'adresse aux chevaliers pour les décider à renoncer à leur vie de péché, car il n'est pas de faute irrémissible. L'épisode, tel un livre d'images, montre le diable redoutable, en apparence invincible, mais bientôt vaincu par le Chevalier du Christ. Il prouve que des plus mauvais chemins, il est possible de revenir.

Le Chevalier au Dragon assiège la Demoiselle de Montesclaire .. Ce méchant chevalier s'est donné au Diable, en échange de quoi il a reçu un écu à tête de dragon qui jette des flammes et brûle ceux qui osent l'affronter. Perceval n'hésite pas à tenter l'aventure. Son bouclier le protège du feu mortel et met le démon en fuite ; mais, sur l'invitation de son adversaire, il renonce bientôt à sa protection surnaturelle. Il finit quand même par triompher, de toutes les façons, puisqu'il obtient que le vaincu se confesse et meure en chrétien.

Lamia - John William Waterhouse

Dans les dernières continuations de Perceval, L'Estoire del Saint Graal, le diable endosse le corps de « la plus belle jamais vue », on nous parle de sa grâce, de son maintien, de son palefroi noir ( un signe ..) ; elle accouche de deux filles qui ne présentent aucun signe disgracieux... mais, elle connaît le passé, et manifestement si elle se rend à l'église pour y entendre la messe, elle en sort systématiquement avant l’élévation ( ce qui fait scandale …) ( le livre de Baudoyn, conte de Frandre) … La succube ne peut être démasquée que par un ermite, qui se signe et l'exorcise … Elle disparaît, et ses filles affirmeront ensuite leur caractère maléfique …

 

Dans la '' Queste del saint Graal'' ( récit chrétien qui appartient au cycle du Lancelot-Graal (1230) ) le diable est désigné par '' enemi''. La notion de diable est abstraite.

« Le diable tente Perceval sous la forme d'une femme. Ayant échoué une première fois il recourt au procédé de l'intimidation et oppose ses conseils à ceux de l'ermite. Le récit que la jeune fille fait de ses prétendus malheurs pour attendrir le jeune homme est, en fait, l'écho de ceux qui sont arrivés à Lucifer et aux anges révoltés. Le dénouement de l'épisode est soigneusement préparé. La damoisele fait apprêter un magnifique lit : tout, dans la description, vise à insister sur la surprise dont use le diable pour faire de Perceval sa victime. C'est la vue de l'épée et le signe de croix qui sauvent Perceval. Le fantastique accompagne la défaite du diable : « …et maintenant vit le paveillon verser, et une fumee et une nublece fut entor lui, si grant que il ne pooit veoir goute ; et il senti si grant puor de totes parz qu'il li fu avis que il fust en enfer. »

Arthur, Lancelot et Guenièvre ...

 

Ce qui va perdre Lancelot, ce n'est pas Satan, mais Guenièvre. La christianisme va faire de ''l'amour courtois'' la tentation suprême, que l'on n'ose pas ouvertement, sauf une fois, présenter comme un piège du malin... Les chevaliers vont périr parce qu'ils faillissent à leur vocation spirituelle... Ce qui perd le royaume arthurien, c'est l'imprudence des amants, la rancœur du roi, la guerre qui oppose à Lancelot tout le lignage de Gauvain... Point de sortilège, mais plutôt la notion antique de Destin. ( La Roue de Fortune …). Le XIIIe siècle lettré, va tenter de ne pas croire au Démon, mais au Destin... La Merveille appartient aux créatures de la mythologie qui habite encore les campagnes... Et le Diable, lui, va prendre de l'importance dans les exempla, les vies de saints, les miracles de la Vierge.

 

Au début du XIVe siècle, le Diable devient une figure ressentie comme une menace pour les chrétiens … '' L'Autre Monde '' est devenu suspect...

Les fées se dépouillent de leur lumière : et Morgane ( ou Morgue) deviendra lubrique, jalouse et méchante, et Viviane perfide …

L'oiseau ''faé '' d'Yonec ( un des lais de Marie de France, XIIe s) - lorsqu'il se transforme en beau chevalier - provoque chez la mal mariée un mouvement de doute et de recul, l'angoisse de la dame est vite dissipée, quand elle voit son futur amant recevoir le ''corpus Dei''. , la dame n'accepte l'amour du chevalier qu'à condition qu'il croie en Dieu : c'est pourquoi il récite son Credo et communie ensuite, après avoir revêtu l'apparence de sa future amie (qui se cache) pour que nul ne soupçonne sa venue.

Dans le lai de Désiré, Graelent et Mélion ; Désiré se repent d'avoir soupçonné son amie la fée d'être un être diabolique lorsqu'elle communie à ses côtés pour lui prouver son innocence. L'autre monde ne redevient maléfique, à l'occasion, que plus tard, au XIIIe siècle.

Sources: Le diable au Moyen Âge : Doctrine, problèmes moraux, représentations [en ligne]. Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 1979 (généré le 29 septembre 2017). Disponible sur Internet

Voir les commentaires

Le Diable dans la Légende Arthurienne, XIIe et XIIIe s. -1/2-

Publié le par Perceval

Le Diable dans la Légende Arthurienne, XIIe et XIIIe s. -1/2-

Nous sommes au XIIe et XIIIe siècle, et le diable n'est pas encore dotée d'une identité propre ; la figure du Diable recouvre le plus souvent d'anciennes divinités païennes combattues par le christianisme. Aujourd'hui, le Diable correspond à une expression ou réalité théologique... Au Moyen-âge, le diable est du niveau de l'humain il est présent dans le quotidien ; c'est une réalité que nous nommons aujourd’hui de ''folklorique'' ( sens étymologique)

Par exemple, le Diable peut prendre le masque chevalin … c'est l'épisode du cheval tout harnaché qui s'offre de lui-même. Il emporte ensuite à un rythme effréné le chevalier démuni, et tente de le noyer... Le diable trouve ses images dans la tradition populaire comme la ''Chasse infernale'' ( ou Mesnie Hellequin)...

Pour ce qui est du Merlin de Robert de Boron, les plans infernaux sont mis définitivement en échec : la vierge - de confession chrétienne - qui enfantera Merlin est trop sainte et trop sage pour que son fils hérite d'une nature mauvaise.

Conception de Merlin

La figure de Merlin permet de faire le lien entre le paganisme qui s'éteint et la foi chrétienne ; ensuite il ne sera plus question d'intervention diabolique ...

 

Chez Chrétien de Troyes, le diable n'intervient pas ( ou appartient au ''merveilleux'' )... L'accent est mis sur la liberté individuelle.( cf Abélard ou Hugues de Saint Victor) . Pour Saint-Anselme le Mal est un ''non-être'' ; il ne se définit que négativement. Après la chute ( effective ) d'Adam et Eve, il faut réparer l'offense à Dieu. Les anges déchus n'ont pas le plein pouvoir sur l'homme, pour se racheter il bénéficie de '' la grâce''

 

Le Diable n'est pas responsable du Mal dans la société car c'est toujours l'homme qui porte en lui une vulnérabilité et une faiblesse coupables.

Dans le Chevalier au Lion, Yvain doit affronter des ''netuns'' ( lutins ) pour libérer les captives du Château de Pesme Aventure, ces ''démons'' sont d'origine païenne ; ils ne participent du Diable qu'à demi, parce qu'ils sont les fils d'une mortelle et d'un incube.

Dans Perceval, quand Gauvain s'entretient avec Grinomalant de la ''male pucelle'' dont il dit qu'elle est ''plainne de deable''(v.8837) ; ''deable'' symbolise la perfidie.

The Temptation of Sir Percival by Arthur Hacker

Dans le Conte du Graal, ce n'est pas au terme d'une tentation que Perceval oublie Dieu, mais seulement parce qu'il s'est dispersé dans ces activités mondaines que sont les tournois et plus généralement la quête de la vaine gloire.

 

Dans les récits arthuriens, le diable n'est pas tout-puissant ; il reste généralement sous contrôle de héros : exemple : l'épisode de la ''Main Noire'', dont Perceval vient à bout à l'aide d'un simple signe de croix.

 

-'' La Main Noire ''-

Dans la Troisième continuation de Manessier, l'auteur revient sur la fameuse scène du repas chez le Roi Pêcheur : le Graal et la Lance repassent … Le Roi parle : la Lance est celle de Longin, le Graal a été rapporté par Joseph d'Arimathie …etc, et l'épée brisée était celle qui par un Coup Félon et Douloureux avait frappé Goon du Désert... Goon sera vengé quand l'Epée sera ressoudée et Perceval devra pour achever la guérison du Coup Douloureux, tuer Partinal sire de la Rouge Cour...

Perceval devra encore combattre '' La Main Noire'', pour ôter d'une chapelle ''souillée'' le corps d'une reine devenue nonne et décapitée par son propre fils... Exorciser l'autel, le corps et la chapelle ; et en particulier une fenêtre dans laquelle est lové le Diable …

Perceval combat cette mystérieuse Main Noire dans une tempête de feu, de foudre et d'éclairs ; le diable perd son lieu d'attache - avec l'aide de Dieu et du signe de croix …

En Irlande, Lug porte le le nom de '' à la main longue'' : il possède un long bras, ou une main avec lequel il accomplit des exploits ...

Voir les commentaires

LA FONTAINE MAGIQUE DE BARENTON, OU, LAUDINE ET YVAIN.

Publié le par Perceval

Dans son roman Le Chevalier au Lion, Chrétien de Troyes met en scène une fontaine sans nom, que les critiques et les historiens s’accordent pour identifier à la fontaine de Barenton dépeinte dans le Roman de Rou de Wace. Chrétien utilise la magie de la fontaine qui déclenche la pluie lorsque l’on verse de son eau sur le perron.

L’histoire d’Yvain, le héros du Chevalier au Lion, est ici sommairement racontée à travers le rôle que joue la fontaine.

Cette fontaine maléfique se trouve en forêt de Brocéliande, domaine dont la châtelaine est Laudine et dont Lunete est la fidèle suivante et la conseillère. Son mari, Esclados le Roux est un terrible chevalier qui surgit dès que quelqu’un verse l’eau qui met en péril la forêt et ses habitants.

Le roi Arthur réunit sa cour pour des festivités à Carduel, au pays de Galles. Calogrenant, un des  chevaliers, fait le récit d’un revers qui lui est arrivé six ans auparavant à une fontaine dans la forêt de Brocéliande. Armé de pied en cap, il part chercher l’aventure :

Je trouvai un chemin à ma droite
au milieu d’une forêt épaisse.
C’était une voie très pénible,
pleine de ronces et d’épines.
Non sans douleur, ni sans peine,
je suivis ce chemin et ce sentier.
Pendant presque toute la journée
je chevauchais de la sorte ;
puis je finis par sortir de la forêt :
c’était en Brocéliande. 

Vers 180-189 — Chrétien de Troyes (1176-1181).

La Fontaine de Barenton en Brocéliande

Au détour d’un chemin, un rustre indique à Calogrenant une fontaine dont il ne reviendra pas sans quelque difficulté ni avant de lui avoir payé son tribut. (v. 371) Le rustre décrit à sa manière la fontaine qui bout, plus froide que du marbre, l’ombrage de l’arbre auquel est attaché un bassin de fer, le perron sans pareil, la chapelle, petite mais très belle. Si tu veux prendre de l’eau dans le bassin et la répandre sur le perron (v. 393-394), dit-il : tu verras alors se déchaîner une telle tempête (v. 395) que les arbres de la forêt seront mis en pièces et que toutes les bêtes, y compris les oiseaux, la quitteront. Enfin, il met en garde Calogrenant d’arriver à sortir vivant d’une telle épreuve, chance qu’aucun chevalier qui y soit allé, n’a connue.

Suivant le chemin indiqué par le rustre, Calogrenant découvre le pin, le plus beau de la terre, un perron d’émeraude, un bassin d’or… La vision qu’il en a est donc bien différente de celle du rustre. Ses yeux de chevalier ne voient pas un lieu d’épouvante, mais un lieu enchanteur qui l’émerveille :

Je vis pendu à l’arbre le bassin,
de l’or le plus fin qui ait jamais encore
été mis en vente sur quelque foire que ce soit.
Croyez-moi la fontaine 
bouillait comme de l’eau chaude.
Le perron était fait d’une seule émeraude
percée comme un tonneau,
et dessous il y avait quatre rubis,
plus flamboyants et plus vermeils
que le soleil au matin 
quand il paraît à l’orient.
Je vous assure que jamais, sciemment,
je ne vous mentirai d’un seul mot.


J’eus alors envie de voir la merveille
de la tempête et de l’orage,
ce dont je ne me tiens guère pour sage,
car je me serais bien volontiers repris,
si je l’avais pu, aussitôt que
j’eus arrosé la pierre creuse
avec l’eau du bassin.
Sans doute en versai-je trop, je le crains,
car alors je vis le ciel si perturbé
Que, de plus de quatorze points,
les éclairs me frappaient les yeux ;
et les nuages jetaient, pêle-mêle,
de la neige, de la pluie et de la grêle.
Il faisait un temps si mauvais et si violent
que je croyais bien que j’allais mourir
à cause de la foudre qui tombait autour de moi
et des arbres qui se brisaient. 

Vers 417-446 — Chrétien de Troyes (1176-1181).

Yvain à la fontaine de Barenton ( Tableau de l’église de Tréhorenteuc)

Brusquement tout s’arrête : c’est le calme absolu, laissant place au chant des d’oiseaux rassemblés sur le pin. Puis, dans un fracas de galop, surgit un chevalier en armure, Esclados le Roux, le seigneur du lieu qui fonce sur lui et le met en garde :

car vous m’avez chassé de ma maison
avec la foudre et la pluie.
[…] 
car vous m’avez livré un tel assaut
dans mon bois et dans mon château,
que rien n’eût pu me venir en aide,
hommes, armes, ou remparts.
Personne n’a été ici en sécurité,
dans quelque forteresse qui ait pu y exister,
qu’elle fût de pierre dure ou de bois.

Vers 502 et 506-512

Le combat engagé est violent et bref, laissant Calogrenant aplati au sol, humilié et vaincu. Esclados laisse cependant le chevalier s’en retourner à pied, couvert de honte.

Yvain, un des chevaliers d’Arthur est le cousin de Calogrenant. Le récit terminé, il ne peut laisser cette humiliation impunie et décide de se rendre à la fontaine, seul, à l’insu de tous, pour se venger de l’affront. Parvenu à la fontaine, comme Calogrenant, il asperge le perron afin de provoquer Esclados le Roux. Un terrible et très long combat a lieu entre les deux hommes. A la fin, monseigneur Yvain/fracasse le heaume du chevalier. (v. 860-861). Esclados blessé à mort, s’enfuit à toute bride jusqu’à son château, poursuivi par Yvain. Tous deux franchissent le pont-levis mais Yvain reste prisonnier entre deux herses. Lunete, la servante, assiste à la scène et décide de le secourir. Esclados meurt, laissant Laudine, son épouse, dans un profond chagrin. Lunete donne à Yvain un anneau qui le rend invisible. Il échappe aux barons qui cherchent l’intrus pour le mettre à mort.

Yvain découvre alors Laudine. Il délire sur sa beauté et en tombe amoureux. Lunete, La demoiselle, qui était rusée comme une Bretonne, (v. 1580) présente Yvain à Laudine et persuade la veuve de lui faire appel pour défendre la fontaine et son domaine. Alors qu’ils se parlent d’amour, elle ignore qu’il s’agit du meurtrier de son mari. Suivent les noces avec la bénédiction des barons. A son tour, Yvain devient le défenseur de la fontaine.

A la cour d’Arthur, personne ne sait où se trouve Yvain. Le roi qui avait entendu Calogrenant vanter la merveille de la fontaine décide de s’y rendre avec toute sa suite,le roi vint voir la merveille/de la fontaine et du perron (v. 2174-2175). Arrivé sur les lieux, Arthur verse un plein bassin d’eau sur le perron ce qui déclenche les foudres du ciel. Aussitôt, surgit le chevalier en armes. Aucun ne reconnaît Yvain sous son armure ; lui seul sait à qui il a à faire…

L’aventure manque à Yvain. Alors Laudine lui accorde d’aller courir les tournois avec ses anciens compagnons à condition qu’il s’engage à revenir au bout d’un an. Passé ce délai, elle considérera qu’il aura manqué à cet engagement. Yvain oubliera de tenir cette promesse faite à sa belle…

Répudié par Laudine, Yvain s’enfonce dans la forêt. Pris de folie, il vit un temps sous la protection d’un ermite. Sa rencontre avec trois demoiselles, dont l’une possède de quoi le guérir, lui permet de retrouver la raison et de reprendre son chemin. En forêt, Yvain prend la défense d’un lion aux prises avec un serpent… Chrétien se sert de cette symbolique du bien contre le mal pour montrer la voie que choisit Yvain. L’animal devient son compagnon dans les épreuves à venir pour défendre le bon droit. Yvain se fait appeler le « chevalier au lion ».

Quinze jours plus tard, le hasard veut qu’ils passent près de la fontaine. Yvain ressent une vive douleur d’avoir laissé passer l’année. Il se proclame mille fois malheureux et misérable. Alors qu’il s’en prend à lui-même, une voix féminine qui se lamente se fait entendre à l’intérieur de la chapelle proche de la fontaine ; Yvain ne le sait pas, mais Lunete y est retenue prisonnière…

D’autres épreuves attendent Yvain. En échange du mal qu’il a causé à Laudine, il cherche à faire le bien en luttant contre les mauvaises coutumes, en réglant des litiges et en réparant des injustices. C’est, croit-il, le prix qu’il doit payer pour se racheter. Yvain prend conscience qu’il ne peut continuer à vivre sans l’amour de Laudine. Il lui faut la revoir pour faire cesser sa souffrance. Encore faut-il qu’elle accepte de le rencontrer :

Voici ce qu’il envisage : il partira
de la cour tout seul et ira
guerroyer sa fontaine.
Là il fera tant gronder la foudre,
déchaîner les vents, et tomber la pluie
que, par force et par nécessité,
elle sera obligée de faire la paix avec lui
ou, sinon, il ne cessera jamais
de provoquer la fontaine
et continuera donc a déclencher pluie et vents. 

Vers 6507-6516 — Chrétien de Troyes (1176-1181).

 

Dame de la Fontaine

(Lunete et Yvain (Owain) sont sur ​​la gauche)

En fait, Laudine n’a personne pour défendre son domaine contre un chevalier malveillant qui viendrait verser l’eau sur le perron. Yvain vient guerroyer la fontaine jusqu’à ce que la forêt entière dût s’effondrer dans le gouffre de l’enfer (v. 6529). Très inquiète, Laudine redoute que son château ne s’écroule d’un seul coup (v. 6531)…

De son côté, Lunete intervient auprès de Laudine pour qu’elle prenne à son service un chevalier capable d’assurer sa défense avant qu’il ne soit trop tard. Personne d’autre n’en étant capable, elle parvient non sans mal à décider Laudine à recevoir le « chevalier au lion ». Alors Lunete retrouve Yvain à la fontaine :

C’est que j’ai obtenu de ma dame,
pourvu qu’elle ne veuille pas se parjurer,
qu’elle sera votre femme, exactement comme elle l’était autrefois,
et vous son mari.Vers 6674 à 6677

Sources: Fontaine de Barenton 

Voir les commentaires

Sur la route à Brocéliande. L'Eglise du Graal de Tréhorenteuc. -4-

Publié le par Perceval

Sur la route à Brocéliande. L'Eglise du Graal de Tréhorenteuc. -4-

En 1945, l'abbé Gillard a l'opportunité des services d'un prisonnier allemand Karl Rezabeck. Il le loge et le nourrit, en échange il réalise les tableaux dont le prêtre lui donne une description précise...

Rezabeck va peindre un étonnant chemin de croix. Un chemin de croix situé non à Jérusalem, mais à Tréhorenteuc : les paysages sont identifiables : la cour du presbytère, les prairies, le manoir de la rue neuve ( N° 4 et 8) , et même le val sans retour ...

Ici, les trois chutes du Christ, représentent les trois tendances de la nature humaine, qui égarent l'individu : l'orgueil, l'avarice et la luxure.

Ainsi à la 9e station “Jésus tombe pour la 3e fois”, Marie Madeleine est représentée sous les traits de la fée Morgane vêtue d'une très légère robe rouge . Un quotidien régional va titrer: « À Tréhorenteuc, une pin-up dans un chemin de croix ».

Le menuisier qui prépare la croix, c'est Wisdorf l'ébéniste allemand qui a travaillé avec l'abbé … Dans le 3ème tableau, on reconnaît Sainte Onenne et ses oies ( N° 3, 12 et 13). A la 13e station, Joseph d’Arimathie recueille le sang du Christ dans le Graal.

 

 

 

Après le chemin de croix, l'abbé Gillard fait exécuter trois tableaux qui illustrent la légende arthurienne.

- L'un est la reprise d'une illustration du ''Lancelot en prose'' d'Evrard d'Espinques ( 1475) et représente les chevaliers autour de la Table Ronde, et apparaît au centre, le Graal, porté par des anges.

Les deux autres sont plus originaux :

- L'un est ( encore ..) consacré au Val sans Retour, et met en scène Morgane, tentatrice à la robe rouge, la chevelure sombre, face à Lancelot... par lui, est brisée la magie du lieu, créé par la fée Morgane. Trahie dans son amour pour le chevalier Guyomar, elle conçoit de se venger... ( vous connaissez l'histoire ...)

Sur le tableau, autour de Morgane et de lancelot, sont représentés quelques uns des 253 chevaliers enfermés dans le Val durant 17 ans ( le nombre 17 ! )... Leur vie est oisive, faite de jeux, de festins, de joutes amicales, de danses … mais, ils sont prisonniers … Un géant garde ce lieu

- L'autre tableau, est consacré à un des sites mythiques de Brocéliande : la Fontaine de Barenton. ( je vous raconte l'histoire, la fois prochaine …)... Antique lieu de réunion druidique...

Sur le tableau, on y voit : *Yvain, le chevalier au lion, derrière lui surgit le chevalier noir ; et parmi les arbres verdoyants, se devine une silhouette féminine...

* Viviane et Merlin, ils se sont rencontrés ici, et Merlin a pris l'apparence d'un beau jeune homme, pour la séduire... Finalement, se servant de son enseignement, Viviane va l'enserrer ( dans une prison d'air) pour toujours … Viviane apparaît dans une robe translucide, parée de ses charmes, en opposition aux vierges chrétiennes … !

* A gauche, la figure d'Eon de l'Etoile ( !?), une sorte de moine, ''robin des bois'' et condamné pour hérésie... Lié à une comète ( repérée en 1145), on le disait magicien, et faisait apparaître tout un banquet ...

* En bas, une joute, et en arrière-plan, la belle Sydoine...

Ces quatre scènes illustreraient les quatre éléments : l'eau ( la fontaine ...), l'air, ( la prison...), la terre ( que mordent les 52 chevaliers battus par Yvain...) et le feu ( de la comète...)

- Enfin, un tableau '' la famille de Sainte Onenne'', représente face au festin du Graal, un banquet réunit la famille de la sainte : le roi Judhaël et son épouse Pritelle avec leurs 22 enfants... Et, le saint Judicaël, roi et fondateur de l'abbaye de Pailpont. A droite, on distingue l'église de Tréhorenteuc

 

Sur la route à Brocéliande. L'Eglise du Graal de Tréhorenteuc. -4-
Sur la route à Brocéliande. L'Eglise du Graal de Tréhorenteuc. -4-
Sur la route à Brocéliande. L'Eglise du Graal de Tréhorenteuc. -4-
Sur la route à Brocéliande. L'Eglise du Graal de Tréhorenteuc. -4-
Sur la route à Brocéliande. L'Eglise du Graal de Tréhorenteuc. -4-

Voir les commentaires

Sur la route à Brocéliande. L'Eglise du Graal de Tréhorenteuc. -3-

Publié le par Perceval

Devant l'autel, la mosaïque “LA PUISSANCE DU SANG DIVIN” située au sol au milieu du chœur, a été redécouverte le 24 juin 2014 à l’occasion du déplacement de l’autel (en le rapprochant du vitrail du Graal), afin de faciliter la déambulation des visiteurs.

Cette magnifique mosaïque représente un calice d’où émanent 17 rayons à travers une croix de Jérusalem (comme les quatre autres que l’on peut déjà admirer autour du chœur ainsi que celle du grand vitrail, donc 4+1=5, et les 5 croix=5 plaies du Christ...) et au-dessus de laquelle on peut lire : « La puissance du Sang Divin» (soit 22 lettres !). Laissons parler les chiffres …. :

Ce Graal, est le 8ème de ce sanctuaire consacré au Graal : en correspondance avec Jésus, l'homme du ''8ème jour'' : le ressuscité...

17 est la porte qui permet à l'homme de se réaliser, c'est à dire de ressusciter lui-même dans la plénitude ( le 22) de la vie spirituelle …

 

17 serait le nombre du Graal. « 17 est en effet nombre du Tout, de la Résurrection, de la transmutation, et c’est le nombre atomique du chlore sans lequel le ''Grand Œuvre'' serait impossible. »

 

A noter, dans le cadre de la chevalerie :

- les 17 vertus chevaleresques : La foi, La loyauté, La défense, La bravoure, L’honneur, La courtoisie, La charité, La justice, La sagesse, La tempérance, L’humilité, La franchise, Le courage, La prouesse, La prudence, La fierté, La dignité.

Sur la route à Brocéliande. L'Eglise du Graal de Tréhorenteuc. -3-

Si dans le choeur, nous nous retournons, nous sommes face à la mosaïque du ''Cerf blanc au collier d'or '' réalisée en 1955 par les ateliers Rennais ODORICO, d’après un dessin de Jean Delpech.

La mosaïque est en reflet du grand vitrail … ( le Christ, les 4 vivants, joseph d'Arimathie, masculin, féminin ...) 

Merlin changé en cerf rencontre le Roi

Le cerf porte une chaîne avec une croix, une nimbe autour de la tête, et une étoile au-dessus... Il figure l'apparition du Christ, entouré des évangélistes... Cette catéchèse passe par le monde des légendes...

La légende arthurienne, nous permet d'y voir Merlin, qui use de ses pouvoirs pour changer d'apparence, symbole de sagesse ; ou même, la divinité Cernunnos des Celtes.... Lancelot voit apparaître le cerf blanc et les lions. Ils passent sans daigner lui adresser un regard avant de disparaître par enchantement. Lancelot s’interroge. Le soir, un vieillard l’incite à renoncer à sa vie dissolue avec la reine Guenièvre. Lancelot ne peut s’y résoudre et échoue dans sa quête du Graal.

Dans '' La Queste du Saint-Graal '' Galaad ( le fils de Lancelot) , et Perceval ont une vison similaire dans la forêt ...

Lancelot du Lac, et le cerf blanc - 1480

La pierre, rappelle le perron de la fontaine de Barenton, déjà représentée dans cette chapelle... Elle est en forme de croissant de lune et évoque le Féminin ( le monde des eaux, domaine des fées) ...

La forêt est celle de Brocéliande, des cinq arbres ( image du masculin) le plus gros épouse la forme d’un soleil...

 

Ce cerf blanc a aussi une signification religieuse. Saint-Hubert a vu apparaître un cerf blanc portant un crucifix. On sait aussi qu'un cerf blanc et quatre lions aidèrent Joseph d'Arimathie à traverser une rivière périlleuse.

 

Au-dessus à droite, cinq arbres peuvent représenter les cinq plaies du Christ d'où sort le fleuve de vie, qui fait pousser l'ancolie ( visible au centre de la mosaïque) symbole de l'Amour divin, pour l'humain... L'ancolie est pour Dante, la plante ''alchimique'' plante mâle et femelle... L'abbé Gillard, a tenu à sa présence, comme signature...

A suivre... ( mais avant, la prochaine fois: La légende de Morgane et le Val sans Retour...)

Voir les commentaires

Sur la route à Brocéliande. L'Eglise du Graal de Tréhorenteuc. -2-

Publié le par Perceval

Le choeur est éclairé par 3 vitraux, qui présentent le Graal sous chacune des fameuses ''Tables du Graal ''.

Et mur nord, la Table de la Cène...

Mur sud : La Table Ronde autour de laquelle sont rassemblés le Roi Arthur et les chevaliers, lors de l’apparition du Saint Graal.

Il faudrait parler de tous les détails qui se répondent d'un vitrail à l'autre …

 

 

Le Graal est représenté au centre de la Table autour de laquelle se sont réunis le Christ et ses disciples, une place reste vide, celle de Judas...

Le Graal est de couleur verte, l'abbé Gillard le situe dans la tradition d'une coupe taillée dans une émeraude, tombée du front de Lucifer...

Le Graal apparaît aux chevaliers de la Table Ronde. Le siège périlleux (vide) est occupé. La Quête du Graal est ici achevée, avec Galaad...

 

Enfin, le vitrail central, un chef d'oeuvre des ateliers parisiens Grubeër, qui a coûté au prêtre le prix d'une ferme ( un héritage..). Là, il faut prendre le temps de scruter cette forêt de symboles...

 

Comme au Moyen-âge, sont représentés deux donateurs ( Louis Thétiot et sa mère : cousins de l'abbé Gillard)

Au centre du vitrail, le Christ ressuscité, debout et à ses pieds Joseph d'Arimathie. Selon les évangiles, il a récupéré le corps du Christ et l'a enseveli dans son propre tombeau.

On dit qu'il a recueilli le sang du Christ, dans une coupe ( Le Graal ). Il est l'un des gardiens du Graal ; jusqu'à Galaad...

Ici, est représentée la scène où emprisonné, Joseph d'Arimathie, put se nourrir et survivre grâce au Christ Ressuscité et au Graal …

On note à gauche, l'emblème du Royaume de Jérusalem, qui évoque l'Ordre du temple, et qui est associé à la garde du Graal, par Wolfram von Eschenbach, dans son Parzifal ( 1210).

Bien d'autres symboles sont dissimulés, dans ce vitrail... Peut-être le chemin à trouver qui conduit au Graal …

Voir les deux lapins à gauche …; le phénix...

Les deux personnages, nouvel Adam et nouvelle  Ève, sont recueillis autour d’un arbre arborant un unique fruit, une mystérieuse pomme bleue. Ce fruit de la Connaissance du bien et du mal ne semble pas être mangé !... ; Les quatre symboles des évangélistes... les quatre signes du zodiaque … Le bouquet de chardons ...Etc ...

Voir les commentaires

L'entrée en Brocéliande....

Publié le par Perceval

Avant de continuer la vie légendaire de Roger de Laron ( chevalier limousin...) . Je reprends la route de la Légende des légendes : la légende arthurienne...

Château de Comper - Brocéliande -

''Brocéliande'' n'existe pas ! Ou Brocéliande est une sorte de … '' Sidh ''.

Ou, plus simplement Brocéliande commence par une '' estoire '' ?

Sarcophage dit de Conan Meriadec - Saint-Pol-de-Léon

Pour notre connaissance cette ''estoire'' nous est donnée par Geoffroy de Monmouth, comme celle du Roi Arthur ; mais auparavant, il s'agit de l'histoire de Conan Meriadec.

En 386 après J.C., Maxime traverse la Manche, accompagné de son cousin Mériadec. Ils conquièrent entre autres l’Armorique, dont Conan Mériadec devient le premier roi. On peut nommer aussi Ursule, première reine des Bretons...

L'histoire de l'Armorique (la Bretagne actuelle), est liée à celle de la Bretagne (la Grande-Bretagne actuelle) entre la fin du IVe siècle et tout le long du Ve et VIe siècle....

Sur le plan littéraire, Geoffroy de Monmouth est le premier à mettre en scène Arthur – guerrier et roi de Bretagne - et Merlin – prophète et ''homme sauvage'' -. Deux personnages qui vont ensuite être repris et donner naissance à une abondante littérature ( fondatrice ) entre le 12e et le 15esiècle.

Sa famille, probablement originaire des environs de Dol (de Bretagne) se serait implantée à Monmouth lors d’une redistribution des terres anglaises en 1075 par Guillaume le Conquérant.

Geoffroy (+ 1155), est né au Pays de Galles, Geoffroy, il fait partie des clercs.

Geoffroy de Monmouth fait un éloge démesuré des Bretons du continent : il va jusqu’à faire du roi Arthur un descendant de Conan Meriadec qu’il considère comme le premier roi d’Armorique.

Geoffroy écrit donc '' L’Histoire des rois de Bretagne '' : une grande fresque historique, qui relate l’arrivée de Brutus, petit-fils d’Enée, sur l’île d’Albion, après la chute de Troie, à laquelle il donne le nom de « Bretagne ». Elle va connaître une diffusion exceptionnelle, sera transcrite en langue vernaculaire romane par Wace, en 1155. Il apporte quelques modifications, et évoque pour la première fois la Table Ronde.

 

Geoffroy fait entrer dans l’histoire Arthur, Merlin, Gauvain, Conan Meriadec, Utherpendragon, des personnages mythiques que l’on retrouve aux côtés de personnages historiques.

L'historicité de Conan Meriadec est revendiqué par la noblesse féodale, vers les XIe-XIIe siècles, comme le fondateur du premier royaume breton armoricain. Il l'aurait constitué avec la volonté politique de créer "une seconde Bretagne" et "de la peupler uniquement de Bretons." Conan Mériadec fut d'autant plus pris au sérieux que la puissante famille de Rohan le considérait comme son ancêtre direct... !

 

Nous rejoignons, Brocéliande avec le temps du roi Juthaël, dixième descendant du roi Conan Mériadec.

À cette même époque, vit dans la province armoricaine de Léon ( la pointe nord-ouest du Finistère ) un roi nommé Ausochus, dont la fille Pritelle est d'une rare beauté.

La princesse refuse tous ses prétendants. C'est, qu'au fond d'elle-même, son cœur est réservé à celui dont elle a eu la vision surnaturelle... Elle attend, celui qu'elle '' a vu venir..''

Un jour en l'absence du roi, Juthaël arrive en son château. Il s'est égaré au cours d'une chasse. Ou plutôt, une force invisible , l'a conduit jusqu’auprès de la princesse.

Dès l'instant où elle le découvre, elle reconnaît celui qui lui est apparu lors de sa vision. Elle l'accueille donc en son château, lui offre une chambre pour la nuit. Et c'est alors au tour de JuthaëI, pendant son sommeil, de faire un songe énigmatique. Il y découvre une colonne. Elle est d’acier poli dans sa partie basse, d'or dans sa seconde moitié.

Juthaël se met à prier. C'est alors que le ciel s'ouvre et que lui apparaît Pritelle. Elle lui affirme qu'elle doit lui rendre cette colonne dont la garde lui avait été confiée. A son réveil, frappé par cette vision nocturne, Juthaël envoie un de ses serviteurs consulter un ermite nommé Talosémius - lequel passait pour avoir la faculté de prédire l'avenir. L'ermite déchiffre le songe merveilleux. Explique qu'il signifie que Pretelle donnera à Juthaël un fils « plus illustre que lui sur la terre et dans le ciel. »

Saint Judicael à l'abbaye de Paimpont

Effectivement, l'aîné des enfants du couple royal, Judicaël, couronné en 590 ( roi de Domnonée) et régnant jusqu'en 660, fonda l'abbaye de Paimpont, et, dans les dernières années de sa vie, quitta les ors de la royauté, déposa sa couronne, et s'enferma dans la vie de cloître, ayant pour maître spirituel saint Méen.

 

Si cette ''estoire'' est ''légende'', et non une quelconque fiction ; c'est qu'elle parle, et oriente des esprits... Ainsi, à Brocéliande, une jeune fille a écouté cette histoire, racontée par le prêtre, près de cette grotte où dit-on, la Vierge s'est manifestée à lui. Elle lui a demandé que l'on creuse à l'endroit par elle désigné, et une source en jaillira...

Cette jeune fille reçoit tout cela comme une invitation à pénétrer la dimension surnaturelle du monde qui l'entoure. « J'étais, je l'avoue, émerveillée de ce conte du passé, tout éclairé d'une vie surnaturelle » , dira-t-elle. Se retrouvant seule dans les bois à regagner l'antique manoir, elle ne peut s'empêcher, à l'évocation de ces songes prophétiques mentionnés par le prêtre, de penser au rêve qu'elle-même a fait plusieurs années plus tôt - ce songe «  qui hantait encore [s]on cœur à plusieurs années de distance. »

Celle qui parle ici, s'appelle Geneviève ( Lefeuvre) Zaepffel (née à Paimpont en 1892 )...

Geneviève Zaepffel détail (Manoir du Tertre)

Elle écrit avoir eu sa première vision à l’âge de sept ans. Un vénérable druide lui serait apparu dans l’escalier du Manoir du Tertre : « Il était assis vers le milieu, il m’apparut majestueux, enveloppé d’une cape blanche. Au col brillaient des reflets dessinant la faucille d’or et le gui, symbole des Druides.[...] Le vieillard revint en effet pendant mon sommeil pour me dicter dans ses moindres détails ma ligne de conduite et mon destin. Maintenant que des cheveux argentés auréolent mon front, je puis certifier qu’il n’avait, en effet, rien omis. » Zaepffel, Geneviève (1938) op. cit., p. 24-25

À l’âge de seize ans, elle prétend que saint Judicaël, au cours d’un songe, lui révèle les mystères de la vie et de la mort...

Brocéliande est pour elle, son '' Sidh ''

« Loin du monde, dans le silence de cette forêt, ma géante amie, où j’admirais l’œuvre de Dieu, mon âme s’épanouissait parmi les arbres, leurs branches, leurs feuilles. J’y retrouvais la force de vivre, j’y acquérais cette connaissance psychique que m’insufflaient les générations passées qui y avaient vécu et souffert. Mon initiation progressait. » Zaepffel, Geneviève (1938) op. cit., p.30-31

L’arbre d’or – Val sans retour, Brocéliande

« Le lieu de ma naissance cadrait admirablement avec ma mission. Coin sauvage, propice à l’initiation, à la méditation, terre des Druides, dont les cendres émettent encore des radiations de foi vive, terre qui recueillit les protections occultes de Viviane, la fée bienfaisante annonçant la venue de Jeanne d’Arc plusieurs siècles avant sa naissance. Sans s’en douter, Viviane prophétisait peut-être sa propre renaissance dans la personne de Jeanne d’Arc qui fut Celte...» ZAEPFFEL, Geneviève, Mon combat psychique

Je ne veux pas discuter des errements occultistes et surtout politiques, qui l'ont entraîné - elle et son mari – lors de la seconde guerre mondiale... Ils nous montrent les limites de toute idéologie, soutenue par une croyance religieuse …

Je retiens seulement la force de l'esprit de Brocéliande... Pour elle, et pour beaucoup d'autres comme le père Gillard...

Sources : le site de '' l'encyclopédie de Brocéliande '' : http://broceliande.brecilien.org

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>