Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

la quete du graal

L’éternel féminin et l’éternel masculin, dans la Quête.

Publié le par Perceval

Il est une chance d’être homme. Je précise, de genre masculin… De la quête, à la flânerie… plaisirs de voir. La «  recherche » non pas seulement d’un temps perdu, mais de l’  « l’éternel »… Il est un chemin d’art et de beauté, que de contempler « la feminité » : un tout autre genre - éternellement inaccessible -Galahad et la demoiselle


« La modernité, c’est le transitoire, le fugitif, le contingent, la moitié de l’art, dont l’autre moitié est l’éternel et l’immuable. » Baudelaire : l’écrivain continue ainsi :

« Ainsi il va, il court, il cherche. Que cherche-t-il ? À coup sûr, cet homme, tel que je l’ai dépeint, ce solitaire doué d’une imagination active ( …) a un but plus élevé que celui d’un pur flâneur, un but plus général, autre que le plaisir fugitif de la circonstance.

Cet élément transitoire, fugitif, dont les métamorphoses sont si fréquentes, vous n’avez pas le droit de le mépriser ou de vous en passer. En le supprimant, vous tombez forcément dans le vide d’une beauté abstraite et indéfinissable, comme celle de l’unique femme avant le premier péché. »


Botticeli HommeCet élan vers le « beau », m’autorise à voir, au travers même du « plaisir fugitif de la circonstance » et sans le mépriser, le « contingent » comme partie intime de « l’éternel »… Un peu comme, si – alors - nous méprisions le corps pour n’espérer que les grâces de l’esprit.. !Dandrane et le graal


L’éternel masculin, se reconnaît dans la vigueur héroïque nécessaire à la quête. L’homme au cœur aventureux, Perceval, rencontre un «  roi pêcheur » qui lui, est blessé dans sa virilité, dans son corps.. 


La Femme est éveilleuse, initiatrice et aussi fatale - elle doit faire partie du destin du héros, pour qu’il s’accomplisse .


«  La plus grande idéalité qu’une femme puisse éveiller chez un homme, c’est au fond la conscience de l’immortalité. » Kierkegaard

 

Avertissement: Attention, je ne réduis pas la femme d'aujourd'hui au " Féminin "...

Je parle " symbole " ... et l'évocation que j'en fais est parcellaire. L'Humain est complexe, et ses traces sociales, psychologiques, spirituelles ... ne sont que parcelles de la Vérité ...

Voir les commentaires

Le Graal et la Quête, aujourd’hui.

Publié le par Perceval

Retour vers la Quête et son Objet…

Je parcours, à nouveau, - rapidement - l’oeuvre de CG Jung. Et je découvre, grâce à la Quête du Graal, Emma Jung...Emma Jung

  • Perceval, figure totémique de ce que je suis, est confronté à un double embarras.


anima animus 2-          La problématique de la relation « féminin-masculin », imagée par ces extrémités que sont le désir brutal et l’idéalisation ( amour courtois, et culte marial ) : L’anima.


odilon-redon-noir-fantastique-couleur-sereine-L-FjwwM2-          L’expérience religieuse qui cohabite avec l’existence du mal. Le mal inhérent à la nature humaine et le mal que Dieu, n'empêche pas… :  L’ombre.


  • La Coupe correspond à la vie spirituelle capable de recevoir le sang du Christ, c’est à dire cette sagesse présente dans le cœur de Jésus. Ainsi, le Graal reçoit les grâces d'en haut et les communique à ce qui est en-dessous.sang du Christ graal

La réalité du sens donné au Graal est oublié, voire perdu. Perceval, s’il Le recherche sans le savoir, n’en a pas " la connaissance "  et omet de le questionner : Qui sert-il ?


L’homme est ainsi spirituellement isolé…

- J’en suis là, à revenir – en quête du Graal – trop tôt aperçu, et définitivement inscrit dans le cœur.

 

* Le chevalier, est un héros ... hanté par une voix qui dit que la question et la réponse se trouvent dans un lieu caché ( derrière les définitions et les expressions qui répondent à l'esprit ).

* Et, la quête, c’est l’histoire d’une perte, qui se continue d’âge en âge …

 


CompassionL’un des chemins, vers le Graal, pourrait être la compassion, ( pour le roi blessé.. ) Ainsi, le Christ crucifié en appelle à réveiller nos cœurs à l’Amour, et donc à tourner notre esprit, des préoccupations brutes de la vie dans le monde, à des valeurs proches du don de soi … Serait-ce une explication à la souffrance ? Seule la compassion, l’Amour, peut transformer l’homme.

regard-interieur-r1-1

  • La Quête du Graal constitue aussi, et surtout, une image de cette lente et douloureuse maturation intérieure que Jung appelle le processus d'individuation. Se mettre en quête, ne serait-ce pas en définitive s'ouvrir à la réalisation du Soi, autrement dit accueillir en son vase intérieur l'incarnation de la divinité ?

Le conte du Graal est une pédagogie pour aborder cette Quête.

 

Plus précisément : dans ma vie, « des événements comparables ( à ceux du conte ) se produisent dans la vie quotidienne où certaines situations se répètent inlassablement sous des formes différentes. Tout d’abord, elles apparaissent fortuites et dépourvues de sens, à l’image des aventures de Perceval. Mais si notre attention est mise en éveil ( par la répétition de telles coïncidences …)  et si nous les examinons avec soin, nous noterons qu’elles sont, en général, l’expression multiforme d’une situation spécifique qui persistera jusqu’à ce que sa signification soit saisie et que son objectif soit réalisé.

Par un effort sans cesse renouvelé, et dans des conditions souvent inhumaines, le héros surmonte les échecs et les dangers, et cherche à accomplir la grande et belle tâche qui lui était assignée dès sa naissance. L’histoire de Perceval illustre parfaitement cet effort. Au départ, la chevalerie ne constituait pour lui qu’un objet de convoitise. Puis, au travers de nombreuses erreurs, il mûrit lentement et épouse son destin en devenant le meilleur des chevaliers, le seul qui puisse conquérir le Graal. » (  LA LEGENDE DU GRAAL de Emma Jung et Marie Louise von Frans)

Voir les commentaires

Rencontrer Dieu: - le Graal - M.M. Davy

Publié le par Perceval

Un texte à propos de Marie Madeleine DAVY:Marie Madeleine Davy 2
« L’œuvre primordiale de l’homme, écrit, Henri Le Saux,Henri le saux abhishiktananda est de rentrer au-dedans afin d’y rencontrer soi-même.
Qui ne s’est pas rencontré soi-même en soi-même a-t-il jamais rencontré Dieu ?
Et qui n’a pas rencontré Dieu en soi, s’est-il jamais rencontré lui-même ? »
Cette expérience est aussi celle d’un solitaire, comme elle, d’un moine, mais aussi d’un homme qui vivra douloureusement son isolement, au sein de son Église. Enfin, lorsqu’à son sujet, Marie-Madeleine Davy parle de
« situer Henri Le Saux dans la mouvance de Maître Eckhart »Maitre Eckhart 1
elle ne fait rien d’autre que de souligner la parenté qui existe entre leurs deux expériences, « orientées vers l’Unité », dont le terme apparaît celui de tout ésotérisme chrétien, le Graal – le Soi :
santo graal8
« La quête du Graal n’est autre au fond que la Quête de Soi, Quête unique signifiés sous tous les mythes et les symboles.
C’est Soi qu’on cherche à travers tout.
Et pour cette Quête, on court partout alors que le Graal est ici, tout près ; il n’y a qu’à ouvrir les yeux. Et c’est la découverte du Graal dans sa vérité ultime ». M . M. Davy

Voir les commentaires

Ecoeuré d'amour

Publié le par Perceval

Queamour d ‘Amour ! … Sur des blogs; mais aussi dans les églises, les temples… La solution est simple : il suffit de s’aimer ! Alors, je vous aime … ?

Tout en rose, des cœurs partout … C’est facile, et écœurant … C'est superficiel...!


Attention ! Idéologie… ! Car ce comportement nie l’existence. Chevalier 2Nous ne pouvons pas vivre dans un monde aseptisé, trop beau, trop pur… Totalitaire !

 

Le chevalier est un pèlerin. Il ne rêve pas son existence. Il se sait mortel et imparfait. La vie est une quête ; le travail, la peine, les efforts, la chute et quelques victoires sont le lot quotidien. Il n’est pas une star ; il s’engage, il a des ennemis …


Je ne nie pas, l'Amour.  L'Amour est divin, et la vertu humaine.   

Je voudrais pouvoir aimer ... Je crois que j’ai en moi la possibilité d’être ‘bon’. Je crois que je suis capable d’être libre, et d’aimer. De sorte que ma quête n’est pas un chemin de mort, mais un chemin de vie. Un chemin de passiodes-hommes-et-des-dieux film 4n …

 

Le chevalier appartient à la cité. La quête du Graal, correspond à une recherche d’idéal et de perfection, non de moi, mais de l’humanité. Pourtant, cette recherche ne passe que par un travail de purification sur soi. Un chemin vers le centre - de mon être et – de l’Humanité...

Voir les commentaires

La 'quête' nourrit l'action.

Publié le par Perceval

Nous avons l’idée, évolutionniste, que les hommes primitifs se sont peu à peu civilisés. Et chez nous, que le progrès constant a besoin de notre soutien …

Nos anciens pensaient que le présent amorce un éloignement de l’idéal originel de la perfection … ( la ‘ Parole perdue ‘ ..etc ).

 

Vision du GraalLa quête du Graal incarne, elle, une recherche d’un état de perfection, latent, qu’il convient de révéler. Cette autre dimension, qu’est le Royaume n’est pas un ‘ autre monde ‘, il est à portée d’un travail sur soi, un chemin vers le centre de notre propre être. Cette renaissance, n’est pas sans effet sur les terres d’ici… Le Roi guérit, c’est tout le royaume d’ici bas qui retrouve la prospérité. La franc-maçonnerie, relève de cette mystique de l’action : transcender l’intérêt individuel au service d’une société plus juste…

«  Toute âme qui s’élève, élève le monde »yvain secourant la damoiselle

 

La spiritualité n'exprime en rien, le refus du monde... Elle est le désir d'expérimenter le coeur du monde, l'Esprit.

L'instant présent qui seul 'existe', à l'abri de nos émotions, de nos regrets, nous permet d'exprimenter le réel.

Se voir, tel que je suis ( non tel que je voudrais être ). Se voir pour s'accepter. Eprouver de la compassion pour soi... est nécessaire, pour naturellement, 'aimer son prochain' .... et agir.

 


Voir les commentaires

Autres figures ( sur ce site) de la Quête du Graal

Publié le par Perceval

Rapidement, je vous présente les autres figures de Perceval ; que vous rencontrerez sur ce site :

Roger de Laron, serait né vers 1272 et mort en 1342, d'une lignée de seigneurs limousins ... Chevalier ou servent, il fut au service des templiers, et à quelques grands de ce monde. Il parcourut Chypre et ce qui restait des états latins, le Royaume de Sicile, l'Angleterre, le Comté de Toulouse et l'Aragon...

A Saint-Jean d'Acre, un autre personnage, entre dans la vie de Roger de Laron : il s'agit de Hugues de Clairavaux (1274- 1356), chevalier du Temple, puis de l'hôpital, commandeur de Paulhac.

A Chypre, Roger de Laron entend parler de la première fois de la science du ''Grand Oeuvre'' ...

Le 13 octobre 1307, Roger de Laron est arrêté. Il est finalement relâché, fin 1312...

On dit que le testament de Hugues de Clairavaux, destiné au grand prieuré d'Aubusson, signalait l'endroit où était caché une partie du ''trésor'' des Templiers...

D’Angleterre, il revient accompagnée d'une femme, Marguerite de Laron ; que les légendes locales - peut-être du fait de sa beauté et de son ''étrangeté'' -préféreront voir venir du monde féerique... n passé templier dont il vaut mieux – en ces années - ne pas se vanter ; partage avec cette femme qui le fascine, une relation tempétueuse ; et leurs disputes puis leur retrouvailles sont tonitruantes...

Blason

Après la guerre en Terre Sainte, après ses voyages, son séjour en Angleterre, après son mariage avec Dame Margot ( sa ''Mélusine'' ) qui dure sept ans ; Roger de Laron, se terre dans son château. Quelques pages, tirées de ses chroniques, reprennent des anecdotes de sa vie, en un roman de chevalerie... Il se met en scène, et cette histoire recoupe les étapes d'une recherche alchimique...

Dans les chroniques rapportées dans les documents familiaux, Roger de Laron est présenté assis au coin du feu ( philosophe par le ''feu''), et il réfléchit sur le sens de l'or(hors) du temps, l'éternité...

Il médite sur ses rencontres avec sa Dame Margot ;Mélusine ; la Dame, reine et fée ; l'Amour Courtois, le Roman de la Rose, Dante et Béatrice, Le Grand-Oeuvre, Bacon, Les Trois Tables ; le Carré magique (SATOR) ; Sainte-Barbe ( en Limousin), etc ...

Ainsi, un chevalier lettré peut rencontrer l'alchimie, l'amour courtois et la légende du Graal ( par exemple) et comprendre ce qui les lie...

Quatre siècles plus tard, nous retrouvons Jean-Léonard de la Bermondie, né en 1739, en son ''château'' de St Julien le Petit de Laron, en Limousin...

Enfant, il connaît par cœur, les coins et recoins jusqu'au souterrain sous la butte, où se trouve les ruines de l'ancien château de Laron ; que la plupart, ici, appelle le Château de Rochain ( ou rochein)...

La famille garde dans les greniers des coffres dans lesquels s'amoncellent des antiquités recueillies avant l'abandon du vieux château...

Jean-Léonard de la Bermondie, élève au Collège jésuite de Limoges, puis résident dès 15ans à Versailles comme page du Roi de la Petite écurie...

Officier dans les Gardes Françaises ; il y rencontre le marquis de Lusignan, avec qui il emprunte le chemin de la Franc-maçonnerie...

C'est l'expérience des histoires de Roger de Laron ; qui vont le pousser à retrouver la trace des Templiers, à découvrir la résurgence d'une nouvelle chevalerie sur les chemins de la '' Rose-Croix'' ; la survivance de l'alchimie ; et la réalité d'une nouvelle société rêvée en Franc-maçonnerie

Il nous fait découvrir : les salons et le libertinage, Cagliostro, l'écossais Sinclair, la survivance templière et la piste du Graal en Écosse ; les Rose-croix ; et tout simplement le Limousin au XVIIIe siècle....

En 1791, il émigre en Suisse, où il rencontre Germaine de Staël et le groupe de Coppet; il va en Allemagne pour découvrir la nouvelle philosophie allemande ...

Fort de l'héritage de son ancêtre, Jean-Léonard de la Bermondie découvre diverses routes qui conduiraient au Graal; et comme émigré (pendant la révolution ), la pilosophie... Avant de tourner cette page, il laisse à sa descendance les traces de ce chemin de vie.

Le relais va être assuré par Charles-Louis de Chateauneuf, né en 1816 à Limoges... Sans doute enfant adultérin, de la fille de J.L. de la Bermondie...

Charles-Louis rencontre un camarade de son âge avec qui partager sa passion, il se nomme Elie Berthet. Etudes de mathématiques... Légitimiste, il sert la Duchesse de Berry), traverse la monarchie de juillet entre la bohème et les salons intellectuels... Il traverse les salons comme celui de la Bibliothèque de l'Arsenal, ou de Madame d'A. qui tient un salon du faubourg Saint-Germain...

Il connaît, les sociétés secrètes, les complots, le Voyage en Orient ... Il suit la piste du Graal, avec l'aide d'historiens, comme Augustin Thierry, Gaston Paris le spécialiste du Moyen-âge redécouvert, ou des personnalité, telles Edgar Quinet'; 'L'abbé'' Alphonse-Louis Constant; le scientifique Arago; ou des allemands comme Friedrich de la Motte Fouqué, qui se passionne pour l'épopée du Graal...

Il va être marqué par Walter Scott, auteur d'Ivanhoé, que Charles-Louis n'a pas vu; mais – comme beaucoup – s'est passionné pour l'Histoire à la lecture de ses récits ... On peut citer encore, pour ce qui est des lectures, celles de Germaine de Staël, Benjamin Constant, E.P. De Senancour et Alfred de Musset; et bien sûr des philosophes allemands...

Par ses frères de loge, il remonte jusqu'aux templiers, par Emmanuel Swedenborg (1688-1772), Cagliostro, et Wolfram von Eschenbach avec son '' Parzival''...

Toujours de la même lignée, mais d'une autre branche familiale - normande – c'est Anne Laure de Sallembier (1875-1951) qui prend la suite...

Anne-Laure, unique héritière d'une riche famille de négociants qui a fait fortune dans le commerce des tissus au long du XIXe siècle, épouse un vieil aristocrate qui a su monnayer son titre, le Comte de Sallembier, ''orléaniste'' proche de Victor de Broglie… Quelques années après son mariage, Georges de Sallembier, meurt subitement d’une fièvre typhoïde, à Paris...

Nous pouvons suivre le parcours intellectuel de cette femme , immergée dans la ''Belle Epoque''.. Femme du monde, elle fréquente la société aristocratique et intellectuelle... Elle est particulièrement liée avec Julia-Gabrielle Renaudot, la seconde épouse de Camille Flammarion.

En relation avec les cercles d'Albert de Mun, elle va progresser vers la République, et fréqenter des cercles bien plus libéraux... Elle devient l'une des amies d'Élisabeth de Gramont...

Elle sera marquée par la rencontre avec Judith Gautier (1845-1917), la fille de Théophile, et rejoindra les amis du '' Mercure de France''...

Elle peut échanger sur ses recherches autour du Graal, avec de nombreux wagnériens, et croise des personnalités comme Joséphin de Péladan, Huysmans, l'abbé Mugnier... Elle va rencontrer Remy de Gourmont, le philosophe Jules Gaultier avec qui elle va compléter ses notions sur Schopenhauer – auteur à la mode – et s'initier à la lecture de Friedrich Nietzsche.. Elle sera comme beaucoup de femmes du monde une habituée des cours de Bergson, au Collège de France...

Elle pratiquera une vie mondaine intense entre Paris, Dauville, et sa propriété de Fléchigné, où elle finira par s'établir, après la grande guerre, le plus souvent...

 

De son mariage, elle eut un fils: Lancelot, qui signe Lancelot de Fléchigné (1900-1975); et qui tout naturellement va se passionner pour tout ce qui concerne le Graal... Pour l'heure, je ne peux vous en dire plus, n'ayant pas eu le temps de parcourir les documents, les objets et toutes sortes de vieux papiers, encore stockés dans des malles à peine explorées; mais que mon grand-père m'a léguées; et que j'ai récupérées, alors que la propriété était vendue...

Voir les commentaires

La ' Fantasy ' du Graal

Publié le par Perceval

Il est parfois difficile de faire la part des choses, entre l’histoire, la légende… et le contenu ‘symbolique’ – du Graal ( dans notre cas…).

cinquieme evangileIl y a toute une ‘ Fantasy ‘, qui s’est tissée atour de ce thème : très tardive et qui relie Jésus à Marie Madeleine, les templiers, Sion, Rennes le Château, L. de Vinci, … et bien sûr le Da Vinci Code… Aujourd’hui, il est difficile d’ignorer ce contenu imaginaire, sans doute porteur de signification riche et inconsciente. Il serait malhabile d’éloigner avec dédain cette recherche …

 

Cependant, sauf pour m’en divertir, je désire séparer ma propre recherche, de cette tendance qui se justifie ( à tort, à mon avis ) d’être ‘ésotérique’ .

gundestrupkarret GraalL'origine du ' graal ' appartient sans aucun doute à la "matière de Bretagne". Même chez Chrétien de Troyes, le graal est d'abord ce qu'il était: un plat creux ( le mot graal est précédé d'un article indéfini au vers 3208 ), orné de pierres précieuses, destiné à recevoir de gros poissons ( v. 6205), la demoiselle le tient de ses deux mains ( v 3208)...
Ensuite très vite, cet étrange mot, - comme récipient et comme signe - va accepter tous les contenus...

Ainsi la scène du ' défilé ' chez le Roi Pêcheur permet à Chrétien de Troyes, en partant d'une trame celtique, d'investir une signification spirituelle nouvelle...( Nous sommes en 1185 ).
Le symbolisme chrétien va s'emparer du conte et lui fournir une extraordinaire descendance, avec en particulier le roman cistercien " La quête du Graal "

Le graal, comme, objet dans lequel a été recueilli le sang du Christ sur la croix, commence à exister chez Robert de Boron ( 1212 ).

 

 

Voir les commentaires

L’action juste. - la voie du chevalier -3.

Publié le par Perceval

L’action et la réflexion… senseiVoilà ce que nous devrions combiner harmonieusement…

Parfois, il m’arrive aussi de souhaiter être un ermite ‘ retiré du monde ‘, pourquoi ? Pour aborder la Vérité, qui ne manquerait pas d’apparaître, alors que tout ce qui n'est qu'illusion disparaîtrait … Peut-être ; et sans doute peut-être pas... car mon esprit lui-même est peuplé de ''démons''... !

Le chevalier, lui, allie : ‘ Agir et penser ‘ ; même si Gauvain – un chevalier modèle – semble fier d’être libre et spontané.

Nous avons du mal, à lier le profane et le sacré... Ignace de Loyola, dirait : « voir Dieu en toute chose ... » !

Un auteur que j’apprécie particulièrement : Louis Evely, écrit :  :« Ce qui manque à la plupart d'entre nous, c'est une fierté et une joie : la conscience exaltante d'être en mission, de servir Dieu là où nous sommes du matin au soir. Ce n'est pas l'énergie qui nous manque : nous travaillons courageusement, désespérément. Souvent trop. Mais sans allégresse. Noyés dans une tâche que nous considérons comme purement profane, nous essayons d'en excuser le paganisme honteux par des efforts intermittents de prière et de retraite. … »

saint-martin

La solution n’est pas à chercher du côté de l’efficacité, de la maîtrise ; mais plutôt du côté du sens … Le bien commun ? L’agir humain, peut-être inattendu, il arrive qu’il soit héroïque… !

Le chevalier n’est pas un activiste, il est disponible. Il est ‘ lui-même ‘ et non une imitation ( même d’un chevalier - aucun des chevaliers de la Table Ronde ne se ressemble -); inspiré, il se réinvente. Il est plus proche de l’artiste, que du gestionnaire qui colle au projet.

Comme dans les arts martiaux, le sens d’une action provient de la ‘ justesse ‘ du geste qui répond à la situation.

Notes en cours de lecture de " La voie du chevalier " de Fabrice Midal. 

Voir les commentaires

Trois gouttes de sang sur la neige: Perceval et Blanchefleur

Publié le par Perceval


1i1ojd7z.jpg Les femmes sont très présentes autour de Perceval. Mais la sexualité de Perceval, reste cachée, taboue. Ici, objet de la rêverie, Blanchefleur, est fantasmée autour d’un récit érotique, mais voilé : images de chasse, et d’oie blessée. Résultat et rencontres manquées, et image trinitaire : qui annonce un ‘autre monde’, autour du temps suspendu …

Image du portrait de la femme, qui ouvre sur l’expression métaphorique du désir interdit .


L’image sensuelle crée le désordre dans son esprit, et il devra laLance remplacer par ‘  la blanche lance, de laquelle goutte le sang ‘


" C'est l'hiver, Le roi Arthur et ses chevaliers viennent de quitter le château de Carlion , la nuit venue, ils s'arrêtent et dresse leur camp dans une prairie près de la forêt. Perceval qui se trouve à proximité regarde un vol d'oie sauvage, l'une d'elle est attaquée par un faucon, blessée elle gît à terre, Perceval est subjugué par la vue du sang sur la neige :

 

 

Au matin la neige était bien tombée,
car la contrée était très froide.
Perceval, au petit jour,
S'était levé comme à son habitude,
car il était en quête et en attente
d'aventures et d'exploits chevaleresques.
Il vint droit à la prairie
Gelée et enneigée
où campait l'armée du roi.
Mais avant qu'il arrive aux tentes,
voici venir un vol groupé d'oies sauvages
que la neige avait ébouies.
Il les a vues et entendues,
car elles fuyaient à grand bruit
devant un faucon qui fondait
sur elles d'un seul trait.
Il atteignit à toute vitesse
l'une d'elles, qui s'était détachée des autres
Il l'a heurtée et frappée si fort
Qu'il l'a abattue au sol.

Mais il est trop matin et il repartit
sans plus daigner se joindre ni s'attacher à elle.

Perceval cependant pique des deux,
dans la direction où il avait vu le vol.
L'oie était blessée au col.
Elle saigna trois gouttes de sang,
qui se répandirent sur le blanc.
On eût dit une couleur naturelle.

L'oie n'avait tant de douleur ni de mal
qu'il lui fallût rester à terre.
Le temps qu'il y soit parvenu,
elle s'était déjà envolée.
Quand Perceval vit la neige qui était foulée,
là ou s'était couchée l'oie,
et le sang qui apparaissait autour,
il s'appuya sur sa lance
pour regarder cette ressemblance.
Car le sang et la neige ensemble
sont à la ressemblance de la couleur fraîche
qui est au visage de son amie.
Tout à cette pensée, il s'en oublie lui-même.
Pareille était sur son visage
cette goutte de vermeil, disposée sur le blanc,
à ce qu'étaient ces trois gouttes de sang,
apparues sur la neige blanche.
Il n'était plus que regard.
Il lui apparaissait, tant il y prenait plaisir,
que ce qu'il voyait, c'était la couleur toute nouvelle
du visage de son amie, si belle.


 

  Chrétien de Troyes, Perceval.

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

La voie du chevalier 2

Publié le par Perceval

La compétition, la guerre, celles que notre société promeut, consistent à éliminer l’adversaire, à supprimer la vie, mort-d-Arthurcomme si la Mort ne consistait qu’à recevoir notre carcasse vide.

Alors, qu’à l’occasion de cette même mort ; ce qui nous reste, dans nos cœurs, du vivant aimé, c’est non pas - sa voiture, sa profession…, mais sa sincérité, sa dignité, sa tendresse…

Tout pourrait nous apparaître selon l’usage que nous en faisons ( du fleuve, à l’animal… jusqu’à mon prochain …). Le chevalier ne peut se résoudre à perdre sa liberté, à tomber dans une idéologie où l’homme ne compte pour rien ( comme une conséquence de la lois des grands nombres …).
Le chevalier est l’homme pour lequel le monde est un espace public où se manifester. Il n’est pas un gestionnaire, comme peuvent l’être nos gouvernants. L’idéal chevaleresque s’exprimerait dans l’héroïsme, la sainteté … Sa voie s’emprunte avec générosité, respect et amitié ( les bouddhistes parlent de ‘gentillesse’, de compassion; les chrétiens d’’amour’ …). apprenti travailIl est intéressant de noter que ces valeurs chevaleresques, ont été conservées  au travers des corporations de métiers. Aujourd’hui encore, les ‘ Compagnons du Tour de France ‘ s’en réclament, les francs-maçons dans un emploi plus spéculatif utilisent ces symboles pour ‘plancher’.…
Le travail, peut être l’occasion d’un accomplissement humain. Simone Weil, a relevé le défi : ayant vécu le travail comme une humiliation, elle va consacrer ses forces à penser une manière spirituelle de le vivre.

Ces quelques mots s’inspirent et résument la pensée de Fabrice Midal ( La voie du chevalier ).

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 > >>