Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

histoire

Sur les traces du trésor des Templiers, en Limousin. -1/.-

Publié le par Perceval

 
Je souhaiterais vous raconter l'histoire de Roger, Seigneur de Laron ( Limousin), * Nous sommes alors autour de 1300 - et ce chevalier templier ( était-il chevalier, servant, ou proche ...?) , a beaucoup de choses à nous dire sur le Trésor des templiers... caché en Limousin ...!

Mais auparavant ( en 3 articles: patience ...! ), je vais vous rappeler le fonctionnement de cet ordre religieux et militaire issu de la chevalerie chrétienne du Moyen Âge.

** Le 13 Octobre 1307, la plupart des templiers présents dans les commanderie du Royaume de France, sont arrêtés... Et , l'Ordre est dissout par le pape Clément V le 13 mars 1312...
Le Baphonet: '' idole des templiers ''
Il n'est pas aisé de trouver des traces de l’engagement templier de ces hommes, quand l'entourage a tout fait pour oublier et effacer les traces abhorrées de ce passé...
Le mythe de la corruption totale d'un ordre monastique, a pu ébranler la chrétienté ; et tout fut fait pour condamner et oublier les Templiers... Heureusement, nulle part en Europe, les accusations lancées par le roi de France, ne sont relevées. Mais, une fois la dissolution de l'ordre, les chevaliers du Temple, ont rejoint d'autres ordres religieux similaires, ou ont fait oublier cette part de leur vie...
 
Philippe le Bel ne récupérera qu'une petite partie des immenses richesse accumulées... On rasera la Maison du Temple, à Paris....
Ce n'est qu'au XIXème siècle, avec Jules Michelet ; que les historiens commenceront à réhabiliter les Chevaliers du Temple, et expliqueront en quoi toutes les accusations contre eux étaient fantaisistes
 
Fondé par Hugues de Payns en 1118, l’Ordre des Templiers est reconnu officiellement par le pape en 1128.
Les Templiers, avaient pour rôle de protéger et d'accompagner les pèlerins qui se rendaient à Jérusalem, notamment dans le cadre des Croisades. 

Armoiries du Limousin

Eudes de Saint-Amand
grand maître du temple de 1171 à 1179

 

 
Une véritable émulation a lieu pour ce nouvel Ordre mêlant religion et armée. La fameuse croix rouge des Templiers est accordée par le pape en 1147. Pendant 2 siècles les Templiers implantent leurs commanderies, en Orient ou en Occident. 
 
Il faut savoir, également, qu'il y a différentes catégories de membres de l'ordre :
Les chevaliers – issus de la noblesse - et sergents ( ou ''servants'') – issus de la paysannerie et de la bourgeoisie - . Ils sont frères du temple, et participent au chapitre.
Les écuyers, qui servent à terme.
Les chapelains, qui ne seront frères qu'au XIIIe s.
Les frères de métiers.
 
Les frères chevaliers étaient revêtus du ''blanc manteau'', les frères sergents du manteau noir ou brun ( de bure), et tous arboraient au côté gauche, au-dessus du cœur , la croix vermeille accordée en 1147 à Paris par le Pape
 
L'histoire des templiers se confond avec celle du Royaume de Jérusalem, et ils ne survécurent pas à sa chute.

A suivre ...

Voir les commentaires

La commanderie de Paulhac en Creuse.

Publié le par Perceval

Il y a … bien longtemps, des jardiniers s'activant autour de l'Eglise de la commanderie templière de Paulhac, trouvent … un trésor !

Patron des jardiniers - Saint Fiacre

Pour rendre grâce à la providence, ils construisent une chapelle dédiée à leur saint patron : saint-Fiacre ( le patron des jardiniers...). Cette chapelle remonte au XVe siècle. Peut-être également était-elle l'oratoire d'un cimetière … ?

Une commanderie est un lieu à triple vocation, sécurité et accueil, religieuse et agricole, et se composait généralement d'un logis, d'une chapelle et d'un bâtiment accueillant pèlerins et malades

Aujourd'hui, Lavaufranche, les chapelles de Paulhac et de Pallier, l'église St Jean de Bourganeuf, témoignent de cette période de l'histoire de la Creuse.

Dans un bourg, l’église de Paulhac (commune de Saint-Etienne de Fursac, 23/Creuse) apparaît dans son étrange silhouette avec ses contreforts massifs à talus ressautés, son clocher bas et trapu, chichement ajouré, son portail en cintre aigu, seule coquetterie de cet ensemble sévère.

La commanderie de Paulhac, fondée en 1197, fut une des plus importantes d'Auvergne.

(Ancienne paroisse puis commune jusqu'en 1824).

Des bâtiments de la commanderie ne restent que l'église Saint-Jean et la chapelle Saint-Fiacre, classées Monuments historiques en 1938.

Les templiers étaient des religieux qui ont combattu en terre sainte entre 1139 et 1307. Pour financer les guerres, l'ordre possédait des commanderies en Occident, dirigées par des templiers. Une trentaine d'entre elles étaient installées dans la région limousine.

 

La commanderie de Paulhac, en ce début du XIIIe siècle, faisait partie des terres du comté de la Marche, qui dépendait de la province d'Auvergne-Limousin. Cette commanderie fut probablement l'une des plus importantes de la province. La grandeur de son église, ses peintures murales, la tenue d'assemblées provinciales templières (chapitres) ou le fait d'apparaître un grand nombre de fois dans les actes du procès des Templiers en sont la preuve.

On y nota la tenue de chapitres par Gérard de Sauzet, Pierre de Madic, et Raymond de Mareuil, qui furent les maîtres successifs de cette province de 1284 à 1299.

En 1245, elle s'agrandit des bois de Fursac que donna Guillaume Masgelier partant pour la croisade avec les troupes de Louis IX.

Après l'arrestation des templiers, la commanderie est dévolue aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en 1312, qui construisent le clocher massif actuel et la chapelle Saint-Fiacre (XVe siècle) dont on remarque la magnifique porte surmontée d'un linteau en accolade.

Lors du procès, le frère Bertrand de Villars avoua que pendant la célébration de la messe, le prêtre omettait la parole « ceci est mon corps »...

Du fait des actes de ce fameux procès, nous connaissons : Jean de Las Chaussade, responsable des deux maisons de Paulhac et La Croix, Jean de Saint-Hilaire, Pierre du Queyroix, simple servant, auxquels s'ajoute au XIVe siècle Humbert de Comborn. Après le rattachement aux hospitaliers, certains commandeurs du lieu deviendront prieurs d'Auvergne.

Il ne reste aujourd’hui de l'ancienne commanderie que l'église Saint-Jean (dite église de la Décollation-de-Saint-Jean-Baptiste) et la chapelle Saint-Fiacre.

L'église des XIIIe et XIVe siècles, est de style gothique (arche et intérieurs) et roman (intérieurs), avec un vaisseau unique à cinq travées et chevet plat.

L'édifice est homogène. Indépendamment de la reprise d'un contrefort, il n'y a eu que des compléments la surélévation de la première travée, d'assez médiocre qualité, probablement liée à des fins défensives, qui dénature une silhouette autrefois continue, et la construction en 1449 d'un petit oratoire isolé, la chapelle Saint- Fiacre, dont la réalisation est au contraire extrêmement soignée. L'église, consacrée à la Décollation de saint Jean-Baptiste, correspond à une définition quasi générale en Limousin à cette époque : un rectangle composé de plusieurs travées dont la dernière forme choeur.

Il s'agit de la première oeuvre d'une série de quatre chapelles gothiques édifiées par les templiers de la Creuse : les églises de Paulhac, Blaudeix, Chambéraud et Charrières présentent toutes une suite de voûtes d'ogives à liernes (non bombées) dont les articulations retombent sur de courtes colonnettes juchées sur des consoles ; mais c'est aussi la plus longue, avec cinq travées. Le parti est donc une invention de l'architecte, qui a réalisé une synthèse originale entre des influences venues du monde Plantagenêt et des goûts pour la sévérité propres à la région.

C'est ici qu'avaient lieu les adoubements des commanderies voisines de Blaudeix et de Chambéraud.

Dans l'église, on peut y voir un bénitier sculpté ( un loup ?) en granit, un intéressant retable-tabernacle (2e moitié du XVIIe siècle), une tapisserie d’Aubusson du 18e siècle offerte par le dernier commandeur hospitalier juste avant la Révolution., et une vierge de bois du 18e siècle.

Et, surtout... : des peintures murales illustrant en particulier les tourments endurés par des apôtres : des scènes violentes, édifiantes destinées à servir de modèle ...

Les peintures murales ont été repérées en 1935 mais elles ont été restaurées en 1971 puis de 1982 à 1991. Sur le mur nord et sur celui du chevet, elles sont datées de la seconde moitié du XIIIe siècle (entre 1250 et 1280).

Ces superbes fresques illustrent des martyrs de saints, la crucifixion, l'arbre de Jessé, le calendrier des mois, des croix de consécration et toute la symbolique templière.

 

 

 

 

 

Deux consoles à trois têtes, peut-être un Chevalier, une Dame et un Moine, l'une près du choeur avec des visages gracieux, et une autre plus près de l'entrée avec des visages moins exemplaires ( la femme ''en cheveux''). Également en console, le beau visage d'une femme ''couronnée'' semble t-il … ! ?

La chapelle Saint Fiacre construite au XVème siècle était autrefois reliée à l'église par un passage couvert. La porte de la chapelle avec ses moulures et ses colonnettes fleuronnées est typique de l'art flamboyant. La clé de voûte de la première travée porte les armes de Pierre d'Aubusson, grand maître de l'Ordre de Malte.

Un habitant du village nous parle d'une cave souterraine, dont le pilier central s'orne d'une tête de bélier, remonte à la fondation de Paulhac.

Dans la maison voisine, on peut accéder à une ''Cave de la Commanderie", sans doute la chapelle souterraine de cette commanderie. « On y descendait, il y a encore deux ou trois dizaines d'années, par quatorze marches... Veugnet en dénombrait 16, le 15 mai 1865...

« Revenons au centre de cette "cave de la commanderie". Un lourd pilier cylindrique assure toute la tenue de la construction souterraine. Basile-François Veugnet donnait un relevé (croquis) des sculptures qui le décoraient... et d'une plaque de pierre de petite taille comportant plusieurs tracés rapportés au tracé d'une constellation étoilée et deux personnages tenus dans une sorte de coffre, le tout accompagné de plusieurs dates dont les plus anciennes étaient 1197 et 1248, cette dernière répétée deux fois. »

« Veugnet relate qu'à son époque il entend un récit légendaire expliquant que ce dessin serait en fait un tracé conduisant à un coffre confié aux sous-sols de la maison templière de Paulhac par un certain Marcellain de Faud.


Peut-être, faut-il trouver dans ce récit un bien fondé lié avec les sculptures du chapiteau ornant le pilier massif central (axe de l'édifice) et représentant des feuillages aquatiques (symbolisant des textes) et une face animale désignée comme celle d'un bélier ou d'un veau... »

- Sur la ''cave souterraine de la commanderie'' : Sources : André Gouzet, citant Roger Guinot dans "Creuse Secrète", et Norbert de Florigney (notaire royal au XVe siècle).

Voir les commentaires

Sur la Route de Roger de Laron, chevalier limousin. - 3/3-

Publié le par Perceval

Le ''second'' château de Saint-Julien-le-Petit, qui se compose d’un corps de bâtiment et de deux pavillons, n’est pas ancien, il date tout au plus du XVIIe siècle. Il a été construit avec les matériaux du château de Laron. Avant la Révolution il était habité par les de La Bermondie, derniers seigneurs de Laron. Les armes de la famille de La Bermondie sont de gueules à la tour d’argent maçonnée de sable et une bordure d’azur chargée de huit besants d’or.

Montlaron. — Il existait en ce lieu, en 1467, un prieuré qui avait pour patron saint Laurent. Le prieur de l’Artige y nommait les titulaires : ce fut plus tard le recteur des Jésuites du collège de Limoges. Eu égard à l’inutilité de la chapelle, et à la modicité du revenu, sa démolition fut ordonnée en 1751 et les matériaux employés aux réparations de l’église paroissiale.

Ce nom de Laron est, de nos jours encore, donné à deux montagnes placées en face l'une de l'autre et que sépare le cours rapide de la Maulde ( ou Maude). La partie de la montagne '' Mont Larron '' ( alt :624m) , possède trois villages: Conjat à l'Est, Champety au Sud et Mont-Laron au Sud-Ouest.

Eglise - Saint-Julien le Petit

Sur le versant occidental, non loin de la cime, jaillit, dans un pli de terrain une fontaine, dite de Saint-Laurent, dont les eaux abondantes arrosent les prairies de Saint-Julien-le-Petit. L'église de ce bourg, dédiée à St-Julien-de-Brioude, parait avoir été édifiée vers 1150. Le Chapitre d'Eymoutiers nommait à la cure. Le bourg est souvent appelé Saint-Julien près Laron, ou même Saint-Julien-de Laron.

A peu de distance de la fontaine de Saint-Laurent, on pouvait voir une chapelle ( démolie en 1751 ) placée sous l'invocation du même saint. Saint-Laurent au Mont-Laron était un prieuré de la petite congrégation de l'Artige , qui dès son établissement posséda des droits sur ces montagnes; on lit, au cartulaire de ce prieuré, qu'un des fondateurs du monastère, le Vénitien Marc, obtint des petits seigneurs du voisinage une partie de la forêt du Mont-Laron. Les droits du monastère à Conjat et dans d'autres localités des environs sont signalés en 1184, 1188, 1192, etc.. Une communauté fut établie dans la maison du Mont-Laron ; un document des archives de la Haute- Vienne fait mention du précepteur de ce petit monastère.

On voit, en 1266, Ahélis, femme de Roger de Laron ( le père …) , fonder un anniversaire à l'Artige et faire un don à ce monastère en faveur du couvent du Mont Laron.

Aujourd'hui ; à proximité de la mairie de St-Julien le Petit, sur la gauche de l'une des rues menant au centre bourg il existe un lavoir. Il est alimenté par une source située un peu plus haut. Cette source est protégée par une construction de pierre qui fait corps avec le talus. Sur les pierres plates servant de toit, une pyramide tronquée sommée d'une croix a été posée. Cette fontaine est donc sous la protection de Saint-Laurent, ses eaux remplissaient un long abreuvoir (aujourd'hui à sec) avant d'être canalisées vers le lavoir. L'édicule est fermé par une porte en bois à claire-voie marquée par l'usure du temps.

 

Clédat. — Où était, en 1294, une maison des pauvres, dépendant de l’hôpital de Saint-Gérald de Limoges.

La Tour: Peyrat le Château

 

Peyrat-le-Château (Pairac lo Chasteu en occitan)

Au Moyen Âge, Peyrat-le-Fort, dominé par la baronnie poitevine des Lusignan, connaît une période d’instabilité (1150 – 1450). Richard Cœur-de-Lion, Jean sans Terre, la guerre de Cent Ans… ont détruit une grande partie du patrimoine local.

Des édifices seront reconstruits : * la tour Carrée (XVe siècle): Ancien château des Lusignans

L’ancien château des comtes de Lusignan, détruit au XIIe (1184) par les troupes de Raymond VI et des Brabançons à la solde de Richard Cœur de Lion pendant la guerre de cent ans, faisait suite à la Tour face à la motte mérovingienne. Les jardins du château dominaient la vallée de la Maulde.

* et l’église dédiée à saint Martin (XIVe siècle).

Bujaleuf

Le nom de « Bujaleuf » serait l’héritier de l’ancien « Bugialo » de l’époque gauloise, marque d’un village de défricheurs, nom que l’on pourrait traduire par « le champ de Bugius ».

 

La fontaine Saint-Martin de Bujaleuf, à deux pas du Lac Sainte-Hélène

Elle aurait des vertus pour guérir les enfants et aider les jeunes filles à se marier. La présence de pièces de monnaie dans sa vasque en pierre témoigne de sa fréquentation.

 

Le site de Boisvert, protégé du nord, est habité par les Gallo-romains. A la fin du Moyen-Age et à l’époque moderne, le territoire actuel de la commune est sous l’autorité de plusieurs seigneuries : Boivert, Bujaleuf, Bellabre, le Mazaud, le Chalard. Le château du Chalard est édifié sur un éperon qui domine d’une quarantaine de mètres un méandre de la Vienne. Il s’agit d’un site castral ancien. Le château du Chalard fait depuis longtemps partie du Comté de la Marche, qui a été rattaché à la couronne royale dans le second quart du XVIe siècle. Ce lien ancien explique sans doute que sous l’Ancien Régime, la paroisse de Bujaleuf dépend de la généralité de Moulins, par l’intermédiaire de la sénéchaussée de Guéret, chef-lieu de la Haute-Marche, qui perçoit les impôts. Sur le plan administratif, la paroisse constitue une enclave dans la généralité de Limoges. Dans le domaine judiciaire, la cour suprême est le parlement de Paris, et c’est le droit coutumier qui est appliqué.

Au centre du bourg, l’église datée du XIIIe siècle, est bâtie sur un plan simple, rectangulaire à cinq travées - alors que la formule la plus courante en comporte trois - sans abside. Bujaleuf est l’une des vingt-trois paroisses de la Haute-Vienne placées sous le vocable de saint Martin, évêque de Tours.

Roziers Saint-Georges

Masléon

Autour du 29 juin 1289, est créé un bailliage à Laron, par Philippe IV le Bel, qui fonde en même temps la bastide de Masléon. Il est qualifié de bailliage (ou prévôté) royal de Laron, mais aussi de Laron et Masléon.

Le 29 février 1324, la nouvelle bastide reçoit le visite du roi Charles IV le Bel, un des fils de Philippe IV le Bel, qui revient de Toulouse et y rédige un acte où est indiqué le nom de Villefranche en Limousin. En 1342, la bastide est dénommée « ville nove de manso leonis » (ville neuve de M.L.)43. Le 8 mai 1360 est signé le traité de Brétigny qui cède aux Anglais un territoire très important, principalement au sud de la Loire, dont le territoire du Limousin actuel. Les consuls de Masléon rendent donc hommage au roi d’Angleterre, Édouard III, le 6 septembre 1363. En 1370, la bastide, revient sous domination française après la reconquête de la majeure partie du Limousin. Avant 1398, Pierre de Masléon, prêtre et chanoine, fonda une vicairie, bénéfice attaché à certaines églises cathédrales, à celle de Limoges.

La bastide, unique en son genre en Limousin, bénéficie de la Charte de Lorris, d'où, par exemple, le fait que les paysans, vilains et serfs, y échappaient à leur condition servile, mais il fallait, à l’origine, rester un an et un jour dans ces villes franches. Les bastides sont dirigées par des Consuls, Masléon eut donc des consuls à sa tête. Elle va vite prendre, sur le plan local, une importance considérable.

Le bourg n’a gardé que la structure de ses rues parallèles et perpendiculaires.

De 1199 à 1309, le Comté de la Marche passe à la Maison de Lusignan, comté qui fait partie de l'apanage d'Alphonse, et le comte de la Marche doit l'hommage, au frère de Saint-Louis.

Richard Cœur de Lion et Guy de Lusignan

Hugues de Lusignan et surtout sa femme, Isabelle d'Angoulême, veuve de Jean-sans-Terre, ressentent une humiliation de cette situation...

 

A dater de la mort d'Alphonse (août 1271), l'hommage dû à ce prince par les seigneurs de Laron remonte au roi, dont ils deviennent les vassaux directs. Et, vingt-huit ans après la mort d'Alphonse, on trouve une juridiction royale établie à Laron même.

Sources : L'Internet, dont Wiki, les sites des communes et surtout :

LARON - Topographie, Archéologie, Histoire – de Louis GUIBERT (1893)

Dans un prochain article, après ma visite, je présenterai l'église templière de la commanderie de Paulhac ( 23, Creuse)

Voir les commentaires

Sur la route de Brocéliande. Le château de Suscinio

Publié le par Perceval

Sur la route de Brocéliande. Le château de Suscinio
Sur la route de Brocéliande. Le château de Suscinio
Sur la route de Brocéliande. Le château de Suscinio
Sur la route de Brocéliande. Le château de Suscinio
Sur la route de Brocéliande. Le château de Suscinio
Sur la route de Brocéliande. Le château de Suscinio
Sur la route de Brocéliande. Le château de Suscinio
Sur la route de Brocéliande. Le château de Suscinio
Sur la route de Brocéliande. Le château de Suscinio
Sur la route de Brocéliande. Le château de Suscinio

Le château de Suscinio – situé sur la presqu’île de Rhuys se découvre dans un décor privilégie : une vue sur la mer, et entouré de marais …

Au XIIIe s., Le premier logis, un manoir pour la chasse, est bâti pour le duc de Bretagne Pierre de Dreux, en 1218. . Il s’agrandit sous l’impulsion des Ducs de Bretagne qui y implantent un premier manoir. Celui-ci  est ensuite remanié et agrandi pour devenir la vaste résidence princière visible aujourd’hui. C'est, à l'époque, la résidence préférée des Ducs de Bretagne et d'Anne de Bretagne. Sa vaste enceinte est cernée de douves et flanquée de 6 tours.

Une visite bien complète : des salles, des commentaires ( audio-guides, affiches ..etc) et des animations ...

* En 1373, le Connétable de France Du-Guesclin investit le château défendu par les Anglais, comble les douves dans l'angle Sud-Ouest, enfin aidé par les engins d'assaut, y pénètre, tuant tous les défenseurs sans en épargner un seul. Il fait démanteler tours, courtines et logis...

Le château est agrandi à la fin du XIVe siècle. Les ducs Jean IV et Jean V entreprennent des travaux de consolidation et la construction d'une nouvelle tour.

Jeanne de Navarre, épouse de Jean IV, accoucha à Sucinio (ou Suscinio), le 24 août 1393, d'Arthur, comte de Richemont, l'une des gloires de la France et de la Bretagne. Créé connétable de France par le roi Charles VII en 1425 ; il eut l'honneur de sauver le royaume avec Jeanne d'Arc. 

Au XVe siècle, Rhuys est une vaste forêt giboyeuse et ses hautes futaies cernent le château de toutes parts, même du côté de la mer, plus lointaine que de nos jours. Voilà pourquoi, plus que les cris de guerre, retentissaient en ces lieux les aboiements des meutes, les clameurs des chasseurs et les sons variés des cornes de chasse. Brillantes réceptions, chevauchées galantes, tournois trouvent à Scucinio un cadre idéal. Ce château est pour les Ducs de Bretagne un lieu "Sans Soucis", "Soucis n'y est" ou  plutôt "Suscinio" qui, en des temps différents, à même signification.

Pour y dormir tranquille et "sans soucis" ce palais est entouré de douves larges et profondes... Aux grandes marées, les eaux de l'Océan, par un canal, s'y déversent. Comme elles ne sont pas rigoureusement étanches, que l'eau s'évapore et et qu'elles risquent d'être asséchées, la Duchesse Isabeau, au milieu du XVe siècle, les fait alimenter par l'eau d'une fontaine conduite au moyen d'une ingénieuse canalisation. 

François 1er de Bretagne ( 1414-1450) - fils de Jean V - et dit '' le fratricide'' régna huit ans. Il se maria deux fois. Sa première femme fut Yolande, sœur du roi de Sicile ; la seconde la belle et bonne Isabeau d'Ecosse.

François rongé par le remord, mourut en 1450. Il laissait à sa veuve, le château de Suscinio et toutes ses dépendances. La duchesse fit exécuter de nombreuses réparations. Elle fit capter les eaux de la fontaine dite '' de la duchesse '' …

 

 

  

Dessins de l'architecte Georges Ganuchaud (1915-1998)

 

Progressivement abandonné par les ducs ( au profit de Nantes) après le 15ème siècle, En 1520, le château passe à la couronne de France. Il tombe en ruines et est vendu à la Révolution ; il est investi par les Chouans, et finalement très dégradé, il est vendu à un marchand qui l’exploitera comme carrière de pierres. D’ailleurs c’est en tant que ruine que Prosper Mérimée fait classer le château aux monuments historiques en 1840.

Un des trésors du château est le pavement médiéval, datant entre 1330 et 1340.

Ici aussi, il reste : un fantôme : un jeune garçon, fils d'un capitaine de la garde. Le petit garçon a deux espaces privilégiés, au 3ème étage : la salle ''garde robe du duc'' et sous les combles, ce qui serait la chambre des enfants. Il s'y promène encore … Il apparaît, il court , il repart, il ne parle pas …

Voir les commentaires

Sur la route Richard Coeur de Lion :Châteaux de Montbrun, Brie, 10/ -

Publié le par Perceval

La visite ( assez chère : 10€) du Château de Montbrun, est assez particulière – à l'image de son propriétaire - … !

Les amateurs de récits historiques seront déçus. Les curieux de reconstitution médiévale, façon confort et moderne, seront intéressés.

Pour le visiteur, son apparition - de la route - est magique... Un château fort, situé sur la commune de Dournazac, et surplombant un étang (restes des anciennes douves). Son donjon imposant ( il culmine à 45m) et ses tours massives valent vraiment le coup d'oeil.

 

* Tout d'abord : l'Histoire … !

Pour résumer : A la motte féodale que l'on peut encore voir, succéda une forteresse construite au XIIe siècle, dont il subsiste le donjon couronné de mâchicoulis. Incendié par les Anglais, le château fut reconstruit au XVe.

Le fief de Montbrun remonte au chevalier Pierre Brun – célèbre pour son action à Chalus – et dépend de la Vicomté de Limoges-Ségur, et lors du conflit qui oppose le Vicomte de Limoges Adémar V au roi d’Angleterre et duc d’Aquitaine Richard Cœur de Lion en 1193, le seigneur Pierre Brun a à sa charge la défense du castrum de Chalus (à l"époque donjon carré en pierre protégé par une enceinte palissadée). Avec le chevalier (Milites Castri) Pierre Basile, ils défendent vaillamment le castrum de Châlus et blessent le roi qui négligeant cette blessure s"infecte et se transforme en gangrène. Le roi Richard meurt le 6 avril 1199 de ses blessures.

De la motte castrale du XIIe, on construit des tours : on trouve les vestiges d"au moins 4 tours (la tour porte – le donjon actuel – tour de la chapelle – tour proche de l"enceinte) également de la chapelle castrale Saint André. Le donjon est à l’origine un des plus anciens de ce type en France, édifié en 1179. C’est une élégante tour carrée à contreforts plats et aux arcades en plein cintre, de 35 mètres de haut et 6 mètres de côté, dénommée « le Grand Jacques ».

Fresque pour le grand salon - Château de Montbrun - Jasmine Le Nozac'h

C'est au XIVe s que l'on construit véritablement un château fort épaulé de tours carrées (vestiges d"une amorce de tour). On construit également l"hôtel nobiliaire de la poterne (donnant sur les moulins). Le château fort de Montbrun, de possession anglaise, défend la frontière nord du duché d’Aquitaine. Il est donc pris dans la tourmente de la guerre de Cent Ans. Arnoult d’Audrehem, maréchal de France, nommé en 1352 par le roi Jean II le Bon : lieutenant des pays entre Loire et Périgord, recouvre les places de Lavaugyon et Montbrun.

Au XVe s, apparaît le château fort actuel, enceinte haute épaulé de 4 tours circulaires, équipées pour le canon. On construit une enceinte basse avec tours, en même temps que l’enceinte villageoise. Incendié et ruiné cependant par les anglais en 1385, le château sera reconstruit sous sa forme actuelle par Pierre de Montbrun, évêque de Limoges, qui veut remettre de l’ordre dans son diocèse malgré les rapines systématiques des Routiers. En 1424, le château est assiégé par le roi de France, Charles VII au motif que Guy Brun le seigneur du domaine de cette époque – marié à Angèle, la souveraine de Pompadour -, refuse obstinément de se soumettre à son autorité, lui préférant la couronne anglaise et Henri VI. L’infortuné et outrecuidant Guy Brun périra dans ce siège et sa femme Angèle enfermée dans un couvent... Pierre, son frère, lui, va jurer fidélité au Roi de France...

Un descendant de Guy Brun, Jean Brun se marie (1503 ) avec Jaquette de Bourdeille (*) - le grand amour de sa vie – avec qui son père – jusqu'à sa mort - refusait de le marier. Malheureusement, Jacquette meurt en 1504, lors de la naissance de leur fille Elisabeth. Elle serait enterrée dans une chapelle ( en ruines aujourd'hui) , face à la porte à pont-levis...

Elisabeth Brun est mariée en 1516 à l'âge de 12 ans, sur ordre du roi de France François Ier, à Porthus d'Estuer de Causade. Leur fils, Louis d'Estuer est un dilettante qui dilapide la totalité de la fortune familiale dans les fêtes et le jeu. Ensuite, toujours en quête d’argent il vend le château le 21 mai 1571, au comte Francois de Lambertie.

Il est dit que Louis meurt dans des conditions pitoyables sans enfant, pauvre et alcoolique. Francois Lambertie, grâce à ses excellentes relations avec le roi, Charles IX, transforme Montbrun en baronnie, prétendant ainsi à deux titres : celui de comte de Lambertie et de Baron de Montbrun. 

En 1569, lors des guerres de Religion, l’amiral de Coligny, devant une résistance acharnée, évitera Montbrun, après avoir incendié Lambertie, pour se diriger vers Châlus et Les Cars.

Presque cent ans plus tard, Marie comtesse de Lambertie et Baronne de Montbrun, qui est mariée à Hubert de Choisel, meurt sans enfants et sans héritiers.

Montbrun échoit alors à l'un de ses cousins de second degré : Jean le Campniac. En 1746, la dernière héritière de cette lointaine lignée des Lamberties, Marie de Campniac, se marie au comte de Conan. Son petit-fils, Alexis devient le dernier seigneur de Montbrun. En plein trouble sur ses terres alors que les premiers signes de la révolution s'annoncent, il échappe à la guillotine mais il succombe, après son arrestation par les représentants du peuple, pendant le trajet de Montbrun au tribunal des peuples à Paris.

Pendant la Révolution, le château fut pillé et dévasté, le domaine divisé en lots et vendu.

Restauré dès 1875 par les 'de la Bonne' et leur descendant Régis de Vandière au XXème siècle, il est aujourd’hui la propriété de Maarten Lamers, qui l’a aménagé avec le confort moderne.

(*) Enfin, on peut signaler l'histoire d'une revenante, que l’on aperçoit encore de nos jours au hasard d’un couloir et d’une nuit sans lune. C’est l’âme de Jacquette : la dame en bleu et en peine, qui errerait à la recherche d'une bague perdue...

Egalement, un légendaire trésor serait enterré ici, qui ferait référence à des mines d'or locales ...

** Lors de notre visite, nous accédons à la cour intérieure, avec puits, pont-levis et sur ses tours : créneaux et mâchicoulis, pour se défendre, avant d'entrer et ...oublier l'Histoire.

A présent, nous visitons une reconstitution luxueuse d'un rêve médiéval … Nous sommes invités à partager quelques miettes du rêve d'un 'aventurier' hollandais à la biographie complexe...

Une cuisine professionnelle moderne présentée dans un style rustique, et la plupart des chambres ont leurs propres salles de douche ou un bain. L'espace de vie contient un grand hall, une chapelle privée, bureau-chambres, une salle de musique, une chambre à coucher principale, chambres familiales, 15 chambres, 2 salles à manger, un salon séjour, une salle de cinéma, une bibliothèque, une salle de billard, une salle de congrès, une salle de bureau, un Jacuzzi, un sauna, des salles de serviteur, 2 ascenseurs, un chauffage central au plancher sur l'ensemble, système de téléphone interne privé...etc

Château de Brie

 

Le château de Brie, appartient au XVIIIe siècle à Victor de Riquetti, marquis de Mirabeau, il est terminé vers 1520. Une porte au décor gothique flamboyant permet d'accéder à un bel escalier de granit en spirale s'épanouissant en palmier à près de 16 m de hauteur. La demeure est habitée et meublée. Au 2e étage, les chambres ont chacune un décor propre à une époque. Dans le parc, la grange médiévale est un ancien refuge militaire protégé par 13 meurtrières et flanqué de deux tourelles (possibilité de location de la grange pour toutes manifestations).

Voir les commentaires

Sur la route Richard Coeur de Lion : Châlus, - 9/ -

Publié le par Perceval

Richard Coeur de Lion - BD de Pascal Jourde

Richard Coeur de Lion - BD de Pascal Jourde

Arrivé à Châlus, un  blason - qui représente un lion dont le cœur est transpercé d’une flèche - évoque directement un événement ayant marqué l’histoire de la région.

 

Arrivé à Châlus, donc, on ne peut manquer le donjon du château de Châlus-Chabrol qui domine la commune, et au pied duquel le Roi Richard Coeur de Lion vint trouver la mort (1199)...

La visite de ce haut-lieu de la Route Richard Cœur de Lion, semble se faire malgré les propriétaires actuels, et grâce au soutien de la Mairie... !

 

Il est vraiment dommage que ce lieu ne soit pas mieux mis en valeur... ! Ne serait-ce qu'une exposition sur ce qui s'est passé, ici, le 26 mars 1199...

 

 

 

 

Richard a repris les armes contre des vassaux (à lui) qui avaient passé des traités d'alliance avec le roi de France, pendant sa captivité en Allemagne ( au retour de croisade ..). Parmi ceux-ci, le comte d'Angoulême et le vicomte de Limoges Adémar V qui sera tué en cette même année 1199, soulignons-le, tué par le fils naturel de Richard, Philippe de Cognac...

Richard Coeur de Lion dans Pif gadget...

Certains évoquent un trésor caché à Chalus... Bernard Itier, chroniqueur limousin, contemporain de Richard, affirme que le roi d'Angleterre avait bel et bien l'intention de détruire tous les châteaux et place fortes du vicomte de Limoges.

Déterminé à exécuter ses projets belliqueux, le roi d'Angleterre met donc, le siège devant le château de Châlus-Chabrol. Châlus provient du latin castellum ( petit château) et Chabrol, du nom du chevalier qui construisit ce château, très probablement ce Bernard Chabrol qui assista en 1028 à la consécration de l'église d'Arnac.

Le Château abrite trente-huit personnes ( hommes et femmes). Il est défendu par deux chevaliers : Pierre Brun qui est précisément Pierre, seigneur de Montbrun ( château voisin de Châlus), fils de Hugues IX le Brun, Sire de Lusignan ; et un certain Pierre Basile …

Richard, a promis de faire pendre tout le monde une fois le château tombé, ce qui ne serait pas long, vu la disposition des forces en présence.

Comme Richard, insouciant, sans armure, inspecte la forteresse, Basile, depuis sa tour le vise avec son arbalète. Le carreau, grosse flèche de l'arbalète dont le fer a quatre faces, atteint sans coup férir le roi à l'épaule.

La blessure que Richard ne prend pas au sérieux au début, s'envenime. Un chirurgien de Mercadier ( chef de mercenaires, au service de Richard) n'arrive pas à enlever le fer à quatre faces, il ''charcute'' plus qu'autre chose le roi, la plaie s'infecte et Richard comprend alors la gravité de son état. Mais déterminé à lutter jusqu'au bout contre Adémar, il ordonne tout de même à Mercadier de prendre le château de Châlus puis ceux de Nontron et de Piégut, comme prévu.

Le capitaine des mercenaires lui obéit et tous les assiégés de Châlus sont mis à mort, excepté l'archer qui a touché le roi. Mercadier amène Pierre Basile auprès de Richard qui, mourant, fait grâce de la vie à l'arbalétrier et désire même qu'on lui donne une forte somme d'argent. Mais une fois le roi mort, le cruel Mercadier ne respecte pas ses dernières volontés, et fait écorcher vif puis pendre la malheureux Basile.

Ainsi le rappelle cette épitaphe de Richard cœur de Lion, qui après avoir été victorieux de tant de batailles, mourût le 6 avril 1199, à l'âge de quarante et un ans, 11 jours après sa blessure :

« En Poitou la terre de Châlus garde les entrailles de son Duc

Fontevraud hérite de son corps déposé sous le marbre

La Normandie conserve le cœur invincible du Roi

Ainsi trois pays se partagent ses restes illustres

Aucun ne pourrait suffire à les ensevelir »

 

Richard 1er ne laisse pas d'héritier, la couronne passe à son frère Jean. Infatigable, sa mère Aliénor pendant l'hiver 1199-1200 franchit les Pyrénées accompagnée de l’archevêque de Bordeaux pour se rendre en Castille où demeure sa petite-fille Blanche de Castille. Elle ramène Blanche (12 ans) dans le royaume de France pour la marier à Louis VIII le Lion, fils de Philippe Auguste. Le mariage a lieu le 23 mai 1200. Blanche mettra au monde le fameux Louis IX - 'Saint-Louis' – et Aliénor sera l'aïeule de toutes les familles princières et aristocratiques d'Europe.

 

* A noter que Alain d'Albret (1440-1522) a épousé Françoise de Blois-Bretagne († 1481), comtesse de Périgord et vicomtesse de Limoges... Leur fils Jean d'Albret qui épousa en 1484 la reine Catherine de Navarre, et devint roi de Navarre. Leur petite-fille, Jeanne d'Albret épousa Antoine de Bourbon et fut la mère du roi de France & de Navarre Henri IV. ...

Donc, le Parlement de Bordeaux, par arrêt du 16 novembre 1514, reconnut Alain d’Albret seul et légitime propriétaire des « châteaux et terres de Maulmont, Chalus-Chabrol, Chalucet Courbefy et Solignac... Ainsi furent réunies dans les mêmes mains la vicomté de Limoges et la seigneurie de Châlucet.

Sources : L'épopée Richard Cœur de Lion de Marie-Christine Grave du Bourg (1999) Ed Flanant

A suivre ... Les Châteaux de Montbrun et Brie...

Voir les commentaires

Sur la route Richard Coeur de Lion : Châlucet, - 8/ -

Publié le par Perceval

Passionnés du Moyen-âge ; il faut aller se promener autour et dans la forteresse de Châlucet... ! Beaucoup de choses ont été écrites, et pour étudier en détail son histoire et son architecture, il faut consulter le site : http://www.limousin-medieval.com/chateau-de-chalucet

 

A la fin du XIIIe siècle, grâce à Géraud de Maulmont, Châlucet, est le plus grand château fortifié du Limousin...

Le site est actuellement très bien aménagé, et c'est l'occasion d'une belle promenade.

Un lieu riche d'histoires...

Même aujourd'hui il inspire encore : je pense à Laurent Bourdelas, qui dans son livre Le mystère de Chalûcet, mêle nos deux époques : l'une historique et véridique, à travers l'épopée des brigands qui se sont emparés de Châlucet au XIV e siècle. L'autre, contemporaine et romancée, au fil d'une enquête policière menée par un officier de police limougeaud (qui partage d'ailleurs quelques points communs avec l'auteur).

 

Et encore, par exemple, la Tour Jeannette, s'appelle ainsi ( au moins depuis le XIXe s.) , parce qu' on raconte qu'un jour, les brigands qui occupaient à ce moment-là la forteresse dévalisèrent des marchands sur le chemin qui mène de Solignac à St-Yrieix. Une des victimes, Jeannette, pour se venger, se déguisa en bergère et se fit accepter comme fille de peine auprès du seigneur de Châlucet, facilitant la prise du château par les gens de Limoges. Retrouvée par les brigands, elle fût jetée au cachot. On dit que son cadavre aurait été retrouvé pendant la Révolution par une famille réfugiée dans la tour. Ainsi se raconte la légende de la tour Jeannette. (source Pays du Limousin n°34)

 

Bien sûr, il ne faut pas croire tout ce que l'on dit : Dans « La Revue limousine.» Limoges, 1929.

On lit que « Le train qui s’essouffle vers Pierre-Buffière a dépassé la station Solignac-Le Vigen. Dans un compartiment de seconde classe, une dame « comme il faut » (maquillage, gants, mallette en cuir fauve), distribue des exhortations à deux bambins remuants comme des crabes.

Soudain, les ruines altières de Châlucet se dressent sur leur colline. Alors, la dame :

- " Venez vite voir, mes chéris ! C’est ici qu’est mort le roi d’Angleterre, Richard-Cœur-de-Lion. Il était très méchant et très grand, encore plus grand que l’oncle Jules. Il voulait piller la France. Mais un Limousin, tout petit comme vous, le guettait du haut de cette tour. Avec sa fronde, il a lancé un caillou à la tête du vilain Anglais qui est mort sous cet arbre que vous voyez là-bas. "

 

Nous, qui parcourons la Route Richard Coeur de Lion, nous avons corrigé ….

La Chronique de Saint-Martial, tirée des archives de l'abbaye de Solignac, nous renseigne sur l'

Pendant la guerre opposant le comte de Poitiers à l'évêque Eustorge de Limoges, ce dernier fonde le bas castrum vers 1130. Il reçoit dans sa lutte le soutien inconditionnel d'Adémar III, vicomte de Limoges, et l'aide de deux chevaliers de la famille des Bernard de Jaunhac.

La nouvelle agglomération fortifiée, qui peut accueillir une quinzaine de familles de chevaliers, est dirigée par une communauté de co-seigneurs : Pierre et Géraud de Frachet, Bernard de Jaunhac, Gui de Périgord, Gui Jourdain, Bernard de Royère. Noms cités dans un texte de 1196.

Toujours vers 1130, le vicomte de Limoges, parvenant à usurper à l'abbé de Solignac certains droits suzerains sur le castrum, fonde le second château : le Haut-Châlucet. Puis vers 1270-1280 : c'est la construction du palais fortifié par Géraud de Maulmont. Et, en 1305 : Châlucet devient une forteresse royale.

Le Château est un repaire de brigands, pendant la guerre de cent ans. Et, il est démantelé à la fin du XVIe siècle...

Voir les commentaires

Les neuf Preuses, ou chevaleresses -2/2-

Publié le par Perceval

Les neuf Preuses, ou chevaleresses -2/2-

Le succès des « neuf Preux et Preuses » correspond à un imaginaire masculin, même s'il est populaire auprès des femmes de l'aristocratie. Ils apparaissent dans un contexte guerrier catastrophique qui remet en cause la place de la chevalerie dans la société.

les-neuf-preuses
du manuscrit: Le Chevalier errant, par THOMAS DE SALUCES. (1394)

La chevalerie ne correspond plus à la réalité militaire de l'époque, aussi s'évade t-il dans l'imaginaire... La chevalerie, déchue de son rôle militaire, demeure pourtant un idéal de vie masculin, un idéal remis en question, plus fragile, auquel les femmes sont désormais invitées à participer. De nouveaux ordres se créent qui acceptent les femmes dans leurs rangs : comme l’Ordre de la Jarretière, l’Ordre de la Passion, l’Ordre du Porc espic. La chevalerie se fait courtoise, art de vie, elle se féminise. C’est alors qu’apparaissent les premières représentations de guerrières, Preuses et Amazones, armées de pied en cap.

Vision allégorique 'Cité_des_Dames'
vision allégorique: " La cité des dames "

Il est intéressant de noter qu'au XVIe siècle, il ne serait venu à l'idée de personne de laisser les mots célibataires et tous les noms quels qu'ils soient et quelle que soit la fonction qui s'y associait, avaient leur féminin : l'abbé, l'abbesse, le bailli, la baillive, le maire, la mairesse, le connétable, la connétable, la peintresse, la poétesse, la chevaleresse, etc...

« Les femmes à cheval et en armure n’ont pas manqué durant les croisades. Un chroniqueur musulman, Imad al-Din, rapporte : « Les femmes elles-mêmes s’expatrient pour combattre ; elles arrivent en Syrie par terre et par mer tout équipées (…). Plusieurs femmes de Francs ont échangé le voile pour le casque, elles affrontent la mort armées de boucliers et de lances. »
On trouve des femmes dans les ordres militaires, ibériques, français et germaniques, dans une position il est vrai subalterne. Il en est de même au sein de la chevalerie où elles ne font pas qu’ « arbitrer » les tournois mais règlent la vie des hommes.
 » S. C-B

 

Sources : articles de Sophie Cassagnes-Brouquet, professeure d’histoire médiévale à l’Université de Limoges  

Les neuf Preuses, ou chevaleresses -2/2-

Voir les commentaires

L'origine du Tarot

Publié le par Perceval

- La légende : Aucun élément sérieux ne permet de reconnaître la très haute antiquité du tarot. Il ne serait pas l'œuvre des grands initiés de l'Égypte ancienne...! Il n'est pas non plus d'origine hébraïco-kabbalistique. Ni bohémienne. Ni …. extraterrestre… !

- L'Histoire : Récemment un documentaire sur Arte, le rattache à : Marsile Ficin (1433-1499) , Roue de Fortuneun philosophe italien, traducteur de Platon et proche de Cosme de Médicis, seigneur de Florence au milieu du XVe siècle.

Sa philosophie, composition intime de métaphysique, de religion et d'esthétique, fit autorité de son temps. Il eut pour disciples et collègues de travail Jean Pic de la Mirandole, Ange Politien et Jérôme Benivieni. Ce fils de médecin, féru d'astrologie, aurait créé les vingt-deux atouts du tarot à des fins pédagogiques pour transmettre son enseignement aux étudiants de l'Académie néoplatonicienne qu'il dirigeait et pour dissimuler à l'Église sa pensée iconoclaste qui mêlait les croyances de l'Antiquité et le christianisme. ( Voir Docu sur ARTE )

mandorle Bas-relief de la cathédrale de ChartresTarot Le monde 21
Mandorle - Bas-relief de la cathédrale de Chartres Tarot - 21 - Le Monde

Marcel Ficin, aurait utilisé ces ''Naïbi'', cartes de jeu connues en Italie depuis le XIVème siècle.

]amiens10 la Tour - Amiens[

Le ''chaînon manquant'' entre la culture du Moyen-âge et la brutale apparition "ex nihilo" des naïbis en Italie du nord en 1375/77, semble appartenir aux graphiques et images des compagnons, imagiers des cathédrales, que sont les tailleurs de pierre, les troubadours et trouvères...  

Avec le tarot, nous approchons l'âme du ''peuple du roman''.

Le Moyen-Âge, riche en sa foi, est là avec son exubérance, son symbolique ; le tarot de même nature que la pierre taillée qui surgit dans l'ombre de l'église ; et le frère de la sculpture, du vitrail, de l'enluminure qui transmette la pensée car le livre n'est guère accessible, et les illettrés sont nombreux voir la majorité. Il ne serait pas invraisemblable qu'on ait cherché à diffuser une pensée 'philosophique' au moyen de ces cartes au format réduit, aux images récréatives d'apparence anodine.

Les emblèmes des cartes : sont assimilés aux quatre éléments : les épées à l'air (car l'épée tourbillonne dans l'air), les bâtons au feu (ils sont issus du bois, lequel s'enflamme), les couples à l’eau (elles contiennent des liquides), les deniers à la terre (ils sont faits des métaux qu'elle recèle). Mais ce n'est pas assez : les épées symbolisent en outre la volonté et la puissance, les bâtons le travail et les devoirs d'État, l'énergie matérielle et la fécondité, les coupes l'amour et le mysticisme, l'élaboration intime des richesses spirituelles, les deniers enfin les connaissances et l'art combinatoire, toute industrie créatrice qui aménage le monde extérieur.

En 1377, nous avons dans les archives de la ville de Viterbe, entre Rome et Florence, le premier édit réglementant ou interdisant les jeux de hasard et d'argent, où les naïbbi soient cités, et c'est le début d'une longue liste d'interdictions. Le plus ancien des tarots semble être le Cary-Yale (67 cartes conservées). Il est daté du début du XV ème, vers 1420/25.

Les plus anciens jeux de tarot actuellement connus ont été réalisés dans les cours d'Italie du Nord (Milan et Ferrare) à partir des années 1440-1450. L'un des plus curieux est celui de la collection Goldschmidt, peint en Italie ou en Provence au milieu du XVe siècle : certaines des neuf cartes conservées présentent une emblématique à résonance hermétique (l'as de Coupe pourrait faire allusion au Graal et à la fontaine des « amoureux de science »)

Tarot de Charles VI, Italie du Nord (Venise, Bergame?), fin XVème siècle

Le Tarot de Jean Noblet, Paris, XVIIème siècle.

Le Tarot de Jean Dodal, Lyon, vers 1701

A suivre:  le Tarot Arthurien...

Voir les commentaires

Un village au Moyen-Age en Xaintrie: à Saint-Julien-aux-bois.

Publié le par Perceval

Nous sommes en 1476, et commençons par suivre le témoignage d’un paysan-notaire... A Saint-Julien-aux-Bois, nous prenons la machine à remonter le temps....

Un passionné, Pierre Gire, avec qui nous avons aimé discuté, a consacré sa vie à recréer la vie des gens d'ici, au temps de la féodalité ( et qui a peu varié jusqu'à la Révolution...) : un village du Moyen Age, avec ses maisons et ses granges, ses plantes, ses animaux... Tout y est juste, à sa place : les charpentes, les meubles, les vêtements, les cultures…

Cette reconstitution n'est pas œuvre d'imagination. Elle s'appuie sur des recherches documentaires, archéologiques et ethnographiques de terrain.

Les habitations sont pourvues de leur ameublement rustique, leur couverture est constituée de chaume (confectionné à partir des hampes du seigle), même les gonds des portes ont été ouvragés à la façon de l’époque. Une partie des matériaux utilisés provient d’ailleurs d’anciens bâtiments de Xaintrie, pierres de taille, pièces de charpente, le reste à été façonné en restant fidèle à l’esprit médiéval. À l’intérieur, des provisions diverses sont suspendues au plafond, de la charcuterie qu’on fait sécher le plus souvent. Le sol est en terre battue dans l’habitation des métayers, il est constitué d’un pavement dans celle du notaire fermier.

Le “cantou“ Signifiant littéralement « le coin », c’est un élément primordial de l’habitat, de l’âme et de la sociabilité limousine : lieu de la cuisine, de la lumière, de la chaleur, c’est là que se regroupe la famille, que s’échangent les nouvelles, que se transmettent, à la veillée, les histoires, les légendes, le sacré. C’est vraiment le « feu », synonyme de foyer où l’on vit « à pot et à feu ». Autant de “cantous“, autant de feux c’est-à-dire d’unités familiales. Le plus souvent très grands, leur taille et leur place varient selon l’aisance de la famille. Ils prennent généralement place contre l’un des murs pignons de la maison : - soit en renfoncement dans l’épaisseur du mur, - soit délimités par un ou deux murets en avancée sur le(s)quel(s) s’appuie une poutre transversale. Mais il arrive encore à cette époque que le foyer, limité par de grosses pierres, soit placé au centre de la pièce, comme dans l’habitation nouvelle de chez Miremont.

Un village au Moyen-Age en Xaintrie: à Saint-Julien-aux-bois.
Un village au Moyen-Age en Xaintrie: à Saint-Julien-aux-bois.
Un village au Moyen-Age en Xaintrie: à Saint-Julien-aux-bois.
Un village au Moyen-Age en Xaintrie: à Saint-Julien-aux-bois.
Un village au Moyen-Age en Xaintrie: à Saint-Julien-aux-bois.
Un village au Moyen-Age en Xaintrie: à Saint-Julien-aux-bois.
Un village au Moyen-Age en Xaintrie: à Saint-Julien-aux-bois.
Un village au Moyen-Age en Xaintrie: à Saint-Julien-aux-bois.

Les paysans n'y sont pas les propriétaires... A charge d'un impôt foncier annuel : le Cens; le paysan vit dans une "boria" une ferme faisant partie d'un village "le mas". Le seigneur reste le propriétaire foncier. 

L'agriculture au village au XVe siècle Les mas ou domaines disposent à peine, en moyenne, de deux hectares de terres labourables. Les champs en occupent une bonne partie, devant les près qui viennent en second. Ici comme dans toute la Xaintrie médiévale, les agriculteurs pratiquent une polyculture céréalière : seigle, froment, sarrasin, avoine et parfois millet. Les paysans pratiquent une rotation biennale, alternant plantation de céréales puis jachère, pour ne pas épuiser le sol. Le fumier est rare et entièrement utilisé pour le potager et les vignes. Le seigle est semé au mois d’octobre, l’avoine en mars, parfois mélangée avec des pois. L’apport alimentaire des céréales est en effet complété par celui de quelques légumineuses cultivées dans les jardins à l’intérieur du village : fèves, pois, vesses. La châtaigne tient aussi une place essentielle dans l’alimentation du paysan de la Xaintrie, et l’arboriculture fournit pommes, prunes, pêches. La consommation, d’après le terrier * d’Hugues de Merle, seigneur de Xaintrie au XIVe siècle, est la suivante : seigle (62%), avoine (28%), froment (8%), raves (1%) et fèves (1%).

La cuisine au village au XVe siècle Les céréales sont battues puis vannées, et les grains broyés au moulin ou sur des meules à bras.Les farines obtenues, surtout celles de sarrasin (ou blé noir), d’avoine et de millet, dont on ne peut pas faire de pain, servent à préparer des bouillies, la “pou“ (pols) et des galettes : “bourriols“ ou “tourtous“ (tortons), qui le remplacent. La cuisson en est plus rapide, demande beaucoup moins de bois, et surtout permet d’économiser le seigle, dont le métayer doit donner la moitié, et qui a toujours servi à payer les impositions. Les aliments cuisent dans des poteries, des “oules“ (olas), posées sur la braise ou suspendues (la cuisson par grillade, réservée aux nobles, est très exceptionnelle). Le bouillon, plus ou moins gras selon ce qu’il reste du cochon, accompagne des légumes frais ou secs, récoltés dans l’ “òrt a vianda“, le jardin. On a oublié que le mot viande vient de vivenda, ce qui est nécessaire à la vie, les légumes.

Les boissons sont de l’eau, du lait ou du vin peu alcoolisé coupé d’eau. Les paysans consomment seulement leur production, tandis que les nobles boivent surtout du vin importé du Bas Limousin. La vaisselle de service est en bois ou en calebasse. Les gens utilisent leurs doigts et le couteau pour manger. La cuillère en bois sert pour les soupes et les ragoûts

Un village au Moyen-Age en Xaintrie: à Saint-Julien-aux-bois.
Un village au Moyen-Age en Xaintrie: à Saint-Julien-aux-bois.
Un village au Moyen-Age en Xaintrie: à Saint-Julien-aux-bois.

L’apiculture est très importante. Elle fournit miel et cire (sucre et éclairage). La cire fait souvent partie des prélèvements de l’impôt foncier. Stockée par le seigneur, elle servira, quand un décès surviendra, à assurer sous forme de cierge le repos de l’âme du défunt.

Le porc (lo ganhon) : à la fin du XVe siècle, on le mentionne de soie noire et blanche. Il est plus proche du sanglier que du cochon rose actuel. Il apparaît couvert de poils durs, de taille moyenne (0,75 mètre de haut) et assez mince. La première ressource attendue de cet animal est son lard.

Vaches et bœufs (vachas e buòns) : à l’époque médiévale, les bovins sont de petite taille, entre 1 m et 1,20 m de haut (contre 1,40 m de nos jours). Dans la région, les vaches sont souvent de robe unie, et leur couleur tourne autour du brun, du rouge acajou, en passant par le fauve roux. Les bêtes ne restent à l’étable qu’en hiver, nourries avec des fourrages récoltés sur les pacages et les champs des alentours. Elles sont l’objet de tous les soins car on leur demande beaucoup : du travail d’abord pour labourer et tracter, du lait, du fumier et, en fin de vie seulement, de la viande.

Un village au Moyen-Age en Xaintrie: à Saint-Julien-aux-bois.
Un village au Moyen-Age en Xaintrie: à Saint-Julien-aux-bois.
Un village au Moyen-Age en Xaintrie: à Saint-Julien-aux-bois.
Un village au Moyen-Age en Xaintrie: à Saint-Julien-aux-bois.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>