Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

hess

1941 – L'Ecosse – Hamilton - Hess

Publié le par Régis Vétillard

Douglas Douglas-Hamilton

Walter Johannes Stein, et Lancelot sont attendus et reçus par le 14e duc de Hamilton en sa demeure, Dungavel House, en périphérie de Strathaven. Séjour quasi-officiel : Stein, conseiller de Churchill devait être accompagné d'un émissaire français du régime de Vichy, Lancelot de Sallembier : - L'affaire Hess, étant au coeur de de cette visite.

Douglas-Hamilton, après des études à Eton et Oxford, a rejoint la Royal Air Force et, en 1927, il est devenu commandant du 602e escadron (ville de Glasgow). En 1933, il est le pilote du premier vol au-dessus du mont Everest.

Voici ce que Lancelot a retenu de la longue explication du duc de Hamilton, sur son rôle dans cette affaire:

En liaison avec les Services de renseignements britanniques, Hamilton devait rencontrer Albrecht Haushofer à Lisbonne pour évoquer un '' accord germano-anglais'' . Cette opération permettait de gagner du temps sur d'Hitler , et de rapporter un maximum d’informations de Haushofer sur la façon dont l’Allemagne résiste à la guerre ; et ses projets vis à vis de l'Union soviétique.

Cette manœuvre d'intoxication a été pilotée par Alan Hillgarth, affecté à l'ambassade britannique à Madrid.

Churchill espérait que l'Allemagne attaque la Russie soviétique et craignait une intensité forte du conflit en Méditerranée. Il espérait bien faire croire à Hitler, que les anglais prêts à se lasser de la guerre, n'étaient pas dangereux... Il faut donc inciter Hitler à tout mettre en œuvre pour l'inciter à faire la paix à l'ouest et s'en prendre à Staline.

On choisit naturellement, Sir Samuel Hoare ( ambassadeur en Espagne ) pour répondre positivement aux ouvertures de paix que l'Allemagne tente. En Allemagne, il semble alors qu'une équipe se met en place pour exploiter cette possibilité avec Hess, Haushofer, sans-doute Ernst Bohle qui coordonne les partis fascistes de l'étranger. Le duc de Hamilton est mis à contribution, pour sa passion de l’aviation ( point commun avec Hess) dont le domaine en Ecosse possède un aérodrome et qui dirige la défense antiaérienne de la région.

Il avait été envisagé effectivement que le chef de l'Auslandsorganisation , le gauleiter Ernst Bohle, puisse éventuellement arriver en avion jusqu'ici, puisque Dungavel House, a sa propre piste d’atterrissage et sert de terrain d’atterrissage d’urgence de la RAF.

L'épave de l'avion de Hess

Le 10 mai 1941, ce fut donc une réelle surprise d’apprendre qu'à 22h34, un Messerschmitt s’était écrasé près d’Eaglesham et le pilote a été capturé. Il donnait comme nom : Alfred Horn, un ami du duc de Hamilton. Il fut transféré au QG de la Home Guard.

Hamilton se déplace, pour rencontrer l'homme et reconnaît Rudolf Hess.

Le lendemain, alors que Hess est amené par l’armée à leur QG de Craigiehall House près d’Édimbourg. Hamilton se rend à Londres pour rencontrer Churchill.

On a récupéré la sacoche de Hess, avec différents documents, dont les ''propositions de paix''

Sont évoqués l’évacuation allemande de la France, des Pays-Bas, de la Belgique, du Danemark et de la Norvège. Le retour à l'Allemagne de l’Alsace et la Lorraine. Le Royaume-Uni s’abstiendra de s’impliquer en Europe à l’avenir. Un pacte de non-agression entre le Royaume-Uni et l’Allemagne.

La sacoche contient également un manuscrit, l'ancien texte irlandais connu sous le nom de Lebor Feasa Rúnda (Livre de la connaissance secrète) : sorte de doctrine druidique et un témoignage des croyances et des pratiques spirituelles des Celtes. Hess pensait-il échanger cette relique celte contre une Pierre qui aurait complété les Regalia du Reich allemand ?

 

L'intention de R. Hess était d'atterrir, négocier, et retourner en Allemagne, avec son avion.

Seulement, Hess n’a pas été en mesure de localiser la piste d’atterrissage privée de Dungavel dans l’obscurité de la nuit. Il aurait ensuite, manqué de carburant et se serait éjecté de l'appareil. Parachuté de son avion, Hess s’est blessé à la cheville lors de l’impact et a été rapidement appréhendé.

Très vite, il est apparu que les allemands, préféraient présenter Rudolf Hess, comme un insensé, voire un dément...

Au-delà de la négociation, on peut se demander si Hess ne s'imaginait pas, prendre la tête d'une conspiration contre Churchill ? L'effort de la Grande-Bretagne a été d'utiliser cette manœuvre allemande pour prendre les nazis à leur propre piège.

Hamilton confirme que le seul objectif de Churchill est d'écraser le nazisme.

Le 22 juin 1941, Hitler a attaqué l’Union soviétique ; et la diplomatie britannique a proposé un traité anglo-soviétique d'assistance mutuelle, signé le 12 juillet.

Voir les commentaires

1941 – L'Angleterre – Rudolf Hess

Publié le par Régis Vétillard

Lancelot épluche la presse , mais du fait du contexte de guerre, les journaliste refusent de lui parler davantage. Stein lui obtient un entretien avec Ronnie Reed avec qui il échange diverses informations sur Vichy, contre une collecte d'articles de politique intérieure britannique et le lien vers quelques journalistes. Il voit aussi du MI6, ou l'I.S. avec qui il valide une voie de passage de renseignements entre le BMA et l'I.S.

Lancelot rencontre Alastair Denniston, qui est responsable de la ''collecte'' d'information, et de la cryptographie. Il regrette que Gustave Bertrand et son équipe n'aient pas voulu le rejoindre à Londres ; il craint que la liaison ne soit pas sécurisée. Lancelot tente de le rassurer sur la partie clandestine du travail, et le soutien de quelques hauts fonctionnaires de Vichy. Il peut être très utile de travailler sur les codes allemands, à partir de France; malheureusement, les français se plaignent de la non-coopération des britanniques. Denniston, exprime l'extrême difficulté à pénétrer Enigma.

Ex-roi Edward VIII

 

Concernant l'ex-roi Edward VIII, Lancelot comprend que l'I.S. a considéré que pendant l’invasion de la France, le duc et la duchesse ont continué à transmettre des informations aux autorités du gouvernement allemand. Wallis a noué des relations avec de nombreux hauts dignitaires nazis notamment avec Joachim von Ribbentrop ambassadeur d'Allemagne à Londres.

En juin 1940, le couple s'est rendu en Espagne. Finalement, le gouvernement britannique a forcé les Windsor à s’installer aux Bahamas, où le duc a été nommé gouverneur général. Des précautions particulières ont été prises par les Britanniques pour surveiller leurs communications avec l'Allemagne.

Pour en revenir à l'atterrissage de Rudolf Hess, en Ecosse, Hamilton fut informé immédiatement de l’existence du prisonnier ( qui s'est présenté sous le nom de Alfred Horn) et lui rendit visite. Hamilton contacta immédiatement Winston Churchill et l’informa de l’arrivée du Führer adjoint.

Comment le 10 mai1941, l'adjoint du Führer put-il arriver jusqu'en Écosse, avec l'intention d'y atterrir ?

Même si je n'ai pas vu les rapports de Lancelot envoyé à Vichy ; je peux d'après ses notes donner la réponse suivante :

Les contact de Hess avec les britanniques se sont construits par l'intermédiaire de Albrecht Haushofer et de Sir Samuel Hoare ( ambassadeur en Espagne) ; à ce propos il est signalé un voyage à Berne avec le duc d'Hamilton. Contacts tout à fait plausibles, sachant que Sir Hoare, dans les années trente, fut un membre actif du ''Cliveden Set'' dont les membres ( sous la direction de Lady Astor – Cliveden est le château de la famille Astor. ) s'accordaient pour une entente avec Hitler.

 

Churchill donna son accord à la SO1, pour accompagner les opérations dans une manœuvre d'intoxication et duper les allemands : l'opération ''Mrs HHHH'' ( Hoare, Halifax, Haushofer, Hess). Le seul objectif de Churchill est de vaincre le nazisme .

Pour desserrer l'étau du Blitz, et alors que l'on craint une intensité forte du conflit en Méditerranée, Churchill espérait bien faire croire à Hitler, que les anglais prêts à se lasser de lui, n'étaient pas dangereux...et qu'ils verraient même d'un bon œil la défaite du bolchevisme...

Cette manœuvre d'intoxication est pilotée par Alan Hillgarth (1889-1978), un des hommes de confiance de Churchill; mondain, romancier et officier des ''intelligence services'' et affecté à l'ambassade britannique à Madrid, chargé de garder Gibraltar et l'Espagne hors de la guerre.

Nancy Astor suit W. Churchill

Pour sourire, Lancelot rapporte ces quelques histoires qui illustrent la description du caractère de Churchill...

Lady Astor: « Winston, si j'étais votre épouse, je mettrais du poison dans votre verre. » Lequel lui a répondu : « Eh bien moi, Nancy, si j'étais votre époux, je le boirais ! ». Effectivement, Churchill aimait bien boire ; au point qu'en préparation d'une soirée costumée, Winston s'informait sous quelle aspect il fallait venir : « A jeun !» lui aurait-on répondu. Est-ce à la même personne, alors qu'elle lui faisait remarquer : « Vous êtres saoul! », qu'il aurait répondu : « et vous, vous êtes moche ! Mais, demain, moi, je ne serai plus saoul. » ?

 

Le 22 juin 1941, Hitler a attaqué l’Union soviétique ; et la diplomatie britannique a proposé un traité anglo-soviétique d'assistance mutuelle, signé le 12 juillet.

Voir les commentaires

1941 - L'Angleterre – Les Windsor - Rudolf Hess

Publié le par Régis Vétillard

Le régime de Vichy, vient d'être gêné par la visite ''officielle'' du colonel Groussard à Winston Churchill en vue d'accords secrets ; il devra le désavouer et même l'arrêter ( 15 juillet 1941)...

Lancelot est envoyé en Angleterre, sans aucun mandat cette fois-ci, et avec l'objectif principal d'en ramener de l'information sur les quelques rumeurs d'une possible entente entre le Royaume-Uni et l'Allemagne.

De plus le Service de Renseignements de Louis Rivet, sans habilitation officielle, cherche à être reconnu comme tel et comme partenaire par l’Intelligence Service. Lancelot, doit remettre un dossier codé préparé par Gustave Bertrand, à propos de travaux sur les codes allemands ; un travail de cryptanalyse qui s'opère clandestinement avec les britanniques.

 

Le 22 juin 1941, Hitler a lancé l'opération Barbarossa : l'attaque contre l'Union Soviétique.

Si pour Vichy, cela représente un tournant positif, attendu; avec chez la plupart des dirigeants de l'Etat français, la possibilité de favoriser l'esprit de collaboration, au nom de l’anticommunisme ; Vichy s'interroge des raisons qui ont conforté l'Allemagne dans la décision d'ouvrir un front à l'est, et si cela pouvait signifier l'abandon des hostilités contre le Royaume-Uni...

 

Eté 1941, que savons-nous, pour l'instant ?

Si Hitler, dans Mein Kampf, annonce ses projets; il n'y manifeste aucun désir d'entrer en conflit avec la Grande-Bretagne.

L'Angleterre, se montrait beaucoup plus soucieuse de nos entreprises coloniales; qui préparaient la fondation d'un magnifique empire, que de l'accroissement de la puissance germanique.

Edward VIII

Au cours des années trente, une partie de l’aristocratie anglaise semblait fascinée par Hitler et le nazisme, seuls remparts, selon elle, contre le communisme.

Les origines hanovriennes de la dynastie anglaise créaient un lien très fort avec l'Allemagne.

Au cours de la Première Guerre mondiale en 1917, le roi George V, alors que le Royaume-Uni se bat contre l'Empire allemand, choisit le nom de Windsor, pour effacer la consonance germanique des souverains Saxe-Cobourg-Gotha.

Le 20 janvier 1936, Edouard VIII devient roi, et se présente à la fenêtre du palais avec sa maîtresse Wallis Simpson. Des rapports évoquent la visite du cousin du roi, Charles-Edouard de Saxe-Cobourg-Gotha, au nazisme affiché, et sa mission de convaincre Edouard VIII de signer un traité d’alliance avec Hitler. En mars, alors que l’Allemagne, en dépit du traité de Versailles, envahit la Rhénanie, Edouard VIII s’oppose à toute intervention militaire franco-britannique.

Oswald Mosley and Diana Mitford

Le Premier ministre Stanley Baldwin estime que le souverain sort trop souvent de sa réserve et affiche un peu trop ses affinités avec l’Allemagne hitlérienne. Outré, il commence à évoquer déjà l’abdication du roi ; il lui aurait offert le moyen de le faire, avec l'avantage de pouvoir épouser Wallis, alors réfugiée en France.

Lorsque l’abdication est annoncée, le fasciste Oswald Mosley, menace avec ses ''chemises noires'' de prendre d’assaut le palais et sauver le roi.

En France, Charles Bedaux ( homme d'affaire franco-américain), en 1937, accueille le duc de Windsor et Wallis Simpson pour leur mariage au château de Candé. Il leur organise un voyage en Allemagne, et leur fait rencontrer Hitler.

 

Le 10 mai 1941, 22 h 34 – L'adjoint du Führer Rudolf Hess fait un atterrissage surprise en Écosse à Floors Farm, près d’Eaglesham. Il annonce être en relation avec le jeune duc d'Hamilton, aviateur écossais.

Effectivement Hess et Hamilton se sont rencontrés, pendant les Jeux olympiques d’été de 1936 à Berlin ; auxquels Douglas Hamilton participaient. Il fut présenté à Hitler, invité par Goering... Il avait déjà rencontré l'ambassadeur à Londres, Ribbentrop, à la Cour de St James’s, et connaissait le géopoliticien Albrecht Haushofer, conseiller de Hess.

Actuellement, Hamilton est responsable de la défense aérienne en Écosse.

Je rappelle que Churchill, tout juste premier ministre, s'était opposé à l'avis de son Secrétaire d'État des Affaires étrangères qui proposait une réponse favorable à la ''paix'' d'Hitler, celle de la non-agression contre l'Empire Britannique...

On peut imaginer que le duc Lord Hamilton puisse être le lien avec lord Halifax et les allemands, si Halifax venait à succéder à Churchill ?

Voir les commentaires