Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

foi

Ma prière du cœur : « Seigneur Jésus-Christ, fils de Dieu, prends pitié de moi ».

Publié le par Perceval

Il suffit que je couvre mon esprit de Silence. Bouddha-yeux-ferm-s.jpgLes yeux fermés, ou non, le souffle posé… et ces mots viennent. Avec l’expir : «  Seigneur Jésus-Christ fils de Dieu » et à l’inspir : «  prends pitié de moi » . Et ainsi, de suite… Pour des instants de paix, ou pour une méditation .


Ces mots, ne sont pas les miens. Je n’emploierai pas «  Seigneur », trop aristocratique. J’éviterai ‘ Dieu ‘, trop de malentendu ! Je ne dirais pas «  pitié », trop plaintif, mais surtout … humiliant !


icone et bibleCes mots, sont attachés à une tradition. Ils ne sont pas les miens, mais, il le furent bien avant moi, pour d’authentiques chrétiens. Ils sont patinés par les siècles, encore vivants de toutes le prières passées et présentes.


  • Je les fais mien. Ils m’ont apprivoisé.

Seigneur, c’est l’appel au ‘ Maître ‘ ; je n’en ai qu’un et il exclut les autres.

Il est’ Jésus ‘ , il est vivant - et nul autre, ici ne peut être mon maître. Jésus, c’est son nom de naissance : Homme, comme nous pourrions l’être, et mort pour ‘ ressusciter ‘ – C’est à dire, accéder à La Vie, non pas comme Lazare, mais vivant comme le divin.filsprodigue-icone

Il est ‘Christ’, choisis à la naissance, et dès le commencement, pour être le ‘ Verbe ‘, le  Messie, celui qui annonce notre lien divin.

Il est à l’image divine, fils de Dieu. Celui, -l’unique homme - à être en communion de don. Mon frère et mon Père, qui attend avec impatience et Amour mon retour.

Prends ma pitié de moi, et donne Ton Amour. Je ne suis pas digne… J’ai quitté la communion, réclamé mon héritage, oublié l’origine, la source. Je crois jouir de la vie…

Voir les commentaires

A l'origine ... Le Don.

Publié le par Perceval

Un « fétu de paille », n’est ce pas ainsi que nous apparaît toute Somme, toutes les encycliques, les thèses… Quand finalement, nous nous posons toujours la même question… question

La question essentielle : Je suis et je pense, mais pourquoi faire ?

Qui est cette … Cette... ?  Présence ? Allez, disons : Dieu !

 

Non pas: dieu existe t-il ? Car ce dieu là, est mort : ces dieux conceptuels : ces idoles philosophiques : horloger, architecte.. Pourquoi Dieu, existerait comme nous ? Pourquoi se soumettrait-il à notre rationalité ?

 

Non, la Question est plus existentielle que cela! L’homme a une raison d’exister, ou,  il n’est que chimère...

Le Dieu, Celui qui est mon horizon, et mon origine ; qui est au plus profond de mon intimité, est tout Autre que moi.

Il est trinitaire, parce qu’il n’est pas un dieu solitaire. Il est trinitaire parce qu’il n’est que ‘ don ‘ ( Amour partagé )

C’est une expérience spirituelle, et ce sont les mots de Zundel :  «  En Dieu, il y a le don du Père au Fils et du Fils au Père dans la respiration de l'Esprit. En Dieu, il y a l'Amour éternellement communiqué. Dans l'immanence de l'être de Dieu, il y a l'Autre. Je est un Autre: le Père, un regard vers le Fils; le Fils, un regard vers le Père; le Saint-Esprit, un regard vers le Père et le Fils. »

 

Jésus, Le divin incarné, est la finalité de notre humanité.

 « Il est unité, union. Il n’est pas solitude, mais « société ». Dieu n’est pas seulement l’Un mais l’Un et l’Autre, et l’Unité des deux. C’est pourquoi tout ce qu’il fait exister est pluriel…

Dieu est don de soi (Père), accueil de soi (Fils), vie, mouvement et fécondité (Esprit)." Père Doumergue sj ‘croire Aujourd’hui’.

 

Le don, pourrait-être bien l’explication de notre ‘ existence ‘.

JL Marion philosophe, écrit « absolument rien n’est, n’advient, ne nous apparaît ou ne nous affecte, qui ne s’accomplisse d’abord, toujours et obligatoirement sur le mode de la donation »

Quand je lis, chez ce philosophe que la « donation produit le donné, s’inscrit en lui, mais ne subsiste pas en elle-même, elle «ne se montre ni ne se fait voir» : c’est pourquoi elle est un vrai don, échappant à la logique de l’échange. Une telle donation est-elle «le propre de Dieu» ? » Il me semble que s’éclaire ma question existentielle, autrement que strictement religieuse, et encore moins dogmatique …

fils prodigue iconeLe Don. L’Œuvre d’art, qui dépasse «ce que les organes de la perception peuvent recevoir et traiter, provoquant l’éblouissement visuel ou sonore». La «Chair», qui excède toute relation. Le Visage d’autrui… Tout ces mystère d’être, participent à la vision d’une transcendance …

 

Dieu se donne , mais on ne le prend pas !

Définir Dieu, autre qu’au travers le mystère d’une personne ( Jésus …), c’est s’imaginer le saisir… Et alors, on ne saisit au mieux que sa propre pensée ( ce que je suis en train de faire. Aussi, ce que j’écris, n’est que verbiage, poésie, ou prière …). Capter Dieu pour son désir, c’est poser une idole !

 

Ainsi, les deux fils du père prodigue. Chacun veut disposer du ‘ don ‘ pour lui-même… Le Père, à tout prix désire restaurer le lien ( gratuit) et tente par deux fois, à chacun, de se faire comprendre : «  on ne peut gagner que si l’on reste dans la communauté de don »

Voir les commentaires

L'homme intérieur

Publié le par Perceval

« Un homme noble s’en fut en un pays lointain pour s’y gagner un royaume et revenir ensuite ».

roi arthurEvangile selon Saint Luc, chap 19 ; verset 11

 

Je commencerai avec M. Zundel, ( L’Evangile intérieur ) parce qu’il est une ‘ référence ‘ qui fait autorité et parce qu’il dit 'simplement' l’essentiel :

« L’humanité est en péril de mort, parce que tous les problèmes – pédagogiques, économiques, sociaux, politiques – sont posés dans l’abstrait, en l’ignorance systématique de la question qui les éclairerait tous : Qu’est-ce que l’homme ?...

Chacun porte en soi quelque chose d’unique, avec la soif de connaître, de vivre et d’aimer. Chacun à sa manière est une fin : «  Agis, dit Kant, de manière à traiter toujours l’humanité, soit dans ta personne, soit dans celle d’autrui, comme une fin et jamais comme un moyen » ( P20)

….

« Quelque chose de meilleur que nous, vit en nous. Quelqu’un nous accueille au plus intime de l’âme, et c’est une immense douceur de nous perdre en la lumière qu’Il diffuse en nous » ( P27)Turner brise-marine

«  Comment reconnaître François d’assise ou Vincent de Paul, Catherine de Sienne… sans reconnaître Celui qui les remplit, sans tressaillir de joie en présence du Dieu vivant ?( P28)

Dieu est une rencontre que chacun doit faire en soi. Et, en vérité, tout être est croyant qui s’efface devant cet Autre en soi, qui vaut infiniment mieux que soi et qui lui est plus intime que son âme : quelque nom d’ailleurs qu’il donne à la Présence lumineuse qui l’habite.

«  Dieu dit admirablement Louis Massignon, Dieu n’est pas une invention, c’est une découverte. »

 

" Tes sens ne peuvent pas le saisir, mais tu pressens que son Esprit est «le coeur de ton coeur et l’âme de ton âmeþ», disait saint Jean Eudes. Le mystique Maurice Zundel aimait répéter que Dieu est présence.

Cette présence invisible jaillit du contact de la prière et non d’un raisonnement. Pour Zundel, le grand homme est celui qui n’est pas accroché à son moi, mais qui gravite autour d’une Présence et se dépasse dans les autres. Il donnait souvent cette prière en pénitence aux personnes qui venaient se confesser: «Mon Dieu, cachez-moi dans votre lumière, rendez-moi transparent à votre présence et apprenez-moi à être le sourire de votre bonté.» Comment ne pas entendre le cri de ce grand priant qui a compris que Dieu n’existe qu’en se donnant: excalibur 2«Quand comprendrons-nous que Dieu est une présence brûlante au fond de nous-même ? Quand comprendrons nous que Dieu est la Présence la plus actuelle et la plus réelle, la Présence hors de laquelle on ne peut rencontrer personne»? (Bernard de Boissière, France-Marie Chauvelot,Maurice Zundel, Presses de la Renaissance, 2004, p.29). "

 

Je continue en donnant la parole à Bertrand Vergely dans un petit livre qui est un bijou : «  la Foi ou la nostalgie de l’admirable » :


«  Dans la tradition chrétienne, le Christ exprime une double signification. Il est, d’une part, ce personnage historique, dont on nous conte la vie et la mort. Il est également ce que l’on appelle l’homme intérieur.

N’est-ce pas une forme de récupération chrétienne ? Si l’on ramène tout au Christ historique, en exigeant que le monde entier s’identifie à lui, certainement. Si, en revanche, on entend par Christ, le Dieu vivant, l’infini incarné dans l’homme, il en va différemment…

Chaque être humain est capable de découvrir l’infini qui se trouve en lui, pour peu qu’il rentre en lui-même. Alors, il fait l’expérience de découvrir non seulement sa propre personne, mais une personne infinie, incarnant la rencontre entre l’infini et la vie.

La rencontre de l’homme intérieur n’Turner Snowstormest pas un vain mot. Toutes les sagesses ont en parlé…

Selon Maître Eckart, l’œil par lequel je me vois et l’œil de Dieu sont une seule et même chose. En nous approfondissant, nous découvrons Dieu. Non pas que nous soyons Dieu. Celui-ci n’est pas une projection de nous-m êmes. Il est au contraire, librement, face à nous.


.. En faisant croire qu’il fallait devenir moral pour accéder au Christ, la m orale chrétienne a dramatiquement inversé notre rapport à la morale. Comment accéder au Christ sans le  Christ ?...

Ce n’est pas le Christ qui est un effet de la morale, mais la morale qui est l’épanouissement de l’homme intérieur.

Voir les commentaires

Il est vivant !

Publié le par Perceval

Il est vivant ! C’est un message essentiel pour ma Foi. resurrection mgr jean

Cela signifie, que la relation avec le divin est possible.

Bien sûr, cela était déjà vrai, avant l’annonce historique de la présence du divin dans l’homme ; mais à partir du moment ( c’était, il y a deux mille ans ) où le témoignage direct de Dieu incarné s’inscrit dans une Parole, Cela est manifesté, présent..

La Présence de Dieu, n’est plus dans une Lettre, serait-elle la Thora… Elle est dans l’Esprit !

C’est une véritable libération, c’est une Expérience… Quoiqu’en diront, les scribes, les prêtres et les légistes.

Voir les commentaires

Spiritualité laïque ... et christianisme

Publié le par Perceval

Je lis cette phrase sur le Blog  :http://bernard-romain.over-blog.com/article-bon-manager-46100053.html ; Site, que j’apprécie beaucoup par son esprit…

 

"- Un bon manager doit toujours se montrer humble, réceptif aux observations de ses collaborateurs.

Il doit reconnaître ses limites et les performances des autres.

L’ennemi à abattre, c’est le mépris.

La valeur à honorer, c’es la confiance."

 

C'est clair, c'est simple.... C'est vrai .

Comme chef d’établissement, j’essaie de pratiquer ce conseil.

Pour aller plus loin dans la réflexion ( pourquoi faire ?... certains me demanderaient … ! ) ; je m’interroge moi-même :

- Dirais-je : « Comme chrétien, j’essaie de pratiquer ce conseil. »..? et je dirais «  non ! »

 

meditation BancIl me semble que cette ‘ résolution ‘ rejoint des valeurs humaines que je partage avec tout ‘ homme ‘. Ces valeurs appartiennent à une spiritualité laïque qui met l’Homme en idéal.

Mon christianisme me soutient, mais ne fonde pas cela. Ou, plutôt : je reconnais en moi , un ‘ Esprit ‘ qui rejoint, partage, ces valeurs humaines… Ma foi, me dit que cet Esprit est à l’origine de tout ce qui existe, et que son Etre explique que l’homme soit ainsi … Mais, avant cette conscience de ces choses, c’est l’homme, ( en tant que co-créateur : ça c’est mon explication personnelle ), qui se grandit en affirmant des valeurs universelles. C’est en ce sens qu’il est légitime de parler de ‘ spiritualité laïque ‘ et ceux qui la présentent ( comme A. Comte-Sponville ) sont convainquants.

Le christianisme, n’est pas fondateur de ‘ La civilisation humaine ‘. Il est attaché à l’histoire, à une ou des cultures. Il progresse, il accompagne ‘ le progrés ‘ des connaissances, il se trompe et se corrige … Le christianisme n’est qu’une religion. Le christianisme est ma famille. Mon christianisme est catholique, culturel. Il peut être universel, il ne l’est pas encore…

 

 

Voir les commentaires

Athée d'un dieu païen

Publié le par Perceval

C'est clair, c'est simple... C'est bien dit:... c'est de Louis Evely.

 

"De quel Dieu êtes-vous athée ? L'homme devient athée quand il est meilleur que le Dieu qu'il sert.

Si vous croyez en un Dieu qui récompense les bons et qui punit les méchants, vous devriez être athée, parce que j'espère que vous valez mieux que ça. Et votre pire châtiment serait de devenir semblable au Dieu auquel vous croyez : " Moi je suis comme mon Dieu, Monsieur, je récompense les bons et je punis les méchants… " Il faut être athée d'un certain Dieu pour en avoir un vrai.

evely1L'ancien catéchisme enseignait que Dieu récompense les bons et punit les méchants. Rien n'est plus faux. Si, pour vous, Dieu punit les méchants et récompense les bons, vous faites de Dieu un païen. Lisez l'Evangile. Que dit le Christ ? " Si tu aimes ceux qui t'aiment, si tu salues ceux qui te saluent, et si tu prêtes à ceux qui te rendent tu es un païen. Les païens agissent ainsi. " Si Dieu se borne à ce rôle de commerçant et de juge, c'est un dieu païen."

 

Louis Evely (1910-1985)

Voir les commentaires

la Foi: expérience.

Publié le par Perceval

Régulièrement, un débat oppose le texte biblique avec l’observation scientifique ou la connaissance historique… Galilée procès

Et régulièrement, il semble que la Foi vacille. A mon avis, elle s’épure, et s’allège d’une argumentation qui ne tenait pas. Après le procès de Galilée, grâce à cet homme, c’est la Foi qui a gagné. Jésus a été accusé de blasphème, il en est mort et c’est La Foi qui est victorieuse !


Qu’entendons nous par «  avoir la foi » ? Deux personnes peuvent utiliser cette même expression et sentir ne pas partager l’essentiel !


Ma foi est essentiellement attachée à l’expression : « Christ est ressuscité » .

N’est-ce pas dire qu’il est vivant ? S’il est vivant : il y a ‘relation ‘, il y a expérience d’Etre avec Lui… J’ai la Foi, parce que j’expérimente une relation.


aveugle foiC'est ainsi que la foi peut être une expérience subite, sans contenu 'catéchétique' réel ( l'Evangile est rempli de cette expérience de foi ) ...
La Bible ( qui vient de ‘bibliothèque’ ) est le récit, selon divers genres littéraires ( poésie, récit, mythes, généalogies, ..etc ) de l’histoire de cette ‘relation ‘ des hommes avec ce Dieu ( qui se révèle jusqu’à Jésus-Christ ).

Mettre en doute l’historicité du contenu ( la rose qui éclot ), n’est pas remettre en doute l’Amour du poète… ? Tous les personnages des premier et deuxième testament, affirment leur expérience de Dieu : expérience complexe faite, comme toute relation,  de désamour, de doute envers Lui ( jamais de Lui envers nous), de trahison …etc

Je ne lis rien, ni dans le 1er Testament, ni dans le second, que le foi ne soit autre chose qu’une expérience.

Je dirai volontiers sans ‘ l’expérience de Dieu ‘, « avoir la foi » ne signifie rien !

La foi n’est pas une superstition, la foi n’est pas un pari, la foi n’est pas une attitude culturelle, …etc

Voir les commentaires

la Foi

Publié le par Perceval

« Entre deux hommes qui n’ont pas l’expérience de Dieu, celui qui le nie est peut-être le plus proche »S. WEIL


Si vous cherchez un auteur pour vous ‘ faire ‘comprendre ce qu’est la Foi, je ne vois qu’un ' type ' de personne…la-foi-copie-1
Je veux parler de la foi chrétienne, plus exactement de tradition catholique, parce que… je pense à Bernanos, Péguy, Claudel et bien avant eux à Maitre Eckhart, mais bien sûr au moine Luther, à Pascal et à Teilhard de Chardin et aussi Zundel… Je ne pense pas au pape, n’importe lequel… Non, je pense à une femme :

Je pense à Simone Weil.


Cette religion là, désespère les chercheurs de sécurité, les collectionneurs de superstitions, les idéologues, les idolâtres, les ‘prêtres’, les ‘ croyants ‘…


Voilà ce qu'écrit P. Cormary en parlant de S. Weil: « On dirait du Leibniz : à chaque pensée son cercle, à chaque point de vue sa part de vérité – non que la vérité ne soit pas unique et l’erreur multiple, mais tous les avis sont bons à prendre quand ils tendent, même contradictoirement, vers la vérité unique. C’est pourquoi l’on n’aura pas peur de compartimenter notre âme : telle partie de l’âme sera reconnue comme apte au rationnel, telle autre au surnaturel, celle-ci ne sera bonne que pour la pesanteur, celle-là que pour la grâce. Ainsi des mystères de la foi catholique qui « ne sont pas faits pour être crus par toutes les parties de l’âme », et même de l’athéisme qui correspond bon gré mal gré à une partie de soi-même – « Je dois être athée avec la partie de moi-même qui n’est pas faite pour Dieu », écrit Simone Weil, consciente que cela heurtera certains esprits forts du catholicisme. C’est que tout en soi ne peut pas, ne doit pas croire en Dieu. Tout en soi n’est pas fait pour croire en Dieu, et « parmi les hommes chez qui la partie surnaturelle d’eux-mêmes n’est pas éveillée, les athées ont raison et les croyants ont tort. »
Extrait d’une très belle déclaration en faveur de Simone Weil, de la part de Pierre Cormary (http://pierrecormary.hautetfort.com/)

Voir les commentaires

Notre ' Bible ' d'aujourd'hui...?

Publié le par Perceval

"Il est capital de se passionner pour la lecture des signes de son temps, plus encore que pour ceux du passé. Quand je vois des chrétiens lire la Bible, je leur demande : " Et la Bible d'aujourd'hui, l'histoire sainte d'aujourd'hui, votre histoire sainte, la déchiffrez-vous ? " Qu'ont fait les Hébreux sinon d'apprendre à connaître Dieu dans l'histoire de leur peuple, dans tous ces moments où ils ont fini par découvrir qu'ils n'avaient pas été seuls, qu'un fil conducteur les avait guidés et inspirés ? Mais, cette histoire exemplaire sert souvent à nous dispenser d'écrire la nôtre…"

Louis Evely

angers livre mange

Celui pour qui mille ans est un jour, et qui n'a ni début ni fin... ne cesse pas de se révéler.
Lire aujourd'hui Son action dans ma vie, dans l'histoire actuelle... n'est pas chose aisée. A quelle école se mettre ?
- Avant Vatican II, Dieu se révélait dans le écritures et dans la tradition ( cf: Catéchisme ). La révélation y est conçue comme un corps de vérités intemporelles...

L'Histoire précède la Parole, ainsi en est-il dans le premier testament, et le deuxième relis lui-même les évènements passés.Pablo Picasso - La crucifixion
Ainsi, ce n'est pas le texte qui est ' premier ', mais c'est l'expérience d'un évènement.

L'homme ne cesse d'évoluer et son intelligence à comprendre et lire les évènements... Aussi, c'est progressivement que l'Eglise s'approprie La Vérité révélée.
Dieu se reconnait dans l'avenir de l'homme. Jésus est l'Homme accompli, mais la connaissance que nous en avons est provisoire et partielle.

Aujourd'hui l'Eglise fait l'expérience de la pauvreté, la perte du pouvoir; elle s'interroge à peine sur la place des femmes , la question écologique et le pluralisme religieux...


Voir les commentaires

La croix

Publié le par Perceval

Dietrich Bonhoeffer écrivait : « Il faut se décider pour ou contre le Christ » …

Curieuse formule ressortie pendant ce temps de consommation, durant lequel le scandale se situe quand je n’ai pas les moyens de m’acheter le dernier produit ‘high-tech’ : pourquoi n’y ai-je pas droit ? Définir ainsi , mon humanité par mes droits, jamais assouvis, jamais limités ; je m’enferme dans les souffrances de mon égo. Une simple éducation me permettrait de concevoir quelques devoirs, pour vivre en harmonie avec mes semblables…

Alors, évoquer l’existence par la nécessité de passer par le Christ, qu’est à dire ?
Croix
Le Christ, c’est la croix. L’absurde n’est pas loin… !
L’absurde, c’est justement de se retrouver le regard dans le vide, quand on pensait être en sécurité ( sécurité par la possession, sécurité par la reconnaissance…). L’absurde, un jour ou l’autre, quand le séisme se produit ( accident, chômage, deuil ..). L’absurde, quand on se prend le ‘pire’, comme un coup de poing dans la figure.

Devant l’absurdité de la croix, on peut maudire ce Père vengeur, on peut exterminer les déicides… Ou…
Ou, après s’être senti interpellé, interrogé, pardonné, délivré, regardé, aimé… attendre, espérer, souffrir avec – au pied d’une croix, rechercher, aller le matin tôt, interroger, et rencontrer. Ce sont les témoignages des femmes. Elles furent les premières témoins de la résurrection, avant d’être les premières disciples ( la samaritaine …).
Nous avons besoin d’elles.

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 > >>