Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

dieulefit

1938 – Bourbaki - Weil et Cavaillès

Publié le par Régis Vétillard

Septembre 1938. Malgré sa fatigue, Elaine accepte de suivre Lancelot sur les routes de France pour rejoindre une localité de deux mille habitants - Dieulefit - qui se dit '' terre protestante, et bastion républicain''. Et, c'est pour visiter Simone Weil qui a accompagné son frère André à un congrès de la ''société secrète '' Bourbaki... Même si... Ils sont prévenus ! « les femmes et les visiteurs, sont susceptibles d'être parqués avec les animaux de la ferme comme figurants... », dixit André !

Bourbaki en sept. 1938, à Dieulefit.

 

Je rappelle, que le 10 décembre 1934 ( combien de ''10 décembre'' mémorables! ...), à Paris, au Café Capoulade, six jeunes mathématiciens – insatisfaits des manuels scolaires - ont voulu refonder la mathématique ( dans son unité et sa cohérence). Ils décident de rédiger en commun un traité d'analyse - intitulé '' les Éléments de mathématique'' - aussi moderne que possible, destiné à apporter une perspective nouvelle dans l'enseignement de cette branche. Leur approche ne se contente en effet pas de bâtir sur les acquis mais propose plutôt de tout revoir depuis le début. Le traité prend la mathématique à leur début et donne des démonstrations complètes, rigoureuses, indiscutables... .

La société est ''secrète'' parce que chaque membre est coopté, et doit sacrifier avec abnégation son individualité à un pseudo : ''Nicolas Bourbaki'' ; décrit par André, aux curieux, comme un auteur reclus passant ses jours à jouer aux cartes dans la banlieue parisienne de Clichy...

Lancelot pour oser visiter cette assemblée, a la chance de pouvoir se référer à des personnages respectés comme Painlevé, même si la ''théorie des fonctions de papa'' semble bien désuète ; ou s'associer à quelques commentaires au sujet de Emmy Noether, qu'avec Elaine ils avaient rencontré à Göttingen en 1931, et connue de plusieurs personnes ici.

Lancelot et Elaine, ont ainsi la chance de rencontrer de grands mathématiciens comme André Weil, Henri Cartan, Jean Delsarte, Jean Dieudonné ...

Intéressant, également, de savoir que nous sommes dans les locaux de l’école de Beauvallon créée par Marguerite Soubeyran dieulefitoise, en 1929.

Passée par une école d’infirmière à Paris, puis par l’institut Jean-Jacques-Rousseau de Genève, cette communiste, liée aux intellectuels et au milieu médical, fait venir à elle toutes les bonnes volontés ; pour créer la première ''école nouvelle'' ( pédagogie active) et mixte en France. L'anecdote dit : « Quand Marguerite rencontre sur un quai de gare Simone Monnier, en 1936, qui sera le troisième pilier de l’école de Beauvallon, celle-ci, dont le père est pasteur, lui avoue son amour des lettres : « eh bien, vous ferez une excellente prof de maths », lui répond Marguerite.

Des républicains espagnols - une vingtaine de femmes et leurs enfants - sont accueillis à Dieulefit par la municipalité.

Le climat favorable de la région semble redonner à Elaine quelques forces ; elle prend beaucoup de plaisir à découvrir les villages environnants comme Le Poët-Laval, ou l'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Comps, isolée sur un promontoire, cet ancien prieuré est édifié selon un plan en croix grecque. Certains disaient même le plan rapporté d'Orient... Lancelot a beaucoup aimé cet endroit ; et ils ont longuement évoqué la vie du chevalier limousin Roger de Laron...

Si pendant la journée, Bourbaki fait des mathématiques, pendant les repas, Simone Weil, Elaine et Lancelot maintiennent le niveau en parlant philosophie.

Bien-sûr le lien est fait par les mathématiques, et par Jean Cavaillès, absent mais dont la pensée est explicitée par Simone. Pensée difficile qui – en toute humilité – ne peut être que survolée.

Jean Cavaillès

Cavaillès est spinoziste en particulier attaché à l'idée de ''nécessité'', et ''nécessaires'' sont aussi les enchaînements mathématiques. On peut prendre ''la'' mathématique comme le modèle par excellence de l'activité de la raison.

André Weil fait alors un laïus sur les activités mathématiques développées à Göttingen, notamment par Hilbert, et Emmy Noether qui ouvrent sur un nouveau monde, et rencontrent aussi les réflexions de Husserl ( la phénoménologie).

Précisément, Simone continue sur la notion de structure qui préside à l'organisation du savoir.

Cavaillès, dit-elle, fait l'hypothèse que la science est un objet sui generis, originale dans son essence. Les mathématiques sont un moyen pour savoir ce que veut dire penser, connaître.

Comme en science, philosopher serait plus une affaire de concepts, qu'un épanchement des états d’âme de l’intellect.

La nécessité caractérise la science. La démonstration est une nécessité produite, et au cœur de cet acte produit ( la démonstration) il y a la conscience.

Cette nécessité, remarque Simone Weil, elle la reconnaît dans le travail manuel. Plus généralement, « Dieu a confié tous les phénomènes sans exception aux mécanismes du monde ». On pourrait dire encore que le monde est régi par deux forces qui s’opposent : la pesanteur et la grâce.

Un dualisme, encore signifié par la force et le malheur : la force cause le malheur, mais sans force, comment sortir du malheur ? Ou, la nécessité intérieure opposée à la nécessité extérieure (force).

Lancelot ose rebondir pour exprimer ce qu'il en comprend : - Quand je comprends vraiment... il y a du divin.

André Weil ajoute : Parce qu'en Dieu tout est rigueur et nécessité.

Simone Weil continue : On en revient à Spinoza : « chacun fait ce qui suit de la nécessité de sa nature » (Éthique, IV, 37). Ma liberté - ce n'est pas de nier la nécessité - mais de la comprendre !

Voir les commentaires