Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #bayreuth tag

Voyage en Allemagne – Bayreuth et Wagner - 2

Publié le par Perceval

* Pourquoi vient-on, ici, jusqu'à Bayreuth, pour écouter l’œuvre de Wagner ?

Ce qu'exprime la musique est immédiat, immatériel, et suscite, en nous, des émotions. Là : elle est gagne sur la poésie, par sa puissance ; et la poésie gagne en précision... L'opéra de Wagner, ajoute l'action mythique avec - par la musique - l'objectif de déplacer l'action extérieure... en action intérieure...

Wagner prend le Mythe, car son intérêt est la dimension symbolique.. Ce drame touche à ce qu'est l'humain. Il est universel ; même si Wagner traverse plusieurs périodes où il est lui-même anti-religieux à tendance optimiste, puis dès 1854 religieux à tendance pessimiste ( période schopenhauerienne...) ; enfin, en 1864, Wagner entre dans une quatrième période : une période religieuse, encore, mais optimiste cette fois-ci.

Wagner rompt ce que son époque a fait de l'Opéra : un divertissement comme un autre... Avec Parsifal ( écrit entre 1865 et 1882), l'Opéra est une représentation dramatique et sacrée ; comme s'il revenait à ses origines sacrées de la tragédie grecque.

De manière générale, on peut dire que pour Wagner, l'homme ne se situe pas au dessus de la nature ; mais au contraire, comme un être de la nature.

Wagner utilise, un moyen-âge mythique, un moyen-âge où le paganisme se mêle au christianisme qui se mêle, encore, au panthéisme.. Pour Wagner, le peuple a conservé une innocence quasi naturelle...

En ce début de XXe siècle, le wagnérisme prépare t-il le terrain au nazisme... ? Peut-être, même si wagnérisme ne signifie pas nazisme... !

C'est, par escroquerie intellectuelle, que le nazisme a annexé le wagnérisme... !

Wagner, en revanche, est le grand musicien de la philosophie de Schopenhauer (1788-1860) : La volonté naît du désir d'amour , un désir de vie aveugle et impossible à satisfaire … Ce principe à la fois doux et douloureux, régit le monde et perturbe l'équilibre insondable du néant ( dans le sens où Dieu n'existe pas …) …

L'Amour pour Wagner, s'exprime – avec passion – au travers de la pulsion érotique ; et même dans Parsifal, qui est une œuvre sur la Rédemption. Kundry, la rose de l'enfer, la pécheresse repentie... séduit le '' naïf imbécile'' qu'est encore le jeune Parsifal ; et réveille en lui le désir de sa mission...

Wagner écrit dans '' Ma vie '' que l’origine de son opéra remonte à ce qu'il a éprouvé en avril 1857, le jour du Vendredi saint, dans le jardin de la propriété des Wesendonck à Zurich. « Je m’éveillais pour la première fois avec le soleil le jour du Vendredi Saint : le jardin était verdoyant, les oiseaux chantaient ». Cet enchantement lui rappelle alors le Parzifal de Wolfram von Eschenbach dont il décide de tirer un opéra.

Pourtant, déjà dans le ''Lohengrin'' (1850) : Lohengrin révèle à Elsa qu’il vient d’un château nommé Montsalvat où se trouve le Saint Graal dont son père, le roi Parsifal, est le gardien.

Wagner aurait lu le Parzifal de Wolfram von Eschenbach (1170-1220), lors de son séjour de cinq semaines à Marienbad en 1845. Eschenbach est un des plus grands poètes épiques de son temps et c’est à ce titre qu’il apparaît déjà comme personnage dans Tannhäuser (1845) au moment du tournoi des chanteurs...

Parsifal est créé à Bayreuth le 26 juillet 1882. Wagner a réglé le moindre détail : décors, costumes, mise en scène. Franz Liszt, Anton Bruckner, Richard Strauss, sont dans la salle. Son opéra est conçu pour « son » théâtre... Wagner a interdit que Parsifal soit représenté ailleurs. Chaque représentation devait rester une expérience unique parce qu’inouïe au sens propre.

Le Thème de Parsifal, est donc l’héroïsme rédempteur seul susceptible d’apporter le salut. Pour soigner la blessure du roi Amfortas, blessé par le magicien Klingsor (son plus grand ennemi), il faut un être pur susceptible d’éprouver la plus grande compassion.

Parsifal est naïf ; mais ni chez Chrétien de Troyes, ni chez Eschenbach, il ne renonce aux joies de l'amour physique... Ce qui est alors attendu du parfait chevalier, c'est d'être à jamais fidèle à la dame à laquelle il a engagé sa foi. L'exigence de la pureté-chasteté n'intervient qu'ultérieurement dans les continuations cisterciennes de ''La queste du Saint-Graal '' où le Graal ne sera révélé qu'à Galaad chevalier vierge ; et ne pourra être accompagné dans le service du Graal que de Perceval, et Bohort, qui ne sont que chastes ….

Chez Chrétien et Wolfram, Kundry (Cundrie) est une femme au physique repoussant... Cependant, elle est fort savante... Elle reproche à Perceval de n'avoir pas poser la Question ; et de pas avoir pris les tourments du roi pêcheur en pitié …

Chez Wagner ; Kundry entre en scène sous l’apparence d’une « farouche amazone », messagère des chevaliers. Séductrice pleine de sensualité livrée à l’influence de Klingsor, elle est aussi déchirée par la malédiction qui la condamne à l’errance pour avoir raillé le Christ souffrant. C’est elle qui va éclairer Parsifal sur sa propre histoire, ce qui lui permettra d’accomplir  son destin.

« Cette œuvre de vieillesse, très sous-estimée, est pourtant à vrai dire absolument passionnante. On y trouve la plus extraordinaire musique (transformation du IIIe acte) et le personnage de Kundry est sans aucun doute sa conquête poétique la plus achevée. » Thomas Mann

Thomas Mann (1875-1955) a connu Parsifal en 1909 : « Délivrance, aboutissement, achèvement, cet oratorio de la Rédemption pousse à l’extrême l’exploration de mondes écartés, terribles et sacrés, et l’art de les faire parler » Thomas Mann

Voir les commentaires

Voyage en Allemagne – Bayreuth et Wagner - 1

Publié le par Perceval

Le voyage à Bayreuth

Le voyage à Bayreuth

Bien-sûr, les conversations entre Anne-Laure et Emmy portent sur Wagner (1813-1883). Le goût des mathématiques de la jeune scientifique semble questionner les mythes que portent Wagner à la conscience de tous...

En ce début du siècle, tous les étrangers qui se rendent à Nuremberg, sont en transit pour Bayreuth.

* Bayreuth est une jolie ville située sur le Main ( dit rouge) qui, en cet endroit, n'est qu'un petit ruisseau coulant entre deux berges de gazon, ombragé çà et là de minces roseaux et murmurant gentiment sur un lit de cailloux. Aujourd'hui, chef- lieu de la Haute-Franconie, Bayreuth fut jadis la capitale d'un margraviat, où régna la sœur du grand Frédéric. Voltaire y habita.

La salle d'opéra sur la '' Colline sacrée '' conçue par Wagner, est inaugurée en 1876.

Wagner est mort depuis 1883... En ces premières années du siècle, le génie de Wagner est reconnu dans le monde … Les fidèles estiment que c'est à Bayreuth même qu'il faut boire à la source wagnérienne. et presque tous les ans, depuis son ouverture, le théâtre des fêtes qu'il a fait construire s'ouvre pour permettre à quelques uns d'entendre ses opéras.

L'aspect du théâtre est des plus simples.

Huit escaliers conduisent dans la salle disposée en amphithéâtre. Derrière cet amphithéâtre, une galerie tient toute la largeur du fond. L'amphi. disposé à l'antique, permet le mélange des classes sociales, pas de loges, si ce n'est les deux réservées au milieu de la galerie, l'une pour la famille Wagner, l'autre pour les familles princières. Les côtés de la salle sont ornés de hautes colonnes portant chacune une couronne de lampes électriques.

 

L'arrivée des voitures, qui amènent les spectateurs et gravissent péniblement le versant de la colline, est une des choses les plus curieuses de Bayreuth. Les femmes prennent largement, à ce moment, leur revanche de l'obscurité obligatoire de la salle, et toute leur coquetterie se concentre dans la forme du chapeau et dans la coupe du manteau jeté sur dès épaules qu'on ne peut découvrir. Peu de fleurs ; l'Allemagne ignore ce luxe. Avant le commencement du spectacle, il se forme des groupes sur la terrasse qui précède le péristyle du théâtre. C'est là que se classent les différentes nuances de dilettanti : les muets que l'adoration empêche de parler, les éloquents qui éprouvent le besoin de manifester pour montrer qu'ils peuvent dépasser le diapason normal, les curieux, les sages, puis les initiés qui seuls comprennent, seuls sont dignes d'entendre et sourient doucement, de ce sourire à la fois bienveillant et dédaigneux que les divinités bouddhiques concèdent parfois aux simples mortels.

 

Les représentations du théâtre de Wagner commencent à quatre heures et durent jusqu'à dix heures avec deux entractes de cinquante minutes chacun. On dîne au restaurant voisin pendant le second entracte, si on peut parvenir à trouver place à une table. Sinon, on en est réduit au lunch debout. Deux avertissements, donnés sur le péristyle par une fanfare qui les emprunte à l'un des motifs de la pièce en représentation, annoncent que l'on doit regagner sa place, si l'on ne veut pas perdre le bénéfice du spectacle.

Wagner, s'est astreint à posséder un théâtre exclusivement destiné à ses œuvres, ayant reconnu les inconvénients que peut amener la distraction du public, la gêne qu'occasionnent ses conversations, le trouble qui résulte du va-et-vient des spectateurs ; il a stipulé que le signal donné, personne n'entre plus dans la salle et n'en puisse sortir.

Les spectateurs ayant pris leurs places, il les a plongés dans la nuit, ne laissant à leurs yeux que la ressource ou, pour mieux dire, l'obligation de se diriger vers la scène seule éclairée.

Pour Anne-Laure ; qui n'apprécie que de loin cette sensation que l'on trouve à l'Opéra dans le sens italien ou français du mot... Elle espère autre chose qui lui rappellerait que c'est bien en Allemagne que la Réforme est née... Elle se plaît à suivre l'esprit allemand dans ses généralisations philosophiques ; cet esprit qui se nourrit volontiers de l'invisible...

C'est - forte de cette distinction - qu'Anne-Laure de Sallembier s'assoit dans un fauteuil du théâtre de Bayreuth et, après avoir suffisamment pensé à Luther, à Kant et à Goethe, elle se préparer à admirer le génie incontestable de Wagner. La durée du spectacle ( sans les entractes) , devrait être au moins de quatre heures... Karl Muck, dirige l'orchestre.

Sources : Albert Lavignac : '' Le voyage artistique à Bayreuth''

Voir les commentaires