Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

actualite

1912...2012... Nous sommes « menacés » … !

Publié le par Perceval

Lors de temps troublés, l'opinion publique se satisfait quand les médias pointent précisément certaines menaces. Il y a cent ans, certains en appelaient au « réveil national », en pointant la menace juive d'une part, et allemande de l'autre …le-peril-juif.jpg

« L'antisémitisme français à la fin du XIXe siècle est remarquable par son activisme et sa popularité, comme le prouvent le nombre impressionnant et la virulence des publications antisémites en France, dont en particulier le pamphlet d'Édouard Drumont, La France juive (1886, 1892) et son journal La Libre Parole. » ( wiki )

Il y a alors un antisémitisme de droite,  .. d'origine religieuse très ancienne (thème du peuple déicide ), juxtaposé à des thèses raciales « fondées sur la science !» ...… et un antisémitisme de gauche chez lequel se mêle de l'anticapitalisme, et de l'anticléricalisme …


Aujourd'hui, des hordes de protestataires musulmans et violents nous menaceraient tous.. !

 newsweekcover-rage-musulmane.jpg« On estime que 0,001% à 0,007% des 1,5 milliard de musulmans dans le monde ont participé aux protestations contre le fameux film -– soit une infime proportion des citoyens pro-démocratie qui ont défilé lors du Printemps arabe.

  1. La grande majorité des manifestants étaient pacifiques. Les attaques visant les ambassades étrangères ont quasiment toutes été orchestrées ou appuyées par certains membres du mouvement salafiste, un groupe islamiste radical qui vise avant tout à salir la réputation de groupes islamistes modérés plus populaires.

  2. Les hauts représentants des États-Unis et de la Libye sont divisés sur la question de savoir si l’on avait projeté d’assassiner l’ambassadeur américain en Libye le jour du 11 septembre, auquel cas sa mort serait sans lien avec le film.

  3. Hormis des attaques de groupes radicaux en Libye et en Afghanistan, un rapport établi le 20 septembre chiffrait à zéro le nombre de victimes tuées par les manifestants.

  4. Quasiment tous les hauts dirigeants musulmans et occidentaux ont condamné le film, et quasiment tous les responsables musulmans et occidentaux ont condamné les violences perpétrées en réaction au film.

  5. La visite du Pape au Liban a coïncidé avec le pic des tensions. Cependant, les dirigeants du parti Hezbollah ont tenu à assister à son sermon, n’ont pas protesté contre la vidéo jusqu’à son départ et ont appelé à la tolérance religieuse. Oui, c’est bien ce qui s’est passé.

  6. Après l’attaque de l’ambassade américaine à Benghazi, des citoyens lambda se sont rendus dans les rues de Benghazi et Tripoli, avec des pancartes, souvent en anglais, pour s’excuser et dire que cette violence ne représente ni leur identité ni leur religion.


Ajoutez à cela tous les reportages et articles importants qui ont été écartés la semaine dernière pour laisser place à la Une sur les musulmans “énervés”, et ainsi surfer sur la vague démagogue du "choc des civilisations". En Russie, des dizaines de milliers de manifestants ont défilé dans les rues de Moscou en opposition au président Vladimir Poutine. Des centaines de milliers de Portugais et d’Espagnols se sont indignés lors de rassemblements anti-austérité; et plus d’un million de Catalansont manifesté en faveur de l’indépendance. »

Source de la partie 2 : http://www.avaaz.org/fr/7_things_you_should_know_french/?baQVJab&v=18151

 

Voir les commentaires

Le cardinal Martini : son dernier entretien

Publié le par Perceval

Le « Corriere della Sera » du 1 sept. 2012 a publié à titre posthume, un entretien avec le cardinal Carlo Maria Martini, au lendemain de son décès, survenu le vendredi 31 août 2012 à l’âge de 85 ans. Le père Georg Sporschill, le confrère jésuite qui l’avait interwievé dans l’ouvrage « Conversations nocturnes à Jérusalem – Sur le risque de la foi »* et Federica Radice  ont rencontré le cardinal Martini le 8 août dernier.

cardinal_Martini.JPG
 Le cardinal Carlo Maria Martini est mort vendredi 31 août à l’âge de 85 ans.

Le texte de leur entretien, est « une sorte de testament spirituel que le cardinal a lu et approuvé ».


Comment voyez-vous la situation actuelle de l’Eglise ?

L’Eglise est fatiguée, dans l’Europe du bien-être et en Amérique. Notre culture a vieilli, nos églises sont grandes, nos maisons religieuses sont vides et l’appareil bureaucratique de l’Eglise gonfle, nos rites et nos habits sont pompeux. Ces choses, cependant expriment-elles ce que nous sommes aujourd’hui ? […] Le bien-être pèse. Nous nous trouvons là comme le jeune homme riche, qui s’en va triste, lorsque Jésus l’appelle à devenir son disciple. Je sais que nous ne pouvons pas facilement tout abandonner. Au moins, cependant, pouvons-nous rechercher des hommes libres et plus proches des autres. Comme l’ont été l’évêque Romero et les martyrs jésuites du Salvador. Où sont chez nous les héros desquels s’inspirer ? En aucune raison nous ne devons les enfermer dans les contraintes  de l’institution.

 Qui peut aider l’Eglise aujourd’hui ?

Le père Karl Rahner utilisait volontiers l’image de la braise qui se cache sous la cendre. Je vois dans l’Eglise d’aujourd’hui tellement de cendre sur la braise que souvent un sentiment d’impuissance m’assaille. Comment peut-on libérer la braise de la cendre pour raviver la flamme de l’amour ? En premier lieu, nous devons rechercher cette braise. Où sont les simples personnes remplies de générosité comme le bon samaritain ? Qui ont une foi comme celle du centurion romain ?  Qui sont enthousiastes comme Jean Baptiste ? Qui osent le neuf comme Paul ? Qui sont fidèles comme Marie Madeleine ? Je suggère au pape et aux évêques de chercher douze personnes atypiques pour les postes de direction. Des hommes qui soient proches des plus pauvres et entourés de jeunes ayant l’expérience des choses nouvelles. Nous avons besoin de la rencontre avec des hommes qui brûlent pour que l’esprit puisse se répandre partout.

Quels outils suggérez-vous contre la fatigue de l’Eglise ?

J’en suggère trois très puissants.

Le premier est la conversion : l’Eglise doit reconnaître ses propres erreurs et prendre la voie radicale du changement, à commencer par le pape et les évêques. Les scandales de pédophilie nous poussent à entreprendre un chemin de conversion. Les exigences sur la sexualité  et sur tous les thèmes qui impliquent le corps en sont un exemple. Celles-ci sont importantes pour chacun et parfois peut-être, sont-elles aussi trop importantes. Nous devons nous demander si les gens écoutent encore les avis de l’Eglise en matière sexuelle. Dans ce domaine, l’Eglise est-elle encore une autorité de référence ou seulement une caricature dans les médias ?

Le second est  la Parole de Dieu. Le concile Vatican II a restitué la Bible aux catholiques. […] Seul celui qui perçoit cette Parole dans son cœur peut faire partie de ceux qui contribueront  au renouveau de l’Eglise et qui sauront répondre aux demandes personnelles avec une démarche pertinente. La Parole de Dieu est simple et cherche comme compagnon un cœur à l’écoute […] Ni le clergé ni le Droit ecclésial ne peuvent se substituer à l’intériorité de l’homme. Toutes les règles externes, les lois, les dogmes nous sont donnés pour éclairer la voie intérieure et pour le discernement des esprits.

Pour qui sont les sacrements ? Ceux-ci sont le troisième instrument de guérison. Les sacrements ne sont pas un instrument de discipline mais une aide pour les hommes tout au long du chemin et dans les faiblesses de la vie. Portons-nous les sacrements aux hommes qui ont besoin d’une force nouvelle ?  Je pense à tous les divorcés et aux couples remariés, aux familles recomposées. Ceux-ci ont besoin d’une protection spéciale. L’Eglise soutient l’indissolubilité du mariage. C’est une grâce quand un mariage et une famille réussissent […]. L’attitude hostile que nous portons à l’égard des familles recomposées déterminera les rapports de la génération des fils avec l’Eglise. Une femme a été abandonnée par son mari et trouve un nouveau compagnon qui s’occupe d’elle et de ses trois fils. Le second amour réussit. Si cette famille devient discriminée, non seulement la mère mais aussi ses fils deviennent exclus. Si les parents se sentent en dehors de l’Eglise et n’en sentent pas le soutien, l’Eglise perdra la génération suivante. Avant la Communion, nous prions : « Seigneur, je ne suis pas digne… » Nous savons que nous ne sommes pas dignes […] L’amour est grâce. L’amour est un don. La question de savoir si les divorcés peuvent communier devrait être renversée. Comment l’Eglise peut-elle venir en aide, avec la force des sacrements, à ceux dont la situation familiale est complexe ?

Vous personnellement, que faites-vous ?

L’Eglise est en retard de 200 ans. Comment se fait-il qu’elle ne se réveille pas ? Avons-nous peur ? Peur au lieu de courage ? Pourtant la foi est le fondement de l’Eglise. La foi, la confiance, le courage. Je suis vieux et malade et je dépends de l’aide des autres. Les bonnes personnes qui m’entourent me font sentir l’amour. Cet amour est plus fort que le sentiment de défiance que je perçois parfois vis à vis de l’Eglise en Europe. Seul l’amour est vainqueur de la fatigue. Dieu est Amour.

J’ai encore une question pour toi : que peux-tu faire, toi, pour l’Eglise ?

________________

Source : texte publié dans le « Corriere della Sera » et transmis par Vittorio Bellavite (Noi Siamo Chiesa, Italie) via le réseau IMWAC (International Movement We Are Church).

Traduction en français par NSAE  Lucette Bottinelli – 3 septembre 2012

Voir les commentaires

Le siècle dernier … Le regard de Bernanos sur la crise… ( 2 )

Publié le par Perceval

Bernanos 3-1946"Il y a dix ans, la masse catholique penchait dangereusement vers le totalitarisme de droite, avec une élite jeune et dynamique déjà gagnée au fascisme. Aujourd'hui, la même masse penche vers le totalitarisme de gauche, avec une élite jeune et dynamique déjà gagnée au marxisme. Inutile de dire qu'entre temps le prestige de la force était passé de droite à gauche" Bernanos : (F, Français si vous saviez, Paris, Gallimard, 1961).

George-Tooker--fenetre.jpg

"Le problème qui se pose aujourd'hui, parce que de sa solution dépend le sort de l'humanité, n'est pas un problème de régime politique ou économique (démocratie ou dictature, capitalisme ou communisme), c'est un problème de civilisation" (L, Français si vous saviez, Paris, Gallimard, 1961).


"Les trusts ont concentré peu à peu la richesse et la puissance autrefois réparties entre un très grand nombre d'entreprises pour que l'État moderne, le moment venu, distendant sa gueule énorme, puisse tout engloutir d'un seul coup, devenant ainsi le Trust des Trust, le Trust-Roi, le Trust-Dieu" (L,)


Dès lors, à partir de cette analyse bernanosienne, on voit comment capitalisme, démocratie et socialisme se conjuguent pour précipiter la croissance de l'État : George-Tooker--Subway--1950.jpgle capitalisme en concentrant la puissance économique dans un petit nombre de mains, la démocratie en poussant l'État à contrôler cette puissance, le socialisme en réalisant ce contrôle. De ce fait, ce sont bien toutes les sociétés modernes qui sont engagées sur la voie de ce mouvement inexorable vers le développement d'un étatisme totalitaire.


"Quand les machines distribuent à tous la lumière et la chaleur, par exemple, qui contrôle les machines est le maître du froid et du chaud, du jour ou de la nuit. Vous haussez les épaules en disant que je veux en revenir à la chandelle, je désire seulement vous démontrer que les machines sont entre les mains du collectif une arme effrayante, d'une puissance incalculable. La question n'est pas d'en revenir à la chandelle, mais de défendre l'individu contre un pouvoir mille fois plus efficace et plus écrasant qu'aucun de ceux dont disposèrent jadis les tyrans les plus fameux" (L,).

George-Tooker-1956-Government-Bureau.jpg

"La technique, prophétise-t-il, prétendra tôt ou tard former des collaborateurs acquis corps et âme à son principe, c'est-à-dire qui accepteront sans discussion inutile sa conception de l'ordre de la vie, ses raisons de vivre. Dans un monde voué à l'efficience et au rendement, il importe que chaque citoyen dès sa naissance soit consacré aux mêmes dieux" (FCR, La France contre les robots, Paris, R. Laffont, 1947).


"Inutile d'opposer communisme et capitalisme. C'est la même chose. Tous deux aboutissent à la même croissance de l'État, qui s'est substitué à homme comme un cancer à l'organe qu'il détruit... Bref, des régimes jadis opposés par l'idéologie sont maintenant étroitement unis par la Technique. Et un monde gagné à la Technique est perdu pour la Liberté" (F, 47).


George-Tooker-1.jpgÀ l'origine de cette évolution, se trouve donc, selon lui, "la déspiritualisation de l'homme, coïncidant avec l'envahissement de la civilisation par les machines, l'invasion des machines prenant à l'improviste une Europe déchristianisée" (L, 149). C'est qu'en effet, cette déspiritualisation a entraîné "la défaillance des hautes facultés désintéressées de l'homme au bénéfice de ses appétits" (F, 139), en orientant les préoccupations humaines vers "l'efficacité sur les choses" (L, 235).

 

"Il faut une révolution analogue à celle d'il y a deux mille ans, je veux dire une nouvelle explosion des forces spirituelles dans le monde. Il faut d'abord, et avant tout, respiritualiser l'homme. Pour une telle tâche, il est grand temps de mobiliser, en hâte, coûte que coûte, toutes les forces de l'Esprit" (F, 293).

 

Ce type d'analyse sur les tendances "totalitaires" des sociétés industrielles et de la civilisation technologique moderne s'est rencontré chez d'autres observateurs... Ainsi, les orientations idéologiques dont se réclamait Marcuse. Ainsi ce qu'en disait le sociologue de la technique qu'a été Jacques Ellul... 

George-Tooker-2.jpg

 

Peintures de: George Tooker Jr. est né à Brooklyn en 1920 et est décédé dans le Vermont en 2011.

Voir les commentaires

Au siècle dernier… Le regard de Bernanos sur la crise… ( 1 )

Publié le par Perceval

Ci-dessous, par des extraits : les orientations originales de la réflexion de Bernanos qui se dessinent progressivement entre 1918 et 1935 …


Bernanos 1Pour lui, en effet, la France de la Illème République (1870 à 1940 ) dont il stigmatise les tares est une société qui est fondamentalement bourgeoise, faite par la bourgeoisie pour la bourgeoisie. Son avènement, accompagné de la répression sanglante de la Commune, a marqué le couronnement et l'achèvement de cette évolution.

Dans « La Grande Peur des bien-pensants» ( GP ) il dénonce le "règne de l'argent", qui lui paraît avoir été une des causes déterminantes de la décomposition de la société française. 1870, c'est, en effet, à ses yeux, "le triomphe des puissances d'argent" et de leur pouvoir corrupteur.


"Qu'on pense ou non du bien de la modération indispensable à la vie en société, il est difficile de s'empêcher de sourire au spectacle de modérés par système qui, de leurs mains diligentes, déplacent et reculent sans cesse le fameux jalon qui doit marquer la limite des concessions possibles : avant-hier conservateurs, hier opportunistes, aujourd'hui libéraux, progressistes ou républicains de gauche..." (GP, 98).Lewis-Martin-1928-Relics-Speakeasy-Corner1.jpg


"La bourgeoisie défend la propriété... À mesure que s'organisait contre elle le monde ouvrier, on l'a vu s'instituer peu à peu la protectrice des valeurs spirituelles dont l'immense prestige avait l'avantage de couvrir utilement ses privilèges" (Scandale de la vérité).

"Nous n'allons tout de même pas nous casser la figure pour savoir de quel régime, république, dictature ou monarchie, lequel est le plus capable de sauver une société dont nous ne souhaitons nullement le salut" (Corresp.).


A ce moment, il rêve d’une "réforme sociale" qui devrait être fondée sur "la réconciliation du peuple et de l'État, unis contre l'oppression de l'argent" (GP, 181). Quant aux moyens à mettre en œuvre pour restaurer cet ordre chrétien, Bernanos reste sur ce point assez vague.

 

Martin-Lewis-Tree.jpgIl prophétise dans « La Grande Peur », l'avènement d'une "nouvelle forme de barbarie", dans laquelle le règne de l'argent viendrait confluer avec le développement technique pour donner naissance à un monde matérialiste dans lequel les hommes libres n'auraient plus de place.

"Si le monde que nous voyons naître a quelque chance de durer, cela ne peut être que par l'accord chaque jour plus intime du Capital et de la Science, du Ploutocrate et de l'Ingénieur, d'où va sortir une sorte de déterminisme économique, une loi d'airain seule capable de mettre la multitude à genoux"(GP, 336).

 

Et La Grande Peur s'achève sur cette proclamation : "La société qui se crée peu à peu sous nos yeux réalisera aussi parfaitement que possible, avec une sorte de rigueur mathématique, l'idéal d'une société sans Dieu. Seulement, nous n'y vivrons pas. L'air va manquer à nos poumons. L'air manque... On ne nous aura pas. On ne nous aura pas vivants !" (GP, 350).

Une des raisons, selon Bernanos, à cette « crise », c’est ce monde déspiritualisé qui, selon lui, "s'organise pour se passer de Dieu" (EC, 1219).Martin-Lewis--1930-Corner-Shadows-drypoint-Christies.jpg

 

 

Bernanos va devenir de plus en plus solitaire, se définissant, au-delà des partis, comme un chrétien et un homme libre : "Démocrate ni républicain, homme de gauche non plus qu'homme de droite, que voulez-vous que je sois ? Je suis chrétien » ( dans Marianne, 17 avril 1935..)  Ainsi s'annonce, au milieu des années 30, l'attitude qui va être désormais la sienne jusqu'à sa mort, celle d'un homme seul, refusant toutes les annexions, assumant face à un monde bouleversé une sorte de mission prophétique.

 

 

 

Oeuvres de Martin Lewis:

Martin-Lewis--1880-1962--springnight_l.jpg 

Il est né en Australie en 1881... A quinze ans il quitte sa famille et parcourt la Nouvelle Zélande. Il travaille dans la marine marchande et se fixe ensuite à Sidney, où il publie ses dessins dans un journal progressiste, The Bulletin. Il étudie parallèlement à l'Ecole des Beaux-Arts de Sidney, avec la célèbre peintre Julian Ashton, qui participa au renouveau de la gravure dans ces années.

Lewis gagne les Etats-Unis en 1900.

On connait mal ensuite ses activité. On le retrouve travaillant à New-York en 1910, où il passe le reste de sa vie.

Il gagne le Japon en 1920, un tournant capital. Pendant huit mois il pratique l'aquarelle et le peinture à l'huile en extérieur.

Voir les commentaires

Il y a un siècle... Bernanos.

Publié le par Perceval

bernanosJe fais le choix, tout personnel, et que je trouve judicieux, de prendre Bernanos, comme observateur du XXème siècle :

 

Biographie : (Sources : http://www.georgesbernanos.fr )

- Né le 20 février 1888 à Paris, Georges Bernanos grandit dans une famille monarchiste.

 Sir_John_Everett_Millais_Jesus-famille.jpg

Lecteur précoce de la Libre Parole, il s’engage très vite chez les Camelots du roi. A l’époque, l’Action française et Charles Maurras tentent d’établir des ponts avec le syndicalisme révolutionnaire, et parlent de « coup de force ».

Bernanos fut élevé dans une ambiance idéologique très particulière, qui devait le marquer profondément. Une ambiance idéologique caractérisée, sur le plan politique, par l'hostilité aux institutions républicaines établies et, sur le plan religieux, par la méfiance à l'égard des catholiques libéraux, partisans d'un rapprochement avec la République et d'une certaine acceptation des principes de la société moderne, qui s'organisaient alors autour du mouvement du Sillon. En contrepoint, cette éducation développa chez lui des fidélités qui devaient l'accompagner durant toute sa vie : d'une part, fidélité à une vision plus ou moins idéalisée de l'ancienne France monarchique, d'autre part, fidélité à un catholicisme traditionnel et intransigeant, à tendance mystique.

  Gebet-und-Arbeit.jpg


- Réformé après une période militaire en 1911, Bernanos s’engage et fait toute la guerre au 6ème Dragon. Blessé plusieurs fois au champ d’honneur, il survit aux tranchées. Il devient inspecteur d'assurances.

  Bettler-_-Il-n-y-a-qu-une-seule-tristesse--c-est-de-n-etr.jpeg

" " Il n'y a qu'une seule tristesse, c'est de n'être pas des saints." Léon Bloy

L'écœurement au lendemain de la guerre s'accompagne d'un certain éloignement à l'égard de l'Action française…

Cette épreuve est aussi pour lui l'occasion d'un approfondissement spirituel, notamment sous l'influence de l'œuvre de Léon Bloy qu'il découvre alors.

"Une nouvelle invasion moderniste commence. Cent ans de concessions, d'équivoques ont permis à l'anarchie d'entamer profondément le clergé... Je serai fusillé par des prêtres bolcheviks qui auront Le Contrat social dans la poche et la croix sur la poitrine" (Correspondance).

« Dieu, c'est révolution, démocratie, assurances sociales, que sais-je ? Au front de l'Église, ils écriront un jour : « On est mieux nourri ici qu'en face », et ils s'étonneront de ne recueillir que des ventres » (Ecrits de Combat).

  fra-angelico-Christ-aux-outrages.jpg

fra-angelico-Christ-aux-outrages


- Son premier roman, Sous le soleil de Satan, publié en mars 1926 (il a alors 38 ans), remporte un succès considérable qui le convainc de se consacrer exclusivement à l'écriture.

- Lorsque la guerre civile espagnole éclate, l'écrivain, acteur de son temps, ne tarde pas à prendre le parti des victimes dans le violent pamphlet antifranquiste Les Grands Cimetières sous la lune (1938), qui préfigure déjà la tragédie universelle de la Seconde Guerre Mondiale.


Il quitte le Figaro en 1932. À partir de ce moment, jusqu'en 1936, la réflexion de Bernanos s'éloigne de la politique. D'autant plus qu'en 1933, un grave accident de motocyclette le laisse en partie infirme, tandis qu'il se débat dans de graves difficultés financières qui l'obligent à se consacrer à son œuvre littéraire pour survivre. C'est au milieu de ces difficultés qu'il écrit, cependant, son chef-d'œuvre, Le journal d'un curé de campagne, qui sera publié en 1936. En tout cas, au point de vue politique, son non-conformisme, qui l'a progressivement éloigné de l'AF, fait à ce moment de lui un homme seul.

  dyn001_original_500_500_jpeg__986edae1574de971d1efd88ece119.jpg
  manescaped3vu6.jpg

il est amené à défendre contre l'Action française les œuvres de Claudel, de Péguy ou de Léon Bloy. Ce décalage entre une Action française qui, selon ses propres termes, lui semble "manquer déplorablement de vie intérieure", et les tendances profondes de sa pensée et de sa sensibilité a sans nul doute joué un rôle important dans l'évolution de Bernanos


- Le 20 juillet 1938, deux mois avant Munich, indigné par la lâche impuissance de l'Europe face à la montée du nazisme en Allemagne, Georges Bernanos quitte la France pour le Paraguay, puis le Brésil.. Il y passera la guerre, défendant sans cesse la cause de son pays déchiré et devenant l’un des grands animateurs spirituels de la Résistance française.

 

En 1931, paraît son premier pamphlet, la Grande Peur des bien-pensants. Cet ouvrage tonitruant vitupère un certain clergé compromis avec le siècle et soumis à la pression des forces de l’argent : Puis, visionnaire, Bernanos met en garde contre le risque d’un enchaînement à une technique dépersonnalisante dont le mode de vie américain offre, d’ores et déjà, l’exemple : « L'activité bestiale dont l'Amérique nous fournit le modèle, et qui tend déjà si grossièrement à uniformiser les moeurs, aura pour conséquence dernière de tenir chaque génération en haleine au point de rendre impossible toute espèce de tradition. N'importe quel voyou, entre ses dynamos et ses piles, coiffé du casque écouteur, prétendra faussement être lui-même son propre passé et nos arrière-petits-fils risquent d'y perdre jusqu'à leurs aïeux. » Selon lui, le capitalisme va réaliser la visée communiste de la « table rase du passé ».

  otto-dix_3.jpg

 Otto Dix

  Otto-Dix-1891-1969.jpg

Otto Dix

Dans son dernier essai, la France contre les robots (1946), il résume son propos en une formule décisive : « On ne comprend absolument rien à la civilisation moderne si l’on n’admet pas d’abord qu’elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure. »


- En 1941, il écrit la Lettre aux anglais. Ses fils s’engagent dans les Forces françaises libres.

- De retour en France, en juillet 1945, à la demande du Général de Gaulle, il est terriblement déçu par l’atmosphère politique de la libération et l’opportunisme qui, à ses yeux, la caractérise. Il refuse le ministère de la Culture et, pour la troisième fois, la Légion d’Honneur.

- Bernanos s’exile à nouveau, cette fois pour la Tunisie (1947). ..Ses tous derniers textes expriment également la quintessence de sa foi chrétienne et de sa spiritualité.

- Victime d’un cancer du foie, Bernanos est rapatrié. Il meurt à l’hôpital américain de Neuilly le 5 juillet 1948. Lui qui avait tant médité sur la mort s'éteint en murmurant : « À nous deux maintenant ».

Voir les commentaires

Il y a 100 ans, le XXème siècle s'installait et ...

Publié le par Perceval

 ... se préparait à commettre au nom d'idéaux, les pires atrocités ...:

Les artistes, prophétisaient...

Comment avons-nous réagi ?

 

Alors que s'ouvre le siècle, deux figures de la pensée s'éteignent: John Ruskin, chez lequel Marcel proust admirait " le directeur de conscience de son temps", et le philosophe allemand Friedrich Nietzche, agé de 56ans, dont l'influence sera immense sur le siècle qui s'annonce...

Maurice Denis, Hommage à Cézanne, 1900Maurice-Denis--Hommage-a-Cezanne--1900.jpg

De gauche à droite, donc, Redon, Vuillard, Mellerio, Vollard, Denis, Sérusier, Ranson, Roussel, Bonnard et Marthe Denis,

 

P-Picasso-femme-aux-bras-croises-1901.jpg

Picasso 1901 et 1938femme-assise-dans-un-jardin-1938-Pablo-Picasso.jpg

Léon Bloy ( 1846-1917): A travers ses romans où se décèlent une insatisfaction permamnente, une mystique de la douleur, on peut décrypter sa haine de la bourgeoisie et sa pitié pour les opprimés. Inclassable, entrepreneur en démolition, pèlerin de l'Absolu, son oeuvre marquera Georges Bernanos, Graham Greene, Pierre Emmanuel ...etc

Pablo-Picasso--Les-Trois-Femmes--1907-1908.jpgPablo Picasso, Les Trois Femmes, 1907-1908

 

Au début du siècle, Léon Blum ( 1872-1950 ) est critique, essayiste: proche de Paul valéry et Marcel Proust

Léon Blum se lance réellement en politique durant l'affaire Dreyfus ... Il rompt avec Maurice Barrès, qu'il considérait jusqu'alors comme son maître en littérature et surtout, rencontre Jean Jaurès en 1897. Dès lors, son action militante à la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO) commence vraiment. C'est en compagnie de Jaurès qu'il participe à la fondation de L'Humanité en 1904.

  klimt-life-and-death.jpg 

KLIMT:  La Vie et la Mort, (1916)

FRANZ-VON-STUCK-SALOME.jpg   

Franz von Stuck (1863 - 1928): peintre allemand symboliste et expressionniste. 

Salomé dansant la danse des sept voiles, 1906

1901: Mort de Victoria, reine d'Angleterre et impératrice des Indes, après 60 ans de règne. Election de Theodore D.Roosevelt. Affaire Dreyfus... et Liane de Pougy, danseuse et courtisane, triomphe à l'Olympia...

 

Henri Bergson, né en 1859 . Entra à l'Ecole normale supérieure en 1878, dans la même promotion que Jean Jaurès .

Sa thèse principale (1889) était intitulée : "Essai sur les données immédiates de la conscience ".

Bergson poursuit ainsi une carrière exemplaire qui le conduit à un poste de maître de conférences à l'Ecole normale supérieure, puis à une chaire au Collège de France ( 1900). Il exercera, par ses cours du Collège, un prodigieux effet de fascination : Péguy, Maritain et bien d'autres, ... Il obtient le prix Nobel de littérature en 1928. En 1932, il publie Les deux sources de la morale et de la religion.

Célébré, puis oublié ...! Il put affirmer une dernière fois ses convictions à la fin de sa vie, en renonçant à tous ses titres et honneurs, plutôt que d’accepter l’exemption des lois antisémites imposées par le Régime de Vichy. Bien que désirant se convertir au catholicisme, il y renonça par solidarité avec les autres Juifs.

Il meurt le 4 janvier 1941.

  serment-antimoderniste-saint-pie-X.png

S Pie X - 1903 - : serment anti-moderniste

  Pie_X_benissant.jpg

***

kafka-1.jpg

1905: année fondatrice de la modernité ( ligne de partage entre le musée d'Orsay et le centre G Pompidou...) avec l'explosion du fauvisme et celle de l'expressionnisme en Allemagne.

L'Art Nouveau s'épuise, Albert Einstein publie ses premiers travaux sur la Relativité ...

Le sénat vote la loi sur la sépération de l'Eglise et de l'état, alors que Sigmund Freud , à Vienne, entame la rédaction de ses Cinq Psychanalyses ...

Voir les commentaires

Des femmes à l'honneur...

Publié le par Perceval

Alors que Annie Thébaud-Mony ( directrice de recherche honoraire à l'Inserm )Annie-Thebaud-Mony.jpg, refuse publiquement la légion d'honneur ... Deux jeunes femmes sont , à juste titre , célébrées pour leurs travaux mathématiques ... !

 

Annie Thébaud-Mony, a réussi à porter au grand jour son combat : celui contre les crimes industriels, et la faiblesse de la justice et des politiques publiques à leur égard.

Son geste, écrit-elle, est destiné à attirer l'attention sur « l'impunité qui, jusqu'à ce jour, protège les responsables de crimes industriels ». Dans sa lettre à Cécile Duflot, elle dénonce le « drame des accidents du travail et maladies professionnelles, mais aussi l'accumulation des impasses environnementales, en matière d'amiante, de pesticides, de déchets nucléaires et chimiques »...

Militante associative depuis 30 ans, présidente de l'association Henri-Pezerat, Annie Thébaud-Mony dénonce: «... la mise en danger d’autrui, par l’amiante ou les pesticides, à la mort annoncée de milliers d’intouchables indiens chassés de leurs terres pour l’installation d’une usine chimique polluante de fabrication de pneus, les crimes industriels se perpétuent ».

 

Si l'amiante est l'un de ses principaux chevaux de bataille, un autre des ses autres combats concerne le nucléaire.

.... lundi soir, Cécile Duflot répond à ce refus, en le reprenant à son compte. La ministre « exprime son profond respect de l’engagement déterminé et désintéressé de Mme Thébaud-Mony ». Nous sommes dans le même camp, explique en substance Cécile Duflot. En donnant à la chercheuse rendez-vous à la rentrée pour un entretien sur les thémes soulevés par son courrier de refus.
La lettre d'Annie Thébaud-Mony et celle de Cécile Duflot sont à lire sur le site du ministère.

 ***

 

"Pour la première fois, le prix Henri Poincaré est décerné à deux femmes ; deux jeunes Françaises. Attribué tous les trois ans depuis 1997, ce prestigieux prix récompense des scientifiques pour leurs « contributions remarquables » dans le champ de la physique mathématique ainsi que de jeunes scientifiques ayant déjà apporté des contributions exceptionnelles.

Les deux Françaises - Nalini Anantharaman du laboratoire de mathématiques d'Orsay (CNRS/Université Paris-Sud) et Sylvia Serfaty du laboratoire Jacques-Louis Lions (CNRS/UPMC) - ont été récompensées lundi 6 août au Congrès international de physique mathématique (plus d'informations sur leurs travaux sur le site du CNRS)."

 

Sylvia-Serfaty.jpgSylvia Serfaty, est spécialiste des mathématiques à l’interface avec la physique, son travail consiste à analyser grâce aux mathématiques les modélisations et équations posées par les physiciens. Spécialiste de la supraconductivité, Sylvia Serfaty travaille sur l’équation de Ginzburg-Landau depuis une quinzaine d’années.

 

Nalini Anantharaman Nalimi-Anantharaman.jpgétudie l’équation de Schrödinger, qui est une des équations de base de la mécanique quantique. Elle collabore avec des physiciens théoricienset essaie de comprendre les phénomènes de dispersion. Une onde se propage dans une cavité fermée. Elle va rebondir sur les parois. Il s'agit de comprendre la manière dont elle va se disperser : va-elle rester cloisonnée, confinée dans une partie de la cavité ou va-t-elle se disperser dans toute la cavité ...

Voir les commentaires

Mélusine, ou la question de la place du féminin. ( 3 )

Publié le par Perceval

« Le mythe de Mélusine joue de la curiosité et de la peur du sexe féminin : le comte de Lusignan, melusine-3.giftransgressant le pacte conclu, épie sa femme un fatal samedi pour découvrir qu’elle a une énorme queue de poisson, qui lui inspire peur, dégoût, colère et rejet. Cette ambivalence de l’image féminine, qui engendre fascination émerveillée et répulsion horrifiée, comporte plusieurs aspects. Mélusine est à la fois une certaine forme de la nature: elle est fée de la nature, elle en incarne la fécondité, elle est mère nourricière, bâtisseuse et défricheuse. Cette position a pu être interprétée au départ comme représentation matriarcale, puisqu’elle est celle qui fonde la lignée, qui apporte la gloire, la richesse, la force, une interprétation que l’anthropologie contemporaine nie dans sa réalité, puisqu’elle affirme qu’il n’existe pas de société matriarcale. Mais le problème n’est pas là : nous nous intéressons à l’imaginaire et à ses représentations ; nous voyons qu’il y a avec Mélusine l’image d’une femme originelle, qu’elle incarne comme femme et comme mère l’origine. »

 

La femme apparaît comme celle qui va éduquer et maîtriser les passions absolument violentes de l’homme. Elle est bâtisseuse et défricheuse, mais surtout civilisatrice. Cette fonction est, en filigrane, une fonction menacée. La violence de l’homme va reprendre le dessus. Si Mélusine apporte ses pleurs de deuil et revient la nuit pour éduquer ses enfants, c’est qu’elle a été victime de cette violence.

Le destin mélusinien présente, en effet, une allégorie de la femme, incomprise, maltraitée pour la part de mystère qu’elle possède et son pouvoir incommensurable, de mettre au monde l’homme, comme Mélusine Raymondin, et par dessus tout, pour sa capacité à donner la vie.

MELUSINE-Philippe Jamet-Fournier (1987)
 MELUSINE par Philippe Jamet-Fournier (1987)

 

À cette première impression stéréotypée d’une Mélusine matriarcale… se présente et s’impose encore aujourd’hui l’image d’une société patriarcale… en particulier dans l’Eglise « romaine », l’homme est seigneur et maître et où l’espace réservé à la femme est une place spécifique.

 

Sources : en particulier - Alain Montandon ,Université Blaise-Pascal, Centre de recherches sur les littératures modernes et contemporaines

Voir les commentaires

Prêtre, jeune et jolie.... C'est possible! Merci!

Publié le par Perceval

À l’occasion des JO, « La Croix » ( 1er août ) a rencontré dix personnalités britanniques qui incarnent un certain esprit britannique, à la fois classique et excentrique.  Joanna-Jepson-1.jpgPrêtre de l’Église anglicane, Joanna Jepson est devenue aumônière du monde de la mode.

 

Anglicane plutôt libérale, favorable à l’ordination des femmes et à la bénédiction des couples homosexuels, elle ne s’est jamais vue comme une « farouche militante pro-life », mais ressent soudain la nécessité de « réveiller les consciences » : « Dans les années 1960, quand l’avortement a été dépénalisé, il fallait protéger les femmes, mais désormais ce sont les enfants à naître et les handicapés qui sont devenus les plus vulnérables de notre société et dont il faut défendre les droits », plaide-t-elle. 

 

Joanna-Jepson-Canon-Nicholas-Biddle.jpgAujourd’hui prêtre de l’Église anglicane, toujours réputée pour son franc-parler et sa liberté de ton, Joanna Jepson, 36 ans, vit désormais à Portsmouth auprès de son mari, prêtre anglican lui aussi…

 

La jeune femme en clergyman frappe un beau jour à la porte du prestigieux London College of Fashion, l’école de mode la plus en vue outre-Manche ? Toujours est-il qu’elle en devient en 2006 la première aumônière, pour accompagner les étudiants face à « la pression de l’hédonisme de notre société, à l’impératif de la perfection physique ». « L’Eglise doit être présente dans cet univers : après tout, nous croyons en un Dieu créateur qui passe son temps à dessiner de belles choses ! », affirme-t-elle, confessant du reste pouvoir « passer des heures devant les créations du styliste Alexander McQueen ».  

Rev-Jepson-Joanna-Jepson.jpgDepuis deux ans, elle se sert aussi de la mode dans les écoles pour aider les jeunes à réfléchir sur leur identité et leurs aspirations profondes, au sein du « Empty Hanger Project » (« Projet penderie vide »). Elle a ainsi été invitée par des écoles musulmanes dont les élèves étaient voilées des pieds à la tête. « À la fin de la semaine, elles ont découvert qu’elles jugeaient beaucoup à l’apparence et qu’on pouvait être une croyante fervente tout en portant une robe légère. »

 

Enfin, des jeunes « ordinaires », homme ou femme, qui représentent l’Eglise… C’est rafraichissant… Merci !

Voir les commentaires

La politique, la dette... en Islande et en Argentine.

Publié le par Perceval

En ISLANDE :

L’action politique populaire, en Islande, a conduit ce petit pays à ne pas suivre l’orthodoxie qui guide les politiques en Europe et à l’international…islande-revolution-peuple.jpg

  • pétition nationale pour refuser le remboursement des dettes britannique et hollandaise;
  • référendum populaire rejetant à plus de 93 %  les accords relatifs au règlement de ces dettes;
  • nouveau référendum rejetant à 60% un nouvel accord avec les créanciers de l’Islande.

Les islandais souhaitent à présent comprendre et l’ancien premier ministre de l’époque Geir Haarde a été déféré devant une juridiction spéciale ; non pas pour le sanctionner ( encore que .. ! ) mais pour connaître et faire connaître les vraies causes de la crise : privatisations hasardeuses des quotas de pêche, engouement pour les investissements à l’étranger, gestion catastrophique des grandes banques privées et octroi immodéré de crédits aux particuliers.

En 2009 : Les protestations citoyennes contre le Parlement font que des élections anticipées sont convoquées. Elles provoquent la démission du Premier Ministre et, en bloc, de tout le gouvernement. L’islande se trouve dans l’incapacité de rembourser sa dette.. Par le biais d’une loi, il est proposé à la Grande Bretagne et à la Hollande le remboursement de la dette par le paiement de 3.500 millions d’euros, montant que paieront mensuellement toutes les familles islandaises pendant les 15 prochaines années à un taux d’intérêt de 5%.

  • En mars, un référendum est organisé sur le sujet : 60% des électeurs se sont déplacés et 93% d’entre eux rejettent les modalités du remboursement de la dette aux Britanniques et Néerlandais.

Johanna-Sigurdadottir-Victoire-2009.jpgActuellement , un nouvel arrangement est trouvé avec Londres et Amsterdam. En effet, l’Islande, candidate à l’adhésion à l’Union européenne, ne veut pas se fâcher à jamais avec deux de ses membres... L’accord porte désormais sur un prêt à environ 3%. Il doit encore être avalisé par le parlement islandais.

Lors des élections d’avril 2009, une majorité de gauche, composée de socio-démocrates et du parti ‘gauche verte’, est élue. C’est une première en Islande, pays traditionnellement gouverné au centre droit. Une femme, Johanna SiguroardottirJohanna-sigurdardottir-official-portrait.jpg, prend la tête du gouvernement..

Mais le coup de barre est modéré : les socio-démocrates sont pro-marché et pro-Europe. Le programme discuté avec le FMI se poursuit, et le gouvernement engage en juillet des négociations pour adhérer à l’Union européenne.

  • La monnaie est dévaluée pour relancer les exportations.

Au parlement, à plusieurs reprise, les ‘verts de gauche’ se sont désolidarisés d’un pouvoir jugé trop centriste sur la question européenne comme sur d’autres.

Ce n’est pas un conte de fées, et l’Islande ne vit pas une alternative harmonieuse au capitalisme, mais une suite de tâtonnements confus, douloureux et résignés... en restant dans les rails du FMI…

  • Il est décidé de rédiger une nouvelle Constitution pour libérer le pays du pouvoir exagéré de la finance internationale et de l’argent virtuel, entre autres …

 

Depuis avril dernier, 25 « conseillers » élus sont chargés de diriger l’écriture de la nouvelle constitution du pays. Physicien, directeur de théâtre, pasteur, professeur d’économie, journaliste, avocat, étudiant, ils sont issus de la société civile. Le processus se veut collaboratif. Les projets de clause sont publiés sur le site du gouvernement chaque semaine.


En ARGENTINE : ( article de François Asselineau dans Agora Vox):

 

Tout au long des années 90, l’Argentine avait appliqué, sous la présidence de Carlos Menem et à la demande du FMI, une politique ultra-libérale de privatisation à outrance de toute son économie.mai_2012-argentine.jpg

Cette ultra-libéralisation de l’économie argentine a certes provoqué l’enrichissement d’une partie de la population pendant quelques années, et surtout une débauche de consommation.

Mais elle a aussi et surtout entraîné une autre partie de la population dans la pauvreté (environ 20% de chômeurs officiels vers 1998) , avant de provoquer une hyper-inflation et une crise économique et financière de très grande ampleur à la fin des années 1990 et au début des années 2000.

La crise économique et financière culmina en 2001 et conduisit à des décisions historiques :

le 6 janvier 2002, le nouveau gouvernement du président Eduardo Duhalde procédait à un gel total des avoirs bancaires et à une dévaluation officielle du peso de 28 % par rapport au dollar. La monnaie argentine continua à baisser très rapidement ensuite, jusqu’à perdre près de 50% face au dollar.

Nestor Kirchner (péroniste de centre gauche) a été président de la République argentine de 2003 à 2007.

  • a) il envoie balader les banquiers, et « renégocie » la dette du pays en 2005 d’une façon expéditive : il a purement et simplement refusé le remboursement de trois quarts des 100 milliards de dollars de dette extérieure !
  • b) faisant un bras d’honneur au dogme de l’ultra-libéralisme et de la prétendue « mondialisation inévitable », il a :

- gelé les tarifs de l’énergie et des transports,
- taxé très fortement les importations,
- relancé l’activité économique (+ 50 % en cinq ans !) en la soutenant de façon keynésienne par les dépenses publiques,
- provoqué une forte hausse des salaires,
- et engagé un programme tenace de réappropriation par le peuple argentin des grands services publics du pays qui avaient été bradés à des intérêts privés américains ou européens à la demande du FMI :

 

- novembre 2003 : Renationalisation de la Poste argentine, qui avait été privatisée en 1997.

- janvier 2004 : Renationalisation de la concession de l’espace radioélectrique national, qui avait été attribué au groupe français Thales Spectrum, filiale de Thales (ex-Thomson) en 1997.

- mars 2006 : Renationalisation de la distribution de l’eau potable qui avait été attribuée au groupe français Suez en 1993.

- mars 2007 : Renationalisation du Chantier naval Darsena Norte, privatisé en 1999. Les employés reçoivent 10% des actions, le reste étant contrôlé par l’Etat.

C’est sa propre épouse, Cristina-Kirchner-presidente-argentine.jpgCristina Kirchner qui lui a succédé au poste de présidente de la République le 10 décembre 2007. Réélue il y a quelques mois, en octobre 2011, elle a continué l’impressionnante œuvre libératrice de son mari :

- novembre 2008 : Renationalisation du système de retraites, qui avaient été privatisées en 1994.

- décembre 2008 : Renationalisation des compagnies aériennes Aerolineas Argentinas et Austral, privatisées et acquises en 1990 par la compagnie espagnole Iberia, puis en 2001 par le groupe espagnol Marsans.

- et enfin, ce 16 avril 2012 : Renationalisation majoritaire (à 51%) de la compagnie pétrolière YPF, qui avait été privatisée et cédée à l’Espagnol Repsol en 1992.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>