Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

actualite

Le meilleur lycée... pour un monde meilleur!

Publié le par Perceval

A l’heure des palmarès, un chef d’établissement ne peut-être que fier de lire, d’entendre que son lycée est classé 1er au niveau académique, - classé sur des indicateurs, parfois discutables surtout s’ils se concentrent sur les seuls résultats du BAC.

Insidieusement, derrière ce classement se cache, une autre perspective- celle de l’individu, peut-être même celle du ‘client’, et recule le point de vue de la collectivité. L’intérêt du service public ne s’y retrouve pas forcément… La société - par intérêt général et par solidarité – devrait encourager la mixité sociale, le soutien éducatif des plus défavorisés, valoriser l’excellence partout…

Je constate, de plus en plus, que le service public à la sauce libérale accentue la fracture éducative et sociale. Les ‘meilleurs lycées’ vont attirer les ‘meilleurs élèves ‘ –ils deviendront encore meilleurs au détriment des autres qui se spécialiseront dans l’aide sociale.

Un exemple : dans mon département n’existent que deux lycées LGT 'privés' : l’un est en queue de liste – son proviseur dit - ce que je dirai à sa place... - et ajoute «  Voyez, la preuve que le privé n’accueille pas que les plus aisés… »

Devinez la place de l’autre établissement privé … ?: En général, en tête ( bon, après nous … J  ) … Pourquoi ? Parce que chaque établissement se ‘spécialise’ : l’un regroupe les enfants de famille « …. » , comment dire … ? Et l’autre ?...

Ce modèle éducatif n’est pas celui que je défends en vue d’un monde meilleur, et l’Etat me semble le seul à pouvoir défendre les intérêts, qui ne sont pas ceux de l’individu, mais ceux de la personne.- dans une société…  égalitaire et personnaliste ?

Voir les commentaires

Un cardinal parle spiritualité

Publié le par Perceval

Toujours dans le cadre de la " journée de la jupe ": ...!
Quelle est la définition du Bonheur pour ce cardinal ?


"Le cardinal Canizarès semblait atteindre, le 22 décembre dernier, le comble du bonheur. En visite à l'Institut du Christ Roi, le nouveau préfet de la sainte congrégation pour le culte divin, tout de pourpre vêtu, tirait derrière lui "sa" traîne de douze mètres de long de la cappa magna des cardinaux. Soi disant disparue depuis Paul VI, mais remise à l'honneur, nécessité des temps, sans doute, allez savoir pourquoi…?"
Faut-il en rire..? ou en pleurer...! Malheureusement, mon humeur actuelle ferait que j'en pleurerais...
Pourquoi, au XXI ème siècle, l'Eglise.... - Vous savez ( et je m'adresse aux cathos..) celle qui EST le corps de Christ...-  Pourquoi l'Eglise se donne t-elle ainsi à voir ...?

Voir les commentaires

Bonne nouvelle pour les jupes…

Publié le par Perceval

Enfin, dans l'Eglise les femmes réagissent et s’organisent !…
J’ai trop entendu des opinions personnelles - regrettant la place qui leur est faite- qui systématiquement sont minimisées; puis 'charité' oblige les femmes catholiques se résignent... 
 

« Le Comité de la jupe » composé de quinze personnes, treize femmes et deux hommes, est né à la suite des paroles de Monseigneur André Vingt-Trois sur Radio Notre Dame le 6 novembre 2008. (voir archives, pour la genèse et le détail de notre plainte au Tribunal ecclésiastique de Paris).

Soyons sérieux, on ne dit pas de telles énormités par hasard, ni pour dire exactement le contraire de ce qu'on pense, comme le répète sans convaincre le cardinal.
Si de telles paroles jaillissent, c'est qu'on avait oublié de refermer la porte de son inconscient et qu'elles se sont échappées, les coquines!
Et voilà la vérité : jupe = rien dans la tête.

Les femmes dans l'Eglise, en effet, ne sont pas traitées comme il serait normal qu'elles le soient, à notre époque. Et à cause de cela, et de bien d'autres signes qui, tous, manifestent le refus de l'Eglise de regarder la société qui l'entoure, un profond déséquilibre s'installe. Trop de tristesse dans l'Eglise aujourd'hui.... trop de souffrances, trop de distance avec le monde.

Aussi ce comité a-t-il décidé de ne pas plier bagage, une fois "l'affaire" réglée.
Nous aurons beaucoup à dire, on s'y met, mettez aussi votre grain de sel, on vous attend, hommes ou femmes. Donnez-nousvos impressions, vos expériences, vos souhaits. L'avenir de l'Eglise le mérite bien.
A vous la parole!
Anne Soupa et Christine Pedotti
 http://comitedelajupe.over-blog.com ici

Voir les commentaires

"Il fait beau!" a déclaré Benoît XVI

Publié le par Perceval

A son retour à Rome, par une belle après-midi ensoleillée, le Pape aurait confié à une journaliste : "Il fait beau aujourd'hui !" Ces propos ont aussitôt soulevé dans le monde entier une immense émotion et alimentent une polémique qui ne cesse de grandir.

Quelques réactions :

Le maire de Bordeaux : "Alors même que le pape prononçait ces paroles, il pleuvait à verse sur Bordeaux ! Cette contre-vérité, proche du négationnisme, montre que le pape vit dans un état d'autisme total. Cela ruine définitivement, s'il en était encore besoin, le dogme de l'infaillibilité pontificale !"

Le Grand Rabbin de France : "Comment peut-on encore prétendre qu'il fait beau après la Shoah ?"

Le titulaire de la chaire d'astronomie au Collège de France : "En affirmant sans nuances et sans preuves objectives indiscutables qu'il "fait beau aujourd'hui", le pape témoigne du mépris bien connu de l'Église pour la Science qui combat ses dogmes depuis toujours. Quoi de plus subjectif et de plus relatif que cette notion de "beau" ? Sur quelles expérimentations indiscutables s'appuie-t-elle ? Les météorologues et les spécialistes de la question n'ont pas réussi à se mettre d'accord à ce sujet lors du dernier Colloque International de Caracas. Et Benoît XVI, ex cathedra, voudrait trancher, avec quelle arrogance ! Verra-t-on bientôt s'allumer des bûchers pour tous ceux qui n'admettent pas sans réserve ce nouveau décret ? "

L'Association des Victimes du Réchauffement Planétaire : "Comment ne pas voir dans cette déclaration provocatrice une insulte pour toutes les victimes passées, présentes et à venir, des caprices du climat, inondations, tsunamis, sécheresse ? Cet acquiescement au "temps qu'il fait" montre clairement la complicité de l'Église avec ces phénomènes destructeurs de l'humanité, il ne peut qu'encourager ceux qui participent au réchauffement de la planète, puisqu'ils pourront désormais se prévaloir de la caution du Vatican."

Le Conseil Représentatif des Associations Noires : "Le pape semble oublier que pendant qu'il fait soleil à Rome, toute une partie de la planète est plongée dans l'obscurité. C'est là un signe intolérable de mépris pour la moitié noire de l¹humanité!"

L'Association féministe Les Louves : "Pourquoi "il" fait beau et pas "elle" ? Le pape, une fois de plus s'en prend à la légitime cause des femmes et montre son attachement aux principes les plus rétrogrades. En 2009, il en est encore là, c'est affligeant !"

La Ligue des Droits de l'Homme : "Ce type de déclaration ne peut que blesser profondément toutes les personnes qui portent sur la réalité un regard différent de celui du pape. Nous pensons en particuliers aux personnes hospitalisées, emprisonnées, dont l'horizon se limite à quatre murs ; et aussi à toutes les victimes de maladies rares qui ne peuvent percevoir par leurs sens l'état de la situation atmosphérique. Il y a là, sans conteste, une volonté de discrimination entre le "beau", tel qu'il devrait être perçu par tous, et ceux qui ressentent les choses autrement. Nous allons sans plus tarder attaquer le pape en justice."

A Rome, certains membres de la Curie ont bien tenté d'atténuer les propos du pape, prétextant son grand âge et le fait qu'il ait pu être mal compris, mais sans succès jusqu'à présent.

François Garagnon 

http://www.paraboles.net/

Paraboles.net, reflet d'une spiritualité chrétienne ouverte, vous propose un espace de rafraîchissement, une plateforme de réflexion, de débats, voire même de controverses, une véritable zone de " no man's land " conviviale on line !

 

Voir les commentaires

La violence dans l'Education

Publié le par Perceval

 

Après avoir regardé, sur arte, "la journée de la jupe" (sortie cinéma dans q.q. jours ...)
Un professeur me dit:
" Voilà un film qui remet les pendules à l'heure, il
montre que la langue articulée est non seulement  "castratrice mais de plus féminine d'où la haine d'une certaine langue, celle porteuse de la différence et du savoir" (Lacadée). Il faut faire violence aux élèves pour qu'ils consentent à apprendre. Qu'est-ce qu'on peut faire... face à ces gosses aussi violents verbalement, qui font un lien particuler entre le corps et la langue (toutes les insultes envers les filles, les viols organisés en "tournantes")...
"Ne pas renoncer, bien sûr, mais comment épauler les profs qui se coltinent à cette dure réalité, pour ensemble éduquer au respect véritable de l'autre, un autre qui n'est qu'un simple humain, fort et faible, pas un superman footballeur ou rappeur... richissime, ayant trouvé sa place enviée dans la société, sans avoir rien fichu comme travail scolaire mais certainement beaucoup souffert (voir pennac et les souffrances des cancres)...?"

Effectivement; j'ai vu vendredi soir, ce film: .... Début difficile: je n'aime pas voir ces comportements d'élèves.... Je sais que cela existe; je sais que c'est potentiel dans un groupe très hétérogène...

Est-il , seulement  possible de donner un quelconque conseil dans cette situation...? Comment ne pas renoncer ...? Je sais de moins en moins..!

Une question:  il y aurait peut-être, dans la 'solution', - de la violence à mobiliser pour faire face.
Mais alors... Sous quelle forme? Comment faire pour qu'elle ne se retourne pas contre soi..?
Cette conséquence n'est elle pas inhérente à l'utilisation de toute violence..?
Peut-on être violent avec un ' coeur pur ' ...?
Peut-on se dissocier de cette violence, au point de n'en pas faire corps ( les jeunes, eux, ne dissocient pas, ) et se présenter l'esprit en paix et le corps en guerre .... !!!

Douloureux....

Voir les commentaires

Décidément, Benoît, je ne te comprends plus … !

Publié le par Perceval

Pourquoi le chrétien
qui « est présent aujourd’hui auprès des malades du sida en Afrique »,
qui est convaincu qu’il est nécessaire de s’engager pour une « humanisation de la sexualité »,
qui espère en «un réveil spirituel et humain»
et qui pratique l’ «amitié pour les souffrants»…. en reprenant les mots de Benoit
Pourquoi ce chrétien là ne militerait pas pour la solution d’urgence du préservatif, et en quoi « cela ne fait qu’augmenter le problème » ?

 

 

Voir les commentaires

L'Eglise-institution et l'Evangile

Publié le par Perceval

Depuis l’excommunication de cette petite fille de 9 ans violée par son beau père, de sa mère et de l’équipe médicale qui l’a fait avorter, une grande partie du monde catholique est scandalisé.

Une fois de plus l’Eglise-institution apparaît comme inhumaine, dogmatique et elle trahit l’Evangile. Comment être crédible quand on annonce la bonne nouvelle de miséricorde et de pardon du Christ ?

Nous sommes déjà nombreux à avoir réagi soit par des communiqués soit en écrivant à l’archevêque de Recife et au Pape.

Au cas où vous voudriez le faire, voici les adresses électroniques.

 

 


arcebispo@arquidioceseolindarecife.org.br

 

benedictxvi@vatican.va

Voir les commentaires

Parler aujourd’hui de Jésus Christ….

Publié le par Perceval

Réflexions autour de ce thème, en vue d'une rédaction ....

Préalable avec J. Moingt :

C’est chaque jour, manière différente de le faire : J. Moingt considère comme un "drame" le fait, pour les religions, de "se cramponner à l'image de Dieu que chacune a reçue du passé et qu'elle cherche à maintenir à tout prix, alors que l'évolution des représentations du monde, du lien à la nature, des formes de la vie sociale et politique, des idées philosophiques, etc., ne cesse de modifier l'image de Dieu dans l'esprit des croyants comme des incroyants".

Solliciter les questions, et proposer des réponses, seulement si – s’il d’agit d’avancer des ‘ convictions ‘ il est primordial en reprenant, pour le chrétien,  ce que dit J Moingt pour le théologien : "Un théologien ne devrait se juger en droit de parler, de répondre aux questions des autres sur la foi, que s'il se sent capable de mettre, le premier, sa foi en question"

Non pas partir des enseignements de l’Eglise, les dogmes ; mais de l’histoire des hommes, et lire comment elle rencontre l’histoire de Jésus, mais par le chemin de l'histoire qui a conduit Jésus à la mort et à la résurrection

Le Dieu de Jésus-Christ n'est pas une divinité solitaire et toute-puissante qui subsisterait éternellement pour elle-même hors du monde, et qui serait seulement venue en visite chez les hommes.

Le passage par l'histoire est de ce fait dévoilement dans le temps d'un projet qui a sa racine et son aboutissement dans l'éternité, d'un projet qui vise "la renaissance en Dieu de toute l'humanité ".

Comment aujourd’hui l’histoire de Jésus, en nous et pour nous se continue t-elle ?

Parler de Jésus Christ, ce n’est pas décrire un culte religieux ; le Dieu de J.C. n’a pas besoin d’autre culte que le service des autres…. Quant à l'Eglise, elle est constituée par la communauté de ces hommes libérés qui font advenir Dieu en acceptant la grâce d'aimer.

La réflexion personnelle sur sa Foi, a beaucoup gagné de sa confrontation avec l’athéisme, elle a permis d’épurer toutes les fausses ‘ idées sur Dieu ‘ ( expression utilisée pour simplifier ). Aujourd’hui, se rajoute le passage obligé de la confrontation de ma Foi avec les autres religions, voire les autres spiritualités :

Les préoccupations de nos contemporains ne sont plus les mêmes que celles des générations passées ; ainsi :

- Le salut dans l’au-delà…. Et Pourquoi ne pas admettre, en effet, que tout homme peut donner un sens à sa vie, même s'il ne croit pas en Dieu ?

- Le péché ; une autre perspective et un autre vocabulaire permettrait de reconnaître que chacun d’entre nous désirent au plus intime de leur être se voir délivrés des entraves qui les nouent en eux-mêmes et les tiennent prisonniers, séparés des autres et de Dieu

 Cette Eglise-là compte plus d'athées que de dévots ... A la question de savoir si Dieu existe, Renan a répondu : pas encore !

De même peut-on dire que l'homme n'existe pas encore, et qu'il nous incombe toujours de l'enfanter selon les dimensions de sa vocation divine

Autre point à prendre en compte :

-          L’usure du langage chrétien  cf bellet :

-          Reprenant une image d'Yves Congar, Maurice Bellet rappelle que la foi n'est pas une aimable maison de campagne plaisamment meublée, où on serait bien chez soi au milieu de ses affaires, et dont il suffirait de réparer les volets et de repeindre la façade… Le lieu de la foi ressemble plutôt à un chantier perdu au milieu des déserts de l'humanité, où les hommes s'interrogent sur leur façon de vivre ensemble et se départagent entre la tentation de se comporter comme des démons et l'appel à devenir quasiment des dieux. Tout y est donné pour leur permettre de se libérer de leurs idoles et de surmonter les chaos du monde, mais tout reste cependant à imaginer et à créer sous leur responsabilité : "Ici, la force des certitudes ne se mesure pas à la capacité d'écarter les questions, mais c'est la force des questions qui manifeste la force des certitudes, affirme M. Bellet. La critique qui fait émerger la vie n'a peur de rien, même pas de ses propres abîmes." Sur ce chantier, le croyant n'est pas un maître de sagesse ou de science capable d'enseigner aux autres un savoir assuré, ni un prophète en possession des plans de Dieu et investi de l'autorité de les imposer. Il ne peut être qu'un veilleur qui espère en dépit de toutes les nuits, un compagnon fraternel qui partage le pain reçu avec ceux qui cheminent à ses côtés, un chercheur passionnément à l'écoute des plus humbles balbutiements comme des grands et multiples poèmes qui dévoilent Dieu en disant l'homme.

-           

Références:  "Devenir Humain"  d’Yves Burdelot,  et l’enseignement de Zundel

A la recherche d’un chemin :

-          Des réponses à des questions de «  sens » ; non pas des réponses toutes faites, mais proposition chrétienne en « repensant  la foi »

En quête de l’humain :

            Qu’est ce que l’homme, quel est le sens de la vie ?

            Ne pas partir de Dieu : Mettre entre parenthèses nos ‘savoirs’ sur Dieu …. « pour sauver son âme, faut-il croire en Dieu ? » Cette question n’a pas de sens !

            Non-sens, Sens, sensations, … partir du vécu, l’expérience, la rencontre, faire confiance, l’amour,

Devenir humain… L’homme n’est pas humain, il le sait … « Je crois en l’homme » est une proposition chrétienne… Un chemin de liberté, de libération …

Moi et l’autre, l’interdit de tuer, le mal ; le radical message évangélique…

Il y eut un homme… !

            La vie d’un homme : rendre à Jésus son humanité… On ne dira jamais assez jusqu’où et comment Jésus fut l’un des nôtres. Comment c’est dans le très bas qu’Il s’est manifesté….

            Une parole de chair et de sang…

            Homme jusqu’à l’extrême… Mort pour blasphème,

Au dire des témoins : l’historicité et la croix ; ils l’ont suivi…. Pour lire la trace ouverte par Jésus de Nazareth, la ‘ croyance en « Dieu » n’est pas nécessaire :

« Non seulement l’affirmation chrétienne ne part pas de la conviction que Dieu existe pour déduire de là ce qu’elle nomme la « divinité » de Jésus. Mais c’est en reconnaissant l’existence humaine de Jésus et en adhérant au type d’humanité dont il a donné témoignage sans faille qu’on est invité à croire à l’existence d’un amour éternel - et personnel comme tout amour véritable  - qu’à notre tour nous nommerons « Dieu ». Parce que, pour l’heure, nous n’avons pas d’autre mot. » (Y Burdelot,  P137)

            Approche critique de l’idée de « Dieu »…

Au dire des témoins : la Foi et la résurrection

L’identité de Jésus : Une existence qui dit « Dieu »

            Jésus et le « Père »

            Jésus, « Dieu » en visage d’homme. Sa manière d’être Homme est « divine ».

            Le « Dieu » de Jésus Christ : Un Dieu « trinité », un Dieu « vivant »

            Un Dieu qui libère : Une Parole, un Chemin, une Eau vive

Une façon de vivre, la mise en œuvre de la proposition chrétienne…

Humble et pauvre : la question de l’Eglise…

Apprenti ensemble en ‘ atelier ‘ et la communauté chrétienne…

 

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16