Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

actualite

Question: Le sens de l'Histoire ...?

Publié le par Perceval

pape vent«Il semble bien, qu'il serait illusoire de penser que puisse jamais être exorcisée de notre univers mental la volonté de comprendre l'évolution du monde qui nous entoure en s'appuyant sur la conviction plus ou moins nette que quelque chose d'essentiel est en voie de se réaliser dans l'histoire.» …


la-republique-universelle-1848« Outre les déterminants extérieurs (biologiques, économiques, etc) peut-il y avoir à l'oeuvre dans l'histoire, un principe, analogue à ce qu'est la grâce pour les chrétiens dans la vie personnelle, tel que les civilisations qui s'en inspireraient pourraient échapper à une décadence qui semble être la loi? »


Actualité de la philosophie de l'histoire, par Maurice Lagueux

Voir les commentaires

L'Histoire, d'il y a 200 ans ...

Publié le par Perceval

Il y a 200ans, nous aurions eu à choisir entre « Joseph de Maistre » ou « Félicité de Lamennais »… Aujourd’hui, ne nous est-il pas possible de dire que l’un plutôt que l’autre, n’allait pas dans le sens de l’histoire ?


Dans les années qui précèdent la Révolution, le ‘ franc-maçon’ de Maistre se montre favorable à l’esprit de réforme.

Joseph de maistreL’œuvre capitale de Joseph de Maistre, ‘ le Pape ‘ (1817) , lui permet de proposer de placer le Souverain Pontife à la tête de la société… Il préconise l’infaillibilité de l’autorité pontificale. « L’infaillibilité dans l’ordre spirituel et la souveraineté dans l’ordre temporel sont deux mots parfaitement synonymes ». Il raille « la souveraineté du peuple », hait le protestantisme : « Le plus grand ennemi de l’Europe qu’il importe d’étouffer par tous les moyens qui ne sont pas des crimes, l’ulcère funeste qui s’attache à toutes les souverainetés et qui les ronge sans relâche, le fils de l’orgueil, le père de l’anarchie, le dissolvant universel, c’est le protestantisme. » J de M.

Les grands thèmes de la pensée maistrienne sont: le satanisme de la Révolution, la réversibilité des mérites et de peines, la régénération par le sang, l’horizon eschatologique de l’Histoire,

Il fait l’apologie de l’Inquisition, et entretient une fascination de la violence … Sa théologie reprend la vertu de la souffrance innocente au profit du coupable …

"Lu, plusieurs heures, le Pape de Joseph de Maistre. L'auteur me passionna au temps de mon adolescence. Aujourd'hui, j'en jouis mieux, en le délimitant. Génie incontestable, mais borné. Génie exclusivement traditionnel. On croirait que sa 'Providence' est un mécanisme. Il ne comprit pas qu'en 1789, Dieu avait changé la face du monde." LÉON BLOY. F de Lammenais

 

En 1817, Félicité de Lamennais  publie le premier tome de son Essai sur l’indifférence en matière de religion qui reçoit un franc succès malgré des affirmations à l’orthodoxie douteuse, telles que : « Le recours à l’histoire permet de découvrir dans la succession des civilisations l’action souterraine d’une révélation continue. »  ou le fait d’opposer le consentement universel à la raison individuelle.

En 1828, il publie Des progrès de la Révolution et de la guerre contre l’Église dans lequel il affirme : «  Nous demandons la liberté de conscience, de la presse et de l’éducation. »  Jugeant la monarchie dégénérée, il déserte alors définitivement sa cause. L’archevêque de Paris condamne l’ouvrage. Il se fait le prophète d’une Église plus humble et authentique, revenant aux idéaux de pauvreté des origines. “Lamennais réclame la liberté de religion et de conscience, la séparation de l’Église et de l’État, les libertés d’enseignement, de presse, d’association, l’élargissement du système électoral et la décentralisation”,

En 1832, c’est la condamnation. L’encyclique « Mirari vos » condamne les “excès mennaisiens”, notamment les libertés de conscience, d’association, d’éducation, de résistance aux despotes…

En 1834, il publie les Paroles d’un croyant, un véritable best-seller qui sera édité à plusieurs milliers d’exemplaires, partout dans le monde. Il s’agit d’abord un réquisitoire contre les autorités ecclésiastiques et Grégoire xvi, accusés d’avoir “divorcé d’avec le Christ”. Une nouvelle encyclique condamne les Paroles d’un croyant.

Il meurt en février 1854. Conformément à sa volonté, Félicité est inhumé dans la fosse commune du Père-Lachaise.

( Texte extrait d’un article de Erwan Chartier-Le Floch est journaliste et secrétaire de rédaction au magazine ArMen et chercheur au CRBC de Rennes )

Voir les commentaires

L'Histoire jugera ...

Publié le par Perceval

« L’Histoire jugera » C’est le défi, perdu à mon avis, que lance Moubarak Moubarak sarkozyaprès trente ans de pouvoir autoritaire et abusif…


L’histoire ( comme devenir ) est-elle capable de porter un jugement ? Cela signifie t-il que l’on l’identifie - à Dieu ( théologie de l’histoire ), - à la Raison ( Hegel )… Et, faudrait-il attendre «  la fin des temps » ?


Si le privilège qu'a l'homme est de vivre dans l'histoire, et d'avoir une histoire… L’humanité a t-elle une finalité historique commune à tous les peuples… ?


Le jugement de l'histoire n'est pas seulement le jugement des historiens. Même si nous n’avons pas une vision « juste » de l’histoire, ne sommes-nous pas capable, aujourd’hui, de juger ( à l’aune de notre Foi ) certains faits ? InquisitionAinsi les abus de l’inquisition ?

 

Pour un chrétien L'Histoire est conçue comme la réalisation du Bonheur de l'Homme (présent et futur … le « Salut »).

Il ne convient pas à l’homme de « juger » et s’il tente d’agir pour le Bien, pour le résultat de son action,il s’en remet à Dieu. Toutes les traditions reconnaissent une « éthique de responsabilité », et enseignent qu’il nous faudra répondre des conséquences de nos actes…

 

Bien sûr, il ne s’agit pas de porter un ‘jugement humain’ et de l’imposer, ensuite, comme une sentence divine… Même si l’Eglise se l’ait parfois permis, je suis convaincu, qu’il n’est pas légitime à l’homme, d’ ‘absolutiser ‘ un jugement … Par contre, le passage par « un jugement » n’a d’intérêt que s’il permet d’en déduire un enseignement.

D’ailleurs, c’est l'erreur, « l'hérésie », qui oblige à préciser la règle de la foi …strike

 

Le « désir de liberté », est l’un des moteurs de ce « sens de l’histoire », aujourd’hui : refuser de le prendre en compte n’est-il pas une erreur ? L’erreur de ces dictateurs, qui un jour ou l’autre, tombent .. !

 


Ainsi, j’ai l’intérêt, ces jours ci, de chercher à comprendre et, peut-être, parfois arbitrer les débats d’il y a un siècle  et qui ont amené l’Eglise à s’engager sur certaines voies… Si l’histoire doit juger … N’est-il pas intéressant à s’y essayer … ?

Voir les commentaires

Notre monde souffre d’intolérance religieuse.

Publié le par Perceval

Une cérémonie religieuse été la cible d'un attentat-suicide le mercredi 15 décembre . L'attaque a fait au moins 39 morts et 50 blessés. Ils étaient chiites, dans la ville iranienne de Chabahar… Le 12 décembre, en Irak ; 12 personnes sont tuées ( policiers et chiites ) … Le mois précédent, ce sont 23 victimes chiites au Yémen …  il y a quelques jours, ce sont 17 personnes ont été tuées, dont un officier de police, quand un kamikaze s’est fait exploser vendredi dans un bain public du sud de l’Afghanistan, pays où les attentats-suicide sont quotidiens …attentat2

 

Bagdad, Alexandrie, montrent que musulmans et chrétiens, sont frappés par le même mal : l’intolérance religieuse.

 

L’Orient-Le Jour commente cette dernière violence antichrétienne : « Le président des États-Unis Barack Obama a estimé que « les instigateurs de cet attentat visaient clairement des fidèles chrétiens, et n'ont aucun respect pour la vie et la dignité humaines » en souhaitant que les responsables soient « jugés pour cet acte barbare et abject ».
Au Proche-Orient, dirigeants arabes, autorités religieuses et Israël ont vigoureusement dénoncé cet acte. L'Arabie saoudite, qui abrite les deux premiers lieux saints de l'islam, a parlé d'un « acte criminel que n'approuvent ni notre religion ni l'éthique et les normes internationales ». En Irak, théâtre le 31 octobre d'une attaque meurtrière d'el-Qaëda contre la cathédrale syriaque-catholique à Bagdad, le député chrétien Yunadim Kenna a redouté des « jours noirs pour la communauté internationale ». Hier, le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, a condamné ce « crime odieux contre des innocents chrétiens et musulmans ».
L'Iran a également fait part de sa condamnation et a présenté ses condoléances à l'Égypte. Pour la Syrie, cet attentat vise « le pluralisme religieux en Égypte ainsi que dans d'autres pays arabes ». Le Hamas a dénoncé un attentat « destiné à pousser à la confrontation entre musulmans et chrétiens » alors que l'Autorité palestinienne dénonçait un acte « visant à semer la discorde entre musulmans et chrétiens ». Pour le roi Mohammad VI du Maroc, il s'agit d'« un crime contre l'humanité tout entière, banni par les valeurs de la religion islamique ».
En Israël, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a contacté le président égyptien et s'est dit « profondément choqué ». L’Orient-Le Jour

 

intolerance« Ce n'est pas un défi limité à une région ou une religion. Tous les pays ont des minorités religieuses, et plusieurs de leurs membres font face à la discrimination à un degré plus ou moins fort. Tous les États ont non seulement un devoir moral, mais aussi l'obligation de s'assurer que ces minorités sont protégées », a insisté Navi Pillay ( Haute commissaire aux droits de l'homme de l'ONU )

 

Et si le monde est menacé par le fanatisme haineux, il serait dangereux et complètement injuste d’en faire un combat de l’Occident contre l’Islam … Hosam Tammam, chercheur sur les mouvements islamistes à la bibliothèque d'Alexandrie livre son analyse, dans « Le Monde » . Il nous rappelle que «   après l'attentat de Bagdad, la France annonçait l’accueil de centaines de chrétiens d’Iraq, affichant sa solidarité, alors qu’elle refusait d'offrir un statut à des réfugiés afghans qui vivaient des situations aussi terribles. »

 

« Sans doute l'islam est-il moins bien connu, et la version islamiste actuelle en donne une image détestable et fausse. Le Dieu de l'islam n'est-il pas le Miséricordieux ? Et la religion musulmane n'a-t-elle pas vocation à symboliser une hospitalité universelle, au nom de Dieu, dans le respect de l'altérité et des différences ? » Florence Taubmann, pasteure

Voir les commentaires

« La carte n'est pas le territoire » ou « L’Eglise n’est pas le Royaume »

Publié le par Perceval

"La PNL a emprunté au comte polonais Alfred KORZYBSKI cette phrase célèbre " la carte n'est pas le territoire."

 

Eglise, sommes-nous capable de parler le langage d’aujourd’hui, identite religieusenous faire comprendre et affirmer notre place … ?

Eglise, nous devons reconnaître, notre perception partielle de nous-mêmes… Nous devons  également admettre que l’aide de «  l’extérieur » peut nous être utile… Ainsi, dans ce cas de figure, comme institution, l’Eglise peut être questionnée, ainsi.. :

 

Comment arrivons-nous à inventer « notre » réalité  ? Selon trois mécanismes :

  1. en supprimant l'information "inutile" : si une information du monde extérieur ne rentre pas dans notre cadre de pensée ou contredit une conclusion, une attente, un apprentissage antérieur, celle-ci est bien souvent supprimée (non vue, entendue, ou sentie).
  2. en distordant l'information qui nous parvient : notre système cognitif va "distordre" les éléments saisis dans l'environnement pour nous en apporter une perception plus "utile" ou plus conforme à nos attentes.
  3. Enfin, en généralisant, surtout quand il s'agit d'un apprentissage ou d'un problème résolu dans un contexte presque pareil. Cette capacité à généraliser est à la fois un formidable atout, qui évite de réapprendre à faire les choses tous les matins et un gros handicap car "généralisation" devient souvent synonyme de "vérité établie" qui permet de lire une réalité...ou un mode de fonctionnement.
    Or cette généralisation nous fait souvent construire le futur en fonction du passé. Dans des contextes contemporains, cela pose problème.

Eglise-VaticanAlors comment faire pour réinventer...son cadre de fonctionnement ?

  1. Promouvoir: 
  2. - La nécessité d'élargir grandement le champ de vision d'une institution, comme l’Eglise (sa vision de la réalité) pour ouvrir de nouvelles possibilités.
  3. - La nécessité de réapprofondir un certain nombre de pratiques ( rendre vivante, la tradition) : requestionner de façon plus systématique et radicale (la conversion, ou la routine ? ), réapprendre à observer vraiment (pas uniquement regarder sans voir : être présents, attentifs), et à bien connaître les personnes, que nous nous proposons de rencontrer.

- Enfin la nécessité de maintenir une veille "hors champ" systématique et intelligente car sinon, cela reviendrait à ( croire ) tout connaître de notre société , ce qui n'est pas possible. En revanche, après avoir défini des thématiques ou des axes d’innovation, écouter de façon prospective ce qui se passe et va se passer sur cette thématique : ( exemple : les ‘nouvelles spiritualités’, les médias … .

 

Dans le langage institutionnel actuel, nous dirions que, par ces moyens, il sera sain de développer une réalité stimulante (positive) pour soi et les autres …


(Le langage utilisé était, ici, celui de la PNL, transposé à une institution … Il est amusant de transposer le langage pour s'apercevoir à quel point chaque milieu est marqué par un vocabumaire et une façon de penser.... Ce qui appuie d'ailleurs, à mon avis,  les propos précédents ...)

Voir les commentaires

Bonne Année ! Profitez-en, cela passe si vite !

Publié le par Perceval

Voir les commentaires

Tant qu’il y aura des femmes

Publié le par Perceval

Virgen de guadalupeLe fait d’être à Guadalupe  (ici, …village mexicain du Chihuahua à cinq kilomètres de la frontière avec les Etats-Unis ) , n’avait pas mis Irma Erika Gandaraerika-gandara, sous la protection de « La vierge » !

Selon Euronews: « Irma Erika Gandara, qui patrouillait seule depuis quelques mois dans les rues du village armée de son seul fusil, a été enlevée le 23 décembre par un commando qui a également mis le feu à sa maison.

“Elle était le seul officier encore en poste, et une femme qui plus est. Elle a été violemment enlevée à son domicile par un groupe armé, raconte Carlos Gonzalez, porte-parole du bureau du procureur général de la région.”

Après l’assassinat de leur chef, ses sept derniers collègues avaient tous fini par donner leur démission."

 

Dans un village voisin, une autre femme policier, Marisol VallesMarisol Valles, a elle aussi décidé de faire de la résistance, au péril de sa vie. nouvelle cheffe de la police, Marisol Valles (les précédents ont été assassinés, parfois décapités).

La cheffe est mariée et mère d’un garçon. Elle a 20 ans. Elle a accepté le poste alors que personne d’autre ne s’est proposé. Elle voudrait une autre vie, comme avant, quand les habitants sortaient encore le soir.

»

Au Mexique, certains hommes prefèrent sans doute voir la femme en " Vierge ", plutôt qu'en chef de police, ou en " prêtre " ...!

Voir les commentaires

Joyeux Noël !

Publié le par Perceval

Voir les commentaires

Eglise, et pluralisme …

Publié le par Perceval

L’identité forte qu’un catholique peut revendiquer, n’est en rien l’ennemie du pluralisme… jesus-jew-prayingCe serait se priver d’humanité, constitutive elle-même de la diversité …( nous ne reprendrons pas ce débat, bien connu … Babel ..etc. .. ). L’expression d’une diversité peut ainsi être menacée sur une identité rigide… les identités multiples font la diversité et l’efficacité des échanges, pour un avenir mixte…

 

L’Eglise catholique, se doit de rejeter tout « reflexe de chrétienté », qui la conduirait, par le haut, à peser directement sur les décisions publiques. Pas de concordat, qui rognerait la «  Laïcite ».

 

L’Eglise, à la lumière de l’Evangile, dans un esprit de « laïcité », se doit d’être humble, modeste, metissage« relativisante » et motivante . Elle a, aujourd’hui, les moyens d’être exemplaire et de se défaire du reflexe communautariste, destructeur du pluralisme… Tout monopole affirmé d’une vérité est dangereux pour la démocratie, naturellement plurielle.

Voir les commentaires

Eglise, Démocratie, opinion publique …

Publié le par Perceval

L’Eglise fait face à l’opinion … mais , et c’est le même mot : il y a une opinion dans l’Eglise …Disputes theologales

L’opinion vise à faire changer ou influencer les décisions d’un ‘ gouvernement ‘. Que de malentendus s’offrent alors au débat sur la question … ! Continuons le questionnement, pour se rendre compte de la complexité… En effet, il existe chez les catholiques, une pluralité d’opinions sociales, politiques, … qui ont parfois entraîné  l’Eglise sur des positions qui, aujourd’hui, participeraient à la confusion dont je parle … !

Il faut donc distinguer, avec Joseph Ratzinger : «  la démocratie comme système philosophique et la démocratie comme système institutionnel.. ». Or l’Eglise se différencie de l’un et de l’autre… D’un côté : la Foi, la raison et l’expérience personnelle en Dieu, et de l’autre une institution qui ne se réduit ni à un peuple, ni à une culture, qui est sans territoire et sans pouvoir … ! Aussi, comparer l’Eglise à une monarchie, ou à une démocratie, ce serait la critiquer pour regretter qu’elle le fut…

 

Dans ce contexte, la tradition doit accueillir la nouveauté, comme créatrice et inspirée par l’Esprit. sculpturegde premiers chretiensDès l’origine de l’Eglise, le «  sensus fidei » est « la capacité, donnée au croyant par l’Esprit Saint, de percevoir la vérité de la foi et de discerner ce qui lui est contraire. » J.L.Pouthier ( Panorama ). « Ainsi, dans l’Eglise ancienne, la libre expression des chrétiens apparaît comme un droit inaliénable, effacée ensuite – au cours des siècles – par la centralisation romaine, au nom de l’unité de l’Eglise. » JLP


Aujourd’hui, les temps sont favorables à l’expression de multiples opinions, mais les clercs ont peur du débat. Aussi, Anne Soupa et Christine Pedotti, laïcs, ont eu l’intuition d’une «  Conférence catholique des baptisé-e-s de France » pour « susciter la conscience de chaque baptise afin de le rendre acteur, acteur de la vie de l’Eglise, de sa mission, de son avenir. ». Magnifique entreprise, et de plus initiée par des femmes …nostetes

L’Eglise ne légifère pas. l’Eglise parle aux consciences. Sa mission, est de prendre la parole, une parole libre. Après les excès d’une ‘église de pouvoir’, nous aspirons à la fondation théologique d’une ‘ opinion ‘ publique dans l’Eglise, inspirée par l’Esprit et le ‘ sens commun ‘ du peuple de Dieu ( laïcs et clercs)…  ( Cf : www.baptises.fr )

C’est ainsi que nous parlerons de « démocratie » dans l’Eglise, sans faire de contresens …

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 > >>