Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

action francaise

Les années 20 - L'Action Française. 2

Publié le par Régis Vétillard

Lancelot commence à regretter le conservatisme de l'Action Française qui se traduit par ce nationalisme assez couramment partagé dans son milieu, qui continue à pointer l'Allemagne comme l'ennemi ; Maurras influença certainement la décision d'occuper la Ruhr en janvier 1923... Par contre, l'anticommunisme reste une conviction partagée par la plupart de ses amis...

De tout ceci, on débat au 33 rue Saint André des Arts, le siège des étudiants d’Action Française qui se trouve au deuxième étage. On critique cette république peu respectable, on mise sur le rôle de l'Eglise, on imagine un nouvel ordre monarchiste... Lancelot croise Jean de Fabrègues, pour écouter Henri Massis, il a trente-huit ans et est admiré, c'est en novembre 1924 aux Sociétés Savantes.

Au début de 1925, le Cartel des gauches regroupe, contre lui, les catholiques autour du général de Castelnau en particulier.

L'action Française garde encore son influence, et participe au brassage des idées que les jeunes peuvent vivre dans le quartier latin... Cependant, Jean de Fabrègues fréquente aussi bien Pierre Mendès France que Paul Nizan. Il y a là aussi Pierre-Henri Simon...

Maurice Blondel

Au sein des catholiques, la philosophie thomiste est au cœur d'une querelle. D'un côte Jacques Maritain (43ans), de l'autre Maurice Blondel (64ans)... Maritain, proche de l'Action Française ( le parti de l'intelligence...), défend la primauté de la raison - dont la source est divine - , qui doit pouvoir démontrer les vérités de la foi. ( Jacques Maritain, Réflexions sur l’intelligence et sur sa vie propre). L'ordre du monde affirme la primauté du religieux, pourtant Maurras pense que l'ordre du monde dépend de la volonté de l'homme ; et, dans les deux cas il est lié à la raison...

Dans ''Primauté du spirituel '' (1927) Maritain va argumenter que le primat dans l’action chrétienne revient au « spirituel ».

En face, l'approche est plus ''libérale'', et le ''surnaturel'' ne pré-existe pas en soi à la nature humaine, à l'action, il est, en quelque sorte immanent : la révélation s'accomplit dans l'action, dans l'histoire humaine... Il faut accepter l'autonomie de la raison. Blondel récuse l'idée d'un parti catholique …

Jacques Maritain

Lancelot, comme beaucoup de jeunes catholiques, a du mal à se situer : il préfère se voir comme un croisé, face à une modernité inéluctable ( c'est le ''monde d'après'' la guerre...) et inquiétante ; aussi le rétablissement d'une chrétienté renouvelée porte en elle une certaine espérance....

Aussi, est-il sensible à “une politique chrétienne” et il y a peu encore, s'en tenait avec le général de Castelnau à se battre pour “restaurer un ordre social chrétien” représenté par le monarchisme, appuyé sur la Tradition, en progrès perpétuel, puisque basé sur l'expérience... ( La ''Tradition'' est la constante adaptation des principes au réel.)

A noter la question de la ''démocratie'' - qui pour Maurras, est contredite par la ''Nature'' - , et se présente comme « ordre artificiel non viable »...

- C'est le pouvoir des ''meneurs'' ; de l'argent.. : la ''ploutocratie'' est libérale, individualiste … De plus la république, avec ses lois laïques, refuse toute inspiration chrétienne... La religion peut offrir un cadre dans la vie de l'individu et de la cité...

 

Le combat contre l’expansion du bolchévisme devient un point fort; et pointe l'effort nécessaire à faire pour rejoindre le monde ouvrier qui s'installe dans les banlieues... Aussi, des jeunes, et non des moindres : je peux citer : Jean Daujat (1906-1998), Maurice de Gandillac (1906-2006) , Jacques Arthuys 1894-1943), Louis Salleron (1905-1992), Jean-Pierre Maxence (1906-1956), Robert Francis (1909-1934), Etienne Gilson (1884-1978), Roger de Lafforest (1905-1998)... tous proches du royalisme, vont souhaiter réconcilier une vision monarchiste avec un christianisme social comme ''Le Sillon''... Ils sont loin d'être des conservateurs et se présentent pour renouveler les conceptions de l'Action Française...

L'Ordre de Saint-Michel

Pour l'heure, Lancelot, avec Jean de Fabrègues, et l'équipe des jeunes rédacteurs de la ''Gazette Française'' imagine un ordre des Chevaliers de Saint Michel qui défendrait un modèle occidental des valeurs chrétiennes... Ce serait, en quelque sorte, le ''sillon '' de la Tradition...

Cet ordre est lancé par un appel signé d'Amédée d’Yvignac, Pierre Arthuys, Henri d’Astier de La Vigerie et Guy de Montferrand.

Lancelot se souvient, le 28 janvier 1926, d'une journée solennelle où après la messe en la crypte de l’Église des Carmes, un déjeuner est offert à plus de soixante-dix convives dans la grande salle du restaurant Procope. Les discours présentent l'ordre ( ou la Ligue...) comme une nouvelle chevalerie qui attendrait son ''Saint-Bernard'', leurs armes : « la parole, la prière, le sacrifice. » ( Guy de Montferrand, La Gazette Française, 24 décembre 1925. ) ; « Vous ne pouvez être hérésiarques aux yeux d’aucune personne sensée lorsque vous proclamez la nécessité en France de la monarchie ». ( Henri Massis, La Gazette Française, 28 janvier 1926 )

Certains argumentent que ces droits et devoirs envers l'Eglise, sont négligés par Maurras ; et on garde le silence ...

On dit que Rome, se prononce contre la validité morale des principes politiques maurassiens, et dénonce le paganisme de Maurras...

Bernanos (36ans), qui s'était éloigné de l'Action Française, lui reprochant de ne pas se battre pour ''nouveau monde'' mais d'avoir épousé l'ancien.. , et auréolé du succès de Sous le soleil de Satan, regrette l'incroyance du chef politique mais affirme sa certitude de l’œuvre de salut menée par l’Action Française. Il fréquente à présent les réunions des Étudiants d’Action Française.

Enfin, le 29 décembre 1926 tombe la condamnation, par le Pape Pie XI, de l’Action française, et de sept ouvrages de Charles Maurras...

Très clairement, les évêques de France réaffirment :

- Les maîtres de l’Action Française sont en opposition avec la foi et la morale catholiques.

- Les maîtres de l’Action Française n’ont aucun titre pour diriger les catholiques.

- Du danger de fréquenter les doctrines de l’Action Française.

Il dénoncent :

- Une conception païenne de la cité avec une Église réduite au rôle d’agent de l’ordre public

- La promotion du machiavélisme politique.

- La défiance envers une autorité spirituelle supranationale...

Mais, l’Action Française n’est pas condamnée en tant que monarchiste...

 

Les chevaliers de Saint-Michel attendront en vain la nomination d'un aumônier...

« La parole pontificale nous a fait un devoir de quitter cette obédience, celle d’Action Française, qui d’ailleurs ne se situait que dans l’ordre de l’action politique, non dans celui de la doctrine. » ( Amédée d’Yvignac, La Gazette Française, 17 février 1927. ). La Gazette reste encore royaliste, puis disparaît. Les ''chevaliers'' n'ont plus, ne survivront pas aux années vingt...

 

Pour Lancelot, ce coup au parti de l'A.F. va lui permettre de s'autoriser à s'écarter d'un nationalisme conservateur et paralysant...

Le calvaire de la paix 1926.

Lancelot s'émancipe de son groupe originel, et montre de l'intérêt a rencontré d'autres espaces, en particulier ceux représentés au GUSDN ( Le Groupement universitaire pour la Société des Nations) animé par Robert Lange qui bénéficie de l'aura de son oncle Bergson... Les réunions sont nombreuses, et les appuis de personnalités sont relativement intéressants, avec de nombreux contacts avec Genève et Londres... On fête l'entrée de l'Allemagne dans la SDN en 1926. Une paix est possible, et finalement l'action ( couronnée en 1926 par le Nobel de la paix) du vieux et sage Briand est reconnue par tous...

 

L'Ordre catholique se veut être ni de droite, ni de gauche.

« Nous luttons pour sauvegarder les éléments de justice et de vérité, les restes du patrimoine humain, les réserves divines qui subsistent sur la terre et pour préparer et réaliser l’ordre nouveau qui doit remplacer le présent désordre. Nous haïssons l’iniquité révolutionnaire bourgeoise qui enveloppe et vicie aujourd’hui la civilisation, comme nous haïssons l’iniquité révolutionnaire prolétarienne qui veut l’anéantir. C’est pour Dieu, ce n’est pas pour la société moderne que nous voulons travailler". Jacques Maritain, “En lisant Georges Valois”, La Gazette Française, 28 mai 1925.

Voir les commentaires

Les années 20 - L'Action Française. 1

Publié le par Régis Vétillard

Les années 20 - L'Action Française. 1

« Je plains tout jeune homme qui ne s’est pas passionné pour ou contre la liberté, pour ou contre le déterminisme, pour ou contre l’idéalisme, pour ou contre la morale de Kant, pour ou contre l'existence de Dieu, pour ou contre Dieu, comme s'il existait » Charles Péguy

Revenons un peu, sur ces années vingt...

Un jour à la terrasse du ''Canon des Gobelins'', Lancelot entend de la table voisine, une conversation entre cinq jeunes gens, étudiants, envisageant leur avenir. L'un deux risque une phrase du genre : « nous avons des projets, des conversations élevées parce que nous n'avons ni femmes ni argent... ». Il avait eu envie de se lever et leur dire : « J'ai ''une femme'' ( à ce moment-là, il pense à Jeanne L.) , et surtout de l'argent.... et je n'ai pas de projet …. »

Ce qui l'avait arrêté, c'était qu'il n'avait pas vraiment ''une femme'', seulement une camarade avec qui il couchait sans faire l'amour... C'était plutôt le début d'une expérience qui s'échappait avec elle... Jeanne était de plus en plus distante, préférant sans-doute d'autres amis, d'autres expériences...

Parmi ces jeunes gens, étudiants de l'E.N.S., trois d'entre eux étaient les seuls communistes ( on disait ''révolutionnaires'') de l'Ecole de la rue d'Ulm..

 

Lancelot, lui, s’interroge sur son engagement parmi les jeunes de l'Action Française, en particulier au sein de l'Université... ...

Henry Berthélémy, spécialiste de droit public, est le doyen de la faculté de droit. Le personnage n’est pas antipathique ; mais les étudiants de droite lui reprochent de couvrir l’ingérence du pouvoir politique de gauche dans la nomination de professeurs... Un immense chahut est organisé, lors du premier cours de George Scelle, qui vient d'être nommé à la chaire de Droit international - après une mise en concours à la Faculté de Droit de Paris, et la proposition du Conseil de l'Université de nommer Louis Le Fur... George Scelle - chef du cabinet du Ministre du Travail - est nommé par François Albert, Ministre de l’Instruction Publique du Gouvernement Herriot ( Cartel des gauches...) surnommé '' le ministricule ''...

Le slogan des étudiants de l’Action française, en ce 2 mars 1925, est : « M. Georges Scelle ne fera pas son cours ! ». Scelle étant absent, c'est le lundi 9 mars qu'un immense chahut, avec pétards, bris de tables et chaises, empêche le cours...

 

L'Action Française était restée hors le ''Bloc National'' ( alliances des droites républicaines de 1919 à 1924), et - à présent - se montre très agressive envers le '' Cartel des gauches''...

Georges Valois, influencé par Proudhon, journaliste et anti-intellectuel est l'un des quatre as de l'Action française avec Maurras, Daudet et Bainville jusqu'à sa rupture de 1924-1925.

Dès 1924 Valois affirme avoir perdu tout espoir dans les hommes au pouvoir, et dans le parlementarisme... Il démissionne du Comité directeur de l'Action Française en octobre 1925. Il crée le premier mouvement qui se dit "fasciste" ( ''fasciste'' en référence au Mouvement fondé en 1919 par Mussolini (Fasci Italiani...) ) et la revue le ''Nouveau siècle''... Les ''chemises bleues'' ne supportent plus la ''Fleur de lys'' et inversement...

Parmi les ''talas'' ( les étudiants qui vont-à-la-messe) de Droit, de la Sorbonne, de l'E.N..S. ; les orientations politiques sont diverses : l'Action Française et les socialistes de Sangnier tiennent le haut du pavé. La JR organise des congrès de la Paix qui mobilisent assez bien, certains jeunes... On peut dire toutefois que le Quartier Latin penche à droite.

A droite avec Maurras, plusieurs tendances se dessinent, et finalement se séparent... Louis Dimier part sans bruit, considérant l'aventure comme stérile.. Edouard Berth (1875-1939) imaginait la rencontre de la monarchie avec le bolchévisme qu'il choisit finalement dans les années vingt...

Emmanuel Beau de Loménie (1896-1974) quitte l'Action Française, qui lui semble incapable de s'opposer au grand capital, et propose un ''anticapitalisme nationaliste''...

Lancelot se dit déçu du climat général qui règne dans ''le parti de l'intelligence'' ; des ''petites intriguent détournent les fidèles... Le cercle autour de Maurras se restreint, Maurice Pujo, un de ses proches, et qui codirige le quotidien L'Action française, est très critiqué... On dit que « derrière le journal, il n'y a rien … !». De plus, Lancelot juge que des comportements grossiers ( langage, actions...) défigurent l'image noble du mouvement monarchiste...

La Comtesse de Sallembier, n'est pas une habituée des ''visites'' faites aux personnalités de la Maison de France ; cependant lors des présences à Paris de la duchesse de Guise, elle fait signer son livre de visites et déposer sa carte... En 1926, Lancelot a accompagné quelques étudiants à Bruxelles pour y visiter le Comte de Paris, qui leur a accordé une audience...

La tendance nationaliste déplaît à nombreux monarchistes ; et l'Action Française ne semble plus attirer que des éléments du conservatisme le plus étroit... L'idée même de monarchie avec un prétendant – le duc d'Orléans – inconnu des français, est délaissée au profit d'un parti ''de l'ordre''. ( cf : Louis Latzarus, La France veut-elle un roi ?, Paris, Editions du siècle, 1925 ) L'Action Française n'est plus le parti de la restauration monarchique ; d'autant qu'elle ne pourrait actuellement se réaliser qu'à l'aide d'un ''coup de force'' que Maurras lui-même n'envisage plus...

Voir les commentaires

Lancelot à Paris : 1920 – L'Action Française

Publié le par Régis Vétillard

La date d'incorporation du service militaire de Lancelot est fixé à Octobre 1920, pour une durée de deux ans...

Pendant l'absence de son fils, la Comtesse de Sallembier a été très efficace. Après quatre années de ''désert'', la mère de Lancelot a su renouer avec ses plus influentes relations.

En 1920, la poétesse Anna de Noailles entourée du physicien Albert Einstein et des mathématiciens Emile Borel et Paul Painlevé.

En particulier Paul Painlevé, mathématicien et ministre de la guerre (1917), et qui le redeviendra en 1925... Théoricien d'aéronautique, il avait appuyé les démarches de J.B. pour passer des ''dragons'' à l'aviation... Lui-même veuf depuis 1902, il semble s'appliquer à garder le contact avec Anne-Laure de Sallembier et s'empresse à prendre Lancelot sous sa protection. Le jeune homme d'ailleurs ne manque pas de lui exprimer son intérêt pour les mathématiques, et l'aéronautique...

Lancelot bénéficie, dans les ministères d'un besoin de jeunes gens dans les postes clé, et d'une ambiance ''après-guerre'' favorable à la détente... Aussi, Lancelot est affecté dans un service auxiliaire au Ministère des Armées, à Paris... Il s'engage à se présenter au concours de rédacteur dans le ministère et obtient l'habilitation de poursuivre des études. Après un examen exceptionnel qu'il réussit, Lancelot est admis en 1921 à suivre les cours de l'Université de droit.

Réunion au Ministère

La comtesse reprend pour une courte période sa vie à Paris ; jusqu'à ce que, finalement, elle rejoigne Fléchigné, après avoir engagé et formé une gouvernante pour s'occuper de l'appartement et des nécessités domestiques de son fils....

 

Lancelot, malgré les réserves exprimées par sa mère, rejoint La Fédération des étudiants d’Action française. Le mouvement gagne en notoriété, et s'affiche en opposition aux valeurs bourgeoises et conservatrices de la république, et en proposition d'une monarchie garante des valeurs chrétiennes et chevaleresques ...etc. L'Action Française est alors environnée de prestige – un prestige culturel et littéraire – c'est ''le parti de l'intelligence''. Il y a Maurras (1868-1952); mais sa mère a insisté pour qu'il rencontre d'abord Jacques Bainville (1879-1936)... L'historien est marié avec une normande de Marigny, où le couple passe l'été...

Charles Maurras dans son bureau

L'outrance qu'entretient la communication du mouvement, le slogan ''politique d'abord'' prenant le dessus sur ''catholique d'abord'' vont inciter, finalement, Lancelot à s'éloigner de cet engagement politique, au bénéfice d'une participation plus culturelle....

Comment ne pas être gêné par l'argument développé par Jacques Rivière,  le jeune directeur de La NRF, quand il il dénonce l’annexion de la religion par un mouvement politique que dirige un athée... !

Enfin, vers 1925, Louis Latzarus, proche de l'A.F. publie La France veut-elle un roi ?: Le retour du roi semble une chimère. Le duc d’Orléans, inconnu des Français, n’a rien de remarquable : « voilà trop longtemps que, sous sa casquette marine, le prétendant regarde fièrement un horizon vide»

Parmi les comportements de ses camarades de l'A.F. s'exerce un antimaçonnisme qui gène Lancelot... Dans sa famille, ses proches, nombreux ont partagé cet engagement, sans d'ailleurs que leurs convictions correspondent à ce que les détracteurs en disent... De plus, la maçonnerie anglaise, qui a pignon sur rue, a laissé sur le jeune homme, une impression positive. Nulle par ailleurs, en France, il n'a encore rencontré un accueil aussi favorable à son intérêt pour la chevalerie et la quête du Graal...

Jacques Bainville

 

Jacques Bainville est une personne avenante, chaleureuse, les cheveux plaqués et séparés par une raie, la moustache effilée, il parait jeune... Sa préoccupation, malgré la victoire, semble être la force de l’Allemagne... Il s'empresse – connaissant le goût de sa mère pour la culture allemande – de préciser à Lancelot, qu'il a fait de nombreux séjours dans ce pays. Il aime lire Heinrich Heine, mal aimé des autorités allemandes nationalistes, démocrate et partisan d'une monarchie constitutionnelle... Mais, il redoute que l'Allemagne retrouve toute sa puissance.

- Savez-vous, à votre âge j'étais fasciné par Louis II de Bavière, il m'a d'ailleurs fourni le sujet de mon premier livre...

La monarchie, oui... Mais, à l'étonnement du jeune homme, Bainville s'annonce sceptique sur le plan religieux, et se présente plutôt voltairien.

 

Le grand sujet de discussion parmi nos jeunes de l'Action Française, c'est le rapport entre Révolution française et Monarchie, Révolution française et République … '' L'anarchie démocratique et parlementaire, est fille de la Révolution''...

Bainville se distingue parce qu'il fait une analyse du passé, à partir du présent... Par exemple, dans l'hérésie albigeoise : « On y reconnaît ce qui apparaîtra dans le protestantisme : une manifestation de l'esprit révolutionnaire ». Pour Bainville, l'ordre nécessite le recours au roi ( ou homme providentiel), et au développement des « classes moyennes » … A l'extérieur l'Allemagne a reproduit de siècle en siècle la situation de 1914... L'Histoire : un éternel recommencement.... ?

 

Lancelot s'aperçoit qu'il est difficile de se faire une opinion tranchée sur la tragédie que vient de vivre l'Europe... Quand Anne-Laure de Sallembier, ou le père Degoué, nomment l'Europe, ils signifient la civilisation européenne ; sa mère parle même de ''guerre civile ''… Ils regrettent que le nationalisme, au lieu de développer et d'exprimer une identité de l'intérieur, s'exprime essentiellement par une opposition entre nations... Cette Guerre pourrait avoir avoir détruit l'idée même de communauté culturelle, exprimée par Romain Rolland...

1920 - Canonisation de Jeanne d'Arc

A la suite de cette réflexion, le père Degoué, dit s'être interrogé sur la position de Maurras, mais avait repris espoir avec un manifeste, en réponse à la critique de Romain Rolland, paru dans Le Figaro du 19 juillet 1919, intitulé ''Pour un parti de intelligence''... et qui affirme notamment : « Croyants, nous jugeons que l'Eglise est la seule puissance morale légitime et qu'il n'appartient qu'à elle de former les mœurs incroyants, mais préoccupés du sort de la civilisation, l'alliance catholique nous apparaît indispensable. » (…) Notre salut est d'ordre spirituel. A cette heure d'indicible confusion où l'avenir de la civilisation est en jeu, notre salut est d'ordre spirituel. » (…) « nous prétendons organiser la défense de l'intelligence française, c'est que nous avons en vue l'avenir spirituel de la civilisation tout entière. » (…)

A cette occasion Lancelot, entend parler de Jacques Maritain, signataire, du manifeste.

A suivre...

Voir les commentaires