Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1- Les Ostensions limousines

Publié le par Perceval

Ce sont actuellement les 71ème Ostensions :célébrées dans 15 communes de la Haute-Vienne, deux de la Charente limousine,  une de la Creuse et une de la Vienne. Explications à lire sur "le Sillon", journal catholique limousin.

 

« Les ostensions limousines sont des manifestations religieuses millénaires particulières au diocèse de Limoges. Le mot « ostensions » signifie « montrer », « donner à voir », « présenter ». Du latin « ostendere », action de montrer, exposition de reliques en langue liturgique.

C’est une sortie des reliques des saints et de leurs reliquaires et de leurs châsses au cours d’une célébration chrétienne ou de plusieurs (reconnaissance, eucharistie, procession) pour les montrer, les lever, et les donner à la vénération du peuple rassemblé.

Les reliques des saints limousins sont exposées dans les églises à la vénération des fidèles mais aussi dans les rues pavoisées et sur les places des communes dites « ostensionnaires » au cours de processions religieuses, parfois accompagnées de cortèges historiques. » (Le Sillon page 2)

Sous le titre « Les Ostensions, vivons-les avec bonheur et avec foi »nous pouvons lire en page 3 dans ce numéro du Sillon :

« En fidélité à nos racines humaines, spirituelles et chrétiennes, les Ostensions nous conduisent :

• à la source de la foi et à l’acceptation de la sainteté de Dieu en nous,
• à l’œuvre de paix, de justice, de solidarité de Dieu dans le monde,
• aux sacrements de la vie chrétienne, Parole de Pain pour notre vie.


Voir les commentaires

3 * L’âme de Perceval : Blanchefleur et le chevalier vermeil.

Publié le par Perceval

    Voir aussi: * 1 * L'histoire de Perceval
                            et * 2 * La " Quête " du Graal ...

Une âme en recherche, tel est déjà le sens de la première rencontre de Perceval avec les chevaliers … Je ne peux faire sans la prédominance du corps, des instincts… mais je reconnais derrière le désir, un principe actif de nature spirituelle puisqu’il me pousse vers la quête et la recherche de réponse aux questions «  qui-suis- je » ?, « quel est le sens de ma vie » ? Questions primordiales …

A noter : au début du Conte, Perceval ne connaît pas son nom… !

Sa mère tente de lui donner un savoir : « ne jamais s’en tenir à l’extérieur, mais de chercher le sacré qui y est caché »

Perceval part sans autre savoir, que le souvenir de sa mère… Perceval, « se lève » prend ses armes, puis tel un pèlerin, demande » la voie ». Avec lui, pour nous, pour moi, le conte a marqué le parcours de signes : « afin que nul ne s’égare » ( vers 6255).


Lors de la première rencontre du Féminin… En entrant dans l’espace sacré de la tente vermeille, il reproduit un comportement religieux : mais un rituel sans signification… A la demoiselle il vole un baiser et un anneau. Ici, il ne s’agit pas d’Amour courtois, mais par cette violence symbolique, je ne reconnais pas à la psyché sa véritable fonction : celle de me découvrir être complet ( corps, âme et esprit)

Dans les Ecritures, la femme représente souvent l'âme humaine, la psyché (pensée, sentiments, volonté). Dieu crée l’humain, homme et femme . Aussi pour l’homme, que je suis, la quête est aussi de rechercher ma complémentarité, au travers du féminin symbolique…






La place de la femme dans la vie de Perceval, peut représenter celle de l’âme dans sa quête. La rencontre avec Blancheflor ( Blanchefleur) est nécessaire pour accéder à un au-delà dans lequel l’Esprit prendra l’entière place …

Au départ, la méprise de Perceval, est à l’image d’une spiritualité prise au mot, à la lettre … !



De plus, le chevalier vermeil ( son double) représente une force destructrice, assimilé au vieil homme dans toute spiritualité. Ce meurtre, symbolise une première victoire sur les instincts et les appétits primitifs. Perceval devient le chevalier vermeil, ou il croit l’être.



Est-ce la véritable identité, de Perceval.. ?

 

 

Retour à l'Accueil

Voir les commentaires

Fernand Khnopff

Publié le par Perceval

Voir les commentaires

"Il" est Vivant ...!

Publié le par Perceval

Après Noël, commémoration de l’idée chrétienne que ‘ Dieu ‘ ( ce concept de Dieu, forgé depuis la 1ère Alliance …) se fait  Homme ( instant historique et ‘de tous les temps’ ). Ma lecture croyante de Noël peut se résumer par : " Croire en l’Homme, c’est croire en Dieu…"


Aujourd’hui, nous commémorons la Résurrection de l’Homme… Jésus donne un sens à une véritable vie d’homme, parcourue jusqu’au scandale de la mort, causée du fait du Mal ( celle de l’enfant tué violé, celle de l’amour méprisé par la haine…etc ).

Vie assumée par un homme qui atteignant l’idéal d’humanité est divinisé. Cet homme a vaincu la mort (mort historique ), il est ressuscité.


Pour moi, dire que Jésus est ressuscité, c’est dire qu’il est Vivant. C’est tenter de partager mon expérience de relation possible avec Jésus. Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants.
Non pas une relation avec un fantôme, ni avec une apparition… Mais avec une ‘personne’ agissante là où Il fait sa résidence ( non …ce n’est pas au ciel … !) dans le ‘ cœur profond ‘ dans l’esprit , si le corps et l’âme font la place… Mon esprit peut laisser place à l’Esprit.
N’oubliez  pas l’invention ( oui, c’est une invention dans le sens donné en sciences…) de la Trinité : invention géniale qui tente d’exprimer l’essence de Dieu ( Relation interpersonnelle entre ‘le Père’, l’homme Jésus et l’Esprit …) Comme quoi la Tradition de l’Eglise ( Peuple ), peut nous initier à certaines expériences que nous n’aurions pas réalisées seul …)
Ma lecture croyante de Pâques pourrait se résumer par: " Croire en Dieu, c'est croire en l'Homme..."

Voir les commentaires

Condamné à mort !

Publié le par Perceval

C’est une oeuvre artistique qui fait beaucoup de bruit en ce moment dans le sud de la France. Dans la cathédrale de Gap, Monseigneur di Falco a dévoilé une sculpture de Peter Fryer intitulée “Le Christ et la chaise électrique“.

Le Christ en cire est assis les bras étendus de chaque côté d’une chaise électrique en bois et porte sur la tête de véritables cheveux humains et une couronne d’épines. C’est un scandale pour certains paroissiens que de perdre l’image traditionnelle du Christ sur son crucifix.
J'apprécie, moi, l'argument de Monseigneur di Falco : “s’il y a scandale pour certains, il n’est pas là où ils le pensent ! Le scandale, c’est notre indifférence devant la croix du Christ“.

Voir les commentaires

Le meilleur lycée... pour un monde meilleur!

Publié le par Perceval

A l’heure des palmarès, un chef d’établissement ne peut-être que fier de lire, d’entendre que son lycée est classé 1er au niveau académique, - classé sur des indicateurs, parfois discutables surtout s’ils se concentrent sur les seuls résultats du BAC.

Insidieusement, derrière ce classement se cache, une autre perspective- celle de l’individu, peut-être même celle du ‘client’, et recule le point de vue de la collectivité. L’intérêt du service public ne s’y retrouve pas forcément… La société - par intérêt général et par solidarité – devrait encourager la mixité sociale, le soutien éducatif des plus défavorisés, valoriser l’excellence partout…

Je constate, de plus en plus, que le service public à la sauce libérale accentue la fracture éducative et sociale. Les ‘meilleurs lycées’ vont attirer les ‘meilleurs élèves ‘ –ils deviendront encore meilleurs au détriment des autres qui se spécialiseront dans l’aide sociale.

Un exemple : dans mon département n’existent que deux lycées LGT 'privés' : l’un est en queue de liste – son proviseur dit - ce que je dirai à sa place... - et ajoute «  Voyez, la preuve que le privé n’accueille pas que les plus aisés… »

Devinez la place de l’autre établissement privé … ?: En général, en tête ( bon, après nous … J  ) … Pourquoi ? Parce que chaque établissement se ‘spécialise’ : l’un regroupe les enfants de famille « …. » , comment dire … ? Et l’autre ?...

Ce modèle éducatif n’est pas celui que je défends en vue d’un monde meilleur, et l’Etat me semble le seul à pouvoir défendre les intérêts, qui ne sont pas ceux de l’individu, mais ceux de la personne.- dans une société…  égalitaire et personnaliste ?

Voir les commentaires

Je crois que l’âme n’est pas immortelle …

Publié le par Perceval

Et, en cela je suis catholique !
Ma tradition(1) (= mon maître) m’enseigne la résurrection de la chair à la fin des temps.. ! Ne me demandez pas ce que - à la dimension de notre existence -cela peut signifier… ! Rien, à pouvoir être représenté… Pas de cadavres qui sortent de leur tombe .. ! Pour ma part le message essentiel, c’est que - la vie relationnelle que j’ai – sera transfigurée en une autre vie, ce n’est donc pas ‘rien’ … !

L’âme n’est pas immortelle. Je suis tout à fait incroyant en l’existence d’un petit fantôme, qui quitterait mon corps ( tombeau de l’âme !) , et se promènerait dans l’univers… pour vivre indépendant dans un paradis ( ou un enfer ) pour fantômes … ! D’ailleurs ce n’est pas catholique … et surtout, ce n’est pas le message de Jésus – ressuscité et vivant…


(1)
  
Ce que j’appelle ‘tradition ‘ avec grand respect et humble critique, c’est cet ensemble d’expériences vécues - sur la foi d’une parole biblique ; qui va des Pères de l’église aux grands théologiens, en passant par les mystiques – des siècles passés. ( « Nous sommes des nains sur les épaules de géants »)

Voir les commentaires

L’ésotérisme, est-ce bien catholique ?

Publié le par Perceval

Bien souvent, dans le catholicisme, il est suspect de parler d’« ésotérisme » ; et pour avoir utilisé ( plus que pratiqué… ) moi-même ce mot, je comprends ces réticences… Pourtant, la voie qui est la mienne utilise, le ‘verbe’, la raison et mes connaissances ( qui sont minimes ) du psychisme, mais aussi mes expériences passées de la F :.M :. et des spiritualités orientales… Je ne renie rien de ce que j’ai vécu et expérimenté…
Tout ce que nous vivons de plaisant ou de douloureux participe à la construction de notre chemin. Nous ne sommes pas sur un axe vertical , avec des expériences qui nous permettraient de progresser ( certes) et ( surtout ) d’autres qui nous feraient décroître. Je suis persuadé que nous avançons en hélice, mais nous avançons de toute façon…(1) Et, selon le point de vue, nous sommes jugés de ‘tourner en rond’, ou d’avancer puis reculer…

Cette introduction, pour aborder le rôle du conte, et en particulier celui qui m’accompagne ( dans le sens d’accompagnement spirituel ) : le Conte du Graal.

Ce conte m’éclaire dans la compréhension de mon propre chemin spirituel, il a ( pour moi ) une valeur initiatique,, dans le sens où il me permet d’aborder des zones cachées de mon âme ( psychée) , des zones d’ombre… ( l’ésotérisme est l’étude de ce qui est caché, voilé …) (2)
Mon désir n’est pas d’utiliser une connaissance livresque ( je peux être fort dans cet exercice de synthèse… hélas ! - J’oublie d’ailleurs ensuite assez vite … hélas, aussi .. ! ). Je veux être honnête avec moi-même et n’écrire qu’après introspection… en laissant tomber les bouquins… ! Sauf !...
Sauf… les Evangiles. Ou même certains récits du Premier Testament (je préfèrerais dire la Première Alliance) qui, forcément, se répondent en écho…
Je précise que je ne mets pas sur le même plan, ‘le conte du Graal’ qui parle à l’âme ( la psyché) et l’Evangile, qui s’adresse au cœur profond ( l’esprit) .
La ‘ Voie ‘ – elle, se pratique avec l’être entier ( corps, âme et esprit ).

(1) Avec les cathos, ce point me permettra, une autre fois, de réfléchir sur le sacrement du pardon… qui - pour ma part -, me questionne sur certains plans ….

(2) Sens à ne pas utilisé, pour dire que cette ‘connaissance’ ne serait accessible qu’à une élite… ! C’est évident, - et malhonnête dans la critique, si on en restait là ….

Voir les commentaires

RYOKAN Maître Zen

Publié le par Perceval

"Dans la forêt, nul arbre que ne visite le printemps."


Dans toutes les religions, des fidèles placent leur espérance dans l’obtention de grâces proches de leur vie quotidienne.
L’un demandait au maître de lui obtenir la guérison et obtenir 10 années de vie… Ryokan, s’étonne : seulement 10 ans ? Le fidèle se risque alors à demander plus… Ryokan : c’est tout ? Peut-on recevoir 100 ans ?

Ryokan : «  Je vous propose l’éternité… » Il le prend comme disciple, et le met en assise, face au mur…

Voir les commentaires

Dieu est-il une personne?

Publié le par Perceval

- Le Bouddha Sakyamuni n'est pas un dieu, il n'a jamais réclamé la divinité; au contraire, son enseignement ne comporte aucune notion d'un dieu suprême et personnel.
- Le Dieu ‘personnel’ du christianisme, me permet d'envisager une relation personnelle avec ‘ Dieu ‘, à l’image de la relation entre deux personnes sur terre, parent-enfant, homme-femme, toute autre ‘vraie’ relation…. Cette possibilité et la réalité de cette relation personnelle répond à un besoin essentiel de toute être humain. Après la pratique de la méditation avec mantra ( son ) hors du christianisme ; revenir à cette relation a été pour moi, une véritable ouverture…

Lanza del Vasto : « Si Dieu n'était personne, d'où viendrait la Personne? Les vivants ne naissent pas des morts, mais des vivants. (...) Si Dieu n'était personne, personne ne serait personne. La suprême personne est Présence infinie. » (Principes et préceptes du retour à l'évidence, p.157).

Voir les commentaires