Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Zundel: Maître spirituel du XXème siècle.

Publié le par Perceval

"Avec lui, on se trouvait en présence de Quelqu'un, à mi-chemin entre Dieu et les hommes. Par sa présence même, on accédait presque naturellement au mystère de Dieu, à l'absolu" (Abbé Pierre)

 

Lire ZUNDEL, vous fait entrer par la raison, dans une nouvelle façon de penser Dieu.

Pour moi, c’est vertigineux et lumineux… Je suis capable, avec toutes mes questions aussi bien existentielles que scientifiques, d’entrer – accompagné de Zundel -dans la simplicité de l’Evangile pour y trouver la subtilité nécessaire à mon esprit compliqué… Je sais, je ne suis pas simple… Mais le petit humain, que je suis, du XXIème siècle, aurait tendance à aborder le message religieux par sa caricature : - la peur de mourir, - la crédulité,- le fanatisme, - les interdits, - l’opium du petit peuple …etc.

A toutes ces passions correspondent une image fausse de dieu, qui parfois a servi d’étendard ; il faut le reconnaître… !

 

Zundel, lui n’est d’aucun siècle, il est du temps de l’Evangile, d’un Autre Temps, celui de l’Homme en devenir… Zundel est du temps de Jésus vivant dans l’éternité… Aussi, Zundel est un véritable maître spirituel.

 

Zundel nous rappelle que «  Jésus était le suprême danger, pour Israël, si Israël voulait durer et affirmer l'élection divine, à travers son triomphe temporel. » Cet Israël temporel a choisi de tuer l’Homme-Dieu..

 

Zundel, nous rappelle au souvenir de ce petit humain dans l’histoire, et de toutes les idoles qu’il a justifié pour - posséder ce monde et - faire du monde divin, une image du notre.

Zundel nous rappelle que « nos origines cosmiques, nos origines animales sont derrière nous, nos origines humaines sont devant nous. »

 

« Et si on veut absolument situer et enraciner une divinité dans ce monde préfabriqué tel qu'il s'impose à nous, on en fait forcément une idole matérielle qui est impensable et inutile. »

 

Quand on a, enfin, situé Dieu dans son véritable espace, nous pouvons partir à sa rencontre…

 

« En ayant soin d'ailleurs de remarquer d'ailleurs que c'est la même chose de se rencontrer soi-même et de rencontrer Dieu. C'est la même chose d'être un créateur de cet univers qui n'existe pas encore et de faire de soi et de tout une offrande de lumière et d'amour à cette Présence bien-aimée qui nous sollicite dans le silence de nous-même. C'est la même chose, c'est le même moment, c'est la même naissance, c'est le même espace, c'est la même liberté. »

 

« Ce Dieu qui est l'espace où notre liberté respire, ce Dieu qui nous entraîne à cette libération, où nous devenons un pur élan d'amour, en échange du sien, il y a un accord essentiel entre ce Dieu là et le Dieu qui nous est proposé par le Christ, qui est dans le Christ et qui est le Christ. »

 

 

 

La Trinité est à mon humble avis, une majestueuse ‘invention’, c'est-à-dire une découverte grandiose, inexplicable mais qui tente d’exprimer Dieu… Ecoutons Zundel :

 

« La Sainte Trinité, c'est pour nous la découverte essentielle on peut dire que, sans cette révélation, nous ne pourrions pas savoir qui nous sommes. C'est cette révélation qui va donner un sens à nos revendications, qui va donner un fondement à notre inviolabilité, qui va  nous permettre d'atteindre à une divinisation qui ne soit pas un acte de folie et une manifestation blasphématoire. »

 

« Dieu est Dieu parce que il se communique, Dieu est Dieu parce qu'il donne tout, Dieu est Dieu parce qu'il n'a rien, Dieu est Dieu parce qu'il ne peut rien posséder, Dieu est Dieu parce qu'il est la désappropriation infinie, éternelle, Dieu est Dieu parce qu'il a la transparence d'une enfant où toute espèce d'appropriation est impossible. Où le regard est toujours un regard vers l'Autre, où la personnalité, où le moi n'est qu'un pur et infini altruisme. »

 

«  Jésus, en nous révélant la Trinité nous a délivrés de Dieu, de ce Dieu cauchemar, de ce Dieu extérieur, de ce Dieu limite, de ce Dieu menace. Il nous a délivré de ce Dieu-là, il nous a délivrés de nous-même qui étions nécessairement, sourdement, même si nous n'osions l'avouer en révolte contre ce Dieu-là. Et nous entrons avec la Trinité dans ce monde de la relation. »

 

Ces extraits font partie des textes de conférence de Zundel ...

 

Où lire Zundel ? ICI

 

 

Commenter cet article

SAGRAMOR 06/06/2010 17:08


ZUNDEL,prédicateur,directeur de conscience,confesseur,oui et oui.

ZUNDEL,magnétique,travailleur inlassable,homme simple et bon,oui et oui.

Par contre,ZUNDEL,nest pas le monument qu'en fait l'Abbé Pierre dans votre citation,ni il ne doit recevoir des louanges de style HABACHI,ni il ne doit provoquer un culte , tel que celui de son "fan
club",trés organisé.


Pourquoi?

Parce que Maurice ZUNDEL est l'archétype du prêtre,tel qu'il devrait être pour ses ouailles.Or,les ouailles subjuguées nous crient:"Ecoutez ce que Maurice nous dit,qui lui est venu en songe dans la
nuit.".


C'est là,où je ne peux pas être d'accord.
On arrête la vraie plume de TEILHARD DE CHARDIN,on se débarasse en l'humiliant de Pedro ARRUPE,on fauche tous les porteurs de la théologie de la Libération , sous prétexte d'un marxisme
imaginaire,pour donner l'imprimatur à qui?


SAGRAMOR 06/06/2010 15:48


Attendez! Qu'est-ce que je lis?

Maurice ZUNDEL serait devenu l'un des maîtres spirituels du XX° Siècle,pendant que nous avions tous le dos tourné.

Lui aurait-on trouvé une oeuvre soigneusement caché,qui justifierait une telle promotion?

Il faudrait au moins télégraphier la nouvelle à GHANDI,SOLJENITSYNE,TEILHARD DE CHARDIN...pour qu'ils l'invitent en leur compagnie.

D'accord,le télégramme peut attendre,ce n'est pas la peine de déranger tout ce beau monde,sans avoir bien pesé les termes de la demande d'adhésion de Maurice ZUNDEL,au club trés fermé des maîtres
spirituels du XX° Siècle.


Tout d'abord,en une notion,QU'EST-CE-QU'EST Maurice ZUNDEL?


C'est un prédicateur.

Mais il n'est pas BOSSUET,c'est un prédicateur magnétique,plus proche de GODEFROI DE BOUILLON,sans la Première Croisade.

Pourquoi se livrer à une telle comparaison?

Parce que GODEFROI DE BOUILLON s'inspirait de l'air de son temps et de l'Eglise, qui par son autorité spirituelle,faisait le prêt-à-penser de la chrétienté.

Quand,en 1926,Maurice ZUNDEL rencontre le futur PAUL VI,l'Eglise ne domine plus la pensée du temps.

Pire,l'Eglise est dépassée par ses deux frères séparés.La recherche christologique des théologiens protestants , qui balaient tout sur leur passage et le personnalisme,aux puissantes racines
orthodoxes,qui par un heureux repiquage se développe en France.


Maurice ZUNDEL,est à la croisée de ces chemins.
Il n'invente rien,il restitue le bagage du personnalisme,par un labeur acharné de conférences.
Il joue TOLSTOÏ et BERDIAEV,sans changer une seule note de leurs partitions.


Je salue le grand acteur,je lui reproche de se prendre pour l'auteur de son texte.


Perceval 06/06/2010 16:19



Oui, je sais ..; J'ai déjà entendu dire que Zundel, n'avait rien inventé... Tant mieux, dans un sens; au moins il est intéressant de rappeler que Zundel est dans la parfaite tradition ... Ce
n'est pas tout à fait ce que pensaient ses supérieurs ! ( mais, là , c'est clair... Ce sont eux qui avaient torts ..)


Ce que je disais, c'est que Zundel est un maître spirituel, un ' directeur de conscience ' comme 'on disait autrefois... C'est un saint, semble t-il ! Il vivait comme il parlait... et en plus,
avec passion ... Voilà le maître spirituel que j'aimerais rencontrer.... Il touchait au coeur... Chez Bernanos, on dirait ' qu'il lisait dans les âmes '...