Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vérité et dialogue

Publié le par Perceval

Le particulier:

Par héritage, de notre culture, nous avons au fondement une ‘ conception du monde ‘.

le point de vue de l'autreAussi, «  Le système de jugement grâce auquel on évalue une religion se trouve devant l’alternative suivante : ou bien on prend comme critère de référence une autre religion ou une conception du monde dite non religieuse, mais en réalité quasi religieuse, comme le scientisme, ce qui constitue déjà un préjugé sur le fausseté de la religion qu’on juge, ou bien on juge une religion de l’intérieur. » ( …)  il n’y a que cette possibilité. La vérité de toute religion doit être pensée de manière strictement relationnelle. La vérité ne se trouve qu’à l’intérieur du système religieux. Dans cette religion, quelque chose peut être juste ou faux. Pour juger une autre religion, il faut donc se placer à l’intérieur de celle –ci » Raimon Panikkar


La-rencontre-d-Assise-et-le-dialogue-interreligieux

L'universel:

« L'humain véritable a toujours une valeur universelle, le religieux véritable quelle que soit son origine particulière a toujours une valeur universelle. » Cl Geffré ( prêtre )

 

C’est, donc, par le caractère universel des religions que nous pouvons entrer en dialogue, et nous rencontrer. Ces particularismes n’existent, qu’en cela ils sont concrets, culturels … Il ne s’agit pour soi, et pour l’autre de perdre son identité… Ceci est même l’une des conditions d’un réel dialogue, sans avoir peur de l’autre…

 

« La vérité du christianisme, celle que nous confessons comme chrétien, n'est pas exclusive de toute autre vérité dans l'ordre religieux.  ( … ) Notre vérité comme vérité révélée n'est pas une vérité partielle, mais notre approche de cette vérité est encore une approche relative. Les-catholiques-se-forment-au-dialogue-avec-les-musulmans( …)  quand on dit que la révélation chrétienne est complète et définitive, on peut absolument confesser cela, mais dire qu'elle est complète et définitive n'empêche pas qu'elle reste relative en ce sens que même la révélation dont le Nouveau Testament est le témoignage n'est pas adéquate à la plénitude de vérité du mystère du Christ et à la plénitude du mystère de Dieu. »  Cl Geffré (conférence: l'Abbaye de Limon,les 4 et 5 octobre 2000 )

Commenter cet article