Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Prêtre, jeune et jolie.... C'est possible! Merci!

Publié le par Perceval

À l’occasion des JO, « La Croix » ( 1er août ) a rencontré dix personnalités britanniques qui incarnent un certain esprit britannique, à la fois classique et excentrique.  Joanna-Jepson-1.jpgPrêtre de l’Église anglicane, Joanna Jepson est devenue aumônière du monde de la mode.

 

Anglicane plutôt libérale, favorable à l’ordination des femmes et à la bénédiction des couples homosexuels, elle ne s’est jamais vue comme une « farouche militante pro-life », mais ressent soudain la nécessité de « réveiller les consciences » : « Dans les années 1960, quand l’avortement a été dépénalisé, il fallait protéger les femmes, mais désormais ce sont les enfants à naître et les handicapés qui sont devenus les plus vulnérables de notre société et dont il faut défendre les droits », plaide-t-elle. 

 

Joanna-Jepson-Canon-Nicholas-Biddle.jpgAujourd’hui prêtre de l’Église anglicane, toujours réputée pour son franc-parler et sa liberté de ton, Joanna Jepson, 36 ans, vit désormais à Portsmouth auprès de son mari, prêtre anglican lui aussi…

 

La jeune femme en clergyman frappe un beau jour à la porte du prestigieux London College of Fashion, l’école de mode la plus en vue outre-Manche ? Toujours est-il qu’elle en devient en 2006 la première aumônière, pour accompagner les étudiants face à « la pression de l’hédonisme de notre société, à l’impératif de la perfection physique ». « L’Eglise doit être présente dans cet univers : après tout, nous croyons en un Dieu créateur qui passe son temps à dessiner de belles choses ! », affirme-t-elle, confessant du reste pouvoir « passer des heures devant les créations du styliste Alexander McQueen ».  

Rev-Jepson-Joanna-Jepson.jpgDepuis deux ans, elle se sert aussi de la mode dans les écoles pour aider les jeunes à réfléchir sur leur identité et leurs aspirations profondes, au sein du « Empty Hanger Project » (« Projet penderie vide »). Elle a ainsi été invitée par des écoles musulmanes dont les élèves étaient voilées des pieds à la tête. « À la fin de la semaine, elles ont découvert qu’elles jugeaient beaucoup à l’apparence et qu’on pouvait être une croyante fervente tout en portant une robe légère. »

 

Enfin, des jeunes « ordinaires », homme ou femme, qui représentent l’Eglise… C’est rafraichissant… Merci !

Commenter cet article