Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ne suis-je qu'une "illusion" qui doute?

Publié le par Perceval

Michael-Cheval-14.jpgJe pars d'une « sentence » envoyée par Orion gps :

"Je ne doute de rien sur l'existence d'un Jésus,
Il m'a même rencontré une foi ;
par contre, moi, je ne suis qu'une illusion"
-auteur inconnu-

Je ne touche pas à cette citation, même si elle me semble provenir d'une traduction imparfaite …

 

 

 

  • Dire « je ne doute pas de l'existence de Jésus », est une « croyance par délégation », comme la plupart de ce que je pense parfois être du « savoir » : par exemple la théorie du Big-bang... entre savoir et croyance la limite est tenue !

Ces évidences, j'ai parfois, la nécessité de les poser comme telles, pour tenter de construire autre chose … d'aller plus loin ...Michael-Cheval-12.jpg

 

J'ai besoin de questionner, comme un gamin irritant «  Oui, mais pourquoi..., et pourquoi …, etc …)

Je pense qu'il est nécessaire de tout interroger, jusqu'à -même- déstabiliser … ... Commencer par un acte qui pose la Foi, comme une certitude globale, n'est pas – pour moi – le meilleur moyen d'accéder à la foi. Ce n'est qu'une pétition de principe qui tente de supprimer La question.... Or, la question est fondamentale !

 

Au regard du passé, notre époque est formidable pour cela ! Aujourd'hui, qui ne craint d'être « athée » ? Nous avons, même, la chance, d'avoir dépassé le temps du scientisme, et ses tentations de la dictature de la raison...

Et après avoir questionné le divin, nous questionnons avec la même force, grâce sans doute à l'influence des spiritualités orientales, notre « moi », l'égo … et cette remise en question me semble passionnante, et à découvrir …

 

  • «  par contre, moi, je ne suis qu'une illusion. »

Michael-Cheval-30.jpgJe reconnais qu'il existe en moi, un « égo » qui s'observe, se juge, se compare, se blesse, souffre... sur des critères qui n'ont rien d'absolu, mais au contraire relatifs à mes occupations du moment, à mes appartenances. Ils n'ont d'autres valeurs que celles du moment, et que je me donne … et qu'il convient d'interroger .

Cet « égo », ne pourrait être qu'une construction, que moi, avec le regard des autres, décidons de sa réalité, puisqu'il me permet d'être reconnu... Une sorte de convention, qui ne résiste pas ( il me semble...) si on décidait réellement de la relativiser ...

 

 

Les illustrations sont les reproductions d'oeuvres de Michael Cheval, artiste contemporain né en 1966 en Russie.

Commenter cet article

En savoir plus 15/08/2013 16:20

Merci!

oriongps 20/03/2013 11:32

en bénéficiant de votre approche sur cette sentence, la traduction pourrait être la suivante :

"Pour ce qui est de l'existence de Jésus, je n'ai pas le moindre doute là-dessus,
D'autant qu'il a réussi, une fois, à me trouver -moi- ;
Alors que je ne suis qu'un mirage."

Mais a la fin, peu importe si on rate la bonne traduction car ce l'expérience elle-même qui l'emporte par au-dessus des langages terrestres.

Dans le même sens de cette sentence, une citation de Ste Thérèse d'Avila de son manuscrit autobiographique, chapitre 10 :

"Notre-Seigneur daignait, ainsi que je l'ai dit (cf. chap. 4), m’accorder à certains intervalles, mais durant un temps très court, les prémices de la faveur dont je vais parler. C'était lorsque je
me tenais en esprit près de ce divin Maître, comme je l'ai raconté (cf. chap. 4 et 9), et quelquefois aussi lorsque je lisais. Le sentiment de la présence de Dieu me saisissait alors tout à coup.
Il m'était absolument impossible de douter qu'il ne fût au dedans de moi, ou que je ne fusse toute abîmée en lui.

Ce n'était pas là une vision; c'est, je crois, ce qu'on appelle théologie mystique. Elle suspend l'âme de telle sorte qu'elle semble être tout entière hors d'elle-même. La volonté aime, la mémoire
me paraît presque perdue; l'entendement, à mon avis, ne raisonne point, sans pour autant être perdu en Dieu. Je le répète, il n'agit point, mais il demeure comme épouvanté de la grandeur de ce
qu'il contemple; car Dieu se plaît à lui faire connaître qu'il ne comprend rien de ce qu'il lui découvre alors."

Perceval 21/03/2013 10:04



Le christianisme est sans aucun doute une religion ( non pas du Livre ) mais,  de la rencontre d'une Personne.


Merci.



oriongps 17/03/2013 11:47

Su version original de l'espagnol:
"No dudo en nada de la existencia de un Jesús,
El me ha encontrado inclusive una vez;
en cambio, yo no soy sino una ilusión".
-auteur inconnu-

Je voudrais exprimer à mon tour une interprétation sur cette « sentence ». Elle me fait penser à certains personnes ayant eu une expérience mystique fondatrice, bouleversante, inexplicable,
non-cherchée. Pour ces gens-là, la certitude de la présence divine qu'ils ont rencontre n'est pas de l'ordre du rationnel, non plus de la tradition transmise par la catéchisme.

La doute, sur le moi-même, s'établisse alors dans une autre dimension par comparaison ... dans la pauvreté du reflet terrestre face à la source de la lumière.

Un exemple, le vécu du romancier Didier Decoin (vite fait expliqué dans http://bit.ly/15TQccI).

Des extraits de cette interview:

"Cette nuit-là, j'ai ressenti une jubilation que je n'ai plus jamais ressentie de ma vie. J'ai pleuré jusqu'au matin d'une joie immense."

"Je sais que je n'ai pas rencontré une idée. Quelqu'un m'a cogné, quelque chose de personnel, qui a un nom."

"L'évidence lumineuse est plus difficile à vivre que l'obscurité de la foi. Car à cette joie, qui est d'ordre divin, se mélange la honte incommensurable de ne pas s'en sentir digne. L'être humain
est effroyablement pécheur, à chaque instant de sa vie. La lumière de l'évidence, en permanence braquée sur moi, accuse ma lamentable et décevante imperfection. Ceux qui, comme moi, ont vécu ce
genre d'expérience, savent que le péché véniel n'existe pas pour eux."

"[le journaliste : Depuis cette révélation, avez-vous connu des moments de doute sur l'existence de Dieu ?]
J'ai douté de ma capacité à mériter un tel cadeau, jamais de la nature de cette révélation. Parce qu'il est impossible qu'un simple dérèglement psychique ait engendré un tel bouleversement
intérieur, aussi positif et aussi durable. Si cette nuit de joie était de mon seul fait, j'aurais réussi à la reproduire. Je n'ai pas pu la générer, elle est d'un autre ordre, d'une autre essence."

Perceval 18/03/2013 11:54



Je n'utilise hélas que la langue française, et ne comprends pas l'espagnol, et si peu l'anglais … ! L'idée de la sentence ne serait-elle pas : Pour ce qui est de l'existence de Jésus,il
n'y pas de doute... D'autant qu'il a réussi à me trouver -moi-, alors que je suis si peu réel … !


Et je pense vous retrouver dans ce que vous dites :


C'est d'une véritable expérience inter-personnelle, qu'ils décrivent, ceux qui ont vécu cette expérience. C'est de l'ordre du vécu, du réel... de la certitude des sens. Et le doute porté sur soi,
ce « moi » ou « égo » ; concerne effectivement cette pauvre réalité qui me meut et qui n'est pas à la mesure de réalité du divin ...