Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le temps décrit par la science.

Publié le par Perceval

Quand un chrétien parle de la mort, de l'éternité, de la résurrection... Il parle du Temps. Il parle du présent, de futur, et utilise une image : celle du « temps qui passe »... Or, cette évidence, n'est peut-être – scientifiquement – qu'une illusion... !le-temps-dali-klein_01.jpg

La réalité scientifique du temps, n'aurait-elle pas d'incidence sur la représentation religieuse de « mon avenir après la mort » … ?

 

La mort, perspective certaine, donne à ma vie, son sens … ( je raccourcis …). Chaque instant, elle prend de mon espace et de mon temps...

 

S'il y a bien une question sur laquelle la physique contemporaine a changé complètement sa représentation, c'est celle du temps. A notre échelle ( mais n'oublions pas que nous sommes plongés au cœur d'infinis …), nous évoluons « tous » ensemble, en même temps sur la ligne du temps... Ce qui est faux ! ( cf la relativité restreinte d’Einstein ).

Ainsi, très très très loin, un être pourrait être en coïncidence avec mon passé ou mon avenir. Autrement dit, le passé n'est pas « définitivement » mort. Scientifiquement, je peux exprimer que passé, présent et avenir existent simultanément ( si cela a du sens de parler du temps avec des concepts de « temps qui passe » … ! ) .le-temps-klein_02.jpg

 

Compliqué.. ? J'ai un peu mieux saisi l'étendue du mystère avec un documentaire que l'on peut revoir sur Arte : « La magie du cosmos : ep 1 ». La perception du flux continu du temps n’est rien d’autre qu’une illusion. C’est Albert Einstein qui, le premier, fait voler en éclats l’hypothèse d’Isaac Newton d’un temps universel et montre que l’écoulement du temps est relatif. Pourquoi ? « Simplement » parce que le mouvement dans l’espace affecte son écoulement. Einstein révèle ainsi la connexion fondamentale entre espace et temps, induisant au passage que passé, présent et futur existent de la même manière et sans distinction ! ... À force d’images, de comparaisons et d’animations, Brian Greene parvient pourtant à remettre les pendules (de notre ignorance) à l’heure. 

 

Commenter cet article