Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Entre l'esthétique mystique et la perversité de la ‘real-politic' ..?

Publié le par Perceval

Babel cathédraleJe reprends dans cet article, une réponse que je viens de faire à ‘Orion Gps’ en commentaire :

 

Que pourrions-nous retirer de ‘bon’ d’une attitude qui refuserait de se positionner, entre « l'esthétique mystique ou la perversité du ‘real-politic’ » ? …krishnamurti 2

Cette question ne m’est pas étrangère… Souvent, je préfère me réfugier, ( au plus fort de mes doutes… ) dans une esthétique religieuse plutôt que dans un combat perdu d’avance contre le 'libéralisme' ( et qui dans ses excès, me touche, plutôt moins que d’autres …) … !!!

 

Une tentative de réponse se trouve dans la pensée de Zundel … En effet, on ne peut pas le suspecter de ne pas Vivre le Christ en intériorité :

 « L’Eglise apparaît à travers [les apôtres] immédiatement comme une société mystique, comme une société sacramentelle où l’homme est totalement effacé dans la présence de Jésus-Christ. »

Zundel va jusqu’à écrire « Je ne crois pas en Dieu, je le vis. » On comprend mieux alors pourquoi « La vie mystique est consubstantielle à la vie chrétienne »

Zundel découvre Dieu essentiellement à travers la relation  qu’il a avec les hommes. Dieu transparaît à travers le visage des hommes. Chacun de nous est une transparence de Dieu. Finalement, pour découvrir qui est Dieu, il y a l’Evangile, l’Eglise, les sacrements et puis il y a les hommes et les femmes…

La spiritualité ignacienne ( vous parlez des jésuites …) , insiste sur la fréquentation très personnelle de la Parole ( lecture de vie …).

«  La Parole de Dieu que nous vous faisions entendre, vous l'avez accueillie, non comme une parole d'hommes, mais comme ce qu'elle est vraiment, la Parole de Dieu. Que cette Parole reste active en vous, les croyants » (1 Th 2, 13).

Cette Parole vivante, est l’énergie nécessaire à une vie qui a trouvé son sens ( espérance ).

« Quand Tes paroles se présentaient, je les dévorais. Ta Parole est mon ravissement et l'allégresse de mon cœur » (Jr 15, 16).

 

christ hoffmannSur ce chemin - de combat ( la politique ? ) - mais assuré vers le bonheur, Jésus a vécu cet évangile le premier. Il en est le chemin qui ne s'arrête qu'en Dieu. Le prendre, c'est mourir à nos désirs de possession, de pouvoir, de puissance à la manière de ce monde pour mener une vie qui tend à être « à la mode de Dieu ».

Attention …! Ces mots, ne sont pas les miens, ils sont habités de la Parole, mais ils me dépassent… Les faire miens, c’est intérioriser une Parole, pour qu’elle m’inspire, dans le concret de ma vie ...

 

 

Exode (22, 20-26) :

" Quand Moïse transmettait au peuple les lois du Seigneur, il disait : « Tu ne maltraiteras point l’immigré qui réside chez toi, tu ne l’opprimeras point, car vous étiez vous-mêmes des immigrés en Égypte. Vous n’accablerez pas la veuve et l’orphelin. Si tu les accables et qu’ils crient vers moi, j’écouterai leur cri. ...
Si tu prêtes de l’argent à quelqu’un de mon peuple, à un pauvre parmi tes frères, tu n’agiras pas envers lui comme un usurier : tu ne lui imposeras pas d’intérêts. Si tu prends en gage le manteau de ton prochain, tu le lui rendras avant le coucher du soleil. C’est tout ce qu’il a pour se couvrir ; c’est le manteau dont il s’enveloppe, la seule couverture qu’il ait pour dormir. S’il crie vers moi, je l’écouterai, car moi, je suis compatissant ! »

Commenter cet article