Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quelques mots, de Jules Supervielle:

Publié le par Perceval

Encore, Jules Supervielle:

 

  Julie de Waroquier

 

 

 

 

Chaque âge a sa maison, je ne sais où je suis,
Moi qui n'ai pour plafond que mes propres soucis.
Ce parquet m'est connu, je marche sur moi-même,
Et ces murs c'est ma peau à distance certaine.
L'air s'incline sur moi, son front n'est pas d'ici,
II m'arrive d'un moi qui mourut à la peine.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Julie de Waroquier Gone with the fairy tales  

 

 

 

 

Allons, mettez-vous là au milieu de mon poème,
Que je m'approche à loisir, loin des regards indiscrets,
Entre des mots qui vous observent, bien qu'il vous
   devinent à peine,
Et d'autres mots qui vous éclairent sans parvenir à
   vous toucher.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Turker Bayram Yildiz

 

 

 

 

Soucis, vous qui savez toujours me retrouver,
Trouverai-je jamais une cache assez sûre,
Vous me mettrez dessus votre lanterne dure
Pour voir si c'est bien moi, comme si ne saviez..

 

 

 

 

 

 

Photos de Julie de Waroquier, et peinture de Turker Bayram Yildiz

Commenter cet article