Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Amour ou zen...?

Publié le par Perceval

L’Amour, dans notre culture, c’est une expérience. Chacun peut reconnaître que ce phénomène a lieu. L’amour c’est l’heureuse expérience de l’altérité.troubadours.jpg


Vivre cette expérience n’est pas si simple… Et si je n’en fait pas l’expérience dans ma vie - Suffirait-il de se convaincre que le véritable Amour, celui de Dieu, m’est donné, pour parler de l'Amour ...?

Un peu, comme si la religion de l’Amour, m’épargnerait d’aimer et d’être aimé par l’autre.

 

Et c’est d’ailleurs, dans l’appréhension de l’altérité ( l’autre étant « celui que je peux aimer » ) que s’exprime les véritables différences entre le bouddhisme et le christianisme…


Chrétien : mon problème est celui de la relation; ce sont mes relations qui sont blessées et qui me font souffrir; donc, ce que je voudrais restaurer c'est l'amour. Et, bien sûr... ( je ne sais pas très bien comment ...) je crois au don de l’Amour , aujourd’hui ( le Royaume c’est ici et maintenant …)

Pour le bouddhiste, la souffrance est due à l’illusion de la permanence dessin-illusion.jpg; et bouddhiste, je cherche - en priorité - à me libérer des illusions… Le Royaume n’est pas là, il est une promesse de l’expérience de la non-dualité…

 

L'altérité chrétienne s’oppose t-elle à la non dualité ?

Non, si c'était le cas, nous ferions de l'altérité - une dualité conflictuelle - … l’Amour est aussi l’expérience de l’Unité … ! Moi aussi, chrétien, j’aspire à être sauvé de cette dualité.

 

La personne est un « mystère » : quelque chose que l'on ne cesse jamais de découvrir. Dès qu'on le définit, on le tue.

Dans le bouddhisme, « la personne » est l’humain qui a renoncé à être soi et à se saisir lui-même; quelqu'un qui renonce au soi. C'est donc d'une certaine manière un mystère sans cesse à découvrir.


Le christianisme peut aider le bouddhisme, pour découvrir qu'il y a quelque chose au-delà de la vacuité;  et le bouddhisme nous aide à découvrir qu'il y a une personne au-delà de l'individu, même quand on parle de Dieu, c'est à dire qu'il faut bien se garder de réduire la personne et son mystère à l'idée qu'on en a, l'individu.

Commenter cet article

Bruno 24/07/2012 13:33

Je crois également que Dieu se manifeste dans l'amour, mais que cette manifestation est nécessairement une relation à l'autre - sinon, on tourne autour de ses propres représentations. Je me suis
donc bien retrouvé dans votre précédent article. L'amour est une expérience pas facile, car elle oblige à se décentrer, à aller au-delà de soi. C'est un effort constant de lacher prise et
d'ouverture pour éviter de tomber dans l'idolatrie de ses propres oeuvres ou d'un autre individu. Partant de là, le christianisme at-il raison d'identifier Jésus à Dieu ?

Perceval 24/07/2012 13:59



Jésus s'est comporté comme cet Homme-idéal, qui aime pour aimer... Cette perfection est une qualité divine... Et quand nous parlons de Dieu, nous ne pouvons parler que des 'manifestations' de
Dieu ... De Dieu, nous ne pouvons rien en dire