Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du souci... à la "déposition"

Publié le par Perceval

En ce temps de «  Rentrée », si je prépare une organisation optimale pour la bonne marche de mon établissement ; je me prépare aussi mentalement, plutôt spirituellement, à faire face à ma fragilité devant le ‘ souci ‘. Le souci est un objet mental insidieux - dans sa manifestation - qui se nourrit de lui-même et tel un parasite emplit l’esprit… L’objet de la spiritualité étant de rendre notre esprit disponible à l’Esprit, ce parasite est réellement une maladie de l’âme ( corps+psyché+esprit).


La formule des bouddhistes est très connue : “Ni refus ni appropriation” de ce qui se présente. Je n’écarte pas ce qui se présente, je ne le prends pas. Cette attitude est la meilleure manière d’aborder le problème. …

Pour entrainer son âme vers la pratique de la voie : le chemin privilégié est ‘ La méditation ‘… Discipline régulière, et le plus souvent solitaire…


Le christianisme, adopte la même attitude avec la médiation de la Présence de Jésus…

« Venez à moi vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur ; et vous trouverez le repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. »

Ceci est:

- Un appel

- Une invitation à appeler

- La promesse d'être accueillis, entendus et secourus.

Le terme ‘ catholique ‘ est la « déposition » : « L'acte de déposition est un cheminement spirituel, un acte d'espérance et de confiance »

Dans le langage chrétien,  nous disons :

« Déposer, c'est prendre notre souffrance, notre dépression, notre colère, notre angoisse, mais aussi notre attente et notre joie et les remettre entre les mains de Dieu pour les porter avec le Christ.

Déposer, c'est prendre un « temps de repos » afin de mettre en « dépôt » sous le regard du Seigneur, toutes nos valeurs humaines et de nous laisser sanctifier par l'Esprit Saint.

Déposer, c'est louer Dieu et lui rendre grâces. (Matthieu 11. 28-30) » Suzanne Giuseppi, Franciscaine séculière, accompagnatrice spirituelle

Commenter cet article