Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je vote ' Benoît ' !

Publié le par Perceval

Du bel ouvrage ; c'est social, c'est intelligent et c'est gratuit ... C'est l'encyclique de Benoit XVI...

Original, peut-être pas ; car l'honnêteté doit nous faire admettre que la pensée sociale de l'Eglise catholique, est orientée depuis plus d'un siècle sur la recherche de la justice sociale au service du "bien commun".

Sans doute, comme la plupart des socialistes ou de la gauche : Benoît XVI défend l'économie de marché mais à condition qu'elle prenne en compte le "bien commun" et qu'elle réhabilite le don ( ! intéressante question à étudier en économie, et en France pays aux multiples associations... elles-mêmes de moins en moins soutenues.. ! ).
Le pape prône un "humanisme intégral", en soulignant avec force que l'homme est "le premier capital à sauvegarder et à valoriser". Ce mélange de spiritualité et d'économie , correspond bien au niveau sur lequel se place un texte religieux : le niveau strictement personnel ...


Est-il légitime, réaliste d' administrer au capitalisme une leçon d'éthique sociale... ? C'est pourtant, ce que nous faisons tous dans nos discussion de café de commerce... !
Peut-on espérer faire de l'économie "un lieu de communion" ?

Benoit  s'affirme et ramène le débat sur la foi quand il proclame qu'un "humanisme sans Dieu est inhumain"
...! A discuter, mais intéressant ...

 

Edito du Monde « Un pape social » LE MONDE | 07.07.09 |

« L'évêque de Rome reconnaît des vertus à la mondialisation, dès lors qu'elle favorise le développement ou une meilleure répartition des richesses, mais il pointe surtout ses dysfonctionnements : les désordres de l'activité financière, la spéculation, la mauvaise gestion des flux migratoires, la corruption, l'exploitation anarchique des ressources naturelles, les délocalisations, le chômage, la faim, etc.

On savait que Benoît XVI était un pape moral - très controversé -, c'est aussi un pape social. Un pontife qui plaide, à la lumière de la crise, pour un capitalisme vraiment régulé. Il s'inscrit, cette fois, dans son temps en jugeant que le rôle de l'Etat, "destiné à croître", doit être "repensé". Au moment où Luiz Inacio Lula da Silva prononce, dans nos colonnes, l'acte de décès du G8 et veut faire du G20 une institution permanente, Benoît XVI partage le pessimisme du président brésilien sur la gouvernance mondiale. Il prône même une "Autorité politique mondiale". Un rêve de pape. »

 

Commenter cet article