Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2 Je voudrais être heureux ...

Publié le par Perceval

C'est vrai... Je voudrais être heureux, et je fais l'inverse... ! 

Je ne suis pas seul ...!  "Malheureux homme que je suis" me dit Saint Paul : "Je ne fais pas le bien que je voudrais faire et je fais le mal que je ne voudrais pas faire". .

 

Ne pas m'enliser dans une culpabilité, qui loin de m'apporter le bonheur cherché, me retiendra dans le malheur.

L'agir chrétien est une conséquence de La Présence qui opère en moi. Jésus 'vivant' n'a pas d'autre raison d'être, d'ailleurs il n'attend rien en retour.

Agir dans ce sens c'est donner de la vie, c'est s'inscrire dans le plan divin. En Jésus, sont réunis idéalement l'être et l'agir.

L'histoire de Marthe et de Marie :.

Marie est celle qui écoute. Elle boit les paroles de Jésus, elle se rassasie de sa présence.

L'histoire de Marthe et de Marie nous invite non à la paresse mais à une écoute active car « une seule chose est nécessaire ».

Quelle est cette chose nécessaire et vitale ? Le dialogue avec Jésus vivant, le Dieu d'Abraham, le Seigneur de l'apôtre Paul et de tant d'autres.




Il est bon de partir à la recherche, chaque matin, de cet unique nécessaire par un moment de prière paisible et d'écoute de la Parole du Seigneur. Il est bon de suivre le chemin tracé par Jésus lorsqu'il dit : « Ma nourriture, c'est de faire la volonté de celui qui m'a envoyé et d'accomplir son œuvre. » (Jn 4, 34.)

Jésus lui-même nous montre le chemin : il n'est pas venu réaliser la volonté de son 'égo', mais celle de l'Etre ( Le Père ). C'est comme cela qu'il nous indique la voie du bonheur qui communique la vie, la vie en abondance. C'est sur ce chemin qu'il nous invite à avancer, un chemin où nous expérimentons la joie du serviteur et le bonheur de participer à l'œuvre du Père.


Sur la Voie, Heureux êtes-vous...

Voir les commentaires

1 Sur la Voie, Heureux êtes-vous…

Publié le par Perceval

Sur la Voie, Heureux êtes-vous...

Saint-Luc 6, 17

Heureux êtes vous, quand vous êtes pauvre dans l'Esprit : vous vivez le Royaume de Dieu!


Heureux êtes vous, quand vous êtes affamés de justice, vous serez rassasiés !


Heureux êtes vous, vous qui pleurez maintenant : vous rirez !


Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent et vous repoussent, quand ils insultent et rejettent votre nom comme méprisable, à cause du Fils de l'homme.


Ce jour-là, soyez heureux et sautez de joie, car La Joie est dans vos cœurs




Mais malheureux êtes-vous, quand vous êtes repus: vous avez votre consolation !

Malheureux êtes-vous quand tous les hommes disent du bien de vous : c'est ainsi que leurs pères traitaient les faux prophètes. »

 

 

Voir les commentaires

Les « Béatitudes », version bouddhiste

Publié le par Perceval

Les « Béatitudes », version bouddhiste avec le  Sûtra de Vimalakîrti  (Le héros, un laïc vêtu de blanc qui répond au nom de Vimalakîrti, feint d'être malade pour proclamer l'enseignement de la vacuité.

Dans ce passage extrait du chapitre "Les bodhisattvas", celui-ci explique aux filles de Mâra qui s'adonnent aux plaisirs des sens ce que signifie le plaisir pour un bodhisattva. )







Heureux d'être croyant dans le Bouddha,
Heureux d'écouter la doctrine,
Heureux de rendre hommage à la communauté.
Heureux de se libérer des désirs des cinq sens.
Heureux de suivre et de préserver la pensée de l'éveil,
Heureux de faire le bien des êtres,
Heureux de vénérer le maître,
Heureux de pratiquer l'immense générosité,
Heureux de respecter la ferme moralité,
Heureux de la patience et de la douceur,
Heureux de rassembler des racines de bien avec énergie,
Heureux de ne pas être agité pendant la méditation,
Heureux de la merveilleuse sagesse qui libère des souillures,
Heureux de déployer l'esprit d'éveil,
Heureux de soumettre tous les démons , (Les quatre sortes de démons : les démons des passions, les démons des cinq agrégats, le démon de la mort, le dieu Mâra.)
Heureux de trancher toutes les passions,
Heureux de purifier sa terre de bouddha ( Dans leur cheminement, les bodhisattvas purifient leur futur domaine de prédication.,
Heureux de cultiver toutes les vertus afin de perfectionner les marques ,
Heureux d'orner l'aire de l'éveil,
Heureux d'écouter les profondes doctrines sans aucune crainte,
Heureux dans l'enseignement de la triple libération ( La triple libération, c'est-à-dire la libération de la vacuité, la libération du sans-forme, la libération du non-faire.
Heureux de soigner et de protéger les amis de mal,
Heureux de s'attacher aux pas des amis de bien,
Heureux de goûter à la pureté en l'esprit,
Heureux de s'exercer aux innombrables rubriques de l'éveil ,
Telles sont les joies dharmiques des bodhisattvas.

 

Voir les commentaires

Solitude

Publié le par Perceval

« Une seule chose est nécessaire : la solitude. La grande solitude intérieure. Aller en soi-même et ne rencontrer personne durant des heures, c'est à cela qu'il faut parvenir. Être seul, comme l'enfant est seul... »

Rainer Maria Rilke

Voir les commentaires

Prier ou agir ?

Publié le par Perceval


A la réflexion autour de cette maxime ignatienne :
« Agir comme si tout dépendait de moi, prier comme si tout dépendait de la Providence »

Je prie comme si je croyais que tout dépendait de ‘Dieu’, alors que je sais que tout dépend de moi…
Et j’agis comme si je croyais que tout dépendait de moi, alors que je sais que tout dépend de ‘Dieu’…

Voir les commentaires

Jésus était-il un dignitaire ecclésiastique… ?

Publié le par Perceval

 

 « Si Jésus avait seulement enseigné, comme nous le faisons tous, qu'il y a deux commandements bien distincts, qu'il faut honorer Dieu (à Lui le règne, la puissance et la gloire !!!) et aimer son prochain, il n'aurait heurté personne. Il serait mort de vieillesse, décoré, membre du sanhédrin, approuvé par toutes les hiérarchies civiles et religieuses. »

Louis Evely

 

Le contenu de la foi, le rituel…  Cela suffit-il à s’identifier comme un disciple de Jésus?

Comment définir  -ce ‘ quelque chose de plus ‘, -cette présence, - cette manière d’être… ? qui fera toujours de Jésus l’opposé de ce que représente un dignitaire ecclésiastique

Voir les commentaires

2- Les Ostensions limousines

Publié le par Perceval


A l’occasion d’une pétition qui circule sur le net, à propos de l’argent public versé au profit de l’organisation des ostensions…. Je m’interroge sur ce type de manifestation…

 

J’ai du mal, à justifier ma participation, quant à son contenu spirituel… Le Sillon, revue catholique limousine, assure que les ostensions nous conduisent:

-          « à la source de la foi et à l’acceptation de la sainteté de Dieu en nous, »…

-          Source de la foi, parce qu’elle s’enracinent dans l’histoire… ? Mais , le culte des reliques ne fait pas partie du contenu de ma foi… d’autant plus que l’exemplarité des saints dont il est question, est troublée de faits légendaires qui n’ont d’intérêt que culturel…

-          • « à l’œuvre de paix, de justice, de solidarité de Dieu dans le monde, »

-          Je ne vois pas bien … peut-être du fait de la popularité d’une telle manifestation, qui devrait réunir les participants sur des valeurs fraternelles… ? Idée contestable si l’on sait les débordements violents ( sur St-Junien, par exemple) de processions qui se sont affrontées aux ‘anti cléricaux’ … !

-          • « aux sacrements de la vie chrétienne, Parole de Pain pour notre vie. »

-          Certes il y a un culte et qui ‘devrait’ se centrer sur l’eucharistie… Mais la profusion de costumes, drapeaux et autres folklores, parasite – en ce qui me concerne – ma prière …

De plus, sur cette argumentation spirituelle : il ne me semblerait pas nécessaire que nos communautés chrétiennes fassent appel à l’argent public…

 

Sur l’intérêt culturel, folklorique et touristique… Il me semble indéniable, que tous les sept ans, ces manifestations faites de cortèges costumés, de décorations de rues, de musique traditionnelle … attirent beaucoup de monde et donc présentent pour les cités concernées un intérêt quant à leur notoriété… Aussi, les collectivités locales, ont l’avantage de subventionner des festivités locales qui rencontrent le succès populaire, au même titre que les carnavals ou les festivals ….

 

Je pense, que les catholiques, ne devraient pas cautionner ce type de manifestation. Ils pourraient transférer leur responsabilité aux collectivités, pour leur laisser l’organisation et, éventuellement,  - proposer un contenu religieux, sans que cela participe, en tant que tel, aux festivités… Bien sûr, la tradition populaire ne s’y retrouverait pas… Mais utiliser les sacrements ( il me semble que dans d’autres cas, l’Eglise est beaucoup plus réservé… ! ) pour décorer  ( comme en vrai ! ), me choque …. Je peux rapprocher cette utilisation, à celle qui est bien souvent faite, du rituel du mariage… !

 

Voir les commentaires

1- Les Ostensions limousines

Publié le par Perceval

Ce sont actuellement les 71ème Ostensions :célébrées dans 15 communes de la Haute-Vienne, deux de la Charente limousine,  une de la Creuse et une de la Vienne. Explications à lire sur "le Sillon", journal catholique limousin.

 

« Les ostensions limousines sont des manifestations religieuses millénaires particulières au diocèse de Limoges. Le mot « ostensions » signifie « montrer », « donner à voir », « présenter ». Du latin « ostendere », action de montrer, exposition de reliques en langue liturgique.

C’est une sortie des reliques des saints et de leurs reliquaires et de leurs châsses au cours d’une célébration chrétienne ou de plusieurs (reconnaissance, eucharistie, procession) pour les montrer, les lever, et les donner à la vénération du peuple rassemblé.

Les reliques des saints limousins sont exposées dans les églises à la vénération des fidèles mais aussi dans les rues pavoisées et sur les places des communes dites « ostensionnaires » au cours de processions religieuses, parfois accompagnées de cortèges historiques. » (Le Sillon page 2)

Sous le titre « Les Ostensions, vivons-les avec bonheur et avec foi »nous pouvons lire en page 3 dans ce numéro du Sillon :

« En fidélité à nos racines humaines, spirituelles et chrétiennes, les Ostensions nous conduisent :

• à la source de la foi et à l’acceptation de la sainteté de Dieu en nous,
• à l’œuvre de paix, de justice, de solidarité de Dieu dans le monde,
• aux sacrements de la vie chrétienne, Parole de Pain pour notre vie.


Voir les commentaires

3 * L’âme de Perceval : Blanchefleur et le chevalier vermeil.

Publié le par Perceval

    Voir aussi: * 1 * L'histoire de Perceval
                            et * 2 * La " Quête " du Graal ...

Une âme en recherche, tel est déjà le sens de la première rencontre de Perceval avec les chevaliers … Je ne peux faire sans la prédominance du corps, des instincts… mais je reconnais derrière le désir, un principe actif de nature spirituelle puisqu’il me pousse vers la quête et la recherche de réponse aux questions «  qui-suis- je » ?, « quel est le sens de ma vie » ? Questions primordiales …

A noter : au début du Conte, Perceval ne connaît pas son nom… !

 

Sa mère tente de lui donner un savoir : « ne jamais s’en tenir à l’extérieur, mais de chercher le sacré qui y est caché »

Perceval part sans autre savoir, que le souvenir de sa mère… Perceval, « se lève » prend ses armes, puis tel un pèlerin, demande » la voie ». Avec lui, pour nous, pour moi, le conte a marqué le parcours de signes : « afin que nul ne s’égare » ( vers 6255).


Lors de la première rencontre du Féminin…

En entrant dans l’espace sacré de la tente vermeille, il reproduit un comportement religieux : mais un rituel sans signification… A la demoiselle il vole un baiser et un anneau. Ici, il ne s’agit pas d’Amour courtois, mais par cette violence symbolique, je ne reconnais pas à la psyché sa véritable fonction : celle de me découvrir être complet ( corps, âme et esprit)

Dans les Ecritures, la femme représente souvent l'âme humaine, la psyché (pensée, sentiments, volonté). Dieu crée l’humain, homme et femme . Aussi pour l’homme, que je suis, la quête est aussi de rechercher ma complémentarité, au travers du féminin symbolique…

 

La place de la femme dans la vie de Perceval, peut représenter celle de l’âme dans sa quête.

La rencontre avec Blancheflor ( Blanchefleur) est nécessaire pour accéder à un au-delà dans lequel l’Esprit prendra l’entière place …

Au départ, la méprise de Perceval, est à l’image d’une spiritualité prise au mot, à la lettre … !


De plus, le chevalier vermeil ( son double) représente une force destructrice, assimilé au vieil homme dans toute spiritualité. Ce meurtre, symbolise une première victoire sur les instincts et les appétits primitifs. Perceval devient le chevalier vermeil, ou il croit l’être.


Est-ce la véritable identité, de Perceval.. ?

Voir les commentaires

Fernand Khnopff

Publié le par Perceval

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>