Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

1941 – L'Angleterre – Rudolf Hess

Publié le par Régis Vétillard

Lancelot épluche la presse , mais du fait du contexte de guerre, les journaliste refusent de lui parler davantage. Stein lui obtient un entretien avec Ronnie Reed avec qui il échange diverses informations sur Vichy, contre une collecte d'articles de politique intérieure britannique et le lien vers quelques journalistes. Il voit aussi du MI6, ou l'I.S. avec qui il valide une voie de passage de renseignements entre le BMA et l'I.S.

Lancelot rencontre Alastair Denniston, qui est responsable de la ''collecte'' d'information, et de la cryptographie. Il regrette que Gustave Bertrand et son équipe n'aient pas voulu le rejoindre à Londres ; il craint que la liaison ne soit pas sécurisée. Lancelot tente de le rassurer sur la partie clandestine du travail, et le soutien de quelques hauts fonctionnaires de Vichy. Il peut être très utile de travailler sur les codes allemands, à partir de France; malheureusement, les français se plaignent de la non-coopération des britanniques. Denniston, exprime l'extrême difficulté à pénétrer Enigma.

Ex-roi Edward VIII

 

Concernant l'ex-roi Edward VIII, Lancelot comprend que l'I.S. a considéré que pendant l’invasion de la France, le duc et la duchesse ont continué à transmettre des informations aux autorités du gouvernement allemand. Wallis a noué des relations avec de nombreux hauts dignitaires nazis notamment avec Joachim von Ribbentrop ambassadeur d'Allemagne à Londres.

En juin 1940, le couple s'est rendu en Espagne. Finalement, le gouvernement britannique a forcé les Windsor à s’installer aux Bahamas, où le duc a été nommé gouverneur général. Des précautions particulières ont été prises par les Britanniques pour surveiller leurs communications avec l'Allemagne.

Pour en revenir à l'atterrissage de Rudolf Hess, en Ecosse, Hamilton fut informé immédiatement de l’existence du prisonnier ( qui s'est présenté sous le nom de Alfred Horn) et lui rendit visite. Hamilton contacta immédiatement Winston Churchill et l’informa de l’arrivée du Führer adjoint.

Comment le 10 mai1941, l'adjoint du Führer put-il arriver jusqu'en Écosse, avec l'intention d'y atterrir ?

Même si je n'ai pas vu les rapports de Lancelot envoyé à Vichy ; je peux d'après ses notes donner la réponse suivante :

Les contact de Hess avec les britanniques se sont construits par l'intermédiaire de Albrecht Haushofer et de Sir Samuel Hoare ( ambassadeur en Espagne) ; à ce propos il est signalé un voyage à Berne avec le duc d'Hamilton. Contacts tout à fait plausibles, sachant que Sir Hoare, dans les années trente, fut un membre actif du ''Cliveden Set'' dont les membres ( sous la direction de Lady Astor – Cliveden est le château de la famille Astor. ) s'accordaient pour une entente avec Hitler.

 

Churchill donna son accord à la SO1, pour accompagner les opérations dans une manœuvre d'intoxication et duper les allemands : l'opération ''Mrs HHHH'' ( Hoare, Halifax, Haushofer, Hess). Le seul objectif de Churchill est de vaincre le nazisme .

Pour desserrer l'étau du Blitz, et alors que l'on craint une intensité forte du conflit en Méditerranée, Churchill espérait bien faire croire à Hitler, que les anglais prêts à se lasser de lui, n'étaient pas dangereux...et qu'ils verraient même d'un bon œil la défaite du bolchevisme...

Cette manœuvre d'intoxication est pilotée par Alan Hillgarth (1889-1978), un des hommes de confiance de Churchill; mondain, romancier et officier des ''intelligence services'' et affecté à l'ambassade britannique à Madrid, chargé de garder Gibraltar et l'Espagne hors de la guerre.

Nancy Astor suit W. Churchill

Pour sourire, Lancelot rapporte ces quelques histoires qui illustrent la description du caractère de Churchill...

Lady Astor: « Winston, si j'étais votre épouse, je mettrais du poison dans votre verre. » Lequel lui a répondu : « Eh bien moi, Nancy, si j'étais votre époux, je le boirais ! ». Effectivement, Churchill aimait bien boire ; au point qu'en préparation d'une soirée costumée, Winston s'informait sous quelle aspect il fallait venir : « A jeun !» lui aurait-on répondu. Est-ce à la même personne, alors qu'elle lui faisait remarquer : « Vous êtres saoul! », qu'il aurait répondu : « et vous, vous êtes moche ! Mais, demain, moi, je ne serai plus saoul. » ?

 

Le 22 juin 1941, Hitler a attaqué l’Union soviétique ; et la diplomatie britannique a proposé un traité anglo-soviétique d'assistance mutuelle, signé le 12 juillet.

Commenter cet article