Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une jeune génération, impatiente...

Publié le par Régis Vétillard

Paul Painlevé, que Lancelot, rencontre fréquemment avec sa mère ; s'intéresse à lui et à ses passions scientifiques assez éclectiques, qui vont des mathématiques, à l'astronomie, en passant par la télégraphie sans fil. Il l'encourage, lui offre des ouvrages savants et laisse entrevoir que ses compétences pourraient bien être utiles dans son ministère... Je rappelle que Paul Painlevé (1863-1933) est un mathématicien, homme politique et ministre de la Guerre ( 1925-1929), et grand ami d'Anne-Laure de Sallembier.

Painlevé, n'est pas mécontent, non plus, de voir Lancelot affirmer un pacifisme militant... Lui-même, malgré ses fonctions, affiche cette conviction, d'ailleurs il réduit le service à un an... En effet, le jeune homme s'émancipe de son groupe originel, et éprouve beaucoup d'intérêt a rencontré d'autres espaces, en particulier ceux représentés au GUSDN ( Le Groupement universitaire pour la Société des Nations) animé par Robert Lange qui bénéficie de l'aura de son oncle Bergson... Les réunions sont nombreuses, et les appuis de personnalités sont relativement intéressants, avec de nombreux contacts avec Genève et Londres... On fête l'entrée de l'Allemagne dans la SDN en 1926. Une paix est possible, et finalement l'action de Briand est reconnue par tous...

 

Paul Painlevé ( le pacifiste !) occupe de façon quasi continue le ministère de la Guerre - dans lequel travaille Lancelot - puis celui, tout nouveau, de l’Air. Il sera l'un des rares à assumer l'idée européenne d'Aristide Briand. Ce dernier, lors de son discours du 5 septembre 1929 à la tribune de la SDN, parle d’« une sorte de lien fédéral » qui devrait unir «  les peuples qui sont géographiquement groupés, comme les peuples d’Europe.»

Une jeune élite se forme ainsi à la politique, en rupture avec la politique en place: elle s'exerce aux joutes verbales, ne craint pas la confrontation de ses idées, jusqu'aux provocations. On tente de rallier à soi, pour constituer de nouvelles communautés... Parmi cette jeunesse entreprenante, Jean Luchaire semble plein d'ambition....

 

Depuis 1922, Luchaire tente de convaincre Lancelot, que de l'Action Française au socialisme, on peut créer un mouvement de jeunes pour imaginer autre chose que le système républicain en place... La jeunesse est avide d'agir, sensible aux postulats de progrès, de fraternité et de rationalisme … D'ailleurs, Lancelot, s'interroge sur la possibilité d'être – en même temps - rationaliste et chrétien …

Luchaire s'oppose aux ''Camelots du Roi'' qui à son avis terrorisent, sans plus, l’université. Lancelot reconnaît un militantisme violent qu'il récuse...

Pour l'instant la jeunesse ne bouge pas parce qu'elle ne trouve pas la théorie qui va la mobiliser... Mais on ne part pas de rien : il s'agit d'affiner la création " d'une théorie conforme aux faits et à notre tendance mentale", puis d'en affirmer publiquement quelques principes, qui seront la base du mouvement....

Bertrand de Jouvenel estime que les politiques d'avant-guerre n'étaient pas compétents ; et depuis la fin du conflit, rien n'a changé... « Ni réforme administrative, ni réorganisation économique, ni révision de la Constitution, ni refonte du code, ni réparations, ni sécurité, ni prospérité, ni liberté, ni paix, voilà la bilan de cinq années. » Jouvenel, dans Vita, n°2, 02/1924

A plusieurs reprises Jouvenel est à Genève, pour le compte de Vita; il défend la solidarité des pays face aux dégâts causée par le militarisme allemand, et leur sécurité par le désarmement de l'Allemagne.

Ils veulent être pragmatiques et ne prendre en compte que le fait économique, et se défient des positions idéologiques de droite et de gauche:

« Nous proclamerons l'interdépendance des nations qui fait le blé moins cher. » (…) Nous étudierons tout à tour les différentes matières premières [...], nous rechercherons uniquement comment les rendre plus abondantes, meilleur marché, c'est-à-dire comment améliorer les conditions de vie, et avancer la civilisation. »

En 1926, Drieu La Rochelle, rejoint Luchaire, De Jouvenel et beaucoup d'autres situés autour de ce que l'on appelle, la ''Jeune Droite'' et qui se cherche, entre royalisme, personnalisme, justice sociale... Luchaire se félicite de son initiative: « La décadence des vieilles formations politiques et le développement de nouveaux groupes me paraissent être des phénomènes inéluctables... et bienfaisants » ( Luchaire, La Volonté, 01/02/1926.).

« Alors souhaitons de voir vivre et prospérer en France, le plus tôt possible, ce nouveau parti de droite, dont les idées se rapprocheraient d'une façon aussi extraordinaire, de ce que devraient être un nouveau parti de gauche... Ce ne serait pas l'union sacrée de la génération nouvelle, mais ce serait une vaste collaboration possible, d'où pourrait sortir une vaste et pratique réorganisation du pays. »

« Nous trouvons que la première chose à faire, c'est de réparer les ruines de la guerre, c'est de combler un trou formidable provoqué par cinq ou dix ans de consommation effrénée et inutile, c'est de donner à manger à l'Europe et de la mettre en état de soutenir sur notre petit globe, la lutte économique mondiale. » Luchaire La Volonté, 01/06/1926..

La revue ''Notre Temps'' - une ''revue-carrefour'' - créée par Jean Luchaire en 1927, a le projet de devenir l'organe représentatif de la nouvelle génération, et pas seulement en France, ouverte à tous les européens... Proche de Briand, il réussira à obtenir la collaboration du radical Pierre Mendès France et du socialiste Pierre Brossolette... On y trouvera des textes de Proust, Rilke, Wells, à côté de Giraudoux et Drieu La Rochelle... Luchaire a 26ans et un formidable carnet d'adresse d'écrivains de tous bords...

Commenter cet article