Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

3 - Les légitimistes préparent l'insurrection – 1832 -

Publié le par Perceval

J.-B. Guérin - Marie-Caroline, Duchesse de Berry

Mais, Marseille, ne bouge pas … Le sud de la France n’ayant pas répondu à l’appel, ce fiasco devrait alerter la duchesse, l’inciter à la prudence, il n’en est rien. … Puisque le sud ne vibre pas pour Henri V, la Vendée catholique relèverait l’affront.

Dans les premiers jours du mois de mai, elle séjourne chez le marquis de Dampierre au château de  Plassac. C’est de là qu’elle fixe au 24 mai la date de la prise d’armes en rédigeant cette lettre :

«  D’après les rapports qui m’ont été adressés sur les provinces de l’ouest et du midi, mes intentions sont qu’on prenne les armes le 24 de ce mois. J’ai fait connaître mes intentions à cet égard et je les transmets aujourd’hui à mes provinces de l’ouest. »

« Vendéens, Bretons, vous tous habitants des fidèles provinces de l’ouest. Ayant paru dans le midi, je n’ai pas craint de traverser la France au milieu des dangers pour accomplir une promesse sacrée, celle de venir parmi mes braves amis partager leurs périls et leurs travaux. Je suis enfin parmi ce peuple de héros : ouvrez à la fortune de la France. Henri V vous appelle ; sa mère régente de France se voue à votre bonheur .

Un jour, Henri V sera votre frère d’armes si l’ennemi menaçait nos fidèles pays. Répétons notre ancien et nouveau cri : Vive le roi ! »

 

Cependant, une majorité de chefs vendéens renonce alors à se soulever, considérant que, sans l’aide de troupes de ligne françaises ou étrangères, l’échec est assuré. De plus, le gouvernement de Louis-Philippe a suivi les mouvements de la duchesse et envoyé des renforts militaires dans la région.

 

De Paris, le comité légitimiste envoie près de la duchesse, l'avocat Berryer, pour la dissuader... « Ne m’avez-vous pas écrit vous-même à Massa » lui dit-elle « que si je ne me hâtais pas d’arriver en France, le soulèvement aurait lieu sans moi ? » Elle rappelle à son interlocuteur « les erreurs » de Charles X qui avait gagné l’île d’Yeu au lieu de rejoindre la Vendée et s’était refusé à combattre à Rambouillet quand il disposait encore des moyens de mâter la rébellion des parisiens.

Marie-Caroline ne renonce pas....

L’insurrection est déclenchée dans la nuit du 3 au 4 juin 1832: le tocsin sonne dans les villages de la Vendée, mais seulement une centaines d'hommes répondent à l'appel …

Ce n’est qu’un sanglant baroud d’honneur. L’insurrection est rapidement matée, les conjurés dispersés, mais la duchesse de Berry reste introuvable.

Marie-Caroline ne participe pas aux combats, mais elle partage la vie des Vendéens. Déguisée en jeune paysan, sous le nom de « Petit Pierre », elle passe de fermes en châteaux accompagnée de son écuyer le comte de Mesnard, d’Athanase de Charette ou encore d’Eulalie de Kersabiec.

Arrestation de la duchesse de Berry à Nantes

Après la défaite, malgré les arguments de sa famille et de ses partisans, elle refuse de s’enfuir, espérant qu’une autre chance se présentera. Le 9 juin, elle arrive à Nantes et se cache chez les demoiselles de Guiny avec Stylite de Kersabiec, Mesnard, et l’avocat Achille Guibourg.

Grâce à la trahison d’un des agents de la duchesse, Simon Deutz, sa cachette finit par être découverte. Le 7 novembre, les gendarmes perquisitionnent la maison des demoiselles de Guiny. Marie-Caroline, Guibourg, Mesnard et Kersabiec ont juste le temps de se cacher derrière la cheminée. L’endroit est étroit et les gendarmes font du feu. Au bout d’un moment, la duchesse, manquant d’étouffer, décide de se rendre, mettant fin ainsi à la dernière guerre de Vendée.

Marie-Caroline à Blaye

 

Le gouvernement fait interner la princesse dans la citadelle de Blaye, sur l’estuaire de la Gironde.

En janvier 1833, le bruit court que la duchesse de Berry est enceinte.

Le 26 février 1833, coup de théâtre. Dans « Le Moniteur », organe officiel du gouvernement, on lit, signé de la duchesse de Berry : « Pressée par les circonstances [...] je crois devoir à moi-même, ainsi qu’à mes enfants, de déclarer m’être mariée secrètement pendant mon séjour en Italie. » Dans son entourage, la colère succède à la stupéfaction. « Elle a fait son parti cocu », dit-on dans les salons. Personne ne croit en ce mariage secret. Le nom de l’élu n’est d’ailleurs pas révélé. « Comment voulez-vous qu’on le dise, elle-même ne le sait pas », aurait lâché le légitimiste Chateaubriand déboussolé.

Pour Louis-Philippe la déclaration est tombée à pic : celle qui se voulait régente de France ne sera donc qu’une aventurière. 

ECOLE FRANCAISE DU XIXe - élégante cavalière en amazone


 

Le 10 mai 1833, la duchesse de Berry donne naissance à une fille, qu’elle déclare née de son époux secret, le comte Lucchesi-Palli, second fils du prince de Campo-Franco, vice-roi de Sicile, que toute la France ne tarde pas à appeler ironiquement « saint Joseph ».

Le 8 juin, la princesse, complètement déconsidérée, est embarquée sur l’Agathe et transportée à Palerme. Elle se voit alors tenue à l'écart de la famille royale, qui lui refuse la direction de l'éducation de son fils qui est confiée à sa belle-sœur, la dauphine.


 

Lorsque le passage à l'action est décidé, dans la nuit du 3 au 4 juin 1832 ; Félicie de La Rochejaquelein fait de Landebaudière, son quartier général et passe, dans les bois, ses troupes en revue. Elle mène les combats pendant les deux jours de l'insurrection.

Le 5 juin en raison du manque de coordination des insurgés et de l'insuffisante mobilisation des paysans vendéens , l'insurrection échoue... Mais Félicie refuse de capituler... Mme de La Rochejaquelein et son aide de camp, Mlle Félicie de Fauveau, passent leurs nuits dans les champs, enveloppées dans un manteau militaire; toujours déguisées en hommes, elles courent d'une ferme à l'autre, prodiguant leur argent sans le moindre résultat, s'exposant, elles et les leurs, au danger d'être pris et assassinés par les paysans ou les gardes nationaux qui s’exaspèrent contre les chouans.

Messe_du_soir_dans_un_couvent - peinture faite par la duchesse de Berry

Après l'arrestation de la duchesse de Berry, à Nantes, le 8 novembre 1832, Félicie, et Auguste enfin arrivés en Vendée, se cachent. Jugés par contumace (peine de mort pour Auguste, peine de déportation pour Félicie) au début de l'année 1833, ils parviennent à gagner l'étranger. Ils séjournent à Lausanne et à Genève, en Suisse, et à Annecy, en Savoie (qui alors appartient au Piémont), sous le nom de Laremont, jusqu'à leur acquittement en 1835 et 1836 par les cours d'assises de Versailles et d'Orléans.

A suivre … avec Félicie de Fauveau

 

Commenter cet article