Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sur les traces du trésor des Templiers, en Limousin. -2/.-

Publié le par Perceval

Les templiers sont aussi des Gestionnaires et des financiers.
 
La bulle « Omne datum optimum » (1139) du Pape Innocent II, officialise l’existence des Templiers et spécifie tous les avantages qui leur sont accordés, dont :
  • Seul le pape a autorité sur les Templiers. Les tribunaux laïcs et religieux ne peuvent statuer à leur sujet .
  • Dispense de payer la dîme (Impôt ecclésiastique) plus des droits des quêtes…. … tout en leur accordant la jouissance des dîmes qui leur auront été données en accord avec les évêques !
  • L’Église accorde aux chevaliers du Temple la possibilité de garder tout type de butin conquis en Terre-Sainte sur les sarrasins.
    le sol de la commanderie de Payns (10 - Troyes)
    a livré ces 708 pièces d’argent frappées aux XIIe et XIIIe siècles.

Les Templiers exercent une activité économique et financière pour subvenir aux besoins de l'Ordre et faire fructifier leur fortune par une série de mesures lucratives. Ils mettent par exemple en place un système de changement de monnaie qui leur permet de récupérer plus d'argent qu'ils n'en ont prêté. Ils inventent la lettre de change, origine du chèque, pour faciliter le transport des fonds : les Croisés partant pour la Terre Sainte pouvaient laisser leur or dans un comptoir occidental, voyager avec une lettre ne craignant par le vol et récupérer leur dû dans un comptoir oriental. Les Templiers stockent enfin les biens des rois de France et d'Angleterre. Une fortune qu'il faut gérer. Aussi, au milieu du XIIe siècle, les combattant sont déjà moins nombreux que les employés, gestionnaires ou baillis

 

Les Commanderies :
Le terme de commanderie ne désigne pas uniquement une maison mais au contraire une circonscription territoriale constituée d'une maison-mère et de plusieurs maisons et terrains. 
Les mois -  Travaux des champs
Eglise de Clairavaux (23)
Sur les terres de rapport (dit aussi l'arrière) ces domaines étaient une source de financement pour les activités militaires, par opposition, terres de combat (dit aussi l'avant) comme la Terre sainte. Il s'agissait de grosses fermes, parfois fortifiées en terres de combat, qui comprenaient une chapelle, et tous les bâtiments nécessaires à la vie de ses habitants (logements, réfectoire, écuries, salle de chapitre, etc.)
Restitution d'une Commanderie
 
La ''maison'' constitue l'échelon le plus décentralisé de l'organisation templière proprement dite, c'est à dire comportant une communauté de frères de l'ordre: 
une exploitation cultivée avec des ''hommes du temple''. 
Elle fournit essentiellement ce qui permet de subvenir aux besoins des occupants de la maison, et des pauvres qu'elle nourrit : produits du jardin, du verger, des champs proches et de l’élevage. L'essentiel est de conserver des revenus : récoltes des terres, dîmes et rentes seigneuriales, dons et legs ; toujours pour ce qui est de la mission principale : le soutien de la guerre contre les infidèles. Humble mais essentielle mission de soutien logistique et de recrutement.

 
Commanderie du Pallier en Creuse

 
Les commanderies servaient à la fois à rapporter de l'argent, grâce aux dîmes et autres taxes qu'elles percevaient, mais aussi à assurer la fourniture de biens alimentaires et de chevaux nécessaires à la réussite des expéditions en Terre Sainte.
En Occident, les commanderies jouaient un rôle économique non négligeable sur le marché des denrées alimentaires (à l'échelle de leur région, bien entendu), par la vente des surplus. Les commanderies ont aussi permis la valorisation du territoire, par les travaux de déforestation ou d'assèchement de marais ou de création d'étangs de pisciculture.
Chaque commanderie était spécialisée dans un type de production. La famille, des paysans, libres ou serfs, travaillaient ainsi pour le compte de l'ordre, et de nombreux artisans pouvaient être salariés par la commanderie.
 
Tout un réseau foncier s'est alors étendu en France et en Europe, à travers les commanderies.  

 

A suivre ...

Commenter cet article